AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Les temps sont dur pour un Dragonnier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Sciocide Récidiviste

Nombre de messages : 6131
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Charlie To'ü Kour
Sciocide Récidiviste
Message Sujet: Les temps sont dur pour un Dragonnier... | Jeu 2 Fév 2012 - 22:34


Avant qu'ils ne partent pour rejoindre Ellesméras, Equina avait débarrassé Sombral de quelques blessures particulièrement handicapantes. Et même s'il désapprouva ce geste qui avait coûté une énergie bien précieuse dans les temps qui courent, il l'avait remercié. Pouvant se mouvoir plus facilement bien qu'encore couvert d'autres plaies moins graves.
Athorn avait embarqué Equina et Max sur son dos, puis il avait rejoint la capitale elfique sans problème. Les gardiens elfiques, reconnaissant Sombral, les avaient laissé passé, continuant leur patrouilles.
Ils s'étaient posés près du palais royal, suscitant la curiosité de quelques elfes, les plus vieux surtout. Ce n'était pas les visages de parfaits inconnus qui venaient fouler le sol de la capitale, si les noms et les faits avaient peut-être été oublié avec les années, les visages euh restaient gravé dans l'esprits des quelques elfes qui les avaient déjà aperçu.

Sombral ne les fit pas avancer vers l'entrée principale, il leur fit contourner le palais pour atteindre une aile plus discrète, plus reculée, les quartiers privés de Charlie, depuis que son rôle de Caithdein avait prit en ampleur. Une grande fenêtre, permettait de voir à l'intérieur. Elle avait été aménagé pour que Sombral et Charlie puissent être tout le temps ensemble même la nuit. Mais le spectacle qu'elle offrait cette fois était bien moins habituel qu'une simple nuit de sommeil. l'on y voyait l'elfe noir, couché sur son lit et immobile, tandis qu'un groupe d'elfe continuait d'encore d'opérer à des soins intensif et précis.
Voyant le groupe arriver, un des remplaçant soigneur sorti pou les accueillir. L'intensité des soins nécessitait beaucoup d'énergie, les soigneur devait constamment se relayer pour ne pas faire d'erreur à cause de la fatigue.


* Je crains qu'un autre homme ai besoin de soin, veuillez le placer dans la même pièce que le Caithdein, que ce dragon puisse également veiller sur son Dragonnier. Athorn, je te laisse lui expliquer de quoi il retourne.*

Sombral s'allongea dans l'immense cour intérieur, il restait assez de place pour Athorn également mais on y mettrait pas un dragon de plus. Un elfe prit l'initiative de venir lui parler des soins qu'ils avaient opéré pendant son absence: Ils avaient réussit à arrêter les multiples hémorragies internes dont souffrait l'elfe noir, Il leur fallait évacuer tout le sang qui noyait ses organes, mais déjà ses chances de survie était plus grande, leur plus grande crainte maintenant, c'était que ces hémorragies ainsi que les multiples fractures ne causent des lésions irréparables. Cependant ils avaient désormais plus de temps pour prendre soin de réparer ses os sans causer de dommages sur ses organes où son système nerveux. Le dragon noir le remercia chaleureusement, et le soigneur retourna s'occuper des désormais deux patients. Sombral remarqua Equina qui observait son mari désormais couché sur un second lit visible depuis la fenêtre, d'autres elfes avaient commencé à s'intéresser à la blessure récalcitrante du dragonnier.

* Equina Svit-kona, ne t'inquiète pas, ces elfes sont compétents, leur magie fait des merveilles, ils réussiront à le soigner j'en suis sûr.*

Plusieurs minutes passèrent, ressentie comme des heures à observer les deux-pattes utiliser toute leurs connaissances et tout leur pouvoir pour soigner deux être que la guerre avait mit en pièces.
Sombral, appréciant la présence d'un confrère Dragon près de lui, brisa le silence et se livra auprès de ce dragon vert qui lui aussi souffrait des même maux en ce même instant


* c'est moment sont heureusement rares mais précieux... Car c'est dans ces moments là que l'on ressent à quel point ces petits êtres ont pris une place dans nos coeurs, et dans nos esprits... je ressens à peine Charlie, comme s'il était à l'autre bout de l'Alagaësia alors qu'il est là, juste devant moi... tu ressens max toi ? ah... oui... bien sur, puisqu'il est encore conscient... En plus c'est de ma faute s'il est dans cet état...

Il regardait le corps brisé du Tueur d'ombres, sa cage thoracique s'était affaissée avec les côtes brisées par le choc, lui donnant un air cadavérique des plus déprimant dans cette situation

* je n'ai pas pu le rattraper cette fois... Et c'est ma faute s'il à prit ce risque, il l'a prit pour vaincre un dragon, Kasséïl... Celui la n'était pas là pour Nuit, il en avait après moi depuis longtemps, j'étais son objectif... Et Charlie s'est sacrifié pour me protéger... il savait que je n'avais pas le temps de le rattraper...*

Sombral arborait un air dépité, ne quittant pas son dragonnier espérant qu'il se réveillerait là, tout de suite, maintenant ! Et qu'il lui dirait en riant "sacré plongeon hein ? on refait un tour? "



sombral

awards !:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Re: Les temps sont dur pour un Dragonnier... | Ven 3 Fév 2012 - 19:30


Malgré la fatigue, Athorn avait prit son maître et sa femme sur le dos jusqu'à Ellesméra, la grande cité des Elfes. Ils n'avaient pas souvent eu l'occasion de passer de long séjour, seulement quelques escales de temps en temps. Le voyage s'étaient bien déroulé, mais dans un silence morbide. Lorsque les deux reptiles se posèrent dans un souffle assez puissant pour arracher des feuilles aux arbres. Une patrouille gardienne courut à leur encontre, ne sachant pas au début qui osait pénétrer dans la ville, qui plus est à côté du palais royal. Les Gardiens reconnurent très vite Sombral et retournèrent vite à la surveillance de la forêt.

