AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

L'ignorance a ses avantages [PV Frimain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Mar 10 Juil 2012 - 18:53


- Tu vas me détester, avait prévenu Abysse.

Elle lui apprendrait tout ce qu’elle savait, elle ne lui avait pas dit comment. R’lyeh n’avait jamais été réputée pour ses méthodes pédagogiques. Abysse n’allait pas déroger à la règle.

…mais ce que tu penses de moi, je m’en fiche comme d’une guigne, avait-elle poursuivit.

Elle l’avait dépouillé de toutes ses armes ou pseudo-moyens de défense. Frimain n’était rien. Il partirait sans rien. Et ils avaient pris la route à l’aube, sans un mot de plus. Le jeune homme affichait une mine grave, presque sévère. Abysse, quant à elle, ne laissait rien transparaître. Son visage n’était qu’un masque indéchiffrable, impénétrable.

Une fois Abysse avait rompu le silence. La voix légèrement enrouée, elle avait questionné Frimain.

- Combien de personnes gauchères avons-nous croisés ?

Le jeune homme demeura silencieux, les traits creusés par la concentration. Il répondit. Abysse fit claquer sa langue, montrant sa désapprobation.

- Faux, elle plongea un regard dur sur ce qui semblait être son disciple du moment. Désormais, nous ne sillonnerons que des routes fréquentées. Nous rencontrerons de nombreuses caravanes, troupes ou paysans. Je veux que tu retiennes chaque détail : leur allure, leur façon de marcher, leur carrure. Les moindres détails. Le premier travail d’un assassin, d’un espion ou d’un mercenaire c’est d’observer et de mémoriser.

Sa voix était dure et cassante. Frimain failli maugréer une réponse. La jeune femme le coupa d’un regard glacial. Et elle se renferma dans son précédent mutisme, ignorant les questions du jeune homme.


*
**

Cela faisait deux jours qu’il avait quitté Teirm. La journée touchait à sa fin. Le soleil déclinait, s’effaçant derrière la silhouette d’une forêt. Le crépuscule approchait. Jusque-là, Frimain et Abysse n’avaient fait que suivre la grande route en longeant la rivière. Bientôt, les deux se sépareraient. Pour le moment, la jeune femme ordonna de dresser le campement au pied de la rivière, dans une clairière bordée par une forêt. Le terrain était dégagé. Abysse soupira et s’étira légèrement après avoir déposé ses maigres paquetages. Frimain, quant à lui, s’affairait à allumer un feu. Comme à son habitude, la jeune femme le questionna.

- Combien de femmes avons-nous croisés aujourd’hui ?

- Huit, répondit-il après une légère hésitation.

- Elles étaient sept et deux portaient une arme, répliqua-t-elle.

Abysse se défit de l’épée bâtarde qui lui barrait le dos. Elle fouilla un moment dans ses fontes avant d’en extirper du fil. Elle s’accroupit, observant Frimain. Lorsqu’il eut fini, un feu timide s’éleva du tas de bois.

- Bien, assied-toi et tend tes mains devant toi.

Il obéit.

- Observe-les attentivement.

Le jeune homme les observa.

- L’imagination définie ce que l’on voit. Tu peux influencer ton monde autour de toi.

Ses mots paraissaient obscurs dans l’esprit de Frimain, sans aucun doute. Abysse se releva, dominant de tout son haut le jeune homme.

- Je vais m’assurer que les lieux sont sûrs, poser des collets et trouver quelque chose à manger. Je veux que tu gardes les mains tendues devant toi, sans ciller, et que tu les fasses tour à tour vieillir et rajeunir, qu’elles ressemblent à des mains d’enfant et à des mains fripées par l’âge. C’est la seule tâche que je te confie, essaie de t’en sortir.

Et elle le planta là, s’enfonçant dans les sous-bois de la forêt. Le feu tiendrait sans problème quelques heures. D’ici-là, elle aurait trouvé des plantes comestibles ou du petit gibier. Et d’ici-là, Frimain serait perclus de contusions, incapable de tendre ses mains devant lui. Il n’y arriverait sans doute pas. Du moins pas si vite.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Mer 11 Juil 2012 - 12:39



    Vieillir des mains ? Les rajeunir ?

    Frimain bougea ses malheureux membres dans tous les sens. Rien. Un ordre vraisemblablement stupide, pour quelque chose vraisemblablement impossible : ça promettait.
    Plier les doigts, tourner les mains, écarter les doigts, regarder ses paumes. Étrangement, toujours rien. Les faire craquer, puis recommencer. Merde.
    Voilà deux jours...

    Ils s'étaient retrouvés au matin, comme convenu. L'aube pointait et la ville s'éveillait, Frimain s'était vu délesté de toutes ses armes... de sa seule arme. Et il l'avait vu partir avec un regret plus que visible. Son seule moyen de persuasion dans la vie... qui fuyait lâchement... C'était moche.
    Après tout... pourquoi pas ?

    Elle et son... élève avaient ensuite marché, assimilant ces quelques choses et découvrant l'enseignement pour le moins singulier de la jeune femme. Épier et se taire, compter et se perdre. Le jeune homme avait regardé toutes ses personnes qui passaient, jusqu'à en avoir la nausée.
    Pour répondre encore à côté. Frustrant.
    Horriblement frustrant.

    Et il se retrouvait ainsi, stupidement immobile, observant ses mains, encore un peu plus convenu de l'inutilité du geste et de l'ordre. Non pas que le cadre ambiant fut déprimant, loin de là. Mais ce qui ne lui réussissait pas lui apportait toujours un sentiment de frustration. Voilà : il était frustré. Encore une fois et pour sûrement un mois.
    « Tu vas me détester », avait dit la jeune femme.
    Et bien pour l'instant, tu me frustres. En souriant :

    - Quel beau mot !

    La forêt ne daigna pas lui répondre.
    Le soleil s'étiolait encore un peu, le feu éclairait la scène. Il rougeoyait doucement ; les braises de ce qui fut jadis un beau foyer renvoyaient une idée de décrépitude, elles faiblissaient dans un crachotement à peine perceptible. Une ou deux fumerolles s'élevaient encore, disparaissant dans la nuit. Au vu des étoiles, voilà une bonne heure qu'il était là, observant ses fichues mains -il apprenait à les haïr-, seul. Fatigué.

    Et puis mince.

    Il s'assit sur le sol bientôt trempé, attisant le feu avec une branche.
    Les bruits de la nuit lui formaient un cocon rassurant, il se pelotonna dans ses semblants de loques.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Mer 11 Juil 2012 - 21:37


Un écureuil et quelques baies, voilà en quoi résumait le butin qu’elle avait amassé. Abysse soupira. Le diner serait frugal. La jeune femme pensait rester quelques jours. Le temps, du moins, d’apprendre quelques bases à Frimain. Elle avait posé quatre collets. Avec de la chance, elle y piégerait bien quelques menus gibiers. De toute façon, il lui restait encore des vivres si les temps s’annonçaient trop maigres.

Dissimulée dans les ténèbres de la forêt, Abysse observait son apprenti. Il s’impatientait, changeant sans cesse de position, tournant et retournant ses mains avec dépit. La jeune femme ne parvenait pas à lire les expressions de son visage. Etait-ce de la colère, de la frustration ou l’abandon ? Frimain lâcha un dernier soupir et laissa retomber ses mains. Il resserra ses frustres autour de lui et se mit à tiser le feu. Entre-temps, Abysse avait fait le tour de la clairière.

Elle quitta l’abri des sous-bois et s’approcha à pas lents et mesurés du jeune homme. Elle était dans son dos, silencieuse et furtive comme une ombre. De toute façon, elle n’avait pas besoin de faire tant d’efforts. Les sens du jeune homme étaient bouchés, hermétiques et complètement étouffés. Abysse espérait cependant qu’il ne lui faudrait pas trop de temps pour s’éveiller. De toute façon, du temps, elle n’en avait guère devant elle. Et lui encore moins, il n’était qu’un simple humain après tout.

- En remuant les braises ainsi, tu rends ton feu plus facilement repérable, fit-elle une fois parvenue à moins de quatre pas de Frimain qui lui tournait toujours le dos.

Le jeune homme sursauta à peine, se retournant vers elle. Abysse l’avait surpris, elle en était certaine. Au moins il avait la faculté de la dissimuler… Elle se pencha vers lui, posa deux doigts sur son poignet et guida la main qui remuait les braises avec la bâton.

- Tu dois les faire rougeoyer au minimum. Là, conclut-elle quand il eut saisi le mouvement qu’elle lui montrait.

Elle se redressa lentement et le contourna, s’asseyant sur sa gauche, à quelques pas.

- Parfois, tu devras dormir sans feu. Je peux t’apprendre à endurer le froid, la chaleur et même la douleur. Cela ne veut pas dire que tu n’en souffriras plus, disons que tu t’en accommoderas. Mais pour cela, tu ne dois pas laisser tomber dès la première difficulté.

