AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 157
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Aeladr
Message Sujet: Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert] | Jeu 9 Aoû 2012 - 17:58


    L’aurore était proche lorsque ce qui semblait être une énorme émeraude savamment sculptée redevint vivante. Une queue hérissée de piquants d’ivoire, déjà si dangereux malgré leur petitesse, se déroula, révélant une tête triangulaire et des pattes aux griffes acérées. De longs piquants recourbés hérissaient le dos de la petite créature hormis dans le creux du cou. De petites dents blanches pointaient de la gueule du bébé dragon, tandis que de la fumée grisâtre s’élevait de ses naseaux, témoin du feu intérieur qu’il ne pouvait pas encore cracher. La double paupière écailleuse s’entrouvrit, dévoilant l’éclat terne d’un œil brillant tel une émeraude polie, la pupille verticale comme celle d’un chat faisant office d’une fissure dans un joyau rare.

    Doucement, Aeladr émergea de son sommeil, l’éclat d’un rayon de soleil venant caresser les écailles acérées qui couvraient son petit corps. La petite dragonne semblait blasée, éreintée par un sommeil peu réparateur empli de cauchemars et de plusieurs jours à découvrir la cité dans laquelle Equina-elfe-même-douleur l’avait conduite et où vivait Awkin-elfe-aimé avant d’être enlevé. L’elfe qui l’avait ramenée avait à peine prononcé le nom du Dragonnier d’Aeladr qu’on avait aussitôt conduite celle-ci à la maison-dans-les-arbres. La demeure de l’Älfakyn était modeste comme il convenait et restait proche des terrains d’entraînements et des bâtiments de l’armée elfique. Cependant, la jeune dragonne avait à peine passé le seuil qu’elle s’était aussitôt sentie chez elle, bien qu’elle sache que lorsqu’elle grandirait et qu’elle aurait retrouvé Awkin-compagnon-de-cœur-et-d’âme, le duo serait sans doute déplacé pour un logement plus pratique pour un Dragonnier et son énorme compagne. Cependant, l’odeur de l’elfe était partout. Elle s’était confectionné une sorte de nid avec les vêtements du guerrier et bien qu’elle continue à faire des cauchemars, elle se sentait bien mieux là que dans le tronc où le propriétaire de la demeure l’avait cachée. Chassant de ses pensées les noirs souvenirs qui risquaient à tout moment de venir, tel un bélier, percer ses défenses de détermination, la dragonne émeraude se leva et s’étira tel un chat, un bâillement lui faisant ouvrir grand la gueule ce qui permettait de distinguer sa langue, propre à dépecer toute proie qu’elle chasserait et de diriger le feu destructeur qui couvait dans ses entrailles. Elle sauta de son perchoir, et descendit d’un bond les escaliers, amortissant sa chute grâce à ses ailes largement écartées à la peau tendue comme du cuir qu’elle utilisait de mieux en mieux. Comme depuis une semaine qu’elle était ici, les elfes lui avaient apporté de quoi se sustenter, bien que cette attention délicate ne soit pas pour lui satisfaire puisque le plat se composait essentiellement de fruits et de légumes. Grognant de dépit, la dragonne poussa la porte de la tête et grimpa sur le toit.

    L’air était humide, les gouttes de rosée perlant les feuilles des arbres comme mille bijoux parant la nature de leur éclat scintillant. Si le soleil-œil-du-ciel, qui se levait à peine pour les habitants des plaines, ne pointerait pas le bout de son nez au-dessus des arbres avant plusieurs heures, la température était déjà douce, annonciatrice d’une belle journée. La ville semblait déjà en pleine activité. De son perchoir, elle pouvait observer les elfes-fiers-et-nobles qui se déplaçaient silencieusement, le doux murmure de leurs conversations montant jusqu’Aeladr. Les uns se dirigeaient vers le palais de la Reine Ellenwen, d’autres s’enfonçaient dans la forêt pour une séance de méditation matinale ou de communion avec la nature. Elle les avait déjà observés durant ses premiers jours dans la Capitale. D’autre partaient armés faire leur ronde de la Cité ou bien s’entraîner sur le grand terrain non loin de la demeure d’Awkin. La pensée de son Dragonnier vit Aeladr gémir de douleur tant son cœur se resserra et que le vide de son esprit lui pesa. Que devait subir l’elfe ? Était-il seulement encore en vie ?