Le dragon vert suivait son confrère et de nombreux elfes vinrent également à leur rencontre. Ceux-ci portaient de longue robe à l'effigie de leur race et de leur poste et avaient les traits épuisés. Les magiciens s'arrêtèrent devant le grand dragon noir, ils devaient certainement être en pleine discussion de l'était de Charlie.
En attendant quoi faire, Athorn regardait les lieux avec attention. Il n'avait jamais eu l'occasion de venir dans ce coin là. Et ne fut en aucun cas déçu par la beauté des lieux. Il aurait été heureux d'être ici avec son ami si l'ambiance de plomb et les circonstances actuelles n'existaient pas...

Soudain son ami ailé partagea le lien qu'il avait avec le magicien -en chef supposa t-il- avec lui.


* Je crains qu'un autre homme ai besoin de soin, veuillez le placer dans la même pièce que le Caithdein, que ce dragon puisse également veiller sur son Dragonnier. Athorn, je te laisse lui expliquer de quoi il retourne.*

Le créature émeraude baissa se coucha et baissa la tête pour la mettre au niveau du magicien qu'il renifla un instant avant de lui expliquer sa propre situation :

*Lors de la bataille contre Nuit, mon maître Max a tué un dragon, et ce dernier, dans un dernier élan de vie l'a gravement blessé à la cuisse. Max s'est soigné correctement jusqu'au jour ou la cicatrice s'est mise à ressortir, lâchant de tant à autres quelques filets de magie... Je suppose que le dragon a dû transférer son énergie maléfique dans cette blessure, un peu comme lorsqu'un dragon offre son Eldunari. La puissance magique de la blessure est immense, et seul, mon dragonnier n'a pas réussit à tout absorber. Après je ne suis pas doué en diagnostic et je suis très inquiet par son état qui empire de jour en jour...*

Athorn termina son récit avec une mine inquiète et demanda à Equina si elle voulait bien descendre Max avec l'aide des magiciens présent. Il regarda à l'intérieur, apercevant le maître de son ami, aussi blanc que les draps qui l'enveloppaient. Cette fichu Nuit avait causé tellement de mal déjà... Et elle tenait à le faire savoir par les douloureuses blessures qu'elle causait encore malgré sa disparition.
Sombral brisa le silence qui s'était installé depuis plusieurs minutes déjà.


* c'est moment sont heureusement rares mais précieux... Car c'est dans ces moments là que l'on ressent à quel point ces petits êtres ont pris une place dans nos cœurs, et dans nos esprits... je ressens à peine Charlie, comme s'il était à l'autre bout de l'Alagaësia alors qu'il est là, juste devant moi... tu ressens max toi ? ah... oui... bien sur, puisqu'il est encore conscient... En plus c'est de ma faute s'il est dans cet état...*

Le dragon vert contacta Equina avant de répondre à son congénère.

*Je ne sais pas si tu veux rester pour le moment ici ou aller te dégourdir les jambes un moment. Je devrais me reposer dans quelques heures, je ne pourrais pas veiller sur Max sauf s'il le faut vraiment. Je dois parler avec Sombral, si tu le souhaites, tu veux venir « écouter » et rester près de nous. Et...merci d'être ici. J'espère pouvoir te parler après si tu le souhaites, on a du temps à rattraper je crois.*

Il envoya une vague de consolation à la femme de son maître avant de répondre à Sombral.

*Et dans les autres moment on a envie de les étriper. Mais on les aime malgré tout ces petits bonhommes... Oui je ressens Max, bien que partiellement, il est toujours avec moi.
Ne dis pas que c'est de ta faute, tu aurais fait la même chose que lui, n'oublies pas qu'il t'aime autant que toi.*


La bête quadrupède noire ajouta ensuite.

* je n'ai pas pu le rattraper cette fois... Et c'est ma faute s'il à prit ce risque, il l'a prit pour vaincre un dragon, Kasséïl... Celui la n'était pas là pour Nuit, il en avait après moi depuis longtemps, j'étais son objectif... Et Charlie s'est sacrifié pour me protéger... il savait que je n'avais pas le temps de le rattraper...*

Athorn repensa à cette fameuse bataille, les images défilaient à une vitesse vertigineuse pour faire comprendre à son compagnon et à Equina ce qu'il s'était passé, non sans un pincement au cœur.

*Je sentais qu'il se passerais quelque chose avant la fin de la bataille, quelque soit l'issue. Je savais qu'il était en danger, mais j'ai obéis et j'étais partis défendre les armes de sièges... Il n'était protégé que par une armure, je n'ai pu arriver à temps que pour lui sauver la vie, enfin je le pensais...
Les vieux ennemis sont les pire Sombral, mais pense au sang qui coule dans les veines de Charlie, il est plus résistant que ça.*


La grande bête verte posa la gueule à terre dans un air de désespoir.


*J'étais persuadé qu'il arriverais à se soigner avec les progrès qu'il a fait en magie... En cent ans d'exil dans les Crêtes, il en a profité pour se spécialisé dans tous les éléments qui existent. Par contre la guérison, c'était hors de question : il ne pensait pas revenir un jour en Alagäesia. Piètre bilan au final, tu sais ce qu'il sait maîtrisé de plus ? La terre uniquement... Ah pour le coup il l'a maîtrise avec une facilité à en faire rougir les oreilles pointues des magiciens Elfes. Il a vite abandonné l'eau et l'air qu'il ne maîtrise presque pas, juste le minimum syndical pour ne s'améliorer que dans cette nouvelle trouvaille.*

Le dragon partait dans un monologue à n'en plus finir sur le siècle passé seul, faisant l'éloge de son maître la plupart du temps, et quelques fois racontait des péripéties qui avaient mal tournées, dans le sens comique du terme. Cela lui faisait du bien de revoir du monde qu'il connaissait et appréciait. Thorn espérait faire penser à autre chose aux deux être qui partageaient la discussion, et espérait que ça marcherait également sur lui même...




Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 8514
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Equina
Message Sujet: Re: Les temps sont dur pour un Dragonnier... | Mer 29 Fév 2012 - 0:44


Les arbres défilaient sous les yeux de l’elfe, serrant toujours son mari contre sa poitrine, le maintenant ainsi sur le dos d’Athorn. Les abords de la capitale elfique se dessinèrent au loin bien rapidement. Cela faisait longtemps qu’Equina n’avait pas frôlé les pavés de la ville. Les dragons contournèrent l’immense palais trônant dans la magnifique cité. A peine ils se posèrent dans une cour reculée, que des elfes accoururent jusqu’à eux. L’ancienne dragonnière les salua, deux doigts sur les lèvres. Lorsqu’Athorn se baissa, elle glissa de son dos jusqu’au sol, veillant à toujours maintenir son mari. Elle le cueillit doucement du dragon et le prit dans ses bras. Elle se tourna ensuite vers les médecins et les suivi sans un mot.

Equina regarda chaque pierre, chaque fenêtre, chaque détail de l’endroit dans lequel elle entrait. Ils montèrent dans une salle où l’on avait installé un lit à la va-vite. Ses yeux se posèrent sur le deuxième couchage et l’homme qui y était allongé. Charlie semblait dans un sale état, les yeux fermés, le teint terne. L’elfe déposa doucement Max dans le lit et se recula pour laisser les spécialistes faire.

Elle se retourna vers la fenêtre et regarda les deux dragons discuter. Elle accueillit la vague de consolation d’Athorn avec joie et le remercia d’un signe de tête.


*J’ai besoin de marcher un peu. Et puis Max est entre de bonnes mains comme dit Sombral*

La guerrière jeta un dernier regard sur son mari et fit le chemin inverse qu’elle venait de faire. Elle rejoignit ainsi les deux créatures ailées dans la cour et écouta leurs récits. Quand le dragon vert leur fit partager les images de la bataille, le cœur de l’épouse se serra. Cette douleur qu’elle avait vu sur le visage de son bien aimé lui fit l’effet d’un électrochoc et les larmes lui montèrent aux yeux.

Athorn posa sa grosse tête sur le sol et Equina s’en approcha, s’asseyant à côté de celle-ci, posant une main sur sa joue. Elle commença alors à gratouiller le dragon, essayant tant bien que mal de le réconforter.


*Ne t’inquiète pas tant, Max est fort, il ne nous laissera pas tomber* dit-elle avec un petit sourire qu’elle voulait rassurant.

Elle leva ensuite les yeux vers la fenêtre où se trouvaient les deux blessés et se perdit dans ses pensées.



Les heures passèrent et Equina décida enfin de remonter vérifier l’état des deux hommes. Elle abandonna ses deux compagnons et questionna d’un regard les elfes guérisseurs. Aucune réponse de leur part ne franchit leurs lèvres. Elle décida alors de s’asseoir sur un siège qui trainait dans un coin et d’attendre, observant en silence les moindre faits et gestes des personnes qui se hâtaient dans cette pièce.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sciocide Récidiviste

Nombre de messages : 6131
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Charlie To'ü Kour
Sciocide Récidiviste
Message Sujet: Re: Les temps sont dur pour un Dragonnier... | Ven 2 Mar 2012 - 13:11


HRPG: à la fin de mon post je demande à Equina de faire un petit truc, j'ai pris la liberté de faire comme si tu le faisais, pour ne pas avoir à refaire un post, si ça te dérange je l'effacerais.


"un coma (du grec κῶμα kôma signifiant « sommeil profond ») est une abolition de la conscience et de la vigilance non réversible par les stimulations." ... Une abolition de la conscience hein ?...

Pour de simples humains peut-être... Mais pas pour un dragon dont l'esprit est profondément relié à celui qui devrait soit-disant être abolit, et heureusement...
Heureusement parce que c'était la seule chose qui prouvait à Sombral que son dragonnier avait encore une once de vie en lui. Pas le moindre fourmillement dans les muscle, seul le son léger du coeur battant à un rythme particulièrement lent, sonnait comme un tambour aux oreilles du reptile, le scrutant de tous ses sens. Comme si une horloge intérieure battait les heures lui restant à vivre... les heures oui... un battement de coeur par heure, c'est comme ça que le dragon les ressentait. C'était trop lent, trop long, pourquoi ne se réveillait-il pas ?

Sombral écoutait son confrère lui conter sa propre expérience, mais il ne pouvait penser à autre chose. Les tentatives d'Athor pour le rassurer n'avait que peu d'impact sur sa douleur. La douleur psychologique j'entend. Bien sur les multiples plaies qu'Equina n'avait pu soigner lui faisait mal, mais c'est à peine s'il les sentait dans un moment pareil. Juste ce doute...ce doute qui le brûlait de l'intérieur... embrasant sa foi en son dragonnier , ne laissant que des cendres d'un espoir ignifugé.


*Je sentais qu'il se passerais quelque chose avant la fin de la bataille, quelque soit l'issue. Je savais qu'il était en danger, mais j'ai obéis et j'étais partis défendre les armes de sièges... Il n'était protégé que par une armure, je n'ai pu arriver à temps que pour lui sauver la vie, enfin je le pensais...
Les vieux ennemis sont les pire Sombral, mais pense au sang qui coule dans les veines de Charlie, il est plus résistant que ça.*


*Si je peux te donner un conseil, n'écoute jamais ce genre d'ordre... ça les mène toujours vers les ennuis... Fais semblant d'obéir mais ne le lâche pas d'une semelle. Tu me diras... Charlie était avec moi quand c'est arrivé...*

Sombral poussa un soupir, le doute s'insinuant jusque dans ses propres paroles. Il était tellement perdu qu'il ne croyait même plus à ce qu'il disait.

*C'est déjà incroyable qu'il ne soit pas mort sur le coup... la plupart des deux-pattes auraient fini broyé... et ce coma qui dure, et qui dure...*

Les pensées de Sombral se tournèrent vers un autre quelques instant... Kasséil...

