AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Rencontre inattendue (PV Oryon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Lun 18 Juin 2012 - 11:15


Et voila il était repartit pour retourner dans la tribu du désert, rejoindre sa bien aimée et encore se cacher. Daror après sa rencontre avec Djenka et Dark avait passé de longue à regarder au loin la capitale avant de s'endormir près du lac car il ne voulait pas faire le chemin de nuit. Non seulement les attaques étaient plus fréquentes mais en plus la nuit ne l'aurait pas aider à repérer les patrouilles impériales.

*Je suis sûr que mon signalement à été donner en plus, j'espère que Djenka parlera en ma faveur à l'impératrice*

Le jeune homme n'avait pas suivit la route ordinaire ce qui l'avait bien ralenti car il était parfois obligé d'escalader ou de passer dans des hautes herbes ce qui n'était pas franchement amusant après un moment pensant être assez éloigner de la capitale, il reprit la route se disant qu'il serait assez loin des patrouilles.

*Mon amour j'espère que tu ne m'en voudras pas*

Il lui avait laissé une lettre lui expliquant tout et qu'il avait besoin de retourner dans son pays d'origine pour faire le point ce que grâce au lac et à ses nouveaux amis il avait réussi. L'espoir de revenir dans l'armée était bien plus présent et il attendrait son heure tout en s'améliorant et en passant du temps avec la femme qu'il aimait, sa princesse comme il aimait à la surnommée depuis peu. La route était longue et le jeune guerrier avançait d'un pas assuré bien plus assuré qu'à son départ cependant il ne savait pas pourquoi mais il avait l'impression qu'on l'observait.


*Ca doit être a cause du soleil, plus je m'approche du désert plus il tape sur ma tête*

Souriant se disant que cela lui permettrait de gagner en endurance et de lui permettre de continuer plus longtemps les entrainements avec Tenel Ka. Il se mit à marcher avec une cadence rapide vers le désert du Hadarac voyant au loin la ville de Uru Baen, il se demanda comment étaient cette ville avant sa construction ainsi que bien d'autre ville mais ces pensées inutile s'estompèrent rapidement quand il sentit un coup de vent fort lui souffler dans le dos si bien qu'il s'arrêta se demandant ce que c'était ou ce qui venait d'arriver.


Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mar 19 Juin 2012 - 21:33




    * Ramène le moi, non mais j'te jure ! Je suis pas un chien qui rapporte... *

    Maître des cieux et de la terre, le dragon d'émeraude planait en direction de la frontière Léonienne, porté par un puissant vent d'ouest et laissant glisser en contrebas l'ombre forte et rapide de son imposante envergure. À à peine plus de deux cent de mètres du sol, ils observaient, à la manière des dieux, les deux-pattes qui, cloués au sol, vaquaient à leurs occupations, ignorant pour la plupart que, de la haut, une terrible créature, de quasiment dix mètres de longueur, ne ratait rien de leurs faits et gestes.

    * Elle a aussi dit qu'elle avait une certaine estime pour lui. * Rétorqua le dragon à la frêle créature qui occupait sur son dos la selle qu'il avait finalement accepté de porter. Celle-ci, pour le plus grand malheur du dragonnier, était l'une des plus légères que les tanneurs étaient parvenus à concevoir. Plus frêle, avaient-ils dit, et elle n'aurait su tenir une semaine au contact des écailles acérées du dragon. Plus forte, Yäwé se serait refusé à la porter. Au final, Oryon n'avait pas eut le choix du luxe, forcé de se plier une fois encore à la volonté du dragon. C'était lui qui volait, après tout. Un argument de poids qu'Oryon avait eut du mal à réfuter.
    * Tu prends sa défense maintenant ? * Répliqua le jeune homme d'un air surpris tout en observant, en contrebas, la marche d'un petit groupe de voyageurs. * Non, je dis juste que ses raisons sont évidentes. * * Tiens donc ? * * Il est jeune... Novice. Et si elle compte en faire un guerrier émérite... Elle veut que tu le rencontre. * Dis le dragon à la manière d'un adulte éduquant son enfant. * Et pour m'occuper oui... Pour nous éloigner de Therinsford. * * Aussi, évidemment... *


    Oryon et Yäwé survolaient le territoire léonnien depuis bientôt cinq heures, ratissant large entre les différents passages que le déserteur, apparemment apprécié de l'impératrice en personne, avait put emprunter pour rejoindre Uru'Baen. Cinq longues heures, aurait-on put croire, et pourtant, ils n'avaient rarement connu de mission plus agréable. Là haut, ensembles, leurs visages carressés par ce vent glacé qui leur semblait si doux, leurs esprits qui, se côtoyant de si près, ne formaient parfois plus qu'un seul être... Ils ne pouvaient être plus heureux.

    Un seul point noir, peut-être, noircissait leurs pensées: cette frustration constante et persistante de ne pouvoir accomplir leur mission et venger les morts qui hantaient les pensées du jeune homme. Cela même pourquoi Myad avait jugé bon de le renvoyer à la capitale pour se changer les idées. Il n'était pas bon, avait-elle dit, qu'il se laisse ainsi manipulé par ses sentiments. Ses hommes seraient morts avec ou sans lui. Et il était trop faible, encore, pour vaincre Marek. Il lui fallait s'exercer, toujours, et rattraper le temps que Nuit lui avait fait perdre en le privant de la si bénéfique présence de son compagnon.

    * Et bien on va voir si il est à la hauteur de l'attention que lui porte Myad. * Ajouta-t'il, un sourire aux lèvres, à se demander s'il finirait un jour par le trouver. Encore faudrait-il qu'il n'ai pas menti à Djenka. Celle qui, par le biais de sa dragonne, avait vendu la mèche concernant sa position. * Pardon impératrice, * Mima le dragon, comme s'il s'adressait vraiment à Myad. * j'ai croqué votre nouveau deux-patte-jouet * Ce qui sembla amuser le dragonnier encore d'avantage. * Oui enfin elle nous a dit de ne pas, trop, l'abîmer. * * Mais si il a l'air dangereux, il est de mon devoir de te protéger ! Et puis ça fait si longtemps que je n'ai pas croqué un humain... *

    Le jeune homme tiqua, mais ne pouvait en vouloir à son dragon. Lui même, qui dans la bataille partageait les sensations de son dragon, ressentait ce puissant plaisir qui envahissait le dragon lorsqu'entre ses dent mourrait un ennemi... Au point que, ne serait-ce que pour ressentir cela à nouveau, et bien que cette simple pensée suffisait à le faire culpabiliser, il en venait parfois à souhaiter un nouvel affrontement.

    * Hé... * Dit l'humain, le regard vissé en direction d'un arbre un peu plus bas. * Oui * Murmura le dragon, simplement, avant d'entamer une calme descente. Ils ne voulaient pas l'affoler... Du moins pas tout de suite. Car une fois arrivé à quelques mètres du sol, d'un accord commun à eux deux, le dragon battit des ailes si fort en direction de l'inconnu qu'il aurait put aisément s'envoler si, par réflexe, il n'avait pas baisser l'échine avant de se retourner.

    Il faisait face, désormais, à un magnifique dragon vert, haut de plus de deux mètres au garrot, un regard vif et menaçant à l'attention du déserteur, ses crocs visibles, comme s'il s'était apprêté à le dévorer.

    Le dragonnier, à moitié caché par le cou de sa monture, laissa s'écouler quelques secondes, profitant de la réaction de Daror au travers du regard de Yäwé, et finit par se montrer, descendant avec calme sa monture, tout en s'adressant d'un air amusé à leur nouvelle victime.

    " Haaa, c'est qu'il court vite le fuyard. " Au sol, Oryon se tourna vers le jeune homme, en fait plus vieux que lui, et l'observa avec attention. Oui, il était bien battit, et pourrait probablement faire un bon guerrier, jugea-t'il d'un oeil qui, avec les mois, était devenu de plus en plus fin en la matière. * Mais je ne vois pas ce que Myad lui trouve. * Pensa-t'il. * Je peux le croquer alors ! * Et un sourire amusé, presque inquiétant, s'étira le long du visage du dragonnier. Il était bien décidé à découvrir ce qui avait put, chez cet inconnu, éveiller la curiosité de Myad.

    " Tu aurais put suivre la route, ça m'aurait évité de te chercher aussi longtemps. " Fit-il remarquer, la main gauche posée avec nonchalence sur le pommeau de son épée et la main droite flattant le flanc du dragon qui, doucement, avait approché son museau du deux pattes. " Tu es au courant de la peine en vigueur concernant les déserteur ? "





Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mer 20 Juin 2012 - 13:38


Daror s'était légèrement abaissé par réflexe et avait sentit comme une bourrasque le frapper de plein de fouet, si bien qu'il mit quelques secondes avant de réaliser ce qu'il avait devant les yeux. Un énorme dragon vert qui le regardait avec un air dangereux, les crocs de la bête ailés étaient très bien visible et le jeune homme qu'il n'avait pas affaire à une dragonne comme Dark, il devait s'en méfier.

*Génial....*

N'ayant pas vu tout de suite le dragonnier, il entendit une voix humaine le surnommant de fuyard ajoutant par la même occasion qu'il courrait vite.


*C'est moi qu'il traite de fuyard?*

Il vit enfin un jeune homme descendre de son dragon et se retourner pour faire attention à lui. L'impérial l'étudia également, il n'était pas plus âgé que lui mais pas trop jeune non plus, il avait le visage fin qui pouvait penser à l'innocence mais ses yeux montrait une lueur d'amusement ou bien de défi et il ne savait pas comment prendre cette lueur. Continuant d'analyser la situation, il sourit légèrement quand le jeune dragonnier lui fit la remarque sur le fait qu'il aurait pu emprunter la route pour être trouvé plus facilement. Cependant les yeux de Daror ne cessèrent pas de regarder et le dragon mais aussi la main gauche de l'autre impérial qui touchait le pommeau de son épée.

Il aurait été idiot de ma part de prendre les routes habituelles pour croiser une patrouille, quand on ne veut pas être suivit on s'arrange pour trouver d'autre chemin, on ne t'a pas apprit ça?

L'épéiste garda son petit sourire mais savait qu'il était dans une mauvaise situation, combattre d'autres soldats était une chose mais un dragonnier était bien plus difficile, il n'avait qu'à se rappeler l'entrainement avec Tenel Ka pour s'en remémorer.

*Espérons qu'il soit moins rapide qu'elle et l'environnement ne m'aidera pas beaucoup surtout contre un dragon qui plus est*

Quand le jeune homme parla de la peine en vigueur pour être déserteur, le sourire de Daror se dissipa pour laisser place un visage sérieux. Il n'aimait pas qu'on lui rappelle qu'il était déserteur surtout que c'était son gré mais il tenta de se contenir, la situation ne permettait pas de péter un câble de plus, si il y avait un combat, il valait mieux que le dragonnier frappe le premier il serait beaucoup moins surpris.

La peine pour désertion est la mort mais j'ai des circonstances atténuante, voila pourquoi j'ai besoin de ton aide pour parler à l'impératrice car je suppose que tu es ici pour ça, mon supérieur n'est pas le genre à payer un dragonnier pour me tuer non et puis ce serait trop flagrant.


Le jeune homme restait en position défensive, si le dragonnier voulait jouer à ce petit jeu pour énerver l'autre il serait servit mais il ne comptait pas se battre sauf en cas d'ultime recours, après tout c'était un impérial comme lui et il voulait absolument parler à l'impératrice Myad.


Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 13:34




    Alors que la tête du dragon s'approchait doucement du jeune inconnu, tel un serpent prêt à bondir sur sa proie, l'animal poussa un sourd et menaçant grognement. Oryon, à ses côtés, écouta le jeune homme avec attention, un sourire suffisant sur les lèvres, comme si de tout les adversaires qu'on aurait put lui proposer, Daror était le moins dangereux.

    C'était un jeu, pour lui, un jeu qui pousserait bientôt l'humain à bout. Il voulait découvrir ce qui avait attiré chez lui l'attention de l'impératrice, et il ne pourrait obtenir cette information à coup de sourires amicaux et de tapes dans le dos.

    Il aurait été idiot de ma part de prendre les routes habituelles pour croiser une patrouille, quand on ne veut pas être suivit on s'arrange pour trouver d'autre chemin, on ne t'a pas apprit ça ?

    Le dragonnier laissa échapper un petit rire, flatta une dernière fois le flan du dragon, puis en retira sa main. Il fit quelques pas en direction de l'inconnu, jusqu'à se trouver à moins de deux mètres de ce dernier et aux côté de la tête de Yäwé, dont les yeux lorgnaient toujours l'humain tel un vorace observant une entrecôte bien saignante.


    La peine pour désertion est la mort mais j'ai des circonstances atténuante, voila pourquoi j'ai besoin de ton aide pour parler à l'impératrice car je suppose que tu es ici pour ça, mon supérieur n'est pas le genre à payer un dragonnier pour me tuer non et puis ce serait trop flagrant.


    Le dragon, dont le grognement était si profond que les deux hommes pouvaient sentir leurs côtes vibrer, souffla au visage de Daror un air torride et nauséabond. Et le dragonnier, d'un air moqueur, lui répondit.

    Oui, on m'a apprit à échapper à mes poursuivants. D'ailleurs tu as l'air d'être un expert en la matière. Puisque me voilà ! Oryon marqua une pause, laissa à nouveau échapper un petit rire, puis reprit sur un ton plus sérieux. Tu es coupable de trahison. La toute puissante impératrice a autre chose à faire que de s'occuper des petits vaut-rien comme toi. Le jeune homme n'affichait désormais plus le moindre signe d'amusement, comme s'il s'était enfin décidé à agir avec dignité et sérieux. Aussi, en tant que dragonnier au service de l'impératrice, et au nom des lois qu'elle a édicté, je te condamne à mourir.

    Dans le même temps qu'il terminait la sentence, le jeune homme avait saisis son épée et l'avait mise au clair. C'était une belle épée, à la lame presque blanche, mais elle ne valait rien comparée aux épées de dragonnier. Il y avait, parmi les humains, d'incroyables forgerons, mais ils étaient bien incapable de rivaliser avec le talent des elfes... Qui malheureusement ne soutenaient pas l'empire.