    La petite dragonne se détourna d’Ellesméra et partit chercher son déjeuner au pied des arbres millénaires. Si quelques dragons-géant-aux-couleurs-vives partageaient avec elle leur nourriture par acquis de conscience, la petite rebelle ne voulait pas vivre à leurs crochets – où crocs devrait-on dire - et avait puisé dans les souvenirs de ces chasseurs-plus-vifs-que-le-vent et dans ceux de sa mémoire ancestrale pour apprendre à chasser. Ses premières tentatives se révélèrent infructueuses, certes, mais bientôt elle réussit à capturer assez de souris-si-vives, lapins-sautant et autres animaux plus petits qu’elle que pour en faire son déjeuner. Elle apprit rapidement à utiliser sa langue hérissée de minuscules crochets pour dépecer ses proies et les engloutissaient, son appétit toujours plus grand et son ventre gonflant d’une façon impressionnante. Depuis son arrivée, elle avait déjà grandi, prenant plus de vingt centimètres de longueur et paraissant bien moins frêle qu’au jour de son éclosion.

    Après avoir enterré les restes de ses proies conformément aux demandes des elfes-hôtes, elle partit à nouveau découvrir la capitale. Irrémédiablement, le champ d’entraînement l’attirait. Les sifflements des cordes des arcs que l’on relâche, les bruits de lutte, le tintement de l’acier contre l’acier… Tout cela l’intriguait, mais la peur des armes-preneuses-de-vies qu’elle avait développée après l’enlèvement d’Awkin l’en avait tenue à l’écart jusqu’à présent. A présent, son instinct fier et brutal de dragonne reprenait le dessus et lui intimait d’aller voir. Ne fut-ce que pour mesurer la force de ses crocs et de ses griffes comparée à celle des engins-donneurs-de-morts des deux-pattes-ingénieux. Pour la conforter dans l’idée qu’un jour, elle pourrait se mesurer à tout être-vivant-belliqueux qui s’interposerait entre Awkin et elle, qu’un jour elle le retrouverait et qu’elle pourrait le protéger.

    Toute la détermination, terrible et immense, qu’elle possédait emprisonna son esprit, le rendant impénétrable et elle se mit en mouvement, courant en bondissant vers le champ. Les elfes qu’elle croisait la regardaient passer avec étonnement, attendrissement et parfois pitié à son grand agacement, car ils étaient tous au courant de ce qui était arrivé. Elle y fut bien vite, et elle s’arrêta à l’entrée du champ, enregistrant chaque détail avec une implacabilité qui faisait froid dans le dos chez un dragon si jeune. Mais la place n’était pas à la curiosité chez Aeladr. Elle souffrait trop, et cette souffrance envahissait tant les émotions propres à un dragonneau qu’elle avait préféré les oublier et grandir plus vite. Plus vite pour mieux supporter la douleur. Plus vite pour en apprendre plus. Plus vite pour mieux vaincre. Les elfes tiraient à l’arc, se battaient aux armes, luttaient ou bien s’exerçaient au Rimgar, technique ancestrale et traditionnelle des elfes qui leur conférait souplesse, puissance et calme. Se fondant dans les ombres, la jeune dragonne fit le tour du terrain sans se faire remarquer.

    Elle avisa un elfe de haute stature près de l’établi où reposaient toutes sortes d’armes. Plus grand que la plupart des elfes, et plus fort aussi, il avait des traits fins qui n’accusaient pas d’âge, et qui laissaient présager une nature renfermée et solitaire. Malgré sa forte carrure, Aeladr pouvait parier qu'il était aussi agile qu'un elfe. Sa musculature, sous la peau étrangement sombre, était souple et déliée, ses mouvements furtifs et presque aussi rapides. Il avait une prestance peu commune, qui semblait si naturelle, signe qu’il accusait sans doute le poids d’une responsabilité, comme chef de guerre sans doute. S'attardant plus à son visage qui comportait plus de caractéristiques animales qu'elfiques, la petite dragonne observa avec curiosité les étranges pupilles verticales, plus reptiliennes que les siennes étaient félines, les oreilles grises et velues, comme celles du loup-oeil-féroce qu'elle avait vu dans la forêt, qui pointaient d'une luxuriante crinière descendant en douces vagues dans le dos du semi-elfe - comme le perçut Aeladr - . Par nombre des caractéristiques du mâle, elle retrouvait un peu son espèce. Une nature sage pouvant être féroce dans un corps imposant. Même si la petite dragonne trouvait que ses écailles qui reflétaient les rayons du soleil-qui-chauffe-son-être et les pics d'ivoire qui ornaient son corps lui ajoutaient une touche plus féroce encore mais tellement jolie! Pour ça, elle tenait bien la vanité de son espèce, ayant parfaitement conscience que son espèce était reine des éléments et que personne n'oserait jamais leur convoiter ce titre.

