AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Une célébration qui tourne mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar


Nombre de messages : 462
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Szanghai
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Mar 12 Fév 2013 - 19:15


Szanghai grogna, elle s'était trompé de réaction pour souligner son soupir d’être enfin en paix, surtout plus embêter par ce dragon qui se prétendait être son frère. Restant début, elle écouta d'une oreille les diverses conversations, sans en retenir grand chose. Non pas que ce soit un problème de mémoire, il serai sacrilège de dire qu'un dragon a un problème de mémoire mais tout bonnement parce que les badineries de deux pattes ne l’intéressait pas le moins du monde. Quelque unes retinrent cependant son attention. A ce qu'elle avait compris, Laïaga avait retrouver son dragon? Indubitablement, elle ira lui imposer gentiment une rencontre. Mais pas maintenant.

Il n'y avait pas beaucoup de compagnie pour elle, mis a part Kaminari. Elle avait l'impression qu'on osait pas trop approché les dragons sauvages et en un sens, c'était très bien ainsi. Elle n'allait jamais avoir la patience d’échanger des banalités et faire la courbette a tout le monde...d'une part parce que c'est aux autres de se montrer très respectueux envers elle et d'autre part, sa fierté ne lui aurait pas permis cela.

Au fond, elle s'ennuyait un peu mais son instinct de dragon sauvage lui disait de rester, que quelque chose allait se passer et en tant que dragonne sauvage, ses instincts, c'était comme les tablettes de la loi, on leurs obéît. C'est alors qu'en se relevant pour tacher d’être sociable avec tout le monde qu'elle fut secouer d'un spasme de douleur, comme tout a l'heure. Mais au lieu que la douleur cesse, elle persista et s'intensifia. Ce n'était vraiment pas le moment et pourtant, elle sentait que le moment était venu. Alors sans prévenir personne, elle chercha rapidement du regard un endroit adéquate. A défaut d'un nid en bon et dut forme, le gros lopin de terre généreusement recouvert d'herbe haute et grasse fera l'affaire. Après l'avoir plus ou moins aplati, sentant la douleur se faire un peu plus pressante au point de lui faire pousser un petit mugissement, elle confia la ponte a son instinct, pour la guider dans cette épreuve.




http://www.deezer.com/fr/?incr=1#music/result/all/c%27est%20dans%20l%27air

Quand vous écoutez ca, vous avez une magnifique interprétation du monde d'aujourd'hui.
Et ça, c'est un soir où j'ai decider de faire du grand n'importe nawak
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 589
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Kaminari
Membre du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Mar 12 Fév 2013 - 20:49


Tout autour il y avait des allées et venue au quel Kami ne faisait pas réellement attention. Il n’avait pas encore touché au banquet mais il faut dire que la nourriture elfique n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux pour un dragon. Malgré la présence d’autres dragons il était difficile de s’adapté aux habitudes des elfes surtout pour un dragon sauvage. Mais il n’était pas le seul sauvage ici.

D’ailleurs il était en train de parlait avec la dragonne sauvage nommée Szanghai. En attendant sa réponse le dragon regardait ou était ces proches. Eluna et Haly discuté avec plusieurs personnes que Kami ne connaissait pas forcément, il en était de même pour les personnes comme Dark, Dvalnir et j’en passe. Au fond de lui il aurait presque voulut aller en foret histoire de se dégourdir car ici il avait l’impression d’attendre quelque chose qui ne se produisait pas. Cependant il n’allait pas resté longtemps sans rien faire.

Szang ne lui avait pas répondu comme il l’attendait. Elle avait fait une grimace de douleur. Inutile que Kami demande ce qui lui arrivait puisque c’était flagrant. Par contre cela ne semblait pas se calmé et la réaction de la dragonne dorée fut presque immédiate. Sur le coup Kami ne comprenait pas ce qui lui avait prie. Mais il comprit bien vite…

Le dragon sauvage suivi sa congénère sans pour autant la collé. Il savait parfaitement que s’il la touché il risquait de se prendre un coup de griffe ou de croc en plein visage. Cependant inquiet et curieux il voulait tout de même veillait a ce que tout aille bien.

-Szanghai si tu a besoin de quelque chose dit le moi. Sinon ne te préoccupe pas de moi.

Kami avait juste proposé de l’aider s’il le pouvait d’une manière ou d’une autre, il s'attendait a ce qu’elle l'envoie baladé mais tant pi. Il n’avait pas assisté a la ponte d’Eluna cependant il savait qu’il n’aurait pas réellement aidé sa compagne et qu’il n’aiderait surement pas plus Szang mais au cas ou… Il y a par contre quelque chose qu’il pouvait faire. Même si la future mère n’avait rien dit, Kami pouvait deviner qu’elle ne voudrait pas avoir tout une bande autour d’elle. Le seul qui était autoriser à s’approcher d’elle était le dragon dorée du nom de Kogan cependant il n’était pas présent. Il s’allongea donc a quelques mètres d’elle et la laissa tranquille.



*Je me présente à vous. Accusé d’avoir voulu assurer l’ascendance des dragons. D’avoir tenté de nous épargner ce destin qui nous oblige à nous éteindre. A céder. L’humanité représente une menace pour notre monde. Refuser son éradication est une grave erreur. Nous éclairons les ténèbres, mais les hommes prennent notre triomphe à leur compte. Les dragons détiennent le manteau de responsabilité. Il leur appartient à eux seuls.
Jugez mes actes à votre guise, mais ne doutez pas de la réalité. L’espèce humaine est à l’œuvre et nous ne pourrons bientôt plus l’arrêter….*

Cela me coûtera peut être la vie... Mais je changerai ce monde pour les dragons !
[Lien vers l'apparence : http://www.furaffinity.net/full/20880680/ . Merci a Ellenwen pour la seconde image de la signature ! ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Jeu 21 Fév 2013 - 10:32


[petit changement dans la date de rp, il se passe dans les premiers mots de l'automne]

Ah Laïaga, songea Ellenwen en retenant un sourire. Sa paranoïa galopante, son étrange sens de la rancune tenace, et ses inquiétudes dévorantes. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas senti l'esprit de son compagnon tourner ainsi en rond, pour une pensée mal placée, comme un chien après un bout de bois à ronger et décortiquer. Il n'aimait pas Bayrön, cela au moins était clair. Mais il n'aimait pas non plus le voir présent, le voir s'approcher d'Ellen, le voir parler. La reine aurait même presque pu jurer que si son amant avait pu empêcher l'homme de penser, il y aurait employé son énergie. Comme si une tornade à pattes, ici, avait la moindre chance d'agir. Il aurait fallu qu'elle renverse la petite cinquantaine d'elfes, tous appartenant aux Älfakyns, la dizaine de dragons et de dragonniers présents... sans compter la reine elle-même qui n'était pas prête de s'envoler au moindre souffle de vent. Si une catastrophe venait, elle ne viendrait pas de lui. De cela, au moins, Ellenwen pouvait être sûre. Elle craignait, instinctivement, bien plus la présence de trop nombreux dragons qui la mettaient mal à l'aise tout en lui faisant présager le pire. Ses craintes étaient probablement peu fondées mais elle ne pouvait côtoyer l'énorme puissance de ces reptiles volants sans retrouver un peu son instinct de bête sauvage, prête à fuir au son du battement des énormes ailes.

*On est toujours animé des meilleures intentions lorsqu'on veut tuer quelqu'un. Ou lorsqu'on manque de le faire tuer en tenant de lui sauver la vie. L'homme se trouve toujours de bonne excuse pour cela. C'est la guerre, il y a des intérêts à protéger, le cadavre représentait une grande menace de son vivant... il était lui-même un meurtrier, un obstacle au pouvoir... Les raisons sont innombrables. Songe toi-même à toutes celles que tu as trouvé durant tes 900 années de vie... Et à celles que j'ai trouvé en un millénaire et demi. Sans raison, on deviendrait fou.*

Elle vit son sourire et lui sourit à son tour. Après tout, il n'y avait pas à s'inquiéter, non ? Les dragonniers avaient toujours été invités aux fêtes elfiques et rien ne s'était jamais déroulé.

