AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Enfin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22309
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Enfin ! | Dim 10 Juin 2012 - 16:07


Le roi du Surda était de retour ! La régence était finie. Lorsqu'Ellenwen avait appris la nouvelle, avec un peu de retard preuve que ses réseaux d'espionnage n'étaient pas encore parfaits, elle poussa un soupir de soulagement. L'étaux qui lui serrait le coeur depuis plus d'un an se desserra. Ainsi, Pierrot, son ami de toujours, était en vie. Il n'était pas mort, loin d'elle, dans une de ses quêtes secrètes dont il avait le secret et dont, pour la première fois, elle avait été exclue. Le sentiment de joie s'accompagna d'une tristesse sourde à l'idée que nul n'avait songé à la prévenir. Le roi n'était pas venu la voir, ne lui avait envoyé aucune missive et, sans ces espions, elle n'aurait rien su de son retour sur le trône. Elle se sentait un peu trahie, un peu déboussolée, comme lorsque, dans la brume vous croyez reconnaître votre meilleur ami avant de vous apercevoir qu'il ne s'agit que d'un inconnu. Mais Pierrot restait Pierrot. Sans écouter ses conseillers qui la suppliaient de rester, l'elfe fit immédiatement ses bagages et partit, presque en coup de vent, rejoindre la capitale du Surda.

A son arrivée, épuisée par la traversée du désert, la chaleur épuisante du climat auquel elle n'était plus habituée, elle se dirigea d'un pas sûr vers le palais royal. Elle connaissait le goût de Pierrot pour le confort et savait qu'elle l'y trouverait probablement. Et puis, de toute manière, elle ne connaissait pas assez le Surda pour l'y chercher partout. Lorsqu'elle se présenta aux portes du palais, seule, et malgré sa toilette soignée, ses oreilles d'elfes clairement visible et le fin diadème qui ornait son front, le garde émit quelques réserves à l'idée d'introduire ainsi une inconnue dans le palais.


- Et je dois annoncer qui ? La reine des elfes peut-être ?!

- En l’occurrence, je crains que oui. Dame Ellenwen, pour vous servir. Maintenant, veuillez m'annoncer au plus vite.

Et sans prendre le temps d'attendre une réponse, elle s'engouffra dans un long couloir aux dalles de marbre. Quelques instants plus tard, elle fut rejointe par le garde qui, bon gré mal gré, l'installa, à la demande de la reine, dans un petit boudoir privé, loin de la cour et du bruit. La reine n'était pas sure que si, d'aventure, elle sautait au cou de son vieil ami, il soit très heureux que ses courtisans puissent profiter du spectacle. Ainsi, confortablement installée sur une chaise rembourrée, l'elfe attendit, à demi-impatiente, à demi-inquiète.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Enfin ! | Lun 11 Juin 2012 - 0:07


"LAISSEZ ÇA ! MAIS C'EST PAS VRAI BON SANG ! OUI, J'AI ENTENDU ! J'ARRIVE !"

Pierrot criait de sa voix grave et puissante. On l'entendait dans une bonne partie du palais. Tout allait de travers aujourd'hui. On est jamais mieux servi que par soi même. C'était donc vrai ! On venait de le prévenir de l'arrivée de son éminence, la reine des elfes. Le roi passa sa main dans ses cheveux, histoire de se recoiffer rapidement. Il enleva sa cape, et descendit jusqu'au boudoir où on avait amené la reine. Il entra par une porte cachée qui faisait dos à la femme, sans bruit.

"Elly !"

Elle sursauta

"Eh bien ! Quelle surprise ! Cela fait ... Je ne saurais dire combien de temps ! Je suis fou de joie ! Je n'ai pas vraiment eu le temps, t'as du voir en entrant que c'est un peu le bazar ici. Je dois tout faire moi même ..."

Il s'approcha et la pris dans ses bras. Après une longue étreinte, Pierrot desserra son emprise, la regarda, et lui baisa le front.

"Alors ... quoi de neuf ?"


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22309
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Enfin ! | Lun 11 Juin 2012 - 13:18


- Laissez ça ! Mais c'est pas vrai bon sang !

La voix de Pierrot tonnait dans tout le palais. Ses mots bourrus, le son de sa voix, l'image qu'elle se faisait de son compagnon, illuminèrent le visage d'Ellenwen d'un grand sourire amusé. Si elle avait craint un instant de retrouver son vieil ami changer, ces quelques paroles, qui lui rappelaient franchement l'aubergiste de village qu'il était lors de leur rencontre, avait suffi à la rassurer. Elle pouffait discrètement, imaginant bien la panique qu'il devait semer auprès de ses serviteurs et leur réaction outrée, dès que le roi avait le dos tourné. Tout occupée à imaginer les scènes de la vie quotidienne de la vie du palais, elle ne prit pas garde que l'esprit de son ami, qu'elle ressentait toujours assez vivement après des siècles de connexion mentale, s'était rapprochée. Elle n'entendait pas non plus la porte dérobée s'ouvrir pour laisser entrer son ami. Elle sursauta au nom de sa voix et se mit debout, d'un seul mouvement. Elle lui sourit largement, enregistrant avec un grand plaisir le diminutif par lequel il l'avait appelé. Elly. Il était le seul à l'appeler ainsi.