* Ce n'était même pas un ennemi... Je ne l'ai jamais considéré comme tel en tout cas. Kasséil était un dragon sauvage, brun mais tigré d'un bleu éclatant, il était rongé par l'ignorance de son père envers son propre fils, dont j'étais la cause... J'ai longtemps côtoyé un clan de dragon sauvage, mais la première fois que je les ais rencontré, m'incrustant sans le vouloir dans leur terre, 5 d'entre eux m'ont agressé. Au lieu de fuir je les ais affronté, et j'en ai même tuer un. Le chef de clan en fut si impressionner qu'il ordonna aux 4 autres de cesser le combat. L'un de ses 4 dragons était Kasséil, et le chef de clan était son père.*

le fait de parler de ces vieux évènement lui changeait les idées, ainsi il continua son récit, se disant qu'il lui fallait honorer la mémoire de Kasséil qui malgré ses actes ne méritait pas un tel sort.

* C'était il y bien longtemps déjà, Kasséil et moi avions à peu de choses près le même âge, mais je possédais à l'époque une force de caractère supérieur et j'étais meilleure au combat, ainsi je le vainquis ou l'ignorai à chaque moi qu'il me défia, montant dans l'estime du chef du clan, mais réduisant toujours plus l'intérêt qu'il portait à son propre fils. Il m'en a toujours voulut pour ça, et plutôt que de chercher un autre moyen de montrer sa valeur à son père il s'obstina à me défier sans cesse. Jusqu'à me haïr.*

Sombral émergea de ses pensées et se rendit compte qu'il avait beaucoup parlé, il s'en escusa et conclut en une phrase

*Il n'était pas foncièrement mauvais et ce qui est arrivé est en grande partie ma faute, même si c'est son obstination qui la poussé dans cette voie, il n'est cependant pas à blâmer, ainsi je ne retournerais plus voir les membres du clan, et exaucerais ainsi ce qui fut son voeux. *

Athorn aussi parla beaucoup... le fait de raconter ces vieilles histoires devait leur faire du bien, il lui compta les anecdotes de leur longues années d'exil. Les progrès de max dans la magie, de la terre notamment, ainsi que moult évènements et danger qui leur tombèrent dessus, mais en gardant un ton comique pour dédramatiser la chose.
Le dragon noir écoutait attentivement, comme Athorn l'avait écouté, mais son regard était posé sur Equina, il observait l'elfe, premier être de l'autre sexe qu'il ai vu quelque jour après sa naissance. Ce petit souvenir l'apaisait... Il essaya de se rappeler comment il se comportait, tout petit. Il ne s'en rappelait que peu, Charlie pourrait le lui conter mieux que ça... Charlie...


* la terre hein ? avant charlie ne jurait que par le feu. Mais pour des raisons... trouble... il ne s'y intéresse plus du tout. Préférant jouer avec le vent et la foudre... Au début je trouvais sa bizarre, mais au vu de ce que sa maitrise de l'air lui à permis de faire durant la bataille, je ne peux que me réjouir de ce changement.*

¤~¤~¤

Plusieurs "battements de coeur" passèrent, Equina les avait d'abord écouté avec attention puis elle était retourné dans la chambre, Sombral et Athor avait continué à se raconter leur histoires respectives, se forçant l'un comme l'autre à penser à autre chose. Les soigneurs eux, étaient désormais tous concentré sur la plaie récalcitrante de max. L'un d'entre eux était venu annoncer à Sombral qu'ils avaient terminé, ils avaient fait tout ce qu'ils pouvaient, et que maintenant tout dépendait de Charlie. S'il trouvait la force de revenir... Le dragon noir l'avaient remercié chaleureusement et l'elfe était retourné auprès de max, continuant son dur labeur malgré la fatigue.

Les yeux du reptile étaient retourné à son dragonnier, le fixant à nouveau à la recherche de la petite respiration qui le ferait revenir à lui... lorsqu'il remarqua un détail. Petit, mince, infîme, peut-être sans intérêt mais comment savoir...
Depuis qu'il était revenu de la mission de sauvetage d'ellen à Dras-leonas, et depuis que sa magie s'était tournée vers l'air et la foudre plutôt que le feu, un pierre ne le quittait plus... Il dormait même avec, sans trop expliquer de quoi il retournait exactement Charlie lui avait expliqué que cette pierre venait de prendre une partie de sa vie, lui donnant un nouveau rôle auquel il devrai se tenir coûte que coûte. Et qu'il ne lui fallait plus s'en séparer, enfin le moins possible en tout cas...



...Et si...



La pierre en question n'était plus pendu à sa chaîne autour de son cou. Le bijou avait été retiré et rangé avec le reste de ses affaires.


* Equina... J'ai... J'ai peut-être une idée... Dans le fond de la pièce on été stocké les affaires qu'il portait sur lui lors de la bataille. Peux-tu y chercher une pierre ? Une améthyste, ronde, sertie dans un pendentif en argent tenu à une chaîne. Ne touche pas la pierre, tiens le par la chaîne et apporte la à charlie, pose la dans sa main, ou sur sa poitrine. S'il te plait.*

Sombral la regarda chercher , puis admira enfin la pierre violette qui pendait au bout de sa chaine. Comme il le lui avait demandé, l'elfe ne toucha que la chaîne et s'approcha de Charlie. au fur et à mesure qu'elle s'approchait, Sombral commençait à se redresser sur ses pattes... Un fourmillement parcourait la peau de l'elfe noir... d'abord infîme puis de plus en plus intense... L'espoir déboula dans le coeur du dragon comme un tsunami balayant ses craintes... la pierre se rapprochait et les vibrations s'intensifiait... Jusqu'à ce qu'elle la pose...

Une intense lumière vive comme un éclair parcoura le corps de Charlie, comme si tout ses nerfs était soudain réanimé par une forte puissance electrique. il s'arcbouta sur son lit, son torse se leva, et ses yeux s'ouvrirent en grand dans sur fond sonore d'inspiration puissante. Comme si tout l'air de la pièce avait envahit ses poumons en une seconde...


Silence absolu dans la salle hormis la forte respiration de l'elfe noir et le claquement electrique de minuscule éclair qui parcoururent ses doigts.