    Le jeune homme fit deux pas en arrière et se mit en garde. Le dragon, lui aussi, recula son museau. Le son qui émanait de sa gorge redoubla d'intensité et de petites gerbes de flammes vertes s'échappèrent des commissures de ses lèvres.
    Préfère-tu mourir par ma lame ou par les crocs de Yäwé ? Lança-t'il d'une voix claire et autoritaire, son corps soudain envahit d'une énorme quantité d'adrénaline qui, comme à chaque fois, lui procurait un étrange bien-être.
    * Choisis les crocs, petite créature, j'ai faim ! * Fit le dragon, de sorte que Daror puisse l'entendre, effleurant de son esprit animal et sauvage celui du jeune humain.

    Ta route s'arrête ici.




Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 14:05


Daror resta stoïque tout en observant le dragonnier s'approcher de lui tandis que son dragonne le regardait avec un air d'appétit. Que cherchaient-il à faire? Si ils croyaient lui faire peur, c'était raté, il avait voué sa vie à l'impératrice et le ferait si nécessaire et puis il avait une raison de vivre maintenant grâce à Tenel Ka.

* Si il ne vient pas pour m'emmener devant elle, alors je me battrais, il est hors de question que je l'abandonne*

Quand il se mit à rire a son nez, il soupira intérieurement, avec un tel caractère comment pouvait-on être dragonnier? Le jeune épéiste avait bien compris qu'il le cherchait mais il n'en avait cure si il avait cédé aux moqueries, il n'aurait jamais survécu à l'académie et encore moins à la caserne. Daror fut ensuite surpris que le dragonnier le condamne à mourir sous prétexte des lois et surtout que l'impératrice n'avait rien à faire de lui.


*Comme si j'allais te croire avec ton air condescendant*

Sortant son épée à deux mains, il vit son adversaire se reculer ainsi que son dragon montrant très bien que le combat allait commencer d'une seconde à l'autre. Bizarrement il lui demanda si il voulait mourir par son épée ou par les crocs de son dragon ce qui bien sûr fit sourire intérieurement le jeune homme.

*Autant joué sur ce point la, il faut que je fasse durer le combat, je n'arriverais pas à le battre seul mais si j'ai du retard je croiserais peut être Tenel Ka et sinon, je me battrais jusqu'à mon dernier souffle pour elle et l'impératrice*

Ma route peut être, mais beaucoup de chemin mène à l'impératrice.


Le jeune homme resta en garde tout en faisant attention aux mouvement de ses deux adversaires.

Tu dis que je ne suis qu'un vaut-rien mais si j'en étais un, aurait-tu passer du temps à me chercher plutôt que la garde? Tu te contre dis toi même dragonnier.

Le jeune homme ne s'était jamais battu contre un dragon et devait compter sur le fait que son adversaire réagirait comme il le pensait.

Tu me laisse décider? Si je suis bien plus faible que toi, pourquoi enverrais tu ton dragon faire un travail que tu pourrais faire rapidement?

Tout en parlant, le jeune homme analysait son environnement, si le son adversaire l'attaquait, il pourrait s'aider du sol qui était un peu sablonneux pour lui faire une diversion, il pouvait être plus puissant, il était trop sûr de lui et ça Daror comptait bien l'exploiter.


La seule chose dont je suis coupable est d'aimer ma compagne et d'avoir voulu la sauver, l'impératrice comprendrait parfaitement de plus si je n'étais rien à ses yeux, elle ne m'aurait jamais testé personnellement pour mon entrée dans l'armée.


Le jeune homme n'attaqua toujours pas, il regarda un arbre non loin, si jamais au cas où le dragon déciderait de lui cracher des flammes.

Je n'abandonnerait pas pour l'impératrice car ça serait tromper la confiance qu'elle a mise en moi, je ne faillirais pas. Maintenant si tu me juges en tant que déserteur je te ferais penser le contraire maintenant!


Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 15:01




    Le jeune homme, quelque-peu contrarié, soupira. Curieuse réaction que celle que lui offrit son petit amusement du jour. Il avait voulu le pousser à bout pour voir comment il appréhenderait la mort, comment il réagirait face à un destin si funeste. Il avait voulu le tester pour deviner ce qui en lui avait attiré l'attention de Myad. Et sa réaction, quoique précoce, lui offrit un début d'explication.

    * Qu'il me défie, pourquoi pas. Mais... Il n'a vraiment pas l'air d'avoir peur ! * Confia le jeune homme à son dragon. * Il est suicidaire alors. * Un instant, le grondement du dragon se fit plus intense, jusqu'au point de soulever un peu de poussière sous ses pattes, puis soudain il se raidit et poussa un puissant rugissement, la gueule ouverte en direction de Daror. L'air, en plus d'être plus brûlant que celui du Hadarac, avait une odeur de charogne.

    - Les dragonniers sont là pour faire appliquer la loi. Et il y a assez peu de lâches dans ton genre sur ces terres pour qu'il me revienne le devoir de les éliminer. Dit-il avec autorité pour se défendre de l'accusation que lui avait lancé le déserteur, la pointe de son épée dirigée vers ce dernier. Et ne me fait pas croire que tu as déjà vu l'impératrice. Je sais parfaitement qui tu es... Ce que tu as fais... Mais assez parlé. Puisque tu choisis la lame... Pour ton arrogance, je t'offrirais une mort lente.

    Un léger rictus naquis aux bords de ses lèvres alors qu'il levait son épée pour un premier assaut. L'adrénaline dans ses vaines ainsi que dans celles de son dragon, qui a côté de lui semblait s'agiter, lui procurait à nouveau cette sensation si forte, agréable, et pourtant horrible, de la mort qui rôde. Il aimait le combat, la guerre, le sang. Que tout ceci ne soit qu'un jeu ne faisait aucune différence. Il agirait de la même manière, jusqu'au bout...

    Abaissant son épée, il menaça de fendre l'épaule droite du jeune homme, mais celui-ci para le coup. N'importe qui l'aurait paré de toute manière. Ce n'était qu'une mise en jambe, et Oryon se devait d'être prudent car il n'avait pas le droit de le tuer.

    Plusieurs assauts s'en suivirent durant lesquels Oryon ne donna quasiment rien de ce dont il était capable. Pour ne rien laisser paraître de sa tentative de manipulation, il avait choisit de se donner l'air moins expérimenté qu'il ne l'était vraiment. Ainsi, cela corroborerait le fait qu'il se retrouve condamné à chasser les petits criminels plutôt que de mener une guerre au nord.

    À un moment, même, Oryon se laissa déstabilisé, et donna à Daror l'occasion de mener quelques passes. Ce dernier ne manquait pas d'intelligence, mais n'avait pas assez d'expérience pour rivaliser avec l'élève de l'impératrice. Il ferait un guerrier émérite, et surpasserait peut-être même Oryon, mais il lui faudrait du temps pour cela.

    Ils firent ainsi une quinzaine de passes, toutes plus violantes les unes que les autres, au point que leurs épées, et surtout celle de Daror, commencèrent à afficher quelques signes de dégradation. C'était tout un art, en effet, d'apprendre à parer du plat de l'épée, pour protéger la lame, et un défaut assez commun chez les novices de ne pas le faire. La lame, ainsi, s'usait plus vite, et en un combat pouvait perdre son tranchant.

    Oryon, grimaçant, sentait monter en lui la colère du dragon. Ce dernier, qui jusqu'alors était resté à les observait, ne tenait pas en place, battant l'air et fauchant l'herbe de sa queue. Par moment, même il rugissait et laisser s'échapper une gerbe de flamme. Il enrageait de voir Oryon s'amuser sans lui avec une proie dont il aurait souhaité pouvoir arracher la tête, mais il savait bien que le combat ne serait, en sa présence, plus du tout équitable.

    Tantôt à cause de sa propre fatigue, tantôt à cause de l'esprit du dragon qui doucement envahissait le sien, le jeune homme redoubla de force et de vitesse dans ses attaques. Jouer ne l'amusait plus, il voulait du sang, des cris et voir naître en son adversaire le désespoir d'une mort imminente.

    Alors, au détour d'une passe, il esquiva une attaque, pivota sur le côté, puis assena un violent coup de pommeau dans le sternum du jeune homme. Ce dernier, sonné, resta immobile assez longtemps pour qu'Oryon pivote encore et, d'un mouvement d'épée, ouvre sur plusieurs centimètres le dos de son adversaire.

    Un sourire satisfait aux lèvres, il se recula et laissa le temps à son adversaire de s'en remettre.

    La première d'une longue série. Dit-il en profitant du spectacle.

    Peut-être était-il allé un peu trop loin. Plus loin que ce qu'il aurait souhaité de prime abord, car l'esprit clair jamais il n'avait pensé faire couler le sang du guerrier. Mais l'esprit de Yäwé, mêlé à sa propre combattivité, avaient tendance à lui faire perdre toute mesure. Une petite blessure, à près tout, quelques litres de sang... Une douleur atroce. Ce n'était rien !





Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 16:09


Daror savait garder son calme mais quand il parlait de lâche, il sentit comme une rage déferler en lui. Comment osait-il après tout ce qu'il avait traversé, lui qui se croyait supérieur avec son statut social?

*Calme toi, c'est ce qu'il cherche!*

Daror regarda toujours le dragonnier et le dragon nommé Yäwé qui lui avait quelque instant avant fait un grondement qui lui avait donné un frisson malgré lui mais il se devait de rester concentrer, c'était sa vie qui en dépendait. Le jeune homme ne préféra pas répondre aux attaques du plus jeune, il savait ce qu'il était et pourquoi il avait encouru la peine de désertion, et il le ferait encore si c'était à refaire. Puis soudain il attaqua rapidement l'épéiste qui failli être pris de court mais il sentait comme une soif de combat qui n'avait rien avoir avec cette prétendue justice qu'il disait tant appliquer.

*Facile...Trop facile...*

Parant facilement le premier coup, il resta concentrer aux prochains assaut mais quelque chose dérangeait le jeune homme. La seule expérience qu'il avait eu contre un dragonnier était son entrainement contre Tenel Ka. Bien sûr il savait qu'il y avait des différences de niveaux entre les dragonniers mais la c'était bien trop facile, peut-être avait-il réellement peu d'expérience.


*C'est peut être un jeune dragonnier*

Les passes d'armes s'enchainaient les unes après les autres, les épées frappaient l'une contre l'autre et Daror profita d'un moment pour contre attaquer mais comme avec Tenel Ka, toute ses attaques étaient parées très facilement. Cela ne découragea pas le jeune homme qui tenta de trouver un plan alors qu'il continuait à se battre contre le dragonnier.

*Qu'est ce que....*

Continuant à combattre, l'air étant rempli de bruit d'épée qui s'entrechoquaient, il remarqua une légère fissure là où l'arme de son adversaire avait frapper. L'arme que lui avait forgée son père menaçait de se briser, il était vraiment dans une mauvaise situation et devait vite trouver quelque chose pour se sortir de là. Croyant à un moment qu'il aurait l’ascendant sur son adversaire, il fut tout de suite surpris quand son épée frappa l'air et qu'il sentit une douleur immense dans sternum ce qui l'empêcha de faire quoi que se soit pendant quelque instant.

*Non!....*

C'est alors que la douleur qu'il venait de ressentir fut vite oublié quand il sentit l'acier coupé la chair de son dos et son sang s'étaler sur le sol aride de la route. Reculant de son adversaire, Daror se remit en garde tentant de lutter contre cette douleur intense. Des doutes commencèrent à l'assaillirent de toute part, il avait toujours cru que sa première pensée irait pour ses parents qu'ils rejoindraient ou la déception de ne pas avoir pu servir à l'impératrice pendant plus d'années mais ce fut une autre image qui apparut. L'image de sa compagne qui arriva.

*Tenel Ka....Non il est hors de question que j'abandonne*

La douleur handicapait énormément mais il allait trouver quelque chose, il était très doué dans les passes d'armes mais comme tout homme il devait avoir ses point faibles.

Tu dis.....être au service de la justice....de l'impératrice.... Mais es-tu seulement différent de ces hommes qui tuent pour le plaisir? De ceux qui s'amusent à voir couler le sang pour leur propre satisfaction personnelle?

L'épéiste avait l'habitude de caché sa dague mais aujourd'hui il s'en servirait, vu l'état de son épée, elle ne pourrait pas tenir éternellement. Il fallait qu'il le touche en une attaque, tout dépendrait de cette attaque, il savait que de toute manière avec le sang qu'il perdait il ne pourrait pas faire grand chose d'autre.

Même si je meurs je sais que je meurs en ayant suivit les idéaux de l'impératrice, et en ayant garder mon honneur!

L'épéiste se mit à charger le dragonnier sachant très bien qu'il parait la moindre attaque, il comptait utiliser ses idées de diversion qui avait eu l'air de marcher pendant un moment sur Tenel Ka alors pourquoi pas sur lui vu le sol, c'était possible. Tout en chargeant, il laissa son épée à ras du sol regardant à peu près combien il lui restait de distance avant d'arriver sur son adversaire.

*Une seule diversion ne suffira pas, ce n'est pas un entraînement, c'est un vrai combat*

Au dernier moment, il utilisa son épée de sorte d'envoyer du sable sur le visage de son adversaire à seulement quelque pas de lui. Ne voulant pas laisser le dragonnier avoir le temps de contre attaquer, il tenta une attaque verticale vers l'épaule non pas pour le blesser grièvement mais pour tenter de lui faire lâcher son arme. Cependant le jeune homme avait bien appris une chose avec sa compagne, il ne fallait pas se reposer sur une seule attaque. Si il sentait qu'il parait, il utiliserait rapidement une de ses mains pour sortir sa dague et l'enfoncer dans la main de son adversaire pour lui faire lâcher son arme cependant il fallait que son épée tienne bon là était tout le problème.


Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 17:15




    Daror était blessé, et Oryon devina dans son regard, entre la colère et la haine, le brin de peur et de regrets qu'il avait souhaité faire naître en lui. Malgré le danger, et même la douleur, il s'était remit sur pieds et lui faisait face, plus faible, le coeur lourd de ses doutes, mais plus déterminé que jamais. Il était un guerrier, des plus braves et respectables. Oryon avait trouvé ce qu'il cherchait, mais n'y prêta pas attention, trop absorbé par le combat pour chercher à y mettre un terme avant que sa victoire ne soit totale.

