AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Le Palais Royal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Le Palais Royal | Dim 14 Oct 2007 - 16:24


Une masse noire se rapprochait du palais. Torca, l'immense dragon, avec Pierrot sur son dos, s'apprêtait à se poser dans la cour du Palais Royal. Ses pattes touchèrent le dallage blanc très lourdement, et le dragon fit trembler tout le palais. Pierrot descendit. Il s'avança vers la Porte. Elle était entre ouverte. Il n'y avait plus aucun garde. Ils avaient tous déserté à la mort du roi.

Pierrot avança le long du gigantesque hall d'entrée. Le palais ne semblait pas avoir été pillé. Les gardes étaient partis par peur, mais personne n'avait touché a la décoration ou aux richesses du royaume. Pierrot emprunta le couloir principal qui menait à la salle du trône. Il y pénétra. Une odeur de charogne flottait dans l'air. Un cercueil en chêne massif était posé sur une table. Il était peint. Des scène de bataille étaient représentée sur le bois. Pierrot s'approcha. Elles représentaient toute les victoires les plus spectaculaires du Roi. Autour, étaient disposés des bouquets de fleurs fanées. Le vieux magicien posa sa main sur le cercueil. La vilaine odeur de mort s'évapora. Les fleurs se redressèrent et s'épanouirent.

Pierrot se dirigea alors sur le trône. La couronne de feu le roi était posée sur le siège royal. Le vieillard se détourna et repris le couloir, pour monter dans les apparentements de la famille royale. Un bruit de chute de fit entendre. Pierrot porta sa main à son épée. Il se rapprocha sans faire de bruit de la chambre d'où la chute venait. Il entra avec fracas dans la chambre, épée brandie. Il y avaient une vieille femme dans la chambre. Son visage ridé accusait toutes ses années. Elle était apeurée par l'apparition brutale. Puis, les deux se reconnurent.


"Seigneur Pierrot ! Je désespérais de vous voir arriver un jour !"
"Ma venue était prévue ?"
"Vous n'avez donc pas reçu le message que mon mari vous adressait ?"
"Non, chère Reine, j'ai eu quelque petits empêchement d'ordre personnel ... j'ai été en quelque sorte coupé du monde."
"Fort dommage, mais l'important est que vous soyez là ! Essayez vous, je vais vous raconter les évènements."

Ils s'assirent

"Allez-y !"
"Il y a quelques mois de cela, mon mari est tombé malade. Il savait sa fin proche. Il savait également le pays en difficulté. Il était au courant que certaines personnes avaient des vues sur le Surda, et désiraient son annexion a l'Empire Alagaësien à des fins plus ou moins louables. Il voulait qu'un homme influent et puissant prenne la tête de son armée, pour défendre le pays. Il vous avait déjà rencontré, et vous connaissait de réputation. Il a presque immédiatement pensé à vous. Tennez, voici une copie de la lettre qui vous avait fait envoyer"

Pierrot pris la lettre, et la lut.

*Seigneur Pierrot,

Cette lettre sera brève. Je suis malade, très malade. Je vais bientôt m'envoler vers d'autres cieux, et mon royaume est en proie a une grande crise. Mes hommes se divisent, des clans veulent s'emparer de mon pays, d'autres veulent l'annexer à l'Alagaësia, et je n'ai plus la force de lutter. Je vous en supplie, venez à mon secours, rassemblez mes hommes, et emmenez-les à la bataille, pour défendre ma patrie ! Le sort du Surda repose sur vos épaules ! Adieu ...*

Pierrot reposa la lettre, et se leva.

"Chère madame, vous êtes la régente du Surda, et j'accepte volontiers d'être à vos ordres de de défendre de Surda, jusqu'où me le permettront mes forces ! Il me faudrait un bureau pour que je puisse travailler."

"Formidable ! Jamais je ne vous remercierais assez ! Vous pouvez vous installer dans le bureau de mon mari, je n'en aurait pas besoin ! je vais vous y conduire"

Ils repartirent dans les couloirs jusqu'au bureau. Finwë suivait Pierrot depuis le Concile des Ombres. Le bureau était relativement vaste, les murs étaient couverts de cartes du pays, toutes barbouillés de plan militaires. Le bureau était caché sous une montagnes de papiers. Si il y avait eu une décoration dans la pièce, elle était cachée sous d'innombrables objets, plans, cartes, papiers, armes, et autres choses farfelues.

"Voici ... il y a peu-être un peu de rangement à faire ..."
"C'est parfait ! Merci !"


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas


Dernière édition par Pierrot le Ven 9 Déc 2011 - 18:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 14 Oct 2007 - 17:32


Finwë était arrivé en même temps que Pierrot. Il avait voyagé à dos de dragon, solidement tenu par son ami. Et même si le voyage s'était plutôt bien déroulé le vieux loup mis quelques secondes à s'en remettre. Il tremblait légèrement sur ses pattes. Influence d'Ellen ou non, il venait de découvrir que lui aussi avait le vertige. Et voyager serrer dans des bras n'avait rien de très agréable. Mais, au bout de quelques infimes secondes, il se remit, et marcha fièrement au côté de Pierrot. Il le suivait prudemment, n'ayant aucune idée d'où celui-ci le menait, et se méfiant légèrement de ce qui pourrait arriver.

Il reconnu le palais impérial du Surda, même s'il n'y avait jamais mis les pieds. Le luxe de celui-ci lui parut un peu trop exagéré, les dorures étaient trop voyantes, le décors ostentatoire... A tout prendre il préférait l'élégance discrète du palais d'Ellesméra. Mais au moins tout ceci montrait que le palais n'avait pas encore été touché par la guerre. Tout y était intact. Tout ceci était rassurant. Nul n'avait encore touché à l'institution qu'il représentait. Les deux armées devaient donc être à peu de choses près en position d'équilibre, leurs forces s'anhilant. Mais tout était vide. La vie semblait avoir quitté les bâtiments. Le loup fronça les sourcils intérieurement, se demandant ce que Pierrot pouvait bien chercher ici. La famille royale avait du fuir...