- Pierrot.

Elle lui rendit son étreinte, avec force, savourant la chaleur de ses bras et son odeur familière. Elle se rendit compte, en même temps que ses bras se refermaient sur elle, à quel point il lui avait manqué. A quel point elle avait pu souffrir de son absence et de son abandon. Après tout, ils ne s'étaient pas quittés pendant une centaine d'années, partageant chaque secret, chaque expédition. Elle nota aussi que pas une seule fois il ne s'était excusé de sa disparition. Même si, elle le sentait à son esprit, il était réellement fou de joie de la revoir. Lorsqu'il s'écarta d'elle, elle lui sourit à nouveau, savoura le contact de ses lèvres sur son front et le serra à nouveau dans ses bras.

- Hé bien... Tellement de choses.

Elle haussa les épaules, sans savoir quoi ajouter. Elle ne voulait pas ajouter qu'il était parti si longtemps que résumer tout ce qui lui était arrivé durant ce temps tiendrait du marathon. Elle ne voulait pas non plus lui donner l'impression de lui faire des reproches.

- Et toi ?




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Enfin ! | Mer 13 Juin 2012 - 14:00


Qu’il était bon de la revoir. Plus que son palais, plus que son pays, plus que le continent, c’était elle, Ellenwen qui lui avait le plus manqué. Il lui devait bien des explications.

"J’étais parti chercher des réponses. J’avais tant de questions. Qu’y a-t-il à l’Est par delà l’Edda qu’y a-t-il à l’Ouest, après l’Océan. Comment ces gens vivent-ils, qu’ont-ils inventé de plus, vivent-ils en paix en guerre ? J’ai vu des choses merveilleuses, j’ai vu des choses affreuses. J’apprends en revenant qu’en mon absence, tout le continent a été ravagé par une guerre contre les dragons ? Que l’Empire est désormais présent sur une grande partie du territoire. Tu sais, j’ai vu tellement de choses durant ces quelques mois, que je me dis qu’il est possible de s’entendre avec l’empire, que se battre n’est pas la solution. J’ai vu des peuples qui ont des armes qui dépassent notre entendement, ces mêmes peuples qui vont jusqu’à s’exterminer par simple esprit de conquête ! Mais j’ai aussi vu des peuples qui vivent en harmonies, qui font du commerce, qui mettent à profit leurs différences pour évoluer. J’ai énormément appris durant ces quelques mois d’absence, j’avais besoin de ça. J’ai ramené autant d’objets que d’idées, et j’entends bien mettre tout cela à profit. Je sais que j’aurais du prévenir, donner des nouvelles, mais comprends bien que c’était difficile, je ne savais ni où j’allais, parfois ni même où j’étais, et surtout je ne savais pas quand et si je reviendrais. Mais, je suis revenu, et tu m’as manqué."

Pierrot s’arrêta de parlé. Il s’était assis dans un fauteuil en face de son amie, pour parler. Il observait sa réaction. Elle buvait ses paroles.



Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22309
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Enfin ! | Ven 15 Juin 2012 - 11:46


Ellenwen sourit en écoutant Pierrot. Elle avait oublié sa tendance à faire des grands discours. A s'envoler dans des passions presque lyriques sur ses voyages, son expérience. Ses débats philosophies, son envie de changer le monde à sa façon. Son idéal de paix qui lui était venu en vieillissant, lui qui auparavant ne jurait que par le combat. Lors de la scission des Vardens, lorsque Skarg avait créé l'Alliance, c'était lui qui leur avait déclaré la guerre. Lui qui avait ravagé Teirm une première fois et qui n'avait jamais voulu cessé les hostilités avec son ancien ami. A l'époque, il avait revendiqué sa violence comme unique source de paix. Expulsé sa colère dans un grand combat, pour ensuite redevenir les meilleurs amis du monde. Et maintenant, il lui faisait la leçon, comme à une enfant, prônant une réconciliation avec l'Empire. Comme si elle l'avait attendu, songea-elle en repensant à son entrevue avec Myad, pleine de délicatesse et d'amitié. Mais surtout, son discours lui fit comprendre, avec un peu d'amertume, qu'elle aurait aimé "en être". Qu'elle aurait voulu suivre Pierrot, là-bas, loin. Échapper à toute la violence qu'elle avait vu et subi. Et retrouver la place qu'elle avait perdu auprès de son vieil ami.