Elle darda sur lui un regard froid. Puis se détournant, elle étala devant son maigre butin. Elle sortit un couteau qu’elle gardait dans ses fontes et entreprit de dépecer le malheureux écureuil.

- Peux-tu bouger le troisième orteil de son pied gauche ? Sans bouger les autres, bien sûr…

Abysse n’avait pas besoin de jeter un coup d’œil au jeune homme pour savoir qu’il s’y essayait.

- Non, bien entendu, tu ne le peux pas. N’importe quel être non éveillé ne le peut volontairement. Elle marqua une courte pause, un sourire naissant sur ses lèvres. Mais si tu suis mon enseignement, alors tu le pourras. Tu sauras contrôler le moindre muscle de ton corps et éveiller tes sens à leur paroxysme. C’est cela que je peux t’enseigner.

Elle fronça les sourcils. Abysse ne cherchait pas de réponse de la part de Frimain. Lentement, elle se laissa dériver avec nostalgie vers son passé.

- De nombreux avant ont abandonné avant de passer leur novicia. Certains par dépit ou par frustration, d’autres sont morts dans leur aveuglement obstiné. Et d’autres encore sont devenus novices. Le premier pas pour devenir Disciple de R’lyeh. Mais nous commençons dès l’âge de trois ans. Tu es trop âgé Frimain mais je pense que tu peux y arriver. Du moins, je l’espère.

Entre-temps, Abysse avait préparé la viande, l’enfilant habilement sur une broche et l’accrochant au-dessus du feu. La viande était maigre et rare sur la carcasse. Elle serait cuite bientôt. La jeune femme contemplait ses mains, fixement. Pas à un seul instant elle n’avait posé son regard sur Frimain.

- Je les connais par cœur. Je n’ai plus besoin de lumière pour les voir et pour savoir qu’elles rajeunissent et vieillissent à ma guise. Je ferme les yeux et je les vois.

Abysse grimaça une ébauche de sourire.

- Le monde qui t’entoure n’est que ce que tu veux en faire. C’est ton imagination qui le modélise. C’est elle qui le contrôle. Contrôle ton imagination et tu contrôleras ton environnement. Alors tu entreras dans une pièce, il te faudra moins d’une seconde pour l’analyser et graver ses moindres détails dans ta mémoire, tout t’apparaîtra comme un plan clair, naturel et sans défaut. Et cette pièce sera ton arme, tous les éléments tes alliés. Ainsi, tu déferas tous tes ennemis. Tous ceux trop aveugles, en tout cas, pour analyser et agir comme toi.

Elle referma ses mains et secoua la tête. Elle en avait bien assez dit. La jeune femme se redressa. L’écureuil était presque cuit. Abysse partagea les baies, rompit deux morceaux de pain dur et les distribua. Avec son couteau, elle découpa un morceau de la carcasse et se l’appropria. Elle le porta à ses lèvres et s’arrêta.

- Tu devrais recommencer l’exercice. Demain commencera un entraînement autrement plus difficile.

Puis elle mordit dans la viande brûlante et juteuse. Elle avait connu pire comme soirée, finalement.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Jeu 12 Juil 2012 - 11:29


    La jeune femme l'avait passablement surpris en surgissant ainsi, sans bruit et avec finesse. Pourtant, il aurait dû s'y attendre. Elle était si... imprévisible que cela devenait prévisible. Et l'on disait ça après coup. Navrant.
    Elle s'assit non loin de lui.
    Frimain était immobile.
    Il écoutait.
    Il tentait.
    D'assimiler.
    Et il se souhaitait bonne chance.

    La voie que Abysse lui ouvrait semblait de minutes en minutes plus tentatrice, plus libertaire, plus tout. Elle prenait la peine de lui enseigner ce qu'elle avait elle même appris ; nul ne savait combien de temps elle allait tenir à ses côtés. Il espérait le plus longtemps possible, il espérait faciliter la tâche.
    Venant de lui, cela allait être ô combien difficile.

    - Tu devrais recommencer l’exercice. Demain commencera un entraînement autrement plus difficile, fit-elle suite à son monologue.

    Frimain se retint à grand peine de maugréer, de se plaindre, ou de faire toutes ces choses que ni lui ni Abysse n'aurait apprécier. Il se leva simplement, dans un certain silence.
    Puis il se décida à fermer les yeux.
    D'une part, parce qu'il ne supportait plus la vue de ses putains de mains.
    D'autre part...

    Il les rouvrit. Loucha. Se tint immobile. Se concentra. Plissa les yeux.
    Tenta de maîtriser sa frustration. Inspira, expira. Calmement. Calmement...

    Puis il ne fit rien.
    Sentant une boule -de quoi?- lui remonter, là dans le ventre.
    La laissant s'échapper.

    Rien.
    Absolument rien.
    Un quart d'heure. De rien.

    Les braises crissaient. Il les continuait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Jeu 12 Juil 2012 - 13:23


Frimain ne disait rien. Pas à un seul moment il n’avait rompu le lourd silence qui enveloppait les deux jeunes gens. Et pourtant, Abysse sentait la frustration et les questions qui tiraillaient le jeune homme. C’était mieux ainsi. Il devait apprendre le silence et écouter. Et puis, surtout, apprendre à voir. Abysse finit rapidement son morceau de viande. De la pointe du couteau, elle se resservi. Il valait mieux finir la carcasse, elle n’avait aucun moyen de la conserver.

Lorsque le repas fut terminé, la jeune femme remballa soigneusement ses affaires, tisa les braises mourantes et essuya son couteau. Elle déroula ensuite sa lourde cape de laine et s’assit en tailleur dessus. De son côté, Frimain s’était relancé dans l’exercice. La détermination et l’imagination en étaient la clé. Abysse avait confiance en lui. Il y arriverait. Quant à savoir quand, nul autre que lui ne pouvait répondre.

La jeune femme retint un soupir. La nuit était tombée depuis peu, les entourant d’épais ténèbres. Le sommeil ne viendrait pas pourtant. Elle savait. Depuis longtemps déjà, seules quelques heures lui suffisaient. Alors Abysse s’accroupit, s’installa confortablement, posant les mains à plat sur ses genoux et elle ferma les yeux. Lentement, elle ouvrit chacun de ses sens, étendant son esprit tout autour d’elle.

Elle percevait la présence de Frimain, non loin d’elle. Le jeune homme dégageait une aura aux formes incertaines, libres et mouvantes. Elles traduisaient la jeunesse du corps, son inexpérience et ses facultés d’apprendre. Le temps les sculptera, lentement. Etendant davantage sa conscience, Abysse percevait l’énergie des milliers d’êtres qui les entourait. Elle sentait même la présence, plus ténue, d’arbres centenaires.

Et petit à petit, elle sortait de son corps, explorait les alentours et oubliait ce qu’elle était, ce qu’elle avait été et ce qu’elle deviendrait.


*
**
- Debout.

Une main secoua l’épaule de Frimain. La pression était légère mais ferme. L’aube poindrait ses rayons naissant d’ici quelques heures. Il était temps de commencer la formation. Abysse avait déjà rangé une partie de ses affaires, étouffé le feu et ses cendres et avalé un morceau de pain. Elle avait ramené ses longs cheveux en arrière, les retenant par un foulard écarlate. Quelques mèches immaculées encadraient cependant son visage. Elle les chassa en secouant la tête. Un sourire amer étirait les lèvres de la jeune femme. Il allait souffrir oui.


[ Hop, jme suis permise de passer directement au lendemain histoire que les choses sérieuses commencent ]



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Jeu 12 Juil 2012 - 17:49


    - Debout.

    Un ordre, un conseil. Frimain ouvrit les yeux, roulé en boule comme s'il eut été dans la ventre de sa mère. Quelques secondes plus tard et il était sur pied, décidé et prompt. Le jeune homme s'étira.
    Le soleil ne prendrait place dans le ciel que dans une ou deux heures : la nuit était encore belle et bruissait de mille bruits d'animation. On chassait, on tuait encore.

    Le sol était entièrement trempé, mis à part aux alentours du maigre foyer, où il s'était pelotonné. Pas fou : commencer la journée mouillé comme un gardon ne lui disait rien qui vaille. Avec Abysse, il y aurait mille et autres façons de nuire à son confort. Il passa une main fraîche dans ses cheveux, les lissant du bout des doigts.

    Puis il observa ses mains. Non. Oui ?
    Fichu exercice.

    Le jeune homme fourra ses affaires si peu nombreuses dans son sac, pestant contre cette rosée qui ne lui voulait manifestement que du mal. Elle, elle semblait déjà prête.

    - Et maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Sam 14 Juil 2012 - 13:30


- Et maintenant ?

- Tu n’avais pas besoin de ranger tes affaires. Nous allons rester quelques temps ici.

La clairière était protégée par les bois environnant et la rivière apportait l’eau dont ils avaient besoin. Oui, ils seraient bien ici.

- Nous n’allons pas commencer l’entraînement de suite. Pas celui que j’entends du moins. Nous allons commencer par créer un abri pour préserver nos affaires de l’humidité.