Pendant qu'il songeait ainsi, ils parcoururent de longs couloirs, déserts. Il ne regardait même pas autour de lui. Quelques minutes avant d'arriver devant une lourde porte de bois, Finwë sentit une odeur de mort et de fleurs fanées. Ainsi on n'avait même pas songer à enterrer le mort... Finwë le plaignit légèrement. Vivre roi et mourir comme un chien, abandonné de tous... Il regarda sans étonnement Pierrot faire de la magie et redonner un peu de dignité au lieu puis le précéda légèrement lorsqu'ils repartirent. Lorsqu'ils rencontrèrent la reine le loup, malgré la gravité de la situation eut du mal à retenir un léger rire. Une fois de plus Pierrot se présentait en sauveur. C'était à se demander comment celui-ci arrivait toujours ou bon moment au bon endroit. Une sorte de don probablement...

Il assista à l'entretient sans rien dire. Ainsi Pierrot allait diriger sa propre armée et représenter le roi. Il se demanda quel rôle lui-même allait jouer dans toute cette affaire, à art préserver Ellen de tous les ennuis qui ne manqueraient pas de lui tomber sur le dos. Il se demandait même pourquoi il était venu ici. Ni Pierrot ni la reine ne semblait faire attention à lui. Un instant il fut tenté d'entrer en catimini dans les appartements et trouver quelque chose d'utile, pour lui ou pour son ami. Mais par respect envers le deuil de la vieille femme, il se retint. Pour la suivre quelques instants plus tard. Et arriver dans le bureau... Qui le laissa stupéfait. Il connaissait les manières quelque peu désordonnées de son amie, mais là le bazar qui régnait dans la pièce surpassait de loin tout ce qu'il avait jamais pu voir. Lorsqu'il sortit de sa stupéfaction il constata que la reine était sortie. Il tourna alors la tête vers Pierrot, maniaque renommé, se demandant comment celui-ci allait-il pouvoir survivre à cette vision. Puis il commenta en riant :

*Bon courage*




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 14 Oct 2007 - 18:04


*Merci, mais je doute que tout cela soit bien utile ... que dirais-tu d'un bon feu de cheminée ?*

Puis, Pierrot fouilla et extirpa deux grandes caisses, et se mit à trier tous les papiers. En deux heures, il avait déjà amassé un tas de choses a bruler, et et rempli une caisse de choses intéressantes à garder. Il avait détaché les cartes des murs, et les avait roulé dans la caisse. À présent la pièce ressemblait plus à un bureau. Pierrot alla cherche une couverture, et la posa dans un coin de la pièce.

*Voilà mon ami, repose toi tant que je travaille, sauf si tu préfère avoir un chambre ?*


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 14 Oct 2007 - 18:45


Finwë, pendant que Pierrot rangeait courageusement le bureau, s'étira largement avant de se coucher paisiblement près de la cheminée. Il profita de la chaleur née du feu allumé par son ami. C'était l'endroit le moins froid de cette vaste pièce emplie de courant d'air. Il observait le moindre des gestes de son ami, guettait le moindre de ses commentaires. Il n'avait pas envie de rester inactif, du moins pas dans le sens où lui l'entendait. Les heures passèrent lentement. Puis Finwë, surpris, vit Pierrot sortir une couverture et la lui proposer. Il resta stupéfait quelques instants puis dit doucement :

*Je te remercie. Je préfère rester ici, et t'aider si je le peux.*




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 14 Oct 2007 - 19:07


*Pour l'instant, il y a beaucoup d'administratif a faire, mais il va me falloir des messagers pour que j'aille rassembler les membres de l'armée. Et après il va falloir de l'organisation, il va falloir trouver des forgerons, des tanneurs, remettre les armes et les armures en état, en refaire si necessaire ... nous avons du pain sur la planche !*


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 14 Oct 2007 - 21:46


Finwë acquiesça en silence. Préparer une guerre n'était jamais très simple et l'énumération de Pierrot était encore loin d'être complète. Surtout que celui-ci allait devoir faire la guerre avec une armée qui n'avait jamais porté d'armes. Des volontaires pour la plus part. Il aurait de la chance s'il avait une poignée d'hommes d'arme dans le lot. Le loup admirait son ami, sa volonté. Mais il ne pouvait pas l'aider dans cette tâche. Qui donc avait jamais vu un loup donner des ordres à des humains ? Il commenta donc juste :

*Je t'aiderais du mieux que je peux.*

Il était retombé dans son silence depuis quelques minutes lorsque le lien qu'il avait avec Ellen s'intensifia et le vieux loup eut un instant de contentement, comprenant qu'il allait enfin avoir un peu de ses nouvelles. Il sentit sa lassitude et sa propre volonté avant même de recevoir le message qu'elle lui envoya :


*Des nouvelles d'Althéa ?*
*Non, nous avons cherché avec Pierrot mais manifestement la Guilde l'a emmené dans un lieu inhabituel, nous ne savons pas où.*
*...*

La jeune elfe n'avait rien répondu et son ami sentit sa déception. Elle avait mis beaucoup d'espoir dans l'idée que sa nièce pourrait être libérée. Elle n'avait pas du tout envie de faire la guerre. Finwë lui envoya une pensée réconfortante et sentit son sourire. Puis il continua :

*Pierrot prépare la guerre de son côté.*

*Oui... je suppose qu'il a encore su se mêler à tout ça de manière discrète et éclatante à la fois... Bon... je suppose moi que je dois me faire à l'idée de combattre contre lui.*
*Je le crains...*
*Bien... je suppose qu'il vaut donc mieux que nous ne communiquions plus... Au revoir donc.*
*Au revoir petite elfe*

Et leur lien se referma doucement.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Mar 16 Oct 2007 - 17:14


Pierrot avait senti la présence de son amie dans la pièce, mais n'avait pas cherché à savoir que quoi il s'agissait. Il devait éviter de parler à Ellenwen tant qu'il ne se battrait pas pour la même cause.

*Comment va-t-elle ?*

Puis, Pierrot se détourna du loup.