- Ca a dû être exaltant en effet. Ici, c'est un peu plus compliqué que ça. Disons que des fanatiques ont réveillé une dragonne millénaire, Nuit. Pas très contente d'avoir été enfermée et endormie par magie, elle a rameuté des dragons sauvages de tout l'Alagaësia et d'ailleurs et a commencé à tout détruire. Tous les clans se sont unis pour la détruire et ont réussi. Mais pendant qu'ils étaient tous à la guerre, des dissidents de l'Empire, qui ne sont pas heureux de la volonté pacifique de Myad, ont lancé un grand raid sur l'Alliance, la détruisant presque, et sur les elfes. Aujourd'hui encore, des primes sont offertes pour tout meurtre d'elfes et nos villages en lisière de forêt subissent des attaques.

Elle haussa les épaules, comme pour signifier qu'elle avait l'habitude. Le "mais je suis revenu et tu m'as manqué" la surprit. Comme s'il ne s'agissait que d'une petite escapade de quelques instants, un petit voyage de quelques semaines au plus pour prendre un peu de vacances. Mais il avait disparu plus d'un an, sans laisser aucune nouvelle et aucune trace, laissant l'elfe complètement désemparée. D'un geste machinal, elle effleura la pierre qu'elle portait montée en pendentif, au tour du cou, et qui la reliait à Pierrot. Normalement, grâce à elle, elle pouvait joindre son ami ou qu'il soit. Et elle l'avait appelé, des jours durant, grâce à elle, ne se heurtant qu'à un silence de sinistre augure. Elle avait hurlé son nom, lorsqu'enfermée par Brexinga elle avait vécu plusieurs jours de torture. Elle avait essayé de l'appeler lorsqu'elle avait pris la décision de repartir dans le royaume des morts pour sauver son apprenti. Son visage se rembrunit légèrement lorsqu'elle répondit.

- Tu m'as manqué aussi. Je t'ai cherché, tu sais. Je te croyais mort.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Enfin ! | Ven 15 Juin 2012 - 17:38


"Je suis au courant de ce qui s’est passé ici. J’ai eu le journal." Dit-il en souriant. Il vit que son amie touchait la pierre. La sienne était resté au palais, dans un coffre, comme toutes ces affaires les plus précieuses, et son arme. Il était parti sans rien sans son périple.

"Elly, ma chère Elly. Je sais que tu m’en veux. De ne pas t’avoir emmenée, de ne pas avoir été là ; je sais que vous auriez tous aimé que je sois à vos côtés pour vous débarrasser de cette obscure Nuit [yeah!], pour te délivrer du joug ennemi. Je sais que tu as souffert, et, je pourrais bien te raconter ce que je veux, rien n’excuserait mon absence. Tu sais que ce n’est pas dans habitudes, mais quelque part, je m’en veux. Est-ce que ça en valait la peine, je ne sais pas, je l’espère en tout cas."

Pierrot fit un silence de quelques secondes.

"Je pense que les troubles de l’Empire sont maîtrisables. Je travaille beaucoup à la résolution des problèmes de notre continent depuis mon retour. Mais, je te jure que j’allais venir te voir ! je sais que c’est dur, je sais que je te l’ai beaucoup demandé, et je sais que cette dernière fois n’a pas été très révélatrice, mais il faut me faire confiance. Je sais que tu vas rire si je te dis que je porte la paix du monde, mais j’espère ne pas me tromper. Il y a de l’espoir partout. En tout cas pour les villages à l’orée de la forêt, je pense avoir une solution. Et puis, vous êtes des elfes bon sang ! Les meilleurs magiciens ! Ne me fais pas croire que vous ne pouvez pas vous protéger contre une bande d’individus aveuglés par la haine et le pouvoir ! Je viendrais te rendre visite, je veux voir ça par moi-même."

Le roi utilisa une clochette pour appeler un valet. Celui-ci arriva presque immédiatement.

"Faites nous préparer à manger. Dites au chef que je lui fais confiance."

Puis, revenant à Ellenwen

"Je suis sûr que tu as faim, après un tel voyage. J’aurais du te proposer plus tôt !"


