AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

[Guerre] Opération vaseline beurrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15481
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Sam 19 Juil 2008 - 0:06


Le monde se matérialisa sous mes pieds. Un monde que je n’avais pas encore vu. J n’étais jamais venu ici, je m’étais laissé guider par le lien qui m’unissait faiblement au général de l’armée en place. Je regardai alentours. Ce n’était pas un simple regard avec les yeux, il y avait une pointe de magie, et je pus embraser la plénitude de mes troupes.
Cinquante mille hommes. Ils étaient en place. Il ne restait plus qu’à donner l’assaut. Nous étions cinquante mille à être passés par les terres, en plus de vingt mille autres, qui avaient suivi leur propre route. Contrairement à ce que l’on pouvait penser, les troupes arrivées par bateaux n’étaient que trente mille, et bien qu’elles soient arrivées bien plus tôt que celles que je commandais actuellement, elle n’avait pas d’autre utilité que de jeter de la poudre aux yeux.
Et maintenant, nous arrivions là où l’on ne nous attendait pas : nous attaquions Petrovya par l’est. Petrovya était le grenier du Surda, la pierre angulaire du commerce, de ce fait, elle n’était as aussi bien défendue que Cithri, nos espions rapportaient que le nombre d’hommes était tout à fait minime.
La prise de la ville ne devrait pas s’avérer autrement compliquée. Il fallait juste bien s’y prendre, éviter de trop s’approcher des défenses de la ville.
L’homme qui m’avait appelé se tenait à côté de moi, il me regardait avec un air circonspect, comme désorienté par ma soudaine arrivée. Il haussa ostensiblement les épaules.

-Joli tour de magie monseigneur, me dit-il. M’enfin. Je vous remets le commandement.

Il semblait un peu dépité de devoir me laisser ordonner à ses hommes à lui. Je le comprenais. C’était une grosse armée, donc une grosse responsabilité, qu’on lui retirait dés le début de la bataille. C’était le genre de choses qui vous mettait en rogne, mais on ne refuse pas les ordres d’en haut.
J’eus un petit sourire sans joie en regardant Petrovya qui se dressait, trop loin pour que les balistes que je devinais sur les remparts de la cité ne puissent nous atteindre, raison pour laquelle ils n’avaient pas encore essayé.
Cet homme était sans doute aussi bon, ou meilleur, que moi, cependant, j’étais mage, et lui non, ou si peu, et ce simple fait suffisait à me rendre plus efficace, ma capacité à communiquer avec chaque soldat par pensée, celle d’appréhender l’intégralité du champ de bataille en un clin d’œil, et aussi le fait que personne ici ne pourrait me tuer. Personne n’en avait la puissance.

-Général Taipei, c’est bien ça ? demandai-je. Faites-moi un topo de la situation.
-Humm…On est prêt à attaquer, cependant, ils sont bien retranchés, ce ne sera pas facile. Nos troupes sont déployées depuis peu, mais la confection des engins de siège a débuté. Des équipes de charpentiers et d’ingénieurs s’en chargent, on a emmené un stock de bois avec nous, cependant, la région est raisonnablement boisée. Le camp se trouve derrière une colline, on est invisible de la ville, mais on n’est pas dans une cuvette pour autant, enfin, on est bien placé.
-Et les troupes ? Combien est-ce qu’on a de magiciens ?
-Il y en a deux droungos, monseigneur, déclara l’homme. Ils s’entrainent régulièrement, chaque kentouria séparément, ou en groupe, en fait, ils sont autosuffisants tant qu’ils ne sont pas sur le champ de bataille. Le reste, piquiers, épéistes, cataphractaires, archers montés et archers à pied, plus des troupes du génie.

Le vieux général me donna des chiffres. Il connaissait bien son armée. Pendant que nous parlions, nous avions entrepris de retourner vers le campement. Il était efficacement installé, je pouvais sentir la présence de sentinelles alentour, les tentes étaient organisés comme une petite ville, et pas disposées à la va-comme-je-te-pousse.
Oui, même si personne ne comprenait pourquoi j’agissais ainsi, il fallait que j’aide la Guilde, ou le Concile, à gagner. Il le fallait, c’était la seule chose à faire, et si ça devait passer par le Surda, tant pis pour ce petit pays.

-Où en sommes-nous des réserves d’eau et de nourriture ? demandai-je pendant que l’on marchait.
-L’eau est abondante par ici, quant à la nourriture, nous disposons de réserves pour plusieurs semaines encore, on s’est servi dans les fermes et les villages alentours.

Je hochai la tête. Eux aussi avaient participé à l’effort de guerre, bien malgré eux. Mais ça en valait la peine, oui, vraiment, ça valait le coup.
J’ordonnai qu’une dékouria de mages me rejoigne et m’arrêtai en bordure du camp. On me regardait avec étonnement, parfois avec animosité, apparemment, personne n’était au courant de mon appartenance à cette armée, d’autant que j’étais habillé comme un civil, cependant je m’en fichais.
Les dix mages arrivèrent peu après. Je leur fis part de leur affection : chacun d’eux serait affecté à l’officier d’une moïra. C’était peu, mais je ne pouvais me permettre de dégarnir significativement mes troupes magiques, sinon cela risquait de me couter cher.
Quand ils s’en furent retournés, je me tournai vers le général.

-Etes-vous initié à la magie, mon général ? demandai-je.
-Absolument pas, répondit-il avec une certaine hargne. Je suis un soldat, pas un illusionniste…

Je me rendis compte qu’il ne m’aimait vraiment pas. Ça pourrait nous jouer des tours, ce petit imbécile croyait que j’étais venu lui voler son armée.
Je me baissai et ramassai un caillou par terre, comme n’importe quel autre. Je me concentrai dessus, quelqu’un qui maitrisait la magie aurait vu les flux s’activer autour du minéral, cependant, le général ne vit rien. Pourtant je finis par ouvrir le poing tenant la pierre, et la lui tendit. Il la prit sans comprendre.

-Elle vous permettra de contacter vos mages par magie, expliquai-je. Ça pourra vous aider. Conservez le commandement, pour l’instant, vous avez l’air tout à fait au fait de la situation.

Quelques heures plus tard, l’assaut commença. Ce que nous avions de trébuchets se mit à faire feu sur les défenses adverses. Il était inutile de révéler ma présence pour l’instant, autant attendre que nous soyons plus proche des murs adverses, j’avais toujours donné dans la démesure spectaculaire, ce n’était pas de loin que mon pouvoir serait le plus efficace.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 12079
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Mumak
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Sam 19 Juil 2008 - 15:26


Le temps était venu, enfin, de se rendre utile dans sa collabaration étroite avec le concil des Ombres et la Guilde des Ténébres. Laïaga avait contacté le nain puis lui avait envoyé sa position où il pouvait éventuellement le rejoindre. Mumak n'hésita pas une minute, il se doutait que la guilde ne l'accepterait pas aussi facilement et qu'ils allaient le tester pour savoir ce qu'il pourrait faire. Le nain n'avait aucune idée de ses limites. Il ne pourrait sûrement pas un dragonnier hormi si celui-ci s'attaquerait subitement à lui. probablement qu'il le blesserait pour le rendre innofensif mais pas le tuer, non. Contrairement à ses habitudes, il ne se rendit pas par téléportation au Surda mais sur Vanyali.
Les deux compagnons n'était pas en tenue de guerre, aucunes armures, en simple civil comme on pourrait dire. L'armure du nain avait toujours été celle de l'Alliance, il devra en trouver une si jamais, il combat dans les rues d'une ville. C'était le seul terrain où il n'était pas à son aise. Il était de loin meilleur en magie mais il se debrouillé plus que convenablement à l'escrime sans compter le corps à corps. Un nain qui vous saute dessus, ne vous lâche pas de si tôt. Petrovya, bonne initiative. Pourquoi ? Simplement parce que sa taverne ne risquait pas encore grand chose. Il devrait y faire un tour avant les combat pour consolider quelques sorts et éviter le maximum de dégâts.
Survolant le champ de bataille à une vitesse impressionant, le dragonnier évaluait l'armée de la Guilde, elle n'était pas mal du tout. Comme quoi, les mercenaires et pourritures dans ce genre, on en trouve à la pelle. Peu importe, il avait en ligne de mire le campement du haut commandement. Manquerait plus qu'il devait se battre à côté des fantassins tiens. Arrivé à quelques mètres, Vanyali ralentit sa vitesse puis se posa non sans délicatesse mais avec tout de même un trenblement pour ceux qui se trouvait proche d'elle. Suivit d'une nuage de poussière mélangé à de la terre, faisant tousser et frotter les yeux aux soldats et commandant qui se trouvait là.