    La dragonne s’approcha du deux-pattes-dragon-elfe et ouvrit son esprit à celui-ci, consciente qu’il avait sans doute perçu sa présence depuis bien longtemps. Elle l’observait d’un œil brillant et pourtant semblant si vide, et toucha l’esprit chantant de l’elfe d’une caresse mentale :

    * Bonjour… *
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 717
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert] | Dim 19 Aoû 2012 - 15:05


Akkan était reparti du front d'Osillon pour 6 mois. Sa reine lui avait laissé 6 mois pour transformer des elfes contemplatifs en véritable guerrier, des renforts leur serait utile et il se devait de composer une troupe d'élite. Il savait qu'il devrait travailler en équipe avec une elfe, qui s'occuperait de la partie magique de leur entrainement.

Il avait demandé plusieurs choses à Ellenwen, mais pas de réponses, il se trouvait donc dans leur caserne d'Ellesméra qui ressemblait plus à un monastère qu'a un véritable camp d'entrainement. Il y avait beaucoup à faire et peu de temps et la première chose serait de gagner leur confiance et cela n'était pas gagné.

Dès ses premiers jours il avait du faire face à ses différences et à son ascendance bâtarde. Il n'avait pas fait dans la douceur, il avait beaucoup appris. Il avait donc commencer par leur prouver que leur entrainement jusqu'ici ne serait pas suffisant. Il avait donc fallut envoyer quelques elfes à l'infirmerie pour qu'ils le prennent au sérieux. Ils avaient donc repris l'entrainement la semaine suivante et ils avaient donc commencer par faire un terrain d'entrainement avec ce qui lui passait par là. Ils n'avaient pas encore commencé les entraînements que déjà certains suaient à grosse goûte.

Ils avaient encore voulu jouer sur leur endurance et il avait dû leur montrer que leur endurance naturel n'était pas suffisante. Il leur avait donc infliger des travaux longs et éreintant. Il ne s'était pas arrêté avec le soir et le lendemain ils y étaient encore, ils avaient râler, mais il savait désormais qu'il valait mieux râler un peu. Akkan avait la sale habitude d'empirer leurs travail quand ils se rebellaient.

C'était donc par une belle matinée, qu'il avait repris la surveillance, la nuit avait été productive, apparemment le sergent instructeur qu'il avait trouvé semblait se plaire à surveiller les soldats.

Ils auraient donc la possibilité de s'entraîner réellement d'ici la fin de semaine.

Il n'avait pas perdu de temps et pendant que certains travaillaient pour réaliser un terrain d'entrainement, d'autres s’entraînait sous le regard acéré d'Akkan qui notait forces et faiblesses de chacun ainsi que leur nom. Sa liste s'allongeait considérablement et le résultat n'était pas brillant, cependant il y avait du talent et une fois qu'ils avaient appris à le respecter, ils avaient une certaine unité.

Il était entrain de revoir les plans du camps d'entraînement histoire de faire encore trimer les plus durs à cuir.

Il en était à l'extension d'une partie abandonnée quand il sentit un esprit totalement différent s'approcher. Le genre de créature qui n'a rien à faire sur un camp d'entraînement, un dragon.

Il se retourna et trouva en lieu et place d'un dragon, un dragonnet. UN petit dragon vert qui le regardait intensivement essayant sans doute de déterminé ce qu'il était.

Il répondit au dragon avec courtoisie :


*Bonjour à toi,

Puisse le ciel t'être favorable.