"Il me faut quatre messagers, dignes de confiance. Ils faut qu'ils donnent l'ordre aux soldats de rejoindre leur poste. Ils doivent défendre leur patrie, c'est un devoir !"

Pierrot se rendit compte qu'il parlait tout seul, et se tourna vers Finwë pour faire mine qu'il lui parlait.

"Je dois descendre en ville pour trouver ces hommes ... à plus tard"

Pierrot passa son vieux manteau sur ces épaules et sorti.

--------------------------------------- Time Break ---------------------------------------

Il revint deux heures plus tard, accompagné de quatre hommes, armés jusqu'aux dents, habillés de guenilles, assemblées de plusieurs vêtements et armures. Ils ressemblaient plus à des mercenaires qu'a des messagers.

"Bien, messieurs, voici ce que vous avez à faire. Je veux que vous soyez ici dans ce même bureau dans trois jours, compris ?"

Il leur tendit à chacun un rouleau de parchemin.

"À dans trois jours ..."

Les hommes sortirent, Pierrot se tourna alors vers le loup.

*Je sais, ils n'inspirent pas confiance, mais ils en sont dignes. Je suis sûr qu'ils seront là à l'heure !*


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Mar 16 Oct 2007 - 17:57


Finwë haussa doucement - et mentalement - les épaules à la question de Pierrot, sans être étonné. Il était dur d'y répondre. Ellenwen n'allait pas mal à proprement parler, elle était en forme, sa blessure au flanc ne la faisait apparemment plus souffrir. Mentalement elle n'allait pas vraiment mal non plus puisqu'elle gardait son énergie intacte et qu'elle était déterminée à faire ce qu'il fallait malgré tout pour que sa nièce puisse vivre. Mais elle était passablement de mauvaise humeur et fatiguée. Il finit par répondre, le plus exactement qu'il pu.

*Plutôt bien vu les circonstances.*

Puis, sachant que Pierrot avait à peine attendu sa réponse, il retomba dans son silence mental, observant son ami. Lorsqu'il vit celui-ci parler tout seul il esquissa un sourire. Mais il ne fit aucun commentaire - petit miracle. Il se contenta de sortir en même temps que Pierrot, sans toutefois le suivre.

Il revint un bon moment avant lui. Il avait fait le tour du bâtiment, écoutant tout ce qu'il avait pu, toutes les rumeurs, tous les bruits de fond de couloir. Il était maintenant parfaitement au fait de ce qui se passait sur le terrain de guerre, de ce qui s'était passé précisément à la mort de roi, qui était pour quoi... Bruits de couloir qui pouvaient être utiles en temps voulu. Fort de ce qu'il savait, il se recoucha près du feu qui commençait à s'éteindre doucement et, posant sa gueule sur ses pattes, il ferma les yeux.

Il ne les rouvrit que lorsque Pierrot entra à nouveau dans la pièce. Il assista à l'échange sans rien dire, laissant les mercenaires ignorants de sa présence. Puis il les regarda partir, toujours sans rien dire. Ce fut seulement lorsque Pierrot lui reparla qu'il approuva mentalement :

*Je n'en doute pas. Je te fais confiance pour cela. Reste à savoir s'ils réussiront à faire ce que tu leur as demandé sans mourir avant.*




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Mer 17 Oct 2007 - 23:10



-------------------------------- Time Break 3 jours plus tard --------------------------------

Un brouhaha naissait au loin et se rapprochait. Bientôt, les clameurs étaient dans la cour du palais. Une main très lourde tomba trois fois sur la porte. Pierrot s'approcha de la porte et l'ouvrit. Les quatre mercenaires étaient là. pierrot s'effaça de l'embrasure de la porte pour les laisser entrer. Celui qui semblait être le chef pris la paroles :

"Voici, il y a dans la cour 1 000 hommes qui appartinrent à l'armée du Surda et qui sont encore prêt à ce battre pour défendre leur pays !"

Pierrot ne dit pas un mot. Il alla ouvrir un coffre dans le fond du bureau, et en sorti quatre sac de pièce d'or bien rempli. Il alla les poser sur sa table de travail.

"Messieurs je vous remercie ! Comme convenu, vous en prenez un chacun. Vous pouvez prendre congé ..."

Les quatre hommes prirent leur dû et disparurent. Pierrot s'affala dans son fauteuil et regarda le loup.

*maintenant, j'ai du pain sur la planche !*


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Sam 20 Oct 2007 - 10:39


*On a du plain sur la planche*

Commenta le loup simplement. Il refusait de regarder les évènements se produire sans rien faire. De toute façon il avait toujours pour mission de sortir Ellen de son guepier. Ce qui n'était pas une mince mission. Il allait lui aussi avoir du travail. Sans compter qu'il n'allait tout de même pas laisser tomber Pierrot...




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 21 Oct 2007 - 13:37


Pierrot alla regarder par la fenêtre du bureau. Il y avait là un millier d'hommes, dans le désordre. Ils n'avaient pas l'air de trop savoir ce qu'ils faisaient là. Pierrot descendit dans la cours. Il s'amplifia la voix à l'aide de sort et :

"Messieurs, on m'écoute !

Beaucoup d'entre vous doivent ignorer ce qu'ils font ici. Mais vous avez signé un pacte avec le Royaume du Surda, vous êtes soldats ! Alors, vous devez vous battre pour garder votre pays libre ! Et c'est la tâche de feu votre roi m'a demander d'accomplir : vous préparer et vous mener à la guerre ! Alors, ne perdons pas de temps en discourt. Les forges ont été remises en route. Vous allez y déposer toutes vos armes et vous armures pour ceux qui en ont, et vous allez inscrire votre nom auprès de grand monsieur barbu au fond de la cour ! Une fois que vous serez tous inscrit, je veux tout le monde sur le Champ de Mars. Et que tout ça soit fait dans la plus grande discipline. Vous êtes militaires, votre roi m'a choisi comme chef ..."

Un homme intervint alors. Il était grand et baraqué. Il s'approcha de pierrot,les poings levés.

