AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Le Dernier Jour de la Colombe [Chapitre 5 - FIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14917
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://viederoliste.fr


Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Le Dernier Jour de la Colombe [Chapitre 5 - FIN] | Mer 23 Jan 2013 - 20:51





Deux semaines plus tard...



Un soleil resplendissant réchauffait Doru Moran’rea. Le ciel d'un bleu azur semblait décidemment s'accorder à l'humeur des habitants de la forteresse. Au frais dans son bureau, Marek se laissait habiller par sa femme, plus ou moins docilement.



« Laisse-toi donc faire bon sang ! dit Leyra en souriant, tandis qu’elle attachait (ou du moins tentait d d'attacher) l’épaulière gauche de son mari.

- J’ai le trac…

- Tu l’as déjà fait non ? Et puis cette fois c’est pour une bonne nouvelle! »



Dehors, par la porte-fenêtre du balcon, on entendait le grondement de la foule qui s’était amassée dans la cours. Déjà, la nouvelle de l’assassinat de Gawayn avait fait le tour de l’Alagaësia, et tous savait les conditions et les raisons de cette mort. Les réactions étaient diverses. La plupart était favorable à la fin de ce règne tyrannique et aux conséquences sur le Du Mor’ranr Knifr qu’elle apportait, mais Gawayn avait des amis –si si- qui eux, même s’ils étaient minoritaires, tenteraient surement de mettre des bâtons dans les roues autant de Marek que de Myad.



« Et voilà. »



La voix de son épouse ramena le Gardien à la réalité. Il était fin prêt. Son armure de cérémonie de l’Alliance, toute de métal, ornée ici et là de saphir et d'or, avec la lourde cape bleu nuit et le logo du Mor’ranr en doré dessus.


Marek respira un grand coup, et embrassa sa femme, qui grimaça lorsque la barbe la piqua. On frappa à la porte, et sans attendre de réponse, on entra. Les deux dragonniers se retournèrent pour accueillir Nicko, dans une armure similaire à celle de Marek (hormis que le doré était remplacé par de l’argent), Jenna, dans une magnifique robe vert forêt qui faisait ressortir ses cheveux roux cascadant sur son dos, la parure que lui avait offerte Ellenwen cascadant sur son décolleté, et enfin Hally, dans une robe bleu ciel, comme si elle était habillée avec de l’eau, telle une fontaine vivante.


Leyra, dans sa robe améthyste au décolleté qui n’enviait rien à celui de Jenna, grimpa sur un tabouret et posa le diadème elfique de la reine des Elfes sur la tête de son mari [NDLA : J’allais écrire « Marie » pour le coup ._. ], déposa un baiser sur son front, et lui chuchota au creux de l’oreille :



« Tu vois, tu n’es pas seul. »



Cela finit par arracher un sourire au Chef des Lames de la Paix, qui se tourna vers ses amis, alors que Leyra descendait de son promontoire.



« Allez les enfants, on nous attend… »




Lorsque le petit groupe sortit sur le balcon, la foule se mit à hurler de joie, si bien qu’une minute passa avant que Marek puisse ramener le calme dans l'assistance. Sa voix grave résonna alors dans toute la forteresse.



« Peuple du Mor’ranr ! C’est aujourd’hui la fin de notre calvaire. Il y a presque un an, un homme nous a volé nos terres. Un homme nous a massacrés et réduits à presque rien. Cet homme a désormais rejoint ses ancêtres, comme ses complices avant lui. A présent, les seuls membres de pouvoir du Saint Empire sont ceux loyaux à l’Impératrice Myad. Nous sommes libres, libres de nous balader dans l’Empire, de quitter cette forteresse exiguë, libre de vivre ! »



Le peuple, jusque-là silencieux, se remit à crier. Une demi-minute plus tard, Marek put reprendre.



