AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Hostilités de Narda [GUERRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Liv de Sula


Nombre de messages : 2665
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 25 Oct 2009 - 14:22



Siège de Narda




« La maréchal de Lattre de Valligny ne put retenir un reniflement hautain. Les ailettes nacrées de son nez fin d'aristocrate se froncèrent délicatement, avec tout le mépris dont elles étaient capables. Les hordes de reîtres de l'empire fourmillaient aux pieds de son bel étalon blanc -Zébulon- en beuglant et cliquetant à grands renforts d'exhalaisons douteuses, caractéristiques des armées en marches. La vermine, l'hygiène originale, les bordels régimentaires, les chevaux, les bitures des bagages, tout cela faisait un bouillon de culture grumeleux dans lequel il ne faisait pas bon de tremper le doigt. Et de Lattre s'en gardait fort : toujours à camper à bonne distance de sa troupe, avec force artifices pour se prémunir du bruit, de la fureur et de l'odeur ainsi que de bonnes infusions de valériane pour l'humeur. Parfois un soupçon de vin ourlé pour accompagner son état-major aux réunions, et d'autres fois encore un cigare -long et épais en bouche, comme il les aimait- pour faire passer l'ennui.

De Lattre n'aimait pas son métier, et il crachait sur le prolétariat armé qu'il devait mener à la victoire. Et bien qu'il renaclât à l'idée d'œuvrer, il œuvra habilement : son esprit leste avait bondit de pertinences en pertinences, de computations en fulgurances et de fulgurances en belles décisions. L'empire était prêt à faire déferler ses spadassins de pourpre drapés sur les opulents vallons septentrionaux. L'on parcourrait mille chemins, traverserait mille cours d'eaux et passerait mille cols, et arrivés au bout du monde les hommes des plaines verraient l'émeraude scintillant de la mer extérieure, et l'on lancerait contre les vagues mêmes le juste courroux des épigones de Dras. Ainsi, les cnémides impériales iraient se corroder sur la rive ouest où, dans l'humidité des marécages d'Adygnie, Narda se dressait arrogamment depuis trop de temps ; les heaumes iraient aussi se frotter aux rigueurs de l'hiver du Ninor. L'alliance allait assurément payer au prix fort ses prétentions sur les terres qui, de droit, revenaient à Dras-Léona la Fière. Le Nomins Ageati ne serait d'ailleurs pas en reste, insolents, vindicatifs, les maîtres frondeurs du Levant avaient déplacé leurs pièces tout contre les plans de Valligny. Cela ne pouvant être toléré, une opération de grande ampleur avait été décidée dans le bassin de l'Isenstar, ou l'on pourrait défaire coup sur coup la racaille elfique et les crasseux uhlans et spahis à la solde des « Sages ».

Et Ferdinand de Lattre de Valligny voyait à présent ses pions se déplacer. A la fois vers Narda, Yazuac et au lac Isenstar. Enfin, toute cette fange de soudards avinés irait s'adonner à l'unique activité dans laquelle elle excellait: tuer des gens pour quelques pistoles. »

Solmyr




Déroulement de la bataille :
Le Saint Empire Léonien attaque avec force mais l’Alliance tient le coup. Cependant la résistance des Vanyalien ne tiendra pas éternellement et les troupes sont soumises à rude épreuve. Retournement de situation, l’attaque au Sud du Surda et de la surprise oblige l’Empire à diviser ses troupes, la bataille sera finalement gagnée par l’Alliance.
Vos « performances » décideront des dégâts humains et matériels de la ville.

Particularités :
Division des troupes impériales de moitié au milieu de la bataille du à l’attaque imprévue au sud. (Un post préviendra de cet évènement)
Alliance a été prévenue par des guetteurs de l’arrivée des troupes impériales, la cité est donc bien protégée, un fossé a été rapidement creusé autour avant d’être garni de pieux. La porte les murailles est autres points importants ont été renforcés. Les postes de défense sont montés dans leur intégralité.
Le terrain est de type terre sablonneuse. Il est donc facile de s’y embourber. Il y a des sables mouvants ici et là.

Rappel des règles :

Alors, comme je l’avais lors de la proposition d’une guerre, le mode de fonctionnement de celle-ci est différent des autres (pas la peine d’essayer d’en re-débattre, c’est comme ça et pas autrement. Le but est de mettre l’accent sur le personnage et non sur l’armée. Ainsi on évite les prises de tête, les batailles ne seront pas des parties d’échec mais bel et bien des boucheries. Pour toute explication supplémentaire, MP me.


Hostilités de Narda [GUERRE] Rrr9
Revenir en haut Aller en bas
Myad


Nombre de messages : 3809
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Myad
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 25 Oct 2009 - 18:28


Berdor s'obstinait à essuyer le même verre depuis un bon quart d'heure, obnubilé par le spectacle qui s'offrait à lui. Ses doigts s'agitaient inlassablement, plongeant au fond du récipient, l'enveloppant d'un geste vif et presque hypnotique ; deux badauds le fixaient béatement depuis une demi-heure, fascinés par cet incessant ballet. L'aubergiste finirait par sentir une crampe tendre son muscle, à la longue, et sortirait de sa transe qu'il n'avait pas imaginée si longue. Pour le moment, il était ailleurs.
Ils étaient entrés très tôt, dès l'ouverture ; le serveur avait à peine ouvert la porte, le balai à la main et le front brillant de sueur, qu'ils s'étaient faufilés à l'intérieur. L'homme s'était raidi, sans savoir pourquoi, vaguement conscient de la peur glacée qui avait figé son sang dans ses veines. Effrayé, il s'était retourné et avait secoué la tête pour chasser cette drôle d'impression avant de revenir au comptoir. Le patron avait terminé de descendre les chaises des tables et demandait à quelqu'un ce qu'il désirait boire. Il y eut un bruit de verre brisé lorsque, sursautant violemment, le jeune humain remarqua ce qui s'était assis au fond de la salle.

- Qui sait, ceux-là ? avaient-il soufflé précipitamment au chef dès qu'il était revenu auprès de lui.
- Des elfes, a-t-il grommelé en s'accroupissant, sa grosse main cherchant quelque chose dans les placards.

Le jeune garçon s'était brusquement redressé, abasourdi. Les deux silhouettes qui se détachaient vaguement dans la pénombre de l'aube ne correspondaient pas à l'image qu'il se faisait des elfes.

- Ne les regarde pas, imbécile !
- B-bien, patron.

De toute façon, il aurait plongé le nez dans l'évier. L'un des individus avait tourné la tête vers lui, lentement, et la lame de ses yeux rouges l'avait transpercé de part en part. Il tremblait encore quand il fut chargé d'amener leurs commandes aux clients. Le plateau dansa un peu lorsqu'il approcha d'eux, mais il réussit à garder son calme. Il posa le verre d'alcool de fruit devant la personne de gauche, et le ballon d'un épais liquide rouge devant l'autre. Il avala avec difficulté en se remémorant la bouteille poussiéreuse que le chef avait sorti d'une trappe, comme on cache honteusement de la drogue, et les pièces qui avaient chanté fièrement dans sa poche.

- Merci, lui dit une voix magnifique.

Il en fut distrait une seconde ; les tonalités suaves, brûlure et givre, agressive douceur qui avaient flotté jusqu'à lui résonnèrent dans sa tête un long moment. Personne ne le congédia. Ils attendirent tous deux patiemment que le serveur se soit remis de son trouble et s'en aille.

On approchait de midi, à présent. Et ils étaient toujours là.

Le serveur finit par lui prendre timidement le verre des mains. Berdor cligna des yeux, tremblota comme un chien mouillé et prit un autre verre. Il discuta un peu avec les clients, eut un rire bref en les écoutant et croisa de nouveau le feu de prunelles de jade. Cette fois, il reposa brutalement le récipient et lança le torchon sur son épaule.


- Je sors, grogna-t-il.

¤

- Qui t'a fait ça ?
- Nyara.
- Et elle est encore en vie ?
- C'est la Reine, Myad. Elle frappe les mâles quand elle est contrariée. On peut dire que ta dernière visite à la cité l'a légèrement contrariée.


La jeune femme ne cacha pas sa fureur, qui tel un brouillard d'hiver vint durcir son visage en un masque de froideur.

- C'est lâche, cracha-t-elle.

L'homme attablé en face d'elle lui adressa un sourire amusé. Une longue plaie en forme de triangle tranchait sur sa figure ; la ligne rougeâtre lui donnait un aspect encore plus effrayant que d'habitude. Pourtant, ce n'était pas de peur que l'ambassadrice bouillait. Ses doigts se ressèrent autour de son verre à pied, faisant danser le liquide transparent.

- C'est son droit, répondit simplement le mâle.

Elle ne répondit rien. Qu'aurait-elle pu répondre ? Il savait aussi bien qu'elle la solution à ce problème. Pour libérer le prince de siècles d'exploitation abusive sous des règnes différents, il lui fallait mettre sur le trône la seule créature au sang drow qui le refusait tout net.
Athor portait la traditionnelle cape noire à capuchon, dans un tissu jalousement gardé secret par son peuple, qui lui couvrait presque tout le corps ; de discrets reflets mauves naissaient dans les plis au coudes, à la nuque. Un oeil humain ne l'aurait pas remarqué. Il ne portait pas de gants, ni de foulard pour voiler son visage. De longs cheveux d'un blanc argenté coulaient sur son torse. Des veines saillaient sur le dos de sa main...

- Viens avec moi. Arget et moi pouvons escorter un de tes compagnons, si c'est cela qui te retient. Ayahantê !

Ses doigts couvrirent ceux, gantés, de sa fille. L'elfe noir était soucieux. Depuis qu'il avait été trouver sa fille dans sa chambre, cette nuit-là, il tentait de la convaincre de quitter la ville. De nouveau, elle croisa deux doigts de la main gauche et les tapa deux fois sur la table, doucement. Refus.

- Je refuse que tu risques ta vie pour une ville portuaire sans importance. Pour n'importe quelle ville, en fait.
- C'est mon rôle, dit-elle doucement.
- Mon rôle était de tuer ta mère, ou au moins, de t'égorger après t'avoir mise au monde ! dit-il en baissant un peu plus la voix, celle-ci prenant des sonorités démoniaques. Si c'est les représailles que tu crains, je m'en occuperai. Personne ne m'ôtera la dernière famille qu'il me reste.
- Père...
- Ton ami n'est même pas là ! Pourquoi t'obstines-tu à rester ici ?

On lisait dans ses surprenants yeux rouges une franche incrédulité. Myad n'avait pas beaucoup parlé depuis ce matin. Son quatrième verre d'alcool de fruit lui caressa la gorge. Elle regretta que l'ivresse n'ait aucun effet sur les elfes.

- C'est mon rôle, répéta-t-elle.

Cette fois, lorsqu'elle leva les yeux vers son père, la demi-elfe eut la certitude qu'il allait l'enlever de force. La flamme venimeuse qui s'était allumée dans ses iris sanglants ne laissaient pas de place à la résistance. La jeune femme savait qu'il n'aurait aucun mal à faire d'elle ce qu'il voulait. Seulement, son grand âge lui procurait généralement une précieuse sagesse qui le rendait aussi, et c'était ennuyeux, très souvent imprévisible.

- Marek va venir, reprit-elle. L'Alliance va combattre ici pour garder sa ville et s'opposer au clan ennemi. Je veux protéger les attributs qui nous sont communs. Je veux protéger ceux que j'aime. Dont mon frère.

Athor l'observa une seconde avec une intensité qui ne lui disait rien de bon, puis il hocha la tête avec un sourire désabusé.

- Ah. Je m'en doutais.

Méfiante, la femelle hybride se redressa sur sa chaise.

- Que veux-tu dire ?
- Tu ne lui as rien dit, n'est-ce pas ?...

Ce n'était pas une question. Un grondement très discret s'éleva de la gorge voilée de noir.

- Tu as eu tort, poursuivit le drow d'un air tranquille, comme s'il parlait d'une mauvaise manoeuvre aux échecs. Maintenant, tu vas devoir contempler la possible mort de deux hommes qui te sont chers, sans pouvoir intervenir.
- J'interviendrai.
- Cela, je n'en doute pas, mais à quel prix ?

Athor s'était penché vers elle, accentuant encore la sensation de transparence que la jeune femme éprouvait face à lui. Elle était un livre ouvert pour son père. Et cela n'était pas le plus désespérant.

- Merci pour les consommations. Nous viendrons te chercher après la bataille. Tâche de ne pas trop t'abîmer, je compte vous entraîner ensuite.

Il avait une curieuse façon de lui témoigner son soutien, son inquiétude et la torture que c'était de ne pouvoir la protéger. Myad se leva avec lui, l'accompagnant jusqu'à la porte dans un frôlement de tissu.
Dehors, un énorme reptile doré toisait la foule d'un oeil mauvais. Le dragonneau avait dépassé Kisarod d'un mètre, dépassant par là même sa Dragonnière et tutoyant du menton le toit des maisons. Tel Dieu sur son nuage, il méprisait copieusement les mortels qui lui passaient devant.


*Yenlui.*

Il avait senti sa présence, mais attendit que Myad l'appelle pour se tourner vers elle et se lever souplement. Athor lui lança un long regard exprimant tout ce qu'il attendait d'un fils d'Arget dans les heures à venir.

*Vous me vexez, mon prince. Je ferai honneur à mon sang.*
- Jamais je n'en ai douté. Combattez intelligemment, tous les deux. Que Lolth soit avec vous.

Sa fille se laissa embrasser sur le front, conciente que c'était là une effusion d'affection qu'il se permettait rarement.

- Au revoir, père. Je vous retrouve après les réjouissances...

Yenlui ricana intérieurement tandis qu'ils se séparaient, eux deux prenant le chemin des murailles rejoindre les autres soldats.

*Serais-tu devenue masochiste ?*


Hostilités de Narda [GUERRE] Signmarie
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Marek

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14924
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://viederoliste.fr

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 25 Oct 2009 - 22:46


Tout le Repaire était en effervescence. Dans tout les coins, les soldats aiguisaient leurs armes, polissaient leurs armures, en vue d'un éventuel soutient à apporter aux troupes déjà présentes à Narda.

Seul dans son bureau, Marek tournait en rond. Une foule de sentiments contradictoire, dont la colère, l'inquiétude, et la culpabilité, tournaient et retournaient dans sa cervelle trop développée. Son pas lourd résonnait dans la pièce circulaire alors qu'il se repassait en vue les évènements.
Comme si la crise des fond perdu pour le Nomins ne suffisait pas, le Saint Empire Léonien s'était (enfin?) décidé à bouger ouvertement. Fort heureusement, les éclaireurs pour une fois compétents de l'Alliance avait aperçu les troupes de l'Empereur Solmyr Ier, Seigneur Suprême des Pingouins, qui se dirigeaient dangereusement vers Narda, la seule ville portuaire de l'Alliance sur le continent.
La proximité du Repaire par rapport à la ville avait permis aux troupes alliées d'arriver avant les impériaux, et de pouvoir ériger un minimum de défenses.
Mais ce n'était pas ça qui tracassait le plus Marek. En effet, il avait envoyé sa sœur de cœur en mission dans la ville, en temps qu'Ambassadrice, pour négocier une taxe sur le prix du tageglace, un poisson du nord en voie d'extinction et qui se vendait un peu trop rapidement à Narda. Et voici que sa frangine se retrouvait bloqué dans une ville en état de siège!
Oh il ne doutait pas des compétences de la demi-elfe demi-drow, mais il s'en voulait de l'avoir jetée dans la gueule du loup impérialiste...

