AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Soutenez la pègre, faites un don !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 204
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mar 13 Aoû 2013 - 22:07



Le silence règne au dessus des terres orientales de la Léonie, troublé par les seuls chants de la bise hivernale et du puissant battement d'ailes membraneuses. Dans les cieux se profile à travers les nuages chargés de neige la vague ombre d'un dragon en vol. Ou peut-être même de plusieurs. Difficile de se prononcer tant la visibilité est à la mesure du temps. Exécrable.

Les conditions météorologiques sont pourtant loin d'accaparer toutes les pensées. La compagnie rassemblée par Don Juan  approche de son objectif. Le domaine de Black Kurail ne saurait tarder à se profiler au loin, tranchant dans la monotonie du paysage enneigé par ses lignes sombres. Au pied de la colline sur laquelle il se dresse apparaitront alors la silhouette de masures et les rubans de fumée qui s'échappent de leurs cheminées cabossées.

Se mêleraient-ils au paysans qui bravent les rigueurs de l'hiver que les mercenaires ne tarderaient pas à entendre parler de la réputation du maître des lieux. Et les regards de se détourner à la moindre question, préférant se refugier dans le confort de l'ignorance.

L'heure n'est toutefois pas à telle investigation. Un dragon n'est pas un modèle de discrétion et à n'en point douter, le sinistre Don ne goutera pas pareille visite. Ce n'est pas un individu à sous-estimer, avait affirmé Don Juan dans un long frisson, et nombreux sont ceux qui cherchent à rester et obtenir ses bonnes grâces.

D'un autre côté, une approche aussi frontale que brutale pourrait s'avérer tout aussi payante qu'une arrivée à pied, autrement plus discrète.

Un corbeau égaré dans la tempête darde brièvement un regard écarlate sur la dragonne. Qui dit dragon dit curie, c'est bien connu. Malheureusement pour le corvidé, sa vitesse ne lui permet pas de rester à sa hauteur. Il n'est bientôt plus qu'un point noir loin derrière. Dommage, il ne participera pas au festin…

Quelque temps plus tard, un frémissement du sol signale l'atterrissage du dragon non loin - à vol d'oiseau - du domaine de Black Kurail. Dissimulés aux regards par le feuillage dense d'un petit bois de sapins, les aventuriers posent finalement pied à terre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10941
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Dim 18 Aoû 2013 - 20:24


Garnyiss ne bouda pas son plaisir de retrouver le plancher des vaches. Habitué à sentir le sol tanguer et rouler sous ses pieds, il ne s'était pas pour autant sentit à son aise sur le dos d'Eluna. Assis, calé dans une position inconfortable, il n'avait guère eu de moyen d'ajuster correctement son équilibre. La morsure du vent n'avait guère arrangé les choses. La proximité de Don Juan non plus, comprit le mercenaire à la vue du visage blanc de son employeur. Le froid n'y visiblement pour rien car l'intéressé se hâta en titubant derrière un arbre.

" On dirait que personne d'autre ne nous attend...", nota-t-il à mi voix tout en se frictionnant les mains pour y ramener un peu de chaleur." Pas d'amis en tout cas..."

Dans les airs, un corbeau salua ses propos d'un croassement moqueur. L'espace d'un instant, Garnyiss crut voir clignoter une lueur cramoisie dans les yeux du volatile. Il se secoua les idées et reporta son regard sur le charognard. L'éclat sinistre avait disparu, comme s'il n'avait été que le fruit de la paranoïa galopante du mercenaire. Un long frisson descendit son dos en une cascade glacée.

" Satané corbac' !", maugréa-t-il entre ses dents.

Le charognard avait beau s'être éloigné, il n'en laissait pas moins derrière lui la sensation d'un milliers d'yeux aux aguets. Presque de malveillance, fut tenté de rajouter Garnyiss avant de serrer le poing jusqu'à faire gémir ses articulations.

La douleur sourde de ses ongles s'enfonçant dans la chair engourdie le rappela à la réalité. Ici, la neige ne risquait pas de se lever en un spectre vengeur aux griffes glacées. Elle ne faisait que s'écraser mollement au sol, se convainquit-il. Alors pourquoi cette sensation de malaise persistait-elle ?

" Inutile de s'éterniser ici plus que nécessaire !", affirma le mercnaire en dépliant la carte des environs - Don Juan semblait avoir pensé à tout.