*Mais je suis d'accord avec toi. Sa venue est étrange. La fête était tenue secrète et réservée aux amis des elfes, aux dragons et dragonniers. D'une certaine manière, même l'archéologue à une raison d'être ici. Mais Bayrön... Je ne vois pas comment il a pu l'apprendre. Il faut le surveiller.*

Et la reine évacua la question, provisoirement, d'un petit haussement d'épaules. Si elle était réellement gênée par l'apparition de cet homme, elle savait qu'il était beaucoup plus urgent de s'occuper du déroulement de la fête. Aussi, pendant un instant, se désintéressa-t-elle des discussions entre les deux Nominsiens, laissant Max se débrouiller avec la présence ou l'absence d'une virgule, notant tout de même au passage la formulation qui la ravit et inspecta ses invités du regard. Tous semblaient plonger dans les délices du buffet, échangeant à l'occasion une parole avec leur voisin. Rares étaient ceux qui avaient cherché à lier connaissance avec des inconnus et des grappes de personnes s'étaient donc constituées selon les préférences de chacun. A croire que les fêtes ne servaient jamais à rencontrer du monde, songea Ellen un peu dépitée. Elle nota qu'il allait lui falloir encore une poignée de minutes avant que les estomacs de chacun ne fûssent rassasier et qu'elle puisse ainsi profiter de leur attention. Aussi retourna-t-elle à la discussion au moment même au Bayrön termina son salut à Akkan. La reine fronça légèrement les sourcils. Elle n'aimait pas les compliments, surtout ceux qu'il fallait se remémorer deux fois pour comprendre. Mais l'homme avait l'air sincèrement ému, ou du moins souhaitait-il apparaitre ainsi aussi ne dit-elle rien et sourit à son apprenti.


- Je crois qu'il regrette surtout la présence si incommodante à son goût de deux femmes à la volonté bien affirmée et ayant une tendance plus que certaine à vouloir lui casser les pieds. N'est-ce pas, Akkan ?

Elle se rappela avec amusement la première fois où, en toute innocence, elle avait voulu se débarrasser de la crasser d'un voyage sous les yeux de l'elfe qui était alors devenu d'une belle couleur cerise. Un petit inconvénient que de n'avoir jamais fréquenté de créature féminine pendant 200 ans et de ne pas savoir, malgré des origines elfiques plus que certaines, que les elfes n'ont pas un sens de la pudeur aussi développé et rigide que les humains. A bien y repenser, cela avait été la première leçon du jeune homme. Elle partagea le souvenir d'une pensée avec son apprenti, guettant avec un petit sourire sa réaction. Avant d'innocemment écraser le pied de son cher et tendre compagnon. Charmante et dangereuse pour les yeux et la santé mentale... Il aurait pu éviter de tomber dans des tournures dignes des romans pour humaine en manque d'hommes. Pathétique. Et puis, elle n'était pas réellement dangereuse pour la santé mentale, non ? A part peut-être pour celle de son compagnon mais, après tout, il l'avait voulu. Se tournant vers la jeune femme, elle se chargea donc de rétablir la vérité.

- Je crois que nous allons bien nous entendre. Il me semble que notre... connaissance commune ne pourrait que profiter de notre association.

Elle allait continuer de badiner paisiblement lorsque Laïaga, qu'elle sentait rongé par la curiosité, posa enfin La question qui l'inquiétait. Ce que Bayrön venait faire à la fête. Avec un sang-froid et une discrétion quasi surnaturelle à ce stade, songea la reine, vaguement amusée. Si Laïaga s'était promené avec un drapeau : Je ne veux pas de toi ici, pourquoi viens-tu nous déranger, il n'aurait été qu'à peine plus remarquable. Sans compter qu'elle ne savait pas trop ce qu'il comptait obtenir. Si l'humain était tel qu'il le pensait, un cyclone sur pattes, il ne donnerait aucune explication précise. Du moins, à sa place, se serait-elle arrangée pour bafouiller quelque chose qui ressemblait à une réponse tout en noyant le poisson. A moins de s'inventer une raison secrète qui ne pouvait pas être expliquée en ce lieu si peu intime, bien évidemment. Ce fut à cet instant précis qu'une soudaine intuition, et l'intervention de Laïaga, la firent légèrement sursauté. Elle reconnaissait un esprit qu'elle n'avait pas senti depuis bien longtemps. Un esprit qui n'en laisserait pas un autre tranquille. A ses côtés, Max venait de se retourner et de rester figé, pendant quelques secondes.

*Je l'ai senti. Mais je crois que nous ferions mieux de les laisser seuls quelques instants. Ils doivent avoir beaucoup de choses à se dire, et de temps à rattraper.*

Aussi laissa-t-elle, sans même se retourner, Max rejoindre sa compagne de toujours, essayant de mieux qu'elle pouvait de ne pas laisser son esprit touché les leurs pour suivre leurs émotions et leurs retrouvailles. Elle résista à la tentation en se plongeant dans le discours du général Nominsien aussi brumeux que fumeux. Elle sourit, bien que rien dans ses paroles ne la poussent à sourire. Elle n'aimait définitivement pas les compliments de l'homme, trop outranciers et trop peu naturels même si, sans savoir pourquoi, elle commençait à apprécier l'homme. Peut-être sa désinvolture.


- Je vous remercie, vous me faites trop de compliments et je ne suis pas sûre d'en être totalement digne.

Elle but une petite gorgée de la liqueur de banane, sentant l'alcool la réchauffer. Lorsqu'elle reprit la parole, son sourire s'était teinté d'une pointe de sarcasme à peine perceptible.

- Ecrire un livre sur une fête qui n'est pas censée se dérouler pour le commun des mortels... L'idée est intéressante. Je suis réellement curieuse de le lire. Qu'y raconterez-vous ? Votre arrivée dans nos ville lumière d'Osilon, votre folle traversée de la forêt, sans guide malgré les terribles Älfakyns qui gardaient le territoire jour et nuit ? Tairez-vous vos sources ? Oh, je vous en prie, ne nous les cachez pas. Je brûle de savoir tous les détails, d'apprendre toutes vos informations secrètes, de découvrir comment vous connaissez l'existence de cette fête tenue secrète !

*Et réservée aux dragonniers et aux amis des elfes et à eux seuls.* songea-t-elle pour elle-même. Elle éclata d'un rire joyeux.

- Vraiment, je suis impatiente ! Il doit être si exaltant de défier les lois de nature. Si dangereux également.

Mais son regard était resté presque sérieux. Même lorsqu'elle ne put s'empêcher de rire à nouveau, lors des féliciations de l'homme concernant son couple. Des êtres complémentaires... Elle doutait qu'on puisse véritablement les appeler ainsi, Laïaga et Ellen. A moins de songer à leur sens complémentaire de la catastrophe et des ennuis.

- Je vous remercie de votre gentillesse et de vos bons voeux. Santé.