Le mot avait circulé parmi les membres de l'Alliance. Les dragonniers qui le souhaitaient pouvaient aller combattre, alors qu'on signalait également qu'un front c'était ouvert dans la région du Yazareth. D'ailleurs, Djenka s'était spontanément proposée pour s'occuper de diriger les troupes vanyaliennes là bas. Marek avait donc délégué le commandement des troupes à l'elfe noire pour cette bataille. Il pourrait ainsi se concentrer sur Narda.



*Je suis prêt.* gronda une voix puissante et grave dans son esprit.
*Bien, Hathir. J'arrive.* répondit-il, en se dirigeant vers le bureau.
*Je t'attend à l'entrée.*


De ses mains gantées de noir, Marek attrapa le heaume sombre qui reposait sur la table d'ébène, et l'enfila sur sa tête. Il se retourna alors vers le miroir de la pièce.
Il se faisait presque peur lui même, ainsi habillé. Mais il se sentait obligé de s'accoutrer de la sorte pour une bataille. Son armure était entièrement noire. Légèrement plus clair, on pouvait distinguer en filigramme le symbole de l'Alliance sur le torse. Les épaules étaient largement accentuées, et formait comme deux têtes de dragons, qui ressemblaient étrangement à Hathir, avec des améthystes à l'emplacement des yeux.
Le heaume faisait partie de l'accoutrement, et allait parfaitement avec. Les pics qui remontait dessus lui donnait l'air plus grand, et l'améthyste sur le front faisait une réserve d'énergie supplémentaire.
[imaginez ce heaume, en noir avec une améthyste à la place du saphir là]
La lourde cape noire brodée d'argent masquait en partie les deux épées croisées dans le dos, Résurrection et Teldrassil. Seul les pommeaux dépassait, l'améthyste et le saphir.
Soupirant, il sortit de la pièce...

[...]

Dehors, luisant à la lumière du soleil, l'attendait Hathir. Le dragon noir aux pics rouge sang et aux yeux d'améthyste avait revêtu son armure de combat, également noire, qui le rendait lui aussi encore plus menaçant, du haut de ses neufs mètres et demi.


- L'heure est venu mon ami.
*En route.*

Usant de sa magie, Marek grimpa sur Hathir à cru. Il avait appris lors de son entrainement contre Tenel Ka que la selle était plus un fardeau qu'autre chose en combat.
Étirant ses ailes immenses, le dragon d'ébène s'envola dans le ciel de la Crête, en direction de la mer, de Narda, et de la bataille...


[...]



Midi. L'heure du crime chez les aliments. Le soleil, pas encore à son zenith, projeta une ombre immense sur les armées et les bâtiments au sol, alors qu'une masse noire imposante se posa en fracas sur la place centrale de Narda.
Les habitants autour purent reconnaitre un énorme dragon noir cuirassé, et deviner sans peine qui était l'homme de même facture qui en descendait...



Sous son heaume, Marek avait chaud. La bataille n'ayant pas encore commencé, il se permit de retirer la pièce d'armure, et la cala sous son bras gauche, laissant se balancer le droit au fil de sa marche. Espérons que ça se rafraichisse un peu c'est tout...
Étendant son esprit, il n'eut aucun mal à retrouver l'Ambassadrice de l'Alliance, postée sur les remparts.


Cinq minutes plus tard, il se plaçait à côté d'elle, et d'une voix détachée il lui dit en souriant:


- Désolé du retard. J'ai raté quelque chose?


Hostilités de Narda [GUERRE] 695195maeblap
Hostilités de Narda [GUERRE] Marekp11Hostilités de Narda [GUERRE] 662941bergerHostilités de Narda [GUERRE] Firmar11

Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Myad


Nombre de messages : 3809
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Myad
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Lun 26 Oct 2009 - 21:19


Les soldats installés sur les remparts discutaient entre eux à voix basse. Ils échangeaient leurs avis sur la situation, leur angoisse ou leur confiance imbue en l'Alliance, leur croyances et leurs interrogations au sujet de leurs attaquants futurs. La masse sombre, menaçante, qui ondoyait à leurs pieds ne disait rien qui vaille. Même dans leurs rangs, ils avaient du mal à se sentir solidaires.
Myad sentait leur méfiance, leur gêne, leurs doutes comme autant de milliers d'aiguilles tentant de se planter dans son épaisse peau de pêche. Il lui était coutumier d'être jaugée de cette façon, d'être mise à l'écart comme un animal nuisible. Aujourd'hui, elle trouvait même évident que les humains n'aient pas envie de l'approcher.
Déjà à cause de son apparence.
L'immortelle s'était rendue à sa chambre avant de rejoindre les remparts ; tandis que Yenlui démabulait nonchalamment sur les toîts, effrayant les gens du grattement de ses serres au-dessus d'eux, elle troqua sa longue robe verte et ivoire contre quelque chose de beaucoup moins... Féminin. Quand elle entreprit de sortir ses affaires de la malle où elles étaient rangées, la demi-drow eut une surprise.
Un tintement de métal, aussi délicat qu'une musique, résonna dans la pièce quand elle souleva la côte de mailles en mithrill qui s'y trouvait. Attendrie, la jeune femme la posa sur le sol à côté d'elle et chercha un autre cadeau que son père aurait pu lui laisser. Qu'il se soit subrepticement glissé dans sa chambre sans qu'elle le sache ne l'étonnait même pas. Elle trouva une fiole de sang encore chaud (sans doute en cas de faiblesse), un heaume, une nouvelle armure et... Deux gantelets magnifiquement ouvragés, d'un métal presque blanc de pureté, à l'intérieur plus doux et aéré que de la dentelle ; une nouvelle arme. Myad enfila la côte de maille, qui lui arrivait au-dessous des fesses et lui couvrait le ventre, le torse jusqu'au cou. Etrangement, elle eut l'impression d'avoir enfilé un sous-vêtements très sexy et non une des défenses les plus efficaces qu'un forgeron aguerri puisse offrir à un guerrier. Amusée, elle attacha ses longs cheveux blonds en un chignon lâche et enfila le heaume. C'était une pièce de métal étincelante, ouvragée de runes drows, qui formait comme un bec qui pointait jusqu'en dessous du menton. Deux fentes rectangulaires pour les yeux, et des barres verticales imitaient une sorte de sourire carnassier qui s'étirait jusqu'à ses oreilles. Ses épaules, ses seins furent protégés par des pièces de métal reliées ensemble par des annneaux et des chaînettes. Son pendentif étincelait étrangeusement au-dessus de son nombril tandis qu'elle chaussait de très hautes bottes doublées de cuir de lézard coureur, d'un gris noirâtre. Les gantelets étaient fascinants ; elle les mis et boucla sa ceinture autour de ses hanches. Wyrda à son côté, son poignard à la cuisse, la jeune femme mangea un peu, assise sur son lit, avant de ressortir. Elle fit peur à une enfant en surgissant un peu vite de l'auberge, qui fit un bond en hurlant en faisant sursauter tout le monde. Blasée, la demi-elfe prit le chemin des murailles. L'esprit de son dragon flottait au-dessus des baraques, flottant entre deux courants d'air chauds avec une placidité joueuse. Il s'amusait ! Il allait combattre, tuer, égorger, et il s'amusait ! Il se moquait même des passants qui chuchotaient très vite d'un air effrayé. Dès qu'il sentit la réprobation de sa Dragonnière, Yenlui ferma un peu son esprit. A la fois pour éviter les commentaire et pour lui épargner les siens. Ils étaient en léger froid depuis la remarque blessante du dragon. Myad l'avait mal pris, lui n'était pas prêt de s'excuser.
Ensuite, il y avait son aura.
Son apparence n'était qu'une plaisanterie touchante en comparaison des ondes négatives que dégageait et son corps, et son esprit. La princesse était sujette à un de ces conflits intérieurs dont elle avait le secret : entre son côté elfe et son côté drow, son Diamant blanc et son Diamant noir, c'était un combat sans pitié. S'en résultait un durcissement dangereux de son regard, une raideur prédatrice dans son maintien, des iris où la pupille était presque avalée par l'iris. Le dragonneau avait fini par se poser au-dessus d'elle, appuyé sur les créneaux de la tour, observateur et critique. Elle regardait, figée dans une immobilité de statue, l'ennemi qui s'installait loin devant eux. Elle n'était pas stupide ; elle savait très bien que, malgré elle, son esprit s'étendait en avant, désespérément, à la recherche de ce qu'il avait peur de trouver. Une formidable tristesse alourdissait le poids de son armure légère. Son père avait raison : elle aurait dû parler à Marek.
C'était facile à dire.
Myad avait peu de proches ; elle tenait beaucoup, vraiment beaucoup, à son presque frère. Lui annoncer quelque chose d'aussi terrible que sa liaison avec un de ses plus grands rivaux, c'était trop lui demander. Elle n'aurait pas supporté sa réaction. Leur lien en serait affecté. Et jusqu'ici, cela ne s'était pas révélé nécessaire. L'annonce d'Athor ce matin l'avait prise de court. Qu'elle le veuille ou non, elle se retrouvait dans une situation critique qui promettait souffrance, souffrance, et beaucoup de plaies visibles ou pas.

*Hathir vient de se poser.*

Peut-être qu'il essayait de lui montrer qu'il s'en voulait un peu. Myad lui répondit avec froideur. En fait, c'était surtout pour ne pas s'écrouler.

*Je sais. Un dragon de près de dix mètres qui descend sur terre fait plus de bruit que des gardes qui parient.*
*Un pari ?* demanda-t-il, curieux.
*Ils ne sont pas d'accord sur l'issue de la bataille. L'un d'entre eux pense que nous allons abandonner et fuir Narda ventre à terre. L'autre pense que les deux parties finiront par se lasser et négocieront un armistice.*

Yenlui baissa sa tête fuselée en bas, pour toiser avec un intérêt malsain le duo d'amis. Ils se crispèrent et se turent en remarquant la gueule dorée qui s'était immobilisée à hauteur de leur visage.

*Quel courage ! Quel patriotisme !* ironisa le bébé.

Ayahantê ne répondit pas. Elle était très préoccupée, et pas d'humeur à critiquer les humains sceptiques avec Yenlui. Il le remarqua. Troublé, il se redressa et la fixa intensément. Il allait s'exprimer quand un pas cliquetant, accompagné d'une odeur familière, leur parvint. Myad se tendit encore plus, si c'était possible, ses émotions prenant une teneur violente. Marek monta l'escalier. Elle se concentra sur le son de ses pas tapant sur les marches humides, son coeur battant de plus en plus vite au fur et à mesure que ses pas le portaient en avant.
Enfin, il fut à côté d'elle. Sa chaleur la piquait presque, tandis que son coeur hésitait entre se tordre d'amour pour cet ami qu'elle adorait, et gémir de douleur en sachant ce qui n'allait pas manquer de se passer.

- Désolé du retard. J'ai raté quelque chose?
*Pour l'instant, rien du tout. Ne t'inquiète pas, la suite va se charger de combler ce manque.*
*Djada gïdyn !*

Le dragonneau ne s'était pas adressé à Marek, se contentant de faire parvenir ses sarcasmes à Myad. Celle-ci l'inonda de sa fureur. Ce qui le calma sur-le-champ.

- Simplement l'installation quelque peu désordonnée et franchement enthousiaste des troupes ennemies, dit-elle d'un ton neutre. A peu près l'inverse de ce qui s'est produit ici.

En effet, à Narda, si on était très appliqué, on n'y mettait pas beaucoup de coeur. L'immortelle risqua un coup d'oeil en direction de son meilleur ami ; s'il n'avait pas porté son âme en lui, et dégagé le même parfum que d'ordinaire, elle se serait interrogée sur cet inconnu qui avait l'air d'un bouledogue s'asseyant fièrement à côté d'un lévrier domestique. Yenlui s'amusa beaucoup de cette comparaison ; il essaya de compter les hommes en face de sa vue pointue.

- Athor est venu me prévenir, cette nuit, ajouta-t-elle à voix basse. Il voulait m'épargner cette bataille et m'emmener en lieu sûr.

Mais il fallait qu'elle affronte l'impossible. Qu'elle fasse éclater la réalité. Qu'elle s'installe sur le plateau en attendant qu'on commence à la torturer.

- Il a fini par comprendre que je ne pouvais pas me permettre de fuir... Enfin. Qui viendra ? Leyra ? Hally, Wird ? Samoth et Djenka ?


Hostilités de Narda [GUERRE] Signmarie
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Marek

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14924
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://viederoliste.fr

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Lun 26 Oct 2009 - 21:46


Le regard gris de lune de Marek se perdit dans la masse des troupes impériales qui grouillaient d'activités sur la plaine autour de la ville. Un léger vent venu des terres souleva quelque peu sa cape, et rafraichit le dragonnier aux allures de Seigneur Nazghul.
Il haussa les épaules, son armure clinquant à nouveau, le soleil faisant miroiter les améthyste des épaulières.


- J'ai fait passer le mot dans l'Alliance pour les dragonniers. L'Empire à ouvert un autre front dans le Yazareth. C'est Djenka qui dirigera les troupes pour cette bataille, à sa demande. On ne la verra donc pas ici, pas plus que Dark donc. Je ne sais pas encore si Samoth la suivra. Je pense que Hally et Leyra seront ensemble, avec des chances pour que ce soit ici. Quant à Wird... J'ai cru entendre qu'il était partis à la recherche de je-ne-sais-quoi, je ne pense pas qu'on le verra.

Il tourna la masse d'armure que son corps lui offrait, et regarda Myad.

- C'est la première fois, je crois, que je te vois en armure. Je suppose que c'est un cadeau de ton père, au vue des runes drow sur le heaume. Elle te va à merveille.

Un bruit sourd et puissant fit se retourner la tête des soldats sur les remparts. Hathir venait de se poser près d'eux, et toisait maintenant Yenlui de toute sa hauteur. Marek regarda le dragon doré, et dit à sa dragonnière.

- Il a bien grandit ton Yenlui dis-moi! Toujours aussi muet?


Puis le regard du Chef de l'Alliance passa en revue les troupes alliées. Il ressentait dans l'air comme un élan de peur. Tous avait en tête le sort de Teirm fait par l'Empire. Narda était bien plus petite!
Tous avait une mine morose, et affutaient leur lames sans convictions.