    Quelque-part, dans un recoin de son esprit obnubilé, il se souvenait des paroles de l'impératrice. Il savait ne pas devoir le tuer. Et pourtant... Comment un combat pourrait-il se terminer autrement ? Il devait... Non, il voulait... Le faire chuter, lui faire mordre la poussière, le soumettre une bonne fois pour tout, et pointer sa gorge de la lame de son épée. Un combat était un combat. Daror donnait tout ce qu'il avait, et Oryon, machinalement, ne pouvait lui faire d'autre honneur que de lui rendre la pareil.

    Face à face, à quelques pas l'un de l'autre, ils s'observèrent. Oryon lui lança un regard défiant emprunt de colère et de fierté, un léger sourire aux lèvres, visiblement content de ce qu'il voyait. Il était confiant, mais fatigué.

    Tu dis.....être au service de la justice....de l'impératrice.... Mais es-tu seulement différent de ces hommes qui tuent pour le plaisir? De ceux qui s'amusent à voir couler le sang pour leur propre satisfaction personnelle? Lui lança Daror, blessé, mais toujours fougueux. Peut-être, dans d'autres circonstances, une telle attaque l'aurait-il blessé. Oryon, longtemps, avait craint ce qu'il pourrait devenir. Et au fil des mois, il avait sentit monter en lui la rage destructrice de son dragon et camarade. Peut-être, autour d'une table, se serait-il remit en question. Mais en combat, le doute n'était pas permit. Myad en personne, alors qu'elle n'était pas encore impératrice, le lui avait appris.

    Je ne fais qu'appliquer la loi. Fit-il en fixant son adversaire. Le reste ne te regarde pas.

    Alors le jeune homme s'avança en direction d'Oryon et, d'un mouvement de son épée, lui envoya du sable à la figure. C'était un classique, pensa le dragonnier, mais une bonne décision. Cette attaque serait la dernière, et d'ici un instant Daror n'aurait d'autre choix que de demander pitié.* Il a une dague ! * L'avertit le dragon qui, avec son esprit, lui envoya l'image de l'arme à sa ceinture. * Il n'aura pas l'occasion de s'en servir *

    De toute ses forces, le dragonnier élança son épée contre celle de l'assaillant. Le choc, à lui seul, ralentirait suffisamment les mouvements de Daror pour qu'Oryon puisse se saisir de sa main si jamais il cherchait à user de sa dague. L'humain, bon combattant, n'était pas au niveau d'Oryon qui, dans son mouvement, grogna avec force.

    Les épées s'entrechoquèrent puis, alors qu'Oryon appuyait encore son mouvement, la lame de Daror se brisa. Oryon, déséquilibré par son propre poids, se trouva incapable de ralentir sa propre course.

    Merde ! Jura-t'il, frustré que la chance lui joue un si mauvais tour. Il se savait en mauvaise posture.

    Déséquilibré, il s'abaissa, puis découvrit, un peu trop tard, la dague que Daror cherchait à lui planter sous les côtes, dans son flanc droit. Il était trop tard pour énoncer un sortilège. Et il n'avait même pas prit la peine de s'en protéger avant la bataille. Il s'était surestimé, sans doute. Ou plutôt non, il n'avait pas prit en compte la malchance. Qui aurait cru que la faiblesse de l'épée lui aurait permis de remporter un combat.

    Désespéré, Oryon grogna puis, après avoir lâché son arme, pivota sur lui même, et écarta la lame de son adversaire à l'aide de son avant bras, qui s'ouvrit sur toute sa largeur. Le dragonnier se laissa chuter au sol et, après une ruade, se releva d'un bon. La blessure, encore nette, ne tarda pas à s'inonder de sang.

    Daror, pour sa part, n'eut guère le temps de réaliser sa réussite qu'un violant coup de patte l'envoya plusieurs mètres plus loin. Le choc fut rude, mais l'atterrissage, sur un pan de hautes herbes, le laissa indemne. À peine eut-il le temps de chercher à sa relever que le dragon revint à sa hauteur et, de sa patte avant droite, il lui écrasa le buste contre le sol. Quelques os craquèrent, mais rien n'était cassé à priori.

    Le dragon, enragé, cracha quelques volutes de flammes en direction de l'humain, alors immobilisé, à sa merci. Quelques poils et une partie des cheveux de la frêle créature prirent feu, mais les flammes n'étaient pas assez forte pour brûler la chair. Le dragon, vociférant, s'apprêtait sans doute à le dévorer lorsqu'Oryon, reprenant ses esprits, intervint.

    Yäwé arrête ! S'écria Oryon qui, grâce à la douleur, semblait avoir repris ses esprits. Le dragon retint son mouvement et avec une délicatesse toute monstrueuse saisit la gorge et la tête de Daror entre ses crocs assurés. Au sol, immobilisé, l'humain était à la merci du dragon, le nez, les yeux et la bouche dans la gueule du monstre dont il émanait un air irrespirable.

    * As tu idée de ce que ça coute de toucher à un dragonnier ?* Tempêta le dragon, plus furieux encore que précédemment, balayant les défenses psychiques de Daror comme une tornade soulevant un toit avant d'y déverser toute sa fureur, tel un raz de marée arrivant dans la crique d'un port tranquille.




Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 17:52


Décidément Daror n'avait pas de chance, tout ce s'était pas passé comme prévu bien au contraire! Alors qu'il pensait déséquilibrer son adversaire qu'il n'avait même pas demander encore le nom, celui-ci le surprit en chargeant également, leurs épées s'entrechoquèrent et l'épéiste avait failli céder sous la force de son ennemi.

*Merde...*

Mais il n'était pas au bout de ses peines! Il entendit le bruit d'un craquement et soudainement son épée, l'épée que son père lui avait lui même forgée avant de partir à l'académie impérial, venait de se couper en deux. N'ayant pas le temps de réagir, son autre main avait déjà pris sa dague en direction à l'origine de la main d'Oryon qui s'étant abaissé se dirigeait tout droit vers ses côtes.


*Non!*

Daror était énervé contre le dragonnier bien sûr, tout cela aurait pu se passer autrement mais il ne voulait pas le tuer, juste lui montrer ce qu'il valait et peut être le faire changer d'avis pour qu'il puisse retourner auprès de l'impératrice. Le dragonnier fut assez malin pour dévié la lame avec son bras mais du coup se l'ouvrit à cause de cette manœuvre. Se laissant tomber, le jeune homme avait pensé un moment pouvoir, espérer le bloquer afin qu'il ne se relève pas mais c'était sans compter sur Yäwé qui l'envoya dans les hautes herbes d'un seul coup de pattes. La chute fut très dure et le jeune homme mit quelque seconde à se relever cependant avant qu'il ne puisse le faire une puissante patte le pressa contre le sol.

Aaaaaaah!!!


Il lâcha un cri de douleur sous la pression que mettait le dragon sur son corps, heureusement, ils n'étaient pas cassée car ils pouvaient encore sentir ses bras et ses jambes mais il sentait qu'ils auraient du mal à se relever. Cependant ce n'était plus trop la préoccupation du déserteur, le dragon avait l'air fou de rage et approcha sa gueule de la tête de Daror pour le dévorer. Il se mit alors à fermer les yeux, non pas par peur mais pour repenser à toute les bonnes choses qu'ils avaient vécu et surtout à sa compagne avant de partir de ce monde cependant la fin qu'il attendait n'arrivait pas, rouvrant les yeux, il vit tout les crocs de dragon qui pouvait en finir avec lui d'une seconde à l'autre. Sa tête se mit alors à bourdonner comme si on l'envahissait de rage, et il entendit une voix lui dire "as tu idée de ce qu'il en coûte de toucher à un dragonnier".

Je n'ai fait que me défendre, je ne voulais pas me battre à l'origine, qui est venu avec des idées de combat Yäwé?

Le jeune homme savait que la moindre parole de travers risquerait d'entraîner sa chute, la provocation ne servirait à rien mais il n'hésitait pas à mâcher ses mots quand il savait qu'il avait raison.

Je ne veux que servir l'empire et aider ceux qui en ont le plus besoin, si tu juges que cela est futile et que je dois mourir, vas y Yäwé, mon sort est entre tes mains mais je ne serais jamais désolé ou ne m'excuserait de m'avoir défendu...

Préférant fermer les yeux, il entendit patiemment le verdict, il sentait toute à la haine du dragon, son esprit étant totalement sous l'emprise de celui-ci. Cependant il s'accrocha à une pensée en particulier, l'espoir de la revoir, cela il ne l'accorderait pas au dragon même si il réduisait son corps ou son esprit en purée.


Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 18:53




    Le dragon, qui tenait entre ses crocs acérés la vie du petit homme, eut du mal à ne pas succomber à l'incontrôlable désir de faire de lui son prochain repas. Son goût, l'odeur de son sang, et surtout la douleur qu'il avait causé à Oryon, étaient autant d'arguments qui l'incitaient à céder à ses instincts primaires. Mais le dragonnier, non loin, pressa son esprit contre celui de Yäwé, afin de lui rappeler les prérogatives de Myad.

    Je n'ai fait que me défendre, je ne voulais pas me battre à l'origine, qui est venu avec des idées de combat Yäwé? S'écria le jeune homme, à moitié asphyxié par l'air putride et brulant qui emplissait la gueule du dragon. Je ne veux que servir l'empire et aider ceux qui en ont le plus besoin, si tu juges que cela est futile et que je dois mourir, vas y Yäwé, mon sort est entre tes mains mais je ne serais jamais désolé ou ne m'excuserait de m'avoir défendu...

    Le jeune homme, d'un pas pressé, arriva aux côté du dragon qui, dans le même temps, relâcha l'étreinte mentale qu'il avait imposée à Daror. Un instant, il se sentit revenir au temps de sa première rencontre avec Myad, lorsqu'au nom de ses premiers entraînements elle leur avait imposé quelques pénibles tourments. Peut-être était-ce la même chose qui l'avait poussé à être si brutal. La même sensation qui, lorsque Brexinga avait ordonné à Myad de le prendre sous son aile, avait permit à celle-ci de voir si Oryon méritait effectivement cet honneur.

    Arrivant aux côté de son adversaire, encore immobilisé, le dragonnier se laissa tomber à genoux. Au moment moment, Yäwé qui avait cessé de grogner, recula sa gueule du visage de Daror.
    Je vais te soigner. Dit-il sur un ton calme mais autoritaire. Il se voulait rassurant, mais craignait que Daror ne tente quelque-chose contre lui. Aussi Yäwé attendit-il quelques secondes avant de relâcher la pression qui maintenait l'humain au sol, assez longtemps pour qu'Oryon, du regard, observe le visage de Daror, et le juge suffisamment apaisé. Calme toi. C'est l'impératrice qui m'envoie.

    Là, il repensa à ce qu'il avait vécu après la bataille des plaines brûlantes. Comment Rasapa était venu à lui pour apaiser ses souffrances, et en quelques mots avait su le rassurer. Il lui avait parlé de son avenir, de ce qu'il deviendrait. Il ne lui avait pas menti.

    Oryon, esquissant un sourire, se sentit mu d'un certain respect envers le jeune homme, qui finalement n'était pas si différent de lui. Retourne toi. Dit-il plus doucement. Yäwé souleva sa patte et Oryon, de sa main gauche, intima Daror d'obtempérer en le guidant. Il ne pouvait guère utiliser sa main droite en raison de sa blessure qui avait en partie sectionné les muscles. Il avait mal, mais par respect, préféra donner priorité à Daror. Sa blessure, après tout, il ne l'avait pas cherchée. Contrairement à Oryon.

    Le jeune dragonnier n'était pas un expert en ancien langage, mais il avait apprit suffisamment de sorts pour répondre à de nombreuses situations fâcheuses. La blessure de Daror, il le constata rapidement, n'était pas très profonde. Seul la peau avait été sectionnée. Il avait contrôlé son attaque pour ne pas le blesser trop gravement. Daror, qui luttait pour sa vie, n'avait pas eut l'occasion de faire preuve d'autant de délicatesse, et avait profondément entaillé l'avant bras du dragonnier.

    Oryon n'eut besoin que d'un seul sort pour nettoyer la blessure, qui lorsqu'il était plaqué au sol s'était emplie de sable fin. Il usa d'un autre sort pour la refermer puis, sans attendre, se releva pour observer sa propre plaie.

    C'est bon, tu es guéris. Je te laisse les bleus et les contusions en souvenir de ce duel. Dit-il, jetant à son bras droit un regard préoccupé. Il lui faudrait d'avantage d'efforts pour se guérir. Et il doutait de ses capacités à faire un travail parfait. La question était de savoir si quelqu'un pourrait rattraper ses erreurs ou non...

    À l'aide du même sort qu'il avait utilisé précédemment, il nettoya la plaie, puis la referma, laissant les muscles tels-quels. La douleur le fit grimacer. Il jeta un oeil à Daror, que Yäwé déjà observait avec calme et attention, non sans arrières pensées de s'en faire un casse-croute, puis retourna à son bras. Il récita un dernier sort pour atténuer la douleur, sans pour autant la faire disparaitre pour être certain de ne pas l'oublier. Un faux mouvement ou un effort trop brusque pourrait déchirer le muscle plus qu'il ne l'était déjà.

    Ayant terminé, il laissa pendre son bras droit, ramassa son épée de la main gauche et la glissa dans son fourreau. Il observa Daror et lui sourit comme l'aurait fait un ami.

    Je suis Oryon. Et voici Yäwé. Je t'aurais bien serré la main mais... Son sourire s'élargit alors qu'il marquait une pause. Je sais qui tu es. Et c'est Myad qui m'envoie. Tu as vraiment de la chance qu'elle se soucie de ton sort.

    Bien sûr il n'en dit pas d'avantage. Il savait quels espoirs l'impératrice avait placé en lui et quelles étaient les choses dont elle doutait encore. Ce serait à elle, et uniquement à elle, de décider de ce qu'il adviendrait de lui.

    Tu n'as jamais volé à dos de dragon je suppose ? Dit-il d'un air moqueur, juste avant que Yäwé ne pousse un léger grognement, mécontent de devoir porter autre chose que son dragonnier et cette selle qui, à elle seule, le tourmentait.




Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 19:58


Daror attendait le verdict du dragon tout en gardant les yeux fermés, il ne voulait pas avoir comme dernière image, celle des crocs d'un dragon. Contrairement à ce qu'il avait pu penser, il ne voulait pas mourir et n'était pas si serein qu'il le laissait croire, il avait encore des tas de choses à faire et à connaître qu'il ne voulait pas périr ainsi. Mais alors qu'il gardait les yeux clos, il entendit des bruits de pas venir dans sa direction et en même temps la pression qui perturbait son esprit avait disparu.