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22309
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Enfin ! | Lun 25 Juin 2012 - 11:40


Ellenwen sourit et secoua la tête avec un certain défaitisme. Pierrot, comme à chaque fois qu'un sujet de discussion semblait s'approcher plus ou moins de l'expression de sentiments, n'y comprenait rien. Ou du moins faisait semblant de ne pas comprendre. Après tout, il avait eu une femme, un enfant et même une petite-fille. Il était forcément familiarisé avec cette curieuse chose qu'était l'amour ou l'amitié. Elle ne savait pas trop s'il avait préféré refouler tout cela après leur mort, dans un geste d'autodéfense qu'elle comprenait parfaitement mais qu'elle trouvait un peu long ou s'il avait réellement quelques difficultés à ressentir les émotions des autres. Mais parfois, malgré elle, cette tendance à esquiver ces sujets l'exaspérait. Elle s'apprêtait à le reprendre gentiment - non, elle n'avait pas regretté sa présence dans le combat contre Nuit, elle avait vécu trop de combat seule pour s'en soucier, elle l'avait regretté lui, simplement, regretté de ne savoir rien de lui, de ce qu'il avait vécu, de ce qu'il vivait - lorsqu'il exprima ce qui, pour lui, équivalait à une longue déclaration de remords. Il s'en voulait. Un premier pas vers une conscience, peut-être ? Spontanément, l'elfe se pencha et posa un baiser sur la joue de son vieil ami.

- Je commence à te connaitre depuis le temps. Je ne t'en veux pas d'être parti. Tu es toujours parti, comme moi, et rien ne pourrait nous retenir. Mais tu es parti sans rien dire. Je ne sais pas si ça en valait le coup, toi seul peut le savoir. Mais tu as failli tout perdre.

Elle repensa sans rien dire à Nuit qui avait failli dévaster le Surda en même temps que le sud de l'Alagaësia, à son voyage dans le monde de mort qui avait bien failli être un aller simple. Il lui semblait qu'en partant ainsi, comme un voleur, Pierrot avait manqué à ses devoirs. Mais peut-être, comme il le disait, cela en valait-il la peine. Après tout, elle-même avait imposé Laïaga aux elfes, avait failli tout sacrifier pour sauver son apprenti et cela en valait la peine. Et, de ce que Pierrot lui disait de la paix, auquel elle ne parvenait pas à adhérer, lui y croyait et espérait. Elle garda sa gravité, consciente de combien son ami était sérieux.

- Oh, ne t'en fais pas pour les elfes, ils vivent et s'en sortent très bien. Sinon je ne serais pas là à deviser tranquillement avec toi. Pour l'instant, nous n'avons essuyé aucune perte dans ces escarmouches. Mais c'est embêtant, disons. Comme une mouche qui titille un cheval fort. Je ne doute pas qu'il y ai de l'espoir. Je crois profondément en l'espoir. Je pense qu'on peut calmer le jeu. Mais je pense aussi que la paix est pas essence volatile et instable. Tant qu'existera la convoitise, et elle existera toujours, des guerres auront lieu. Les ombres veulent nous détruire pour s'approprier notre force. Un jour peut-être, d'autres voudront nous anéantir pour cultiver nos terres. Même si entre les deux nous pourront peut-être profiter d'un court répit.

Elle s'étira légèrement et fixa son ami, un peu dérangée par cette discussion si sérieuse si peu de temps après leurs retrouvailles. Aussi, pour détendre un peu l'atmosphère sourit-elle pour conclure et faire la transition avec la proposition, alléchante, d'un repas.

- En tout cas, j'espère que tu me diras bientôt quelle solution farfelue tu as pu trouver pendant le repas. Je suis affamée. Je n'ai pas pris beaucoup de temps pour me reposer et manger depuis mon départ. J'ai dû quelque peu fuir mes conseillers qui ne tenaient pas à me voir partir.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Enfin ! | Ven 24 Aoû 2012 - 14:52


Le repas arrivait. Des fruits et des légumes frais en panières, et un poulet rôti. Le tout accompagné d’une carafe d’eau et d’une carafe de vin rouge. Un repas très simple et revigorant. Il savait bien que son amie préférerait cela à un repas de fête lourd et riche. Surtout pour une table de deux.

- Bien, mangeons. Bon appétit !

Tout en commençant à manger, en silence, Pierrot pensait. Il ne savait pas par quel bout commencer. Il voulait se justifier. Il avait fait un voyage qui valait bien toute les absences du monde, certes, mais qui ne justifiait en rien l’abandon de ses amis dans un contexte de crise extrême.

- Tu sais, quand je suis parti, tout allait bien. Enfin, disons que tout ne se maintenait pas trop mal. Je savais que je partais pour de longs mois [NDR : en laissant Margot, hissez haut], et que je n’aurais pas de nouvelles de notre continent. Je ne pouvais pas savoir, et j’étais loin d’imaginer qu’en mon absence – longue, certes – se déroulerait une guerre terrible. Bien sûr j’aurais aimé être là, pouvoir porter main forte. Je ne savais pas non plus que tu commettrais l’inconscience de refranchir ce fichu passage. On sait que c’est très dangereux, Si j’avais pu au moins prévenir que je partais. Mais encore aurait-il fallut que je le sache.