Un soldat allié, vêtu de l'uniforme d'officier, une armure gris clair et bleu, s'approcha de Marek et se mit au garde-à-vous. Il leva la tête vers son chef, qui le dépassait d'au moins dix centimètres et dit:


- Lieutenant Anderson au rapport messire Krayt. Les défenses de Narda sont en place.
- Merci lieutenant. Attendons l'assaut pour voir ce que vaut ces défenses.

Le soldat s'inclina légèrement, et repartit. Le Dragonnier au Bâton se tourna à nouveau vers l'ennemi.

- Et toi, frangine, que penses-tu de l'issue de cette bataille?

Concentré sur les évènements à venir, Marek était loin de se douter de ce qui se tramait dans l'esprit de son ambassadrice...


Hostilités de Narda [GUERRE] 695195maeblap
Hostilités de Narda [GUERRE] Marekp11Hostilités de Narda [GUERRE] 662941bergerHostilités de Narda [GUERRE] Firmar11

Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Arkillon


Nombre de messages : 10255
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Arkillon
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Mar 27 Oct 2009 - 3:17


Le trajet de Treim a Narda. L’ombre ne l’avait pas encore fait à vol de dragon. Il n’avait pas imaginé pouvoir arriver avant le lendemain. Mais après tous, Aurore avait encore prit un bon mètre… Qui sait pourquoi… Elle devait avoir suivit un régime de gros éléphants ou quelques chose du genre. En fait elle devait manger à peu près tous ce qui est mangeable. Enfin bref, elle devait désormais faire dans les 14 mètres. Plus petite qu’un dragon de son age, elle n’a ni la capacité de parler ni celle de se servir de sa bouche comme d’un BBQ. Mais, ses créatures mille fois plus magnifiques que des dragons noirs aux yeux violets, avaient l’utile faculté de paralyser des armés de leur crie d’épouvante.

Le vol avait été paisible… Le cavalier et la bête avaient quitté la métropole portuaire alors que le soleil commençait à décroître. C’était désormais la demi pénombre, mais les yeux de la créature magique voyaient plus clairement qu’en plein jour. Et pourtant… Les hostilités étaient prévues pour dans sept lunes. Pourquoi l’empereur avait-il donner l’ordre d’attaquer plutôt ? Seul lui et le divin Chuck Norris savent. La possibilité que l’attaque a été avancer afin de prendre l’alliance au dépourvue. Mais une armé qui arrive sa passe pas inaperçu. Et c’est comme sa que l’empire frappe. Avec force et foie. Les soldats de Léonie ayant l’habitude de combattre contre plusieurs fois leur nombre, ce sont de véritables guerriers, tous volontaire. Aucun n’étant ici de force, tous présent pour leur gouvernement, car en Léonie on dit : OUI ON PEUT !

Et ses dans les derniers instants de la nuit que l’ombre vit les premières centuries de son armé. Les SELiens avaient bonne attitude. Ils allaient prendre les allianceux. Seul leur attitude suffira à démoraliser n’importe quelle ennemie. Et qu’elle joie, qu’elle fierté, lorsque l’ombre et Aurore survolèrent les troupes. Ils se mirent à hurler : AHHH OUHHH !!! AHHH OUHHH !!!

La puissance de leur voix était telle que la terre en trembla à des lieux a la ronde. Cet armé… Rien ne l’arrêtera, jamais n’avaient-ils reculer. Jamais n’avaient-ils avoué défaite. C’est cette armé de l’empire, elle seule, qui mérite le titre d’Immortel. Et c’est l’alliance qui allait en souffrir.

Approchant de plus en plus de l’espace désert qui séparait la grande armée de Narda, l’ombre créa un dôme autour de lui et de sa monture. Un dôme visible ? Non… Un dôme magique ? Non… Un dôme mental. Sa protection mentale. Il ne pouvait étendre plus loin son esprit securitairement, mais qu’elle conque mage ou sorcier ou bien dragonnier et même ombre, qui oserait l’attaquer mentalement se verra enfermer dans la dimension de l’enfant et n’en pourra la quitter qu’en résolvant l’énigme que le gamin proposera. Défenses pratiques et puissantes. De plus la présence de l’ombre ne pouvait être détecter que si l’on rentrait en contact mental avec la bulle, mais repérer Arkillon signifie qu’il est déjà trop tard. L’ombre contait miser sur cette propriété. Les dragonniers avaient rarement eu l’occasion de combattre sans leurs sens spirituels. L’inexpérience leur sera fatale.

Survolant de près les murailles du village, l’ombre ne portait pas son casque, ses yeux rouge flamboyant brillant dans l’obscurité. Il voulait clairement faire comprendre au Du Vanyali contre quel monstre ils s’opposaient.

Les flèches ennemies… Ils devaient sûrement savoir que les tirer serait inutile. Sage décision. Il valait mieux les garder pour le début des combats.

Retournant sur ses pas, l’ombre se dirigea vers un espace libre au milieu des troupes impériales. Un aéroport si l’on peu se permettre. Aurore se posa en douceur a cet endroit spécialement prévu a cet effet et le jeune cavalier descendît de selle. Ce dirigent vers le commandant des armées, un certain dénommer Naya Des Laurentides.


- Alors… Tout va comme prévu ?

- Oui Arkillon… L’opération Renard-Rouge nous amènera la victoire. Narda tombera ou nous ne serons plus.

- Elle tombera… Pour tomber elle tombera… Je m’en charge personnellement. Et avec elle tout dragonnier qui osera se mettre en travers de ma route et celle de la Léonie !

- Amen ! Sage paroles que voilà.

- Après cette guerre, elles seront plus que sage paroles… Se sera des faits !

- Haha… Oui, mais avant tout, nous avons un trou perdu a enterrer…

- Tu as bien raison mon cher Naya…

L’ombre et le commandant se saluèrent… Demain, ils savaient tous les deux ce qu’ils avaient à faire. L’opération Renard-Rouge est lancer !


Death smiles at us all. All a man can do is smile back

Hostilités de Narda [GUERRE] Arkibann

Hostilités de Narda [GUERRE] Ficheperso

Hostilités de Narda [GUERRE] Com___troll_god_by_haters_gonna_hate_me-d5d3620

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabarel


Nombre de messages : 2744
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Gabarel
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Mar 27 Oct 2009 - 3:37


S'il était possible de poursuivre un humain, il en était autrement avec un monstre volant. Et Gabarel sait de quoi il parle.

Seule sa détermination d'acier à avoir les réponses qu'il voulait lui permirent de continuer son chemin. Beau temps, mauvais temps, terrain sablonneux, terrain mou ou dure, il sprintait sans arrêt, ne prenant que quelques pauses pour se dégourdir les jambes à force de poursuivre ce moyen de transport démentiel. Il pouvait y arriver. Lorsque le Gladiateur bougeait, aucune force terrestre ne pouvait l'arrêter. C'était ce qu'il pense. Qu'il doute de soi-même, et il est mort. Croire en son invincibilité, mais cerner que qui nous rend invincible. Et ne pas l'oublier. Son manque de confiance lui valuent plusieurs cicatrices toutes aussi terribles les unes que les autres... Et les médecins du coin n'étaient pas souvent les meilleurs...

Enfin! La bête commencait à perdre de l'altitude. Soit une pause, soit l'arrivée. Peu importe, Gabarel devait s'y rendre. Il sprinta, usant de son ''second souffle'' pour terminer sa course folle.

Encore une fois, il avait commit l'impossible. sprinter sans arrêt jusqu'à Narda, Tentant en vain de poursuivre un oiseaux à écailles chevauché par un gosse à peine plus jeune que lui. Mais il arriva, au point où il vit où la créature atterit. Et ce n'était pas vraiment loin...

Il coura encore et encore avant de s'arrêter sur une colline. Il voyait le point d'atterrissage...

*...What the f*** ?!*

C'était tout ce qu'il pouvait penser. La créature était belle de loin, mais loin d'être belle. de plus, le petit tas d'humains qu'il voyait massé autour d'elle n'était qu'une fraction de la totalité des humains regroupés ici. Pas de doute, la guerre était ici...

Il descendit la butte, afin de retrouver le gamin mais bouscula un autre homme. Celui-ci dégaina son épée en jurant. Gabarel jura lui aussi - un Godam******-
avant de sortir la sienne. Il devait le prendre pour un ennemi.

-Un ennemi!! cria le garde.

Un autre accourut, répondant:

-Tu es sur? Il ne ressemble pas aux ''Allianceux''...

-Il ne ressemble toujours pas à l'un des notres, c'est ça l'important.

-Qui es-tu, étranger?



*Your worst nightmare*
Vs
*Simplement quelqu'un pour parler avec le gamin*



Réponse: *Simplement quelqu'un pour parler avec le gamin*

-Simplement quelqu'un pour parler avec le gamin... Arkillon...

-Hahaha... Elle est bonne. Tu veux parler à Arkillon? Non. Tu ne lui parle pas. IL te parle...


-Je lui ai pourtant parlé tantôt...

-... Je n'ai pas le temps d'entendre tes conneries! On va vraiment voir si tu le connais... Eh toi! appella-t-il. Va chercher Arkillon...

Il fit des petits moulinets avec son épée vers Gabarel.

-Dis lui qu'un invité surprise s'est joint à la fête...

Gabarel ne dit rien. Ils étaient plus qu'une dizaine, et il était seul.
Et bien qu'il se croyait invincible, Gabarel savait qu'il ne détruirait pas cette armée à lui seul... Surtout avec le gamin qui les commandent...


Hostilités de Narda [GUERRE] Varianwrynnbann
Revenir en haut Aller en bas
Madara


Nombre de messages : 2782
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Madara
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Mar 27 Oct 2009 - 21:04


Depuis maintenant trois jours, Madara chevauchait au triple gallot vers Narda. Il ne s’accordait que de rare pose pour laisser le temps à sa monture de reprendre son souffle. Des qu’il jugeait celle-ci suffisamment rétabli , il repartait immédiatement sans perde une seconde. Pourquoi était t’il si pressé ? Et bien le messager envoyer par le Saint-Empire pour lui annoncé que la bataille allait se tenir plus tôt avait apparemment rencontrer quelque problème car il ne c’était jamais rendu a destination. C’était Alard qui avait découvert le corps du malheureux ainsi que le messages qu’il transportait , l’ombre ne savait certes pas ce qui était arriver au messager mais peut lui importait , la bataille était supposé commencer dans a peine quelque jours et il n’était pas près d’arriver . C’est pourquoi il se dépêchait , c’est pourquoi il forçait sa monture a dépasser ses limites pour qu’il puisse arriver a temps . Sa chevaucher se poursuivit sur le reste de la journée , le soleil était très bas dans le ciel lorsqu’il aperçut enfin la ville au loin . D’après ce qu’il pouvait voir les hostilité n’avait pas encore commencer , les hommes du Saint-Empire se tenait au devant de la ville , terminant les préparations pour le siège a venir .

Madara lâcha un léger soupir de soulagement , il allait être dans les temps après tous . Bien qu’il voyait la ville au loin , il n’était toujours pas arriver , la distance qui le séparait de Narda était encore considérable . Il devait donc se remettre en route , cependant sa monture protesta , a bout de souffle . L’ombre avait été bien exigeant envers sa monture c’est dernier jours , la pauvre bête était désormais complètement épuiser ,ayant chevaucher tout la journée presque sans prendre de pause et cela depuis maintenant quatre jours, elle avait manifestement besoin de se reposer en vue du combat a venir . Sachant très bien qu’il ne pouvait pas faire autrement , Madara accepta a contre cœur de prendre une pause pour que son cheval puisse reprendre des forces . Il descendit de sa monture puis donna une petite tape sur le côté de son museau en lui murmurant à l’oreille :

-Bien , repose toi mon ami .

L’animal comprit qu’il pouvait maintenant se reposer un peut , sous le regard de l’ombre il s’enfonça dans les bois se dirigeant probablement vers la petite étendu d’eau qu’il avait passé un peut plus tôt . Madara respectait beaucoup son compagnon de route , il partageait avec l’animal une sorte de lien mental , un peut comme un dragonnier avec son dragon . Bien sur, le lien n’était pas aussi puissant que celui entre les dragonnier et leur dragon mais il savait qu’il pourrait toujours compté sur son compagnon a la crinière noir comme la nuit quoi qu’il arrive.
Le soleil ayant maintenant complètement disparue du ciel , seul la lune éclairait encore faiblement la petite clairière ou l’ombre avait décider de se reposer . Madara était étendu par terre , accoter contre son sac de voyage . La plus part des gens aurait probablement pensé qu’il dormait mais se n’était pas le cas , enfaite il méditait , cette exercice lui avait manqué ses quatres dernier jours et il était plutôt content de finalement avoir trouvé du temps pour s’adonner a son passe temps favoris . Cependant il était maintenant temps pour lui de repartir , cinq heure c’était déjà écouler depuis qu’il avait décider de prendre cette pause , sa monture avait donc largement eu le temps de se reposer . Tous en se relevant , il siffla le plus fort qu’il le pouvait pour appeler son cheval . A peine quelques minutes plus tard celui-ci apparut entre les arbres qui bordait la clairière ,apparemment il était rester dans les parages, bien .


A peine c’était t’il remit en route , qu’il aperçut au loin Arkillon sur son dragon qui survolait le champ de bataille . On entendait jusqu’ici l’armé acclamé son arrivé avec grand enthousiasme , pas de doute les hommes était gonflé a bloc et prête a se battre , l’alliance allait passé un mauvais quart d’heure . Sur ce, Madara se remit en route , il allait probablement arrivé juste a temps pour le début des hostilité , il lui restait encore trois bonne heure de chevauché au moins . Cependant il fut incroyablement surprit par la rapidité de sa monture , celle-ci avait redoubler d’effort et avait réussit a accomplir l’impossible . En à peine une heure elle avait réussit à parcourir la totalité de la distance , l’ombre était fort impressionné , il entra en contact mental avec l’animal pour lui faire comprendre qu’il le remerciait .Arriver au sur les lieux Madara chercha son ancien maitre du regard sans parvenir a le repérer , il aurait bien sur lui aussi aimé être acclamé comme Arkillon mais étant nouveau dans le Saint Empire il savait la chose peut probable .Après quelque minute de recherche il décida de demander a un des soldats ou se trouvait Arkillon .

-Arkillon ? Je croit qu’il est partit régler une affaire quelquonque avec un étranger …Un de nos homme est venu le chercher il y a quelque minutes seulement , disant qu’un étranger a l’allure bizzard prétendait le connaître .

Bizzard ,qui cela pouvait t’il bien être ? Madara ne comprenait absolument pas , si la personne en question aurait été l’un des dirigeant du saint empire , les hommes l’aurait reconnu …

-Sais tu dans quelle direction il c’était dirigé ?

L’homme pointa du doigt l’endroit en question . Après l’avoir remercier, l’ombre se dirigea dans la direction indiqué , il avait hâte de savoir qui était cette étranger ...