* Nous y voilà... *
* Moui... Restes là quelques instants, restes à l'affût, on ne sait jamais avec eux. previens moi au moindres trucs suspect. *
* Comme tu voudras. *
* Fais pas cette tête ! C'ets pas comme si nous allions combattre nos amis... Ils ne sont plus là... C'ets pour notre bien que l'on fait ça. Penses à l'avenir qui nous attends. *
* Tu as sûrement raison, files voir Laïaga, l'assaut est lancé apparemment... *

Mumak déposa une légère caresse sur l'encolure de sa dragonne émeraude puis sauta agilement au sol. Tout le monde le regardait d'un drôle d'air, mais n'hésitait pas l'attaquer apparemment. Ils n'avaient pas été prévenu que le nain serait avec eux ou quoi ? Il repéra alors Laïaga puis s'en approcha avant de lui dire sur un ton plutôt amical.

- Vous n'avez pas perdu de temps... En passant, j'ai pu remarquer que c'était plutôt bien parti pour ton armée. La ville ne semblait pas vraiment s'attendre à autant d'hommes en face d'elle. Je dois avouer que je suis aussi impressionné que vous ayez trouvé tant d'homme. Tu auras de mes services alors ?

Il ne comptait pas resté là à ne rien faire en regardant des hommes faire uen boucherie. En intervenant, ils pourraient épargner beaucoup de vie. Suffit d'en tuer quelques uns pour qu'ils perdent espoirs et baissent les armes. Ensuite, la Guilde pourrait prendre les soldat sous son joug. Mais bon, il n'avait pas son mot à dire, il se contentera d'écouter et d'agir quand il le faudra.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14917
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://viederoliste.fr


Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 13:37


Les permières pierres frappèrent les murs de Petrovya. Les premiers impacts. Les premiers morts. Déjà les enfants criaient, et même leurs mères ne pouvait les calmés. Partout on entendait "On nous attaque!" "On nous attaque!""On nous attaque!" "On nous attaque!""On nous attaque!" "On nous attaque!" Oué bon je vais pas tout faire sinon j'en ai pour une plombe.
Derrière les murs, on essayait tant bien que mal de se défendre. Les quelque catapulte qu'il y avait, c'est à dire 5, tiraient sans relâche des débris de maison. A la fin on finit par envoyé les cadavres, c'est toujours sympa ça.
Mais tout ça était bien futil. En face, il y avait un trébuchet qui avait eu le malheur de se rammasser une pierre particulièrement grosse, et une ou deux dizaine d'homme écrabouillés. Mais qu'est-ce que vingt hommes mort sur cinquant-mille? Seul les cieux pourraient venir en aide aux Petrovyants... Petrovyé... Enfin aux habitants de Petrovya.





Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 60

Voir le profil de l'utilisateur


Feu-follet
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 15:48


Case tournait en rond, comme un lion en cage. C’était presque ça. Il s’était attendu à recevoir des rapports d’attaques sur Cithri ou Aberon, les deux cités qui avaient l’air d’intéresser les Conciliens. Mais non, bien sûr, c’eut été trop simple si ça c’était passé ainsi. Il avait fallu que ces enfoirés s’en prennent à sa ville.
Il avait reçu les rapports d’éclaireurs qui annonçaient que les troupes armées du Concile des Ombres arriveraient par l’est, après avoir contourné le lac, ce qui était contraire à toutes les attentes. On pensait qu’ils viendraient soit par le nord, soit par les mers du sud, où des navires identifiés comme étant Conciliens lançaient des attaques répétées.


-Mon commandant, intervint une voix au milieu des élucubrations du jeune homme. Je crois que nos adversaires sont là.

Le jeune homme tremblait presque. Case lui jeta un regard méprisant. Quoi qu’il en coûte, il ferait en sorte que l’armée qui s’approchait se rappelle longuement de Petrovya. Petrovya était perdue, il disposait de dix mille hommes, face à cinquante mille.
Et, bordel, on ne l’avait pas envoyé ici parce qu’il était le meilleur ! A vingt-huit ans, il n’avait même jamais été la plus haute autorité sur un champ de bataille. Il avait croisé le fer pendant la dernière guerre, mais en commandant un nombre limité d’hommes.
D’ailleurs, il était là parce que Petrovya ne serait pas arrêté. Elle n’avait pas besoin d’un officier d’expérience.
Mais ce n’était pas une raison bon sang ! Si même ses hommes tremblaient, ils pouvaient directement abandonner toute velléité de vaincre.


-Reprenez-vous, soldat, ordonna-t-il froidement. Je sais déjà où sont nos ennemis. Qu’avez-vous à dire ?
-Mon commandant, des entités magiques nouvelles viennent d’arriver.
-Hein ? demanda Case, oubliant l’assurance de façade qu’il s’était promis d’afficher.
-Des mages adverses. Deux de plus, et un dragon, ce qui permet de dire que l’un au moins est dragonnier. Mais l’autre est aussi puissant. Impossible de les localiser précisément, cependant.

Conrad Case se mordit la lèvre, presque jusqu’à ce que le sang en coule. Il n’avait pas prévu ça. Mais ce n’étaient que deux hommes de plus, sur cinquante mille. Aussi puissants soient-ils, ils ne pouvaient pas faire une différence significative. Il poussa un soupir : il n’en était pas si sûr.

-Comment savez-vous tout ça ? demanda-t-il.
-En tant que mages, nous avons pu les sentir. Ils sont aussi discrets qu’une compagnie d’éléphants de guerre.
-Et vous êtes ?
-Lieutenant Feänor du second bataillon de mages de bataille, mon commandant.
-Bien, lieutenant, voici comment je voudrais que votre bataille procède. Vous transmettrez mes ordres au premier bataillon…

Les deux hommes parlèrent pendant plusieurs heures, jusqu’à ce qu’un choc sourd retentisse dans la ville. Ils sursautèrent. Au dehors, l’état de peur constante qui régnait parmi la population se mua en panique. Les émeutes éclatèrent tandis que les habitants insistaient pour pouvoir sortir. Au loin, un pigeon volait vers Aberon.
Petrovya se défendit. Mais elle n’était pas équipée pour faire face. Les troupes adverses étaient encore trop lointaines pour faire donner les balistes, cependant, les cinq catapultes qui avaient la position adéquate pour riposter le firent. Un des trébuchets adverses fut détruit, ainsi que ses servants, par un débris de maison finement ajusté. Les débris des bâtiments détruits frappés par les armes Conciliennes servaient de munitions pour riposter.
Les hommes étaient sur les remparts, prêts à encaisser un assaut, cependant pour l’instant, il n’y avait qu’à attendre que la pluie de projectiles ne prenne fin. Case sortit sur les remparts, observant la disposition de ses troupes, trop idiot pour avoir peur ou trop fier pour le montrer, il réussit cependant à ne pas se aire tuer. Restait à attendre…
C’étaient maintenant des cadavres qui volaient en de disgracieux arcs de cercle aplatis vers les troupes adverses. Case fit la grimace : des corps venaient échouer dans leur ville, aussi, et ça n’avait rien de bons, si les épidémies se propageaient, ils finiraient par perdre aussi, alors qu’au dehors, ils auraient plus de facilités à enrayer les choses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15481
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 16:04


[Samoth, tu ne peux pas intervenir avec tes troupes, il est interdit d'apporter des renforts lors d'une bataille déjà engagée. Tu peux venir avec Samoth Wotan et uniquement lui, sans troupes, de même que Marek peut emmener son PJ, mais tu peux pas emmener des troupes de l'Alliance.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 2314
Âge : 22

Voir le profil de l'utilisateur


Edwin Do'Urden
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 16:26


Ezekiel arriva par l'Est, il avait suivit l'armée qui était sous le commandement de Laïaga, il avait aussi aperçu un dragon voler au dessus de sa tête, mais il n'avait pas pu voir qui c'était. Il avait fait un véritable effort pour ne pas perdre la trace de l'armée, car il s'était mis en route assez tardivement, et les traces étaient à moitié effacée, même si c'était un armée de plus de cinquante mille hommes... Ezekiel voulait se rendre sur le lieu de bataille affin de prêter main forte à son supérieur, il était vraiment admiratif devant Laïaga, Ezekiel voulait devenir comme lui, un jour... Il arriva au camp de l'armée alliée, il se fit arrêter par les sentinelles et leur dit:
"Ne vous inquiétez pas, je suis dans vote camp, je me nomme Ezekiel Nadas"
Lorsque les sentinelles entendirent ce nom, elles chuchotèrent entre elles:
"Le survivant de la lignée Nadas... Vous pouvez passer!"