Pierrot regarda autour de lui. Les volets se fermèrent et une lueur bleue parcourut les murs avant de disparaitre par le plafond. La petite pièce était close, protégée et insonorisée.

- Ce que je vais te dire, personne, je ne dis bien PERSONNE ne doit le savoir. Ce n’est pas une question de fierté ou d’égo. Je sais que le Surda est très convoité, par toutes les forces en présence sur le contient. Ce que je vais te dire, si les gens le savaient, remettrait en cause pas mal de choses quant à la géopolitique actuelle. Cela pourrait déclencher une guerre de territoire.

Il s’arrêta un moment, repris son souffle et regarda Ellewen droit dans les yeux. Il était temps de l’annoncer.

- Elly, je suis malade. Je le sais depuis plusieurs mois déjà. J’aurais du t’en parler, j’espérais peut-être que ça se passe. Mais le fait est. Les symptômes ont commencés trois mois avant que je parte. J’avais beau me donner corps et âme dans mes projets, pour la reconstruction et le développement du Surda, la restauration du palais ou la paix dans le monde – même si vous trouvez tous ce dernier concept assez futile – j’avais du mal à m’y atteler. J’ai énormément de mal à me concentrer, chaque effort physique m’épuise. Après dix minutes d’entrainement avec mon maitre d’arme, je suis à bout de souffle. Tu dois faire partie des personnes qui auraient du remarquer que je n’utilise quasiment plus la magie, ou que pour des choses minimes. Chaque sort me vide de mon énergie. Faire un simple feu est très douloureux pour moi. Je sais que physiquement je ne renvoie pas une image affaiblie, mais ces changements sont intérieurs. Je ne sais pas ce que c’est, ni pourquoi ça m’arrive. Pour la première fois depuis très longtemps, j’ai peur Elly.

Il marqua une nouvelle pause, le temps qu’elle assimile ces nouvelles.

- C’est en partie pour ça que je suis parti. Je devais voir autre chose. Si je venais à disparaitre, je voulais savoir ce qu’il y a, au-delà ! L’instant décisif, c’est quand quatre voyageurs ont débarqués dans mon royaume, par la mer du sud. J’ai bien sur tenu cela secret. Ils m’ont raconté. Ils ont été très étonnés de voir notre continent. J’ai été très étonné en retour quand j’ai vu le leur, ceci dit. Savais-tu que sur la planète où l’on vit, il y a des continents ou personne ne connait la magie ? C’est fou ça !

Ils avaient à présent fini de manger. Pierrot avait besoin de digérer.

- Si on allait marcher dehors un peu ?


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22309
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Enfin ! | Dim 26 Aoû 2012 - 10:52


Paisiblement installée dans le fond de son fauteuil, Ellenwen vit arriver le repas avec contentement. Il lui semblait que, pendant sa traversée du désert, elle ne s'était nourrie que de salades fanées et de fruits secs. Malgré la répugnance de presque tous ses congénères pour la viande, les effluves du poulet rôti lui chatouillant agréablement les narines. Elle piocha dans les plats du bout des doigts, savourant son premier vrai repas depuis longtemps. Elle poussa un petit soupir de contentement en croquant dans une salade de concombre au miel. La douceur du légume, après les jours arides et poussiéreux du désert, était plus que bien venue. Ce ne fut qu'au bout de quelques minutes qu'elle releva la tête, intriguée par le silence. Pierrot ne l'avait pas accoutumé à rester ainsi sans rien dire, alors qu'ils étaient lancés dans une discussion sensible. Elle le connaissait suffisamment pour être légèrement inquiète. Lorsqu'il reprit la parole, une légère sensation de malaise s'empara de la reine. Il avait pour habitude de ne jamais s'excuser. S'expliquer, parfois, lorsqu'il était de bonne humeur. Mais elle ne l'avait presque jamais entendu reconnaître qu'il avait pu faire une erreur. Un instant, elle fut rassurée par l'évocation du royaume des morts. Elle ne savait trop comment il l'avait su, peut-être avait-il senti qu'elle avait traversé son bouclier. Mais, puisqu'il le savait, il devait en concevoir un certain malaise. Jamais ils n'étaient allés là-bas l'un sans l'autre. Et il devait savoir combien elle avait été terrifiée d'y aller sans lui. Elle sourit, prit une petite mine penaude. Au moins, il n'avait aucun moyen de savoir à quel point elle avait été près d'y rester.

- Bah, ça c'est bien fini, c'est tout ce qui compte. Je ne crois pas que ta présence aurait changé grand chose. Et puis... disons que pour moi, ce voyage là aussi valait tous les sacrifices. Je n'aurais pas pu ne pas y aller.