Que viens-tu faire ici ? Je n'ai malheureusement que peu de temps à accorder à des visites hors du cadre de mon travail. J'ai beaucoup à faire pour transformer des elfes lascif en véritable trompe la mort.*


Il n'avait pas souhaité être aussi sec, mais il ne pouvait perdre son temps, les elfes profitant de son inattention pour se reposer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 157
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Aeladr
Message Sujet: Re: Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert] | Mer 22 Aoû 2012 - 19:30


    *Bonjour à toi,
    Puisse le ciel t'être favorable.
    Que viens-tu faire ici ? Je n'ai malheureusement que peu de temps à accorder à des visites hors du cadre de mon travail. J'ai beaucoup à faire pour transformer des elfes lascif en véritables trompe la mort.*


    Aeladr observa l’elfe avec intensité. Sa surprise ne lui avait pas échappé à la vue de sa petite taille. Dieux qu’elle aurait voulu être plus grande que le soleil lui-même pour pouvoir châtier ceux qui lui avaient fait tant de mal ! Dieux ? Non, elle était, pour les animaux, elle-même une déesse. Alors Dieux… Non elle ne pouvait pas y croire. La réponse, sèche, n’importuna pas la jeune dragonne qui aurait sans doute été plus agressive et brutale si ce même elfe l’avait dérangée, elle. Mais la courtoisie des elfes était légendaire et nul doute que le parent elfe d’Akkan lui avait transmis cette valeur si importante au sein de la société elfique. Qui était d’autant plus de rigueur face à un dragon, qui, aussi petit soit-il, pouvait vous faire regretter bien plus tard l’imprudence. Après tout, la vengeance est un plat qui se mange froid. L’esprit du général-loup-féroce était plus sombre que celui des autres deux-pattes-oreilles-pointues et sa voix intensément grave s’accordait à la nature profonde de l’elfe que Aeladr pouvait percevoir. Elle sentait également le flux intense des pensées, sans en percevoir clairement la teneur, cette communion n’étant permise qu’avec son dragonnier.

    *Et que tes crocs restent acérés face à tes ennemis vinr älfakyn (Ami Elfe) *

    Ces mots lui avaient semblé les plus appropriés à l’elfe-loup dont les pointes des canines formaient de petits creux sur la lèvre inférieure. Son regard vif soutenait sans peine celui d’Aeladr qui semblait mort au point que seul un esprit fort pouvait sans doute envisager la douleur sans faillir. Car celle-ci était présente, brume néfaste entourant les pensées de la dragonne, et nul doute que l’elfe aux crocs de loup le sentait.

    *La douleur que tu ressens est celle de la perte de mon dragonnier. Je suis bien petite pour cela n’est-il pas, Akkan-vödhr ?*

    Aeladr embrassa le terrain du regard, observant les elfes effectuer les tâches qui leur étaient assignées. Malgré les nombreuses émotions qu’elle pouvait percevoir en effleurant leurs esprits au travers de leur muraille mentale, leur visage était impassible et leur concentration totale. Certains levèrent les yeux avec une curiosité polie vers leur Général et la dragonne étincelante sous le soleil qui perçait dans cette région de la forêt dépourvu d’arbres. Celle-ci étudia chaque mouvement des oreilles-pointues, leur grâce, imagina leur terrible efficacité au combat.

    *Pourquoi as-tu beaucoup à faire pour les transformer ? Ne sont-ils pas déjà létaux en l’état ? Quel évènement exige un tel travail ?*

    Pour tout être ayant connu le monde, ces questions n’étaient même pas à poser car chacun connaissait l’histoire de l’Alagaësia. Mais pour un dragonneau comme Aeladr, qui n’avait vu de ce monde que quelques chemins, la Grande-Forêt-Vivante et Ellesméra, qui n’avait pas eu le temps d’apprendre auprès de son dragonnier, tout cela était bien étrange. Sa mémoire ancestrale pouvait certes déjà l’éclairer, mais la compréhension de bien des évènements dont elle avait reçu le souvenir en héritage ne viendra qu’avec le temps. Elle continua à tout observer autour d’elle : le regard dur de l’elfe-loup, les mouvements des oreilles-pointues, le bruissement causé par un queue-rouge ou un gracieux rapace-œil-perçant dans les arbres-maîtres-des-âges. Elle apprenait déjà, sans vraiment le savoir, à observer tous les détails, par la vue et l’esprit et en enregistrer les détails importants, base de l’esprit tactique.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 717
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert] | Ven 24 Aoû 2012 - 12:58


Le dragon avait surpris son regard inquisiteur, il ne pouvait pas lire les pensées et il n'était pas très habitués aux dragons. Cependant, il aurait fallu être aveugle pour ne pas remarquer la douleur qui transparaissait dans ses yeux.