Une petite dizaine de minutes plus tard, la reine regarda à nouveau ses invités. Elle sourit à voir Max et Equina se regarder dans les yeux, comme les deux amoureux qu'ils n'avaient jamais cessé d'être. Hally et Dark semblaient discuter dans leur coin, savourant des retrouvailles qui devaient être chargées d'émotion, de ce qu'elle avait pu déduire des paroles de Marek. Ce dernier, accaparé par l'archéologue, peinait à vider tranquillement son verre. Shadow et son dragon, quant à eux, semblaient partis pour dévaliser le stock d'alcool. Même la légendaire prévoyance des elfes n'avaient pas prévu l'arrivée de ces piqye-assiettes.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15511
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Dim 10 Mar 2013 - 17:56


Plutôt d’accord avec l’avis de ma compagne, je me détournai de Max et Equina. J’étais intrigué par l’arrivée totalement improbable de la jeune femme, elle faisait partie de ces gens dont je n’avais plus ouïe dire depuis si longtemps que j’en étais venu à les penser morts. C’est quelque chose qui arrive assez souvent chez les dragonniers. Il paraît que ça tient à notre train de vie.
J’écoutais d’une oreille distraite les commentaires de Bayrön, qui me firent sourire en coin. La blanche lumière d’un phare hein ? Quelque chose me disait que, aurais-je fait la même comparaison en parlant de ma bien-aimée, mon pied meurtri aurait probablement eu droit à se faire écraser une seconde fois. Bayrön, lui, n’eut qu’une réponse policée, de circonstance. Mais qu’on ne s’y méprenne pas, nulle jalousie dans le fait que les propos de l’intrigant personnage me dérangent. Et pourtant, ils me dérangeaient. Peut-être parce que ces compliments étaient trop surfaits, trop artificiels ? Il y avait comme anguille sous roche, il cherchait sans doute à obtenir quelque chose d’une manière ou d’une autre.
Ou pas, peut-être en faisais-je un peu trop, remarquai-je pour moi-même. J’en venais à me demander si je ne faisais pas preuve d’une paranoïa galopante. D’autant qu’il avait parlé en ancien langage. Mais ils était tellement facile de jouer sur le sens des mots dans la langue des elfes, j’avais même déjà pu en user moi-même... Ce qui voulait dire que... rien du tout, non ?

-Ce qui m’emmène ici ? me répondit Bayrön.

Ah, on y venait ! A quoi allions-nous avoir droit ? Toute l’assistance était pendue aux lèvres de l’orateur ! Enfin, peut-être pas toute, mais moi au moins j’étais assez curieux d’entendre ce qui allait suivre.
Et comme de juste, Bayrön prit le soin de ménager son petit effet, me donnant matière à réfléchir au passage. « C’est à vous que je dois cette rencontre » ? Qu’est-ce qu’il voulait dire par là, que s’il ne m’avait pas vu il ne serait même pas venu saluer Ellen’, ne la connaissant pas encore, ou que c’était moi qui lui avais permis de venir ici ?
Ce qui serait tout de même étonnant dans la mesure où je n’avais pas quitté la forêt gardienne depuis un moment, et que j’imaginais assez mal Bayrön se balader incognito dans les rues d’Ellesméra.

-A vrai dire, j'étais venu dans l'humble but d'écrire un ouvrage pour s'assurer de la réussite d'une fête ! nous livra enfin l’incongru.

Je me contentait de hausser poliment un sourcil à l’intention de Bayrön, quand bien même je ne croyais pas un traître mot de ce qu’il racontait. Un ouvrage pour s’assurer la bonne réussite d’une fête ? Et puis quoi... bon d’accord d’accord, la paranoïa galopante, j’oubliais. Calme toi un peu Laïaga. Écoute donc la voix de la sagesse, la lumière du phare en cette nuit troublée... Le phare a certainement raison, aussi fort que le veuille Bayrön (et je n’étais au final même pas sûr qu’il le veuille), il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Pas lieu de s’inquiéter...
Quand je pense au nombre d’ennemis que je me suis fait au cours de ma vie, et à la quantité incalculable de personnes ayant essayé de me tuer, ça aurait presque dû devenir banal, et pourtant aucun n’a jamais autant suscité ma rancœur que Bayrön... J’écoutai les remarques d’Ellen’ tout en essayant de déterminer ce qu’il avait bien pu faire de plus que les autres, pour que je lui en veuille tellement ? Simplement me blesser dans mon amour-propre, avec sa banane ? Ça, il faut bien avouer, on ne me l’avait jamais fait encore.

-Tairez-vous vos sources ? continuait ma compagne qui semblait bien lancée. Oh, je vous en prie, ne nous les cachez pas.

Une pointe de sarcasme se faisait sentir dans sa voix. Imperceptible... Je m’en souviendrais la prochaine fois qu’elle me ferait une remarque sur ma subtilité, me dis-je. Néanmoins, j’étais encore une fois intéressé d’entendre la suite. Les révélations de Bayrön restaient un rien lacunaires, et d’ailleurs, il y avait un détail en particulier que je n’arrivais pas à me sortir de l’esprit.

-Mais dis-moi Bayrön, tout à l’heure tu as dit que c’était à moi que tu devais ta rencontre avec Ellenwen, mais qu’est-ce que tu voulais dire par là ? Puisqu’après tout, on ne s’est pas rencontrés depuis notre petite aventure dans les Béors !

Ah, maintenant que j’y pense, le passage avec la camisole, durant cette « petite aventure », devait également intervenir dans ma rancœur à l’encontre du bonhomme. Bon, à sa décharge, c’était le Nomins qui m’avait enfermé incapable de remuer ou de faire appel à ma magie... lui s’était contenté de me livrer à mes geôliers... mais quand même !

-Du coup, pour tout te dire, je ne comprends pas trop comment j’ai pu favoriser ta venue ici. Bien que celle-ci me ravisse profondément, hein, ne te méprend pas ! ajoutai-je avec un naturel confondant (du moins l’espérais-je).

*T’es un acteur né, Laïaga, tu le sais ça ? *

Je présentai intérieurement mes excuses à Ellen’ : en fait, elle était plutôt subtile dans ses sarcasmes.

*Merci pour cette intervention très pertinente Yarrock. Tu peux retourner à ta beuverie maintenant.
-Oh mais avec joie. J’ai rencontré quelques jolies dragonnes ici, je vais profiter de la soirée ! Tu devrais essayer de te détendre un peu aussi, petit homme.
-Merci du conseil, mais c’est pas trop mon truc, les dragonnes. *

Je haussai, métaphoriquement, les épaules à la répartie cinglante que ne manqua pas de m’envoyer le dragon, et le souris en le voyant traverser le ciel de la clairière, en compagnie de quelques uns de ces congénères aux couleurs chatoyantes. J’avais eu au moins le temps de voir un gros tonneau non-identifié entre leurs pattes. Ah ces dragons, de vrais gamins !

-Ah mais j’ai oublié l'essentiel ! reprit Bayrön. Messire Sin'Saïan, Dame Ellenwen, je vous souhaite tout le bonheur que méritent deux êtres aussi complémentaires que vous !
- Je vous remercie de votre gentillesse et de vos bons vœux, lui répondit ma compagne. Santé.
-Oh euh...

Je fis prestement venir une bouteille du fameux hydromel des elfes, histoire de changer de la capiteuse liqueur de banane, et en remplis mon verre.

-Santé, Bayrön ! Je te souhaite tout le bonheur du monde, mentis-je une fois de plus en levant mon verre, avant de le vider.

*Des êtres aussi complémentaires que nous, fis-je à ma chère et tendre, un sourire amusé sur les lèvres, je suis pas totalement convaincu !*



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 724
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Mar 12 Mar 2013 - 21:35


Aglaë remercia Laîaga et prit le verre de ses mains tout en le remerciant. Elle était un peu jalouse que la reine est pris un si bon parti, décidément les femmes puissantes avaient toujours les meilleurs hommes, il fallait qu'elle s'en souvienne.

- Merci beaucoup pour cette coupe, je meurs de soif - puis interpellant la reine - vous avez beaucoup de chance, avec le chaperon que je me traîne - désignant Akkan du menton pendant que celui-ci lui faisait les gros yeux, du moins autant que cela lui était possible ... - je désespère de tomber sur un homme aussi charmant. Mon dernier amant était d'un ennui mortel comme la plupart des elfes.

Elle leva son verre lorsque Laïaga demanda à trinquer à la santé des personnes présentes. Elle observa attentivement le dernier arrivant. Elle le trouvait séduisant et une aura de danger semblait flotter autour de lui elle appréciait autant qu'elle redoutait ce nouvel arrivant et même ses manières semblait ambigu. Sa manière de s'adresser à son demi-frère lui laissait penser que toutes ses phrases semblait receler un deuxième sens.

