AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Le Dernier Jour de la Colombe [Chapitre 4]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14917
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://viederoliste.fr


Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Le Dernier Jour de la Colombe [Chapitre 4] | Mar 22 Jan 2013 - 23:20





«Halte!»



La prospection venait d’atteindre les portes du palais, lorsque les deux gardes de faction devant la grande porte les firent s’arrêter. Ils mirent les chevaux côte à côte et les femmes descendirent des leurs, rejoignant les hommes qui s’en allait parler avec les impériaux. Laïaga prit la parole, dans une parfaite imitation de l’accent du désert :



« Bonjour messieurs. Nous venons du Haddarac avec de l’or en présent pour votre chef, le seigneur Lord Gawayn, futur Empereur du Saint Empire.

- De l’or ? Pour Lord Gawayn ? fit l’un des gardes, visiblement étonné. L’autre tiqua à la mention de « futur empereur ». Peut-être un soldat loyal à Myad ?

- Oui, beaucoup d’or. Voyez ! Laïaga ouvrit un des sacs « d’or ».

- Hmmm… Très bien, entrez. Mais laissez les chevaux ici.

- Nous comptons sur vous pour en prendre soin. Qui sait, vous aurez peut-être votre part de l’or quand nous reviendrons. »



Marek prit alors un des sacs de fausse monnaie, faisant signe à Nicko de prendre l'autre. Le premier garde semblait visiblement contant de la promesse de Laïaga de le rémunérer, et s’en alla déplacer les chevaux. Le second, celui qui semblait du côté de Myad (ou du moins pas du côté de Gawayn), regarda attentivement les voyageurs.



« Vous êtes armés ? demanda-t-il, d’une voix trop basse pour que son collègue n’entende. Collègue qui de toute façon était trop absorbé par ses rêves de pécule.

- Nul n’a besoin d’arme pour délivrer un message de paix.

- Hmmm… »




Alors qu’il attrapait le sac d’or sur la selle, la manche de Nicko tomba, révélant les carreaux qu’il y avait cachés. D’un geste rapide, il remit la manche. Mais le garde les avaient visiblement vu. Il regarda tour à tour chacun des membres de la compagnie, pâlissant à vue d'oeil. Marek s’approcha de lui d'un pas lent.



« Un problème ? »



Le Gardien du feu était à présent assez près du garde pour que ce dernier puisse détailler son visage sous la capuche. Il vit au regard du garde que celui-ci l’avait reconnu. A leur grande surprise, il afficha un sourire.



« Lord Gawayn vous attends, marchands. Faites vite c’est un homme occupé.

- Merci mon brave », lança Marek, en lui glissant une bourse contenant quelques pièces d’or (des vraies, celle-là).



L’autre garde n’avait rien vu et lorsqu’il revint, son collègue avait déjà caché la bourse dans sa tunique.



« Ils ont de sacrés beaux chevaux tout de même.

- Ah oui ! Il faut bien ça pour transporter de l’or ! »




/*----------*/

Les six faux-marchands avançaient d’un pas rapide. Nicko et Marek s’étaient rapidement délestés des faux sacs d’or, planqués derrière une colonne lorsque personne ne regardait. En une minute, ils pénètrent dans la salle du trône. Marek eut un regard circulaire. Une porte près du trône où était assis Gawayn, et une dizaine de gardes. Une fois les six dans la salle, Laïaga fit un geste de la main. La porte se ferma derrière eux, hermétiquement.



« Qu’est-ce que… commença le dirigeant de la ville.

- Bonjour, Gawayn ! lança Marek en retirant sa capuche, imité en cela par ses compagnons, sauf Laïaga qui tenait à garder un peu d'anonymat. Belle journée n’est-ce pas ?

- Vous… VOUS ! Vous êtes encore vivants ? Vous êtes envoyés par cette catin d’Impératrice n’est-ce pas ?

- Je te prierais de montrer un peu plus de respect à ta souveraine, Gawayn! Et si nous sommes là, c’est pour ce que tu as fait il y a déjà plusieurs mois… Tu t’en souviens j’espère ?

- Et comment… Je vous ai réduit à un groupuscule inoffensif… Il essayait de garder un semblant de dignité, mais son visage trahissait sa peur.