Hostilités de Narda [GUERRE] Bannmadara


ancien language(rouge)
ombrique(violet)
alard(blanc)
Revenir en haut Aller en bas
Myad


Nombre de messages : 3809
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Myad
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Mar 27 Oct 2009 - 21:05


Marek haussa les épaules. Cachée sous un masque on ne peut plus froid et agressif, la jeune femme lui était aussi normale que possible. Il ne se doutait de rien - était-ce mieux, ou pire que si ç'avait été le cas ? Myad était légèrement déçue qu'il soit si aveugle. Cela l'arrangeait peut-être, mais cela lui donnait l'impression qu'il ne la voyait pas. Peut-être que leur amitié n'était pas si profonde que ça, finalement...

- J'ai fait passer le mot dans l'Alliance pour les dragonniers. L'Empire
à ouvert un autre front dans le Yazareth. C'est Djenka qui dirigera les
troupes pour cette bataille, à sa demande. On ne la verra donc pas ici,
pas plus que Dark donc. Je ne sais pas encore si Samoth la suivra. Je
pense que Hally et Leyra seront ensemble, avec des chances pour que ce
soit ici. Quant à Wird... J'ai cru entendre qu'il était partis à la
recherche de je-ne-sais-quoi, je ne pense pas qu'on le verra.


Un autre front... La femelle hybride eut la désagréable surprise de savoir une partie de ses amis loin d'elle, dans une situation encore plus périlleuse que la sienne. Les deux filles, eau et air, aussi douces et fragiles que les dragonnes immaculées qui les avaient choisies... Wird et Samoth, leurs princes charmants, sages seigneurs et amants coquins, l'un d'eux à qui elle avait épargné la mort... Dark... Djenka...

*Djenka n'a pas besoin de toi. Occupe-toi de ta situation présente, qui devrait assez t'occuper comme ça.*

Le corps raidi de la demi-drow s'affaissa un petit peu lorsque le découragement la prit à la gorge. Seul le soutien discret et puissant de Yenlui réussit à l'apaiser assez pour interrompre les visions d'horreur qui commençaient à défiler dans son esprit torturé.

- C'est la première fois, je crois, que je te vois en armure. Je suppose
que c'est un cadeau de ton père, au vue des runes drow sur le heaume.
Elle te va à merveille.


Ayahantê corrigea sa première impression ; il la regardait, il la connaissait. Elle était juste trop discrète, trop contenue, pour qu'il s'en aperçoive. C'était mieux ainsi. Elle préférait ne rien avoir à lui dire, que d'affronter un frère et de devoir lui mentir. Tournant ses yeux de reptile vers son ami, la jeune femme lui sourit derrière la barrière de métal qui la protégeait.

- C'est parce que c'est la première fois que nous guerroyons ensemble, petit frère, lui dit-elle de son habituel ton doux. C'est en effet un cadeau de mon père. L'absence d'armure a commencé à se faire pesante, et il a, comme d'habitude, devancé toutes mes espérances.

Elle lui adressa un clin d'oeil. Sa présence lui faisait quelque peu oublier qu'elle allait bientôt souffrir.

- Je te remercie, et te retournes ton compliment.

*Dis-lui qu'il devrait se méfier des conclusions que pourraient se faire ses ennemis sur le complexe qui semble le pousser à se vêtir ainsi.*

- Et Athor laisse entendre que cette grosse armure impressionnante pourrait bien cacher quelque chose, rit-elle.

Un nouveau courant d'air caressa sa nuque, protégée par la côte de mailles, et l'ombre immense de Hathir se découpa tout autour d'elle. Yenlui se redressa sur sa tour pour saluer d'un grognement son maître, signe chez lui d'une légère affection - rareté. Marek le regarda avec intérêt. C'est vrai qu'il ne l'avait pas vu depuis leur dernier entraînement, il y avait plus de deux mois à présent. Cela lui paraissait si proche, et pourtant... Le bébé était déjà grand...

- Il a bien grandit ton Yenlui dis-moi! Toujours aussi muet?
- A mon grand regret, il a appris à parler, lui annonça-t-elle en appuyant ses mains sur sa ceinture.
*On dit qu'une fois qu'on a appris à parler à un enfant, il ne lui reste plus qu'à entreprendre la tâche difficile et éreintante de lui enseigner à se taire.*
- Prends garde, petit démon, ou je vais me charger de te bâillonner de façon simple et absolument définitive, rétorqua la femelle d'un ton mi-amusé, mi-menaçant.

Le dragonneau ne se vexa nullement. Il était même excité par le jeu, et aurait bien poursuivit, cependant l'arrivée d'un officier le distrait de sa Dragonnière. Il l'examina avec beaucoup d'attention, sa nature curieuse ne s'étant pas entacée avec les semaines.
Myad, elle, ne fit aucun geste, ni ne prononça aucun mot à l'approche du jeune homme. Elle n'avait rien à dire à ce type. C'était Marek qui commandait. Elle... Représentait.


- Lieutenant Anderson au rapport messire Krayt. Les défenses de Narda sont en place.
- Merci lieutenant. Attendons l'assaut pour voir ce que vaut ces défenses.

Un court silence s'installa entre eux au départ de l'homme. Ayahantê fixait obstinément les troupes grouillantes et noires où elle cherchait quelqu'un. Quelqu'un... Peut-être qu'il ne viendrait pas ? Peut-être qu'elle se battrait pas dans deux batailles différentes.

- Et toi, frangine, que penses-tu de l'issue de cette bataille?

Myad réfléchit une minute, prenant le temps de s'interroger puis d'interroger son père, situé loin au-dessus d'eux sur le dos d'un gigantesque dragon d'argent.

*Je suis d'accord avec toi sur ce point. Tu es lucide, c'est bien.*

- Nous avons des chances de réussir à l'emporter. Il faudrait que les unités les plus puissantes de l'Alliance se concentrent sur celles de l'ennemi. Je propose que les moins forts auront à protéger les défenses en attaquant.

*Myad...*- D'accord, le seul élément dangereux et imprévisible qui puisse s'en occuper combattra en bas des murailles pour défendre en attaquant. Moi, en l'occurence.*Corrige-moi ça tout de suite.*

Myad poussa un soupir.

- Pardonne-moi, petit frère, si j'ai l'air d'une cinglée... Mais mon père n'a pas l'air d'apprécier ma façon de parler de moi (elle sourit, cynique). Bref, je veux bien aider les défenseurs pendant que vous vous occuperez des pièces maîtresses de l'échiquier. Cela vous va-t-il, chef ?


Hostilités de Narda [GUERRE] Signmarie
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Marek

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14924
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://viederoliste.fr

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Mar 27 Oct 2009 - 21:37


- Et Athor laisse entendre que cette grosse armure impressionnante pourrait bien cacher quelque chose...

Marek éclata d'un rire sonore, qui résonna autour d'eux. Athor... Toujours là, à écouter ce que faisait sa fille... et à se faire remarquer. Marek aimait bien l'elfe noir.

- Ah mais ça, il faut demander à Leyra. Je suis beaucoup trop modeste pour vanter les proportions que les dieux m'ont généreusement offert!, ajouta-t-il en gonflant la poitrine et en étalant un sourire colgate.

[...]

[...] Cela vous va-t-il, chef ?
- Ce n'est pas moi qui contredirait ton père, tu le sais bien, et...

Il fut couper par une brusque clameur qui s'élevait de l'armée adverse. Le soleil l'empêchait de voir comme il fallait, mais quelque chose c'était posé dans le masse impériale. A en jugé par la taille, Marek se faisait une idée approximative de qui cela pouvait être...

... Tien, quand tu parles de "pièces maîtresses de l'échiquier", je crois que le fou s'est posé sur sa case. Et il a ramené avec lui cette saleté de bestiole...

Hathir grogna. Lui non plu n'aimait pas beaucoup la bête qui s'était posé chez l'ennemi...

* Aurore...* souffla le dragon dans l'esprit de son dragonnier, mais aussi celui de Myad et Yenlui.
- Tout juste... Et qui dit Aurore, dit Arkillon. Cette pièce là de l'échiquier, je me la réserve, cela ne te dérange pas au moins petite soeur? ajouta-t-il en se tournant vers la concernée.

Il eut alors la surprise de voir passer un éclat de tristesse dans le regard de sa soeur de coeur. Mais la sensation fut si brève qu'il cru à un reflet du soleil...

Le heaume commençant à devenir lourd sous son bras, il le revissa sur son crâne. Son souffle se métalisa un peu (ça se dit pas ça mais bon). On aurait presque dit un Dark Vador version médiévale.


Hostilités de Narda [GUERRE] 695195maeblap
Hostilités de Narda [GUERRE] Marekp11Hostilités de Narda [GUERRE] 662941bergerHostilités de Narda [GUERRE] Firmar11

Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Arkillon


Nombre de messages : 10255
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Arkillon
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Mer 28 Oct 2009 - 3:54


Après une poignée de main enthousiaste avec le général Naya, le jeune ombre entrepris de rendre visite au Cercle, le nom de la ligue de mage d’élite de l’empire. Arkillon avait bien l’intention de discuter avec le chef-en-charge, le conte Roger de Black-Berry. Il marchait vers la tente banale, car le noble mage ne voulait surtout pas être repérer par l’ennemie. Le dernier porteur du nom Keritel marchait… Observant en même temps les soldats, ils avaient hâte aux giclements de sang. Plus que quelques heures et cette partie d’échec commencera, et tous le savent… Arkillon est un echequiste de renom. ( Ouais et Gab et Mady n’arrivent que rarement a me battre Mr. Green )

Soudain, un soldat vit interrompre la promenade de l’ombre. Il avait le front couvert de sueur et était à bout de souffle après la course forcée. Arkillon le laissa reprendre son souffle avant de l’autoriser à parler. Un message… Un étrange homme ne ressemblant ni aux leoniens ni au vanyalien. Le guerrier de la nuit aurait ordonner l’exécution de l’intrus si sa n’avait été du fait qu’il disait être une connaissance et que le garde avait préciser que l’homme de grande taille avait un accent des plus terribles. Ce pourrait-il que ce soit lui. Non… Il était à Narda lorsque Arkillon a quitté la métropole, de plus ce n’est pas un mage. Jamais ne pourrait-on voir un être humain capable de suivre la cadence d’une fanghur.

Le jeune ombre devait en avoir le cœur net. Il décida de suivre le soldat. Il fut amener à un cercle de garde, arme à la main. L’ombre se fraya un chemin a travers la masse humaine et reconnue l’étranger de Treim.


- Bon dieu foutez le camp… Vous pensez faire quoi hein ? Il peut facilement tous vous tuer.

Tous regardèrent Gabarel, incrédule que l’homme puisse tous les vaincre et encore moins qu’Arkillon le connaisse. Mais, aucun ne protesta les ordres du prodige de 17 ans, obéir ou finir pendu publiquement dans l’heure. L’ombre détourna son attention des combattants qui quittaient les lieux et porta ses yeux de feu sur le gladiateur. Il n’avait nulle monture a ses coter. Sa peau et ses vêtements, couverts de poussière. Avait-il vraiment poursuivit Aurore a la course.

- What kind of demon are you to be able to follow on your feets something as big and as fast as my Fanghur ?

Avant même que le guerrier venu d’ailleurs ne puisse répondre, un autre homme arriva. Il semblait chercher quelque chose. Et cet homme est Madara. Sûrement Arkillon est celui que son élève cherchait, après tous nulle ne pouvait désormais sentir sa présence sans être enfermer dans le monde du gosse. Et Madara sait qu’il n’est pas plaisant être avec l’enfant et la planète de noir.

- Tien… Tu es arrivée depuis quand toi ?

( Desoler, vraiment aucune inspiration... Je me reprendrai au prochain Very Happy )


Death smiles at us all. All a man can do is smile back

Hostilités de Narda [GUERRE] Arkibann

Hostilités de Narda [GUERRE] Ficheperso

Hostilités de Narda [GUERRE] Com___troll_god_by_haters_gonna_hate_me-d5d3620

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Myad


Nombre de messages : 3809
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Myad
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Mer 28 Oct 2009 - 18:08


[Oh non, vous abusez == je viens juste de terminer un super long post qui, justement, en tenait compte...]

- Ce n'est pas moi qui contredirait ton père, tu le sais bien, et...

Un vrombissement d'enthousiasme s'éleva alors loin au-delà des murailles silencieuses, clameur unanime de centaines d'hommes. Le son, pourtant expression d'un sentiment agréable, ressera brusquement les pupilles félines de l'ambassadrice. Elle détestait la foule. Ce genre de cris gais, vaillants, elle les connaissait. Ils n'avaient toujours voulu que son malheur. Une bouffée de prédation combattit sa raison quelques secondes, temps nécessaire à Marek pour examiner la foule en liesse. Et en tirer la plus cruellement évidente des conclusions.

-... Tien, quand tu parles de "pièces maîtresses de l'échiquier", je crois que le fou s'est posé sur sa case. Et il a ramené avec lui cette saleté de bestiole...
- Une fanghur, corrigea Myad d'un ton glacial.
*Doucement, Myad !* l'alerta Yenlui.

Elle le remercia intérieurement, soulagée que son ami préoccupé ne l'ait pas entendue. Elle aimait bien Aurore ; elle avait du respect, de l'admiration pour cette magnifique créature qui aurait pu gober son dragon comme lui un souriceau. Qu'on la traite comme de la vermine la hérissait. Hathir poussa un grognement peu amène, tandis que son élève, aigle doré sur son perchoir de pierre, restait silencieux. Myad ignorait exactement pourquoi (il y avait des tas de raisons pour ça) mais il était empli de doutes. Nerveux.

* Aurore...*
*Aurore.* confirma le jeune dragon d'un ton sarcastique.
- Tout juste... Et qui dit Aurore, dit Arkillon. Cette pièce là de l'échiquier, je me la réserve, cela ne te dérange pas au moins petite soeur?

Yenlui retint avec peine un amusement puissant, et se contenta de gesticuler avec bonne humeur au-dessus du vide. Myad toisa son frère une seconde, intensément, hésitant une dernière fois à lui dire que oui, ça la dérangeait, qu'elle ne voulait pas qu'ils se battent. Une tristesse immense emplissait les émeraudes derrière les fentes de son heaume.

*Non, ma fille. Je suis navré, mais c'est trop tard.*

La demi-drow calma l'abysse de douleur qui commençait à aspirer tout son self-controle pour répondre d'une voix tranquille :

- Je n'ai pas envie que tu prennes des risques, dit-elle en toute sincérité, mais je ne vois pas qui d'autre pourrait l'affronter à ta place.

Elle médita une seconde, puis ajouta :

- Je savais que tu demanderais sa vie, soupira-t-elle. C'était prévisible...

Son destin était toujours prévisible ; choisissez l'option la plus désagréable, la plus douloureuse et c'était la sienne. Sur ces paroles mystérieuses, la jeune femme ferma les yeux et resta silencieuse.