Akkan quant à lui était un peu mal à l'aise, cette discussion il n'était pas sûr de comprendre les double sens éventuels de chaque phrase et il dut se contenter de répondre simplement. Décidément, il avait plus de faciliter avec ses nombreuses personnalités qu'avec les personnes qu'il rencontrait. Sa partie animale lui faisait sentir que tout était plus simple quand il n'y avait que 2 choix : manger ou être manger.

- Vous ne devriez pas être envieux, j'en ai plus bavé à ses côtés que profité. Ma reine aime les excursions dangereuses et ses souvent moi qui écope des pires mésaventures. Il avait le souvenir d'une baignade de plein air qui encore aujourd’hui le faisait rougir et il perçut du coin de l'oeil qu'elle avait pensé à cette même occasion. Il en rougit de plus belle.

Sa soeur ne manqua pas de remarquer cet échange et fit une conclusion des plus hasardeuses. Elle pensait qu'il y avait une relation plus avancé entre eux et espéra mettre le grappin sur ce pauvre Laïaga si par malheur elle avait raison.

Aglaë reprit alors la conversation avide de mieux connaitre les gens qui l'entourait :

- Et vous monseigneur, qui êtes-vous donc ? J'apprécie les compliments que vous m'avez fait et il me semble que ce serait normal que de connaître le nom d'un si charmant seigneur - dit-elle alors qu'elle replaçait une mèche de cheveux, la lumière se reflétait dans sa chevelure la faisant briller de mille feux réalisant un magnifique contraste entre ses cheveux noir de jais et la lumière qui s'y reflétait.

Akkan surveillait de près sa soeur sentant le coup fourré, elle parlait toujours de trop et finissait par s'attirer des ennuis plus gros que lui-même ...

Il ne put se concentrer longtemps sur leur conversation car sa reine venait de lâcher un morceau qui allait nourrir les conversations ... Il était d'une belle couleur pivoine, car pour la première fois depuis son retour chez les elfes, il réalisait que sa soeur était aussi une femme et que ce n'était que sa demi-soeur. Il finit par déshabiller les deux femmes du regard et finit écarlate. Il détourna vivement le regard et grommela quelques mots :

- Ca pour me casser les pieds ... Vous vous posez la toutes les deux, je déteste les femmes vous adorez simplement me mettre mal à l'aise ...

Aglaë lui prit sa main et tira un coup sec, le forçant à se retourner et elle lui planter un baiser sur la joue se mettant pour cela sur la pointe des pieds. Enfin, elle tenta de le serrer contre elle et finit blottit contre sa poitrine, elle se sentait minuscule face à son frère. Malgré toutes ces taquineries, elle était heureuse d'avoir pu connaître son demi-frère si bizarre soit-il. Elle le planta la pour ne pas mettre mal à l'aise l'assistance et surtout son demi-frère qui maintenant ne savait vraiment plus où se mettre.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 117
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Lackvaldr Svartok
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Mer 13 Mar 2013 - 16:34


La reine l'ignora complétement. Il n'en revenait pas, elle venait de la snober. Pourquoi? Mille fois pourquoi? Pourquoi inviter des gens si c'est pour les laisser dans leur coin? Était ce parce qu'il n'était qu'un enfant, l'avait t'elle invité uniquement comme un spectateur de ce que font les grands de ce monde? Fronçant les yeux, il ressortit l'invitation et tacha de trouver une information sur le sujet de ce rendez vous. Rien n'était préciser la dessus. Alors pour l'amour des étoiles, qu'est ce que lui, un simple et modeste dragonnier venait faire la, parmi toute ces gens d'importances ?
" Devant l’indifférence générale, demain est annulé ". Il se mit a sourire. Une phrase qui s'appliquait a son cas. Qu'allait t'il faire? Rester dans un coin comme un ivrogne ivre mort a la sortie d'une taverne a s'ennuyer? Il ne pouvait pas partir sans paraitre extrêmement grossier et malpoli. Dvalnir décida alors de faire le tour des dragons présent. Il connaissait déjà Eluna et Kaminari. Il y 'avait cependant ce dragon venu avec le dénommé Laïaga. Oui il allait commencer par lui. Il prit donc son livre d'étude, ses crayons de son sac et se mit en route. En bon elfe, il devait avant demander la permission du dragonnier. Il attendit derrière lui qu'il ai finit de parler pour attirer son attention d'un tapotement a l'épaule.

- Laïaga, loin de moi l'idée de vous faire perdre votre temps mais je me demandait si je pouvais rencontrer votre dragon s'il vous plait. J'ai cru comprendre que votre duo relevait tel le phénix d'une renaissance.

Feyerbrank de son coté lui aussi s'ennuyait un peu, cela manquait d'action. Et comme il doutait de pouvoir a nouveau essayer de nouer le contact avec Szanghai avant un petit moment, que les mondanités et les blablatteries de deux pattes lui faisait autant d'effet que la caresse du vent sur une montagne. Bah oui il se mit a bailler tout croc sortie. Alors, avant que les toiles d'araignées ne se logent partout sur lui, il décida d'aller voir Dark. Il se fraya un chemin parmi les invités, chipant de temps a autres des fruits qu'il prenait le temps de croquer avant d'avaler et se planta crânement devant la dragonne noire qui d'un coup de queue pouvait l'envoyer balader.

* Dark, me permettrait tu d'imposer ma modeste présence auprès de ta...oh et puis flute, je parle précieusement comme les elfes. Cela te dérange que je vienne te déranger ? J'ai besoin de parler un peu et si possible a quelqu'un de sage. *

Et sans attendre de réponse, il s'installa sur le flanc, plongeant son regard dans celui de son interlocutrice.

* Je m'appelle Feyerbrank, dragon de Dvalnir. Par extension, je devrais rajouter que je suis aussi le frère de... de Szanghai que tu dois connaitre. C'est d'elle que je veut parler. Avant ce jour, je savais que je n'était pas le seul de ma couvée et voir Szanghai n'a fait que de me le confirmer. Malheureusement, tout ce que j'ai récolter en allant la voir, c'est de me faire jeter comme un malpropre. Alors que j'aimerais tellement partagé des choses avec elle. Sans doute parce que je suis ... un dragon apparié et elle une dragonne sauvage. Je pensais que les liens du sang étaient plus fort que ça. Peut être m'y suis je mal pris aussi ... *


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Dim 17 Mar 2013 - 22:49




L'archéologue avait senti des regards se poser sur lui quand il avait sorti de sa sacoche le saphir. Cela l'avait intrigué, mais il avait essayé de ne pas le montrer, en continuant sa conversation avec Hally et Marek comme si de rien n'était. En réalité, il ne savait pas vraiment ce qu'était cette pierre : pas un saphir normal, cela il l'avait deviné, ne serait-ce que par l'étrange sensation de tristesse qu'elle dégageait. Quelque chose en rapport avec les dragons, mais quelque chose de jalousement gardé, car malgré toutes ses connaissances et les différents experts qu'il avait pu rencontrer, aucun n'avait été capable de lui dire exactement de quoi il en retournait. Mais il avait encore du temps pour résoudre ce mystère…

" Oh, non, pas du tout." répondit l'archéologue à Hally. Et avec une vivacité renouvelée, il enchaina d'une manière un peu abrupte sur les magnificences du métier d'archéologue. C'est ainsi que les deux – pauvres – dragonniers purent apprendre que c'était en découvrant un os enterré dans un champ que labouraient ses parents qu'il avait décidé de se lancer dans le passionnant sujet qu'était l'archéologie. Il s'apprêtait à leur raconter comment il avait eu la chance d'accéder à la grande bibliothèque d'Urû'baen, et les longues heures passées à déchiffrer d'obscurs manuscrits, quand il s'arrêta avec un air gêné :

"Mais je me suis un peu emporté. Je doute qu'un sujet aussi futile vous intéresse. Si vous voulez bien m'excusez… Un gargouillis vint lui fournir la parfaite excuse pour s'esquiver vers le buffet. Il esquissa un sourire timide, puis se dirigea vers le buffet.

Au passage, l'archéologue bouscula "par inadvertance" l'un des dragonniers qui le fixait depuis tout à l'heure – qu'il n'aille pas croire qu'il ne l'avait pas vu.