Ezekiel commença à chercher son supérieur Laïaga affin que celui-ci lui assigne un post ou une tâche à effectuer, il était vraiment impatient de prendre part à la guerre. Il trouva un soldat, lui demanda ou se trouvait Laïaga, et le soldat lui répondit que celui-ci était juste à côté de la grande tente qui était un peu plus loin, Ezekiel s'y rendit et ne vit personne... Il chercha quelques instants et fini par trouver Laïaga:
"Laïaga! J'ai su qu'il y avait une guerre et je suis venu pour prêter main forte à ton armée et toi, dis moi ce que je dois faire, et je le ferai!"

Il était légèrement nerveux, car c'était la première guerre à laquelle il allait participer, mais il ne se dégonflerait pas, il ferai preuve d'une tactique et d'une volonté de vaincre qui ne faiblira pas, même si ses adversaires sont plus forts que lui (en nombre, cela ne semble pas être le cas^^), il combattrai et serai impitoyable. il vérifiait que ses épées coulissaient bien dans leurs fourreaux, à force se battre, Ezekiel avait pris cette habitude, il était très rapide et vraiment agile, il se préparait déjà mentalement à la bataille qui l'attendait.
Ezekiel attendit patiemment la réponse de son supérieur...

(désolé si mon post n'est pas très long, mais pour l'instant, je ne suis pas très inspiré, mais cela va venir au prochain post je pense, alors ne postez pas avant moi si je met du temps à répondre juste après Feu-Follet)



merci à Ellenwen!


Dernière édition par Ezekiel le Dim 20 Juil 2008 - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 5039
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://samoth-wotan.newgoo.net/index.htm


Samoth Wotan
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 16:57


[Ce ne sont pas nécessairement des troupe de l'alliance, mais des troupe locale, car la ville n'est pas démunie de défense, et il peut paraitre logique que l'on accorde de l'importance aux dragonnier qui vienne aider, en les faisant "diriger quelques hommes. Cependant, si j'ai bien compris, je vais devoir éditer mon message...]

" Pour la Paix "... Ces mots résonnait aux oreilles de Samoth. Il se trouvait dans une situation bien étrange, à devoir combattre pour la paix. L'oxymore de la situation atteignait donc effectivement son paroxysme, mais il y était habitué après tant d'années de pratiques. Le dragonnier était porté par un cheval, une magnifique monture dont il avait fait l'acquisition il y a bien longtemps, au Du Weldenvarden. Depuis lors, ce cheval était un compagnon fidèle et libre. Mais, vous l'aurez certainement compris, ce récit ne porte pas sur les animaux, ni sur les forets vertes ou les vastes prairies. C'était la guerre, et les seuls espace existant dans le périmètre étaient ce que l'on appelle communément champs de bataille. Le dragonnier ne s'était pas muni d'une grande et lourde armure, il n'aimait pas les défenses lorsque celles ci entravait les possibilités du combat. Il était donc muni d'une tunique légère masquant une fine côte de maille, alors que ses articulation étaient recouverte de protections métalliques plus importantes. Au dessus, dans les airs, Jarzahl faisait ce que l'on pourrait appeler de la reconnaissance. Il ne remerciait personne, non, mais tenait informé Samoth des positions ennemis.

* C'est le moment de vérité *

* Es-tu certain que cette phrase soit la plus appropriée pour introduire une bataille ? * répondit son dragon septique.

Samoth sourit à ces mots, mais la concentration reprit bien vite le dessus. Il fallait s'organiser, penser au combat, et gagner la bataille, car du sort de cette ville et du pays il en dépendait. Samoth aimait l'art du combat, pas se battre, mais il aimait également faire ce qui lui semblait juste. Dans son dos, une large lame était attachée, Samoth la saisit d'un geste sûr et vif, avant de la dégainer avec agilité et magnificence. En son esprit défila de nombreux souvenirs, les souvenirs d'événements passés. Le guerrier se remémora en un instant solennel de concentration extrême, toute les atrocité dont il avait été témoins, et dont les auteur étaient à présent ses ennemis. Et ce qu'il allait faire n'était pas poussé par une haine ou une volonté de vengeance, mais bien par une inébranlable détermination, qui ferait si nécessaire trembler le sol de ce pays, de ses sources de magies souterraines jusqu'aux forêts elfiques, passant par la peur des adversaires. Samoth leva son épée en l'air, comme pour redonner le courage à ceux qui étaient désemparés. Chacun devait se préparer, même si l'attaque n'allait pas être immédiate, afin de préserver les quelques chances de gagner. Dans un dernier gestes, le dragonnier jeta un œil dans les cieux, là où Marek, chef de l'alliance et ami, se positionnait. Ainsi il était prêt à combattre. Il ne lui manquait plus que l'instruction pour le faire..


Samoth Wotan, Chevalier Dragonnier, dit à la la large lame, voyageur aguerri, guerrier redoutable, magicien reconnu, enseigne la science et théorie des magies antiques à travers le pays, et fut récemment promu directeur de la Bibliothèque et du département de l'éducation en qualité d'érudit au sein du Vanyali, nouvellement Chef de Clan.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1413
Âge : 21

Voir le profil de l'utilisateur


Dayazell
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 17:11


Il avait couru pendant une heure. Et Sabré vit avec horreur le nombre d'assailant face aux assaillé. Environ cinquante mille contre dix mille. Il se transforma en félin et accourut vers Petrovya. Sous sa forme de chat. Il passa les portes en passant inapercue, et se dirigea vers celui qui parait être le commandant.
Il lui dit mentalement
*Voulez vous d'un chat garou dans vos troupes mon commandant ?*
Sabretran était trés bon en guerre, pour la simple raison qu'il peut se transformer à volonté. Et aussi de son nouveau sabre, qu'il vient d'acheter à Aberon en chemin. Il attendit la réponse du commandant, aprés, il se transformera en humain. Et son arc fera des malheurs.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15481
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 18:56


[Bon, Ezekiel a émis l’idée de tours pour poster, si ça vous va, ça évitera que l’on s’emmêle les pinceaux, non ?
Samoth, désolé, je pensais que tu remmenais des Allianceux. T’en as discuté avec Feu-follet avant ?^^]

Par-dessus les remparts de la cité assiégeaient volaient des pierres. Elles étaient moins nombreuses que celles que nous envoyions. Nos trébuchets donnaient, envoyant rocher sur rocher fracasser les bâtiments à l’intérieur ou frapper contre les murailles, mais ce n’était pas comme ça que nous passerions. Cependant, si l’officier en charge de Petrovya avait la moindre once de savoir-faire, il n’aurait aucun mal à imaginer une tactique défensive, quelque chose avec des archers, des balistes, sans aucun doute.
J’étendis ma perception de ce monde à tout ce qui m’entourait, comme j’avais si longuement appris à le faire, ressentant chaque étincelle de vie. Il y avait tant et tant d’hommes qui allaient mourir aujourd’hui. Il y avait ceux qui seraient pris entre deux feux, et ceux qui seraient là pour semer la mort. Il y aurait les soldats que l’on enverrait par dizaines et les héros aux nobles aspirations, armés de leur courage et épaulés de leur dragon. Car je sentis, avant de les voir, deux dragonniers, dans le camp adverse. Le dragon de l’un volait seul, celui de l’autre volait avec son dragonnier. Je pouvais le ressentir, le second dragonnier se trouvait à l’intérieur de la cité, je le sentais exhaler une puissance qui aurait pu être redoutable. Si moi et Mumak n’avions pas été ici. J’eus un rictus. Un apprenti, tout au plus. Le combat n’en serait même pas intéressant. Le second avait l’air plus puissant, il exhalait une plus grande force, comme plus expérimenté, mais de peu. S’il n’était pas un apprenti lui-même, alors il devait rester dans la norme. A eux deux, ils n’offriraient pas une résistance significative. Pas à moi et Mumak. Si tant est que Mumak souffre de combattre des personnes qu’il connaissait peut-être. Je n’avais que peu de relations avec les derniers dragonniers en date, pourtant, ce n’était pas le cas de mon ami, à ce que je savais. Après tout, si la rumeur disait vrai, il enseignait à la fameuse école des dragonniers. Voilà qui était avisé de la part des autres enseignants. A moins que ce ne fut maintenant lui qui en fut le directeur ? Il faudrait que je me renseigne sur ce point.