La réponse fut douloureuse et Akkan comprit beaucoup de cet échange, il ne pouvait pas comparer, mais il comprenait, car il avait vécu des choses semblables. Il ne poursuivit pas pour ne pas blesser le dragon et aussi parce que certains commençaient à s'endormir.

Il fit un vif demi-tour se retrouvant face à un groupe de jeunes elfes (moins de 5 siècles) qui lambinait tout en observant leur discussion. Il les foudroya du regard et entreprit de leur donner les nouvelles instructions :


- Que la nature est belle, comme c'est mignon d'écouter aux portes, si je vous dérange dites-le-moi ... ? - susurra-t'il

Les elfes encore peu habitué avec leur nouvel instructeur, se regardèrent gêné.

Akkan éclata alors dans une rage contrôlé mais effrayante avec ses caractéristiques animales :


- Bande de larve, bouffeur de feuille, vous allez vous bouger et plus vite que ça, voici les nouveaux plans, et il va falloir désassemblé la partie là-bas, pour la placer ici - il indiquait le plan - vous allez me faire ça dans l'heure qui vient et vous allez faire le reste, en fin de journée ce doit être finit.

Il les vit partir au trot, ils ne l'aimaient pas beaucoup, mais c'était le moindre de ses soucis, il ne voulait pas qu'il l'aime, il voulait qu'il survive au première affrontement.

Le dragon l'interrompit dans ses pensées par sa question qui lui fit comprendre à quel point les dragons pouvait être en dehors des réalités, les guerres étaient purement lié aux humanoïdes.
[/color]

* J'en oublie les présentations d'usage, je me nomme Akkan, je suis le chef de guerre sur la cité des Elfes d'Osillon et je suis ici pour qu'on continue de former des jeunes elfes à se défendre.

Tu ne dois pas être très informé de l'actualité, sache que tout ce que je fais est nécessaire en temps de paix comme en tant de guerre, les Elfes naissent avec des facilités, mais ils ne sont pas pour autant aussi puissant qu'un dragon et s'ils veulent survivre dans le monde actuel, ils doivent apprendre à se battre comme les humains dans n'importe quel situation.

Pour te faire un résumé, les "humains" se partagent le reste de l'Alagaesia. Ils y ont fondé 3 factions, ou pays chacun avec des idées bien arrêté.
Le Saint Empire Léonien, une bande de mercenaire de tout horizon dont le seul but est d'imposer par la force une paix des plus douteuses. Ils ont des accointance avec les ombres et nous sommes en guerre larvé avec eux.

L'alliance, que nous hébergeons à Osillon après leur débacle sur leurs terres situés dans les montagnes des crêtes. Ils sont les seuls avec nous à s'opposer au Saint Empire.

Enfin les trouillard du Nomins, un groupe de pétochard, qui se plait à ne rien faire d'autre que défendre un territoire de plus en plus petit qui s'étend dans le désert du Hadarac. Ils furent jadis une force sur lesquels nous pouvions compter, aujourd'hui leur politique se résume en un mot, "complot". Ils n'éxisteront plus bientôt, car dès que l'Empire aura finit ce qu'ils ont démarré au Nord avec l'Alliance, ils finiront ce qu'ils ont déjà commencé avec le Nomins et les renverront vers l'Orient.

Voila ce qu'il se passe.*


Il avait continuer la conversation en se déplaçant vers les écuries puis la forge, donnant ça et là des instructions pour améliorer des armes ou des armures (étant forgeron lui-même), des idées pour entraîner les chevaux, des aménagements à réaliser.