"Oh excusez moi, je suis désolé. et en oubliant totalement son but premier qu'était le buffet : Sublime fête, n'est ce pas ? Pardonnez mon indiscrétion, mais vous êtes … ? Avec un grand sourire – du genre "je sais que tu sais que je sais"- il lui tendit la main.










Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Jeu 11 Avr 2013 - 10:05


Légèrement amusée par le climat électrique qui régnait autour d'elle, par les piques et l'ironie qui perçaient sous chaque mot, venait titiller ses oreilles et qui lui rappelait immanquablement les joutes de mauvaise foi elfique, la reine oublia, l'espace d'un instant, jusqu'au but de la fête, jusqu'à ses autres invités. Elle écoutait simplement se battre Laïaga et Bayrön sous des paroles aussi veloutées d'un vieil hydromel vieilli en fût et profitait pour relancer le débat d'une voix douce dont elle ne parvenait pas à effacer tout l'amusement. Ce fut le toast du général Nomisien qui la réveilla de l'étrange euphorie dans laquelle elle s'était trouvée plongée un instant. Portant ses regards autour d'elle, elle aperçut, non loin, Max et Equina, profondément enlacés. Ces deux là ne profiteraient probablement pas beaucoup de la fête,songea-t-elle, mais la puissance de leur bonheur et de leur soulagement venait jusqu'à elle et semblait les illuminer de l'intérieur. C'était comme si le monde autour d'eux n'existaient pas, comme s'ils n'entendaient pas les chants elfiques qui commençaient à s'élever dans la pénombre du début de soirée. C'était éculé, c'était vieilli, mais en cet instant, ils étaient véritablement seuls au monde. Ne souhaitant pas troubler leur paix, la reine détourna le regard et, effleurant de la main le bras de son compagnon, se détourna de leur petit groupe pour rejoindre ses autres invités. Elle croisa le regard blessé de Dvalnir et de son compagnon et, avec une pointe de culpabilité, se rendit compte qu'elle s'était à peine occupés d'eux depuis les quelques marques de politesse qu'ils avaient échangé à leur arrivée. Aussi, se dirigea-t-elle vers eux et offrit une coupe au barbe avec, sur les lèvres, un sourire contrit.

- Je fais une piètre hôtesse, n'est-ce pas, à négliger ainsi mes invités. Je suis sincèrement désolée, Dvalnir, mais il est parfois dur de s'occuper de tous à la fois, sans jamais se laisser prendre dans le tourbillon d'une conversation. Surtout lorsque vous vous retrouvez entrainée dans un valse d'ironie assez fraiche que délectable, ajouta-t-elle en baisant la voix. Quoiqu'il en soit, je suis vraiment très heureuse que tu sois parmi nous et je ne doute pas que, le moment venu, la force de ton chant ne nous éblouisse.

*Et je te prie de m'excuser noble dragon, de ne pas avoir répondu à tes remerciements. Mon esprit était trop tendu à percevoir les sous-entendus cachés sur les mots. Mais tu ne me dois rien. Dvalnir était simplement perdu, je lui ai indiqué un chemin qu'il lui a plu de suivre. C'est lui-même que tu dois remercier de m'avoir écouté.*

- Pardonnez moi, mes amis, je vais devoir me consacrer un peu à mes autres invités.

Elle les salua respectueusement et se détourna vers Hally et Dark qui discutait non loin. La reine échangea à nouveau avec elle quelques banalités, détournant leur intention et mettait sur leurs visages graves et sérieux, l'amorce d'un sourire. Elle houspilla gentiment Shadow, qui s'était accoquiné avec le bar et ne semblait plus vouloir le quitter du regard afin qu'il profite de la fête.

- L'alcool est une bonne compagnie, Shadow, mais sa discussion est limitée. Rien ne vaut celle d'un ami. Pourquoi ne rejoins-tu pas un groupe ?

Elle lui fit un clin d'oeil et, attrapant un plateau de sucrerie, le traina dans son sillage jusqu'à Marek et à l'archéologue. Si le premier semblait un peu perdu dans cette fête où il peinait à trouver sa place, même si son instinct le conduisait très sûrement vers le buffet, le deuxième semblait étrangement absent, comme si ses pensées étaient loin de la clairière, loin de la fête et des elfes. Doucement, la reine effleura son bras de sa main pour le ramener parmi eux.

- Marek, vous prendrez bien un gâteau ? Allons, ne faites pas cette tête et pardonnez moi si je vous ai surpris mais vous aviez l'air si absorbé dans votre méditation, qu'il m'a semblé que seule de la nourriture pourrait vous en tirer. Messire l'archéologue, un gâteau ?

Elle ne devisa que quelques minutes avec eux avant de se détourner une nouvelle fois. Les échos lointains des chants qu'elle percevait depuis une dizaine de minutes commençaient à retentir avec plus de force et, sous peu, les oreilles humaines de l'archéologue et de Bayrön allait pouvoir les percevoir. Il allait temps d'entamer la partie la moins agréable de la soirée, celle qu'elle redoutait depuis des semaines. Mais l'art du discours était là l'une des tâches à laquelle une reine ne pouvait se dérober. Elle s'éloigna du groupe, passant non loin d'une immense paire d'yeux intrigués qui semblaient suivre ses mouvements. La reine sourit. Le chat-garou s'était fait si discret pendant les derniers instants que nombre d'invités semblaient avoir oublié sa présence. Elle se rapprocha de lui et s'accroupit. Puis, désignant son épaule d'un geste, elle demanda respectueusement.

*Me ferez-vous l'honneur de m'accompagner pour mon discours ? Vous feriez un immense plaisir aux elfes présents qui n'avaient point vu de représentant de votre race depuis de trop nombreuses lunes et vous me procureriez l'immense soulagement de ne pas me savoir seule face à de trop nombreux regards.*

La reine attendit un peu et se redressa. Elle s'avança lentement vers un bout dégagé de la clairière d'où chacun pouvait la voir. Elle frappa doucement dans ses mains et attendit que les conversations cessent peu à peu, à mesure que les yeux se tournaient vers elle. Endiguant son malaise et l'envie de s'enfuir, la reine commença alors son discours.


- Je ne sais par où commencer ce discours tant le plaisir et l'émotion me serrent la gorge de vous voir tous ici, répondant présent à mon invitation. Je ne vous remercierais jamais assez d'avoir accepté de participer à la fête, sans même savoir combien elle était importante pour moi et notre peuple. Dragons, dragonniers, elfes, chats-garou et même humains, les liens entre nos peuples sont devenus si ténus au fils des siècles et des millénaires que bien peu d'entre vous connaissent cette forêt et ses habitants. Elle est loin et floue l'époque où chaque dragonnier venait parmi nous pour parfaire son instruction et apprendre nos coutumes. Elle est loin l'époque où mon peuple connaissait vos coutumes et vous rendait les hommages qui vous étaient dus.

Aujourd'hui, il faut reconnaitre l'évidence, un fossé s'est creusé que nous devons combler avant qu'il ne devienne une faille qui nous déchire. Je crois sincèrement et profondément que seules des retrouvailles pourront nous faire progresser et nous permettre de lutter contre les bouleversements qui commencent à ravager l'Alagaësia. C'est en unissant nos forces, en apprenant à nous comprendre et en admirant nos différences, non en les dénonçant, que nous pourrons marcher sereinement vers l'avenir.