"Et pourquoi l'armée serait-elle dirigée par un homme même pas surdain ? On ne vous a jamais vu ! C'est pas un vieillard sorti de nulle part qui va nous commander !"

Il s'élança sur Pierrot. Ce dernier leva sa main et l'homme fut projeté dans la foule. Il était évanouît. Plus personne n'osait parler. Pierrot repris.

"Parce que c'est votre roi qui m'a désigné, et que pour mener des hommes à la guerre il faut une grande expérience de la guerre ... d'autres questions ? non ? alors au boulot !"

Les hommes se mirent en mouvement.


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 21 Oct 2007 - 21:47


Finwë, lorsque l'homme s'était approché trop près d'eux, s'était complètement hérissé, grondant sourdement. Il avait l'air aussi inquiétant que le vieux magicien. Et si ce dernier n'avait pas agi très rapidement il n'y eu aucun doute parmi la foule que le loup aurait sauté au visage de celui qui avait osé les défier. Elle eut égaler la stupéfaction de voir celui-ci esquisser ce qui ressemblait à un sourire version canine et se tourner vers son compagnon, ayant l'air de lui adresser un message que nul compris. Message qui n'était autre que :

*J'admire... Mais on va avoir du travail.*




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Mar 23 Oct 2007 - 20:11


Pierrot parti vers le champ de Mars


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Mer 23 Jan 2008 - 19:06


Le vieux magicien rentra au palais, exténué, et déçu d'avoir formé une armée de d'avoir marché pour rien. Les hostilités étaient finies. La guerre à présent n'était plus pour le Surda, mais pour libérer Althéa. Le Surda restait libre, la mission de Pierrot était accomplie. Cependant, il restait encore un problème, et de taille. Le roi du Surda s'est éteint sans aucune descendance, ce qui laisse un trône vaquant. Il fallait donc trouver un régent d'urgent le temps que les généalogistes trouvent un successeur légitime. Mais avant de penser à tout celà, Pierrot allait prendre un repos bien mérité. Il cherchait de l'oeil Finwë, le loup et compagnon de son amie Ellenwen. Il ne le trouva pas. Il aurait voulu savoir si tout le monde allait bien. Celà faite si longtemps qu'il n'avait vu un de ses amis, ni même sa famille. Il avait de la peine et chacun lui manquait cruellement. Il aurait tellement voulu que tout soit vraiment fini. Il pesait à tout ça en montant dans le bureau du roi, que son épouse avait attritué au magicien. Elle s'y trouvait quand il entra.

"Oh ! Excusez moi Seigneur Pierrot, je suis entrée et ..."

"Mais il n'y à aucun mal, vous êtes chez vous ! Et je ne suis pas votre seigneur ! Au contraire, je suis à votre service jusqu'à la fin de ma tâche !"

"Mais, ne vous êtes vous point encore acquité de votre mission ?"

"En partie : Le Surda est libre, son armée est forte et entrainée, la guerre ne vous concerne plus, mais le trône est vide !"

"Et bien prenez-le ! Après tout ce que vous avez fait pour mon peuple, il vous revient de droit !"

"Oh non ! Je ne suis pas de sang assez noble pour s'approprier ce pouvoir ! Je suis de races mêlées, je ne suis pas même humain ! Et ma place est en bas, avec le peuple. Mon but principal est d'aider le peuple, de le soutenir, de le déffendre contre le mal. Me voir attribué une royauté m'amputerai de cette lutte acharnée contre le mal. Je serai cloué ici alors qu'on m'attend ailleurs ? Non ! Je dois pouvoir être mobile et surtout me trouver là où l'on m'attend le plus."

"Et bien soit. Mais qui donc allez-vous mettre à la tête de mon royaume ?"

"Je vais trouver un régent digne de confiance le temps que les généalogistes trouvent un descendant."

"Alors nous ne vous reverrons pas."

"Surement pas avant bientôt, mais je ne pars que demain. Je dois d'abord rassembler mes affaires."

"Alors je vous laisse. Bonne nuit Sieur Pierrot."

La vieille reine sorti. Pierrot se retrouva seul dans le grand bureau aussi bien rangé qu'il l'avait laissé. Il sorti un rouleau de parchemin et trempa une plume dans l'encrier. Il se mit à écrire :

"Chère Elly,
Je ne sais pas où tu en es de tes pérégrinations, je ne sais donc pas si tu es libre de penser et de bouger à ta guise. je ne peux donc rien te dire d'important dans cette lettre. Je souhaite simplement avoir des nouvelles positives au plus rapide que tu pourras.
Amicalement et pour toujours,
Aiedail."


Il attacha alors la lettre aux pattes d'un grand pigeon gris et noir qui était particuliairement agité dans la cage près de la fenêtre. Il lui murmura quelque paroles à l'oreille et l'oiseau s'envola. Pierrot sorti du bureau et regagna ses appartements, où il prit un repos bien mérité.


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Mer 23 Jan 2008 - 23:05


La réponse d'Ellenwen fut brève et rapide mais soulagée. De par sa position à l'instant ou elle avait reçu la lettre - au moment d'escalader une fenêtre pour entrer dans un château parfaitement illicitement elle n'avait pu lui répondre par écrit. Aussi n'avait-elle pu utiliser que la pierre que Pierrot lui avait offert bien longtemps auparavant afin qu'ils puissent toujours se parler mentalement sans dépenser d'énergie et ce quelque soit la distance.