-Je crois que, oui, on va pouvoir se rendre utile ici, répondis-je avec un temps de retard à Mumak. Tu les sens ?

Je supposais que oui. Il allait maintenant falloir passer à l’attaque. Frapper. Quand un de nos trébuchets fut détruit par un tir ennemi, une dizaine de guérisseurs s’y rendirent instantanément, protégés par le bouclier d’autant de mages offensifs. Je souris devant la machine bien huilée de notre armée. Rien à redire, décidément.
Masquant instantanément les flux tout autour de moi, je pris le parti de riposter, pour voir ce que donnaient les défenses magiques de nos ennemis. Un filament d’énergie parcourut le sol, presque invisible, avant de jaillir comme une source de lumière éclatante environ à cent mètres des murs de Petrovya, traversant l’air pour faire exploser la pierre qui se dresserait devant lui.
C’est à ce moment que je sentis l’entrée dans la ville de quelque chose que personne n’avait vu, et qui n’était pas humain. Cette entité se perdit dans la multitude des habitants de cet endroit, et je me demandai ce qu’il pouvait être. Il me fallut un moment pour comprendre : chat-garou. Je n’en avais plus vu depuis des années…Et, malheureusement pour lui, il éveilla une vieille rancœur en moi.
Simultanément, je m’entendis appelé par mon prénom, ce qui me fit penser que ce n’était pas le général Taipei qui me hélait.
Je me retournai vivement, observant celui qui venait d’arriver. Cheveux et yeux bleus. Etrange, pas le genre de personne que l’on oublierait, pourtant, il me rappelait vaguement quelque chose, sans que je sache qui il était. Mais lui semblait me connaitre, ce qui m’intriguait.
Qu’un elfe se pointe comme une fleur pour me proposer de m’aider à envahir un pays théoriquement neutre avait, de toute façon, de quoi m’intriguer en soi. Je haussai un sourcil. Il avait l’air terriblement jeune, pour un elfe. Il avait encore les traits de l’enfance que ces êtres intemporels gardent plus longtemps que nous. Pourtant sa voix exprimait sa détermination et son allure exprimait son habileté. Je notai aussi qu’il n’allait pas sans armes.

-Voilà qui est surprenant, lui répondis-je sincèrement. Si on se connait, je crains d’avoir oublié. Si ce n’est pas le cas, alors dis-moi qui tu es, et pourquoi tu désires te battre.

J’avais dit ça sur le ton de la conversation, pourtant mes yeux exprimaient une certaine froideur. Ça sentait un peu trop le piège, surtout pour un elfe, qui était censé être une créature pacifique et en phase avec la nature, pas un conquérant.

-Monseigneur ! m’appela un des lieutenants de Taipei. Monseigneur, le général m’a dit de vous dire que trois beffrois étaient prêts à lancer l’assaut. Le terrain est plat jusqu’à Petrovya de là où ils se trouvent. Est-ce que l’on donne l’assaut ?
-Pas encore, répondis-je en attendant la réponse de l’elfe aux cheveux bleus. Quels sont les hommes qui y sont embarqués ?
-Une kentouria de mages et deux d’archers. Mais tous sont armés pour le contact. Nous avons aussi un bélier, s’ils réussissent à assurer un chemin libre jusqu’aux portes.

Je hochai la tête, satisfait. Voilà qui devrait calmer nos défenseurs. Ils étaient sur le pied de guerre, maintenant, un simple ordre et ils partiraient.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 60

Voir le profil de l'utilisateur


Feu-follet
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 19:02


[Bon je confie la défense de cette ville à Marek. Fais de ton mieux, si besoin est, MP-moi^^.
Donc ce sera Marek qui se chargera de vous répondre, Laïaga t Sabretran. Quant à Samoth, il a l'air déjà bien implanté xD]


Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 2314
Âge : 22

Voir le profil de l'utilisateur


Edwin Do'Urden
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 19:52


Ezekiel Nadas se doutait bien que Laïaga ne le connaîtrait pas, il s'identifia donc d'un ton assuré et plein de détermination:
"Je m'appelle Ezekiel Nadas, pour te servir, je viens d'une lignée de nobles elfes qui a été décimée... Je sais que ma proposition de t'aider pour cette guerre t'as étonné, car je suis un elfe, et que les elfes sont pacifiques, mais je ne suis pas vraiment un elfe comme les autres... Je suis de ton côté, n'as tu jamais entendu parler de la lignée qui avait été décimée en même temps qu'un petit village? Et bien je suis le seul survivant de cette lignée et de ce village, et je voudrai t'aider dans ce conflit. Tu ne le sais peut être pas encore, mais je veux faire partie de ta guilde, mais j'ai appris que pour gagner la confiance du chef qui est Svean, je devrai parcourir un long chemin... Bref, je suis de ton côté, ce n'est pas un piège, et je voudrai t'aider par tous les moyens! Je ne suis pas un elfe pacifique, et je voudrai te montrer de quel bois je me chauffe, donne moi une tâche à accomplir, et je l'accomplirai."
Ezekiel sortit un de ses épées de son fourreau, il la planta dans le sol et s'appuya sur le manche de celle-ci, il avait adopté une position qui lui donnait un air à moitié glacial, et il y avait comme quelque chose de "sanguinaire" dans son regard, un peu comme une soif de sang insatiable... Ezekiel avait pris un position qui semblait être décontractée pour tromper ses ennemis éventuels, ce qui était faux, il était en position parfaite pour parer et contre-attaquer un assaut ennemi, ce qui le rendait d'autant plus redoutable.
Ezekiel attendait patiemment la suite des évènements en regardant fixement son supérieur Laïaga.

*Je devrai persévérer pour entrer chez les Darks, mais je ne laisserai pas tomber! Je me battrai s'il le faut pour être accepté dans cette guilde, c'est ma seule destinée...*

(si cela ne dérange personne, je répondrai toujours après Laïaga, car cela m'arrange, merci de votre compréhension)



merci à Ellenwen!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 12079
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Mumak
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 20:45


Mumak se tenait près de Laîaga. Tout deux étaient côté à côte mais le regard plongé dans la bataille. C'était assez impressionant comme à chaque fois. Le concil avait une force armé très importante mais pourquoi Svean était-il absent. Il devait être au courant de la venu du nain dans ses rangs. Selon Mumak, il ne devait pas s'en plaindre à moins qu'il ne s'en méfis ? Probable. L'esprit protégé un peu plus qu'à son habitude, le dragonnier regardait les pierres fuser contre les murs de la ville. Finalement, il tiendront moins longtemps qu'il ne l'avait prévu sans renfort. L'Alliance, où était-elle ? Puis le Nomins... Il s'était toujours méfié d'Eldeen, il savait qu'elle n'était pas totalement clean et cela depuis le début. C'est alors que deux auras se démarquèrent des autres. Ce n'était pas des mages comme il le sentait depuis le début, non c'était des auras qu'il connaissait bien. Se ponçant légèrement la lèvre inférieur, il se doutait qu'ils viendraient. Mais sans armée, il ne devait pas avoir tout prévu... Tant mieux pour nous.
Le nain tourna la tête et sourit quand Laïaga, il avait réagit aussi vite que lui apparement. Réfléchissant un petit instant, il répondit à son ami.


- Oui... C'est un dragonnier avec un apprenti... Ce ne risque pas d'être amusant, je ferai bien une percée parmi les ennemis par contre. Enfin, c'ets toi qui voit. Bizarement, le Nomins Ageati n'a pas répondu présent, tu ne trouves pas cela étrange ?