- .... on a pas idée du pouvoir d'une pierre...



sombral

awards !:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Re: Les temps sont dur pour un Dragonnier... | Ven 2 Mar 2012 - 19:53


La vie... La mort... La frontière était si mince en fin de compte entre ces deux états complètement opposés par nature. Athorn ne le savait que trop bien à présent. Le fil de vie qui l'unissait à son maître était aussi frêle qu'un oisillon venant de percer la coquille de sa demeure protectrice. Malgré son état alarmant, il l'était moins que son compagnon de chambre. Son cœur battait plus régulièrement, seul la source de leur combat contre la mort était différent, et Max gagnait sur la bizarrerie.
Triste concours qui dépendait sur l'endurance des mages elfes à maintenir les deux bipèdes en vie jusqu'à ce que leur corps réclame leur propre autonomie... La question qui se posait était autonomie de joie ou macabre ?...


*Ne t’inquiète pas tant, Max est fort, il ne nous laissera pas tomber*

La douleur de revivre la blessure de Max le brisait malgré le réconfort apporté par Equina. Il fit bouger ses joues sous les gratouilles qui le chatouillait par certains moment.

Pendant que le dragon vert parlait, il observait son confrère qui paraissait bien loin de lui, quoi de plus normal en même temps. Ce dernier lui répondit après la vaine tentative de réconfort d'Athorn.

*Si je peux te donner un conseil, n'écoute jamais ce genre d'ordre... ça les mène toujours vers les ennuis... Fais semblant d'obéir mais ne le lâche pas d'une semelle. Tu me diras... Charlie était avec moi quand c'est arrivé...*

Le concerné émis un grognement, autant pour lui que son ami reptilien qui se flagellait psychologiquement. Des blessures du dragon noir saignaient encore, risquant ainsi l'infection.

*Je faisais ça, jusqu'à ce que de nombreux dragons se battent au sol, nous séparant ainsi de plus en plus... Cesse de t'accuse comme cela. Tu n'y es pour rien, c'est le choix de ton dragonnier avant toute chose. Il est conscient que tu donnerais ta vie et bien plus encore pour lui s'il le fallait.
Quand à tes blessures, je viens de me souvenir que Max avait préparé de l'onguent cicatrisant en quantité suffisante pour un dragon. Demande à un des mages de chercher dans les poches accroché à ma selle, ce sont des bocaux en verres plein de crème verdâtre, il y en a deux ou trois. Il pourra te l'appliquer au moins sur tes blessures les plus vilaines. Acceptes au moins ça pour te soulager.*


La créature émeraude lança un regard dur à Sombral, lui faisant comprendre que ce serait non négociable quoiqu'il dise. Le quadripède noir continua ensuite à remuer ses sombres pensées.

*C'est déjà incroyable qu'il ne soit pas mort sur le coup... la plupart des deux-pattes auraient fini broyé... et ce coma qui dure, et qui dure...*

Athorn ne connaissait pas le détail exact de ce qu'il s'est passé durant leur combat aérien mais tenta d'imaginer.

*Dis toi qu'il vaut mieux qu'il soit dans le coma pour se régénérer plutôt que six pieds sous terre non ?*

Sombral lui donna l'identité de leur ennemi aérien ainsi que son histoire.

*Ce n'était même pas un ennemi... Je ne l'ai jamais considéré comme tel en tout cas. Kasséil était un dragon sauvage, brun mais tigré d'un bleu éclatant, il était rongé par l'ignorance de son père envers son propre fils, dont j'étais la cause... J'ai longtemps côtoyé un clan de dragon sauvage, mais la première fois que je les ais rencontré, m'incrustant sans le vouloir dans leur terre, 5 d'entre eux m'ont agressé. Au lieu de fuir je les ais affronté, et j'en ai même tuer un. Le chef de clan en fut si impressionner qu'il ordonna aux 4 autres de cesser le combat. L'un de ses 4 dragons était Kasséil, et le chef de clan était son père.*

La monture de Max écoutait attentivement le récit que lui contait son ami. Il avait été le premier dragon à avoir vu après sa propre éclosion, mais ça, il ne s'en souvenait pas. Ce fut dans l'esprit de son maître qu'il recueillit ces informations qui adoucissaient les rudes journées précédemment passées.

*C'était il y bien longtemps déjà, Kasséil et moi avions à peu de choses près le même âge, mais je possédais à l'époque une force de caractère supérieur et j'étais meilleure au combat, ainsi je le vainquis ou l'ignorai à chaque moi qu'il me défia, montant dans l'estime du chef du clan, mais réduisant toujours plus l'intérêt qu'il portait à son propre fils. Il m'en a toujours voulut pour ça, et plutôt que de chercher un autre moyen de montrer sa valeur à son père il s'obstina à me défier sans cesse. Jusqu'à me haïr.
Il n'était pas foncièrement mauvais et ce qui est arrivé est en grande partie ma faute, même si c'est son obstination qui la poussé dans cette voie, il n'est cependant pas à blâmer, ainsi je ne retournerais plus voir les membres du clan, et exaucerais ainsi ce qui fut son vœux. *


Athorn compatissait à la douleur qui résidait dans l'immense corps de son compagnon avant d'ajouter, après quelques instants de silence.

*L'appelle de Nuit a changé bien des dragons, souvent à leur insu tu sais. Tu dois certainement regretter sa mort, mais c'était soit lui, soit vous.*

Le grand lézard ailé tentait de remonter un tant soit peu de remonter le moral de son confrère, lui assurant que tout ces malheurs n'étaient pas de sa faute. Pendant ce temps, la femme de son maître partait à nouveau dans la pièce pour voir l'état d'avancement au niveau de la santé des deux hommes.

*La terre hein ? avant Charlie ne jurait que par le feu. Mais pour des raisons... trouble... il ne s'y intéresse plus du tout. Préférant jouer avec le vent et la foudre... Au début je trouvais sa bizarre, mais au vu de ce que sa maîtrise de l'air lui à permis de faire durant la bataille, je ne peux que me réjouir de ce changement.*

Athorn ne put qu'affirmer les dires de son ami aux écailles noires.