*Je suis heureuse de te savoir en vie. Je commençais à m'inquiéter. Je ne peux pas répondre trop longuement, je ne suis pas vraiment en position de le faire. Un ami s'est fourré dans un noir guêpier, et, évidemment je l'ai suivit. Enfin... Je ne sais rien de la fin de la guerre, rien de ce qui c'est passé. Je n'ai aucune nouvelle de l'extérieur. A vrai dire je ne garde pas beaucoup de souvenirs récents, on m'a trouvé blessée et évanouie sur le champ de bataille. Mais je vais bien. J'espère que tu pourras m'en dire plus sous peu... Fais attention à toi.*




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Jeu 24 Jan 2008 - 18:37


Le vieux magicien avait éprouvé une joie immense à entendre la voix de son amie dans la pierre. Il se sentait un peu rassuré. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à partir chercher la bonne personne à mettre sur le trône. En effet, dans la nuit, les généalogistes avaient déposé une lettre jointe à un arbre généalogique. Ils avaient qui mettre sur le trône. Le frère du roi, écœuré de la vie humaine et de ses atrocités, aurait décidé de s'en aller vivre reclus loin d'ici. Il aurait trouvé son bonheur parmi les elfes, se serait marié, et aurait eu un enfant. Cet enfant, le neveux du roi, était donc son successeur tout désigné. Le seul ennui, c'est que personne ne savait qui il était et comment s'appelait-il, ni où vivait-il. Pierrot allait devoir parcourir plusieurs milliers de lieues pour avoir des informations. mieux valait-il partir tout de suite.

il rassembla ses affaires, passa son lourd manteau de voyage, enfila sa grosse besace, plaça son épée à sa taille, et alla chercher Elosis, son cheval, à l'écurie. Ils partirent tous deux au galop, vers le nord.


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 7395
Âge : 107

Voir le profil de l'utilisateur http://dofus-iland.miniville.fr/


scolirobrisingr
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 1 Juin 2008 - 15:36


(si sa t'ennuie de tout lire va directement a la seconde partie... celle qui te concerne)

Cela faisait des heures que le scoliro patientait ... il s'était fondu dans l'assemblé ayant pris soin de changer son aura pour que Pierrot ne le reconnaisse pas. En effet affronter cet elfe aurait été une regrettable erreur.
Mais c'était bon. Au moment ou les nobles étaient venus se prosterner devant leur nouvelle reine, le scoliro avait cru mourir d'ennui. Pourtant il avait l'habitude de patienter des heures durant, des mois même, mais la il n'attendait pas pour quelque chose de personnel. Depuis peu, il avait déjà pas mal de fois joué le rôle d'espion mais la c'était différent ... le magicien parti quand il s'en rendrait compte ce serait trop tard.
D'un geste automatique scoliro enfonça ces mains dans sa poche et sa sacoche ... le tintement de verre était un son familier et certifiait qu'il avait tout en main pour accomplir sa mission.
Son capuchon l'avait dissimulé aux yeux de tous mais malgré tout il avait prit soin de changer sa face par une quelconque illusion magique ... cela des heures plus tôt.
Il ressentait dans son corps se sentiment si familier de stress. C'était un de ses moments préféré avec celui qui allait suivre.
Il avait auparavant récupéré un plan du château a un quelconque garde ivrogne. Cela lui avait permis de savoir que la reine c'était retirée dans une petite salle dans un tour ... la caractéristique de cette salle c'est qu'un seul et unique couloir y menait. C'était un avantage car personne ne pouvait entrer autrement qu'en passant par les gardes. Mais la cela allait jouer contre la reine.
Le scoliro était désormais a l'angle du couloir, environs a une dizaine de pas des gardes. À cette distance, le demi elfe ne leur laisserait aucune chance. Derrière eux se trouvait une porte qui menait a un vestibule puis une autre porte et le bureau.
Le scoliro s'avança droit sur les gardes. Un pas, deux pas, trois pas. Les deux confrères levèrent la tête ; étonés de voir un homme encapuchonné marcher vers eux. 4, 5, 6 pas. Mettant la main sur leur pommeau il déclamèrent, cependant pas assez fort pour que le bruit n'avertisse la reine :


"Qui va la ?"

7, 8 pas : là, tout se joua : les gardes essayèrent de tirer leurs épées mais le scoliro usant des se capacités naturelles se retrouva entre deux. La sienne se figea, puis les gardes tombèrent raides mort. Scoliro amortit le chute et les déposa à terre. Leur mort ne fit pas le moindre bruit. Le scoliro franchit la porte. Là, il installa son piège. Ses filins se tirèrent dans tout le couloir. Si quelqu'un courait pour y pénétrer il s'y emmêlerait et si il se débâtait, les fils lui entameraient la chaire jusqu'à ce que tout son sang se vide.
Cependant ce ne fut pas tout. Il déposa trois de ses fioles au sol. Elles contenaient une sorte de brume verte. C'était un poison mortel. Mais il avait une caractéristique. Il ne passait pas par la voie respiratoire mais par les pores de la peau.
Le scoliro les déboucha. Dans trente secondes, le poison s'élèverait dans l'air Puis il franchit la deuxième porte.





La princesse était là, lui tournant le dos, penchée sur ses papiers ... encore une fois, scoliro n'avait pas fait le moindre bruit . Il s'approcha près de la table. Quand il fut assez près d'elle, le bruit de sa respiration l'alerta. Mais c'était trop tard. La main du scoliro s'abattu avec une puissance mesurée sur la nuque dénudée. La fille tomba dans les pommes.
Scoliro la laissa là, sur la chaise. Il prit soin d'enlever toutes les choses de son manteau autre que des habits. Il laissa sur la table une petite pierre qui dégageait une faible magie (je parle de la pierre de Pierrot). Il s'en servit de presse papier et laissa le mots qu'il avait préparé.


"Quand la douleur survient
Que l'on cherche dans les ténèbres
C'est sur les ruines passé
La ou le sang abreuva le sol
En dessous dans les caves
Qu'il vaut mieux chercher
"

Puis il repoussa toutes les tables et traça un pentacle de transport. Après une dizaine de minutes, le scoliro et la princesse sur son épaule étaient au milieu du pentacle. Sur un mot, une vive lumière inonda la pièce et les deux personnages disparurent. Le pentacle s'effaça, ne laissant aucune trace derrière, pas même un chemin magique a suivre.

(la suite est dans le donjon a Gil'ead. Désolé pour le désagrément mais si je l'avais fait autrement j'aurais échoué et il parait que c'est important alors stp joue le jeu^^)

[POST corrigé par Pierrot ... STP, FAIS UN EFFORT !]


althéa&ellen
.vous etes perdu. demandez au guide





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 1 Juin 2008 - 15:45


(d'abord, t'es pas censé connaitre l'existence et l'utilité du cailloux, et ensuite, tu n'es pas censé pouvoir te servir d'un pentacles, d'après les ombres ...)