*Qu'est-ce que?*

Rouvrant les yeux, il vit son adversaire se laisser tomber à genoux devant lui tandis que Yäwé reculait sa gueule ce qui lui permit de mieux respirer mais ce qui l'étonna le plus c'est quand il lui dit qu'il allait le soigner.


*Me soigner alors que tu as essayé de me tuer.....Je ne comprends plus rien*

L'épéiste n'avait pas confiance, il pouvait tout simplement en profiter pour l'achever ou pour se moquer une dernière fois de lui. Le regardant bizarrement, il se détendit un peu plus quand il comprit à son visage qu'il était sérieux.

Je le savais....

Un sourire se dessina sur le visage de l'ex-soldat. Il n'avait pas abandonné et avait beaucoup espéré sur le chemin du retour après sa rencontre avec Dark qui n'était pas prévue à l'origine, et l'impératrice s'était souvenue de lui, elle lui avait même envoyé un dragonnier et cela il ne l'oublierait pas, sa loyauté envers Myad devint encore plus grande. Le dragon se retira, effaçant la pression qui écrasait son corps contre le sol puis il lui demanda de se retourner, il fallut quelque seconde pour le faire quand même, se demandant comment il ferait car il n'avait sans doute pas le nécessaire pour soigner ses blessures mais si elles n'étaient pas trop grave non plus et puis avec sa main ensanglanté.

*Je n'aurais peut être pas dû aller aussi fort....*

Peu à peu, Daror sentit son corps être envahit de drôle sensation qui lui rappelait les petits sorts de soin que lui faisait sa mère quand il était jeune mais rien n'était comparable à cette sensation. Au début il y a eut des légers picotements tandis que la peau se régénéraient et le blessure se refermer, le picotement fut bien plus fort mais supportable. Après quelque instant, il fut totalement guéri, son adversaire lui disant qu'il lui laissait les contusions et les bleus pour se rappeler de ce duel.

Je te remercie.

Se relevant non sans difficulté, son corps lui faisait encore mal, il se dirigea vers l'épée brisée et la regarda avec un air de nostalgie.

*Père....*

Prenant les morceaux, il se retourna et regarda son ancien adversaire qui se soignait le bras. Ce combat avait été cours mais chargé de violence, c'était vraiment stupide et Daror s'en voulait d'avoir été aussi loin au lieu d'essayer de raisonner son adversaire, il avait encore beaucoup à apprendre sur les façons de gérer une crise. Le dragonnier se présenta ensuite sous le nom d'Oryon tandis qu'il présentait son dragon même si il avait dit son nom durant le combat. Il fit une touche d'humeur qui apaisa un peu la tension entre les deux hommes.

Voila pourquoi je lui serais éternellement reconnaissante, elle m'a fait rentrer dans l'armée et maintenant elle me sauve la vie car je n'aurais jamais pu durer très longtemps loin des miens.

Il se gratta ensuite la nuque en ayant toujours un peu mal mais il s'y ferait après tout c'était sa punition pour ne pas avoir su contrôler ses émotions et être parti au quart de tour.


Et je suis désolé pour ton bras...

L'impérial fut ensuite surprit quand il parla de voler à dos de dragon, bien sûr il avait toujours rêvé d'aller dans le ciel et voler sur ses magnifiques créatures mais quand une d'entre elle manque de vous dévorer, votre envie baisse de façon très rapide mais pouvait-il seulement refuser? On lui offrait une chance et il devait la saisir. Regardant Yäwé, il essaya de ne pas regarder sa mâchoire.


Non je n'ai jamais volé en dragon, je les ais juste vu s'envoler et c'est tout.

Daror suivrait Oryon bien sûr, il voulait voir l'impératrice alors il saisit son courage à deux mains et s'approcha du dragon et dit.

Je ne bougerais pas beaucoup durant le trajet promis

Se retournant, il demanda à Oryon.

Quand nous avons combattu, tu avais une tel soif de sang, pourquoi? Fais tu ça avec toute les personnes que tu rencontre?


L'épéiste était plus aimable mais il avait du mal à faire confiance totalement à Oryon, il faut dire qu'on se méfie toujours de la personne qui a manquer de vous tuer. Il y aurait sans doute de l'amitié plus tard mais ici, Daror n'était pas à son aise...




Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Sam 23 Juin 2012 - 21:02




    Le dragonnier ne put retenir un petit rire lorsque Daror s'excusa de ce qu'il lui avait fait. Il était décidément quelqu'un de curieux, pensa-t'il.

    Tu n'as pas à t'excuser ! Dit-il, amusé, jetant un oeil à sa blessure dont il ne restait en apparence que du sang séché. Mais on pouvait deviner à la manière dont Oryon laissait pendre le membre que la blessure était toujours présente, en dessous d'une peau totalement neuve. Il appréhendait déjà le moment où, peut-être, il faudrait réouvrir pour soigner. Je menaçait de te tuer. Et j'aurais dû me montrer plus prudent. Le dragon grogna doucement en observant Oryon. Le dragonnier était seul responsable, et Yäwé lui en voulait pour cela.

    * Excuse moi. * Dit-il doucement, dans le secret du lien qui les unissait. * La prochaine fois c'est moi qui m'en charge. Ou bien c'est toi que je plaquer au sol, la tête entre mes dents. *

    Le jeune soldat s'approcha alors du dragon, à la surprise de ce dernier, qui l'accueilli d'un grondement menaçant. * Il pourrait faire preuve d'un peu plus de respect. * Dit le dragon à Oryon qui, amusé, s'approcha à son tour de Yäwé pour lui gratter affectueusement la commissure de son antérieur gauche. L'animal sembla apprécier car il cessa de grogner, mais ne lâchait pas Daror de ses yeux scrutateurs.

    Si tu compte encore avoir des enfants un jour... Dit-il en jetant un oeil gêné à la selle qui équipait le dragon, cette maigre couche de cuire, à peine plus volumineuse qu'une selle d'équitation. Tu vas occuper la selle. Je serais derrière toi.

    Le jeune homme, ignorant la dernière question, escalada le flanc de Yäwé en se saisissant de quelques pics, non pas que le dragon était gigantesque, mais il n'aurait été possible de monter sur l'animal si son flanc avait été complètement lisse. Il dut également faire attention à ne pas utiliser sa main droite, ce qui compliqua quelque-peu l'ascension. Une fois au sommet, il s'assis à l'arrière de la selle, plaçant une de ses jambes en dessous de ses fesses afin que ces dernières ne subissent pas directement le contact des écailles. À la fin du voyage sans doute, sa botte droit demanderait pitié. Mais au moins son cuir à lui serait intact.

    Se tournant vers Daror, il lui fit signe de monter à son tour, et Yäwé poussa un nouveau grognement. Allez le déserteur, monte. Dit-il, un léger sourire aux lèvres. Ce trajet lui rappelait celui qu'il avait fait sur le dragon de Charlie, Sombral, après la mort de Rasapa. Mis à part le fait qu'il avait cherché à tué Charlie, et qu'il était finalement tombé du dragon...

    Le jeune homme observa Daror monter en silence et, une fois qu'il fut assis sur la selle, lui indiqua les sangles qui pendaient de chaque côtés. Attache toi les chevilles avec ces sangles. Yäwé peut rattraper une personne, pas deux. * Tu me sous-estime. * Réagit, en secret, le dragon. Ce à quoi Oryon répondit. * C'est juste au cas où il soit aussi buté que moi. * Et le dragon s'en amusa.

    Le dragonnier laissa un instant à Daror, cherchant de son côté quels pics il pourrait utiliser pour tenir bon étant donné la position dans laquelle il comptait voyager. Puis, après quelques secondes, il dit. Ta dague est passée à deux doigts de m'ouvrir le ventre. Crois-tu que j'aurais survécu sans ce que tu appelles la 'soif de sang' ?

    Il marqua une pause pour laisser peser le sens de sa question rhétorique, puis continua. Tu verras, avec le temps, qu'il n'y a que ça pour survivre. Oryon le pensait, mais savait aussi que là n'était pas la seule raison. Yäwé l'avait changé, plus que ce n'était le cas de beaucoup d'autres dragonniers. La cause en était son attachement aux moeurs des dragons sauvages, mais aussi leur lien dont il ne savait encore trop en quoi il était vraiment différent des autres, ou pas... Et non, je ne fais pas ça pour n'importe qui. Comme tu l'as deviné... Je ne veux pas paraître... heu... Prétentieux. Mais on n'envoie pas un dragonnier pour si peu. Je voulais juste voir pourquoi... Et bien. Si tu étais 'si peu' ou pas. Il marqua une pause, jetant quelques regards autour de lui. Et je suis content de ce que j'ai vu. Désolé pour la frayeur. On n'a qu'à dire que ça te servira de leçon. Tu n'es pas prêt d'oublier le jour où un dragon à failli de dévorer.

    Alors le dragon étendit ses ailes et, après quelques pas en avant, les abaissa violemment. Le mouvement leur fit prendre un bon mètre d'altitue. D'un nouveau battement, ils montèrent encore. Et rapidement ils dépassèrent la hauteur de l'arbre non loin. Après quelques secondes, dans un décollage mouvementé qui ne manquerait pas de faire souffrir Daror, Yäwé réduit la cadence du battement de ses ailes, mais continua à prendre de l'altitude.


    Profite bien du paysage. Dit d'une voix forte le dragonnier, puisque le vent sifflait déjà à leurs oreilles. Ce n'est pas tout les jours qu'un dragon prend un passager autre que son dragonnier. * Ne m'en parle pas, mon amour propre en prend un coup. * Avoua le dragon de sorte que ses deux passagers puissent l'entendre.

    Et maintenant dit moi ce que tu faisais à partir vers Uru'Baen.




Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Dim 24 Juin 2012 - 11:04


Daror regardait la selle tout en écoutant les paroles d'Oryon.

D'accord

*Comment ça si je tiens à avoir des enfants un jour! Oh génial....*

L'épéiste n'était vraiment mais alors vraiment pas rassuré surtout que c'était sa première fois et sur un dragon qui avait l'air de l'adorer mais en repas uniquement. Il aurait sans doute préféré voler la première fois avec un dragon ou une dragonne beaucoup moins dangereux! Il se mit alors à regarder son collègue impérial qui escaladait le dos de Yäwé à l'aide des pics que possédait ce dernier et une pensée futile traversa son esprit.


*Cela doit être bien d'avoir son propre dragon*

Il revint vite à la réalité quand Oryon l’appela par son statut de déserteur. Bizarrement cela fit le fit sourire car il savait que c'était bien plus pour taquiner qu'autre chose, montant sur le dragon, il se mit sur la selle.

D'accord, j'espère seulement qu'elles tiendront!

S'attachant les chevilles bien solidement, le jeune homme avait le cœur qui battait très fort, il sentait que son estomac devait se préparer à quelques péripéties aérienne et cela ne l'enchantait pas mais alors pas du tout! C'est alors que le dragonnier se mit à lui parler de sa dague, lui disant qu'elle aurait pu le tuer et parla de la soif de sang.

Je ne voulais pas visé ton ventre, quand mon épée s'est brisée j'étais aussi surpris que toi. Je tenais à cette épée qui était tout ce qui me restait de mon père. Je voulais à l'origine te viser la main ou le bras pour te désarmer, même si ma vie était en danger je ne voulais pas te tuer.

Quand il ajouta qu'il n'y avait que ça pour survivre, Daror ne put s'empêcher de dire.

Certains mérite la mort mais je préfère me concentrer uniquement sur le combat plutôt qu'a me fier à mes pulsions meurtrières...

Il se rappela alors du noble qu'il avait égorgé qui était responsable de la mort de ses parents.

Mais tu as raison, pour certaine personne, la soif de sang est très bonne conseillère

Il fut ensuite heureux quand le dragonnier avoua qu'on n'envoyait pas un dragonnier pour un simple soldat, au moins il se sentait important pour une personne de plus et cela apaisait son cœur. Oryon ajouta aussi qu'il avait voulu le testé et était heureux de ce qu'il avait vu et que cela lui servirait de leçon en ayant failli être un repas pour dragon.

Crois moi je m'en rappellerai très longtemps....


Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que le dragon s'éleva dans les airs et par réflexe, Daror se tint à la selle avec ses mains pour ne pas tomber mais les sangles le retenait très bien. Alors qu'ils prenaient de l'altitude, le jeune homme se mit à regarder autour de lui peu à peu émerveiller parce qu'il voyait oubliant totalement sa peur de chuter et de s'écraser au sol comme une crêpe.

C'est magnifique....

Il avait une sensation de légèreté et cela lui faisait du bien, bien plus que quand il s'allongeait près du lac de Dras léona pour laisser libre cours à ses pensées. Plus il restait en vol plus il espérait qu'un jour Djenka ait raison, qu'il ait droit lui aussi à voir ce privilège de voler avec une de ces nobles créatures. C'est alors qu'il entendit la remarque d'Oryon et en pensée celle de Yäwé.


Oui, je te remercie Yäwé et puis je dois avouer que je préfère être sur ton dos que dans ton estomac

Il se mit à rire légèrement mais il espérait que le dragon le prenne bien car il n'avait pas envie de se retrouver à nouveau dans sa gueule. Puis vint la question de sa direction, ne voulant pas dire qui il allait voir et où il allait, Daror répondit tout simplement.


Je voulais éviter les patrouilles rebelles après mon petit passage au lac où j'ai croisé Djenka et Dark.

Ne voulant pas trop rester sur le sujet, il ajouta par la suite.

Cela fait longtemps que tu es dans l'empire? Tu as dû subir une intense formation pour être dragonnier ou tu as tout fait d'instinct?




Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Dim 24 Juin 2012 - 14:21




    Le dragon en quelques battements d'aile prit de l'altitude et le jeune dragonnier, à l'arrière de la selle, put sentir toute l'émotion qui envahissait Daror. C'était son premier vol, et s'agrippait à la selle avec bien plus de force que nécessaire, mais bien vite il dirigea son regard sur le monde, au loin, en dessous, à droite, à gauche, découvrant ce que si peu d'hommes avaient jamais vu. La route, si étroite, ainsi que les voyageurs qui y passaient, bientôt invisible tant ils devenaient petits. On devinait au loin la crête, et juste devant, au sol, une tâche noire qui devait être Dras Leona. Ce qui avait nécessité une demi journée de marche dans un sens ne prendrait pas plus d'une heure dans l'autre.