Abysse se détourna, avisa une branche haute sur le premier arbre qu’elle rencontra et y suspendit ses affaires.

- Dans un premier temps, on va mettre nos affaires hors de portée des prédateurs.

La jeune femme fit volte-face, dévisageant Frimain. Ce dernier s’approcha d’elle à pas lent, ses affaires dans une main. Il semblait encore légèrement embrouillé par le sommeil. Abysse grimaça un sourire. Elle sortit son couteau de chasse et le lança aux pieds de Frimain, à quelques millimètres seulement d’un de ses orteils. De quoi surprendre le jeune homme.

- T’auras besoin de ça, fit-elle tout en dégainant son poignard. Nous allons ramasser des branchages. Je te montrerais également les plantes qui peuvent tuer et celles qui peuvent soigner. Une dernière chose, soit alerte lorsque nous serons dans la forêt. Je veux que tu enregistres toutes les odeurs, les bruits et les détails que tu rencontreras. Tu dois éveiller tes sens. Essaie de déterminer toutes les présences qui nous épient dans les bois, cela devrait faire un bon début.

*
**
Cela faisait maintenant trois heures que les deux jeunes gens déambulaient dans les bois. Avec un peu de ficelle, Abysse avait créé un système pour porter les fagots de bois dans le dos. Chacun portait désormais assez de branchages pour construire un abri. Entre-temps, la jeune femme avait commencé à enseigner quelques plantes aux vertus intéressantes à Frimain. Ce dernier écoutait en silence, opinant du chef et posant quelquefois des questions sur certaines plantes. Le jeune homme semblait intéressé. C’est un bon début, songeait Abysse.

Alors qu’ils entamaient le trajet du retour, Abysse s’arrêta au pied d’un hêtre. Elle s’accroupit et invita Frimain à en faire de même. Lorsqu’il fut placé à ses côtés, elle cueillit du bout de la lame une plante minuscule aux corolles flétries. Autrefois, ses pétales avaient dû être bleus. Désormais, elles ne formaient plus que des minuscules clochettes tombantes.

- De l’aconit. Les chevaux en raffolent. Hélas, crue elle les tue, cuite, en revanche, elle fait un aliment très nutritif pour des montures fatiguées.

Abysse montra la plante au jeune homme, y déposant quelques fleurs dans sa main pour qu’il puisse les observer.

- Crues elles sont un poison extrêmement efficace pour l’homme. Elles provoquent d’atroces douleurs d’estomac et tuent le malheureux en moins d’une journée. On confond toujours ses effets avec une crise de foie fulgurante. En revanche, il existe une façon particulière de la cuire qui modifie ses effets. L’aconit devient alors un puissant purgatif qui peut sauver de bien des poisons.

Lentement, la jeune femme se releva.

- Nous la ferons sécher et je t’apprendrais ensuite à la cuire. Rentrons maintenant, nous avons un abri à construire et un nouvel enseignement à commencer.

Un sourire laconique étirait ses lèvres.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Sam 28 Juil 2012 - 16:09



    Frmain se baissa pour ramasser le couteau, ravi dans une certaine mesure de se poser. Il y a des jours comme ça, au réveil, où l'on a pas spécialement envie de fouler de ses fichues godasses ces fichues routes de cette fichue Alagaësia. Ravi donc, légèrement chancelant sur ses pieds. Il avait l'habitude et cela allait sûrement passer.
    Nouveau jour. Nouveau départ. Nouvelle douleur. Nouveau plaisir ?
    N'empêche, lui balancer ainsi un couteau. Elle allait finir par tuer quelqu'un...
    Garçon stupide.

    Il hocha ensuite la tête aux dires de la jeune femme, puis la suivit dans les bois, non sans avoir déposé ses affaires sur ladite branche.
    Apprends et tais-toi.

    Ils ramassèrent donc du bois, tandis qu'Abysse poursuivait son enseignement. Les plantes, il aimait ça et avait déjà quelques connaissances très basiques en la matière. Bien maigres certes, mais sa mère n'avait pas vraiment eut le temps de lui en apprendre davantage. Le peu qu'il connaissait lui avait toujours suffi. Du point de vue médicinal.
    Frimain assimilait donc, et prenait du plaisir.

    La jeune femme, au retour, s'arrêta bientôt pour poser dans la main de son... apprenti, de minuscules clochettes qu'elle avait délicatement cueillies de la pointe de son couteau. Tandis qu'elle expliquait l'usage de la plante, Frimain scrutait ses petits bouts de choses, tachant de se souvenir de leurs formes. Il paraissait inconcevable que cette plante puisse aussi bien mener à sa perte que guérir.
    Un peu comme le truc du couteau que l'on nous bassine. Enfin que l'on m'a bassiné. Peut couper le pain et tuer. Pas de bien. Pas de mal.

    Ils se relevèrent, puis le jeune homme suivit Abysse.
    Avide de nouvelles connaissances, alors que le coup du vieillissement des mains n'était déjà plus qu'un lointain souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Dim 29 Juil 2012 - 23:48


Frimain la suivait, docile, attentif. Le changement brutal de comportement du jeune homme la surprenait. Il y a quelques jours de ça elle avait eu à faire à un jeune homme arrogant et aux réponses mordantes. Désormais, elle ne voyait plus en lui qu’un être malléable, ouvert et prêt à apprendre. Et il était silencieux, toujours. Abysse en venait presque à croire qu’elle devenait trop bavarde tant elle monopolisait la parole.

Apprend le silence et tu apprendras à écouter.

Cela, Frimain l’avait déjà compris. Il se trouvait déjà dans une attitude d’attente paisible, prêt à recevoir le savoir qu’on lui enseignerait. Un sourire naquit sur les lèvres de la jeune femme. Elle ne s’attendait réellement pas à un tel changement, et aussi rapidement qui plus est !

Allons, il est prêt.

Les deux jeunes gens venaient de quitter les sous-bois. Se dirigeant d’un pas vif vers la clairière où ils avaient établis leur campement, Abysse indiqua la manière de sécher les plantes récoltées. Frimain l’observa et prit le relais. Ses gestes étaient précis, presque déjà habitués. Abysse ne savait rien de lui, de son passé ou de ses expériences. Elle se promit de le questionner, espérant recevoir quelques réponses. Mais l’heure n’était pas aux interrogations. Alors que Frimain terminait la préparation des plantes, Abysse dégageait un espace circulaire au centre de la clairière.

Elle planta fermement son talon droit dans le sol tandis que son pied gauche glissait lentement, s’éloignant. Elle fléchit les jambes, décontracta le haut de son corps et se redressa légèrement. Le regard perdu dans le vide, ses mains vinrent se placer en une position de garde. Ses paumes s’ouvrèrent face à elle. Frimain s’était déjà retourné et la fixait intensément. La jeune femme pouvait lire les questions qui défilaient dans son regard. Pourtant, elle ne répondit à aucune d’entre elles.

- Face à moi, imite-moi.

Et le jeune homme opéra. Abysse enchaina une deuxième position. Découlant de la première, elle semblait suivre un cheminement naturel. Et pourtant, lorsque le jeune homme voulut l’imiter, ses gestes ne traduisirent que maladresse et hésitation. L’initiation commençait.

- Reprend ta position initiale, fit-elle sèchement mais sans méchanceté.

Abysse rompit le mouvement et vint se placer aux côtés du jeune homme. Du plat de la main, elle corrigea sa position, rectifiant quelques placements.

- Le talon arrière solidement planté, la base de ta position. Le haut de corps gainé, les jambes souples et les mains fermes. Le port de la tête haut.

Chacun de ses conseils étaient accompagné d’une claque légère sur l’endroit approprié. Frimain corrigea sa position sans un mot. Le regard fixé au loin, il semblait concentré.

- Tu gardes cette position jusqu’à ce que je t’en enseigne une nouvelle.

Abysse s’éloigna, jetant un dernier regard vers le jeune homme. Il ne bronchait pas. Un sourire presque malsain vint naître sur les lèvres de la jeune femme. Il était toujours impressionnant de constater la propension de l’homme à l’obéissance aveugle.

Accroupie auprès de ses affaires, Abysse cherchait un objet. Elle tria chacune des plantes récoltées et les sépara avec soin. Sans se retourner, elle offrit quelques explications à son nouveau disciple.

- La discipline Prana-Bindu a pour objectif d’éveiller le corps et de pousser sa sensibilité au maximum. C’est un art mortel au corps à corps. Il te permet de contrôler chacun de tes muscles et d’assoir une maîtrise totale de tes sens. Des questions ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Lun 30 Juil 2012 - 12:14



    Revenus à la clairière, la jeune femme présenta à Frimain le moyen de sécher les quelques plantes récoltées au passage. Pas une grande découverte ici, un semblant de mémoire qui s'éveille doucement, les gestes mille fois répétés de sa mère qui reviennent à la surface. Lorsqu'elle lui passa le flambeau, il reproduit promptement ses gestes. Assez bien lui dira t-on.
    Sans doute. Cela lui ressassait quelques méchants souvenirs. Enfin... des souvenirs pour la plupart heureux, mais qui ne menait à rien d'autre que de le faire s'apitoyer sur ce sort. De ce point de vue là, ils étaient méchants, ils étaient sournois.