Il était toujours à se préparer à toute éventualité. peut être qu'ils allaient débarqués d'un coup par suprise ou peut être que le clan avait ses hommes à l'intérieur de la ville ? Ce n'était pas normal tout ça. Passant sa main sous son menton, il sentit que Laïaga concentré de l'énergie, il se décala de quelques centimètres pour qu'il soit libre de ses mouvements si besoin était mais en fait, non. Telle une flèche, un file d'énergie partit sous terre droit sur Petrovya, arrivé à son but, il sortit et implosa dans une lumière aveuglante. Touché. Sourire aux lèvres, il allait faire uen remarque avant d'entendre un jeune homme clamer le prénom de Laîaga. Si c'était un homme de son armée, il avait une certaine audace... mais il se trouvait que non. Un elfe plutôt étrange qui se disait d'une race décimé. Il apparaissait comme une fleur devant eux avec quelques hommes. Voilà qui est louche. Mumak se rapprocha avec Laïaga de l'elfe. Ezekiel, jamais entendu parler. Personnellement, le nain restait sur ses gardes, les elfes pouvaient être fourbe. Cependant, celui ci ne répondit pas clairement à la question du général. Il n'expliquait pas son choix de battre parmi eux hormis le fait qu'il voulait faire partit de la guilde. Il avait intérêt à faire ses preuves pour convaincres Svean. Mumak sourit, se retenant de rire.

- Si je m'attendais à voir l'arrivée d'un bouffeur de verdure en renfort...

Mumak ne tenait pas les elfes dans son coeur. Il ne respectait que ce qui avait sa confiance et était ses amis. De toute façon, il se doutait que l'elfe ne tenterait rien. S'il le faisait, sa tête serait à terre avant qu'il ne lève son épée. C'était peut être cruel mais c'était la vérité. Alors que Ezekil faisait le beau sur son épée, vraiment ridicule. Mumak se retourna puis leva la main en l'air, rassemblant l'énergie des végétaux aux alentours pour enflammer les pierres qui volaient d'un feu magique car la pierre, ça brûle pas tout seul hein.Peu à peu, le feu se répendait dans la ville et il se doutait que les ages devraient se concentrait d'autant plus sur les flammes que sur les mages ennemis. Ils allaient finir par tomber un à un car l'énergie n'ets pas inépuisable même la sienne... Se retournant vers les deux compagnons, il attendait la réponse de Laïaga, se demandant ce qu'il allait faire avec un elfe qui ne tiendrait pas très longtemps sur le cham de bataille avec son niveau de magie. Par contre, il ne doutait pas de son aisance en escrime. Vanyali se rapprocha d'eux, parraissant curieuse de la situation.

* Quand est-ce que je vais bruler quelques choses ? *
* Attends de voir ce qu'on va faire avec ces elfes là sinon, tu pourras te faire griller un cerf pour patienter... *
* D'accord... Mais ne crois pas que je vais manger un elfe... *
* Reposes toi pour le moment. *
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1413
Âge : 21

Voir le profil de l'utilisateur


Dayazell
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 21:33


En une seconde, pendant que Sabretran attendait la réponse du commandant. Il sentit quelquechose, de bizarr. A l'intérieur de son cerveau. Il ne fit pas attention et se dit que ce n'était que le stress. Puis il susauta, il venait de se rappeller les paroles de sa mére. " Mon fils, dans une guerre, tu sera connu de tes ennemis avant même de les voir. car tu n'a pas le même esprit qu'eux" puis avec horreur il se rappela les paroles de son pére \"Il suffit à un magicien de trouver ton étincelle, pour l'éteindre"
C'est alors qu'il se rendit compte qu'il était une cible reconnut d'avance. Il ferma son esprit, en s'imaginant qu'il y avait de la brume autour. Celui qui s'aventurait dans la brume tomberait dans un trou dissimulé.
Pendant ce temps, l'armée approchait
.


BOUM !! Un projectile tomba à trois métre de lui, le sol trembla, la poussiére se leva. Et Sabré tomba par terre, et jura entre ses dents. Dans la confusion, le commandant avait disparu.
Il était temps d'agir !! Il prit son carquois, encocha une fléche. Il mit de l'huile au bout dela fléche. Visa une de ces catapultes, et tira. La fléche partit haut, pendant un instant il l'a perdit de vue. Puis ils s'apercut que la fléche avait raté sa cible d'une dizaine de métre. Elle avait par contre embroché un solda en plein visage. Et avait mis le feu aux cheuveux d'un autre. Un homme qui se trouvait prés de lui l'applaudit :



-Bravo mon garcon, vous avez un oeil de chat !!
-Dis moi, vous aviez ici une reserve où l'on stock les armes pour les soldats ?
-Oui monsieur, mais elle est presque vide vous n'y trouverez aucune epée.
-Et des fléches ?
-Il jonchent le sol...

Sabré suiva le guerrier, qui l'emmena dans un entrepot mal éclairé. Une odeur de sang, passé des ancienne bataille, flottait dans l'atmosphére. Il prit une vingtaine de fléche, et alla se poster sur les remparts. Il les tira succesivement.
Dix arrivérent intact, le reste avait été devié par les magicien. Parmis les dix qui avaient réussi a passer 2 tuérent des soldats, les autres furent coincé dans les boucliers. Ce n'était pas de cet facon qu'il allait en venir à bout des cinquante milles soldats.
Il aura au moins essayé, et il sait où est l'entrepot.
Il vérifia une derniére fois si son esprit était bien fermée
C'est là q'il vit la jeune fille qui avait emporté son dragon, il lui rendit son salut
.



Spoiler:
 


Dernière édition par Sabretran le Dim 20 Juil 2008 - 22:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3240
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur http://rebellion-rpg.forumactif.com/


Raïta
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 21:58


Ritos était enfin arrivé quand elle entendit les cris des villageois et puis les cris de guerre elle sentit un air glacial la parcourir mais il ne fallait pas se dégonflait du moins pas maintenant...L'heure de vérité était enfin arrivé elle devait continué elle devait combattre au côté de son général alors une fois juste à côté elle lui dit:

-Me voilà mon général près à combattre....j'attends juste vos instructions...

Ensuite elle aperçut le chat garou qu'elle avait rencontré il y a peu elle lui adressa un salut d'un geste de la main et puis attendit les instructions....Elle balaya du regard le décor...Elle sentit sa gorge au point d'éclater cependant il ne fallait pas montré ses faiblesse alors elle s'arrangea pour reprendre le dessus sur sa peur.Elle entendit les paroles de sa sœur "pour être digne de ton nom il faut toujours allait jusqu'au bout de tes exploits même si celle-ci doit te couté la vie" A ses paroles elle sourit...mais son sourit s'éfaça très vite quand elle vit un enfant à terre et puis juste après sa mère lui venir en aide et puis elle rajouta aux générales des armé:

-Quoi que vous décidiez de faire vous devez agir vite.!


Le vrai bonheur coûte peu ; s'il est cher,c'est qu'il n'est pas d'une bonne espèce.



Une fleur,

Un cœur,
Du bonheur.

Merci à Sabretran pour le Kit.

[Messagère du Vanyali]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 60

Voir le profil de l'utilisateur


Feu-follet
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 22:12


[Changement de programme, finalement je m’occupe des défenses de la ville^^
Samoth, tu restes combattre avec moi alors ? Ou tu retournes avec l’armée de l’Alliance ?]