" Le mur sud du domaine n'est qu'à quelques kilomètres. C'est le chemin le plus court pour atteindre le manoir mais je n'ai pas la moindre idée de ce qui nous attend derrière et l'enceinte sera à coup sûr lourdement protégée. Passer par l'entrée principale nous contraindrait à un plus long détour par le nord mais nous pourrions glaner quelques informations auprès des villageois."

Son doigt s'arrêta sur les chaumières puis il releva la tête vers ses compagnons :

" Mes capacités magiques sont des plus limitées, "avoua-t-il " Je ne pourrais pas vous être d'une grande aide en la matière donc je vous laisse discuter de la voie qui vous semble la meilleure..."








Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mar 20 Aoû 2013 - 18:18


Abysse leva les yeux au ciel, presque instinctivement. Moins d’une seconde plus tard, la trouée dans les sous-bois s’obscurcit au passage de l’énorme silhouette. Les dragons dégageaient toujours une attraction aussi forte chez la jeune femme. Elle se sentait presque guidée, aimantée par leur présence. Ainsi, il ne fut pas difficile pour elle de suivre sa trace.

Les hommes qui chevaucher ce qui semblait être une dragonne se hâtèrent de toucher terre. L’un d’eux, même, sans doute peu habitué des voltiges de haut vol  en rendit son dernier repas, livide. Abysse eu un léger sourire lorsqu’elle reconnut dans ce piètre personnage Dom Juan. Et jaugeant qu’elle s’était assez cachée pour le moment, la jeune femme s’extirpa des ombres des sous-bois pour rejoindre le petit groupe.

-J’aurais aimé pouvoir arriver avec autant de panache, énonça-t-elle avec sarcasme en guise d’introduction.

Elle se tourna vers la dragonne aux écailles étincelantes et la salua courtoisement. Les dragons étaient connus pour être pointilleux et orgueilleux. Mieux valait donc témoigner par trop de respect que point assez.

-Enchantée noble dragonne, Abysse Ac’trian, à votre service.

Un croassement résonna au loin. Les charognards ne sont jamais bien loin des champs de bataille à venir. Abysse espérait au moins que les combats se dérouleraient discrètement. Les batailles rangées et à ciel ouvert n’avait jamais été son fort. La jeune femme prisait davantage dans la discrétion et la furtivité, disons.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 204
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Ven 23 Aoû 2013 - 18:00



Au centre du domaine de Black Kurail, les torches font jouer les ombres dans le salon privé de Don Géon. Assis dans son fauteuil à haut dossier, le maitre des lieux ne cesse de fixer la table devant lieux, l'air vaguement ennuyé. Sur l'échiquier ne se dresse plus que son roi et celui de son adversaire.

" Votre cousin semble avoir trouvé quelque ressource dans son désespoir, en fin de compte !", lui fait-il remarquer, l'air vaguement satisfait.

Les flammes esquissent sur son visage le relief de dizaines de rides, lui conférant l'aspect d'une pomme desséchée. Des touffes éparses de cheveux blancs et hirsutes ainsi que le gris délavé de vêtements miteux achèvent de lui donner l'apparence de l'un de ces vieillards comme on en croise des milliers en Alagaësia. Pourtant, l'éclat dur et enfiévré qui danse au fond de l'œil que la cataracte a épargné n'a, elle, rien de commun.

" Le reniement de ma famille fut mutuel et fructueux. Pour chacun des deux partis. ", réplique tranquillement Don Géon. " Mais ma réputation est une maitresse cruelle, qui se délecte tout aussi bien de sacrifices que de joyaux étincelants. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, j'ai des invités à accueillir."

A peine les mots résonnent-ils dans la pièce que le Don se lève pour aller murmurer quelques mots à l'une des silhouettes encapuchonnées flanquées à sa porte. La silhouette acquiesce doucement avant de sortir dans un bruissement de tissus. Se retournant une dernière vers son invité avant de sortir à son tour, Géon lance :

" Le regard n'est-il pas le diamant des vivants ? "

¤¤¤¤¤

Au même moment, les silhouettes noires de corbeaux en vol se font plus nombreuses. Certaines se posent sur les branches qui ne tardent pas à gémir sous leur poids conjugué à celui de la neige. Les plus hardis d'entre eux haranguent les aventuriers de croassements moqueurs.