    Poursuivant sa tâche, son regard se porta sur la jeune femme, à l'extrémité de son champ de vision. Celle-ci bougeait...
    Non, pas le mot.
    Celle-ci se mouvait élégamment, dans une sorte de danse. Une sorte de gestuelle qui accrochait l’œil. Pourquoi ? Comment ? Où ? Fouillant dans sa mémoire, il se rappelait quelque chose d'assez semblable, que l'on retrouvait chez certaines peuplades du grand désert. Ces tribus même qui se voulait en symbiose, avec cette nature environnante.

    D'une parole, Abysse l'invita à la rejoindre. Ce qu'il fit docilement.

    Puis une autre position s'écoula de la première, position qu'il tenta de reproduire. Plutôt pas mal, mais cela ne semblait pas suffire. Il reprit sa place.

    Tout en distillant ses commentaires, la jeune femme indiqua par de légères claques une position qui se voulait idéale. Frimain resta coi, obtempérant sans broncher.
    - Le talon arrière solidement planté, la base de ta position. Le haut de corps gainé, les jambes souples et les mains fermes. Le port de la tête haut.

    Puis elle lui intima l’immobilisme, alors que le vagabond repoussait dans sa tête cette vague de protestation. Il n'aimait pas spécialement rester ainsi, alors que la fatigue arrive plus vite qu'on ne le pense, alors que les crampes se réveillent et que la sueur commence à perler.

    - Des questions ?

    Oui.

    - Et d'où vient cette... discipline ? A t-elle de nombreux adeptes par delà l'Alagaësia ? Dispose t-elle de groupuscules définis ? Elle vient de plus loin ? Du désert ? Demande t-elle... du temps avant d'être entièrement assimilée ?

    Cette dernière question lui arracha un sourire d'excuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Lun 30 Juil 2012 - 13:02


Frimain l’assaillit de questions. Certaines touchèrent plus justes que la jeune femme ne s’y attendait. Le jeune homme y avait longuement réfléchit, y apportant les maigres expériences qu’il avait récolté. Il semblait plus éveillé qu’il ne voulait le laisser paraître. Un bon point pour lui, songea-t-elle. Abysse en fut quelque peu étonnée. Elle haussa un sourcil, à demi amusée. Libre à elle d’y répondre ou non.

- Si je m’attendais à autant de questions…

D’un pas vif et leste, elle vint se placer en face du jeune homme, légèrement sur sa gauche. Elle se laissa choir et s’assit en tailleur. Frimain la dominait désormais de toute sa hauteur. La jeune femme posa ses mains à plat sur ses genoux, les paumes vers le haut. Ses épaules se détendirent, imperceptiblement. Elle soupira. Son regard était perdu à l’horizon, juste en dessous du bras gauche de Frimain.

- La discipline Prana-Bindu n’appartient plus à l’Alagaësia. Elle est née avec les Premiers Hommes. Avec le temps, ces derniers l’ont oublié, préférant le bronze, le cuivre et l’acier. Mais il existe encore, par-delà le désert, un peuple issu des Premiers Hommes. Régi par un l’Ordre de R’lyeh, ce peuple a pour but de conserver la mémoire humaine et de la préserver.

R’lyeh était un mot oublié et redouté. Les hommes le croisaient parfois dans quelques obscures légendes mais il n’était jamais de bon augure. L’Ordre s’était toujours entouré de mystères et d’énigmes. C’était un Ordre de l’ombre et de l’oubli, un ramassis d’espions et d’historiens imbus de leur savoir. Et Abysse était leur disciple. Un sourire étira ses lèvres. Il y avait bien longtemps qu’elle n’avait pas ainsi parlé de son Ordre.

- Mais R’lyeh est mort avec l’avènement des dragons sauvages. Ce que je t’enseigne est voué à disparaître avec les derniers disciples de l’Ordre, sans doute…

Elle fronça les sourcils, surprise de ce qu’elle lui confiait. Elle l’avait toujours su mais avait refusé de l’admettre jusque-là. Les dragons sauvages avaient anéanti son peuple, ou presque. Il ne devait rester que quelques survivants du désert et les disciples envoyés pour sillonner l’Alagaësia. Abysse secoua légèrement la tête, chassant ses pensées. Elle reprit sur un ton plus ferme.

- Nous commençons l’initiation à la pratique Prana-Bindu dès l’âge de quatre ans pour les élèves les plus doués, six pour les autres. Tu ne maîtriseras certainement pas à la perfection ce que je t’enseignerais mais le temps et la persévérance t’y aideront.

Un sourire, léger, flottait sur ses lèvres. Oui, elle espérait que Frimain y arriverait. Il y avait en cela une satisfaction presque personnelle. Elle offrait une part de son savoir, prolongeant par ce biais sa propre mémoire. Abysse reprit son sérieux rapidement et fixa le jeune homme.

- Maintenant conserve cette position, écoute ton corps et ouvre ton esprit à tes sens. Ecoute ce qui t’entoure.

Et elle joignit le geste à la parole, fermant les yeux et libérant son esprit tout autour d’elle.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Lun 30 Juil 2012 - 18:59


    Il hocha la tête, sa curiosité étanchée, pour assurément un laps de temps très court.
    Il semblerait que l'information soit beaucoup de choses, et que ces mêmes choses soient et restent primordiales, songea t-il, se surprenant lui-même. Je sais cela, je ne le sais plus, et cela forme... une différence. Enfin... voilà quoi.

    Frimain inspira profondément, se concentrant sur sa position qu'il commençait à trouver légèrement redondante. Mais après tout... Pourquoi pas ?

    - Maintenant conserve cette position, écoute ton corps et ouvre ton esprit à tes sens. Écoute ce qui t’entoure, lui intima Abysse, tout en fermant elle-même ses mirettes.

    Tant qu'il ne s'agit pas des mains qui rajeunissent...
    Il frissonna, fermant doucement les yeux, tentant de faire le rien, tentant d'écouter et non d'être. C'est beau. Le vent. Les oiseaux. Et la rivière. Et le bruissement des branches. Et la vie.
    Et lui qui s'oubliait.
    Attentif. Sois attentif.
    Les sons semblèrent bientôt plus nets, les odeurs plus fortes. Très sensiblement, mais tout de même. Et puis c'était tout. Des craquements sur le sol, les aiguilles de pin qui embaument ce tout.
    Rien à faire, rien à dire. Écouter.

    Oui, mais pas trop longtemps. Ça pourrait devenir lassant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Dim 19 Aoû 2012 - 11:59


Et tout l’après-midi durant, Frimain se contorsionna en diverses positions jusqu’à éveiller une douleur dans chacun de ses mucles. Abysse corrigeait chacun de ses faux pas, l’encourageant de quelques tapes et claquement de langues. Elle reproduisait à l’identique les positions qu’elle imposait au jeune homme. Elle sentait aussi le manque de pratique la tiraillait. Pourtant, elle ne disait rien. Elle devinait également la fatigue et les douleurs qui assaillaient Frimain. Docile, pourtant, il obéissait et jamais ne bronchait. Abysse n’avait jamais pu imaginer un tel changement de comportement chez lui. Lorsqu’elle l’avait rencontré, il lui avait paru indolent, impertinent et si sauvage. A présent, il était attentif, patient et discipliné.

Les deux jeunes gens, absorbés par l’exercice, en oublièrent de manger. Le soleil déclinait à l’horizon lorsqu’Abysse mit fin à la torture. Elle-même se sentait engourdie et passablement exténuée. Pour Frimain, la douleur devait être bien plus intense. Abysse le fit assoir, lui imposant de se remémorer mentalement l’enchaînement des positions. Elle voyait petit à petit le corps du jeune homme s’éveiller. Il lui faudrait se muscler également et s’assouplir. Pour le moment, cependant, le repos était de rigueur. Tandis que Frimain s’asseyait et méditait sur le cours de la journée, la jeune femme entreprit de préparer le repas et le camp pour le soir.

*
**
Le feu crépitait joyeusement lorsqu’Abysse brisa enfin le silence. Le diner serait bientôt prêt.

- Tu dois sentir ton corps endolori n’est-ce pas ? Et ressentir des douleurs dans des muscles insoupçonnés jusque-là. Le prana-bidu éveille ton corps et augmente sa sensibilité. Demain nous commencerons à muscler et assouplir ton corps.

Abysse tisonna le feu. Son regard se perdait dans le rougeoiement des braises.

- Demain je commencerais aussi à t’enseigner les points mortels et les prises qui peuvent tuer. Mais pour ce soir, le cours est terminé.

Elle se tourna vivement vers son nouvel élève, un sourire aux lèvres. La scène était si improbable. Elle ne s’était jamais imaginée en arriver là !

- En attendant, raconte-moi un peu ce qui t’a poussé sur les chemins.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Dim 19 Aoû 2012 - 19:47



    - Rien. Ou plutôt si : tout.