    Le dragonnier, amusé, observa Daror avec nostalgie. Il se rappelait de son premier vol, sur le dos de Sombral. Un magnifique dragon, pensa-t'il. Et s'il avait à plusieurs reprises tenté de tuer Charlie, en plein vol, au point qu'il chuta finalement, il gardait un souvenir mémorable de ce qu'il y avait vu.

    C'est vrai. Dit-il doucement, un sourire aux lèvres, lorsque Daror s'étonna de la magnificence de ce qu'il voyait. Et ce n'est rien comparé au Du Weldenvarden, la forêt des elfes. Ou le désert du Hadarc. Ou la crête... Ou survoler le lac Leona

    Le vol était, sans aucun conteste, la plus magnifique des aventure que pouvait vivre un dragonnier avec son compagnon. Là haut ne comptaient plus que l'air, le monde, et le lien qui les unissait. Ils étaient seuls, rois du mondes, si grands et si petits. Oryon adorait survoler le lac Leona, effleurer sa surface à toute vitesse, sentir l'eau sous les griffes de Yäwé et même contre sa propre main. Il aimait monter en altitude et découvrir ce que le monde était au dessus des nuages. Ils s'en seraient allés plus hauts encore s'ils en avaient été capables. Et un jour peu-être ils effleureraient le soleil...

    Ayant observé le lointain, le jeune homme répondit à la question d'Oryon, qui laissa échapper un petit rire. Oui, bien sur, c'est évident... Un déserteur de Dras Leona n'avait guère d'autre endroit où aller qu'en direction d'Uru'Baen, mais cela ne lui disait pas pourquoi il avait déserté. Il savait à quel point Daror intéressait l'impératrice, mais n'avait aucune idée, finalement, de ce qui l'avait poussé à partir si longtemps.

    Le dragonnier voulu le questionner à ce sujet mais Daror, en premier, lui parla de son entraînement. Intense, c'est le moins qu'on puisse dire ! Dit-il d'abord, amusé, avant de reprendre plus calmement. Je suis au service de l'empire depuis bientôt un an. J'ai d'abord servi comme fantassin. Pas très longtemps. Il marqua une pause, pensant à ce qu'il devait dire et ne pas dire. Mais sachant bien tout ce qui se racontait à son sujet, entre la vérité et les mensonges, il conclut que se confier à quelqu'un en qui Myad avait confiance ne pouvait pas poser de problèmes. J'ai combattu contre l'armée Surdaine... Et y serait mort si un homme ne m'avait pas sauvé et prit pour élève. Il m'a apprit les bases du combat. Ce n'était pas facile, mais je lui dois beaucoup. Puis il est mort au combat. Le jeune homme marqua une pause, attristé par cet épisode, et son dragon reprit. * Puis il m'est tombé dessus. J'ai éclos pour lui et il est devenu dragonnier. *

    Tant Oryon que Yäwé préférèrent ne donner aucun nom. Tout le monde le savait bien élève de Myad, mais beaucoup moins nombreux étaient ceux à savoir qu'il avait, avant, été entraîné par un ombre. Connaissant la mauvaise réputation de ces derniers, c'était sans doute mieux ainsi, pensait-il. On disait déjà suffisamment de mal à son sujet pour ne pas avoir à y ajouter de nouvelles calomnies tant à son sujet qu'à celui de Rasapa.

    J'ai été entraîné puis... Avec l'arrivée de Nuit, la dragonne géante... C'est devenu compliqué. Yäwé n'aimait guère qu'Oryon évoque ainsi leur passé commun, surtout avec un inconnu, d'autant que le souvenir de leur séparation, et même de leurs retrouvailles, était encore douloureux. Aussi n'en dit-il pas plus sur ces épisodes, et se contenta-t'il d'ajouter comme si cela n'avait pas vraiment d'importance. C'était la guerre quoi... Ce n'est facile pour personne.

    C'est du travail de devenir dragonnier. Mais je ne peux pas me plaindre. Ajouta-t'il après une courte pause. Je suis prisonnier de mes devoirs, et en échange j'ai quelques privilèges. Nous sommes à l'abris du besoin et du hasard... Et en échange nous devons risquer nos vies pour protéger l'empire. C'est donnant-donnant.

    Et toi alors ? D'où vient tu ? Et pourquoi t'es tu engagé au service de l'empire ? Et... D'ailleurs. Pourquoi as-tu déserté ? Demanda-t'il pour changer de sujet, surtout intéressé par la réponse à la dernière question.




Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Dim 24 Juin 2012 - 16:17


Quand il lui parla des différents paysage, le jeune homme ne pouvait qu'imaginer toute la beauté qu'on pouvait apercevoir de ces terres vu du ciel. Bien sûr pour certains comme la forêt des elfes, il ne les connaissaient pas du tout alors ses pensées étaient très vagues mais concernant le lac léona, il l'imagina bien parfaitement.

Comme fantassin, un peu comme moi

Daror ne s'était pas trompé, il avait quelques points commun avec le jeune homme mais il ne pouvait s'empêcher de se questionner à son sujet, pourtant il n'était pas du genre à ne pas faire confiance bien au contraire, on lui reprochait souvent de faire confiance à des gens qu'ils rencontraient à peine mais aller savoir pourquoi, il suivit son instinct et quand il sentait qu'il pouvait parler à une personne il le faisait!

Je suis désolé pour ton ami..... Je sais ce que c'est de perdre des êtres proches

Il ne voulait pas non plus s'attarder sur la question, préférant regarder au loin leur objectif qui même si ils se rapprochaient très vite n'était pas encore tout à fait visible.


C'est bien comme on me l'avait raconté alors, on est choisis par le dragon lui même et il n'éclos que pour celui à qui il est destiné

Il s'était souvent intéressé à ses histoires de dragonnier et de dragon même si il n'y avait jamais cru beaucoup mais depuis qu'il était avec Tenel Ka, il voulait s'y intéresser un peu plus, il était normal d'avoir des points d'intérêt commun avec celle que vous aimez. Il laissa ensuite Oryon continuer a parler de la guerre avec Nuit, de son entrainement qui avait été tout sauf facile, qu'il était prisonnier de ses devoirs mais qu'il ne s'en plaignait pas, bien au contraire.


Oui je trouve que c'est normal, l'Empire nous aide et nous nous battons pour lui, plus de soldat devrait penser ainsi je trouve

C'est alors que les questions retournèrent à l'envoyeur. Daror se décida à répondre mais il ferait attention à cacher certaines informations qui ne regardait que lui et puis il n'était pas sûr de la réaction d'Oryon si il lui disait qu'il était en couple avec l'ancienne commandant de l'Alliance.

Je viens d'un petit village montagneux, appeler Balamb, je ne pense pas que tu en ais entendu parler. C'était vraiment un trou perdu...Enfin c'était un trou perdu magnifique.

Il baissa les yeux quelques secondes puis regarda à nouveau le paysage, décidément ce vol en dragon l'aidait vraiment plus que ce qu'il l'aurait penser.

Je me suis engagé pour deux raisons. La première pour mes parents car nous étions une famille fidèle à l'empire enfin ce qu'il est devenu pas ce que les ombres en avaient fait. La deuxième raison est qu'il y a plusieurs années j'ai vu l'impératrice lors d'une exécution et j'ai été inspiré par son charisme, elle a fait beaucoup de chose pour nous et je veux pouvoir l'aider en retour à ma façon bien sûr.

Le jeune homme se rappela une anecdote à l'académie à cause de son adoration pour l'impératrice, certains élèves s'étaient amusé à raconter qu'il était amoureux de celle-ci alors que ce n'était absolument pas vrai mais du coup il avait été encore plus la risée de sa classe.


Je suis sorti de l'académie récemment et je suis rentré dans l'armée grâce à l'impératrice qui m'a fait passer un test que j'ai réussi, hélas cela n'a pas plu à mes supérieurs et à mes collègues qui m'ont donné la vie dure.

Daror se mit ensuite regarder face à lui en décidant d’occulter quelques passages.

Une personne qui m'est très proche était en danger, je ne voulais pas attendre que mon supérieur me croit ou se décider à bouger ses grosses fesses pour mener une enquête alors je suis parti à sa recherche et j'ai eu le temps de la sauvée. Si c'était à refaire je le referais sans hésiter....





Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Dim 24 Juin 2012 - 22:07




    Le dragonnier écouta les réponses du jeune soldat avec attention, cherchant à mieux cerner le personnage, son caractère et ce qui avait dicté ses décisions. Il avait soulevé chez l'impératrice un intérêt particulier, et Oryon avait put au cours de leur combat entrevoir une partie de ce qui avait put l'intéresser, mais il n'avait aucune idée de ce que Myad comptait vraiment faire de lui. En dehors du fait qu'elle ne voulait pas le laisser partir.

    Il y avait une différence, en effet, entre recruter une personne d'une part et s'en souvenir pour lui venir en aide d'autre part. Daror s'était montré trop confiant en pensant que l'impératrice lui viendrait en aide. Mais au final, le sort lui avait sourit. Après tout, pensa Oryon, il avait aussi eu son compte de chance... Et de malchance.

    Oryon acquiesça lorsque Daror l'interrogea sur la manière dont les dragons choisissaient leur compagnons et s'amusa, un peu plus tard, en apprenant que Myad lui avait fait passer un test. Je suppose que cela n'a pas du être facile. Dit-il alors en s'imaginant ce qu'elle avait bien pu inventer pour jauger de sa valeur. Puis il écouta ce que Daror voulu bien lui dire sur son histoire.

    Myad, sans doute, donnerait à Daror une formation de qualité. C'était du moins ce qu'Oryon pouvait déduire de l'intérêt qu'elle lui portait. Ne serait-ce qu'en se rappelant de lui et en envoyant un dragonnier à son secours. Oryon avait, depuis quelques semaines, cessé de fréquenté l'école de combat, préférant bien d'avantage se rendre utile dans la lutte contre la rébellion. Un élève comme un autre aurait, depuis longtemps, été ramené là bas par la peau du cou. Mais personne n'était venu le chercher. Sans doute par crainte de tomber sur Yäwé, avait-il pensé, ou bien était-ce une instruction de l'impératrice. Quoiqu'il en soi, il reverrait peut-être Daror là bas, s'il y retournait. Ou bien à l'école de magie, si Daror se révélait capable de la maîtriser. Ces deux institutions formaient les meilleurs combattants de l'empire, et Myad cherchait à créer une école de magie encore plus grande. Mais c'était bien peu de chose, finalement, comparé à la formation qu'avait put lui procurer l'impératrice elle même. Il regrettait toujours qu'elle n'ai eu plus de temps à lui consacrer.

    Le silence se fit un moment après que Daror eut terminé de lui dire ce qu'il pensait bon d'avouer. Oryon sentait bien qu'il n'avait pas tout dit, mais cela ne l'étonnait pas. Bien au contraire, il trouva cela normal et ne s'en inquiéta pas plus que nécessaire. La plupart des soldats qu'il avait rencontré avaient soit été enrôlé de force, soit pour des raisons personnelles. Dans les deux cas, et à quelques exceptions près, ils n'étaient jamais très loquace. Oryon, pour sa part, s'était trouvé enrôlé de force... Mais il aurait certainement rejoins l'armée s'il n'avait été doué pour la chasse... Ou pour le vol... Et s'il ne s'était pas toujours refusé à devenir militaire. Si quelqu'un lui avait dit, en ce temps, ce qu'il deviendrait, il lui aurait au mieux ri au nez, au pire cassé le nez...

    Tu as eu de la chance. Dit-il, rompant le silence contemplatif dans lequel ils s'étaient laissés tomber pendant plusieurs minutes. Le paysage, après tout, suffisait à contenter la curiosité de Daror. Et Oryon, comme à son habitude, pouvait bavarder de tout et de rien avec Yäwé, ou bien simplement profiter de sa proximité en mêlant on ésprit avec le sien un peu plus qu'ils ne l'étaient déjà. Ce n'est pas parce-que l'impératrice t'a recruté qu'elle serait venu à ta rescousse. Quel qu'en soit les raisons, tu as déserté. Il termina d'un ton grave, cherchant à faire comprendre à Daror le sérieux de ce qu'il avait fait. Il est vrai qu'Oryon n'était pas le mieux placé pour donner des leçons, et faire ainsi la morale à quelqu'un de plusieurs années plus vieux que lui lui sembla curieux, mais il en avait prit l'habitude. Il avait été formé pour commander... Et cet exercice comprenait de donner des ordres à des personnes plus âgées et expérimentées que lui, qu'elles le veuillent ou non. L'impératrice, au mieux, ne t'accordera pas de seconde chance. Dit-il, usant du mot "impératrice" pour éviter de lui révéler à quel point il était proche de Myad. Au pire, elle te puniras pour ça.

    Oryon, lui même, avait dépassé les borne, lors de la campagne contre Nuit, en tuant un soldat impérial. Qu'elles qu'en avaient été les raisons, la quantité d'alcool ingérées, et le fait qu'il n'avait jamais voulu mettre sa vie en danger, la punition adéquat aurait été la mort. Myad, qui ne pouvait se permettre de perdre son apprenti, l'avait punit d'une manière qu'il n'était pas prêt d'oublier. Nuit et jour, et plus de 8 jours durant, elle l'avait instruit et entraîné, ne lui pardonnant aucun écart de comportement et ne lui laissant quasiment aucun moyen de se reposer. Cette histoire, malgré les efforts déployés pour l'étouffer, s'était vite propagés dans les rangs de l'armée de coalition, ce qui n'avait pas été le cas de la punition qui lui avait infligé Myad. Oryon était ainsi resté, pour beaucoup, un criminel impuni.

    Donc si c'était à refaire... Dit-il plus doucement avant de laisser au vent le monopole de ce que leurs oreilles pouvaient entendre en dehors du souffle du dragon et du battement de ses ailes qui, apparemment, luttait contre un vent de face.

    Nous allons monter plus haut. Dit le jeune homme à l'instant même où Yäwé redoublait d'énergie afin de gagner en altitude. Il y a trop de vent ici.

    Les secousses mirent à nouveau un terme aux conversations et, lorsqu'ils arrivèrent à l'altitude voulue, là où les maisons ne semblaient plus n'être que de petits galets, le silence se fit plus pesant. Le vent, dans leur dos cette fois, ne leur cassait plus les oreilles et, malgré le soleil, le froid mordait leur chair.