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 7395
Âge : 107

Voir le profil de l'utilisateur http://dofus-iland.miniville.fr/


scolirobrisingr
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 1 Juin 2008 - 20:57


(pierro tu te laisse emporté. j'ai precisé dans le topic des pentacle mon utilisation restreinte de cet artifice. tu ne t'est pas manifesté contre ni personne d'autre d'ailleur... et je ne connait pas l'existance de la pierre... mais il est tou a fait normale que quand tu cidnape quelqu'un la premiere chose a faire c'est de le fouillé et de le dépouillé... surtou quand une bar de fer vien a bout d'une porte a chassit)


althéa&ellen
.vous etes perdu. demandez au guide





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 1 Juin 2008 - 21:47


Pierrot senti sa pierre le brûler dans sa poche. Quelqu'un de mal intentionné avec touché une de ses sœurs.

*Torca, on fait demi-tour ! La princesse à un problème !*
*de quoi s'agit-il ?*
*Je ne sais pas, mais je n'aime pas ça ...*

Le dragon gigantesque se posa avec fracas dans la cour du palais. Il laissa la trace de ses deux énormes pattes dans les platebandes du jardin.

Pierrot sauta à terre et courut dans le palais,e n direction du bureau où c'était retiré la reine. Il arriva dans le couloir et stoppa. Il vit au milieu de ce couloir les corps des deux gardes. Il avança un peu, et écrasa un fil. Il regarda de plus près, et vit qu'il y en avait de tirés dans tous le couloir, mêlés à une espèce de brumes verte. Pierrot ferma les yeux et prit une inspiration. Les fils sautèrent un à un, et la brume se dissipa. Le magicien courut jusqu'au bureau.
Les meubles avaient été poussé, comme pour faire de la place. Quelqu'un c'était téléporté d'ici, et avait eu besoin d'un objet ou d'un invocation. Pierrot s'approcha du centre, s'accroupit, et posa une main à terre. Il fit appel à la mémoire du bois que composait le parquet. Dans son esprit se reconstitua la pièce comme quelques instants auparavant. Il vit la reine, inconsciente, portée par un homme inconnu. Ils étaient au milieu d'une étoile à cinq branches cerclée ... un pentacle ... seul les ombres étaient censés savoir ce servir de ces invocations : c'était plutôt mauvais signe.
Pierrot se releva, et alla vers le bureau. Il y trouva sa pierre, sous laquelle se trouvait un mot. Le magicien le lut ; il n'avait aucun sens, mais ressemblait à quelque chose qui aurait voulu faire peur ... tout à fait le style d'un envoyé de la guilde.
Pierrot ressorti du bureau. Il lui fallait une partie du corps de la princesse. Il se permit d'entrer dans la chambre de la princesse. Il alla droit à la salle de bain, et se saisit d'une brosse a cheveux. Il récupéra un cheveu, et le sera dan sa main. Il s'en servit pour le relier à l'esprit de la reine. le magicien voyait par ses yeux. Elle était sur une route, toujours portée par l'homme, qui avait changé d'apparence, il n'avait plus son déguisement. C'était Scoliro. Ils allaient en direction de Gil'ead. Aussitôt Pierrot comprit. Il dévissa le bout du pommeau de son épée, et rangea le cheveu dedans. Il revissa, et courut vers Torca. Il le monta.


*Nous rentrons à la maison, j'ai des petites choses à régler.*
*Que ce passe-t-il ? Vas-tu enfin me mettre au courant*
*Oui, excuse-moi. C'est très simple. La guilde à fait enlever la reine par Scoliro, et je compte bien faire un prix de gros pour tous ceux là ...*


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 51
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Mirwen
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Ven 18 Juil 2008 - 22:18


La reine, qui avait fait le trajet sur le dos du dragon de Pierrot, finit par atterir précisement au même endroit que la dernière fois. Une fois au sol, elle se sentait soulagée. Mais elle ne se doutait pas qu'on marchait déjà sur son pays pour essayer de le conquérir. On lui avait dit que le Surda était neutre, l'idée ne pouvait même pas l'effleuré malgré les tentatives d'enlevement qu'elle avait assimilé plutot à quelquechose de personelle. Le plan d'une personne qui en voulait à l'ancien roi...

Alors qu'elle marchait dans les couloirs, elle pouvait entendre les serviteurs criaient et propager la nouvelle de son retour. Elle en souriait, c'était plaisant de savoir qu'on l'attendait malgré qu'elle connaissait à peine son peuple. Mais assez rapidement son sourire s'éffaça quand un soldats s'empressa de lui dire la mauvaise nouvelle. Reavstone et quelques autres petites villes avaient été attaqué. Mais le plus inquietant était les informations relatés par les surveillants des phares de la côte qui affirmait une acitivité navale intensive qu'on pouvait vite assimilé à des envahisseurs suplémentaires après l'assaut des premièrs village...

Cette nouvelle avait abbatue la reine. Pourtant elle devait s'occuper de son pays maintenant. Elle ,qui savait tout juste manier une épée et un bouclier, ne pouvait compter que sur un talent héreditaire caché de stratège que personne, ni même elle aurait pu deviner. Elle était plutôt persuadée que le général de ses armées saurait quoi faire. Elle décida qu'elle devait s'entretenir avec lui, ce que le soldat messager lui conseilla aussi. Ainsi elle rejoigna les batiments militaire jusqu'à trouver le général pour s'enfermer dans une pièce et discuté des stratégies à appliquées. Il y avait peu de chance que la reine fasse partie des batailles, il fallait plutôt la protéger et la cacher comme c'était apparament la seule héritière du trône....
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 60

Voir le profil de l'utilisateur


Feu-follet
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Dim 20 Juil 2008 - 20:09