Un éclair de lumière jaillit du sol, dans le terrain découvert entre l’armée attaquante et la ville. Du haut des remparts, accroupi derrière les créneaux, Case put voir l’éblouissant sortilège qui fendit l’atmosphère. Il était au milieu d’une compagnie de magiciens. Deux d’entre eux vacillèrent quand l’éclair explosa contre la muraille sans l’entamer. Case grogna. Si un simple éclair comme ça avait suffi à faire vaciller ses hommes…

-On a de la chance, souffla pourtant l’un d’eux.
-Ouai, répondit un autre, c’était pas du gros.
-C’est un des dragonniers qui a tiré ? demanda Case. Vous avez pu le localiser ?
-Non, répondit le premier mage. Non, impossible de localiser le lanceur, ce qui nous laisse penser que c’est un dragonnier qui a fait ça. Si c’avaient été des mages comme nous, nous aurions pu sentir la provenance du sort, il aurait fallu qu’ils s’y mettent à plusieurs. Mais heureusement, il n’a pas essayé d’être totalement discret. On a pu se défendre.
-Comment ça ?
-Simple : il est impossible de maintenir un bouclier tout autour d’une ville. On doit juste réagir aux attaques. Normalement, on les sent venir, on contre en conséquence, et les mages s’annulent. Ce connard a simplement brouillé les flux magiques qui caractérisent l’utilisation de notre art. Impossible de voir venir autrement que par nos cinq sens. On a juste eu le temps de dresser le bouclier quand on a pu voir l’éclair physiquement…Pas tout le monde n’y a participé, certains ont été trop lents, c’est pourquoi plusieurs ont failli tomber dans les pommes. Mais ça restait une attaque bénigne. Pour eux…
-‘sont pas humains, déclara un autre larron. On va les crever…

Case hocha la tête. Tant qu’ils étaient motivés, ils n’avaient pas perdu. Il se demanda combien de temps cela durerait. Qu’est-ce qu’il penserait si on lui demandait d’abattre en duel le meilleur maître d’armes des terres connues ?
Il s’en foutrait. Trop con pour avoir peur, ou trop fier pour le montrer, pensa-t-il, autocritique. Au loin, il voyait des tours de siège se dresser. Le bombardement de rocks se continuait. Non loin de lui, un projectile emporta plusieurs hommes en un éclair, ne laissant qu’une portion de créneaux éboulée et un reflet rouge dans l’air.
Il jura tout bas, observant les tours de siège. Au nombre de trois, elles s’approcheraient sans faillir, débarqueraient leurs hommes, tenteraient sûrement de prendre la porte principale, ou bien simplement de rester en place tandis que d’autres hommes viendraient pour profiter des tours.
Il fallait les abattre. Aucun doute que la magie serait contrée par la magie, alors comment s’y prendre sans engin de siège lourd ? Les scorpions ne pourraient tirer que sur l’infanterie quand elle traverserait la plaine, trop faibles, et les bricoles risquaient aussi d’avoir du mal à traverser le bois des beffrois.
Case s’apprêtait à transmettre ses ordres quand une voix retenti dans sa tête. Il sursauta en regardant autour de lui, cherchant qui avait parlé, mais personne ne le regardait. On lui proposait de l’aide. Mais qui était-ce ?
A ce moment, un chat qu’il n’avait pas remarqué prit lentement forme humaine. Il était armé, sabre et arc, et Case fut dérouté de voir un chat-garou se tenir face à lui ; qu’est-ce qu’il faisait là ?


-Toute aide est la bienvenue, déclara-t-il.

Il comprenait après coup les pensées dans son esprit. La télépathie n’était pas absolue comme le parler commun oral, et le terme de chat-garou ne s’était pas imprimé avant qu’il ne comprenne par lui-même. Il rit bêtement avant de se reprendre.


-Gonzo, dit-il au mage le plus proche de lui, faites-lui prêter serment s’il-vous-plait.

Pas de temps à perdre. Il brûlait les étapes, cependant, il fallait faire vite.

-Compris, répondit le mage. Répétez avec moi si vous voulez servir avec nous, dit-il au chat-garou.

Alors il lui énonça les mots d’Ancien Langage qui formaient « Je servirai loyalement l’armée Surdanne et n’aiderai en aucune manière l’armée Concilienne. »
C’est le moment que choisirent les assaillants pour tirer des boules de feu sur eux. Non pas du feu grégeois comme on pourrait s’y attendre, mais des roches enflammés.


-Dragonnier ! cracha un mage comme si c’était une insulte tandis que les premières boules de feu tombaient en ville et déclenchaient des incendies. Eteignez-les !

L’ordre fut relayé parmi les troupes magiques, tandis que certains s’attelaient à éteindre les feux et que d’autres tentaient d’éteindre les rochers en l’air. Case regardait ça avec une certaine admiration.


-On a localisé le dragonnier ! déclara le magicien. On le tient maintenant.
-Vous pouvez attaquer ? demanda Case.
-Non, trop puissant, mais on ne le lâchera plus, on va faire en sorte que vingt d’entre nous gardent constamment un œil sur lui. Façon de parler. Et en toute discrétion ; ça on sait faire. La magie de l’esprit n’est remarquable que quand elle est effective, si nous nous contentons d’observer, il ne devrait pas nous voir.
-Bien, concéda Case.

Ils venaient de marquer Mumak. Est-ce que ça servirait à quelque chose ? Tuer un tel mage était presque impossible. Et pourtant.
Case ne s’y intéressa pas plus longtemps. Il donna ses ordres : les catapultes sur les remparts entreprirent d’abattre les tours de siège. L’arrivée d’une elfe dans ce charivari le surprit. Encore un non-humain, ce qui n’était pas rare à Petrovya, mais dans l’armée Surdanne, oui. Elle lui dit plus ou moins la même chose que le chat-garou. Puis lui intima d’agir vite. Il grogna en la regardant de travers.


-Je connais mon boulot, elfe, déclara-t-il, frustré, dans le vacarme infernal. Mais je ne peux rien faire qu’attendre. Toute tentative de sortie aurait l’effet de nous faire massacrer. Les renforts ne seront jamais là à temps. Nous avons pas l’artillerie pour faire des dégâts significatifs à ces fils de putes. Je ne sais pas ce que vous préconisez, mais moi, je vois que l’attente ! La putain de merde d’attente ! s’emporta-t-il, avant de se reprendre : désolé. Gonzo !

Le magicien était toujours là, et demanda à la nouvelle venue de prêter serment, de la même manière que le chat-garou. Par esprit, il déclara à son commandant « dragonnière » en désignant de ce simple mot l’elfe fraîchement arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3240
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur http://rebellion-rpg.forumactif.com/


Raïta
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 22:30


Ritos prête serment puis elle ne se fit pas prié pour attaquait elle devait agir même si son générales ne lui avait pas ordonné alors elle alla vers Sabre et lui dit:

-Ecoute tu t'occupe des soldats qui sont devant et puis moi de ceux qui sont derrière d'accord?

Ensuite Ritos sans attendre la réponse de ce dernier alla à son opposé et lança une vingtaine de poignards accompagné par une dizaine de boules de feu....Alors ses poignards et ses boules heurtèrent une bonne dizaine de soldat qui tombèrent à terre...Et puis là elle lança une dizaines de pique de glace et puis elle se retourna et entendit quelques cris c'était ceux des soldats qui reçurent les pique alors elle fit un sourire de satisfaction et puis alla interrogeait un villageois:

-Es que vous n'avait pas une pièces ou il y a que des armes et du ravitaillement

-Si bien sûr mais les armes on n'ont a pas beaucoup

-Bref montrez la moi sil vous plait

C'est ce qu'il fit ils allèrent jusqu'à cette pièces qui avait d'ailleurs un drôle de décor et alors elle prit une épée et puis quelque poignards empoisonné ainsi elle prit aussi un verre d'eau et puis repartie attaquait.


Le vrai bonheur coûte peu ; s'il est cher,c'est qu'il n'est pas d'une bonne espèce.



Une fleur,

Un cœur,
Du bonheur.

Merci à Sabretran pour le Kit.

[Messagère du Vanyali]


Dernière édition par Ritos le Dim 20 Juil 2008 - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1413
Âge : 21

Voir le profil de l'utilisateur


Dayazell
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 22:39


On lui fit preter serment, il le fit, par simple politesse, il n'avait pas l'habitude qu'on doute de sa parole. Puis une idée lui travers la tête. C'était tout à fait possible.
L'armée lancait ses attaques contre la ville, et contre attaquer les sorts qui venaient dans CETTE direction, il demanda d'abord au commandant

"Les gens peuvent se teleporter d'ici ?"