Il était suivit en permanence par un petit groupe d'Elfe, qui s'occupait à relayé les instructions, les informations , les conseils et les remarques. Son secrétaire, récupérait en contrepartie des dossiers et des rapports conséquents qu'il partait déposer dans le bureau d'Akkan.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 157
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Aeladr
Message Sujet: Re: Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert] | Ven 19 Oct 2012 - 15:20


    *Aeladr, dragonne d’Awkin, fille d’Inlingr*

    L’elfe-sang-de-loup s’était remis à marcher, conversant mentalement avec Aeladr tout en donnant instructions et conseils. Sa connaissance de la politique et sa science du combat et de la ferronnerie, bien que ce dernier domaine ne soit d’aucune utilité pour la dragonne, augmentait l’estime de celle-ci pour l’individu. Il était certes dur et peu conciliant, encore moins négociateur, mais il savait se faire respecter et ce, avec une crédibilité honorable. La petite dragonne suivait vaillamment, les muscles de ses pattes s’actionnant avec une souplesse naturelle et ses griffes ivoires labourant le sol meuble de la clairière. Sa longue queue traînait derrière elle sur le sol, laissant une marque visible. Tous les elfes-respectueux-par-sagesse autour d’elle veillaient à ne pas l’écraser et insistaient donc pour laisser un espace libre autour des deux protagonistes, forcés au respect par leur position et leur autorité naturelle. Aeladr, malgré son jeune âge, comprit assez bien la situation de son continent que lui décrivait Akkan, bien qu’il lui faille voir une carte ou voir ce monde de ses propres yeux pour se faire une idée réelle de la situation. Malgré cela, elle ne décela rien qui puisse la mettre sur la piste d’Awkin et de ses ravisseurs et cette constatation donna envie à la jeune dragonne de se cacher quelque part pour reconstruire son être petit à petit. Mais sa carapace de détermination empêchait son essence de se morceler et la maintint à sa place, fière et digne.

    Tandis que le Général donnait ses instructions, Aeladr resta un moment silencieuse, méditant ce que l’elfe lui avait appris. Même une souris-queue-de-ver grasse et appétissante ne parvint pas à détourner son attention là où tout dragonneau serait parti comme une flèche en saisissant l’occasion pour jouer un peu. La politique humaine lui semblait bien étrange, et la façon des elfes d’y être imbriqués tout aussi curieuse, malgré leur apparente neutralité. Tous semblaient imbriqués aux histoires des autres, sans pour autant revendiquer une quelconque unité. Mais le plus troublant dans tout ça, c’était cette affinité qu’avaient les membres du Saint Empire Léonien, ou du moins les plus haut gradés se dit-elle, avec les Ombres. Elle n’avait encore rencontré aucun membre de cette race, mystérieuse et sombre, mais sa nature profonde se hérissait à l’évocation même de leur nom. Ce nom portait en lui tant de noirceur ! Elle savait éminemment qu’un bébé dragon de sa taille n’en arriverait pas à bout… Même un dragon adulte et dans la force de l’âge aurait des difficultés avec ces individus. La peur, insidieuse, froide et piquante, noua les entrailles de la boule d’écailles vertes qui souffla fortement pour tenter de l’extirper de son être. Ses écailles se hérissaient, ses babines se rétractèrent, dévoilant les canines puissantes et tranchantes. Prenant conscience de ces réactions, la petite dragonne parvint à se contrôler, se rendant soudain compte de l’air effaré de certains jeunes-elfes-spontanés qui ne cachaient pas aussi bien leurs émotions que leurs aînés, un peu comme elle. Retrouvant une attitude neutre, elle projeta à nouveau son esprit vers celui du Général :

    * Avez-vous déjà rencontré des Ombres ? Qui sont-ils réellement ? Pourrai-je un jour les combattre ? *


[Et voilà! Je suis désolée, j'ai mis longtemps à répondre et au final c'est pas super long :/ Mais bon, normalement ca devrait aller un peu mieux pour ma présence Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 717
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert] | Sam 3 Nov 2012 - 17:19


Akkan finit par faire un signe à son aide de camps pour lui dire de s'occuper du reste. Il sorti de la caserne avec le dragon à ses côtés. Il pourrait laisser un peu de repos à ses hommes et à lui-même il n'avait pas beaucoup dormit ses derniers jours et il se devait de rester actif. Il proposa alors au dragon de se promener. Ceci devait lui servir de prélude à une discussion plus poussé et surtout loin des oreilles de ses semi-congénères.

Il se demandait ce que faisait un si jeune dragon sans son dragonnier et ce qui avait bien pu arriver.