Si je vous ai tous réuni ici aujourd'hui, malgré toutes nos différences, de race, d'âge et parfois même d'opinions, c'est que je souhaite renouer avec une tradition millénaire que peu d'entre vous doivent connaitre. Au premier jour de l'automne, tous les elfes du Du Weldenvarden se rassemblent afin de chanter pour préserver la forêt de l'hiver. C'est le temps pour une immense fête où chaque chant entonné, par un magicien ou un combattant, contribue à la survie de la forêt. Ici nous n'avons point d'hiver, pour ne pas mourir, ici pour n'avons point d'arbres qui se meurent lentement, pour ne pas entendre leurs cris. Chaque année, cette fête, et d'autres, nous aident à garder en vie notre pays, notre forêt. Et, jusqu'à l'arrivée de Galbatorix, chaque année dragons et dragonniers étaient conviés à cette fête pour unir leurs forces au notre, pour sentir jaillir la vie de leurs chants et pour comprendre l'étranges magie et forces qui lient chaque être vivant en Alagaësia. Pour qu'ils sentent les liens qui les unissent à cette terre, à ces arbres et à chacune des vies qui les entoure. Mais depuis les âges sombres, les elfes se sont renfermés sur eux-même et aucun autre chant que les leurs n'a retenti entre ces arbres.

Si je vous ai fait venir aujourd'hui c'est pour renouer avec cette tradition. Dans cette époque que je sens en péril, au milieu des bouleversements qui nous guettent, de la tempête et du chaos qui s'annoncent, je voudrais que chacun puisse se sentir membre de notre univers. Que chacun puisse trouver ou retrouver ses racines. Pour que vous puissiez redécouvrir mon peuple, sa sagesse et sa bêtise. Je voudrais que chacun considère cette invitation non seulement comme un cadeau pour eux mais aussi pour les elfes et que les liens oubliés se reforment.

Mais je vous mentirai en vous disant qu'il ne s'agit que de la seule raison de votre venue ici. La vérité est que nous avons aussi besoin de vous. Notre forêt, notre vie, nos demeures, sont menacés. Non seulement par les hommes, cela sera, je l'espère, bientôt fini, mais par la nature elle-même et par les cataclysmes qui s'abattent sur l'Alagaësia. Nous sommes menacés, et si les elfes le sont avant les humains par leur mode de vie, bientôt les humains le seront tout autant. Ce que je souhaiterai, ce soir, c'est que chacun unisse ses forces à nos chants, à nos espoirs et à nos peurs, pour que jamais le souffle de la forêt ne meure et que nous puissions, tous ensemble, lutter contre le chaos.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3604
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Jeu 11 Avr 2013 - 19:23


Hally n'arrivait plus vraiment à suivre tout ce qu'il se passait. A part cette ambiance électrique, tout était trop confus dans sa tête. Ils parlaient trop vite de choses qu'elle ne comprenait pas. Trop de sous-entendus, d'ironie. Ces joutes verbales auraient pu être très amusants si elle connaissait chaque personne comme il le fallait, mais là, c'était incompréhensible.
C'est pourquoi elle décida de s'éloigner et oublier toutes ces histoires qui au fond ne la regardaient pas. Elle rejoignit Djenka et Dark. Ensemble elles parlèrent de tout et de rien, de ce qu'elles devenaient chacune. D'Illian, de Eluna qui était un peu plus loin, de Myad, Yenlui .. Tellement de choses qui les unissait. Puis ce fut sur la raison de leur présence dans cette forêt qu'elles débattirent. Même si elle n'avait pas une idée exacte de ce qu'elles faisaient ici, une chose était sur : Ellenwen leur annoncerait très certainement quelque chose. Quelque chose d'assez important pour qu'elle ai convoqué autant de dragonniers et dragons.
Cette dernière s'approcha d'elles. Elle s'excusa de ne pas pouvoir passer plus de temps avec chacun de ses invités, mais la jeune humaine comprenait très bien : elle était l'hote de tellement de personne aujourd'hui que passer autant de temps qu'elle le voudrait pour chacun était impossible. Elle rajouta que c'était tout de même agréable qu'elle soit venue les voir. Une nouvelle fois elle s'excusa. Elle avait d'autres personnes à aller voir ...

- Oui c'est normal. Peut-être aurons nous le plaisir de nous parler plus tard.

Son sourire simple mais sincère confirma dans l'esprit de Hally que la Reine était quelqu'un de vraiment bien. Une elfe comme on en rencontre rarement.
Puis la Reine s'avança. Elle alla se placer à un endroit où tout le monde pouvait la voir. Puis commença son discours. Les réponses aux questions de l'humaine et de ses amies étaient là. Les elfes voulaient renouer avec une très ancienne tradition qui remontait à l'avant Galbatorix. Mais surtout, les elfes avaient besoin d'eux. Tout comme les humains.
L'Alagaësia entière était en danger, et ils devaient essayer de la sauver avant que ça ne soit trop tard.
Le discours de la Reine toucha Hally du fond du coeur. Elle ne savait pas si elle pouvait se permettre de répondre, elle décida donc de faire un simple geste qui montrerait à Ellenwen qu'elle serait à ses côtés pour sauver la forêt, les elfes, et toutes les espèces de leur pays. S'ecartant d'un pas de Djenka, Hally s'avança et hocha la tête. Ellenwen l'avait vu et elle avait compris, elle en était sur, et cela lui suffisait pour l'instant.

Eluna de son côté avait décidé d'aller à la rencontre de gens qu'elle ne connaissait pas. De bonne humeur, elle avait envie de faire des rencontres. Et celle qu'elle avait choisi était des plus particulières. Mettant ses hésitations de côté, la dragonne commença à avancer vers le chat-garou. Jamais elle n'avait vu un membre de leur espèce, et en rencontrer un en chair et en os éveillait sa curiosité au plus haut point.
Elle n'avait pas fait 2 pas -c'est déjà pas mal pour un dragon quand même .. - qu'elle sentit quelque chose d'anormal à quelques mètres. Elle s'arrêta, et tourna la tête, reniflant d'instinct les alentours. Szanghai. Elle le sentit avant de la voir. Il lui arrivait quelque chose. Quelque chose que Eluna quelques mois plus tôt avait connu. Plus près de la futur mère que elle, Kami avait été plus rapide. Cependant, Eluna n'était pas sur que sa présence serait une bonne idée. Comment Szanghai la sauvage réagirait-elle devant le mâle ? La dragonne voulut prévenir son compagnon mais avant qu'elle ne puisse, il s'arrêta et se coucha. Bien, il avait au moins compris qu'il ne valait mieux pas l'approcher. Rien ni personne ne pouvait savoir comment une dragonne réagissait lors d'une ponte, et encore moins une dragonne sauvage !
Eluna s'éloigna de la fête sans s'approcher de Szanghai pour autant. Elle étendit son esprit à la femelle. Habituée à communiquer avec des mots, Eluna mit cependant ses habitudes de côté cette fois ci. Szanghai avait l'habitude de communiquer avec des images, des sentiments. Eluna lui envoyé donc du reconfort, avec de la comprehension. Et une proposition. La dragonne blanche se tenait prête pouur l'aider à tout moment. Un simple signe d'elle pour qu'elle s'envole à ses côtés.
Au même moment, la reine des elfes commença son discours. Sans quitter Szanghai par esprit, elle écouta Ellenwen. Elle ressentit Hally à ce moment là. Ensemble, elles étaient prêtes à aider la Reine sans problème. Pour montrer qu'elle était là, Eluna s'envola et se posa auprès de sa dragonnière qui s'était avancée. Au moins, si elle n'avait pas vu le mouvement de l'humaine, elle avait vu la dragonne bouger et se poser à ses côtés !



Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10942
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Sam 13 Avr 2013 - 23:09


La belle et la bête ? Ah ! la belle et le bête plutôt ! Bayrön jeta un regard suspicieux vers la bouteille qu'il avait amenée. Il restait encore un peu de liqueur dorée au fond, victime d'une terrible malédiction. Comme tout fond de bouteille ou de paquet, elle se morfondait sous les regards que Bayrön aurait espéré un petit peu plus avides, guettant celui qui oserait franchir le pas et enfin vider la bouteille.