    Je vais nous protéger du froid. Dit-il avant de prononcer quelques mots en ancien langage. Habituellement je me contente d'une cape mais nous sommes parti sans. Yäwé n'aime pas... Le dragon poussa ce qui semblait être un soupire et Oryon ajouta d'un ton plaisantin. Tout ce qui pourrait m'apporter un peu de confort en fait.

    Le dragon grogna doucement et se défendit calmement. Il n'était pas blessé, au contraire, la plaisanterie semblait l'avoir amusé. * Ce n'est pas à moi de porter les couches de cuir et d'écailles que les petites-deux-pattes n'ont pas. Si vous pouviez ressembler un peu plus aux dragons ce ne serait pas plus mal ! *

    Le jeune homme rit de bonne foi et à nouveau le silence s'imposa pour quelques minutes, avant qu'Oryon ne puisse plus tenir sa curiosité. Et alors dit moi, quel était ce test ?! Tu as dû te montrer impressionnant, pour un simple soldat, pour que l'impératrice te vienne en aide !





Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Lun 25 Juin 2012 - 11:19


Daror avait cessé pendant un moment de regarder autour de lui pour se concentrer sur le jeune homme qu'il n'arrivait pas à cerner. Il avait compris qu'il pouvait être très dangereux, ne contrôlant pas sa soif de sang mais qu'il pouvait être d'une grande fidélité si on arrivait à gagner sa confiance. Concernant le déserteur, il ne pouvait pas encore lui faire confiance et encore moins à son dragon depuis le combat.

*Il faudra que je sois convaincant quand j'arriverais, je ne veux pas mettre en danger Tenel Ka en avouant mes sentiments à l'impératrice, mieux vaut que je me prépare et que j'en sache le plus possible avant*

Cherchant des questions à poser au dragonnier vis à vis de l'impératrice qu'il connaissait beaucoup mieux que lui, il entendit Oryon lui dire qu'il avait de la chance. Ne sachant pas trop pourquoi il disait ça il comprit que c'était pour ce qu'il avait dit précédemment. Le dragonnier insistait que peu importe les raisons, il avait déserté et que la prochaine fois il n'aurait pas de seconde chance et serait puni par l'impératrice mais ce qui énerva encore plus l'épéiste était le sous entendu comme quoi il comptait trop sur elle parce qu'elle l'avait recruté.


*Et j'aurais dû compter sur qui d'autre? Les autres soldats ne me sauraient d'aucune aide et mon supérieur veut ma mort...*

Il avait voulu lui répondre quand il avait mentionné le "si c'était à refaire" mais le dragon ne lui en laissa pas le temps remontant plus en altitude. Quand Oryon le prévint qu'il remontait en altitude, Daror fit un signe de tête pour dire qu'il avait compris mais dans son esprit cela n'en resterait pas là bien sûr il acceptait la morale mais pas quand il s'agissait d'une action qu'il avait bien faite et referait si nécessaire!

*Il commence vraiment à faire froid par contre....*

Le jeune homme commençait à sentir le vent froid lui piquer la peau et la faire frisonner ce qui n'était pas du tout agréable heureusement le dragonnier utilisa le langage ancien pour qu'ils soient à l'abri du froid ce qui souleva une remarque d'humour du dragonnier à Yäwé qui répondit par la suite qu'il n'avait pas à porté quoi que se soit, les humains n'avaient qu'a être aussi robuste que les dragons. Un léger rire sortit de la bouche de Daror qui se sentait un peu mieux grâce au sort lancé par Oryon mais il ne voulait pas en rester là.

Je devais simplement toucher un de ces gardes du corps du Fleuve noir, il m'a trop sous estimé et j'en ai profité très rapidement. Je ne sais pas ce qui l'a poussée à s'intéresser à moi tout ce que je sais c'est que je lui en suis redevable.

Gardant son regard sur Oryon il ne put s'empêcher de dire.

Concernant ta remarque sur ma désertion, si c'était à refaire...Je le referais! Je ne suis pas du genre à laisser mourir ceux qui compte le plus pour moi, j'accepterais la punition que me donnera l'impératrice mais jamais je ne dirais que j'ai mal fait!

Daror tenait à clarifier cela avec Oryon quitte à ce que celui-ci le déteste, de toute manière peu de personne l'aimait dans l'armée impériale alors une de plus ou de moins quel importance?


En parlant de l'impératrice, pourrais-tu me parler d'elle? Son caractère.....ses pouvoirs?

Il voulait tout savoir si il devait cacher une information à l'impératrice, il espérait qu'elle n'userait pas de sort mental contre lui ou ne sonderait pas son esprit.


Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Lun 25 Juin 2012 - 23:18




    Le dragonnier, apprenant que Daror était parvenu à toucher un des membres de la compagnie du Fleuve Noir, ne chercha pas à cacher sa surprise. Qu'il soit capable de combattre, également, un membre de la garde personnelle de Myad, était tout à son honneur. Même si Oryon pouvait se douter que, tout comme contre lui même, la chance n'y était pas forcément pour rien.

    Impressionnant. Dit-il, simplement, sans chercher à épiloguer sur le rôle que la chance avait put jouer là dedans. Tu as donc bien mériter l'intérêt que l'impératrice te porte.

    À cet instant le jeune dragonnier modifia sa position, plaçant sa jambe droite au dessous de ses fesses. Yawë poussa un léger grognement. Et Daror continua en évoquant à nouveau les raisons de sa désertion, où plutôt du fait qu'il recommencerait si l'occasion s'imposait à lui. Oryon, en écoutant ses paroles, grimaça doucement, mais resta silencieux, et Daror lui posa une question de l'impératrice.

    Concernant son caractère, tu te feras ton propre avis. Dit-il d'une voix posée après un temps d'hésitation. Et concernant ces pouvoirs et bien... Sache que nul ne peut les égaler.

    Il réfléchit alors un moment, à la recherche des mots justes qui pourraient convaincre la jeune recrue, puis s'adressa à nouveau à elle sur un ton sérieux. Néanmoins l'empire est difficile à gérer et ses ennemis sont nombreux. Chaque jour de paix est un miracle, et chaque vie sauvée est une victoire. Tu dois comprendre que les militaires, du dragonnier au simple soldat, sont les instrument de ces victoires...

    Il hésita à nouveau, cherchant ses mots, puis reprit. La désertion, quelle qu'en soit les raisons, n'est pas justifiable. Tu peut croire n'être qu'un soldat sans importance, mais c'est faux. Chaque soldat se doit de rester à son poste, et lorsque tu le quittes pour aller sauver, dis-tu, celle que tu aimes, ce sont d'autres vies que tu met en danger. Pour sauver une vie, c'est l'empire et la vie de ses habitants que tu met en danger.

    Le jeune homme se tût un moment, cherchant à deviner quelle était la réaction du jeune homme face à ses mots, puis il continua.

    Crois-tu que c'est par simple plaisir sadique que la désertion est si durement réprimée ? Crois tu que moi, ou d'autre, nous aimons faire tomber des têtes ? Que ma "soif de sang" me satisfait de cette chair fraiche ?
    Penses-tu faire honneur aux soldats tombés là haut, à combattre les rebelles, en quittant ton poste ? Et que feras-tu une fois là bas hun ? Tu désertera pour une autre raison ? Et tu serais prêt à abandonner tes compagnons pour une seule personne. Tu croiras qu'ils peuvent se passer de toi, mais c'est ce soir là qu'ils mourront, pris en embuscade.

    Je ne sais pas ce que l'impératrice veut faire de toi. Mais il est possible que tes talents te vaillent une meilleure formation... Et de plus hautes responsabilités. Abandonneras-tu tes hommes pour aller sauver ta belle ? Car si c'est le cas, et si encore maintenant tu me dis que ta décision serait la même. Je pense que tu termineras ce voyage à pied. Tu auras ainsi le temps d'éprouver ta volonté de la servir.





Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mar 26 Juin 2012 - 12:56


Le jeune homme remercia d'un signe de tête Oryon pour son "impressionnant" mais il savait très bien que le jumeau n'avait pas tout donné sinon il serait permit à n'importe qui d'entrer dans le Fleuve noir. Il avait un jour caressé le doux rêve de rejoindre cette garde d'élite mais ce rêve était toujours très éloigné, peut être qu'un jour il y arriverait mais rien n'était sûr. Le dragonnier n'avait rien dit au sujet de son caractère, hélas sa courte entrevue avec l'impératrice à son entrée dans l'armée ne l'avait pas aider à s'en faire une idée. Il avait juste le sentiment qu'elle était juste et ce que Djenka lui avait dit.

*Espérons que tu ais raison Djenka...*

Ensuite il parla de ces pouvoirs qui étaient inégalable mais cela Daror s'en doutait très bien et sut qu'il n'aurait rien d'autre d'information sur l'impératrice avec Oryon. Il aurait aimé se préparé mentalement mais avec ces maigres informations, il devrait y aller naturellement. Ensuite il parla de la paix qui était très difficile et que chaque homme était un moyen de sauver la paix, chaque vie sauvée était une victoire pour l'empire. Puis il redonna son avis sur la désertion ce qui commençait à exaspérer le jeune homme qu'il insiste autant.


*Avec de la chance je ne serais plus déserteur dans quelques heures alors lâche moi la grappe Oryon....*

Le dragonnier lui parla de l'honneur et de ce qui arriverait si il faisait la même chose sur un champs de bataille ce qui fit réfléchir Daror sur cette éventualité mais aussi sur autre chose. Le seul conflit pour le moment était avec l'alliance et si il y avait un champs de bataille ce serait contre leurs troupes. De tuer des rebelles ne le dérangeait pas mais si Tenel Ka se trouvaient de l'autre côté il savait qu'il ne pourrait jamais l'attaquer, il espérait secrètement la paix pour ne jamais avoir à se trouver face à celle qu'il aimait. Il parla aussi qu'il risquait d'avoir plus de responsabilité et des hommes sous son commandement et il lui demandait si il les abandonnerait pour sauver sa belle.

*Il y aura bien un moyen....*

Le dragonnier ajouta que si il ne changeait pas d'avis, il finirait le voyage à pied mais Daror ne voulait pas céder sous la menace, aujourd'hui il verrait l'impératrice même si il devait infiltrer lui même la forteresse impériale et ne changeait pas son mode pensée pour Oryon.

Ce que tu me pose comme question n'est pas une question qu'on pose comme ça. Parce que tu viens de dire tu sous entend que je ne pense qu'à une seule personne et que je me fiche des autres ce qui est faux. Je n'abandonne jamais personne, encore moins mes camarades ou des soldats si j'en ait un jour sous mes ordres.

L'épéiste se mit à regarder si il voyait Dras Léona, il commençait a être presser d'arriver.

De plus je ne quitterais jamais un champs de bataille ou n'abandonnerait jamais personne qui compte sur moi. Quand j'ai quitté mon poste à la caserne, personne ne dépendait de moi, je ne m'étais personne en danger!

Il jeta un regard à son médaillon, tout aurait été si simple si l'alliance et l'empire n'était pas en guerre mais il jurerait qu'il ferait tout pour que la paix revienne, pour Tenel Ka et pour les habitants de l'empire.

J'ai encore beaucoup de chose à apprendre Oryon, je te le concède, j'aurais dû prévenir mes supérieurs, tu marques encore un point. Mais j'étais inquiet, n'as tu jamais foncé avec la peur au ventre en imaginant dans quel état se trouve celle que tu aime?

Le jeune homme lâcha un léger soupire et termina en disant.

La désertion n'est pas la solution je te le concède, si j'avais eu des hommes sous mes ordres, j'aurais soit prévenu mes supérieurs ou je les aurais pris avec moi pour ne pas les abandonner car pour moi un groupe de soldat doit être avant tout un groupe de camarade qui se serrent les coudes et donnent leurs meilleurs pour l'impératrice.


Il regarda ensuite vers le bas.

C'est ce que je pense Oryon, je respecte ton avis, si tu désire me faire descendre, soit je finirais mon chemin à pied en essayant d'éviter les patrouilles, mais je n'ai pas l'intention d'abandonner, je veux voir l'impératrice pour pouvoir un jour finir cette guerre avec l'Alliance et que le peuple impérial cesse de souffrir!

Daror resta silencieux ensuite encore un peu énervé de l'entêtement d'Oryon. Il attendait de voir sa réaction et réagirait en conséquence.


Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mar 26 Juin 2012 - 13:54




    Le dragonnier écouta son invité avec attention, mais ne put s'empêcher, les sourcils froncés, de juger ses mots avec sévérité. Cherchant à se défendre, à argumenter ses choix, il était parvenu un moment à se dépêtrer des accusations d'Oryon, mais cela n'avait été que de courte durée.

    * Il n'a rien compris... * Pensa le jeune homme, quelque-peu exaspéré, se demandant s'il devait mettre sa menace à exécution. S'aurait été juste, sans doute, peut-être même opportun. Mais Myad lui avait demandé de le ramener sain et sauf. S'aurait été le mettre en danger d'en faire différemment.

    * Tu étais sans doute bien pire, à l'époque. * Confia le dragon sur un ton vide de ton reproche. * Il lui reste beaucoup à apprendre. * * Sa façon de penser n'a pas sa place dans l'entourage de Myad. Il devra comprendre ses devoirs... * * Et bien explique lui alors. C'est dans tes cordes après tout. Tu as suffisamment appris pour transmettre ton savoir. *

    Le jeune homme poussa un long soupire et, observant le paysage, dit à Daror d'un ton déçu. Alors tu n'as rien compris. Il laissa ensuite peser un long silence, plusieurs minutes durant lesquelles, avec Yawë, il chercha les arguments qui pourraient convaincre Daror. C'était, quelques exceptions mises à part, la première fois qu'il se devait d'enseigner quelque-chose. Il avait déjà donné quelques conseils de combat à de jeunes soldat dont une bonne partie étaient morts pendant l'embuscade à Therinsford. Il avait cherché à apprendre la magie à Abysse, ce qui lui avait valu une intense et étrange douleur. Mais il n'avait jamais cherché à instruire le sens du devoir à un autre soldat... * Myad saurait trouver les mots. * Pensa-t'il, avant que son dragon ne le rassure. * Tu en es capable aussi... Et ce n'est pas une mauvaise chose qu'il entende ça de toi. *

    Dras Leona, son mur d'enceinte et ses tours étaient bien visibles lorsqu'Oryon reprit la parole. Ton point de vue est étrange. Tu refuses d'abandonner tes hommes mais cela ne te pose aucun problème de laisser tomber ton supérieur. Tu n'es pas seulement responsable des vies de tes subordonnés, mais de celles de ceux qui te commandent également... De l'armée toute entière. Et de l'impératrice en personne. Il est noble de protéger la vie de ceux qui nous sont proche. Mais c'est lâche si c'est au prix des vies dont on ignore qu'elles dépendent de nous. Tu n'as pas le droit d'ignorer ton devoir. Il marqua une pause en observant la ville. Le dragon avait dors et déjà amorcé sa descente. D'ici quelques minutes ils se poseraient sur la terrasse, au sommet d'une des plus hautes tour. Celle-ci, spécialement conçue pour les dragonnier, donnait directement sur la citadelle. Et les appartements d'Oryon n'était pas très loin.