Elle sourit à nouveau, un peu gênée mais amusée. Ils étaient vraiment deux idiots tous les deux. Incapables de vivre paisiblement leur vie de roi et de reine. Il fallait toujours qu'ils se jettent à corps perdu dans des conflits, des aventures épouvantables et qu'ils jouent avec leur vie à chaque instant. Mais lorsque la pièce fut illuminée de bleu et que, quelques secondes plus tard, elle était totalement insonorisée, la reine des elfes commença à légèrement paniquer. Le préambule n'était pas pour la rassurer. Les questions de géopolitique n'avait jamais amené son ami à faire tant de cachotterie. Elle claqua légèrement la langue pour le faire accélérer. Mais lorsque la nouvelle lui parvint, elle se releva d'un bond, le visage plus pâle qu'à l'ordinaire. Elle écouta tout, sans parler, les mâchoires crispées. Elle avait constaté le manque d'activité de son ami depuis quelque temps, mais elle l'avait mis sur le compte de sa puissance. Elle-même avait atteint un tel niveau de puissance, qu'elle ne voyait plus l'intérêt de s'en servir et préférait de loin le petit effort que lui coûtait d'allumer un feu à la main. Mais peut-être au fond, souffrait-il de ce dont elle avait elle-même souffert. Ce rejet de la magie et de la facilité, cette sorte de dépression que lui avait fait rejeter tout ce à quoi elle était liée, jusqu'à l'emmener aux portes de la mort. Elle le laissa finir de parler, toujours de bout et pâle. A sa proposition de partir marcher, elle secoua la tête et, spontanément, elle le serra fortement dans ses bras et murmura :

- Idiot... Tu aurais dû m'en parler avant... Sans le lâcher, elle poursuivit. On ne va pas marcher, non. Tu vas venir avec moi chez les elfes et venir y renouer avec notre magie. Te reposer, arrêter de dépenser l'énergie que tu n'as pas. Et pas la peine de me dire que tu dois rester pour ton royaume, qu'ils ne savent pas s'en sortir sans toi... Tes conseillers ont tenu ton royaume pendant un an et tout s'est très bien passé. Tu viens avec moi.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Enfin ! | Mar 28 Aoû 2012 - 19:26


Cette étreinte fit énormément de bien à Pierrot, qui n’avait pas eu de marque d’affection depuis longtemps. Mais il fut vite rattrapé par la réalité à l’annonce de l’invitation de son amie. Pourquoi diantre voulait-elle l’emmener dans le coin de l’Alagaësia qu’il aimait le moins ?

- Tu sais, je ne sais pas si c’est une bonne idée. Tu sais bien que j’évite généralement d’aller chez les elfes. Tu sais bien ce qu’il m’ont fait, comment ils m’ont élevé là-bas. Oh, je sais bien que les gens de cette génération doivent être tous mort, que les choses ont changé et blablabla, il n’empêche que ces lieux réveillent en moi tout une foule de souvenirs peu agréable. Je n’y vais que par pure nécessité, et là, ce n’en ai pas une. Et je n’ai pas besoin de renouer avec la magie Elly, j’y crois encore, a cette sacrosainte magie, mais j’ai de plus en plus de mal à la maitriser. J’avais besoin de changer d’air, de voir d’autres choses, mais je n’ai pas trouvé ce que je cherchais. Si je savais ce que je cherche, au moins …

Le roi poussa un soupir douloureux et le rai de lumière bleue retraversa les murs. Il avait relâché le sort. Il se rassit.

- J’ai essayé de me battre, j’ai essayé de ne plus me battre, j’ai essayé de me donner un but avec le Surda, j’ai travaillé d’arrache-pied pour le reconstruire, je pensais qu’il me fallait cela. J’ai essayé de voyager, j’ai essayé de me reposer. J’ai encore un tas de projets, mais c’est comme si aucun ne pouvaient me satisfaire. Dès que je mène un projet à bout, je n’ai plus la satisfaction de sa réalisation comme je pouvais l’avoir jadis. Je suis fatigué de tout. Peut-être suis-je tout simplement trop vieux. Il ne me reste qu’à visser mon derrière une un rockingchair, avec des pantoufles aux pieds et une couverture sur les genoux, à boire du whisky en fumant ma pipe et en lisant de vieux livres poussiéreux, en attendant que les portes du royaume des morts me soient ouvertes de manières naturelles.

Il éclata d’un rire franc à cette dernière vision, celle de lui-même terminant ses jours comme un grabataire. Ça le détendit, il se sentait déjà mieux.

- Merci Elly. Merci d’être venue. Je me sens mieux, rien qu’à parler avec toi. Ça me fait beaucoup de bien d’être avec toi. Mais je ne veux pas aller dans le nord, cette foret humide ne me convient pas. Les rhumatismes, tu comprends ...