- Inoffensif ? ricana Nicko. Pourtant tu as les membres les plus influents dans ta propre salle du trône, te tenant à leur merci…

- Et bien vous mourrez tous ici, et je serais enfin débarrasser de vous. Et bientôt, ce sera le tour de Myad. GARDES ! »




Les soldats, restés jusqu’ici en garde, lance pointée devant eux, se mirent à avancer. Le premier tomba, un carreau d’arbalète en pleine tête, tiré par Nicko qui en chargeait déjà un second. Le deuxième garde avait une dague dans l’œil de la part de Hally, alors que le troisième s’envolait avant de s’empaler sur sa propre lance, grâce à Leyra. Deux autres moururent lorsque Laïaga leur sauta dessus, une épée dans chaque main. Le reste fut carbonisé par la puissance combinée de Marek et Jenna. Les corps sans vie jonchaient à présent le sol, et ce seulement après quelques secondes de ce qu'on ne peut même pas appeler "combat".


Dégainant une dague, Marek s’approcha de Gawayn, prostré sur son trône, sentant la mort s’approcher. Dégainant une épée, il tenta de faire face au Leader de la Rébellion, qui lançant un « Jierda » fit s’éclater en morceau la lame.



« Adieu Gawayn. C’est la fin de ton règne immonde de terreur. Par cette dague, je vengerais mon peuple, et protègerais ce qui reste du tien.

- Tu n’arrêteras pas la révolte. Bientôt, Myad mourra elle aussi. Une immondice sans la moindre goutte de sang humain comme elle ne mérite pas de diriger cet Empire!

- Pas tant que nous serons là pour protéger la paix qu’elle a instaurée et que des monstres comme toi ont sauvagement baffouée au nom d'une idéologie absurde. Il lui planta la dague dans le cœur. Requiescat in pace. »



Le corps sans vie du seigneur déchu s’effondra sur son trône, dans une mare de sang qui teinta les tissus de pourpre. Fouillant dans sa cape, Marek sortit un parchemin. Il le déposa sur le corps du dirigeant. Sur le parchemin, l’emblème du Du Mor’ranr Knifr, les deux épées sur la branche d’olivier avec un Gedwey Igniasia, surmontait les mots suivant : « Wiol Mor’ranr freohr ». Mort pour la paix.



« Il reste une dernière chose à faire, dit Marek en se relevant et en essuyant sa dague sur les vêtements de Gawayn. Laïaga, fait en sorte que ma voix porte sur toute la ville s’il te plait. Une fois que Laïaga eut confirmé que c’était fait, Marek reprit : Peuple de Gil’ead ! Je suis Marek, fils de Periel, ancien dirigeant du Du Vanyali Ebrithil, et actuel leader des Lame de la Paix. Lord Gawayn n’est plus. C’est la fin de son règne d’oppression. Désormais, vous êtes un peuple libre sous le règne de l’Impératrice Myad. Le peuple du Vanyali est vengé. Ceux qui lui ont injustement pris la vie ne sont plus. C’est ainsi que tout cela se finit. »



Laïaga ouvrit la porte qu’il avait magiquement verrouillée, et l'escouade courut dehors. Des gardes tentèrent de les intercepter, mais d’autre gardes, ceux qui soutenaient Myad et ne supportaient plus Gawayn, se chargèrent de laisser le passage libre aux assassins. Ceux-ci retrouvèrent leurs chevaux, gardés par le cadavre du garde vénal, dans lequel la lance de son collègue était fichée. Ce dernier sourit à Marek et aux autres.



« Vos montures messires, dit-il en tendant la bride de Rejän à son propriétaire.

- Je te remercie. Peut-être à bientôt ! »



Ils grimpèrent en cœur sur leurs montures, et filèrent dans la ville. Autour d’eux, le peuple les acclamait, tandis que certains gardes, tentant de les arrêter, se faisait molester et intercepter par ici d’autres gardes, ici de simples paysans.



*On a réussi…* dit Marek en pensées, frôlant l’esprit de ses compagnons. *C’est finit…*




[Suite et fin - Chapitre 5]








Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas

Le Dernier Jour de la Colombe [Chapitre 4]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Gil'ead-
Ouvrir la Popote