    La journée avait été éreintante à en crever. Chiante dans ses moindres faits et gestes ; douloureuse. Ses muscles le lançaient, d'une façon qu'il n'aurait pas imaginé possible, et, comble de l'horreur, il suait abondamment et grassement, comme s'il avait été exposé au soleil durant de longues heures.
    Dégueulasse.

    Le jeune homme tâcha de se souvenir des différentes positions qu'il avait dues prendre tout au long de cette ensemble digne du plus fameux des martyrs, obtempérant aux dires d'Abysse.

    - En fait, ma mère, avec qui je vivais, est morte lorsque j'avais... disons... dix ans. Pas vraiment de choix pour moi, sinon de me rapprocher des villes et de la bouffe, plus facile à obtenir qu'à la campagne. Et puis y'a du boulot aussi, pour tous les goûts et tous les âges.

    Frimain grimaça.

    - J'ai pas fais le tapin et j'en suis plutôt fier. On gagne gros et vite, mais y'a une certaine limite à pas dépasser. Je me suis... procuré de la nourriture, souvent par des moyens mais parfaitement, mais alors parfaitement légal, finit-il d'un ton pour le moins ironique.

    Il préférait pas rentrer dans les détails, et c'était mieux pour tout le monde. Cela avait été difficile, mais ça l'était pour tout le monde. Dire cela, d'une façon aussi crue, c'était pas son genre. Il n'avait jamais vraiment discutailler, même avec sa génitrice. Lorsque l'on disait quelque chose, c'était dans un but précis, et puis rien d'autre.

    « Si t'as quelque chose à dire, dis-le. Sinon : ta gueule. »
    Belle philosophie.

    - Alors est arrivé un moment où j'en aie eu ma claque : toujours les mêmes têtes, toujours les mêmes tronches de con. Ça me passait par dessus la tête tout ça... Alors pouf. La poudre d'escampette, au milieu des gardes et de tous ses organismes qui se demandaient ce qu'un garçon beau et fort comme moi ne faisait pas dans leurs camps. Ouais, beau et fort.

    Ironie, quand tu nous tiens...

    - Sur la route et les sentiers, à travers ces si vastes contrées ! On vivote comme on peut, et la vie sédentaire perd peu à peu ses attraits, quand l'on voit ce qu'il reste à faire, à voir. Après y'a l'argent, mais c'est encore autre chose.

    Que de belles paroles ! Mais ensuite ?

    - Sinon, il est, de par le pays, coutume de retourner la question. Comment es-tu arrivé ici, maintenant et pas autre part ? J'ai répondu, la politesse devrait faire le reste...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Jeu 23 Aoû 2012 - 11:11


Abysse souriait. Le jeune Frimain avait retrouvé son acidité naturelle. A peine avait-elle posé sa question qu’il redevenait le jeune homme désinvolte, un poil provoquant et sarcastique à souhait. Sa vie n’avait pas été facile, comme la plupart des enfants poussés sur les routes. Heureusement pour lui, Frimain avait eu de la chance, beaucoup de chance. Milles morts l’attendaient au tournant des chemins et pourtant, il les avait toutes évitées. De justesse, parfois, sans doute. Mais il était là, vivant, les yeux brillants de défit et l’esprit aux aguets. Cet homme méritait d’apprendre. Il saurait se forger un avenir une fois les armes en mains.

- Sinon, il est, de par le pays, coutume de retourner la question. Comment es-tu arrivé ici, maintenant et pas autre part ? J'ai répondu, la politesse devrait faire le reste...

Plissant les yeux, la jeune femme laissa retomber le silence. Un sourire fin, un tantinet espiègle, étirait ses lèvres. Détournant légèrement le regard, elle désigna le feu de la main.

- Le diner est prêt.

Cherchait-elle réellement à détourner la conversation ? La jeune femme se pencha vers le maigre butin et se servit une part. Frimain l’imita, silencieux. Elle sentait sa déception et même sa frustration. Elle l’avait poussée à parler de lui et, une fois qu’il lui tendait la pareille, elle se défilait. Mordant dans son repas, Abysse ruminait ses propres défiances. Pouvait-elle révéler ce qu’elle était réellement à cet étranger ? Sa patrie était morte, sans doute, annihilée par les dragons sauvages. Mais sa mémoire était toujours là, en elle. Elle ne pouvait la trahir.

Garder le silence, jusqu’à la mort.

- Je suis une exilée.

Voilà qui aurait pu suffire comme réponse. Hélas Abysse savait que le jeune homme ne la laisserait pas en paix. Pas après ce bout d’informations lancé aux appétits féroces de la curiosité éveillée. Elle ne pouvait plus s’arrêter, maintenant. Abysse mordit à nouveau dans la viande sèche, coriace. Elle la mastiqua un instant. Le regard perdu dans le feu aveuglant.

- Mon peuple appartient à une race ancienne, oubliée. Je ne suis pas réellement humaine. Du moins, pas plus que ne l’est un homme devenu dragonnier. Par mon statut et mon savoir, j’ai été exilée, forcée de quitter les miens. Je suis ici non pas par choix mais par dépit. Je sillonne les routes non pas pour trouver un lieu qui deviendrait ma nouvelle demeure mais parce que je dois continuer à marcher, encore et encore. Je vis de ce que mes talents peuvent m’offrir. J’observe les hommes, sans cesse, mais ne me mêle pas à eux.

Abysse marqua une pause. Son récit était décousu, sans doute incompréhensible. Hélas, elle ne se sentait pas d’humeur à en extraire quelques explications. Elle en avait déjà bien assez dit.

- Est-ce tout ce que tu voulais savoir, Frimain le voyageur ?

Elle secoua la tête, jetant les débris de son repas. L’appétit s’en était allé. Abysse organisa lentement sa couchette, secoua les braises et alimenta le feu pour la nuit. Frimain demeurait silencieux. Cherchait-il de nouvelles questions à lui poser ou réfléchissait-il à ce qu’elle venait de lui révéler ? Haussant les épaules, la jeune femme se tourna vers lui.

- Demain, nous reprendrons l’enseignement Prana-bidu. Je t’apprendrais également quelques points paralysants et mortels. Le jour suivant, nous reprendrons la route.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Jeu 23 Aoû 2012 - 16:53


    - Est-ce tout ce que tu voulais savoir, Frimain le voyageur ?
    Le jeune homme grommela un léger "oui", dont on ne pouvait dire s'il était véridique ou non. Elle lui avait répondu, certes, mais si peu ; le pauvre restait sur sa faim.
    En parlant de faim... le butin, quoique léger, lui avait sembler délicieux, et peut-être était-ce dû à l'effroyable douleur qui lui traversait encore, par intermittence, tous ses muscles dont ils ignoraient encore l'existence quelques jours plus tôt. On se contente souvent de peu dans ses moments-là.

    - Demain, nous reprendrons l’enseignement Prana-bidu. Je t’apprendrais également quelques points paralysants et mortels. Le jour suivant, nous reprendrons la route, énonça finalement Abysse.

    Quelqu'un d'étrange que ce grand bout de femme. Mystérieuse dans sa façon de vivre, dans sa façon de se déplacer, dans sa façon de mentir et de sourire... Tout et tout et tout. Une énigme qui jouait et prenait plaisir à ce jeu. Et son récit... même pas un récit, des mots balancés dans le vent, qui allaient et venaient dans l'esprit enfiévré du vagabond.
    Un souffle de vie.

    Frimain mit son couchage en place, embrassa une dernière fois le monde de son regard, puis sombra dans le sommeil. Dans une certaine limite bien entendu, imposée par des années d'expérience.
    Demain, demain, demain...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Jeu 23 Aoû 2012 - 17:12


- Debout, jeune homme.

Du bout du pied, Abysse remua l’épaule du jeune homme, encore assoupi. L’aube tardait à apparaître à l’horizon. On ne pouvait rêver d’une heure plus propice. Un nouveau jour commençait. Frimain s’éveilla rapidement, les sens en alerte et le corps sans doute encore endoloris. Les premiers jours étaient toujours les plus difficiles. On sentait son corps s’éveiller dans la douleur. Ce dernier gémissait et rechignait à obéir dans un premier temps. Puis il prenait le plis et les mouvements allaient naturellement. Le corps s’endurcissait.

La jeune femme se détourna, laissant Frimain s’éveiller complètement. Vêtue d’une simple chemise et d’un collant noir, Abysse portait le reste de ses vêtements sous le bras. Bien que légèrement flottante, la chemise laissait voir les courbes gracieuses de la jeune femme tandis que le collant soulignait ses jambes musclées, entraînées. Une telle vue pour le jeune homme devait être sans doute déconcertante, pourtant, Abysse n’affichait que de l’indifférence. Elle se tourna vers lui une fois qu’il fut debout.

- Nous irons à la rivière, nous laver. Tu as des vêtements de rechange ?