*Aeladr, peux-tu m'expliquer ce qui est arriver à ton dragonnier, je pourrais t'aider et mes amis pourraient nous fournir des renseignements ou sinon t'aider d'une autre manière.*

Akkan avait déjà plusieurs idées, mais comme sur un champs de bataille, les stratégie ne marchait qu'une fois sur le terrain et une fois que l'on avait toutes les informations nécessaires.

*Ne te force pas si cela est trop dur, je me doute à ton esprit que ca n'est pas un éloignement volontaire.*

Pendant ce temps, il s'éloignait doucement de la cité, celle-ci renvoyait toujours cet aspect idyllique qui l'avait surpris la première fois. Les arbres en cette période commençait à prendre leur parure d'automne et les feuilles se colorait. La forêt renvoyait les bruits d'animaux cherchant sans aucun doute leurs derniers repas de l'année pour ceux qui hibernerait pendant que les autres profitaient de leurs dernières occasions de trouver facilement une proie plus occupés à trouver son repas qu'a surveiller ses arrières.

Son instinct de chasseur lui intimait l'ordre d'aller se procurer de la nourriture, mais il savait désormais contrôler ses pulsions.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 157
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Aeladr
Message Sujet: Re: Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert] | Mar 11 Déc 2012 - 0:09


    Le soleil était plus haut dans le ciel, diffusant ses rayons chauds sur la forêt et ses habitants et la brise qui les accompagnait annonçait l’automne doux de cette région de l’Alagaësia, sans doute maintenu grâce à la magie des elfes dont la seule préoccupation était de préserver le Du Weldenvarden. Akkan et Aeladr s’étaient éloignés du terrain d’entraînement, laissant les elfes un peu libres, ce qui leur permettait de n’être point écoutés par des oreilles indiscrètes. La petite dragonne s’adaptait avec facilité au rythme du demi-elfe, ses muscles renforcés par ses multiples pérégrinations dans la cité elfique étant assez puissants.

    La question de l’elfe la laissa perplexe. Si elle s’attendait à cette conversation, l’avait voulue dans l’espoir que quelqu’un puisse l’aider, de quelque façon que ce soit, les souvenirs, vivaces et terrifiants, la blessaient. S’introduisant aussi doucement que possible dans l’esprit à la musique sauvage de l’elfe, la petite dragonne lui transmit ses souvenirs, tout ce qu’elle avait vu depuis sa naissance jusqu’à cette soirée fatidique où les älfakyns furent enlevés et l’un d'eux tués.

    -------------------------------------------------------------
    La première fois qu’elle avait ouvert les yeux, trois elfes la regardaient, les yeux pétillants. Instinctivement, comme si toutes les fibres de son âme y étaient rattachées, la toute petite dragonne qu’elle était s’était tournée vers l’elfe aux cheveux d’argent et, si rapide qu’il n’eut pas le temps de comprendre, elle s’était blottie contre lui, le nez dans la paume de l’elfe. Le courant qui était passé entre eux les avait laissés pantois. Ils n’avaient pas eu le temps de s’en remettre. Il fallait avancer et retourner à Ellesméra. Ces informations-là, elle les avait eues de l’esprit d’Awkin, qui la laissa le découvrir. Il l’avait baptisée Aeladr, nom sans réelle signification qui avait pourtant plu à la petite dragonne. Pendant les jours qui suivirent, elle s’imprégna longuement de la culture et des savoirs de l’elfe, qui s’ajoutèrent à sa mémoire ancestrale des dragons. Elle finit par commencer à émettre des pensées structurées par des mots et, dès lors, put converser plus facilement avec son compagnon. Ils en étaient là de leur découverte l’un de l’autre lorsque, un soir, Aeladr s’agita. Le sentiment intense qu’un danger les guettaient la tourmentait, si bien qu’Awkin décida de lever le camp. Ellesméra n’était plus qu’à un ou deux jours de marche, mais le danger était toujours réel. C’est dans la journée suivante que se produisit l’impensable. Un sentiment d’oppression étrennait les elfes et la dragonne qui se mirent à courir plus vite. Mais bientôt, Aeladr sentit que quelque chose ne tournait pas rond. Son dragonnier lui cachait ses pensées mais elle pouvait percevoir son désespoir et, paradoxalement, sa détermination qui fit frissonner la dragonne. Sans prévenir, les elfes s’arrêtèrent. La dragonne observait leurs traits sans expression mais leurs têtes penchées et leurs mâchoires serrées. Sans qu’elle comprenne pourquoi, ils s’apprêtèrent pour le combat. Ne devaient-ils pas aller le plus vite possible à Ellesméra ? Pourquoi s’arrêter maintenant ? Le danger était-il plus proche que la dragonne l’avait senti ? Son cœur se déchira lorsqu’Awkin lui ouvrit à nouveau ses pensées en la portant vers le creux d’un arbre et en y insérant les coffrets des deux autres œufs avant de la pousser à l’intérieur