« Nous allons tous les cinq dès à présent nous rendre à Dras Leona, pour y conclure un accord officiel avec Myad. Les Lames de la Paix rejoindront les Maîtres de Magie. Nous deviendront une province libre du Saint Empire, comprenant toute la partie nord du territoire, comme l’Alliance autrefois. Notre loyauté ira à l’Impératrice, mais nous aurons sa protection et la liberté qui nous est due. Cette province sera appelée Eirini [Ndla : Paix en grec Very Happy ]. Vous serez des Eiriniens et Eirinennes. Nous vous aiderons à reconstruire des foyers, et vous pourrez vivre, élever vos enfants et vos bêtes, et mourir dans la paix. Dans la liberté!»



Cette fois-ci, Marek ne put contenir la foule. Il resta un moment au balcon, regardant son peuple enfin heureux, avant de retourner dans son bureau avec son lieutenant, sa magicienne en chef et ses deux ambassadrices. Il alla s’affaler sur un siège qui se mit à gémir sous le poids combiné du chef et de son armure. Le Gardien lâcha un long et profond soupir. Leyra vint se placer derrière lui, et posant les mains sur ses épaulières, lui dit en l’embrassant sur la joue :



« Tu as été parfait. »



Nicko attrapa une bouteille dans la commode du bureau, et la déboucha, sortant des verres. Il servit tout le monde, et tendit son verre vers le ciel.



« A Eirini donc ?

- A Eirini ! répondit en cœur le reste de la troupe.

- C’est quand même plus joli que Du Mor’ranr Knifr… » ajouta Nicko avec un clin d’œil vers son chef, qui ne put qu’approuver.




/* --------------- */

Cinq jours plus tard...



Le soleil pointait ses premiers rayons à l’horizon, allongeant les ombres des tentes. Tout le campement semblait plonger dans le sommeil. Tous, sauf Marek, qui montait la garde sur un petit talus à côté des tentes. Les chevaux, déjà réveillés, broutaient paisiblement à quelques mètres de là. Le bruit de leur mastication s’ajoutait à celui des oiseaux qui chantaient l’arrivée de l’astre diurne. Au loin, on apercevait déjà un peu Dras Leona.


Un bruissement attira l’attention du Gardien du Feu. Il se retourna, et vit Nicko, en chemise et pantalon de lin et pieds nus, qui venait de sortir de la tente qu'il partageait avec Jenna et qui s’approchait de lui.



« Salut, dit Marek.

- Salut. Tout est calme apparemment.

- Ouais. Si tout se passe bien, on sera à Dras en fin de matinée. »



Silence. Une chouette passa pour aller rejoindre son nid pour la journée. Les premiers rongeurs se réveillaient, et une musaraigne passa pour aller chiper des restes de pain laissés hier par les campeurs.



« Tu as vu la couleur du ciel à l’est ? demanda Nicko.

- Rouge. Une aube rouge. Beaucoup de sang a dut couler cette nuit, ajouta Marek avec un sourire, faisant référence à une histoire qui circulait beaucoup en ce moment.

- Pour signer le crépuscule du Mor’ranr, né dans l’Aube Ecarlate. Quelle douce ironie.

- En effet… Voyons-y un bon présage. Réveille les filles, on va partir. »




Une heure plus tard –en comprenant le temps nécessaire aux filles pour se brosser les cheveux, la petite troupe était en route.



* Tous ces voyages à cheval vont finir par me rendre eunuque* pensa Marek, dont les fesses et l’entrejambe souffraient de tous ces trajets depuis un mois.

* Pauvre Leyra… * souffla la voix de Hathir dans son esprit, dont l’Eldunarì se trouvait dans une sacoche à la ceinture de Marek.