« Je défendrai ce putain de pays même si je dois les finir moi-même… »
Voila ce qu’avait déclaré Feu-follet. Mais maintenant, Mirwen était partie. La reine du Surda avait suivi ses conseils et s’était retirée. Rien n’aurait été pire que de perdre la monarque du pays. Voilà pourquoi il avait été décidé, presque sans la consulter, qu’elle se retirerait, sous bonne escorte, pour préserver sa vie.
Feu-follet se demanda ce qu’elle pensait de ça. Est-ce qu’elle se rongeait les sangs en se demandant ce qui arrivait à ses sujets ? Ou est-ce qu’elle s’inquiétait simplement de la pérennité de sa nation et du trésor royal ? Peut-être qu’elle tournait, rageuse, désireuse de se rendre au front ?
De toute façon, ça ne changeait rien. Feu-follet n’était qu’un soldat. Il n’était pas habilité à juger les lieutenants de Dieu. La reine était la reine, point.
Une fois qu’elle fut partie cependant, il croisa les bras sur la table en face de lui, dans la petite salle brillamment éclairée où ils avaient discuté, et y posa la tête, poussant un long soupir désabusé. Une armée était entrain de frapper les côtes du Surda. On n’avait pas d’idée de leur nombre exact, mais un recoupement des rapports en provenance de plusieurs endroits permettait de supposer qu’ils étaient plus de quinze mille, sans doute plus de vingt mille aussi, mais rien de plus précis. Si seulement ils en savaient plus…
Quoi que le Surda ne fut pas dépourvu d’hommes pour le défendre, bien sûr. La seule cité d’Aberon où il se trouvait comptait quarante cinq mille hommes, mais il craignait que leurs assaillants ne cachent quelque chose. L’armée qui frappait le Surda était celle du Concile des Ombres.


-Général Feu-follet ?
-Oui soldat ? demanda Feu-follet sans même relever la tête. Un autre problème ?

Le Surda était un pays pacifique. Un petit pays, pas spécialement riche, mais qui vivait du commerce avec l’Empire au nord. Sauf que l’Empire n’était plus, il avait fusionné avec son ennemi d’antan et son allié d’aujourd’hui. Ainsi était né le Nomins Ageati. Mais est-ce que celui-ci les aiderait ? Il se rappelait que Mirwen prétendait qu’un certain Pierrot leur apporterait son aide. Qui était-il pour pouvoir les aider ? Il n’en avait aucune idée.
La nouvelle que le soldat apportait coupa court à ses divagations. Il ne dit rien, un long silence, dérangeant, jusqu’à ce que le soldat toussote pour signaler sa présence. Feu-follet eut un sourire sans joie. Il pensa un instant, un très bref instant, abandonner. Et puis il se souvint d’Ardath.

*Pas encore…*
Qu’importait s’il mourrait ? Qu’importait, si cinquante mille hommes assiégeaient Petrovya, arrivant par là où personne ne s’attendait à les voir arriver. Petrovya était le grenier du Surda. Chaque ville disposait de ressources qui lui étaient propres et tout le commerce ne passait pas par Petrovya. Il y avait aussi Reavstone, mais avec les attaques maritimes, ça allait devenir plus complexe.
Cependant, le Surda n’était pas totalement dépourvu non plus de flotte.


-Vous pouvez disposer, annonça le vieux général. Détachez-moi quinze mille hommes. Cinq mille archers et trois mille arbalétriers, trois mille piquiers, et deux mille dragons. Cinq cent lanciers et autant de mages. Je veux qu’ils soient prêts à partir dés demain. Faites-les accompagner d’un groupe de six cent du génie. On va pas se laisser faire non plus…

Ce faisant, il rabaissait le nombre de soldats d’Aberon à trente mille, donc deux mille membres de la garde royale qui ne défendraient que le palais. Une sorte d’élite, seulement, ils n’étaient pas sous l’autorité d’un militaire tel que lui, ce qui le dérangeait, vu qu’ils étaient assez efficaces.
Feu-follet se leva. Il quitta la pièce. Il y avait des choses à faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 51
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Mirwen
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Lun 5 Jan 2009 - 23:14


La reine, aidée de sa servante, se déshabillait. Elle ôtait tout ce qui pouvait la distinguer. Bijoux, vêtements, parure. Elle avait fait acheter des habits au marchés, des habits de voyage. Elle se détacha et s'ébouriffa les cheveux. Elle devait se fondre dans la masse, ressembler a n'importe quelle femme lambda. Ce ne serait pas très dur, étant donné ses origines elfes. Elle ne gardait sur elle que sa bague, faite par Pierrot, qui la protégeait de toute magie.

"Ne pleurez pas, Hélène."

Mirwen aussi avait un pincement au cœur, d'abandonner ainsi sa servante, qui l'avait épaulée durant le temps de son règne. Mais il le fallait. Pierrot lui avait fait parvenir un message de la plus haute importance, et du plus haut secret. D'ailleurs, c'était tout Pierrot ! Qui aurait bien pu songer à faire parvenir un message de cette manière ! Un parchemin enroulé autour d'un pied de porc ... Mirwen avait failli le manger ! Mais ce que contenait ce message était clair. Aucune protections magique rapidement constructible autour du palais ne pourrait arrêter ceux qui en voulait à sa personne. Elle devait fuir, simuler sa propre mort Pierrot avait déjà tout pensé, apparemment.

Elle revêtit son manteau, sangla sa besace avec quelques affaires, et parti par une porte dérobée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Lun 12 Jan 2009 - 17:48


Pierrot avait cavalé sur le cheval de la reine à toute vitesse depuis Dras Léonas. Le magicien avait partagé son énergie avec celle de sa monture pour gagner en vitesse et en endurance. Il arrivait en vu de la capitale. La porte était solidement gardée. Les gardes se mirent en travers du chemin du cavalier.

"Hola ! On ne passe pas !"

Pierrot rabaissa sa capuche, laissant aux garde le soin de reconnaitre son visage, certes changé et plus jeune, mais les traits étaient les mêmes. il se tenait droit sur son cheval, et attendit qu'on lui céda le passage.

"Désolé, sieur pierrot, mais les consignes sont strictes ..." désolé, oui, il semblait l'être vraiment.