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 2314
Âge : 22

Voir le profil de l'utilisateur


Edwin Do'Urden
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 22:48


[je sais que je ne suis pas modo mais une chose m'intrigue un peu: Ritos, je trouve que tu es très puissante (légèrement trop pour un apprenti dragonnier d'après moi), il me semble que tu as utilisé beaucoup d'énergie pour lancer toutes ces boules de feux et ces pics de glace, et puis comment tu as fait pour tuer des soldats en lançant des poignards et en lançant des sorts alors que tu n'es même pas sortie de l'enceinte de la ville de Petrovya? J'aimerai bien le savoir... et au fait, vous n'avez pas vu plus haut qu'on a dit qu'on faisait un ordre pour poster? donc vous n'avez pas le droit de poster comme vous le faîtes, il faut laisser le temps aux autres de poster aussi...]



merci à Ellenwen!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1413
Âge : 21

Voir le profil de l'utilisateur


Dayazell
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 22:57


Pour la suite des messages, nous disons ce qui se passe chez nous, donc nous ne precipitons pas les evenement et pour Ritos, le pics de glace et le plus infime sort à lancer (sans prendre la grosse tête bien sur ^^)



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3240
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur http://rebellion-rpg.forumactif.com/


Raïta
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 22:58


[très bien alors tu sauras tous premièrement mon élément c'est le feu et puis de plus je ne attaque pas une deuxième fois pour cet raison parce que j'ai dépensait un peu d'énergie ou alors beaucoup...et puis c'est noté pour l'ordre de posté XD et puis sabré à tous à fait raison ]


Le vrai bonheur coûte peu ; s'il est cher,c'est qu'il n'est pas d'une bonne espèce.



Une fleur,

Un cœur,
Du bonheur.

Merci à Sabretran pour le Kit.

[Messagère du Vanyali]


Dernière édition par Ritos le Dim 20 Juil 2008 - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15481
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 22:59


[Humm...On se charge de ca Ezekiel^^ Enfin il a pas tort, Ritos, tu en fais beaucoup d'un coup, mais pas de quoi crier au scandale non plus, Ezekiel. Enfin tfason, c'était surtout le meilleur moyen d'attirer l'attention^^
Pour l'ordre de passage, est-ce que Laïaga - Ezekiel (vu qu'il veut poster après moi) - Mumak - Feu-follet - (peut-être Samoth) - Sabretran - Ritos ca vous va ?]
[J’en connais qu’a dû s’amuser à coder son message…]

Le Nomins Ageati ? Le clan résultant de la fusion des Vardens et de l’Empire. Est-ce qu’ils avaient intérêt à prendre parti dans cette guerre ? Si le Surda gagnait, il maintiendrait des relations commerciales et diplomatiques stables avec l’Alagaësia, et dans le tas, l’Empire, donc le Nomins, était sans doute celui qui avait le plus intérêt à faire gagner le Surda. Plus que le Surda qui ne disposait pas de territoire à proprement parler mais une influence théorique égale à celle des autres factions.
Alors pourquoi était-ce l’Alliance qui venait aider le Surda ? Allez savoir. Peut-être que le nouveau chef était un idéaliste qui se battait pour des principes. Je souris. Pourquoi pas…

-Etrange oui. Peut-être que sa création récente entrainent des problèmes, une direction chaotique peut-être, ou une chaîne de commandement floue. Quelque chose qui les inciterait à rester hors du conflit ? Quant à faire une percée dans leurs lignes…

Un drôle de sourire se dessina sur mon visage. Ce serait comme un bélier tentant d’enfoncer la porte de bois vermoulu d’une bicoque en chaux. Quoi que…Ils seraient quand même nombreux, ces mages, et Mumak serait seul. Enfin seul…Seul avec un autre maître dragonnier quoi.

-Fais comme tu le sens, si tu y vas je te suis, on verra bien ce que ça donne.

Après tout, nous ne risquions pas grand-chose dans cet engagement, au moindre signe de danger, nous pouvions nous téléporter, disparaître, s’enfuir, et nous préserver. Voilà pourquoi Mumak comme moi étions techniquement invincibles dans une telle bataille.
Paisiblement, j’écoutai l’histoire d’Ezekiel. J’avais entendu parler de son histoire, un truc moche, mais ce n’était pas mon problème. Le jeune elfe planta son épée dans le sol, s’appuyant sur celle-ci. Il donnait l’impression de se reposer, pourtant il dégageait, plus qu’une soif de sang ou une froideur glaciale, l’impression d’être aux aguets.
Je pressentis le mépris de Mumak. Nous nous trouvions en face d’un elfe convaincu de ses capacités qui n’avait pas l’air d’avoir vingt ans révolus. Mais chez les elfes, les apparences étaient toujours trompeuses.
La remarque du nain me fit éclater de rire. Brièvement. Je repris finalement mon sérieux.

-Je connais les Nadas. Enfin, j’ai eu vent de leur existence, je ne les connaissais pas personnellement. Mais ça ne répond pas à ma question. Pourquoi est-ce que tu veux combattre ? Est-ce simplement pour gagner l’estime de Svean ?

Je m’imaginai Svean en dieu adulé par les foules, dont on voulait gagner les faveurs par des offrandes. La manière de présenter la chose de l’elfe était à tout le moins déroutante.
Je haussai les épaules à son invective mentale.

*Tu fais ce que tu veux mon vieux. Mais n’entre pas dans la Guilde qui veut. Si tout n’était qu’affaire de volonté, les choses seraient trop simples. Nous verrons bien ton talent.*
-Tu veux combattre avec nous ? continuai-je à voix haute. Pas de problème. Prête serment, et je te donnerai un commandement.

Je lui dis les mots en Ancien Langage. Qu’il les répète exactement, et il m’affirmerait « Je ne trahirai pas le Concile des Ombres et défendrai ses intérêts lors de la guerre en cours au Surda, je ne divulguerai aucune information concernant l’armée Concilienne, le Concile des Ombres ou la Guilde des Ténèbres, je ne tenterai en aucune façon de nuire au Concile des Ombres selon l’acceptation de Laïaga Sin’Saïan ou de Svean Aydin. »
C’était, en somme, un serment de soumission, ou peut s’en fallait. Mais en ce qui concernait le nouveau venu, je ne m’en voulais pas, je ne pouvais pas confier la responsabilité de mes hommes à quelqu’un que je n connaissais pas et qui se pointait comme une fleur.
Bien entendu, on pourrait objecter qu’une telle tactique pour infiltrer un espion était beaucoup trop grosse pour être sérieuse, mais rien ne disait que nos adversaires ne comptaient éventuellement pas sur ça.
Attendant la réponse de l’elfe, je vis que les rochers que lançaient nos trébuchets s’enflammaient, et déclenchaient des incendies dans la ville. Je souris. Brillant, Mumak…
En même temps, les tirs adverses changèrent de cible. Ils tentaient d’abattre les tours d’assaut. Il fallait donc les faire avancer tout de suite, vu qu’elles ne résisteraient pas à un feu trop dru.

-Ezekiel, dis-je à l’elfe. Si tu acceptes, tu rejoindras la tour de droite, dis-je en en désignant une qui contenait une centaine d’archers. Tu les commanderas dans la prise des murs de Petrovya. Ton objectif est de monopoliser les défenseurs sans te faire bouter.

Je vis les derniers soldats prendre place dans les tours. Les hommes chargés de les tirer se placèrent devant chacune d’elle, protégés par des chattes de bois peu inflammable et humidifié. Les tours se mirent en branle, dans leur lent mouvement vers la victoire.
Pendant ce temps, les flèches se mirent à tomber. Elles tuèrent plusieurs de mes hommes. Trois à vrai dire. C’était ridicule de tenter de nous vaincre ainsi, ils étaient tout de suite remplacés. Quelque chose me chiffonnait : les flèches faisaient mouche à plus de deux cent mètres. Il y avait quelqu’un qui tirait à l’aide de la magie là-bas, et il ne fallait pas le laisser faire.
Je repérai l’origine des sorts. Il se déplaçait dans la cité, mais je n’avais aucun moyen de pénétrer son esprit, perdu dans une brume improbable. Il était bien protégé. J’aurais pu passer outre, c’aurait même été presque aisé, mais je n’aimais pas ce genre de choses. Je savais où il était. Je sentais sa magie à défaut de son esprit.
J’oubliai cependant précipitamment l’archer pour observer la femme qui tirait des boules de feu. Elle en tira une dizaine, ainsi que des poignards, et des pics de glace. Je souris. Magicienne ? Et son esprit n’était pas protégé. Elle allait se souvenir de moi, celle-là…
Je localisai son esprit, l’observant longuement, protégeant consciencieusement le mien derrière une barrière de sabres mentaux. Impassable pour quelqu’un de son niveau. Je souris d’un sourire sadique. Elle allait mourir. Tout simplement. Tandis qu’elle se rendait là où était allé l’archer un instant plus tôt, un coup de tonnerre retentit dans son esprit que j’investissais à la vitesse de l’éclair. La douleur la transcenda, probablement plus vive que ce qu’elle n’avait jamais ressenti. Il n’y avait guère de douleurs plus vives que celle que procure la domination spirituelle…
Et même si elle avait encore assez de présence d’esprit pour riposter, elle ne tiendrait que quelques secondes, peut-être une minute.