Frimain opina du chef et rassembla rapidement ses affaires. Abysse se détourna, foulant la terre meuble de ses pieds nus. La rosée avait rafraîchit le sol, le rendant plus souple encore. Il étouffait chacun des pas de la jeune femme.

- Tu laveras tes vêtements pendant que je me laverais, et inversement.

Abysse n’était guère pudique. Cependant, elle tenait à établir une nette distance entre elle et le jeune homme. Il était nécessaire qu’il l’a considère comme un précepteur à l’esprit et aux émotions intouchables, inaccessibles. Un jour, peut-être, sans doute plus tard, ils pourraient être plus proches, même amis. Mais pour l’instant, Frimain était son disciple et elle était sa préceptrice. Les frontières devaient être clairement imposées.

*
**
Les vêtements humides des deux jeunes gens reposaient au soleil. Abysse et Frimain, quant à eux, avaient enfilé une tenue propre, plus légère et moins inconfortables que les vêtements de voyage. La leçon avait commencé par une récitation de tout ce qu’avait appris Frimain jusque-là. La tâche était laborieuse et ennuyante à souhait. Après une série d’assouplissement et de grimaces pour le jeune homme, Abysse entama son nouveau cours.

- Il existe plusieurs points mortels pour les hommes. D’autres permettent simplement de l’immobiliser et d’autres encore de le paralyser pour un instant.

L’après-midi durant, Abysse enseigna les différents points au jeune homme. Elle lui montra également quelques prises d’immobilisation intéressante et des positions de soumission utiles. Lorsque Frimain eut saisi les bases de tout ceci, la jeune femme entreprit ensuite de lui apprendre quelques techniques d’auto-défense, au corps à corps pour l’essentiel. Les mouvements devaient être lents, contrôlés et maîtrisés. Compte tenu de l’état de fatigue du corps de Frimain, l’exercice lui était extrêmement pénible. Et pourtant il s’en acquitta sans broncher. Abysse éprouvait une légère fierté devant l’endurance et la force de caractère du jeune homme.

Il arriverait loin, sans doute. S’il ne mourrait pas avant.

*
**
Le soleil commençait à décliner à l’horizon lorsqu’Abysse interrompit sa leçon. Elle s’étira longuement, éveillant les muscles de son corps. Elle se sentait fatiguée, elle aussi, mais bien moins que ne devait l’être Frimain.

- Je souhaiterais que tu répètes une dernière fois les enchaînements Prana-Bindu que tu as appris. Ensuite tu pourras aller te nettoyer à la rivière. Je commencerais à démonter le camp pendant ce temps. Nous partons demain avant l’aube.

Abysse fit volte-face, mettant fin à la conversation. Le jeune homme était exténué. Il lui faudrait reprendre des forces dans la nuit cependant avant de reprendre la route. A moins de deux jours de marche se trouvait un petit village où elle comptait faire halte. Là-bas, elle commencerait l’enseignement au combat. Frimain était prêt, son corps aussi.

[je vais essayer d'accélérer un peu le rythme pour arriver à des choses plus intéressantes Wink si tu as des suggestions n'hésite pas hein]



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Dim 26 Aoû 2012 - 9:01


[Genre. Ça faisait trois jours que j'attendais ton message alors que t'avais déjà posté. XD]

    Nouveau réveil, nouvelle rengaine. Frimain s'extirpa maladroitement de son couchage, alors même qu'une affreuse crampe se manifestait, étouffant dans un étau douloureux sa maigre cuisse. Quand le corps décide que tout se déroulerait sans lui, ne vaut-il pas mieux écouter ? Non. Non ? C'est pourtant tout autre chose que hurle la conscience du voyageur moribond.
    Il se leva cependant à grand peine, exténué d'avance. Finis les beaux principes prônés lors du sommeil, et bonjour le monde réel ! Trop réel à son goût d'ailleurs. Un monde où l'on souffre ainsi mérite t-il qu'on s'y attarde ? Certains semblaient l'affirmer à grands cris.
    Autant pour eux.

    Rassemblant ses affaires et dédaignant d'un air qui se voulait nonchalant la mince tenue d'Abysse, le vagabond suivit cette dernière. N'est-ce pas une honte de se montrer ainsi à quelqu'un que l'on cannait à peine ? Si une toute autre personne avait agit ainsi, Frimain l'aurait prit comme une invitation. Peu subtile, certes, mais il n'aurait pu la décliner.
    Et puis non : c'était Abysse.

    Et tout ce que cela importe.

    L'eau fraîche lui fit un bien fou, engourdissant ses muscles dans un sorte de baume qui le réconcilia avec son corps. Juste un peu d'eau, un peu de froid, et c'était reparti ! La nature était bien faîte.
    Enfin... presque. Lorsque les exercices reprirent, l'impression n'était plus la même. C'était bien son antonyme en vérité. Ouais. Et bien vive tout ça.
    Il se plia avec froideur aux exigences de la jeune femme, poursuivant son enseignement qui ne cessait de le surprendre ; un bon point du côté là. Toute l'après-midi de tout ce ça, et voilà qu'il n'était plus qu'une pitoyable boule de tout le mal de la terre, se logeant dans les moindres réminiscences de son corps. Encore une semaine à ce rythme, et ses membres se détacheraient.
    L'idée même le fit sourire. Douloureusement.

    L'entraînement prit fin au coucher du soleil. Alors, plus rien dans le corps, plus rien dans l'esprit. Juste mettre un pied devant l'autre et poursuivre, toujours poursuivre. Ça faisait mal. Frimain avait déjà prit conscience de ce mot. Mais là... C'était à un degré maintes fois supérieur.
    Derniers enchaînements de merde, dernières douleurs. Et-
    Putain, elle peut se les enfoncer là où je pense.
    Manger. Dormir. Rêver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Lun 10 Sep 2012 - 17:34


Nouveau jour, nouveau réveil. L'aube ne s'annoncerait pas avant une bonne heure. Sans un bruit, Abysse se leva. Elle s'étira longuement, retenant une grimaces à chaque nouvelle douleur qui s'éveillait, elle aussi. Frimain, quant à lui, dormait toujours. La jeune femme le considéra un instant, hésitant à le réveillait. Elle se détourna finalement, lui laissant quelques minutes de répit. Le jeune homme était fatigué, harassé et son corps commençait à rechigner. Il était prêt.

En l'espace de quelques minutes, Abysse avait rassemblé ses affaires. Elle se pencha doucement vers le jeune homme, l'observa quelques secondes et lui secoua faiblement l'épaule. Frimain s'éveilla presque aussitôt. Il rendit un regard vide à la jeune femme avant de cligner des yeux et reprendre ses esprits. Abysse sourit et chuchota, n'osant briser le silence de la nuit.

- Nous partons bientôt. Etire-toi et réunis tes affaires.

Sans plus attendre, elle se releva et entreprit d'effacer les traces qu'avaient laissé les deux jeunes gens. Abysse ne fuyait rien, pourtant, elle avait prit l'habitude de ne rien laisser derrière elle. Elle n'était qu'une ombre de passage, un souvenir éphémère. Ces précautions l'avaient toujours préservée du pire jusque-là.

*
**

L'aube caressait l'horizon de ses rayons timides et sans chaleur. Le regard perdu au loin, la jeune femme songeait à la suite de son enseignement. Frimain, quant à lui, profitait de ce bref répit pour avancer en silence, oubliant un instant techniques et autres savoir. Abysse se détendit légèrement, relâchement toute pression dans ses muscles. Elle inspira une fois, deux fois. Puis, sans aucun signe annonciateur, elle brandit vivement un bout de tissu. Le geste manqua de faire sursauter le jeune homme. Abysse souriait d'un air malicieux.

- Pendant que nous marcherons, tu auras plusieurs tâches à remplir et un défi à accomplir. Premièrement, retiens l'apparence et les moindres détails des gens que nous croiserons, je t'interrogerais. Deuxièmement, essaie de deviner les activités de chacune de ses personnes. Tu te baseras sur tes observations, la jeune femme brandit alors le tissu. Et enfin, j'attacherais ce fichu dans mes cheveux, je veux que tu essaies de l'attraper, par tous les moyens possibles. Tous les coups sont permis. Attention, cela dit, je pourrais riposter.

Son sourire s'était modifié en une expression carnassière, presque sauvage.

- Écoute ton corps et souviens-toi des leçons Prana-Bindu. Elles ont pour but d'augmenter ta sensibilité et la rapidité de tes muscles. Montre-toi rusé et surtout n'abandonne pas.

Et malgré tous ces conseils, Abysse savait que le jeu serait infiniment plus dur que ce qu'il pouvait imaginé. Constamment sur ses gardes, la jeune femme possédait une maîtrise parfaite d'elle-même. Frimain risquait de sous-estimer ses réflexes, dans un premier temps, du moins.



Spoiler:
 


Dernière édition par Abysse Yclette le Ven 21 Sep 2012 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Sam 15 Sep 2012 - 10:36


    Dur et laborieux réveil, mais il sentait que cela allait passer. Déjà, c'était presque moins difficile, comme si le corps commençait à accepter l'inacceptable. Pauvre petit... Il avait toujours été mis à rude épreuve, et on ne l'avait jamais remercié pour ses si bons et loyaux services. Enfin... Accepter l'inacceptable, c'était bien beau. Le faire comprendre, c'était autre chose. Il n'y allait pas de main morte.