*Heureusement qu'il préfère jouer avec cet élément en effet. Avant notre départ, Max ne manipulait que le feu et la foudre, les deux à un très bon niveau, surtout la foudre qu'il considérait comme un sous-élément en quelque sorte. Mais durant l'exil, sans pour autant les abandonner à jamais, il utilisait la terre, la terre, encore et toujours la terre. A croire qu'il souhaitait au final élever une montagne à son nom avec sa maison à l'intérieur.*


Le silence s'était installé depuis plusieurs minutes entre les trois êtres. Soudain Sombral parla à Equina, lui parlant d'une pierre à déposer sur Charlie sans pour autant la toucher. Le dragon vert suivait l'échange sans trop comprendre où il voulait en venir. Le dragon de Charlie devenait de plus en plus empressé, presque excité par ce qu'il venait de penser. Le phénomène qui suivit ne fut pas l'oeuvre des mages elfes en tout cas. Un éclair, tombant sur Charlie pour...lui redonner subitement la vie ! Quelle drôle de pierre en effet !
Athorn regardait son compagnon pour voir sa réaction face à ce miracle. Il était heureux pour lui, son ami avait retrouvé son maître. Mais un autre événement incongrue se tramait. Sans prévenir et l'air inquiet, un des mages marcha d'un air pressé vers le reptile aux couleurs de la forêt.


*Il y a un soucis avec votre maître...Ses...tatouages...ils scintillent légèrement, ils ne sont plus noirs.*

Intrigué et inquiet pour la vie de l'être qu'il aimait, la créature ailé s'avança, la gueule aussi proche que possible de son maître.
Les marques tribales scintillaient en effet, et devenait de plus en plus lumineuse, comme lorsqu'il utilisait la magie ! Une drôle de sensation s'insinua dans l'immense corps du dragon. Il étendit sa sensibilité et sentait une énorme quantité d'énergie se déplacer, en direction de son maître. Elle provenait essentiellement de la forêt, ou peut-être était-ce une petite partie d'énergie venant de chaque êtres vivant aux alentours. Au fur et à mesure qu'elle pénétrait dans le corps de Max, le lien se solidifiait doucement, avant de croître petit à petit. Comprenant la démarche à suivre et prêt à tout pour que la vie reprenne place, Athorn donna autant d'énergie que sa constitution lui permettait, évitant par la même occasion que le peu d'énergie habitant Charlie fut aspiré par accident.


*Prend petit homme prend, et reviens à moi s'il te plaît...*

Une fois le lien de vie reformé, la mystérieusement machinerie cessa comme elle s'était déclenché. La cicatrice se résorba en de multiples petits éclairs bleuté avant de laisser une fine traînée bleuâtre.
Ce fut au bout de quelques longues secondes que le maître ouvrit subitement les yeux, n'osant plus bouger.


*Nous sommes là, avec toi, détends toi, tu es sain et sauf.*




Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 8514
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Equina
Message Sujet: Re: Les temps sont dur pour un Dragonnier... | Mar 17 Avr 2012 - 20:26


Sombral entra dans son esprit de manière un peu … brutale. Il parlait d’une certaine pierre cachée dans les vêtements de son comateux de compagnon. L’elfe se leva de son coin et fouilla parmi les tissus entassés au chevet de Charlie. Une lueur violette attira son attention et elle écarta délicatement le pan de veste qui recouvrait le bijou. Equina attrapa la chaîne argentée entre ses doigts et leva la pierre à hauteur de ses yeux. Une puissante énergie émanait de ce joyau, elle pouvait le sentir même sans le toucher. Sa vision se reporta sur le dragonnier, toujours inanimé. Elle s’approcha doucement de lui et, suivant les instructions du dragon, posa doucement le collier sur le torse de Charlie. Elle se précipita en arrière ensuite, s’écartant de la lumière flamboyante qui se dégageait du corps. Celui-ci semblait comme posséder et bougeait sous l’effet de l’énergie insufflée. Quand l’homme ouvrit les yeux, Equina du prendre quelques instants pour s’en remettre. Par quelle magie avait-il pu être réanimé de la sorte.

Fronçant les sourcils, elle s’avança vers son ami et l’aida à se relever en lui saisissant les bras. Elle sourit quand son visage fut à hauteur du sien et l’amena contre elle, lui assignant une accolade dans le dos.

« Quel plaisir ça fait de te voir enfin vivant. Y a pas à dire, quand tu dors, l’ambiance est nettement moins animée ! », Dit-elle sur le ton de la plaisanterie.

Par-dessus l’épaule de son compagnon, l’elfe vit néanmoins une chose assombrir le tableau : les tatouages de son mari réagissaient bizarrement. Elle se défit des bras de Charlie et s’avança vers le lit de son amour. Elle bouscula les soigneurs, et leur adressa avec colère :

« Qu’est-ce que vous avez encore fait ?! Laissez-moi passer, je … », puis elle se tut, sentant des flux d’énergie bien étranges envahir la pièce.

Elle se tourna vers Athorn et le questionna du regard. Puis, elle comprit, Max aspirait l’énergie de la forêt et de tout ce qu’il pouvait. Bien sûr, il ne pouvait pas capter celles des personnes ici présentes, car leurs esprits lui en empêchaient. L’elfe ferma les yeux et commença à envoyer de sa propre énergie à son mari. Elle commanda également aux soigneurs d’en faire de même.

Au bout de longues minutes qui n’en finissaient pas, le lien se rompit et l’éclat des marques cessa. Max ouvrit les yeux, immobile.

Le cœur d’Equina loupa un battement et son corps se pétrifia. Il lui fallut plusieurs minutes avant d’oser avancer un pied vers son mari, toujours impassible. Elle tendit timidement une main vers son bras et serra ses doigts autour de son poignet qui avait repris une température normale. Son regard se risqua vers celui de Max et elle sentit les larmes lui monter, mélange de regrets, de soulagement, d’amour et de joie.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sciocide Récidiviste

Nombre de messages : 6131
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Charlie To'ü Kour
Sciocide Récidiviste
Message Sujet: Re: Les temps sont dur pour un Dragonnier... | Ven 20 Avr 2012 - 13:15


- .... on a pas idée du pouvoir d'une pierre...