*Vas-tu le tuer ?* demanda Yenlui, sans pitié.


Hostilités de Narda [GUERRE] Signmarie
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Liv de Sula


Nombre de messages : 2665
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Jeu 29 Oct 2009 - 16:19


[le problème est réglé cependant par une fausse manip' hasardeuse le post est parti dan un coin où je n'ai pas les droits de modération Hostilités de Narda [GUERRE] Arf1 .

Je l'ai renvoyé à Brex' pour qu'il le reposte.
Marek tu vas devoir faire exactement ce que je te dis par MP, car notre compromis est basé sur une de tes capacités Mr. Green

Voilà bon RP Hostilités de Narda [GUERRE] Icon_wink ]


Hostilités de Narda [GUERRE] Rrr9
Revenir en haut Aller en bas
Brexinga


Nombre de messages : 6699
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Brexinga
Dirigeant de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Jeu 29 Oct 2009 - 16:40


Parte 1 : La préparation


La douce brise fraîche qui accompagnait les douces sensations nocturnes atteignit rapidement les deux camps qui se faisaient face. D’un coté les troupes fraîches, puissante et avec un moral sans égal des troupes impérial contre les troupes toute aussi fraîche mais beaucoup plus craintive de l’Alliance. Le soleil commençait à se coucher et ces dans cette nuit nuageuse qu’allait commencer la fin de Narda.
Les hommes étaient en place et préparer. Depuis heures déjà la grande armée Impérial avait recommencé à se préparer. Le sommeil n’avait pas été long mais ils avaient passé la journée d’avant complètement à seulement se reposer et délié leur muscles, de plus il valait mieux moins dormir mais être prêt à se battre, que de moins dormir et de se battre en se faisant réveiller en sursaut.
Voila se qu’avait prévu les généraux impériaux, bien sur aucun lieu de sous-estimer les généraux allianceux, non bien au contraire c’est justement car il ne voulait pas les sous-estimer que l’Armée allait attaquer de nuit. Donc, depuis une heure déjà les soldats se mettaient en place, revêtissait leur armure et affilait leur épée une dernier fois, tout cela dans un noir des plus obscur et dans un silence de mort. Voila le but de toute l’attaque attaquer dans le noir et essayer de surprendre légèrement…


Partie II : Ces dans le noirs que les petites choses vont vite…


Un peu plus tôt dans la cité des hommes avançait non-chalament dans les dédales de Narda. Tous vêtu de ses joyeux uniforme jaunes pétants de ses allianceux. Ils se dirigeaient tous vers leurs postes ou plutôt leur nouveau poste. Le soleil s’apprêtait à se coucher et la rotation des gardes approchait. De braves hommes prêts à faire tout pour leur patri. On les voyait ses petits hommes ressemblant à des canaris avancé dans la cité fraichement reposé. L’un grimpait l’échelle du poste d’alarme alors que d’autre avançait vers la grande muraille pour défendre la cité de l’invasion futur ou encore certains se dirigeait vers les défenses qui surveillait le mécanisme de la grande porte.
Pendant se temps dans la ville une trentaine d’homme gisait sa et la inconscient ou peut-être endormi, nulle ne le savait réellement dans ses chambres de taverne diverses. Des soldats allianceux sans uniforme, nue jusqu'à l’os couché entre de douce douillette et rêvant à de petit lutins rose en train de batifoler dans la nuit.


Partie III : Après la pluie vient le beau temps…



Voila la machine de guerre était en marche. La troupe impériale avançait dans un silence de mort sur le terrain qu’il avait eu le temps d’analyser pendant de heures avant le déclenchement du mouvement. Le seul petit bruit perceptible était le bruit des latte de métal s’entrechoquant à chaque mouvement de l’armée mais si petit que seul un être munit d’une puissante ouïe pouvait l’entendre.
Les soldats avançait et en avant d’eux ils étaient mené par Arkillon qui pour la première fois avait reçu un ordre très clair. Son fanghur ne devait pas être utilisé de l’attaque car toute l’idée de surprise tomberait à l’eau. L’Armée s’arrêta à quelques mètres murs du grand fossé et aussi de la grande porte. Juste assez loin pour que les flammes des torches allianceuse ne puissent les apercevoir. Ils restèrent la et attendirent le signal.


Parti IV : L’enfer se déclenche…Les grands esprits se rencontrent…



Voila maintenant plusieurs heures deja que la rotation avait eu lieu et que les soldats avaient échanger leur endroit de posts. Une impression de peur vaguait dans le corps de tous les hommes rassemblé autour et à l'intérieur de la cité. Tous craignait les puissances de l'empire qu'ils percevaient comme des êtres nées du démon lui-même. En fait elle avait raison les être peuplant cette armée était réellement des démons.
Du haut des diverses tours de garde et d'alerte des hommes commencaient à tomber dans les bras de morphée doucement dans un horrible silence épeurant comme si ils avaient été déposé dans un lit de ouate ou encore dans un nuage. De petits craquement sec qui durerent une infime seconde se firent entendre alors que les coups des gardes se rompaient dans un silence sec. Il ne restait plus qu'un garde par tour, un garde qui semblait allianceux au premier abord, mais dans leur visage reignait une sordide impression de bonheur, leur mission était clair protégé les alarmes jusqu'a leur morts.
Le même phénomène étrange se produisit tout prêt des deux mécanisme protégeant les portes. Les hommes s'écrasèrent sur le sol. Seuls quelques hardes restaient encore la intacte et vivant.

Pendant se temps sur la grande muraille un homme montait et se dirigeait lentement vers leur deux personnes qui semblait plus hautement gradé, plus puissante, le chef du Vanyali lui-même et sa soeur. Il s'avancait seul sans arme, seulement revêti de son accoutrement ridicule et contrastant avec l'atmosphère ambiant. Son immense chapeau haut de forme pendant au dessus de sa tête.
Il se tenait maintenant devant les deux aut-gradé et un immense sourire arborait son visage au centre duquel prenait place deux yeux jaunes vifs et illuminé.

"Bonjour à vous maitre du Vanyali, me donnerez-vous l'opportunité en se grand jour de vous faire un tour, regarder à droite , regardez à votre gauche, vous ne voyez rien, maintenant regarder en haut puis regarder moi, je ne suis plus la."

Le Chef forrain avait disparu et l'instant d'Après les chaines qui retenait la grand porte éclatèrent en mille pièce laissant la porte s'éfondrer sur le sol. MAintenant l'enfer se déclenchait alors que dans un bruit assourdissant l'Armée impérial traversait les grandes murailles de la ville et que dans un même temps la guerre commencait...


If you wanna be the best, You've got to take out the best
Revenir en haut Aller en bas
Marek

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14924
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://viederoliste.fr

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Ven 30 Oct 2009 - 17:04


Quelque chose dans la voix de sa soeur de coeur interpela Marek. Elle était devenue glaciale après qu'il est appelé Aurore "une saleté de bestiole"...

- Excuse moi si tu as une passion pour les fanghur, mais pour ma part j'ai un souvenir désagréable de ma dernière rencontre avec Aurore! répondit-il avec humeur, malgré lui. Qu'avait donc la demi elfe?

Décidé à ne pas passer l'après midi sur les remparts, il se retourna, jetant un regard intrigué à travers son heaume à Myad, et dévalla l'escalier de la muraille à grand pas...


[...]

La nuit était tombée. Marek était seul dans sa tente. Il n'avait pas revu Myad depuis midi. Il n'avait pas non plus eu le temps de la retrouver... La guerre était ce qu'elle était, et de nombreuses activités plus ou moins interressantes avaient retenues sont attention tout au cours de la journée.
A la tombée de la nuit, il avait enfin pu souffler un peu. Avachit sur un fauteuil dans ses quartiers, il commençait à somnoler lorsque la voix d'Hathir résonna dans son esprit:


* Reveil toi feignasse, l'ennemi est en bas des remparts!*

Sans relever la remarque de son dragon, Marek bondit dehors, et en trente secondes il était déjà sur les remparts. En effet, aux pieds de la porte, l'armée ennemie commençait à attaquer, il l'entendait au bruit avant de le voir de ses yeux.
Sur les remparts, il retrouva Myad, comme si elle n'avait pas bougée depuis la dernière fois.
Sans un mot, Marek regarda la porte qui résistait. Soudain, des pas derrière lui le firent se retourner.
Un homme étrange, vêtu d'un chapeau haut de forme, les regardaient et dit:


- Bonjour à vous maitre du Vanyali, me donnerez-vous l'opportunité en se grand jour de vous faire un tour, regarder à droite , regardez à votre gauche, vous ne voyez rien, maintenant regarder en haut puis regarder moi, je ne suis plus la.

Et la porte s'effondra...



Marek jura. En une fraction de seconde, un plan se forma dans son esprit. Alors que le troupes impériale commençait à pénétrer dans la ville, il tendit son bras vers les débrits de la porte.
Immédiatement, un feu rouge rubis s'éleva des débris, illuminant la bataille, et barrant le chemin à l'Empire.

Les armées de l'Alliance commençaient déjà à s'occuper des impériaux déjà entrés, et ceux dehors commençaient à recevoir le feu nourris des archers, ne pouvant traverser le rideau incandescant que le Chef du Vanyali avait dressé devant eux, et qu'il entretenait pour qu'il projette quelque gerbe sur les ennemis...


Hostilités de Narda [GUERRE] 695195maeblap
Hostilités de Narda [GUERRE] Marekp11Hostilités de Narda [GUERRE] 662941bergerHostilités de Narda [GUERRE] Firmar11

Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Myad


Nombre de messages : 3809
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Myad
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Ven 30 Oct 2009 - 21:39


Marek parlait dans le vide ; Myad ne l'écoutait déjà plus, préoccupée. Son mutisme parut tant agacer son ami qu'il lui lança un long regard, lui tourna le dos et retourna à l'intérieur de la cité. Hathir et Yenlui ne dirent rien, mal à l'aise. La demi-drow était aussi mobile qu'un griffon de pierre, et à peine plus heureuse ; elle avait l'impression qu'on avait écoulé de la glace dans ses veines au lieu d'un sang chaud et vivant d'elfe dénaturé.

*La bataille n'est pas pour tout de suite.*
*Que veux-tu faire ?*
*A part me torturer psychologiquement ? Je n'en ai aucune idée. Nous sommes prêts ; nous changer et nous distraire serait une piètre occupation, qui avantagerait nos ennemis l'heure venue. Nous ne pouvons pas décemment rejoindre Arget et père, ou alors au risque de déclencher l'ire des ennemis un peu trop tôt.*
*Mère nous défendrait.*
*Tu n'envisages pas sérieusement...*
*Bien sûr que non, petite idiote. Je vais me promener en ville. Reste ici avec tes idées noires.*

Sur ces paroles réconfortantes, tendres et pleines d'affection, le jeune dragon étendit ses larges ailes dorées, les battit d'un geste puissant et s'éleva dans les airs. Bientôt, on n'entendit plus que la respiration puissante du compagnon de Marek, resté là en une sentinelle ténébreuse. Ni lui ni elle ne cherchèrent à communiquer ; et même si elle appréciait sa présence, Myad lui fut reconnaissante de ce silence.
Elle-même avait assez du vacarme assourdissant qui sévissait à l'intérieur de sa tête.
La princesse était un membre d'un clan : l'Alliance. Par conséquent, elle devait combattre, blesser ou dans tous les cas mettre hors d'état de nuire les opposants à cette institution. Fallait-il être masochiste pour s'éprendre d'un des puissants de ces foutus ennemis ? Et s'il n'y avait que ça, ce serait encore trop simple ; Myad n'aurait qu'à tuer le plus de monde en faisant comme si c'était une boucherie semblable à toutes, en évitant de chercher dans la foule vociférante un cadavre aux yeux rouges, d'une beauté mystérieuse de nuit d'hiver. Dans son cas, il fallait ajouter le facteur aggravant du meilleur ami, presque frère, compagnon de toutes les bonnes ou mauvaises choses, qui se trouvait être le rival direct de cet amant. En aimer un, c'était prendre un risque. Les aimer tous les deux, c'était le suicide affectif. Petit à petit, la femelle hybride laissa son esprit s'envoler, loin de son corps, au-delà de ses sens, reposant ainsi son âme en figeant son corps en une rigide tenue...
La journée s'acheva sous le regard vide de ses prunelles émeraudes.

¤

*Myad !*

Retourner à son corps fut difficile, et long. La jeune femme entendait distinctement la voix empressée, inquiète de son dragon, mais elle ne pouvait pas aller plus vite. Sortir d'une transe pareille était laborieux. Elle le lui fit comprendre sans se hâter.

*Faut-il être stupide ! Pendant que tu te reposais tranquillement, des dizaines de soldats ont été tués !*

L'information passa dans l'esprit pur de la femelle hybride, qui y répondit.

*Comment ? Arbalète, arc, flèches donc ? Ou maléfice ?*
*Je l'ignore* concéda l'animal à contre-coeur. *Tout ce que je peux t'assurer, c'est qu'ils sont morts.*

La fraîcheur douceâtre de la nuit qui engourdissait sa peau. La caresse du vent... Le poids léger de son heaume sur son visage, la présence rassurante de Wyrda à son côté...
L'odeur agressive de centaines, de milliers d'hommes tous proches...

Ses yeux s'ouvrirent brusquement. Les pupilles se rétractèrent aussitôt en une mince ligne alors que ses narines frémissaient, captant avec une amère précision la saturation de l'atmosphère.
Ils étaient là. Plus tôt que prévu. A leur goût, sans doute à l'heure prévue. Discrets comme des ombres... Quoique les ombres ne tintaient pas. Une odeur rassurante fit bondir son coeur de soulagement, chassant le doute pour lui permettre une plus grande attention. Elle commença à s'inquiéter, à reculer une jambe, quand quelque chose attira son attention. Sa main empoigna le bras de son frère de coeur ; le métal grinça sous ses doigts chaussés d'acier.

- Marek, souffla-t-elle.

Au même instant, elle sentit la présence de Yenlui, bien plus nette, au-dessus d'eux. Pas besoin d'être devin pour en déduire qu'il volait, décrivant de larges cercles au-dessus de la ville. Des éclats dorés courraient sur les murs lorsque la lune se réflétait dans ses écailles.

*Quand descendons-nous ?*
*Bientôt. Si je chute, plonge avec moi.*
*Je t'attendrai.*

C'est alors qu'une silhouette claire, se détachant des masses obscures, tremblota en attirant son attention. Réflexe purement animal, la demi-drow feula tout bas, ses dents découvertes sous le secret du heaume. A présent, elle était tout à fait prête à se battre. Athor avait veillé à ce que sa tendance à la défense soit muselée avec son pouvoir ; en effet, il n'y avait pas intérêt à ce que la jeune femme s'incarne en plein champ de bataille. Des barrières de contention cernaient donc son esprit.