Il éclata de nouveau de rire, tout en touchant machinalement une bague sur son majeur gauche, la bague de « l’ami des elfes », qui permettait aux gens extérieurs à la communauté de pénétrer dans la forêt. Il reprit.

- On ira où tu veux, mais pas là, s’il te plait …


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22309
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Enfin ! | Mer 29 Aoû 2012 - 10:31


Ellenwen eut une mimique amusée. Pierrot recommençait à râler. Il était en bonne voie de guérison. Elle avait à peine commencer à dévoiler une petite partie de son programme qu'il paniquait déjà. Comme si elle ne savait pas que les elfes lui inspiraient des souvenirs fâcheux. Une petite ironie du sort quand on savait qu'elle, la reine des elfes, était son amie la plus chère. Et qu'elle-même, bien qu'ayant quelques problèmes à supporter son peuple, peinait à s'éloigner de la forêt où elle avait passé une grande partie de son millénaire et demi. Mais elle ne restait pas assez folle pour lui proposer un petit bain de foule parmi ceux que lui détestait profondément. Elle lui ébouriffa les cheveux en riant.

- Pourtant je crois me souvenir d'une maison coincée entre deux falaises, à laquelle tu accèdes en te glissant derrière une cascade, et qui ne te déplaisait pas, fut un temps. Tu étais si souvent chez moi que j'ai même dû d'y aménager une chambre d'ami avec un coffre contenant des vêtements d'hommes. Un comble pour une célibataire. Et je me disais que même si la forêt était un peu humide, ça reste le seul territoire paisible de tout l'Alagaësia où nous pourriez vivre paisiblement quelques semaines sans être ennuyés par des voisins. Chasser du gibier, vivre de salades et d'eau frâiche, se baigner dans des torrents. Toutes ces choses que me manquent aussi terriblement.

Elle éclata de rire en imaginant Pierrot, grabataire, affalé dans un fauteuil. L'image était si nette qu'elle pouvait presque l'entendre ronfler comme les vieux humains qu'elle avait souvent croisé, endormi sur un banc à la porte d'une maison.

- C'est ça, et tu cuisineras des gâteaux pour les enfants du quartier en leur racontant de zoulies histoires. Comment tu as égorgé un Urgal, la couleur des tripes d'un humain... Je suis sûre qu'ils feront de beaux rêves après ça. Elle lui fit un petit clin d'oeil et passa son bras dans le dos de son ami. Pour une fois qu'il était d'humeur à supporter qu'elle le touche et qu'il ne la repoussait pas à chaque signe d'affection... Elle reprit légèrement son sérieux. Pourtant, depuis le temps que nous vadrouillons ensemble tous les deux, tu aurais dû le savoir que je serais là pour toi, idiot. Et que je ne te laisserais pas disparaître sans rien dire... Maintenant, décide toi, j'irais là où tu voudras aller, si tu ne veux pas revoir ma petite maison perdue loin de tout.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Enfin ! | Mer 29 Aoû 2012 - 16:30


Pierrot sonna la cloche et on vint débarrasser le repas. Pour sur, il fallait bouger, voyager, se ressourcer.

- Et pourquoi ne partirait-on pas faire le tour de l’Alagaësia. Il y a tant de choses que je n’ai connues qu’en temps de cirse ou de nécessité. Allons faire les touristes ! Le Désert, les plages du Sud, les ruines de Vroengard, les plaines de l’Est. J’aimerais aussi te montrer un projet à moyen terme. Quelque chose qui manque, que je veux bâtir.

Le roi avait une envie voyages ces temps-ci. Et, il fallait le dire, c’était bien plus agréable accompagné.

- Tu sais, j’ai beau être fatigué, je n’ai aucune envie de me reposer. Je veux donner un sens à ce que je fais. J’ai besoin d’accomplir de grandes choses. Tu sais bien que j’ai toujours été comme ça. J’ai des idées qui fusent, je veux les réaliser. J’ai juste besoin d’être épaulé.

Pierrot s’appuya au bras de son fauteuil pour se relever. Il sorti du boudoir, Ellenwen à sa suite.

- Alors, on va où ?

Il avait un soudain regain de vitalité.


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22309
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Enfin ! | Dim 16 Sep 2012 - 14:11


Ellenwen éclata de rire en voyant son ami retrouver son énergie habituelle. Encore une fois, il était passé du coq à l'âne avec une facilité déconcertante. Mais comme d'habitude, il en faisait trop. Il passait d'une envie de se morfondre dans son fauteuil à une envie de faire le tour du monde, comme ça, sans avertissement. Et, bien évidemment il voulait l'entrainer à sa suite. Elle secoua la tête et haussa les épaules. Lorsqu'elle parla son ton était faussement grondeur et vraiment amusée.