    Le jeune homme venait de finir ses étirements, que déjà ils se mettaient en route, et que déjà Abysse lui lançait ce... défi. Frimain sourit, sûr de lui et de ses capacités ; après tout, certains disaient qu'il suffisait d'y croire. Très fort. Très très très fort.
    Il allait se péter la cervelle à coups d'espoir.

    Admirablement, il faisait bon, et c'était un plaisir de marcher ainsi. Bon, il y avait bien quelques courbatures et petites douleurs ici et là et partout, mais rien de bien grave. Et puis cette torture cérébrale lui échauffait l'esprit : il fallait lui saisir ce foulard, coûte que coûte ; il en faisait une affaire personnelle, après tout ce mal qu'elle avait fait subir à son esprit et à son corps.
    Il fallait la prendre par surprise.
    Évidemment, elle avait de monstrueux réflexes, cela, le jeune homme ne le niait pas. Mais jusqu'où ceux-ci iraient-ils ? Mystère....

    Frimain laissa passer une demi-heure.
    Ainsi, il pensait réduire son attention au minimal. Enfin bon, la technique habituelle : celle de l'attente. Il fallait tenter et-
    Le vagabond balança son bras en direction du foulard, avec toute la dextérité présente dans ses dix doigts. Peut-être pas beaucoup, mais peut-être suffisant.
    Qui vivra verra...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Ven 21 Sep 2012 - 17:31


Frimain avait patienté, les sens aux aguets. Puis, lorsqu'il jugea le moment opportun, il se lança. Avant même que le jeune homme n'entre en action, Abysse avait senti la tension qui l'habitait. Elle avait deviné ses muscles se contracter, prêt à bondir. La jeune femme, quant à elle, se détendit légèrement, laissant momentanément ses muscles en suspend. Lorsqu'elle sentit Frimain entrer en action, elle banda ses muscles, calquant son rythme sur le sien. Abysse le vit tendre le bras, usant de réflexes proprement impressionnants. Mais la jeune femme était vive, elle aussi, et surtout alerte. Elle l'avait vu venir. Devinant la trajectoire du bras de Frimain, elle enfonça un talon dans le sol et pivota, décalant la ligne de ses épaules.

Les doigts du jeune homme passèrent à quelques centimètres à peine du ruban, sans même l'effleurer cependant. Abysse l'avait soigneusement esquivé, minimisant ses propres mouvements. Elle aurait pu en rester là, se contenter de hausser les épaules et de reprendre la route, impassible. Pourtant, elle n'en fit rien. Plus vive encore que Frimain, elle attrapa son poignet au vol et le tordit légèrement, forçant le jeune homme à l'immobilité. Elle le tenait fermement mais sans violence. Frimain grimaça, conscient de son double-échec. Abysse retint un soupir puis murmura dans un souffle :

- Si tu attaques quelqu'un, soit prêt à recevoir la riposte. A peine avais-tu terminé ton geste que tu baissais déjà ta garde. C'est à cet instant précis qu'un combattant ordinaire est le plus désarmé.

Abysse avait déjà relâché la pression sur son poignet. Elle s'écarta d'un pas, laissant le jeune homme reprendre ses esprits. Elle le vit se redresser, le regard sombre. La jeune femme souriait, légèrement amusée. D'un geste désinvolte, elle repoussa les cheveux qui lui barraient la vision. Déjà, elle reprenait la route, invitant Frimain à lui emboiter le pas. Elle comptait arriver le plus tôt possible au village. Bientôt, ils commenceraient un tout autre entraînement.

- A l'instant même où tu prenais la décision d'agir, je pouvais le deviner. Tu étais trop tendu. Tes intentions se lisaient dans ta façon d'agir, de te déplacer, de respirer et même de regarder. Tu étais trop tendu et trop fermé, trop peu naturel en somme.

Elle lui jeta un coup d'oeil oblique. Abysse ne cherchait ni à critiquer, ni à abaisser son élève. Non, son ton était d'une neutralité impeccable. Elle ne faisait qu'énoncer les failles de son comportement. Frimain était un jeune homme éveillé et intuitif, Abysse ne doutait pas qu'il saurait en tirer les conséquences nécessaires. Pourtant, elle ne put s'empêcher d'ajouter :

- Tu dois écouter le moindre muscle de ton corps, les décontracter totalement et ne les solliciter seulement que le moment voulu. Ainsi, tu sauras prendre au dépourvu ta cible, elle ne pourra jamais deviner tes intentions. C'est là l'usage le plus courant de la discipline Prana-bindu.

Et, comme si de rien n'était, la jeune femme se renferma dans son mutisme. La journée continuait, le voyage serait encore long et les tentatives de Frimain nombreuses. D'humeur optimiste, Abysse s'autorisa un léger sourire. Avec un peu de chance, et s'ils trouvaient la force de marcher de nuit, ils arriveraient peut être au village avant l'aurore.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Lun 24 Sep 2012 - 19:16


    Ah bah, c'était à prévoir.
    C'était surtout un certain écœurement que d'être passé si près du but. La manœuvre avait été belle, fantastique même, et gaussons nous bien fort. Un peu trop... rapide ? Non, il avait patienté assez longtemps. Ne restait plus qu'à admettre que la jeune femme était vive et alerte, et que ces deux choses pouvaient s'acquérir par la pratique.
    Et puis mince, tu bouges vite ou pas. Pas besoin de se poser autant de question.
    Oui mais si mais peut-être. Après tout... non. Si. Il éprouvait une certaine frustration, tellement évidente que c'en était To.ta.le.ment. puéril. Il en faisait une affaire personnelle. Suivant et accompagnant la jeune femme, tout en repensant à ses dernière paroles, il réfléchissait et se remettait ainsi en cause.

    A côté de lui, un homme et une femme passèrent, déguenillés comme pas deux. Un peu de terre sur les joues et sur tout le corps, harassés et obstinés, les voilà qui avancent coûte que coûte. Ils n'ont rien et ils ont tout. Pas de poésie là-dedans, ces doux glandus de la noblesse n'y calent que dalle. Tout juste bon à causer de fleur et d'autres choses, pour faire joli et pour ravir les dames. Peuh. Courrons toujours, l'argent est posé sur la table, et des yeux avides le jaugent du regard. Et puis une histoire de sexe aussi. Ouais bah mon cul. Dans la misère, cela reste ça. A deux on se chauffe, à deux on prend du plaisir dans la nuit. On reste ensemble vaille que vaille. Si c'est un sacré soûlard, voilà la fin et la faillite. C’est pas pour de l'argent, à peine pour de la compagnie.
    Et si l'autre est en cloques, fichtre !
    Le vagabond regarde passer tout ce monde, détaillant attentivement les visages et l'attirail. Il tâchera de s'en souvenir par la suite, heureusement que les routes ne sont pas si fréquentées. Déjà que sa mémoire, c'est pas trop un truc entraîné. Il sait pas lire, lui. Et il se sent fier de ça, parce qu'il a vécu malgré tout et malgré le monde.
    Purée.
    Eh beh.
    Il s'étale là, même pas capable de se concentrer le temps de trouver une quelconque solution. Oui, ce n’est pas important. mais comme dit, c’est l'honneur qui veut ça.
    Encore une de ces notions niaises. Les femmes n'ont pas d'honneur après tout.
    Il jauge, encore une fois et avec un sourire, sa comparse.
    Ouais, j'ai vraiment pas tort.

    Et il fait le vide, il essaye de ne penser à rien. Comme le truc avec les mains là, cette torture d'esprit de ses deux. Il pense, il pense, il pense. peut-être justement arrêter de penser ? Oui et non, chut et ta grande bouche.
    Concentre toi.
    Doucement... Frimain prend doucement une attitude désinvolte et...
    Mais pourquoi tu changes de démarche, eh patate !

    Donc.

    Il faudrait détourner son attention. Pas trop fut-fut comme technique, mais il n'a pas vraiment autre chose sous la manche. Faire semblant de donner un coup de bâton ? Ou bien danser la danse du soleil ? Ou bien courir comme un abruti ? La surprendre ?
    Faire quelque chose auquel personne, même pas moi, ne s'attend. quelque chose de... stupide, songe t-il en se disant que vraiment, fallait être vraiment, et bien justement, stupide, pour ne pas croire que lui l'était justement.
    Beaucoup de répétitions mais voyons, on comprend l'essentiel.

    Prenant une grande inspiration, il hurle.
    - Cocorico.
    Oui, c'est dit avec force. Oui, ça surprend. Oui, c’est stupide, mais le monde entier ne l'est-il pas ?
    Il fait un tour sur lui-même, refait le même geste, tout en disant gaiement :
    - Ah ah ! Raté !
    Puis il attendit le choc.

    Il se faisait l'effet d'un clebs incroyablement hargneux.