Ce dernier allait répondre, mais il fut coupé par un petit rire sur sa gauche, suivi d’une douce caresse mentale de réconfort. Visiblement, Leyra avait tout entendu…



[…]

Dans les rues de Dras Leona, la délégation du Du Mor’ranr Knifr avançait en fanfare. Un important cordon de sécurité avait été mis en place, au cas où. On jettait des fleurs et des confettis et des femmes nues se jetaient du haut des balcons. En tête de cortège marchait Marek, montant Rejän, son grand étalon noir. Il était vêtu de l’armure de cérémonie de l’Alliance, ses deux épées croisées dans son dos, la couronne d’Ellenwen sur la tête. Il saluait la foule enthousiaste. S'il avait su qu'un jour il serait autant acclamé dans sa ville natale...


Sur sa gauche, légèrement en retrait, Leyra montait sa jument blanche. Ses cheveux noirs, attachés en un chignon complexe (oui c’est aussi pour ça qu’ils avaient mis beaucoup de temps à partir ce matin-là), dévoilaient sa nuque d’où partait une magnifique robe bleu nuit parsemée de dorure. Son épée était attachée en travers de sa monture, à portée de main. Son sourire, qui étincelait les environs, doubla d'intensité lors qu'un enfant lui tendit une rose rouge qu'elle attrapa avec bonheur.


Au même niveau, sur la droite de Marek, se tenait Hally. Elle portait la même robe que lors du discours de Marek, et ses cheveux cascadaient sur son dos comme une chute d’eau dans les montagnes de la Crête. Carquois attaché à la selle, elle portait son arc en bandoulière. Aussi radieuse de Leyra, elle reçut presque autant de fleurs que la première dame du Mor'ranr, si ce n'est plus.


Derrière elles, un peu plus rapprochés l’un l’autre, Nicko et Jenna fermaient la marche. Ils portaient tous les deux les mêmes vêtements que lors du discours de Doru Mor’ranrea. Son armure d’apparat pour Nicko (et l’arc elfique offert par Ellenwen en bandoulière) et la robe verte pour Jenna. Elle était la seule d’ailleurs à ne pas porter d’arme lourde, seulement une petite dague à sa ceinture. Nicko portait également l’étendard des Lames de la Paix, qui flottait derrière eux. Un drapeau bleu nuit avec, brodé d’or, le Gedweÿ Ignasia entouré de branche d’olivier sur deux épées croisées.



Ils arrivèrent finalement devant les marches du palais, où les attendaient Myad. Bras croisés dans le dos, elle portait un ensemble rouge et noir, où les deux couleurs se croisaient dans un élégant mélange. Une longue robe mettant en valeur sa poitrine généreuse, sans rien en dévoiler car le col remontait jusqu’à la naissance de sa tête, au grand désespoir des hommes présents sur le parvis. Sur ses hanches, ses poignets ainsi que sur ses épaules, des petites plaques d’armure noires soulignaient le fait que cette Impératrice n’était pas du genre à coudre dans sa chambre pendant que ses hommes de battaient. Une petite cape triangulaire lui tombait au creux des reins. Sa chevelure couleur de nuit était peignée dans un chignon dont la complexité ramenait celui de Leyra à une coupe du dimanche. Des roses rouges parsemaient les boucles, s’harmoniant avec ses vêtements. Elle souriait, ce qui étonna ses conseillers, mais qui avait au moins l’avantage de coller avec le visage de ses hôtes.


Ces derniers mirent pieds à terre. Quelques palefreniers vinrent s’occuper des chevaux, tandis que la délégation s’avança. Marek s’inclina, suivit de près par ses amis.




« Votre Altesse…

- Marek. Bienvenue à Dras Leona. »



Marek, ne tenant plus, envoya une immense vague de joie à l’esprit de sa sœur. Il n’attaqua pas son esprit, se contenta de tourner autour comme un petit chien autour de son maître. Malgré l’apparence protocolaire de la scène, leur sourire trahissait la joie de leurs retrouvailles.



« Allons à l’intérieur, je crois que nous avons beaucoup de chose à nous dire… »



FIN








Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas

Le Dernier Jour de la Colombe [Chapitre 5 - FIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Dras Léona-
Ouvrir la Popote