Ces mots vinrent naturellement à Charlie quand il put reprendre son souffle. Comme si une soudaine lucidité lui avait permis d'analyser la situation en quelque secondes.
Mais au contraire l'elfe noir était encore complètement sonné, d'autres secondes passèrent encore, ses sens reprenaient lentement du service. Il tenta vaguement de se redresser et fut surpris de sentir deux bras plus fins l'y aider, il crut discerner un visage... un sourire... et ressentit une étreinte au combien agréable après des semaines de coma à se faire charcuter par magie. Une voix familière résonna dans sa tête, le ton était amusé et les paroles chaleureuses. Subissant le contrecoup de l'éclat d'énergie qui l'avait réveillé, Charlie avait du mal à se remettre dans le contexte. Il rendit son étreinte à cette voix sans vraiment comprendre à qui appartenaient les fins cheveux noirs qui lui chatouillaient le visage, et regretta malgré lui qu'elle soit si éphémère.

Elle se dégagea avec empressement et charlie se retint de basculer en arrière, posant une main sur le lit. Il tenta tant bien que mal de comprendre ce qui se passait autour de lui, ses derniers souvenirs étant ceux d'un nuage de dragons et d'un sol sablonneux se rapprochant dangereusement... Sa vue se rétablissant, il se tourna vers la source des éclats de voix, et parmi une masse d'elfe n'ayant rien de spécial à ses yeux qui redécouvraient le jour, il discerna le visage fin de l'elfe aux cheveux noirs, ce visage si familier quelques années auparavant. Seulement voilà, Il ne l'avait pas revu depuis des années, que viendrait-elle faire a son chevet après tellement de temps...

Se croyant en proie au délire, Charlie se tint assis sur son lit la tête entre les mains, essayant de retrouver ses esprits. Non seulement sa vue lui jouait ses tours mais même les sens de son esprit déliraient ! Voilà qu'il ressentait d'énorme flux d'énergie se déplacer vers un point non loin de lui, vers la source de l'attroupement d'ailleurs...
Les flux cessèrent brusquement et il ne sentit plus aucune manifestation magique complètement improbable. Supposant que ses hallucinations avaient pris fin, l'elfe noir rouvrit les yeux et revit exactement le même spectacle. Max était allongé sur un autre lit dans la même pièce, les elfes autour du lui étaient en faites les soigneurs d'Ellesméras, et Equina se tenait bel et bien près du lit du dragonnier qui avait les yeux grand ouvert comme s'il venait de se réveiller.
Il observa la scène, un peu ahurit. il reconnaissait les lieux, il s'agissait de ses propres appartements depuis qu'il était devenu caithdein. Mais qu'est-ce que Max , et encore plus Equina, faisaient ici ?


*Charlie ... Charlie ... Charlie !*

Reprenant soudainement conscience de la présence de son dragon, Il rouvrit son esprit et le mêla pleinement avec celui de Sombral, Appréciant de pouvoir se rallier a ce point de sûreté pour démêler le réel de l'irréel et comprendre enfin ce qu'il se passait

* Sombral... tu pouvais pas mieux tomber, je crois que je suis en plein délire... ou alors il faut vraiment que tu m'expliques deux, trois choses...*

Sombral prit bien soin de tout lui expliquer, dans les détails. Il lui raconta sa chute pendant la bataille, la mort de Kasséïl. Il lui expliqua comment les soigneurs Elfique tâchaient de le soigner depuis des jours et des jour, comment lui-même désespérait de le voir rouvrir les yeux ... Il lui expliqua en désignant Athorn, qu'un elfe gardien lui avait signalé la présence d'un dragon dans les bois, et que malgré ses blessures il dût aller voir par lui-même pour finalement s'apercevoir qu'il s'agissait du dragon de Max, et que le dragonnier était gravement blessé. Charlie devina la suite par lui-même.

*... tu les as donc fait venir ici pour que les soigneur qui s'occupaient de moi puisses aussi étudier le cas de Max... d'accord je comprends... Mais Equina ? comment est-elle arrivé ? Max à participé lui aussi a cette bataille dans le désert, je suppose qu'il à été blessé la-bas, mais pour autant que je sâche, elle n'y était pas.*

* Je ne sais pas. Elle était avec eux quand je les ai trouvé dans la forêt.*

Le mystère Equina restait donc entier pour le moment. Charlie était vraiment ravi de la revoir, c'était une amie précieuse. Mais il ne pouvait s'expliquer les raisons de sa soudaine réapparition... Bien que, en y réfléchissant, ça ne faisait pas longtemps non plus que Max avait refait surface. En faites bien que Sombral lui ai dit l'avoir rencontré plus tôt sur la crête, l'elfe noir ne l'avait pas revu avant l'assaut contre les dragons....

*oh ! et alors ? la bataille ? comment ça s'est fini ?! Nuit est-elle finalement apparu ?*

* et bien... les pertes sont lourdes... ce fut un massacre sans nom... mais oui, Nuit à été vaincu. Elle est apparu peu après que ta chute , causant de sérieux dommages, mais les mages ont réussit a réitérer le rituel qui avait permit de l'enfermer dans le désert. C'est plutôt dure comme châtiment... je me demande si je n'aurais pas réagit pareil si on m'avait enfermé de cette manière pendant des milliers d'années...*

*dit toi qu'elle l'aurait fait de toute façon, qu'elle ait été enfermée ou non.*


Sa longue discussions avec son dragon ayant permit au couple de profiter de leurs retrouvailles, Charlie observa max qui semblait aller plutôt bien, quelle que put être sa blessure. Et décida de s'adresser à ses deux "invités"

- Je vois que cette guerre à été difficile pour nous deux... Je suis content que tu ailles mieux, et je m'excuse de ne pas avoir pu vous offrir un accueil plus chaleureux . ajouta-t-il avec un sourire . Mais Equina je... je dois t'avouer que tu n'es pas la première personne que je m'attendais à voir en me réveillant... ça me fait plaisir de te revoir, mais... où étais-tu pendant tout ce temps ?