    Il n'y a pas de place pour ton raisonnement parmi nous. Et encore moins au près de l'impératrice. Je te surveillerais, Daror. L'impératrice peut-être te pardonnera. Mais je n'oublierais pas. Et j'attends de toi que tu changes rapidement de philosophie.

    Ultime menace après laquelle il se tut, ne cherchant pas à débattre d'avantage à ce sujet.

    * C'était très bien. * Lui avoua son dragon, et un léger sourire pointa sur les lèvres du dragonnier.





Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mar 26 Juin 2012 - 14:37


Daror sourira quand il entendit "Alors tu n'as rien compris". Qui était-il pour le juger? Parce qu'il occupait une place bien plus haute que lui? Parce qu'il était dragonnier où qu'il croyait avoir passer des épreuves bien plus horribles dans sa jeune vie? L'épéiste faillit s'énerver encore plus mais retint son calme en sachant très bien que cela ne servirait à rien, ils avaient deux mode de pensée différente et il allait devoir accepter le mode de pensée d'Oryon même si il doutait que cela soit réciproque un jour. Quand il vit arriver les tours de la capitale impérial, il fut heureux de pouvoir mettre fin à ce débat sans fin.

*Il n'admettra jamais qu'il existe un autre point de vue que le sien....Quoi que je peux être têtu aussi pour ma part*

Oryon....Je n'oublierai jamais mon devoir, je crois que confonds ce que j'ai fait avec tout simplement la lâcheté, si j'étais aussi lâche je n'aurais même pas tenté de te combattre. Je suivrais les ordres de l'impératrice sans abandonner qui que se soit, mais ne me demande pas d'avoir du respect pour un supérieur qui ne pense qu'a son propre bien être et qui ne fait rien de la journée à part donner des ordres idiots. Je ferais plus attention désormais et respecterais les ordres ne t'inquiète pas pour ça!

Après quelques minutes, Yäwé se posa sur une terrasse prévue pour l’atterrissage des dragons et le jeune homme put admirer la citadelle vu du haut qui était encore plus impressionnante qu'a l'origine. Il y eut un moment de silence quand ils furent arriver, l'épéiste enleva les sangles unes à une et descendit du dragon et fit quelque pas vers l'entrée se tournant ensuite vers Oryon.

Merci pour ce voyage cependant sache une chose, j'ai abandonné une fois ceux qui m'étaient cher et je ne compte bien jamais recommencer. Je resterai à jamais fidèle à l'impératrice et tu n'as pas à en douter. Ma mentalité est celle que j'ai adoptée, si cela te pose un problème Oryon, tu devras faire avec! Je ferais en sorte que l'impératrice soit fier de moi et que j'ai la place qu'elle jugera bon que j'occupe mais je ne tairais pas ma personnalité pour toi!


Le dragonnier le prendrait sûrement mal mais tant pis, il n'allait pas aller loin non plus en disant amen à tout. Daror se tourna ensuite vers le chemin qui menait à la citadelle se calmant peu à peu plus, il devait être serein et confiant quand il verrait l'impératrice mais il avait toujours cette peur de faire une gaffe et le débat avec Oryon n'avait pas arrangé les choses, l'énervement n'aidait pas du tout. Il inspira longuement et fit le vide dans sa tête tout en attendant Oryon tout en disant pour essayer de détendre l'atmosphère.


Je te suis et ne t'inquiète pas je ne compte pas me défiler.

La jeune recrue se demandait ce qui allait se passer, tout son avenir allait se dérouler sur une seule discussion. Qu'avait donc l'impératrice en tête? Est ce qu'il pourrait se rendre utile pour apporter la paix à l'empire et surtout la protéger elle? Il l'espérait de tout son cœur, il avait promis à ses parents de pouvoir aider l'impératrice et il voulait toujours tenir sa promesse même avec des obstacles comme son supérieur ou maintenant Oryon qui ne lui rendrait pas la vie facile a ce qu'il avait comprit.


Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mar 26 Juin 2012 - 17:30




    Un long et froid silence perdura quelques minutes avant que Daror, à nouveau, ne cherche à développer son point de vu, cédant sur certains détails, épiloguant sur d'autres, incapable néanmoins d'admettre son erreur. Dans un sens, il réussit à nuancer ses propos, mais Oryon se sentait inquiet de savoir une telle personne dans l'entourage de l'impératrice.

    Néanmoins il ne chercha guère à le convaincre d'avantage. Si les mots ne pouvaient suffire, quelques mois d'apprentissage et de douleurs viendraient sans doute à bout de ses illusions. Autrement il n'aurait de choix que de quitter l'armée ou... mourir.

    * Il est peut-être fine-lame, mais Myad va avoir du boulot pour en faire quelqu'un de confiance. * Pensa-t'il en observant la grande tour qui s'approchait. * Et toi alors ? Tu sais très bien comment ça a commencé avec Myad. * * Oui... Mais je crois que je comprends mieux maintenant. Il lui reste beaucoup à apprendre. *

    Le dragon, approchant de la terrasse, réduit sa vitesse et, non sans s'agiter, atterrit. Le sol en pierre, fait du plus dur des granit, était littéralement rongé de profondes griffures, vestige des dizaines de dragons ayant parcouru les cieux et les terres ces milles dernières années.

    Sans attendre Daror, et avant même que Yawë eu terminé son atterisage, Oryon bondit de sa place et regagna le plancher des vache. Amortissant le choc, il grimaça et constata en se redressant que sa blessure à l'avant bras avait dangereusement enflé. Ne pas porter trop d'attention au muscle n'était peut-être pas une si bonne idée, pensa-t'il.

    * Yawë, je vais raccompagner Daror et on se rejoint chez nous d'accord ? * Dit-il en tapotant amicalement le front du dragon, qui en retour souffla un peu d'air chaud en direction du deux-pattes. * Oui, j'ai assez volé pour le moment. Et maintenant enlève moi ce truc ! *

    À peine Daror avait-il posé pied à terre que le dragon s'ébroua énergiquement. La selle virevolta mais resta en place et le dragon rugit d'agacement. Oryon, amusé, se dirigea vers la selle pour en défaire les sangle de sa main valide et, une fois celle-ci dégagée, la déposa en vrac sous un abris prévu à cet effet. En temps normal il l'aurait rangé plus proprement, mais il n'était ni d'humeur ni en état de prendre soin de son matériel.

    C'est alors que Daror reprit la parole pour, comme un défi, lui expliquer que quoiqu'il en soit il n'en avait rien à faire de son avis et qu'il devrait faire avec. Oryon jeta au jeune homme un regard carnassier, serrant les poings et ignorant même la douleur qui ne manqua pas de lancer son avant-bras droit et se retint avec force d'éclater le nez de celui qu'il pensa alors n'être qu'un petit abruti.

    Ton avis ne m'intéresse pas. Dit-il en l'observant se diriger vers la porte qui menait vers l'escalier pour quitter la terrasse. * Oryon essaye de t'instruire, espère de bipède idiot. Et si tu ne l'écoute pas, c'est ton problème. * Dit le dragon, avant de reprendre sur un ton plus menaçant. * Mais surveille ta langue. Je te déconseille de nous défier... Ou même de douter de ce qu'on pourrait te dire. *

    Sur ces mots le jeune homme resta un instant immobile et, voyant que Daror l'attendait, esquissa un léger sourire. Tu vas où comme ça ?

    Une seconde plus tard une ombre, dont la source semblait invisible, assombrit le sol. Le jeune homme leva les yeux au ciel, un sourire au lèvres, Yawë s'écarta de quelques pas et en un éclair une silhouette obscurcit l'endroit du ciel où une seconde auparavant s'était trouvé le soleil. Yenlui, portant entre ses pattes deux boules colorées, atterrit sur ses postérieur, rongeant un peu plus la roche d'une des immenses dalles de marbre, avant de poser ses pattes avant avec précaution.

    Yenlui ! Lança le jeune dragonnier avec anthousiasme. Je suis content de te revoir. Après quoi il inclina légèrement la tête en guise de salut, suivit de Yawë en marque de respect. Ce dernier, comme toujours, était content de retrouver celui qui l'avait longtemps instruit et aimé, mais il ne parvenait encore à dissocier Yenlui du terrible souvenir qu'ils partageaient. D'autant que Yenlui lui même marquait d'avantage la distance depuis cette sombre histoire.

    Et toi aussi, Myad. Ajouta le jeune homme en observant la silhouette qui chevauchait le grand dragon.

    Oryon s'approcha ensuite de Daror et, le saisissant par la manche, l'approcha de l'impératrice, plus près sans doute que l'endroit où Daror se serait placé de son propre chef, juste à côté de la tête du grand dragon d'or. Le regard d'Oryon, alors, semblait moins réjouit, et même sévère. Voilà ton déserteur. Dit-il en le poussant vers Myad, sans ménagement, parfaitement conscient que cela ne plairait pas à Daror. Je lui ai dit qu'il a de la chance. Mais je ne suis pas sûr qu'il en ai parfaitement conscience. Ajouta-t'il d'une voix sévère avant d'esquisser un léger sourire à l'impératrice, sachant bien que Daror ne pouvait le voir, comme une invitation qu'il lui faisait de ne pas se montrer trop clément envers son nouveau petit soldat.




Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3809
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Myad
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mar 26 Juin 2012 - 20:12


Il n'y avait pas de mot pour définir ce qu'il ressentait en langue commune. Ce vocabulaire étriqué, malmené, insuffisant ne pouvait suffisamment exprimer l'étendue de la tristesse qui ralentissait jusqu'aux battements de son cœur. L'émotion le rongeait indéfiniment, le ramenant sans cesse à son impuissance, à des questions sans réponses, à des énigmes sans secrets qui ne cessaient de griffer sa cervelle avec une impitoyable application. Ce chagrin était à la hauteur de sa surprise. Pour lui, sa mère avait toujours été, et serait toujours, une forme d'éternité rassurante, semblable au soleil ou à sa Dragonnière, comme si l'univers entier ne pouvait exister en son absence. Et elle était morte. Morte. Morte ! Elle qui avait survécu à mille guerres, terrassant ses ennemis avec courage et compassion, elle qui avait guidé son monstre de compagnon sur le chemin de la rédemption, de la morale, elle qui avait caché son œuf pendant des siècles et tout tenté pour sauver ses enfants... Arget, merveille du ciel condamnée aux ténèbres de l'Outreterre, comment pouvait-elle être tombée ? Elle aurait dû, elle aurait pu ! La colère dévorait le chagrin par pulsations, telle une marée intermittente, revenant sans cesse le faire souffrir non plus de froid mais bien par langues de feu furieuses. Tout cela était la faute de ces elfes noirs et de leurs préceptes immondes, comment pouvait-on condamner une personne – car sa mère était une personne, peut-être la seule sous terre qui mérite véritablement le respect – sous prétexte qu'elle empêchait le despotisme éternel et absolu ? L'incompréhension, pire, l'indignation gonflaient ses ailes de frissons frustrés. Il aurait aimé aller en Outreterre lui-même et dévorer l'araignée supérieure qui avait osé attaquer sa mère alors qu'elle était juste assez faible pour remuer. Cette chose n'avait aucun mérite. Elle était une honte, elle n'avait pas le droit de continuer d'exister... Il ferait comme lorsqu'il avait cru Myad blessée à mort par Sombral, il se jèterait à corps perdu dans un combat qu'il savait peut-être perdu d'avance – mais qu'aurait-il importé ? Arget était morte sans même pouvoir regarder son Dragonnier. Il n'y avait pas de fin plus horrible pour elle qui était née pour lui, qui avait épuisé ses forces à essayer de le sauver.

Une image se matérialisa dans son esprit, douce, lumineuse. La sensation de chaleur qui l'envahit à sa vue chassa les étincelles empoisonnées de la vengeance.

Les œufs. Étincelantes coquilles semblables à d'énormes pierres précieuses parfaitement lisses. Ses œufs. Sa mère savait. Elle avait su avant de fermer les yeux à jamais, elle était si fière... Mais elle ne les verrait pas. Elle ne saurait pas que Yenlui, avec l'accord de Delva, avait pris l'un de leurs enfants pour effectuer le rituel qui ferait de lui un dragon de Dragonnier.

Myad savait qu'en transmettant ce souvenir à son compagnon, elle l'apaiserait. Yenlui ne lui en voulait pas, au contraire. Il avait désespérément besoin d'elle.

L'Impératrice était couchée le long de son épine dorsale, un bras nonchalamment glissé entre deux énormes pics d'or et l'autre flottant dans le vent glacé. Ses cheveux attachés en une myriade de nattes minuscules avaient été sertis de têtes de serpent à leur pointe, aussi semblait-elle une méduse magnifique, les paupières closes et ses lèvres entrouvertes. Le corset de cuir noir piqueté de métal recouvrait son torse jusqu'à son menton en une protection moelleuse. Ses bras étaient nus, hormis ses épaules protégées par des épaulières rappelant curieusement des pics draconiques. Elle était nu-pieds, portant à ses chevilles des jambières de cuir renforcées de métal figurant deux phénix. Ses fesses étaient ceintes de cuir également ; autour de sa cuisse droite un ceinturon retenait trois couteaux de lancer. A sa hanche pendant la dague noire auquel elle avait offert un fourreau elfique – ironie du contraste – et son fouet coutumier.

Lorsque Yenlui repéra l'ombre de Yawë s'approchant de Dras Leona, porteur de deux bipèdes, sa Dragonnière ouvrit les yeux.