"Bonjour à vous maitre du Vanyali, me donnerez-vous l'opportunité en se grand jour de vous faire un tour, regarder à droite , regardez à votre gauche, vous ne voyez rien, maintenant regarder en haut puis regarder moi, je ne suis plus la."

Et il s'envola.
La seconde suivante, la jeune femme bondissait en arrière, dans un pressentiment qui avait dépassé sa conscience. Son corps avait compris avant son esprit ; tandis qu'elle se jetait dans le vide, à l'intérieur de la cité, un vacarme effroyable lui signala qu'elle avait eu raison.
Ce pantin n'avait été qu'une diversion.
Une bourrasque, un choc, et sa chute s'acheva en douceur. La gueule de son dragon l'avait attrappée délicatement par la nuque, lui évitant toute anicroche. Aussitôt les pieds posés, Ayahantê partit en courant, vive comme un chat sauvage, tandis que Yenlui poussait un rugissement suraigu, claquant dans l'air comme une alarme sinistre.
Les soldats encore en vie sursautèrent, des habitants sursautèrent dans leurs lits, les cadavres abandonnés craquaient et se vidaient sous les pattes griffues du reptile.
Si Myad était silencieuse, en elle, elle flamboyait.

Enfin, elle déboucha sur la rue principale et contempla froidement le spectacle qui s'offrait à elle ; une porte défoncée vomissant des soldats noirâtres à n'en plus finir. Yenlui s'approcha d'elle, ouvrit la gueule et héla les guerriers, provocateur. Elle de métal, lui d'écailles dorées, ils étaient aisément repérables. Tant mieux. Tandis que beaucoup, goguenards, s'avançaient vers eux, la jeune femme dégaina Wyrda d'un geste vif et marcha à leur rencontre. Ils n'avaient pas l'air de s'être attendu à ça ; certains ralentirent. Sortant la fiole de sang de sa poche, l'immortelle la glissa sous son heaume et la vida cul sec. Elle eut d'abord un frisson de fureur en reconnaissant le sang riche, sucré et délicat d'un humain enfant. Mais il le fallait ; pour que sa magie soit d'une qualité supérieure (et, malheureusement, encore moins contrôlable), et sa coère destructrice, c'était le carburant qu'il lui fallait. Il y eut un bruit de verre brisé quand la fiole retomba sur les pavés. Yenlui émit un grondement rauque, sa queue se balançant derrière lui.
Il y eut un court, étrange, flottant silence.
Et puis les premières épées chantèrent en s'embrassant.

Myad combattait comme un fauve ; elle sinuait partout entre les mains crochues et les dagues baveuses, serpent qui danse entre les rustres qui s'amoncellaient autour d'elle. Son épée plongeait avec une avidité toute naturelle dans les chairs offertes, le sang éclaboussant le métal neuf, les entrailles émettant un bruit peu ragoûtant lorsqu'il s'appuyait dessus pour bondir. C'était une machine à tuer, faite pour créer mais surtout pour détruire ; et dans ces circonstances cela se révélait plutôt utile. Une sensation de picotement lui mordit la cuisse lorsqu'une masse d'armes manqua lui arracher la jambe ; se détendant comme un ressort, la jeune femme envoya son adversaire à terre et le frappa au visage, lui enfonçant son casque dans la cervelle. Elle eut la certitude d'avoir réussi lorsqu'un magma pâle, visqueux et puant poissa ses gantelets. Agacée, elle se redressa et se courba de justesse pour éviter de perdre un peu plus que sa jambe.
Yenlui ne faisait pas dans la dentelle. Il arrachait les têtes comme elles venaient, avec presque répulsion, mais piétinait sans grande attention tout ce qui avait le malheur de l'approcher. Sa Dragonnière avait la délicatesse de venir souvent couvrir ses ailes, seuls endroits véritablemens fragiles de sa carrure. Il émit un rugissement furieux lorsqu'une flèche s'y enfonça. Sa douleur papillona jusqu'à Ayahantê ; elle décapita sèchement son adversaire, recula, s'appuya sur son échine, sauta et atterrit de l'autre côté, où elle ôta la flèche et guérit la plaie. Ils échangèrent un bref regard, indescriptible, et reprirent leurs occupations.
Cependant, la jeune femme savait qu'elle n'aurait pas que son dragon à protéger.
Inlassablement, elle cherchait l'introuvable, n'osant espérer le trouver. Les flammes rouges fusaient comme aux jours derniers, la fin du monde dans la nuit noire de Narda. Elle n'avait pas peur du feu. D'autres cauchemars hantaient ses yeux de serpent...


Hostilités de Narda [GUERRE] Signmarie
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arkillon


Nombre de messages : 10255
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Arkillon
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Sam 31 Oct 2009 - 7:26


Arkillon, Madara et Gabarel discutèrent assez longtemps. Pour faire bref, le puissant ombre demanda des nouvelles au faible Madara, qu’avait-il fait ? Comment avait-il réussit à quitter Uru’Baen. Il l’informa que le parchemin labas était faux. Et qu’ils avaient passer près de la mort pour rien. Ensuite, l’ombre s’informa au près de Gabarel dans son dialecte primitif de comment avait-il réussit à suivre l’être de la nuit alors que celui-ci était à vol de fanghur. Quel que fut la surprise d’Arkillon quand le gladiateur lui dit que se fut au pas de cours. Est-ce simplement possible ? La vitesse de course maximale de l’ombre étant le triple gallot, la bête couleur d’émeraude avait une vitesse de croisière au moins 3 fois plus rapide. Il était dur d’imaginer un humain courir à cette vitesse pendant plus d’une demi-journée sans la moindre pause. Mais bon, qui sait avec qu’elle sorte de drogues l’homme d’outre terre avait été nourrit durant ses années de captivités.

Par la suite, Arkillon fourni un uniforme impérial a Gabarel, histoire de le faire passer un peu plus inaperçu. Sa force étant un élément inconnu de l’ennemie, il pourrait s’avérer une carte maîtresse dans le jeu de cette guerre. Et qui plus ait, il était sale. Après qu’il ait changer son ligne, Arkillon indiqua à Madara et a Gabarel ou ils pourraient manger un petit quelques chose. Par la suite, il se dirigea vers la tente ou siégeait le conseil du Cercle. Il était temps de conclure les préparatifs pour l’opération Renard-Rouge. Aujourd’hui, au coucher de soleil, alors que la brume de l’océan est à son maximum, la division d’attaque frappera, suivit ensuite par le reste des troupes. Oui, Narda tombera. La tache des mages du Cercle, nullifier le plus possible le bruit que les soldats leoniens pouvaient produire.

Ce soir… La porte du village tombera. Ce soir l’alliance tombera. Les derniers préparatifs finis. Arkillon se dirigea vers l’espace découvert entre les tentes, la ou attendait sa belle Aurore. Il placa sa paume entre les gros yeux de la bête et lui transmit à l’aide de mots et d’images ses directives. Durant cet assaut, elle ne devait être vue qu’après la chute des portes. Sa cible, le lézard noir de Marek. Alors qu’Arkillon allait s’occuper de lui. En ce jour, une pierre tombale portera le nom de Marek K. ( Désoler j’ai oublier comment sa s’écrit. )

[…]

Le soleil est tomber, l’ombre et l’armée sont près Tous équiper. Casque et grand bouclier de bronze. Épée a une main, portant le tabard mauve avec l’emblème de l’empire broder en noir. Tous revêtit d’une cote de maille en fer sous l’uniforme. Les mages ayant créent un filet anti-son autour des troupes. Les vigiles jeunes ne pouvaient entendre les sons produit par cette armée en marche. L’ombre se chargeait aussi de maintenir un écran devant les troupes, protection suplementaire contre quelques gardes a la vue particulièrement bonne. Mais recouvrir une armée entière d’un écran n’est pas a la porter de tout le monde, la quatiter d’énergie est très importante, c’est pour sa que l’ombre ne camouflait qu’a partir du front, les coter et le derrière n’en valaient pas la peine.

armée attendait en silence devant les portes. L’opération Renard-Rouge était lancée. Plus que la porte. Rasapa devait la faire tomber de l’intérieur. L’ombre avec a ses coter Madara et Gabarel dans ses nouvelles fringues attendaient. Tous avaient ordre de ne pas faire le moindre son. Arkillon maintenant écran devant armée afin de la garder invisible. Et puis soudain, malheur, Hatir passa au-dessus des soldats.


- Non… Merde, il n’y a pas écran tourner vers le ciel…

Arkillon entrepris le plus rapidement possible de collecter l’énergie nécessaire a la création d’un écran d’une telle étendu, mais la bête noire avait déjà disparut.

- Dites-moi qu’il ne regardait pas le sol…

Quelques instant plus tard, l’alarme. Il avait vu. Mais était trop tard, les portes explosèrent.

- CHARGER !

Dans un hurlement de rage, les soldats foncèrent, a leur tête, les deux ombres et le gladiateur. Mais, ne firent-ils que quelques pas que les debrits des portes prirent feu, un feu anormalement puissant. Arkillon n’eut le temps de s’y attaquer qu’une pluie de flèche vit s’abattre sur les impériaux.

- EN FORMATION TORTUE ! Hurla le général Naya.

Tous, d’un mouvement unique, prirent leurs boucliers de cuivre et les placèrent au-dessus de leurs têtes. Sitôt le bruit assourdissant des flèches ricochant sur le métal vit emplir l’espace. Les magiciens du Cercle annulèrent leur filet sonore. Mais ils étaient bloquer ici jusqu'à ce que les archers n’ayant plus quoi tirer. Tant bien que mal, plusieurs tentèrent d’amener les échelles. Les archers du SEL, rester en arrière avaient commencer a retourner le feu sur la ville portuaire. Les magiciens non affairés ont protéger les soldats et leur propre vie emplissaient l’obscurité de la couleur de leurs sortilèges. Cette guerre se déroulait à distance. L’alliance en avant l’avantage. Et tous ce que l’empire avait besoin afin d’emporter la victoire, ce fut de pouvoir pénétrer au delas des flammes.

Avec cette idée en tête, l’ombre se créa un passage dans le brasier et pénétra la cité. Voyant presque rien dans les petites fentes de son casque, le jeune ombre le retira et le jeta au sol. Courant vers les remparts. Tuant tous sur son passage, soldat ou mage. Un coup de Kaladarama et ils étaient la même chose. Explosant la porte, il escalada l’escalier deux a deux les marches. Explosant la deuxième porte, il était désormais sur les remparts. Tuant le plus d’archers possibles. Il trouva l’objet de sa recherche. Marek. Seul lui avait la puissance de crée une telle combustion. Sans autre attente, ne se préoccupant plus que du chef Vanyalien, Arkillon lui rentra dedans, la tête dans son estomac. Les deux guerriers décolèrent sous la puissance du choc, tombèrent des murs de pierre et atterrirent sur un toit de paille qui sefondra sous leurs poigt.

Reprenant son souffle, l’ombre se releva et ce mi en position de combat. Il hurla en ancien language.


- FOCHEUSE D’AME !

Kaladarama fut recouverte d’une substance non matérielle. Une substance semblable aux âmes des etres vivants. Oui, l’arme avait réagit au son de son véritable nom. Sa puissance en était aussi doubler.


Death smiles at us all. All a man can do is smile back

Hostilités de Narda [GUERRE] Arkibann

Hostilités de Narda [GUERRE] Ficheperso

Hostilités de Narda [GUERRE] Com___troll_god_by_haters_gonna_hate_me-d5d3620

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabarel


Nombre de messages : 2744
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Gabarel
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Sam 31 Oct 2009 - 19:25


- What kind of demon are you to be able to follow on your feets something as big and as fast as my Fanghur ?

C'était évident. Gabarel était arrivé en dragon... Et réussit à le tuer et le manger, écailles comprises avant de finir le restant de voyage à pied.

-The kind of human that learned when he was very young to be faster than jungle's predators in order to survive. The kind of human that lived in a world where only the strongest survives. The kind of human that need a great amount of stamina in order to outrun bigger and dangerous things ...

Au moment ou il parlait, une deuxième personne les rejoignit. Il était étrange et semblait aussi jeune qu'Arkillon. Pourquoi était-il entouré de gamins? Peut-être étaient-ce eux qui régnaient sur leur pays... Étrange coutume, vu qu'un adulte avec leur pouvoir pourraient les annihiler sans problème... Enfin, bon. Peut-être perdaient-ils leur pouvoir en vieillissant... Étrange, en effet...

Lorsqu'Arkillon lui fournit un habit aux couleurs des guignolls réunit autour de lui, il grimaça de mépris avant de dire:


-Ewww. This color is incredibly hideous...

-You want your answers? Wear this and join the war with us. You power is quite different to all those soldiers. It could help.

Gabarel grogna. Il comprenait que dans cette marée de mauve, son armure étincellante pouvait le trahir. Pourtant, il prit la plupart de l'habit, soit la cotte de mailles, les pantalons de cuir, les bottes de cuir, les gants et le heaume et les jeta au sol, se contentant de garder le tabard aux couleurs de l'armée. Il enleva son casque dorée, révélant ainsi un visage rempli de cicatrices, une chevelure courte, des sourcils autoritaires et un regard bleu intense. Il le cacha dans les restes de l'habit, en fit une boule, et le lança dans la forêt, certain que personne n'ira le chercher.

Il se regarda avant de dire


-I look like a real dumbass...

Arkillon ne sembla pas l'entendre, car il discuta avec Madara avant de leur proposer à manger, chose que Gabarel n,avait pas fait depuis un bout. Il ne voulait pas manger, mais son ventre lui criait le contraire. Il haussa les épaules. Après tout, quel mal y a-t-il?


*-*-*


Après un un maigre mais nutritif repas composé de porc, de veau, et fruits et d'un bon verre d'eau frais, Gabarel sortit de la tente. Le soleil s'était couché. En sortant, il vit l'armée complète, prête à massacrer, prête à démolir la cité qui se trouvait devant eux. Il trouvait cela amusant; Aucun d'entre eux ne pensaient aux risques qu'ils couraient dans cette guerre... Ou ils le savaient et s'en foutaient...

C'est alors que, dans un rugissement effroyable, une bête ailée passa au dessus d'eux. Tout de suite, il pensa à la ''Fanghur'' d'Arkillon, mais celle-ci était d'une couleur émeraude alors que la chose volante au desus d'eux était noir comme l'ébène noirci...

...Un dragon?...

Il avait entendu maintes légendes à propos de ces êtres aussi vieux que le monde, dont la grâce n'égalait que l'intelligence, ces cracheurs de feu aussi beaux que dangereux. Il se demanda immédiatement que pouvait-il faire contre un léviathan de ce genre...

Heureusement, la bête partit sans dire un mot, sans rôtir un soldat. Il croyait qu'elle ne les avaient pas vu avant qu'il entende une cloche, une alarme provenant de la cité...

*You've got to be kidding me...*

Il entendit distinctement la voix non muée d'Arkillon sonner la charge, et vit distinctement tous les soldats de l'armée mauve hurler avant de se ruer au massacre.