*Que comptes-tu faire, dragonnière de pacotille ? lui demandai-je d’une voix suave tandis que la pression de mon esprit s’accentuait de seconde en seconde. Hein ? Que comptes-tu faire face à moi ?*



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 


Dernière édition par Laïaga le Dim 20 Juil 2008 - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3240
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur http://rebellion-rpg.forumactif.com/


Raïta
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 23:00


[pour moi ça me va ]


Le vrai bonheur coûte peu ; s'il est cher,c'est qu'il n'est pas d'une bonne espèce.



Une fleur,

Un cœur,
Du bonheur.

Merci à Sabretran pour le Kit.

[Messagère du Vanyali]
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 2314
Âge : 22

Voir le profil de l'utilisateur


Edwin Do'Urden
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 23:02


[Mais pour quand Ritos tu attaques nos soldats, je te dis ça car tu n'a pas précisé que tu sortais de l'enceinte des murs de Petrovya, et si tu ne sorts pas des murs d'enceinte, tu ne peux pas avoir les soldats en visuel, donc tu ne peux pas les viser^^]
Laïaga : Laisse tomber Ezekiel, elle peut se poster sur les remparts pour viser, ce qui est tout à fait plausible. De plus, maintenant, je peux dire que je l'ai repérée précisément, donc, on est gagnant au final.



merci à Ellenwen!


Dernière édition par Ezekiel le Dim 20 Juil 2008 - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 60

Voir le profil de l'utilisateur


Feu-follet
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 23:02


[Ca me va aussi. Bonne nuit les gens.]
Laïaga : Ritos je corbeillise, si on commence à trop discuter comme ca HRP, ca va partir en couille, donc on arrête après ce message.
Revenir en haut Aller en bas


Nombre de messages : 2314
Âge : 22

Voir le profil de l'utilisateur


Edwin Do'Urden
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée | Dim 20 Juil 2008 - 23:33


[Cela me va aussi tout conte fait]

Ezekiel trouvait que Mumak était très efficace, et assez astucieux, car enflamer des rochers que l'on projette sur l'ennemi, il fallait y penser! Il était tout aussi impressionné par la puissance de Laïaga, juste en un coup basique (pour son niveau), il avait donné des difficultés à tous les mages qui se dressaient devant lui, un démonstration de puissance à l'état brute...Lorsqu'il entendit Laïaga lui citer le serment qu'il devrait répéter en ancien langage, il fut vraiment soulagé, il voulait se battre aux côtés des Darks, car au fond de lui, il était sombre, très sombre (et assez sadique aussi). Les tours avançaient et les murs ennemis étaient toujours sous le feu des tribuchets des Darks, ce qui était grandement avantageant. Ezekiel répéta mots pour mots ce que Laïaga lui avait dit, il sentit de la magie dans ces paroles, un serment incontournable en sorte, ce qui ne lui déplaisait pas du tout. Ezekiel se rendit sur la tour de droite ou il fut assigné au commandement d'une centaine d'archers, ce qui était parfait pour lui, Ezekiel avait une tactique parfaitement adaptée pour les archers, la tour avançait lentement, mais il pouvait y avoir pire, Ezekiel et ses archers dans la tour avaient à présent effectué la moitié du chemin qui séparait leur camp aux murs d'enceinte ennemis, il avait déjà préparé son plan mentalement. Ezekiel souriait sadiquement à l'idée de faire un carnage prochainement... Un des archers avait remarqué son expression qui en disait long sur sa soif de sang, si bien qu'il avait détourné le regard car le rictus de Ezekiel était effrayant.
Ezekiel fit signe à son régiment d'archer d'armer leurs arcs, de viser l'intérieur des murs d'enceinte affin de tuer des soldats qui se trouvaient à l'intérieur. Juste après que ses archers eurent tirer, environ la moitié des flèches furent stoppées par un mur invisible, mais il y avait trop de flèches pour qu'elles fussent toutes arrêtées, Ezekiel entendit quelques cris d'hommes qui venaient de périr sous ce jet de flèches, cela le réjouissait, vivement qu'il soit à l'intérieur de la cité pour contempler l'ampleur des dégâts...
Peu de temps après que ses archers eurent tiré, il y eu un petit jet de flèches qui filait vers ceux-ci, il n'y avait qu'un vingtaine de flèches. Ezekiel était accroché à la tour, il vit les flèches arriver, il déduisit approximativement leur trajectoire, dégaina une épée (son autre main est occupée à se tenir sur la tour), les trois quarts des flèches se plantèrent dans le bois pas très loin de Ezekiel, cinq flèches se dirigeaient à présent sur lui, avec son sabre, il en stoppa trois, il s'en prsi une dans le bras, et une autre lui frola la joue, ce qui lui fit une ligne de sang sur la joue, Ezekiel n'avait pas fait attention, mais il ne se laisserait pas avoir deux fois, il rengaina son sabre, et se déplaça (toujours accroché) vers l'arrière de la tour, affin d'être protégé des nuées de flèches. Ezekiel regardait fixement les remparts, il apercevait des soldats courir dans tous les sens, Ezekiel frissonnait de joie à l'idée de la pagaille et de l"éparpillement des cadavres dans Petrovya... il adorait assisster, ou participer à des carnages comme ceux-ci, il adorait faire des victimes... Ezekiel voulait à tout prix entrer dans la guilde des Darks, et pour cela, il devrait prouver sa valeur. Il scruta de nouveau les remparts et aperçu un groupe de mage qui étaient sans doute à l'origine du mur invisible qui avait arrêté en partie les flèches, Ezekiel cria à ses archers:
"Préparez vous à tirer! Encochez deux flèches sur votre arc, et ne tirez pas sur la gauche du rempart, tirez plus tôt vers la droite, car il y a des mages qui essaieront de stopper vos flèches! Préparez vous! [i]Tous les archers encochèrent deux flèches sur leur arc.
Tirez!
Les tours avançaient toujours, et la nuée de flèches filèrent droit dans la direction de derrière les remparts, pour tuer un maximum de soldats qui se trouvaient à l'intérieur. Comme à la précédente série de tirs, un partie fut arrêtée, mais beaucoup plus de flèches passèrent cette fois, et des cris retentirent de nouveau, Ezekiel trouvait vraiment grisant le fait d'entendre crier pour la dernière fois un homme... D'après ce que Ezekiel pouvait voir en partie, les mages semblaient dépités, il n'avaient pas stoppé toutes les flèches, la majorité avait traversé leur champs, mais cela était normal, car les archers de Ezekiel avaient tiré loin de leur champ d'action, et donc le bouclier était moins efficace, de plus, la nuée de flèches avait été beaucoup plus importante que la précédente. Ezekiel entendait les soldats s'afférer à l'intérieur des murs d'enceinte de Petrovya, cela l'amusait plus que tout...
Ezekiel murmura d'une façon sinistre et obscure:

"C'est cela... Résistez tant que vous le pourrez, cela ne fera que retarder l'échéance, vous crèverez tous, sales chiens..."


Ezekiel trouvait qu'il s'en sortait bien pour l'instant, il n'avait pas eu trop de résistance, et cela lui plaisait, il se sentait bien, et surtout apte à faire un massacre! Il allait se battre, et il y aurait tant de morts, tant de vies détruites, d'enfants morts, de parents excédés... Et les quelques survivants, s'il y en a, iront, sans buts, comme des enveloppes vides de sentiments et de désirs... Les tours n'étaient plus qu'à une vingtaine de mètres des murs de Petrovya à présent, le but était tout proche...



merci à Ellenwen!


Dernière édition par Ezekiel le Lun 21 Juil 2008 - 12:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: [Guerre] Opération vaseline beurrée |


Revenir en haut Aller en bas

[Guerre] Opération vaseline beurrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Hors RP :: Fantômes du passé :: RPs Achevés :: Surda-
Ouvrir la Popote