- Pierrot, voyons. Je ne peux pas partir faire les touristes comme ça. Moi je n'ai personne de confiance pour reprendre les rennes du royaume en mon absence. Déjà que je vais me faire hurler dessus en revenant d'ici. Sans compter que les elfes sont toujours sur le pied de guerre et qu'en mon absence des attaques peuvent avoir lieu.

Elle sourit à nouveau. Le projet la tentait, pourtant, mais elle savait qu'elle ne pouvait se le permettre en aucun cas.

- Tu ne pourrais pas nous trouver des occupations plus réalistes, non ? Je te rappelle qu'il y a quelques minutes à peine, tu ressemblais à un vieil homme grabataire !




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Revenant

Nombre de messages : 10083
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Pierrot
Revenant
Message Sujet: Re: Enfin ! | Dim 23 Déc 2012 - 0:14


Il s'emportait, c'est vrai, mais ses aventures passées lui manquaient. Il voulait se sentir utile, bouger, faire tant de choses.

- Tu sais, comme on dit, j'en ai plus derrière que devant moi, et que je ne compte pas passer la fin de ma vie dans un trône a dire aux gens ce qu'ils doivent faire pour que tout aille bien. Je préfère être le maçon que l'architecte. J'éprouve le besoin de bouger, de faire les choses. J'ai passé ces dernières année a redresser le Surda, ça me semblait important, j'avais accepté cette mission confiée par une vieille amie. Mais à présent cette mission est accomplie, le Surda est en bonne voie de développement, et j'ai besoin de faire autre chose. Garde le pour toi, mais je songe à quitter le trône. Alors, je ne vais pas te dire que j'aspire a vivre dans une maison au milieu de champ avec un femme, des enfants qui courent et un chien - quoique - mais j'éprouve la sensation terrible que ma vie n'a plus de sens. Je sens pourtant le vent du changement poindre sur l'Alagaësia. Quoiqu'il advienne, j'espère que j'y aurait ma place ...

Il s'arrêta. La bretelle de la robe de son amie tombait de son épaule. Pierrot l'attrapa délicatement et la remontant, lâchant un subtil sourire.

- Sortons du palais, allons marcher.

En peu de temps, il se retrouvèrent hors du palais, sur une petite route qui allait vers le sud. Le temps était légèrement couvert, il faisait ni chaud, ni froid. Une légère bise qui venait de la mer caressait leurs visages.

- Si on allait jusqu'à la mer ? ...


Le voyageur court les routes
Il sent, il voit, il goute
Le voyageur apprend de ses pas
Et le monde va vers son trépas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22309
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Enfin ! | Ven 28 Déc 2012 - 19:49


- Le vent du changement...

Ellenwen grimaça. Jamais l'expression ne lui avait semblé plus juste. Il lui semblait sentir depuis des mois des bourrasques de magie brute, de celle que même l'ancien langage ne pourrait jamais canaliser. Un vent du changement qui menaçait de faire chavirer les fragiles esquifs de la civilisation. Elle ne savait pas pendant combien de temps encore les elfes seraient sauvés mais, peut-être mieux encore que son vieil ami, elle sentait que le monde était en équilibre précaire.

- Tu auras toujours ta place, va. On ne peut pas déloger deux antiquités comme nous une fois qu'elles sont installées. Et puis, la maison avec la femme et les enfants, c'est pas pour toi. Tu vas repartir pour autre chose.

Elle éclata de rire. Pierrot, vivre dans une maison au milieu des champs. Elle l'avait connu en aubergiste, en mercenaire, en débauché, en roi, elle ne l'imaginait en fermier paisible. Quoiqu'il en aurait bien été capable. Elle rit à nouveau et réalisa, soudainement, qu'elle ne s'était pas sentie aussi paisible depuis des mois. Loin des elfes, de ses obligations, de ses responsabilités, elle redevenait elle-même, un peu frivole, un peu tête en l'air. Et lorsque Pierrot lui remonte sa bretelle, avec une certaine tendresse et un sourire de faux-jeton, elle le laissa faire, amusée et touchée. Elle l'embrassa sur la joue et le suivit, sans rien dire, hors du palais.

L'air du dehors lui fouetta les joues, faisant voler ses boucles blondes. Elle inspira à plein poumons. La brise sentait le sel et la mer, les algues laissées au soleil. Elle en était presque ivre après des mois à respirer l'odeur humide et entêtante des sous-bois.


- Je ne suis pas contre. C'est tellement agréable !




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Enfin ! |


Revenir en haut Aller en bas

Enfin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Hors RP :: Fantômes du passé :: RPs Achevés-
Ouvrir la Popote