AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

[Invention] Les dériveurs de combat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 221
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Balgorf
Message Sujet: [Invention] Les dériveurs de combat | Dim 6 Sep 2009 - 12:04


Dériveurs de combat


Lors de l’Opération Pamplemousse Pressé, nous avons vu une magnifique flotte de frégates, galions, sloops et autres brisant les flots de leurs majestueuses proues, alignant sans mal un arsenal de balistes imposant si ce n’est impressionnant. C’est ainsi que chaque navire de la flotte Vanyalienne disposait d’une puissance de feu suffisante pour réduire à l’état de bois flotté tout pirate lui faisant face (j’omets les zombies et autres bottes secrètes de ces forbans) … Mais nous remarquons que le tonnage d’un de ces mastodontes flottant reste absolument énorme. C’est pourquoi…

J’ai voulu introduire dans le forum une idée qui m’est venue alors que je mangeais un cake aux sardines après une longue réflexion sur les techniques navales. Le dériveur est un navire simple à manier, un marin avec un petit peu d’entrainement peut facilement prendre en main seul un de ces navires.
Il reste rapide et agile par tout type de vent contrairement aux gros porteurs comme le galion. Une seule baliste montée sur ce petit bateau permet de disposer d’une puissance assez conséquente.


II. La réalisation
Cette fois ci rentrons dans le vif du sujet : comme toujours dans ce forum, les matériaux naturels restent les premiers utilisés. C’est pourquoi, la fabrication du dériveur se fait à partir d’un bois léger : le tilleul. La coque est en forme de demi larme pour écarter l’eau, elle est longue normalement de trois mètres mais allongée à quatre et demi pour y fixer la baliste devant le mat sous le foc qui à été remonté au dessus de la bôme pour ne pas gêner le système de pivot de l’arbalète géante et ne pas se tirer dessus soi même Mr. Green
Le dériveur en lui-même n’est pas onéreux à la conception, mais le rapport prix/tonnage est plus important que sur un gros porteur. Le gouvernail est situé en recul derrière le mat, et les deux enrouleurs sont situés de part et d’autre de celui-ci pour faciliter les manœuvres en limitent les déplacements du barreur de long en large.
La baliste n’est que très peu différente des actuels standards bien qu’un peu plus courte : 1m50 de long elle reste puissante et relativement légère.
L’équipage se limite à deux hommes, un pilote et un balistère faisant fonctionner la baliste.
Le mat est proportionnellement grand pour la taille de bateau : 3 mètres de la coque jusqu’en haut des gréements, pour bénéficier d’une surface de voile supérieure et ainsi accumuler de la vitesse.
La voici, la voila, LA question que tout le monde se pose : Comment faire pour recharger la baliste sur l’eau ?
La réponse est simple, elle est dans la question : l’EAU, son écoulement sur les bords de la coque permet de forger de petites hélices (environ 10 de chaque bord, 10 cm de diamètre) placées ensembles dans un tube et reliées à une tige de métal remontant des ressorts métalliques lorsqu’elles tournent quand le dériveur avance. D’une action d’un levier situé à portée de la main du balistère, des engrenages libèrent la puissance accumulée dans les ressorts durant la navigation qui d’un coup remonte la baliste pour qu’elle soit prête à tirer de nouveau.
Si les carreaux d’une arme d’un tel calibre sont puissants, ils n’en sont pas moins lourds, au contraire, car pour avoir une force de pénétration suffisante, ils sont renforcés de fer et le petit dériveur ne peut qu’en embarquer une douzaine à bord. (il faut pas trop lui en demander)


III. Les avantages
En plus de leur prix plutôt attractif, les dériveurs, sont rapides, et, tout en étant simples à barrer, restent précis dans leur trajectoire, ils sont donc très difficiles à couler par les balistes ennemies qui sont obligées de viser vers l’eau pour les atteindre car le haut du mat d’un dériveur ne parvient pas à la première rangée des armes d’une frégate. Contrairement à un navire classique, le dériveur est fabriqué par assez peu de personnes et hors de l’eau, ce qui lui donne l’avantage de ne pas avoir besoin de chantier naval et de plus il peut facilement être entreposé à terre car certaines parties comme le mat sont démontables, l’armée n’a pas besoin d’un port démesuré. Le transport de ces bateaux est très simple, même sur les routes.
Il cumule tous les avantages logistiques en plus d’avoir une puissance de feu disproportionnée par rapport à sa taille, grâce à sa seule baliste embarquée. Et, même si un dériveur est coulé, il en restera assez pour continuer à harceler la flotte ennemie. C’est un très bon instrument de guérilla maritime.