    *Aeladr… Il faut que tu restes là. Je ne veux pas que tu te joignes à ça…*
    *Ne me laisse pas là, laisse-moi venir avec toi ! Ne m’abandonnes pas !*
    *Reste là…*

    Malgré les protestations de la dragonne, Awkin ferma hermétiquement son esprit au double de son âme et la petite dragonne le vit se retourner après avoir murmuré un sort qui, elle le savait, il l’espérait, les cacherait elle et les œufs aux sens des voleurs. Il n’avait pas fait trois pas que les hautes silhouettes, semblable aux souvenirs d’Awkin de la bataille dans les terres humaines, apparurent. Hautes, minces, menaçantes, enveloppées dans une cape noire et le capuchon rabattu. On ne voyait pas leur visage, seules leurs mains, cadavériques étaient visibles. Ils émanaient de ces êtres une aura de terreur qui fit frissonner la petite dragonne. Ils étaient cinq, les elfes trois. Lors de leur précédent combat, ils avaient été à nombre égal et n’avaient réussi à les vaincre que de justesse. Cette fois-ci cela semblait impossible. Le combat s’engagea mais, bien vite, les elfes furent submergés. Un coup tua Nyomen, tandis qu’Awkin et Mikar furent assommés et enlevés. Aeladr se mit à crier, gémir, sans que les êtres ne l’entendent, et elle les vit s’éloigner et disparaître entre les arbres.
    -------------------------------------------------------------


    Faisant tarir le flot de souvenirs, de pensées et de sensations, Aeladr épargna Akkan de la douleur qu’elle avait ressenti, n’en transmettant qu’une infime partie. Cette douleur était son fardeau, mais aussi ce qui la faisait et ferait avancer jusqu’à ce qu’elle retrouve ou non son dragonnier. Elle ne voulait pas qu’on la plaigne ni qu’on la soulage de ce fardeau, il était sien et la préservait de la folie. Aeladr souffla avec lassitude .

    *Il n'aurait jamais dû me laisser. Seuls nous ne sommes rien...*

    Ne désirant pas s’apitoyer sur elle-même, la petite dragonne se ressaisit et s’ébroua. Elle sentait l’envie de chasse d’Akkan et n’en demandait pas moins. L’exercice affuterait ses sens, la dégourdirait, la musclerait et la récompense apaiserait les crampes de son ventre. Le bout de sa queue s’agita. Elle sentait la tension de l’elfe, dûe en partie à son histoire, mais aussi aux pulsions qui l’agitaient. De ce point de vue, ils n’étaient pas si différents. Ils étaient tous deux maîtres d’eux-mêmes, comme les elfes avaient appris à le faire au cours de leurs longs siècles d’existence, mais tout être est conditionné par ses pulsions. Et son instinct lui dictait d’assouvir l’une de ses envies pour se libérer des souvenirs et avancer. Se ramassant sur elle-même, Aeladr retroussa les babines et huma l’air :

    * Chassons… Cela te laissera le temps d’y repenser… *

    La petite dragonne bondit et actionna ses membres pour courir à toute vitesse entre les troncs, s’aidant de ses ailes pour sauter, amortir et accélérer. Elle suivait la piste des rois-de-la-forêt-aux-grandes-cornes (cerfs) et ils ne lui échapperaient pas…
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert] |


Revenir en haut Aller en bas

Hé, moi aussi je veux m'entraîner! [Akkan, puis ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Hors RP :: Fantômes du passé :: RPs Achevés :: Verte-Frondaison-
Ouvrir la Popote