Dernière édition par Frimain le Mar 25 Sep 2012 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Mar 25 Sep 2012 - 15:28


La journée suivait son cours, les deux jeunes gens avalant la route d'un bon train. Ils rencontrèrent à plusieurs reprises d'autres humains. Certains avaient l'air de marchands, d'autres de paysans et d'autres encore de vagabonds, errant où leurs pas voulaient bien les mener. On lisait dans leur yeux l'appréhension du présent et l'abandon du passé. Quant à leur avenir, ils préféraient ne pas y penser. Abysse eu un pincement au cœur. Ces souffrances là, elle les avait connu. La guerre , machine impitoyable, dévorait les hommes, leur destin et leurs espérances. Elle ne laissait derrière elle que ruines et débris de souvenirs.

Par empathie, la jeune femme sentait également l'amertume de Frimain. Il n'avait pas prononcé un seul depuis sa première tentative. Il n'avait pas même bronché lorsqu'Abysse s'était contentée de lui faire la leçon. Le jeune homme n'en était pas devenu plus docile ou réceptif pour autant. Non, elle le sentait ronger son frein, tourner en rond. Elle sentait presque l'amertume qui tapissait son âme. A ce rythme là, Frimain risquait d'abandonner, ou du moins, de ne plus pouvoir continuer. Le visage fermé, la jeune femme poursuivait cependant sa route. Pour l'instant, elle préférait encore ignorer les état d'âmes de Frimain. La journée lui semblait mauvaise, et alors ?

La tranquillité des paysages qui défilaient sous leur pas avait eu tôt fait d'abaisser l'attention de la jeune femme. Elle sentait l'esprit de Frimain à ses côtés mais ne s'en intéressait que partiellement. Perdue dans ses propres pensées, elle faillit ne pas déceler le changement d'attitude de son élève. A l'orée de sa conscience, elle l'avait senti se détendre partiellement, presque complètement même. Une personne non avertie n'en aurait eu cure. Pourtant, aussitôt, elle se tint plus alerte que jamais. Frimain avait compris la leçon, il allait entrer en action. Un éclair fugace éclaira le regard d'Abysse.

Et pourtant, il n'en fit rien. Le jeune homme inspira profondément, rompant le calme feint et cria à plein poumon. Abysse se tourna à demi vers lui, esquissant un geste de recul. La bouche légèrement entre-ouverte, elle laissa sa question en suspend. Frimain bondit sur elle, main droite en avant. Le visage de la jeune femme se déforma alors en un rictus haineux. Balayant toute déception, elle écarta la main de l'élève d'une saccade du poignet avant de lui faucher les jambes. Abysse ne lui laissa pas un instant de répit. Frimain perdit l'équilibre, elle le poussa sans ménagement et le fit chuter. Dès lors, elle vint poser son talon sur le gorge du jeune homme, l'enfonçant légèrement. Les yeux d'Abysse brulait d'une colère tout juste contrôlée.

- Tu y étais presque, bougre d'abruti !

Elle lui avait lancé ces mots avec dédain, dissimulant à grande peine sa propre déception. Et puis, elle croisa le regard d'incompréhension du jeune homme et se détendit légèrement. Elle ôta son pied et se détourna, sans même proposer une main pour le relever. La jeune femme avait perdu patience et avait manqué de maîtrise. Elle se morigéna intérieurement et s'éloigna de Frimain qui se relevait à peine. Ne l'attendant même pas, elle reprit la route.

Le jeune homme finit par la rattraper. Il tenterait certainement de se justifier ou de trouver une quelconque excuse. Ou alors il s'enfermerait dans son mutisme et sa rancœur. Abysse le prit cependant de court.

- Nous marcherons de nuit. Avec un peu de chance, nous atteindrons le village à l'aube.

Elle poussa un soupir, laissant s'envoler les dernières tensions qui l'habitaient. Il lui fallait mettre le doigt sur le comportement du jeune homme, le forcer à l'analyser et le comprendre. Tant pis pour ses états d'âme.

- Explique-moi ton initiative, pourquoi ce cri ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 197
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Frimain
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Mer 26 Sep 2012 - 17:41


    Il n'avait même pas eu le temps de réfléchir et paf ! il se retrouvait sur le sol, quelque peu groggy et un pied sur le cou. Un total défilement de circonstance, et il avait fichtrement mal, comme un étau qui l'étouffait et lui martyrisait ce morceau de chair qui lui servait de cou.
    Puis il souffla, et vit, au coin de sa vision, la jeune femme s'en allait à grands pas.

    Furieuse.

    Contre qui et quoi ? Mystère...
    Lorsque l'on impose un jeu, on y joue. Mince. Surtout lorsque l'on a soi-même imposé les règles.
    Ce changement brusque de comportement le dépassait de dix mille toises ; il ne savait que dire. Se massant le cou avec douceur, il trottina misérablement jusqu'à Abysse.
    Les femmes sont folles, le monde est fou. Le problème est que je sois tombé sur une femme de ce monde.

    Ce fut un soulagement lorsqu'elle prit l’initiative de lancer quelques phrases. Frimain n'aurait, sinon, pas décoincé les lèvres de la journée ; il ne savait vraiment pas comment prendre ce grand bout de femme, voilà une énigme dans laquelle il ne voulait même pas mettre un petit bout d'orteil. Et encore moins y surnager. Sans bouée, c'était la mort et les... abysses assurés.
    Pauvre petit poisson, ne te fait pas manger par le vilain requin.

    Il réfléchit un instant à la question, si temps de réflexion il devait y avoir.

    - Et bien... Cocorico parce que. Pour déconcerter, pour surprendre. Pour... hurler quelque chose, et pourquoi pas cela précisément. Et cela a, d'ailleurs, peut-être fonctionné.

    Son ton n'aurait pu être plus ironique.

    - Ou ça a peut-être tout foiré, simplement. Peut-être un peu, c'est-à-dire pas assez, académique comme réaction. Tout autre comportement aurait été trop prévisible : je tends la main, je saute, j'esquive ce que je sens venir comme une attaque ou une défense, je me rate et je me retrouve au sol. Là, c'est Cocorico-mal de dos.
    Ô nuance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] | Ven 5 Oct 2012 - 10:45


Abysse sourit, légèrement plus détendue. Ses poings se desserrèrent sensiblement, ses épaules se décontractèrent. Elle coula un regard en biais vers Frimain, l'observant attentivement. Il restait un jeune homme relativement réservé, conservant une part de mystère. La jeune femme ne doutait pas, pourtant, de percer ses secrets. Le temps l'y aiderait, assurément.

- Hélas, avec ce genre de comportement, tu ne peux anticiper la réaction de ceux qui t'entourent. Si j'avais décidé de te tuer, tout simplement ? Si tu t'étais trouvé en position de faiblesse, la vie menacée, aurais-tu seulement tenté un tel coup de bluff ? Assurément, il faut pouvoir déterminer toutes les alternatives d'une situation.


Elle s'était exprimée d'un ton froid, sans émotion. Abysse dévoilait ainsi une partie de ses talents de stratège. Calculatrice au possible, elle était capable d'anticiper les moindres alternatives possible à une situation donnée. A dire vrai, elle avait été élevée dans l'optique de ne jamais se laisser dépasser par les évènements.

Abysse secoua la tête, légèrement. La journée était bien avancée. Le village était cependant encore à quelques lieues. Elle observa une fois de plus son élève. Il était épuisé, probablement exténué, pourtant, elle allait encore lui demander de forcer et de pousser ses propres capacités. Et lorsqu'il découvrirait entièrement ses propres limites, alors elle pourrait lui enseigner à les surpasser.

- C'était courageusement tenté, reconnu-t-elle au bout d'un moment, mais complètement inutile. Nous reprenons. Repense aux conseils que je t'ai donné et essaie de t'y conformer. Sans cela, mon enseignement ne sert strictement à rien.

La jeune femme soupira. Peut-être n'était-elle pas un bon précepteur après tout ? Il lui manquait la patience et l'expérience nécessaires, elle le savait. Pourtant, un sentiment d'urgence la poignait, une impression impossible à oublier : il fallait qu'elle perpétue son savoir. Il ne devait pas se perdre, quoiqu'il puisse advenir. Elle caressait le vague espoir qu'une partie puisse lui survivre, peut-être à travers ce jeune homme, qui sait ?

Abysse faillit se renfermer dans son mutisme et poursuivre sa route, indifférente. Elle n'était pas seule pourtant et elle réalisait le fossé qui se creusait entre elle et Frimain. Ce dernier ruminait avec amertume les leçons de la jeune femme et finissait pas les refuser, presque inconsciemment. Se réprimandant intérieurement, Abysse prit un air enjoué, ou du moins plus avenant.

- Allons, quel est ton but dans la vie Frimain ? A quoi aspires-tu le plus ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: L'ignorance a ses avantages [PV Frimain] |


Revenir en haut Aller en bas

L'ignorance a ses avantages [PV Frimain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Par delà les Murs-
Ouvrir la Popote