Ah la fourbe ! Sagement recluse dans sa bouteille avec son murmure et ses fragrances innocentes. Des clous oui ! Elle en avait vilement profité pour monter à la tête des invités et en chasser toute fantaisie. Des sourires et des regards en coin. Pas le moindre nuage à l'horizon ou chute de température - plus encore que les bananes, Bayrön appréciait que les expressions foudroyer du regard ou ambiance glaciale prennent tout leur sens. Rien, absolument rien. Aucun des invités ne semblait avoir laissé galoper son imagination quant à l'interprétation de la notion de complémentarité. Même le principal visé ne semblait pas s'être rendu compte qu'il pourrait y avoir - très éventuellement - une pique de la part de Bayrön sur un éventuel manque de sagesse de sa part. Et de ce fait, il n'aurait pas été partagé entre l'envie de faire connaitre à la bouteille des contrées où le soleil ne brille jamais et le devoir de ne pas maltraité un invité qui, aux yeux de tous, n'avait fait que des compliments - aussi maladroits fussent-ils. Qui aurait pu imaginer que ses envies de rendre cette fête flamboyante auraient poussé la fourberie jusqu'à ce point ?

Heureusement, il y avait Dame Ellenwen, Dame Aglae, Messire Akkan et messire Sin'Saïan pour l'empêcher de ruminer cette triste constatation. Plus encore, il y avait toujours l'opportunité de grappiller quelque anecdote croustillante. Intérieurement, Bayrön se promit de trouver un moyen d'en soutirer davantage à Akkan. Une adoratrice particulièrement collante et envahissante ? Hum, l'idée sonnait bien... Et tant qu'à faire, une mystérieuse serveuse de surcroit, histoire de ne pas faire de jaloux.

" Ma foi ", commença-t-il, revenant subitement sur terre après ce petit interlude passé à rêvasser. Puis, alors qu'il semblait se rendre enfin compte que le temps ne s'était pas figé durant ces instants de machination, il se racla discrètement la gorge." Pardonnez-moi, je venais subitement de penser à quelque chose sans grande importance. Enfin, si mais vous savez, c'est le genre de chose qui va, qui vient et... Et qui finit par s'envoler, je le crains fort."

Bayrön accompagna ses propos de grands battements de bras. A un point tel que ce fut un petit miracle qu'il n'y eu pas de distribution générale de baffes.

" Ah, ou en étais-je ? Ah oui ! Mon livre ! Vous en vouliez un exemplaire dédicacé, c'est cela ? J'ai néanmoins peur que vous n'y trouviez aucune référence sur mon arrivée à Osilon., soupira-t-il, théâtralement et parfaitement insensible à toute forme de sarcasme. A moins que vous ne souhaitiez voir débarquer des invités... au tempérament de feu. Le genre d'individus qui raffolent des fêtes secrètes parce qu'ils peuvent faire des entrées flamboyantes. Tenez, j'ai des amis qui se sont mariés récemment. A ce sujet, vous comptez vous marier ? - tout dans la voix de Bayrön indiqua qu'il se ferait un plaisir de s'inviter à la cérémonie, voir même de servir de témoin au futur marié - Avec des fous et les grains de riz qui vont avec ? Et un magicien qui se ramènera et cramera tout le buffet... C'est ce qui est arrivé à mes amis alors imaginez si ce personnage venait à lire mon ouvrage ! Mentionner Osilon serait comme l'inviter. Et vos arbres là, c'est quand même assez combustible comme truc. Alors si en plus, il vient avec sa petite amie..."

Ce fut ainsi, à l'aube de l'automne que les commères faillirent voir proclamer leur saint patron. Malheureusement pour elles, un grain de sable s'était niché dans les rouages du destin. La question fut posée et le silence s'abattit. Bayrön le laissa longuement planer jusqu'à ce que la reine des Elfes s'éloigne en direction des autres invités. Le secret qu'il allait révéler n'était, après tout, pas fait pour être entendu par toutes les oreilles.

" A vrai dire, je ne devrais pas le révéler mais puisque vous insistez, fit-il dans un murmure rauque,Comme vous l'avez entendu de la bouche de Messire Sin'Saïan, je suis Bayrön. L'exterminateur de petits bonhommes verts fumeurs de bombes atomiques !"

Devant la tête que tiraient ses interlocuteurs devant un tel charabia - en ce monde tout du moins -, Bayrön laissa échapper un éclat de rire sans joie.

" Je plaisantais ! Mais la vérité, c'est que... haem... je suis la bonne étoile de Messire Sin'Saïan. C'est gênant pour moi de révéler une telle chose et j'imagine que ça l'est tout autant de découvrir que je suis - comment on dit déjà ? ah oui ! - le chaperon - c'est ça ? - d'un être qui a vécu tant de choses... Bref ! En d'autres termes, j'ai toujours un oeil sur Messire Sin'Saïan !", poursuivit Bayrön à l'intention d'Akkan comme si le principal intéressé par toutes ces révélations ne se tenait pas à coté de lui." Sauf quand le ciel est couvert ou qu'il est dans une caverne bien sûr - je ne suis pas un dieu omniscient après tout ! Ah là là, ce n'est pas une sinécure de briller dans les cieux. Surtout quznd votre protégé à le don pour courir après tout ce qui est mystérieux... Rien que d'y penser, je prendrais bien un petit remontant moi !"

Sitôt dit, Bayrön sortit des profondeurs de sa cape une bouteille d'eau de vie de pêches blanches distillée par trois fois et s'en versa une généreuse rasade qu'il vida cul sec.

Une dizaine de minutes plus tard...

Les secondes, minutes et même heures qui passèrent le virent ainsi particulièrement et illogiquement - d'un point de vue bayrönesque tout du moins - éméché. Depuis son petit nuage alcoolisé, les mots lui parvenaient en une ribambelles de phrases au sens encore plus distordu que d'habitude. Du discours de la reine, il ne retint que deux point cruciaux.

Le premier, c'est que la forêt gardienne ne connaissait pas les joies des bonhommes de neige qui surgissaient de nulle part et des gracieuses silhouettes ornées de scintillantes guirlandes de givre ou de neige. Par extension, elle ne connaissait donc pas l'automne. Jamais les arbres ne s'embrasaient de teintes fauves. Jamais le sol n'était recouvert de cet épais tapis croustillant. Jamais - oh malheur ! - ne trouvait-on donc ces champignons aux senteurs et effets particuliers - qu'on les fume ou qu'on les mange.

Le deuxième point, c'est qu'il fallait chanter. Pas un moment Bayrön ne fut effleuré par les concepts de chanter en choeur, de chanter en ancien langage et encore moins de chanter pour un arbre. A peine les mots de la reines moururent-ils dans un silence grave et respectueux que Bayrön commença à se balancer au rythme d'une chanson qu'il était le seul à entendre.

" Lay down, my king. Sleep now eternal...", entonna-t-il tout en tenant son verre et sa bouteille comme des offrandes à la forêt endormie...









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15511
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Jeu 18 Avr 2013 - 15:09


Je me tournai vers le centre de la clairière au claquement de main d’Ellen’. Alors nous allions enfin y venir, au pourquoi de cette improbable réunion de tous les dragonniers d’Alagaësia ? Pas plus que chacun des convives présents, je ne savais ce que préparait ma compagne.
Simplement l’intuition que ce devait être quelque chose de plus que passer le début de l’hiver entre amis.

-Je ne sais pas par où commencer ce discours, commença la reine des elfes.

Je récupérai une coupe d’un alcool non-identifié, sans doute un des nombreux produits elfiques que je n’avais pas encore découverts. Les elfes avaient une étonnante imagination pour ce qui était de trouver des façons originales de distiller, fermenter et macérer de manière originale des ingrédients originaux.
Le breuvage était fort et je le bus doucement tout en écoutant se dérouler le discours d’Ellenwen. Des remerciements, la situation actuelle des différents peuples de l’Alagaësia... Comme tout le monde je pense j’étais suspendu à ses lèvres, dans l’attente enfin du fond de l’histoire, du pourquoi de ce vaste rassemblement qui se profilait petit à petit.
Étrangement, je n’avais jamais eu connaissance de cette tradition elfique, ou bien je ne m’en souvenais pas. Comme quoi ma culture laissait encore un peu à désirer...

-Si je vous ai fait venir aujourd’hui, c’est pour renouer avec cette tradition.