IV. Les inconvénients
Bien qu’il paraisse idéal, ce bateau possède tout de même plusieurs défauts notables : il est très peu résistant et sa coque se disloque lorsqu’un carreau de baliste l’a traversé, alors qu’il faut plusieurs coups pour couler une frégate. Son autonomie est nulle, c'est-à-dire que mis à part un sandwich jambon-fromage pour le pilote et le balistère, il est impossible d’emporter des provisions, et donc d’agir avec seulement des dériveurs et laisser les autres navires au port : en clair il faut toujours qu’ils soient accompagnés par d’autres plus gros tonnages. En plus, la capacité de transport de munition est limitée, pour ne pas ralentir le dériveur. Et il est possible que certains d’entre vous aient déjà barré un de ces engins, vous saurez donc que ça penche affreusement du coté de la voile dès que le vent se met à souffler, il est possible dans une certaine mesure de profiter du poids de la baliste pour faire contrebalancer le dériveur, mais il reste tout de même un risque de le voir chavirer. C’est pour cela que les dériveurs ne peuvent pas naviguer lors de très grands vents, alors que les gros porteurs ont du mal, mais restent à flots. Il faut plus de marins pour faire fonctionner une flotte avec des dériveurs que sans.

V. Conclusion
Le dériveur est un bateau exclusivement défensif, il est impossible de constituer une flotte composée seulement de dériveurs. Mais il est idéal pour aller briser les formations ennemies. Et peut être produit en grand nombre (c’est très discutable, mais si on fait un rapport poids/prix/nombre, avec une marge monstrueuse, on arrive à peu près à un rapport de 1 frégate pour 50 dériveurs).

VI. Extrapolations en touts genres
Comme une idée ne vient jamais seule, j’ai fait ce qu’on appelle réfléchir (si si j’y arrive ! ) aux moyens d’améliorer le concept du dériveur. J’ai pris chaque inconvénient et l’ai soumis à plusieurs tests : comment passer outre ? Comment l’annuler ? Comment le cacher aux adversaires etc…
Je suis arrivé à la conclusion qu’il manquait de quoi transporter ces dériveurs en haute mer. Qu’a cela ne tienne, pourquoi ne pas construire un bateau constitué à l’intérieur d’un grand hangar où ranger les dériveurs ? Notre porte-dériveur, pourrait charger et déployer les dériveurs sur l’eau grâce à un système de treuil et de poulie. Et, on pourrait estimer que vingt –cinq dériveurs rentrent dans un seul porte –dériveur. Le temps de déchargement complet de tous les biplaces, prends environ trente minutes. Mais ceci n’est qu’une extrapolation de mon esprit tordu.


EDIT : sans aller dans la psychose de la copie, il faudra juste demander l'autorisation pour l'utiliser après sa première sortie. mais globalement, je ferai pas de forcing contre






"Un problème sans solution est un problème mal posé." Albert E.

Spoiler:
 


Dernière édition par Balgorf le Dim 6 Sep 2009 - 19:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22297
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: [Invention] Les dériveurs de combat | Dim 6 Sep 2009 - 12:20


Cette idée appartient à son propriétaire, tout plagiat sera puni




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: [Invention] Les dériveurs de combat | Dim 6 Sep 2009 - 18:44


À noter que quiconque voudra en construire devra payer des droits à l'auteur.

(Soumis à brevet)


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10255
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Arkillon
Message Sujet: Re: [Invention] Les dériveurs de combat | Lun 7 Sep 2009 - 6:32


En plus sa sert a rien depuis trois ans que je suis la et j'ai pas vue de guerre ou les navires ont ete utiliser a autre utulisation que le transport d'uniter et de vivres...


Death smiles at us all. All a man can do is smile back






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 5039
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://samoth-wotan.newgoo.net/index.htm


Samoth Wotan
Message Sujet: Re: [Invention] Les dériveurs de combat | Lun 7 Sep 2009 - 13:03


Je ne suis pas d'accord. Rien qu'à la guerre de Teirm, toute une partie de la bataille était navale, et on peut légitimement supposer que cette tendance ne fera que croitre au profit de techniques navales toujours plus poussées. =)


Samoth Wotan, Chevalier Dragonnier, dit à la la large lame, voyageur aguerri, guerrier redoutable, magicien reconnu, enseigne la science et théorie des magies antiques à travers le pays, et fut récemment promu directeur de la Bibliothèque et du département de l'éducation en qualité d'érudit au sein du Vanyali, nouvellement Chef de Clan.


Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: [Invention] Les dériveurs de combat |


Revenir en haut Aller en bas

[Invention] Les dériveurs de combat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Préambule :: Encyclopédie :: Divers-
Ouvrir la Popote