Gabarel ferma les yeux. Il adressa une longue prière à Krâtos, le dieu Gladiateur, lui demandant gloire et fortune dans ce combat à long terme. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il n'était plus le même homme.

Il se lança vers la cité, bousculant soldats et soldates au passage, hurlant au point d'enterrer les voix autour de lui:


-LET ME PASS!!! LET ME CUT SOME MAGGOTS!!!

Il se retrouva bientôt tout juste en arrière d'Arkillon qui courait vers les portes...

Portes protégées par un rideau de flammes, surement mû ici par magie...

Gabarel poussa un juron. Décidément, il était entourés de magiciens...

Il vit Arkillon se frayer un chemin à travers les flammes, Gabarel réussit à se frayer un chemin tout de suite derrière lui. avant que le rideau ne se referme. Il le revit tout de suite sur les remparts en train d'assassiner tous les archers possibles.

Gabarel dégaina Fureur et Tempête, les lames jumelles. Après un hurlement digne des lions les plus féroces, Il frappa au sol de ses deux lames, projetant devant lui une onde de choc immense qui broya un homme, et projeta deux autres loin derrière. Il se releva, et frappa, ses bras étant comme doués d'une volonté propre, tranchant, frappant, bloquant.

Plus loin dans la rue, il vit une femme, elle aussi massacrant, mais qui semblait tout de même distraite à la manière qu'elle regardait autour d'elle. Qu'elle meure, se dit-il. Les lunatiques n,avaient pas leur place sur un champ de bataille.

Il continua à se tailler un chemin dans la rue, coupant un bras, une jambe, deux doigts, une tête, un poignet... Plus vite qu'il ne le pensa, il se retrouva nez à nez avec la dite femme...


Hostilités de Narda [GUERRE] Varianwrynnbann
Revenir en haut Aller en bas
Marek

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14924
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://viederoliste.fr

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 1 Nov 2009 - 0:40


[On dit que je suis adict à WoW, mais moi j'ai pas de citation de WoW dans ma signature, hein Gab? Smile]




[Pas sur qu'elle est beaucoup réagis ton épée, vu qu'on dit "Faucheuse" et pas "Focheuse" :p]

S'occupant du brasier couleur rubis -ce qui montrait nettement son origine magique- pour bloquer l'avancée de l'Empire, Marek avait négliger ses propres protections. Erreur.
Il se sentit soulever du sol alors qu'on venait de le percuter dans le ventre. Lâchant le contact avec le feu, qui partit comme il était pouvait encore tenir deux bonnes heures, d'autant plus qu'Hathir pouvait l'attiser, il essaya de voir qui il allait affronter.
La réponse vînt d'elle-même. Il ne voyait qu'une personne ayant assez de force pour soulever quelqu'un d'au moins 150kg (armure comprise)...

Ils atterrirent dans une sorte de grange, remplit de paille. Du combustible à foison...
En entendant le voix juvénile de son adversaire, Marek sourit. Il avait eu raison sur l'identité de l'ennemi...
Se relevant lentement, il fit disparaître son heaume, pour afficher un sourire. Debout, il dépassait largement son adversaire d'une tête et demie. En largeur, il était beaucoup plus costaud aussi... Mais cela s'arrêtait là. Au niveau magique, le côté obscur offre des facilités que certains considèrent comme... contraire à la nature. Mais qui vous donne plus de puissance c'est certains... Ainsi, l'Ombre en face de lui n'était pas à sous-estimer.


- Arkillon! lança-t-il d'une voix calme. Tu en as mit du temps. J'ai bien cru que tu ne viendrais pas...

Il tendit sa main gauche devant lui, et lança lui aussi:

- Nordrassil!

"La Couronne des Cieux" apparut alors dans sa main. Il fit tournoyer son bâton et se mit en garde, attendant avec impatience le premier assaut...




Le Dragon Noir volait au dessus de l'armée impériale, et finit par se poser devant la porte, fouettant l'air et les gens de sa queue métallisée, brûlant de son feu rougeoyant ceux qui s'approchait un peu trop près, et croquant les autres.
Il sentit en même temps que son dragonnier le choc contre sa poitrine. Et ça, ça voulait dire "Hathir va t'occuper du feu, je suis occupé"!...
Lançant une nouvelle gerbe de flamme, le dragon prit son envol, pour passer de l'autre côté du mur. Il attisa à nouveau les flammes, traversa ce mur incandescent (il ne craignait pas le feu) et se posa devant, reprenant son combat contre la masse...


Hostilités de Narda [GUERRE] 695195maeblap
Hostilités de Narda [GUERRE] Marekp11Hostilités de Narda [GUERRE] 662941bergerHostilités de Narda [GUERRE] Firmar11

Héhéhé:
 





Dernière édition par Marek Krayt le Dim 1 Nov 2009 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Myad


Nombre de messages : 3809
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Myad
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 1 Nov 2009 - 10:13


[Vu que ton action ne concerne pas Myad, je poste frangin ! Muahaha]

*Derrière toi.*

Yenlui se projeta en arrière, le poids du reptile renversant quelques guerriers lorsqu'il fit volte-face et écrasa l'archer. Il émit une série de craquements répugnants lorsque les antérieurs musclés le ratatinèrent contre la pierre. Un homme le regarda, sidéré, avant de pousser un hurlement et de se jeter sur lui, brandissant une dague ensanglantée.

*Pour qui il se prend, avec son cure-dents ?*
*Pour ton assassin, si tu continues à jouer le bouffon de service.*
*Quel sens de l'humour, très chère ! Ne te dérides-tu qu'en te brûlant ?*

Et ses crocs se refermèrent sur la tête casquée du soldat, puis d'un mouvement brusque il arracha le chef du corps gesticulant. Une gerbe de sang éclaboussa la robe dorée du jeune dragon tandis qu'il jetait nonchalamment le casque et son coutenu dans la foule.

*Myad, regarde là-bas.*

Obéissant à l'injonction de son compagnon, tout comme il l'avait fait avec elle tout à l'heure, la jeune femme se tourna dans la direction voulue et gronda avec mauvaise humeur.
Un homme - enfin, un homme... Il avait plutôt l'air des troll des montagnes, à cette distance - se battait comme un furieux près de la porte. Il étripait les Vanyaliens avec une aisance meurtrière, faisant tournoyer ses lames avec une rapidité hallucinante pour sa carrure. La demi-drow assomma distraitement un opposant qui tendait les mains vers elle, l'achevant d'une épée dans la poitrine. Elle observait intensément son prochain adversaire, seul véritable ennemi dans la masse - masse remuante, hurlante et pleine de sang chaud qui ne lui faisait pas peur. Ce guerrier tuait autant de membres de l'Alliance qu'il le pouvait, et même si elle n'arrivait pas à le tuer - et oui, il y a des elfes modestes - la demi-drow pouvait au moins le ralentir. Il la vit enfin, s'arrêtant un instant pour la dévisager tandis qu'elle donnait un violent coup de genou dans le ventre d'un assaillant, exaspérée.

*On dirait un rhinocéros* remarqua tranquillement Yenlui en écartelant un magicien.

Myad fit tournoyer calmement Wyrda, le chant de son épée longue sifflant d'une manière étrange parmi les cliquetis, les râles et les piétinements de la bataille. Elle se déplaça avec une lenteur calculée, de côté, revenant sur ses pas, comme un dompteur avec un fauve. Il viendrait sur elle, c'était certain.
Il trancha la main d'un soldat, qui s'effondra en hurlant, et plongea vers la Gardienne. Leurs armes s'entrechoquèrent dans un vacarme assourdissant. L'épée et les deux dagues... La force brute contre la bestialité raffinée. L'humain contre l'hybride. Myad aurait pu trouver beaucoup de termes pour les différencier ; en vérité, ils n'avaient pas grand-chose de commun, à part qu'ils étaient tous deux vivants, puissants, qu'ils avaient très envie d'en découdre, et qu'ils voulaient tous les deux vaincre. L'ennui, c'est qu'il n'y a jamais qu'un vainqueur...
D'un geste vif, la jeune femme brisa l'opposition en rejetant les épées contre la sienne, et bondit en arrière pour échapper à une attaque pernicieuse. Le guerrier revint effectivement à la charge ; se glissant entre ses lames, l'immortelle reprit sa danse de serpent, un sourire se dessinant sur ses lèvres tandis qu'elle commençait à prendre goût au combat. La saveur métallique du sang baignait encore sa bouche ; oubliant enfin Marek et Arkillon, la demi-elfe se baissa et envoya sa jambe dans un point précis du mollet pour déséquilibrer son adversaire.


Hostilités de Narda [GUERRE] Signmarie
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Madara


Nombre de messages : 2782
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Madara
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 1 Nov 2009 - 21:20


Madara était la , au côté d’Arkillon , marchand discrètement vers les portes de la ville de Narda suivit de près par le restant de l’armé . Le plan était simple , Arkillon , avec l’aide des mages du cercle , avait la tâche de garder les troupes indétectable jusqu'à ce que Rapasa est détruit la porte principale . Des que sa tache serait accomplit , l’armé entrerait dans la ville et détruirait tout sur leur passage , Narda tomberait alors au main de l’empire ! L’ombre lui était surtout la au cas ou il y aurait des imprévue , au cas ou quelque chose ne se déroulerait pas comme prévue . Ayant finalement atteint la porte principale de la ville , tous les hommes attendait sans un bruit , que les portes s’ouvrent . Madara , tentait de percevoir le moindre bruit , le moindre sons , qui lui indiquerait que Rapasa avait réussi sa mission , cette même mission qui allait peut être décider de l’issu de ce siège . Cependant le bruit qu’il perçut ensuite il aurait aimé ne pas avoir à l’entendre, le battement d’aile d’un dragon …

*Merde *

Bien sur il savait que même pour Arkillon , créer un écran d’Invisibilité autour de tout une armée était pratiquement impossible . L’ombre voulut tenter de créer un écran orienté vers le ciel qui empêcherait le dragonnier de les apercevoir mais il se ravisa , pour lui une telle chose était irréalisable , se ne serait en faite qu’une dépense d’énergie inutile si il aurait tenter une telle chose . Tous ce qu’il pouvait espérer maintenant , c’était que le dragonnier passe sont chemin et ne les aperçoive pas a cause de l’obscurité . Pendant un instant l’ombre crut qu’il avait eu de la chance , malheureusement cet espoir fut de courte duré , a peine avait t’il terminer de formuler cette idée dans sa tête que l’alarme de la ville fut déclencher . Au même moment , la porte principal explosa ! Rapasa avait réussit , et juste a temps en plus . Arkillon sonna la charge et tout l’Armé courut vers les portes , mais après a peine quelque pas , une flamme d’une intensité incroyable s’éleva a l’endroit ou c’était tenu la porte quelque instant plus tôt , bloquant ainsi l’avancé des soldat impériaux .

Madara voulut tenter de les neutraliser mais il n’en eu pas le temps , une pluie de flèche vain s’abattre sur lui ainsi que sur l’armé Léonienne . Ne possédant lui-même pas de bouclier pour se protéger des projectiles , il créa autour de lui un écran magique de protection sur lequel plusieurs flèches ennemi se brisèrent . Voulant éviter de gaspiller son énergie inutilement il prit le bouclier a l’un des hommes qui avait périt sous l’assaut de flèche . A peine avait t’il eu le temps de ramasser l’écu métallique , qu’il dut se protéger le visage avec celui-ci , un projectile vain se fracasser violement contre la surface de métal. L’ombre était satisfait , il pouvait maintenant se protéger des flèches ennemi . Il aperçut ensuite l’étranger ainsi que Arkillon du regard , les deux venait tous juste de traverser le mur de flamme qui bloquait la porte , sans tout fois le neutralisé . Cependant il n’y avait aucun doute dans l’esprit de Madara , une seule personne était suffisamment puissante pour créer de telle flamme dans l’alliance , leur chef , Marek . Arkillon était probablement partit s’occupé de lui personnellement . L’ombre , voulant porter main forte a son ancien maitre tenta de traverser le mur de feu , il n’en eu malheureusement pas le temps, Hatir , le dragon noir du chef de l’alliance se posa devant l’entré pour la protéger . Madara fut obligé de se baisser pour éviter un coup de queue de la bête , il tenta ensuite de se replié mais le dragon ne lui laissa pas cette chance . La gueule grande ouverte Hatir tenta de mordre l’ombre , celui-ci eu tout juste le temps de se jeté sur le côté évitant ainsi de se ramasser entre les croc de ce prédateur naturel . A peine eu t’il le temps de se retourner qu’il aperçut la patte du monstre arrivé vers lui a une vitesse prestigieuse , il eu tous juste le temps de se protéger avec son écu . Sous le choc Madara fut projeter a plusieurs mètres et il atterrit , a son grand déplaisir sur une surface dur qu’il ne put identifier comme étant le casque de l’un des soldat de l’empire , qu’une fois qu’il eut réussit a se relever avec peine .

*Sale bête …*

Il devait faire quelque chose pour se débarrasser de ce dragon , mais quoi ? Il était maintenant hors de porter de la bête qui restait proche de la porte pour la protéger de tous éventuel assaillant , il pouvait donc se concentrer sur la façon de se débarrasser de cette chose . Il savait que sa magie offensive habituel ne lui serait d’aucune utilité puisque son adversaire était un dragon , il tenta donc de trouvé un autre moyen de se débarrasser de cet embêtent animal .

*Bien sur ! pourquoi n’y est je pas pensé avant ?*

Puisque la bête ne bougeait pratiquement pas a cause qu’elle protégeait l’entré il serait facile de la prendre dans un pentacle . Bien sur le pentacle d’emprisonnement était hors de question car avec sa puissance actuel Madara n’aurait pas pu garder le dragon enfermer bien longtemps , mais il en avait un autre en tête . Sans perdre d’avantage de temps il dessina magiquement , a distance , un pentacle autour de Hatir .Celui ci étant occupé a broyer les soldats impériaux , il n’eut pas le temps de se rendre compte de se qui se passait . Des que l’ombre eut terminer de dessiner son pentacle il l’activa , l’opération ne lui avait prit en faite que quelques secondes . Un sourire apparut au coin des lèvre de Madara .

-Je te présente , mon chers Hatir , le pentacle de téléportation !

Dans un puissant éclaire noir le dragon disparut , Madara l’avait téléporter le plus loin possible du champ de bataille . Cependant l’ombre avait sous estimer l’énergie du sort demander, il n’avait pas réussit a téléporter le dragon aussi loin qu’il l’aurait souhaiter . En faite il savait que si le dragon se mettait en route immédiatement il pourrait revenir au champ de bataille dans a peine une ou deux heure au gros maximum . Madara devait donc réussir à faire pénétrer l’armé à l’intérieur de la ville dans ce délais . Le dragon n’étant plus un problème pour l’instant, il lui restait le mur de flamme . Madara avait besoin de reprendre ses forces après avoir effectuer un telle sort, il était complètement exsténuer et ne pourait donc pas neutraliser les flamme lui même, donc tous reposait sur le combat entre Arkillon et Marek , si son ancien maitre arrivait a battre le chef de l’alliance, la ville était a eux ...