Attendant de voir ce qu'ils allaient lui répondre, Charlie se réinstalla un peu mieux et sa main tomba sur l'améthyste. Plutôt que de simplement la déplacer comme il l'aurait fait avec tout autre pierre, il l'a prit en main et la ramena contre son torse en croisant les bras. Il apprécia le battement qui émanait de la pierre au rythme de ses propres battements de coeur, et regarda ses vieux amis comme si le mouvement qu'il venait de faire était parfaitement naturel et provenait d'un besoin profond.

Sombral lui-même resta quelque peu sceptique face à ce mouvements. Il s'était rallongé , satisfait de l'étreinte mentale qu'il avait enfin put partagé avec son dragonnier, et un peu excité de le revoir enfin bouger après l'avoir vu comme un presque cadavre, avec à peine une once de vie dans le coeur pendant des jours. Mais le mouvement de son dragonnier avait réveillé quelques inquiétudes nouvelles...



sombral

awards !:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Re: Les temps sont dur pour un Dragonnier... | Dim 22 Avr 2012 - 14:48


La respiration haletante, Max regardait le plafond boisé à la façon des elfes. Sa cuisse ne le brûlait plus, il ne sentait plus rien autour de sa blessure à vrai dire. Comment avait-il guérit ?
Avant qu'il puisse déplacer sa main dessus pour en avoir le cœur net, une petite main tout blanche et fraîche prit son poignet. Par pur réflexe, l'humain tourna vivement sa tête en direction de celle qui prenait sa main.
Un torrent de souvenirs et d'émotions surgirent soudainement dans le corps et l'esprit du dragonnier ; mélange entre le soulagement, l'amour ou encore la peur. Lors de son coma, Max avait cru reconnaître cette présence qui lui était plus que familière, mais le temps avait fait que c'était désormais peine perdu. Alors que tout espoir l'avait quitté, qu'il tentait de se ré-intégrer tant bien que mal dans cette nouvelle Alagaësia, l'amour de sa vie refaisait surface contre toute attente dans un moment critique.
Les mots ne sortaient pas, seul ses yeux arrivaient à renvoyer l'amour qu'il lui portait avec autant d'intensité que l'instant le voulait.

Le général lui serra la main avant de lui chuchoter en souriant


- En cent ans, tu n'as pas changé...

Une voix grave et pleine de tendresse s'insinua dans sa tête.

*Bienvenu chez les vivants p'tit homme... Et non tu ne rêves pas, elle est bien là.*lui annonça -til avant de l'ensevelir de multiples vagues d'amour et de soulagement.

Alors qu'il ne comprenait pas très bien ce qu'il voyait et ce qu'il se passait, une autre personne connue attira son attention.

- Je vois que cette guerre à été difficile pour nous deux... Je suis content que tu ailles mieux, et je m'excuse de ne pas avoir pu vous offrir un accueil plus chaleureux .

Max tourna la tête pour découvrir Charlie dans un lit similaire au sien. Où étaient-ils ? Depuis combien de temps ? Tant de questions se posaient dans son esprit qu'il garda pour plus tard. Ce fut sur une voix plus claire que l'humain répondit à son ami elfe.

- Apparemment oui. J'ai attendu la fin de la bataille avant de partir me réfugier chez vous. Le continent à bien changé depuis mon absence... Je suis content que tu ailles mieux également, et félicitation pour ta promotion au fait. Lui dit-il avec un semblant de clin d’œil.

Athorn avait mêlé ses informations à son esprit et avait plus ou moins assimilé une partie des informations.

- Mais Equina je... je dois t'avouer que tu n'es pas la première personne que je m'attendais à voir en me réveillant... ça me fait plaisir de te revoir, mais... où étais-tu pendant tout ce temps ? 

C'est vrai ça ! Où avait-elle passé tout ce temps seule ? Le rôdeur avait sillonné toute l'Alagaësia pour la retrouver, sans réels résultats. De plus, avait-elle prit part aux combats contre Nuits ? Max n'avait vraiment pas cherché à trouver des connaissances pendant cette guerre, il s'était égoïstement concentré sur les événements qui se dérouleraient et à évaluer les pertes qu'ils pourraient à voir-même si son estimation avait été malheureusement bien moins inférieur à la réalité...

Charlie s'installa plus confortablement dans son lit tout en serrant une étrange pierre, qui ressemblait beaucoup à une améthyste. Celle-ci devait sûrement être pleine d'énergie et avait dû le sauver, telle était son hypothèse. Tandis que Max se poussait un peu du lit pour laisser Equina s'asseoir, Athorn essaya de passer sa gueule par la fenêtre pour se frotter contre son dragonnier. Son maître lui caressa avec amour le pourtour de ses narines tout en lui déclarant.

*Jamais je ne te remercierais assez pour ce que tu as fait pour moi ces dernières semaines...*

Un petit panache de fumé s'échappa des naseaux du reptile par amusement.

*Nul besoin de remerciement. Tu es ma moitié de vie, sans toi je ne suis rien, et tu aurais fait la même chose pour moi... Enfin peut-être pas me porter n'importe où. Le dragon émeraude gloussa de sa blague. Si tu veux vraiment me remercier, reste en vie encore longtemps.*

Après une dernière étreinte psychique avec sa demie-vie, Max se retourna doucement vers son autre raison de vivre en attendant avec impatience ses explications.


[HRPG: désolé, pas trop 'inspi sur le coup ^^']




Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Les temps sont dur pour un Dragonnier... |


Revenir en haut Aller en bas

Les temps sont dur pour un Dragonnier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Hors RP :: Fantômes du passé :: RPs Achevés :: Verte-Frondaison-
Ouvrir la Popote