En fins et éclairés amateurs de globes oculaires, les corvidés ont sans doute vu dans la joyeuse compagnie la promesse d'un festin de choix. A moins que l'éclat cramoisi qui semble papilloter dans le regard de certains ne soit qu'une illusion…

Quoi qu'il en soit, c'est une bande de charognards affamés qui ne tarde pas à fondre sur la bande dans un déferlement de plumes plus noires que la nuit. Cerise sur le gâteau, l'air humerait-il quelque sinistre parfum de sorcellerie mêlée de magie que cela ne serait pas étonnant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3604
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Lun 26 Aoû 2013 - 0:05


Le groupe avait retrouvé Eluna deux heures après leur départ de la Taverne. Et malheureusement, elle était seule. Elle n'avait pas reussi à contacter Norvya, il n'avait donc pas fait parti du voyage.
Ainsi, seule 4 personnes purent monter sur le dos de la dragonne (à vous de choisir qui !) tandis que le reste du groupe du voyager à cheval. Autant de poids sur son dos obligea la dragonne à voler moins vite que d'habitude. Elle arrivait à peine à depasser la vitesse d'un cheval, ce qui permit aux autres de ne pas perdre leur trace.
Quand ils se furent enfin posé, Eluna sentit l'un d'entre eux se jeter presque à terre et vomir tout ce qu'il pouvait. Hally descendit en dernière et s'approcha du museau de sa belle dragonne, amusée par le spectacle.

- Tout le monde n'a pas l'air d’apprécier ta façon de nous conduire à un endroit ...
* Il comprend rien, c'est tout ! *

Hally rigola en caressant Eluna puis s'approcha du petit groupe qui se reformait petit à petit. La première à apparaitre fut Abysse. Elle n'avait pas vu Eluna au départ car elle avait pris de l'avance, elle profita donc de ce moment pour la saluer.

-Enchantée noble dragonne, Abysse Ac’trian, à votre service.

La dragonne hocha sa grande gueule, puis caressa l'esprit de la femme sans le violer.

* Ravie de te connaitre Abysse Ac'trian. Je suis Eluna, fille d'Arget. *

Tout à coup, la dragonne sentit à travers sa dragonnière un désagréable pressentiment.
Ce corbeau n'était pas normal. Hally connaissait bien les animaux, et elle connaissait le comportement des rapaces. Celui là était étrange. Elle ne fit cependant aucune réflexion, pensant que cette sensation étrange n'était du qu'au stress et à l'adrénaline que l'aventure lui procurait.
Puis un second corbeau se posa près du premier, suivi par deux autres, puis 10, puis 20. Cette fois ci, plus rien n'était normal. Les charognards, comme l'expliquait bien leur nom, s'en prennent qu'à des charognes. Or, aucun d'entre eux n'était une carcasse de quoi que ce soit ...
Eluna sentait également qu'il se passait quelque chose, tout comme tous les compagnons autour. Grognant contre les oiseaux qui envahissaient les lieux, elle se releva de toute sa hauteur et fit sortir de la fumée de ses naseaux. Un avertissement pour les rapaces qu'ils décidèrent de totalement ignorer.
En moins d'une seconde, tous les corbeaux s'envolèrent de leur perchoir pour foncer vers le groupe. Immédiatement, Eluna ouvrit sa gueule pour cracher une immense flamme plus bleu que rouge. La magie de sa dragonnière.
Au même moment, cette dernière prit son arc et encocha une flèche. Des qu'elle put, elle la lâcha, touchant deux volatiles au passage, mais elle savait que tout ceci ne servirait à rien. Ils avaient plongé dans un piège, et maintenant, il fallait s'en sortir. Mais sans connaitre le potentiel de Don Geon, tout cela risquait d'être compliqué.
Elle courut le plus rapidement possible vers Don Juan après avoir rangé son arc et en utilisant sa magie pour embrocher des oiseaux avec de la glace.

- De quoi votre Don Geon est-il capable ? Tuer ces oiseaux est possible, mais doit-on économiser notre énergie pour un autre piège bien plus dangereux ?

Faire appel à l'eau ne demandait quasiment pas d'énergie à Hally qui avait appris à utiliser tout ce qui l'entourait quand elle maniait son élément, mais à ce rythme, leur quête ne pourrait aboutir à rien !



Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10941
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Jeu 29 Aoû 2013 - 1:18


Garnyiss cracha sur le sol à la vue des corbeaux qui se pressaient sur les arbres alentour.  En tant normal, un tel public n'annonçait déjà rien de bon. Qu'il ignore superbement la proximité d'un dragon et prenne plaisir à se geler le rendait suspect. Vicelard et très mal intentionné, compléta son expérience des publics voraces. Le mercenaire referma discrètement la main autour de la garde glacée de Tranchenuit. Un excès de prudence n'avait jamais tué personne…



Le métal jaillit hors de son fourreau dans un chuintement féroce, noyé dans les vacarmes de croassements et battements d'ailes mêlés. Les premiers arrivés à portée furent promptement tranchés en deux. Un beau geste mais guère plus qu'un coup d'épée dans l'eau. Garnyiss avait pleinement conscience que sa seule habileté ne le mènerait pas bien loin.


Faute de pouvoir couvrir tous les angles d'attaques possibles, il enchaina les moulinets à hauteur d'œil pour ne pas être privés des siens. Autour de lui, les flammes, l'acier et les sortilèges mordaient dans la déferlante de charognard sans pour autant doucher son appétit. Du coin de l'œil, il aperçut Hally se précipiter vers Don Juan, l'entendit le héler au sujet de Don Géon.



" C'est… je.. j'a…", commença à bredouiller un Don Juan dont le visage avait délaissé les nuances verdâtres pour celles du blanc cadavérique. Il tremblait à l'unisson de sa voix, incapable de faire le moindre geste et encore moins de sauver sa peau.


Non pas qu'il en eut besoin, ironisa intérieurement Garnyiss. Les corbeaux ne faisaient que l'effleurer de leurs longues plumes noires en une caresse malsaine. Ce sinistre constat avait de quoi faire frémir le mercenaire mais il ne pouvait s'en payer le luxe. Les charognard ne l'avaient pas oublié, lui. Le chant funèbre de Tranchenuit résonna de plus belle au milieu du concert de croassements.


Du coin de l'œil, il vit ceux de Don Juan rouler dans leurs orbites comme ceux d'un cheval fou et ses lèvres s'agiter sans pour autant fournir le moindre son. L'homme semblait au bord de la crise d'hystérie.



" C'est un sorcier !", gémit-il d'une voix aïgue en fixant un point derrière la dragonnière comme s'il y voyait une quelconque créature monstrueuse.


" Plus de ciel, loin des yeux…", marmonna-t-il dans la vide avant de brandir le poing vers un trio de corbeau qui décrivait des cercles paresseux au dessus de la mêlée.


" Il ne verra pas sous la terre ! Il ne pourra pas !", lança-t-il avant de commencer à se carapater en direction du Rarm.



Dans les cieux, le trio de corvidés fut déconcerté par cette fuite. Après une brève concertation ponctuée d'un croassement approbateur, l'un des corbeaux pris Don Juan en chasse. C'est en tout cas ce qu'aurait pu interpréter un observateur attentif qui ne se serait pas laissé distraire par leur apparence de volatiles...








Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mar 3 Sep 2013 - 11:22


La vue de la dragonne d'Hally, toute magnifique qu'elle soit, avait fait naitre chez elle des frissons intempestifs et quelques sueurs froides. L'ancienne reine avait toujours été très méfiante de ces étranges créatures qu'elle n'avait jamais réussi à comprendre. Sans compter qu'elle était victime de crises de vertige épouvantable lorsqu'elle chevauchait ces lourds reptiles volants. Autant de raison de s'agiter nerveusement dans la neige en attendant les décisions à venir. Fort heureusement pour elle, malgré la largeur peu commune de ces montures, le groupe entier ne pouvait aller sur son dos. Se "dévouant" courageusement, l'elfe avait donc pris le parti d'acheter un cheval et de suivre le groupe sur terre.