Hostilités de Narda [GUERRE] Bannmadara


ancien language(rouge)
ombrique(violet)
alard(blanc)


Dernière édition par Madara le Jeu 12 Nov 2009 - 2:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gabarel


Nombre de messages : 2744
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Gabarel
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 1 Nov 2009 - 21:24


Il faut dire que la distraite sait se battre. Elle aussi semblait prendre plaisir à dépecer de l'humain, à démanteler un dangereux groupe de guerriers sanguinaires. Bref, elle était bien entendu supérieur à n'importe quel homme.

Mais Gabarel était plus qu'un homme.

Il bondit sur elle comme un fauve ayant attendu le bon moment pour massacrer sa proie. Pourtant, elle bloqua. Pourquoi? Pour survivre. Elle aurait pu fuir, elle aurait pu faire la morte. Mais elle bloqua. Il n'était pas dans l'habitude du Gladiateur d'attaquer les femmes, mais s'il ne la tuait pas, elle le tuerait. C'était lui ou elle.

Elle défit le choc des lames d'un geste habile, avant de se retirer plus loin. Elle devait être en train de reprendre son souffle, la pauvre. Un champ de bataille, c'était pas la place des femmes, aussi folle soit-elle.

Il chargea encore, avant qu'elle ne se glisse entre ses lames avec la grâce d'un serpent, tentant de viser son mollet dans le but bien évident de le faire chanter tomber. Rapidement, il retira sa jambe menacée avant de la replacer plus loin, dans une position balancée. Dans le même mouvement, il pivota sur lui-même, laissant sa botte de métal déchirer la terre sur le sol avant de lui jeter un regard meurtrier. Pas celui d'un animal sauvage, pas celui d'un schizophrène, celui d'un homme qui savait comment cela allait finir. Un regard presque empli de sympathie pour sa future victime. Doux mélange de complicité et de malice, un mince sourire lui barrant le visage.

Puis, Utilisant le temps qu'il gagna à la dévisager (regard paralysant ou pertubant Very Happy) Il frappa.

Il y mit toute sa force, mais n'envoya qu'une seule lame, redoutant qu'elle puisse répliquer. Le Bouclier Tranchant, que la posture s'appelait. La lame, activant l'enchantement dans lequel elle était baignée, laissa partir une onde de choc qui coupa l'air sur son chemin. Loin, cette onde n'était pas dangereux. Mais proche, elle était blessante, voire mortelle... Sans attendre plus longtemps, Il lança le pied en rotation dans un arc de cercle pour lancer ce que l'on nommait dans son language, un ''Round House Kick In The Face'' dévastateur...

Se doutant qu'une femme ne comprendrait pas son language supérieur, il lança, dans la langue du pays:


-Que fais-tu sur un champ de bataille, femme? Ce n'est point ta place...


Hostilités de Narda [GUERRE] Varianwrynnbann
Revenir en haut Aller en bas
Myad


Nombre de messages : 3809
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Myad
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 1 Nov 2009 - 23:09


*Dis-moi si tu as besoin de mon aide.*

Myad n'aurait su dire si Yenlui parlait sérieusement ou s'il se moquait d'elle. Dans les deux cas, elle était techniquement occupée, et pour le moment, elle était plus occupée par sa survie que par autre chose.
Surtout que ça s'annonçait serré.

Le guerrier ne lui laissa aucun répit pour souffler ; il plongea vers elle, sa lame sifflant dans l'air tel un serpent furieux. Durant une seconde, la demi-drow pensa à parer, comme tout à l'heure. Et puis elle réalisa que la carrure de son adversaire lui conférait assez de force pour exploser son épée, ainsi que trois boucliers. Ceci ne lui disant rien de bon, la femelle hybride esquiva d'une roue artistique l'attaque mortelle, se releva et para en direction du sol. Un humain s'était glissé jusqu'à elle en menaçant de lui trancher quelque chose de sa petite épée. Il émit un piaulement pitoyable lorsqu'elle lui trancha les doigts - il n'avait qu'à pas essayer de lui couper ses orteils à elle.
L'impression de danger qu'elle ressentit en repoussant le soldat gémissant lui fit redresser la tête. La jeune femme eut juste le temps d'apercevoir un pied chaussé de métal foncer vers elle à toute vitesse, avant d'entendre un rugissement suraigu lui transpercer les tympans. Elle faillit invoquer la magie pour former un bouclier devant elle, afin d'amortir (et non d'annuler, elle n'avait pas la magie nécessaire à cause des brides de son père) le choc... Mais une confiance incompréhensible l'empêcha d'agir. Elle eut juste le temps de sentir une présence indescriptible derrière elle, de voir une forme éblouissante au-dessus d'elle et un craquement hurlant de métal froissé.

Yenlui, bondissant derrière elle en écrasant tout sur son passage, s'était coulé derrière elle. Ses crocs s'étaient refermés sur la cheville de son adversaire, broyant les protections qui l'enveloppaient ; il assura sa prise en serrant les mâchoires et repoussa l'humain d'un violent coup de tête, l'emportant avec sa jambe. Myad profita de l'ouverture pour se projeter après son adversaire et viser la fente infime qui lui donnait une entrée vers le cou...

Sa voix s'éleva, chaude et glacée, dans le vacarme de la guerre.

- Je suis la Mort, je suis la Vie. Le Destin est seul à décider de mon sort, et j'ai ma place où je le choisis !

Une odeur familière lui piqua le nez. Le sang. Elle lui sourit à son tour, carnassière, de cette grimace dangereuse qui faisait froid dans le dos aux petits humains chapardeurs.

- Ce n'est pas un humain suant, puant et répugnant qui va m'apprendre qu'une fille de roi n'est pas en droit de se battre pour ce qu'elle aime !

Ce, ceux. Yenlui, Marek, Hathir. Dark, Djenka. Son père, Arget. L'Alliance.
Arkillon...

*Myad, c'est vraiment pas le moment !*


Hostilités de Narda [GUERRE] Signmarie
Spoiler:
 


Dernière édition par Myad le Dim 1 Nov 2009 - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gabarel


Nombre de messages : 2744
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Gabarel
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Dim 1 Nov 2009 - 23:19


(Bah ma faire avec)

Il sentit la douleur au niveau des doigts. Comme si une lame chauffée à blanc se planta dans ses doigts.

Vit ensuite le sang couler de ses doigts. Il sentait son sang tenter de subvenir aux besoin des doigts, tandis que tout ce liquide écarlate coulait néanmoins. Il étouffa un grognement de douleur. Décidément, la femme était précise... Mais inconsciente.
Il sentit alors la morsure d'un reptile sur sa cheville. Il était très jeune, mais sa force n'était pas négligeable. Il broya sans misère sa protection afin de tenter de lui broyer l'os du tibia. Il sentit ensuite une lame sur son cou. Celle de la femme. Elle lui parla, prétendant être la mort ou la vie. Il était dans une sale position. Mais Gabarel n,abandonnerait pas. Il n'abandonne jamais.

Le dragon

Il se tourna vers la femme, un sourire sur les lèvres.Le même sourire.i]

-You...Are Death? No... You... Are dead!

[i]De sa main mutilée, il agrippa l'épée de la femme sur son cou, laissant la lame scier ses chairs, brûler sa paume. De son autre main, Il agrippa la chevelure de la folle, Avant de lui frapper le nez d'un coup de tête. On disait que Gabarel avait une tête dure, et c'était vrai. Il tira ensuite les cheveux pour éloigner la femme de lui.
Il arracha un bout de son tabard mauve, reprit son épée de sa main valide et l'enroula autour de sa main meurtrie. Ainsi, l'épée ne glissera point.

Il se releva et, de sa main libre, Il prit la guerrière par la gorge, la soulevant par la gorge, la mettant entre le dragon et elle pour les avoir tous deux en vue. Il serra la gorge, Privant la pauvre folle d'air. Son regard glissa vers la main, mais Gabarel n'était pas un boucher. Il tuait, il ne massacrait pas...

Il lança la femme sur le dragon avant de reprendre sa deuxième épée. Il devrait faire des améliorations sur celles-ci. Genre, une protection aux doigts...


-Do not provoke me to this kind of violence, women... For you could no more evade my wrath... Than you could your own shadow...

Il regarda son poing entouré de tissu mauve, lui-même imbibé de sang. Son sang. Il reprit la parole. depuis qu'il parlait avec Arkillon, il oubliait que ce n,était pas tout le monde qui le comprenait dans ce language. Il reprit la parole, dans le language primitif local:

-Tu te bats bien, je te l'accorde. Mais seul les dieux décident de la vie et de la mort des gens. Pas toi.

''Te battre pour ceux que tu aimes? Ne me fait pas rire. Il n'y a qu'une raison de se battre: Survivre. Si l'on est pas assez fort pour se battre, on est voué à l'extinction, peu importe de nombre de personnes qui veulent nous protéger. C'est la loi de la sélection naturelle, la loi du plus fort. Je n'y peux rien, TU n'y peux rien, personne n'y peut rien. C'est la loi qui régit ce monde. Et bien que la paix semble une alternative alléchante, moi aussi je suis oublié de me battre pour survivre. Je ne suis pas d'ici, tu peux le deviner à mon accent. Je ne sais même pas ce que je fais ici, hormis le fait qu'un gamin, nommé Arkillon, a promit de me donner les réponses à mes questions si je l'aide dans cette guerre... Et je me bats, pour une raison que j'ignore...''


Hostilités de Narda [GUERRE] Varianwrynnbann


Dernière édition par Gabarel le Dim 1 Nov 2009 - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Myad


Nombre de messages : 3809
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Myad
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] | Lun 2 Nov 2009 - 0:34


-You...Are Death? No... You... Are dead!

Myad n'avait pas prévu que le guerrier réagirait si vite, et surtout, si violemment. Il se redressa avec une vivacité hallucinante, aggrippant ses épais cheveux blonds sous son heaume et fracassant sa tête sur le sol. On a beau dire que les bornés ont le crâne dur, elle eut l'impression qu'une dague de marbre lui transperçait le front. Ce qui était presque le cas ; Yenlui, non loin d'elle, eut un rugissement de douleur en percevant la sienne, tandis que l'immortelle subissait en silence. Le dragon s'approcha d'elle, menaçant de sa voix puissante son ennemi, et voulut intervenir. Cependant une chaîne s'enroula autour de sa hanche, l'obligeant à tuer d'abord ce mortel avant de sauver sa belle. Pendant ce temps, Myad était soulevée du sol, l'air se glissant avec difficultés dans ses poumons.
Yenlui, percevant sa détresse en même temps qu'elle, rugit et se projeta vers sa Dragonnière. Cependant, il n'eut pas à s'avancer bien loin puisque la Gardienne lui fut balancée en pleine poitrine. La recevant comme un cadeau avec une surprenante délicatesse, le dragon la recueillit entre ses antérieurs et la garda protégée derrière ses muscles puissants. Sa chaleur irradiait, transperçant l'armure de la jeune femm ; ce contact la revigora encore plus efficacement qu'une bonne claque dans le dos.


*Pour qui il se prend, la boîte de conserve ?*

Le reptile gronda de manière très explicite à son intention. On pouvait aisément percevoir la lueur moqueuse de ses prunelles rouges en regardant la poigne sanguinolente du guerrier.

*Ce fut un plaisir. ne me remercie pas. C'est gratuit.*

Myad, elle, devait lutter contre ses pulsions, l'une lui intimant de se jeter sur les corps à ses pieds pour leur sucer le sang et leur dévorer les entrailles, l'autre de soigner tout le monde jusqu'à en crever.

''Te battre pour ceux que tu aimes? Ne me fait pas rire. Il n'y a qu'une raison de se battre: Survivre. Si l'on est pas assez fort pour se battre, on est voué à l'extinction, peu importe de nombre de personnes qui veulent nous protéger. C'est la loi de la sélection naturelle, la loi du plus fort. Je n'y peux rien, TU n'y peux rien, personne n'y peut rien. C'est la loi qui régit ce monde. Et bien que la paix semble une alternative alléchante, moi aussi je suis oublié de me battre pour survivre. Je ne suis pas d'ici, tu peux le deviner à mon accent. Je ne sais même pas ce que je fais ici, hormis le fait qu'un gamin, nommé Arkillon, a promit de me donner les réponses à mes questions si je l'aide dans cette guerre... Et je me bats, pour une raison que j'ignore...''

Myad l'écouta en silence, son dragon l'enveloppant de sa protection et de sa chaleur, repoussant les ennemis et grondant contre les minables qui osaient l'approcher avec un ouvre-boîte en guise d'arme. Quand elle prit la parole

- C'est étrange. Tout d'abord tu m'assures qu'il n'y a qu'une raison de se battre, survivre. Et à présent tu m'avoues ignorer pour quoi tu te bats.

Elle leva les mains, déboucla la sangle qui tenait le heaume en place sur sa tête et l'enleva.
Une cascade de boucles d'or dégoulina sur ses épaules en un chatoiement estival, soie ondoyante tenue par un lacet de cuir. Son visage était très calme, et même triste. Sa beauté était comme une évidence, à vous sauter aux yeux. Les siens luisaient doucement, la pupille de chat agrandie par le doute.

- Vois-tu, les animaux s'entretuent pour se nourrir ou se défendre. Nous ne sommes rien de plus que des bêtes. Soit nous tuons pour nous protéger, soit c'est pour protéger les autres. Ma vie n'a à mes yeux guère d'importance, alors c'est pour les miens que je combats. Je connais la loi qui dit : tue avant d'être tuer. Je connais aussi celle qui dit que l'homme n'est plus un homme s'il ne sait pas aimer.

Elle sourit, sans aucune agressivité, un sourire qui n'avait rien à voir avec celui de tout à l'heure.

- Et quand on a des gens sur qui compter, on est plus en sécurité que toi, seul et sans allié sous les ordres d'un elfe que tu connais à peine...

Yenlui bouillait ; si cela n'avait tenu qu'à lui, il aurait poussé Myad pour aller étriper cet abruti qui avait osé blesser sa Dragonnière. Personne n'avait le droit de lui faire du mal, à part lui.
Un changement dans son regard, à l'évocation d'Arkillon, pouvait être perçu par son interlocuteur. Une tristesse encore plus grande que celle qui la tenait déjà. Fallait-il déjà qu'il la voie...


Hostilités de Narda [GUERRE] Signmarie
Spoiler:
 


Dernière édition par Myad le Lun 2 Nov 2009 - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas





Hostilités de Narda [GUERRE] Vide

Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Hostilités de Narda [GUERRE] |


Revenir en haut Aller en bas

Hostilités de Narda [GUERRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Hors RP :: Fantômes du passé :: RPs Achevés-
Ouvrir la Popote