Enfin nous y étions ? Est-ce qu’il ne manquait pas quelque chose ? Cela me semblait un peu simple, organiser une grande fête en secret, sans prévenir personne de la raison, juste pour ça ? Ellen’ finit cependant par révéler les derniers détails, qui rendaient les raisons de notre venue ici, brusquement, bien plus sombres et graves.
Menacés par les cataclysmes qui s’abattent sur le pays hein ? Comme tout le monde j’étais au courant des nombreuses catastrophes naturelles qui avaient eu lieu récemment, mais je n’avais pas pensé à les relier entre elles comme découlant d’une cause commune.
Je les avais attribuées au hasard des statistiques, tout bêtement.
Et pourtant elles seraient la manifestation d’un chaos grandissant ? J’avais du mal à y croire, mais Ellen’ semblait bien sûre de son fait. La dimensions de ce que demandait Ellen’ n’était pas seulement symbolique, il ne s’agissait pas que de réunir tout le monde dans une action commune, pour renforcer les liens ou je ne sais quoi. Pour elle au moins le danger était réel et il s’agissait d’unir nos forces pour lutter.
Voyons, de quoi avais-je entendu parler dernièrement ? Un raz-de-marée, pas très violent, avait submergé le port de Teirm. Quelques blessés et beaucoup de marchandises perdues. Et quelques mois avant une tornade avait dévasté un quartier de Cithri, au Surda. Mais il y en avait peut-être d’autres, qui avaient touché des villes de moins grandes envergures, et étaient passées inaperçues.
Et peut-être qu’elle se trompait ?
D’un côté, n’avais-je pas vu suffisamment de choses incroyables, au cours de ma vie, pour avoir foi en ce qu’avançait ma compagne, aussi fou que cela paraisse ?

*Dis-moi, fis-je en pensée, sans bouger de là où je me trouvais en périphérie du cercle de vide qui s’était formé tandis qu’elle parlait, est-ce que tu sais des choses que je ne sais pas à propos de ces catastrophes naturelles ? *



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 4320
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Shadow
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal | Sam 11 Mai 2013 - 11:42


Sombres, mystérieuses, et surtout dénudées de toute cohérence. Voilà comment il était possible de définir les images et autres pensées qui défilaient dans l’esprit embrumé du dragonnier, perdu au milieu de cette foule impressionnante. C’est à peine s’il parvenait à avoir conscience de sa personne et de ce qui l’entourait. Certes il y avait par intermittence des bribes d’évènements en vrac mais ces cliches mit bout-à-bout n’avait pas le moindre sens, aucun lien qui permette de replacer ces dernières dans une histoire un temps soit peu logique.

Là, assit à proximité du bar une elfe charmante semblait lui adresser la parole, un flot de parole d’une banalité effarante, avec dans le regard cette passion qu’on certain barde au moment de raconter une histoire épique. Vive l’effet de l’alcool et l’ambiance pour laisser au placard les limites et sa timidité. Les barrières ne sont plus que des voiles éthérés agités par les flots capricieux du vent qui souffle selon son gré. Aussi belle que puisse être les femmes elfiques, il fallu un bon moment pour que le fils des ombres reprenne ses esprits et une vision convenable. Vue, odorat, touché, ouïe, goût. Un réveil qui fut plus long que prévu. Il laissa de côté les douces paroles qui lui étaient adressées pour réaliser l’origine du problème. Dans un coin reculé dormait paisiblement une montagne de tonneau vide et empilé qui bougeait à un rythme régulier. Nul besoin d’être un génie pour comprendre que le dragon anthracite avait encore frappé. Enchainant, les uns après les autres, tout alcool qui passait à proximité de sa gueule monstrueuse, pour au final se retrouvé à jouer l’ivrogne de service. Situation qui n’est pas dérangeante en soit si ce n’est que, contrairement aux autres dragonniers, le lien de vie l’unissant à cette masse d’écaille ivre morte ne lui permettait pas de ‘rompre’ cette connexion. Impossible donc de ne pas être affecté par les quantités monstrueuses de boisson que Shigeru avait ingurgité.

Enfin en pleine possession de ses moyens, le dragonnier fit de son mieux pour fausser compagnie à son interlocutrice pour tomber nez à nez avec l’hôte de la soirée. Resplendissante et le sourire au lèvre, elle n’avait perçu que le problème en surface, l’auteur presque complètement dissimulé sous cette armure de bois et de métal qu’étaient les fûts.


« Une discutions limitée? J’en doute lorsqu’on est en conflit avec soi-même, des heures à débattre de ce monde et des problèmes qui y surviennent continuellement. Ceci dit, ce n’est rien en comparaison des sujets qui échappent à toute logique. Mais si je puis me permettre la solitude n’est pas dérangeante, en particulier si le silence de la nuit donne à la scène ce côté magique et irréel qu’on les lacs et autres lieux emprunt de cette magie qui réchauffe les cœurs. »

Son corps était lourd et engourdi par cette ‘sieste’ forcée, à un point tel qu’il parvenait juste à conserver un équilibre précaire. Sa compagne d’un soir, nous l’appellerons ainsi pour l’instant, délaissa son monologue pour venir en aide à l’assassin qui suivi la souveraine des elfes qui les guida jusqu’à Marek et l’archéologue. Le premier était un bon ami et un supérieur hiérarchique, quand à l’autre et bien il n’en savait trop rien. Juste que c’était un parfait inconnu qui maîtrisait avec brio l’art de la conversation, non sans y insérer assez régulièrement une pointe d’humour. Malgré la bonne ambiance et les nombreux amis présents Shadow brûlait de connaître le fin mit de l’histoire. La raison même de ce rassemblement unique.

Au loin des chants s’élevaient avec de plus en plus de force, une mélodie envoutante qui transcendait le corps et l’esprit. Ellenwen se mit à la recherche d’une place en hauteur afin de capter l’attention des invités et entama son discours. Ainsi donc la raison de ce rassemblement concernait cette vieille tradition trop longtemps délaissée. Les guerres qui n’avaient cessée lors de la dernière décennie avait affaiblit la forêt gardienne. Au point que celle-ci était mourante. Sa force vitale drainée tel un jardin laissé à l’abandon. À en croire la reine des elfes la solution résidait dans l’entraide et l’entente, une symbiose qui lie tous les êtres vivants sans exceptions. De la plus petite à la plus imposante forme de vie, une connexion qui unissait l’ensemble des protagonistes à cette terre qui souffre de ces conflits destructeurs.

Il écouta avec la plus grande attention cette tirade tandis que la jeune femme se collait contre lui ne voulant pas le laisser filer aussi facilement. Une étreinte que le fils des ombres lui rendit instinctivement sans qu’il ne puisse lui-même expliquer pourquoi. Plus que tout attaché à la solitude son cœur réclamait autre chose qu’un désert de glace ou une étendue enneigée. Le poids des années se faisait sentir et outre son héritage il ne subsistait rien d’autre. Pas de personne pour qui se battre, juste une cause et aucun descendant pour reprendre le flambeau en cas de décès. Un poids dont il supportait bien la charge mais qui, au fil des ans, le rongeait intérieurement. Le dragonnier ferma les yeux et inspira profondément bercé d’une part par la mélodie qui emplissait l’espace autour d’eux, et de l’autre par ce rythme régulier qu’était les battements de son propre cœur. Les deux ensembles jouaient à l’unisson dans une harmonie exempte de toute imperfection. Pour la première fois dans son existence il se sentait vivant, doté d’une nouvelle force qui le poussait inexorablement vers l’avant, le passé ne pouvant être réécrit.

Quoiqu’il puisse se passer au court de cette soirée rien ne serait plus pareil…


Atra gülai un ilian tauthr ono un atra ono waíse skölir frá rauthr
Shadow/Shigeru
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Une célébration qui tourne mal |


Revenir en haut Aller en bas

Une célébration qui tourne mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Hors RP :: Fantômes du passé :: RPs Achevés-
Ouvrir la Popote