"Je sais, c'est moi même qui les ai élaboré !"

Les gardes s'écartèrent avec respect, et Pierrot passa, se remettant à cavaler jusqu'au palais. Il était attendu. un homme, qui devait être le nouveau porte parole du royaume, se tenait devant la porte. Pierrot descendit, et un palefrenier s'empressa de s'occuper du cheval. le porte parole était un vieux bonhomme -tout est relatif, mais vieux pour un humain - un peu rabougri, chauve avec un collier de barde. Très propre sur lui, il portait une tunique verte bordée d'or. Surement un noble de la cour.

"Seigneur Pierrot, on vous attendait !"
"Merci .. euh ? votre nom ?"
"Hancart, mon seigneur."
"Je ne suis pas encore seigneur, sieur Hancart."
"Bien, sieur Pierrot."

Pierrot monta des les appartements royaux. Sa chambre était déjà prête. C'était une suite voisine de celle qu'occupa jadis Mirwen. Apparemment, le sacre pressait. Pierrot devait se laver et se changer rapidement, avant de monter sur le trône. Il entendit alors quelqu'un s'approcher. Des pas feutrés de femme. Le magicien se retourna brusquement. Hélène, l'ancienne servante de Mirwen, était là. Il avait sursauté. Elle avait le teint pâle et les yeux rouges, signe qu'elle avait pleuré une bonne partie de la journée.

"Dé ... Désolé, seigneur ... vous avez besoin de quelque chose ?"

Demanda-t-elle en s'inclinant bien bas. Pierrot s'approcha et la prit délicatement par les épaules pour l'aider a se relever. Il passa ses deux pouces sous les yeux de la femme pour effacer quelques larmes qui coulaient encore.

"Non, merci Hélène. Vous devriez aller vous reposer, je n'ai pas besoin de vous pour le moment."

La jeune femme s'en retourna. Pierrot se déshabilla et commença à se laver. Durant le voyage, il avait accumulé la crasse, et sa barbe avait poussé. Il se lava et se rasa, laissant un bouc bien taillé. Ça donnait à Pierrot un air de roi. Il revêtit une parure faite a sa taille. Elle était composée d'un pantalon et d'une toge de velours noir, brodés d'argent, et d'une cape mauve. Il descendit rapidement dans la salle de cérémonie, où on l'attendait. La salle était déserte. Hancart était dehors, au balcon, avec deux autres personnes, qui tenaient des parchemins. Il parlait au peuple, pressé en bas, devant le palais. Ce balcon donnait en effet sur la grande place publique du palais. la garde était cependant très vigilante. Bien que Pierrot se doutait que sa vie n'était pas en danger, la foule pouvait être la cible d'un attentat. Hancart faisait un discours.

" ... cette maladie fut foudroyante, et la reine est passé de vie à trépas en a peine quelques heures. Ce fut éprouvant pour les médecins qui l'entouraient. Mais cette bien triste nouvelle en annonce une bonne. La reine à un successeur, au titre de régent. Il est établi que les succession de sang de la famille royale ce sont éteintes. C'est donc légitimement que ce trône revient à celui qui a tant fait pour notre peuple, et qui va encore tant faire, Seigneur Pierrot !"

Alors que la foule criait "la reine est morte, vive le roi !" Pierrot s'avança vers le balcon. Un servant apporta la couronne sur un coussin de velours rouge à franges d'or. Il était ganté, et n'avait en aucun cas le droit de toucher la couronne. Seule l'héritier du trône et l'exécuteur testamentaire avaient le droit de toucher cette couronne. Hancart la pris de ces deux mains, - ce qui laissa supposer à Pierrot que c'était lui, l'exécuteur testamentaire - et la posa sur la tête de Pierrot. Ça y était, il était roi. Il se présenta à la foule, du haut de son balcon, et leva les bras, avant de se retirer et de reculer dans la pièce. il restait tant et tant à faire ...


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3809
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Myad
Message Sujet: Re: Le Palais Royal | Ven 22 Mai 2009 - 20:39


Le chemin jusqu'au Palais fut certes lent, mais surtout très intéressant. Myad chevauchait aux côtés du roi, personne aimable et sans conteste cultivée, dont la conversation avait beaucoup de valeur. Dès les premières syllabes de sa voix grave, posée, la jeune femme perçut les notes discrètes de la véritable sagesse. Elle tourna tout à fait son visage vers lui, ignorant la route, confiante dans sa monture. Sa figure délicatement dessinée se couvrait d'ombres et de lumières dorées tandis qu'elle écoutait en silence les paroles du seigneur. Il parlait bien, sans s'emmêler de traîtres métaphores. La demi-drow hocha la tête lorsqu'il parla de l'avenir du Surda.

- Toute déchéance annonce une prochaine excellence, prophétisa-t-elle d'un air énigmatique. Il est certain qu'il en sera ainsi pour ce pays.

Le vent hululait à ses oreilles. Elle perdit l'éclat émeraude de ses yeux dans l'enchevêtrement des soldats en procession.

- Je souhaite que vous réussissiez dans votre but. Appeler jusqu'au un peuple les temps désirés du bonheur est difficile... Mais je pense que vous y arriverez.

Elle ajouta à ses paroles un léger sourire. Kisarod émit un soupir, baissa la tête jusqu'au sol. Tout cela lui paraissait vraiment très ennuyeux.
Comme à son habitude, la monture teigneuse abandonna sa cavalière à l'entrée du bâtiment. Myad toisa une seconde l'éclair rouge, or et pétillant qui crevait les prairies émeraude avant de se retourner avec grâce. Elle suivit le roi sans s'exclamer sur la beauté des sculptures - ce qui ne l'empêcha pas d'avoir un hochement de tête discret. Les lieux sentaient le vieux bois, nolble, les épices. Une chaleur inexplicable y baignait comme un parfum.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Le Palais Royal |


Revenir en haut Aller en bas

Le Palais Royal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Hors RP :: Fantômes du passé :: RPs Achevés :: Surda-
Ouvrir la Popote