*Ils l'ont retrouvé.*
*En doutais-tu ?*

Myad rit doucement, et son rire se perdit dans les remous aériens.

*Je n'ai jamais mis en cause leur capacité à le localiser, mais bien à me l'amener entier.*

Ce fut au tour du dragon de s'amuser. Il voyait très bien de quoi elle voulait parler.

*Rejoignons-les, enfant du néant. J'ai envie de revoir nos apprentis. Tu ne peux pas savoir à quel point.*

Toute trace de joie disparut du visage gris de l'Impératrice. Si, justement. Elle ne le savait que trop bien. Ne partageait-il pas son esprit avec elle ? Ne vivait-elle pas un calvaire depuis qu'ils s'étaient retrouvés, mêlant leurs deuils et leur douleur ?
Yenlui frémit, amorçant sa descente en de longs cercles afin de ne pas surprendre ceux qu'ils retrouvaient.

*Pardonne, petite chose, l'égoïste que je deviens. J'en viens à oublier que toi aussi, tu as perdu ton dernier parent... Pire, que tu as vécu cela avec mère... Je t'en prie, pardonne-moi.*

Une caresse, une vague d'amour, une étreinte spirituelle.

*Souffrons ensemble. Punis-moi de mon échec, déverse-toi en moi, mais ne te ferme pas. J'ai besoin de toi.*

Alors que Yenlui se posait avec délicatesse, ses puissants postérieurs agrippant le rebord de la terrasse d'un mouvement machinal, l'Impératrice se redressa comme si de rien n'était pour monter sur ses épaules et toiser leurs visiteurs.

Si elle avait récemment vu Yawë et Oryon, ce n'était pas le cas de leur troisième interlocuteur.

« Yenlui ! Je suis content de te revoir. Et toi aussi, Myad. »

Le fils d'Arget se posa plus confortablement, sans lâcher une seconde son emprise sur son œuf, d'un noir saupoudré d'argent, et de l'Eldunari, d'un gris luminescent. Il tendit le cou vers son apprenti à deux jambes, lui souffla très légèrement dessus, juste assez pour qu'il ait chaud sans que cela soit désagréable, et lui donna un petit coup de museau.

*Et moi donc, Oryon-forte-tête. Je suis heureux de voir comme tu as pris en force, en assurance et en cicatrices. Tu es blessé, à ce que je vois. Le digne élève de son maître.*

Il effleura effectivement le muscle abîmé ; dans la posture inhabituelle du jeune homme il avait deviné le problème. Quant le dragon releva la tête pour saluer Yawë, la blessure était guérie.

*Yawë...* Une douleur sourde pointait dans ses pensées, qu'il endigua aussitôt en secouant la tête. *Je suis désolé. Je suis tellement désolé. Je ne veux plus que tu m'évites, je ne veux plus que tu m'en veuilles. J'ai besoin de toi, mon apprenti.* Et tout l'amour de Yenlui palpita jusqu'au jeune dragon vert comme une nuée de papillons affolés.

« Salut à vous, Oryon, Yawë, les accueillit courtoisement Myad en sautant au bas de l'épaule du reptile. »

Elle s'avança de deux pas vers eux, puis plongea son regard dans celui qu'Oryon lui présenta :

« Voilà ton déserteur. »

Le jeune homme fut bousculé en avant par un Dragonnier visiblement échauffé par quelque vexation précédente. Myad connaissait ce regard. Les prunelles bleutées d'Oryon étincelaient d'une façon amusée et provocatrice.

« Je lui ai dit qu'il avait de la chance mais je ne suis pas sûr qu'il en ait parfaitement conscience.
- Curieux, cela me rappelle quelqu'un. Pas toi, Yenlui? »

Le dragon d'or s'était couché, tenant précautionneusement ses deux choses précieuses entre ses antérieurs ; il exhala un grondement amusé, des langues de feu dorées s'échappant de ses narines.

*Curieux, je ne vois absolument pas à qui tu fais allusion.*

Myad fixa droit dans les yeux l'homme qu'elle les avait envoyé chercher. Ses prunelles reptiliennes n'arboraient ni pitié ni mépris. Elles étaient froides et perçantes comme autant de pics de glace.

« J'avais placé beaucoup d'espoir en toi, Daror Thren. »

Le fouet claqua dans l'air et, avant que l'un des acteurs n'ait eu le temps de sursauter, une fine ligne rouge apparaissait en travers du visage du soldat. Il retomba sagement sur le sol.

« Si tu savais comme j'ai été déçue d'apprendre ta disparition... Volontaire, qui plus est. Sais-tu que je n'accorde qu'une fois mon pardon? »

Elle s'approcha de lui et lui faucha les jambes pour le faire tomber. Une fois par terre, elle bougea doucement la main pour approcher la mèche du fouet, la faisant sinuer près de sa tête comme un serpent.

« Donne-moi une bonne raison de ne pas mettre ma sentence en exécution sur-le-champ. Dis-moi Oryon, mérite-t-il la mort ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 523
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Daror Thren
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mar 26 Juin 2012 - 20:54


Daror ne se doutait pas qu'il aurait l'occasion de voir en même temps le fameux dragon de l'impératrice, il en avait entendu parler bien sûr qui ne connaissait pas Yenlui le grand dragon doré de la grande souveraine avec qui il formait un formidable duo. Il ne put s'empêcher de le regarder se poser près de Yäwé tout en remarquant qu'il transportait quelque chose entre ses pattes.

*Des œufs? Cela doit être des œufs de dragon*

Toujours concentrer sur ce qu'il regardait, il remarqua bien vite Oryon et son dragon s'incliner légèrement en signe de respect pour le dragon et sûrement pour celle qu'il transportait.

*Au moins pour une fois, il montre un signe de respect, comme quoi on peut être étonné à chaque instant...*

Il avait toujours en travers de la gorge le fait qu'il se soit permis de le juger sans rien connaître des détails mais bon de toute manière cette petite dispute n'avait plus d'importance, il devait se concentrer sur la venue de l'impératrice et mise à penser à la fois où il l'avait vue au cas où elle utiliserait ses pouvoirs sur lui. Alors qu'il était perdu à ses pensées, il ne se rendit pas compte que l'assoiffé de sang le prenait par la manche. Il le traina alors devant l'impératrice lui rappelant encore son statut de déserteur et en lui disant qu'il n'avait pas compris la chance qu'il avait.

*C'est bon j'ai compris ce mec est irrécupérable autant que son dragon*

Mais ce ne fut plus tellement Oryon qui fut sa première préoccupation, voila maintenant qu'il se trouvait devant celle qui l'avait non seulement inspiré pour rentrer dans l'armée mais aussi pour l'avait fait passer un teste pour y rentrer justement. Il savait très bien que ce qu'il avait fait était répréhensible et la première parole de Myad à son encontre fut comme un coup de poignard dans son coeur mais il ne voulut pas le montrer, il avait sa fierté après tout et puis même si il s'y était mal pris il n'aurait jamais pu l'abandonner.

*Pense a ce qui va arriver, pas à autre chose, surtout pas à autre chose!*

Alors qu'il voulait répondre il entendit un claquement dans l'air et sentit juste quelque seconde après une douleur accablante apparut son visage, on aurait dit qu'on lui cramait le visage et il ne put rien faire d'autre que de se mettre à genoux sachant très bien d'où le coup était venu. L'impératrice s'approcha ensuite du jeune homme en lui disant à quel point il l'avait déçue de sa disparation volontaire et qu'elle n'accordait son pardon qu'une seule fois. Encore une fois sans qu'il n'y puisse rien répondre, il tomba a terre sous le regard des deux dragonniers et de leurs dragons. Il se sentait si désarmé mais ne voulait pas le faire paraître, il savait qu'il aurait droit à une punition et il en assumerait les conséquences jusqu’au bout.


*Il faut que je lui montre ce que je vaux, je ne peux pas me laisser aller encore une fois*

Sentant la mèche du fouet sinuer près de sa tête, il rassembla tout son courage sans pour autant vouloir être irrespectueux car il y avait bien une personne qu'il respectait plus que tout c'était bien l'impératrice du Saint Empire Léonien.

Je reconnais ma faute impératrice, cependant je n'ai pas fuit comme pourrait le suggérer votre adorable apprenti. J'ai voulu sauver une personne qui m'était chère à mon cœur et je ne pouvais attendre d'avoir la permission d'un supérieur qui ne me l'aurait sans doute jamais donner.

Reprenant rapidement son souffle il ajouta.

J'accepterais toute les punitions que vous m'infligeriez, je vous ais déçue et c'est déja pour moi une grande punition car je ne vis que pour vous servir. Si vous m'accordez votre pardon je vous jure de ne plus faillir à ma tâche mais je ne peux pas vous promettre de rester de glace si jamais celle que j'aime est en danger, ce serait contre tout ce que j'ai appris et je ne vaudrait pas mieux qu'une ombre si je n'avais pas de coeur.

Le jeune homme avait regarder Oryon quand il avait parlé de coeur et d'ombre pour bien lui faire comprendre que même si il décidait de le tuer, il ne s'avouerait jamais vaincu. Regardant ensuite très rapidement l'impératrice, il ne ferma pas les yeux acceptant le châtiment qu'il lui serait réservé mais hélas en sachant qu'il risquait la mort, il ne put s'empêcher de penser à Tenel Ka alors qu'il savait que cela serait peut être du suicide avec l'impératrice qui était très douée en magie.



Il n'y a pas de bien ou de mal, juste des camps avec des avis incompatibles.

http://brisingr.forumactif.org/t6799-daror-au-service-de-l-empire-fini#528955
Merci a Gaga et winnie pour leurs magnifiques signatures!



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) | Mar 26 Juin 2012 - 21:51




    Le dragon aux écailles d'émeraude, à l'instant même où Yenlui lui adressa la parole, sembla se désintéresser de ce qui l'entourait. Les excuses du dragon d'or, aussi intenses qu'inattendues, le prirent complètement au dépourvu et, presque tétanisé, paniqué, possédé par des sentiments dont il ne chercha pas à comprendre la signification, il se trouva incapable d'y répondre, aussi bien verbalement que gestuelement.

    Il avait eu l'occasion, ces derniers jours de repenser à tout cela. Se demandant si l'épreuve que traversait Yenlui pourrait le faire changer d'état d'esprit ou, au contraire, le pousserait d'avantage dans son obstination à refuser toute excuse. Mais il n'avait osé trop y croire, et même Oryon avec qui pourtant il partageait toutes ses peines, n'avait su trouver de mots justes pour l'apaiser.

    Et il y avait ce doute, cette peine, toujours, entre le souvenir douloureux et l'excessive compassion. Entre cette joie et ce regret, et même la honte qu'il ressentait aussitôt qu'il se réjouissait de la souffrance que pouvait éprouver Yenlui, vengeance inavouable qui éveillait ce qu'il y avait de pire en lui.

    "Désolé", avait-il dit encore et encore. Combien de nuits était-il resté à attendre pour ce simple mot, à la recherche de tout ce qui lui restait de famille ? Drynn, son frère, était mort dans sa gueule, et il ne l'oublierait pas. Mais il ne pourrait vivre sans famille. Yenlui, Oryon, et même Myad... Ils étaient sa seule famille désormais.



    Oryon, conscient de ce que traversait alors son compagnon, se désintéressa un moment de Daror. Sa blessure était guérie, avait-il constaté une fois Daror au sol. Reconnaissant, il avait sourit à Yenlui, mais son visage était ensuite devenu blême, terne, hésitant, attristé, l'expression même d'une partie des sentiments qu'éprouvaient Yawë avec une force et une sauvagerie contre laquelle il ne pouvait guère lutter.

    L'impératrice, après avoir versé le sang une première fois, posa une question à Oryon, mais il ne sut qu'y répondre, ni même raisonner avec suffisamment de clarté pour s'intéresser au problème. Aussi bredouilla-t'il quelques mots de manière incompréhensibles, l'oeil rivé sur Yawë, sans même écouter le plaidoyer de Daror. Son coeur, son esprit, semblaient happé par ce que traversait le dragon aux écailles d'émeraude.

    * Yenlui... * Énonça ce dernier en s'approchant du grand dragon d'or d'un pas hésitant, plus près qu'il ne l'avait été depuis longtemps, partageant un regard qu'il ne lui avait pas porté depuis les derniers jours passés ensemble, en paix, sur les rives du lac Isenstar. * C'est oublié. *

    Le dragon d'émeraude passa son cou en dessous de celui de son ainé, à la cherche d'un contact apaisé, comme un signe de réconciliation et de deuil. * Je suis désolé pour ta mère. * Dit il avait tristesse et remord à la manière des dragons sauvage, en images, en sensations, mais il n'y avait pas que cela. Il y avait de la joie, de l'amour. Il était heureux, quelque-part, et aurait souhaité partager cela avec Yenlui.



    Le jeune homme, secoué, se retourna vers Daror alors qu'il terminait son monologue de mon cire-pompe-officiel. Il semblait secoué, retourné, et n'avait sur le visage qu'une expression vague, comme après avoir vu quelque-chose qui ne se pouvait être. Il ne parvenait plus à penser à quoi que ce soit de sérieux, trop secoué par ces vagues de sentiments bruts qui, telles des vagues successives, avaient renversé tout ce à quoi il avait put penser avant d'arriver ici.

    Je... Bredouilla-t'il, un léger sourire aux lèvres, en observant Myad. Il ferma son esprit et, au fil des mots, sembla reprendre de l'aplomb. Désolé. Je... C'est un bon combattant. Prometteur. Dit-il à l'adresse de Myad, sans même regarder Daror. Et je comprend ce qui a put t'intéresser. Mais je doute de sa loyauté. De son sens du devoir... De ses priorités.

    Il eu un petit sourire ironique et ajouta. Je sais ce que tu me diras mais. Peut-être saura-tu trouver les mots ou... L'exercice... Qui pourrait lui faire trouver raison. Moi je n'ai pas réussi. Il se tourna un moment vers Daror, l'observant comme on regarde un enfant, avant de se tourner à nouveau vers Myad. Et je crois qu'il l'a mal prit. J'espère que tu ne comptais pas trop sur moi pour lui apprendre quoique-ce soit. Parcequ'il n'acceptera rien venant de moi.






Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Rencontre inattendue (PV Oryon) |


Revenir en haut Aller en bas

Rencontre inattendue (PV Oryon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Hors RP :: Fantômes du passé :: RPs Achevés-
Ouvrir la Popote