Ellenwen descendit de cheval avec un inaudible soupir de soulagement. Le froid et le manque de mouvement commençaient à l'ankyloser. Elle qui n'avait connu aucun hiver depuis plusieurs années dans le Du Weldenvarden ne parvenait pas à se réhabituer à la solitude glacée qui l'entourait. Après tout, contrairement à beaucoup des jeunes gens qui l'accompagnaient, elle n'avait plus vingt ans. Loin de là. Elle s'étira, répétant comme un automatisme les premières postures de combat elfique. Elle sentit ses muscles protester avant de regagner en souplesse. Enfin, seulement, elle regarda autour d'elle en silence. La neige qui ne cessait de tomber brouillait sa vue, pourtant plus développée que le reste des humains. Elle ne parvenait qu'à distinguer un labyrinthe d'arbres où s'accrochait une multitude confuse de plumes et de becs acérés.

Laissant le reste du groupe à leurs discussion, l'elfe s'avança de quelques pas, le nez toujours levé vers le ciel. La sensation d'être observée lui arrache un sourire qui dévoila ses dents en un sourire inquiétant, les oreilles couchées en arrière. Elle n'aimait pas être vue à son insu. Surtout pas des volatiles aux yeux rouges qui n'avaient rien de simples oiseaux. Lorsqu'ils se rassemblèrent, toujours plus nombreux, sur les branches alentour, elle émit un doux feulement. Il était inutile de tenter de les tuer. Ils étaient trop nombreux et beaucoup trop rapides. Seul un sort aurait pu en venir à bout mais l'elfe ne tenait pas à dévoiler ses capacités à celui qui les observait ainsi. Sans dire un mot - après tout, plus que les murs, les corbeaux ont des oreilles - elle contacta mentalement ses compagnons.

*Pas la peine. Je pense que c'est un test. Tant qu'ils n'attaquent pas, pourquoi réagir ?*

Elle économisait ses paroles, fatiguée de se sentir entourée d'une si nombreuse compagnie. Elle leur jeta un coup d'oeil et leva les yeux au ciel en voyant Don Juan déguerpir. Elle ne comprenait pas réellement pourquoi il était venu si c'était pour fuir ainsi. Aussi, lorsqu'il passa à sa portée, elle le rattrapa d'une poigne ferme, le souleva légèrement avant de le replanter droit sur ses pieds. Elle lui lança un long regard sévère et commenta simplement.


- Ne nous abaissons pas à avoir peur. On nous observe tout de même.

Elle sourit à nouveau, sans aucune sympathie, avant de reprendre la discussion mentale.

*Deux solutions. Entrer dans leurs esprits et voir. Ou continuer notre route.*

De toute façon, ils allaient être bientôt fixés. Si le comité d'accueil était si menaçant, elle ne doutait pas que le reste y soit proportionnel. Et elle tenait à être prête à tout.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3604
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Ven 13 Sep 2013 - 22:39


Hally n'en revenait pas ! Ce Don Juan qui avait l'air si sur de lui était maintenant sur le point de se pisser dessus !! Il était effrayé, il n'arrivait plus à aligner deux phrases. Hally fit rouler ses yeux quand tout à coup, il s'enfuit. Eh oui, quand on a un sorcier en face, c'est toujours plus compliqué !

- Non mais c'est pas vrai ! lança la dragonnière entre ses dents, s'apprétant à le ratrapper.

Heureusement, Ellenwen reussit à l'attraper avant le stoppant net. Elle lui fit remarqué qu'ils étaient observés.

* Elle a raison, ces oiseaux n'en sont pas. *

Hally jeta un nouveau coup d'oeil vers ces maudits oiseaux et en remarqua quelques uns avec des yeux rouges.

*Deux solutions. Entrer dans leurs esprits et voir. Ou continuer notre route.*
* Continuons notre route plutôt non ? Et préparons nous à devoir nous battre contre un sorcier. *

Leur force étaient primordiales face à un sorcier. Certes Hally savait que Ellen ne manquait pas de ressource, son lien avec Eluna procurait à l'humaine un avantage qu'il ne fallait pas laisser de coté et Abysse et Garnyiss n'étaient surement pas peureux comme Don Juan, mais tout de même, il ne servait à rien de se fatiguer pour rien des le début.
Elle regarda ses compagnons un par un pour voir ce qu'ils en pensaient. Il fallait avancer car rester sur place avec tous ces espions au dessus d'eux n'était surement pas très judicieux pour leur sécurité. Avancer ou agir.



Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10941
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mer 18 Sep 2013 - 1:24



Maintenant que leur arrivée était éventée, autant ne pas tourner autour du pot et donner encore plus de temps à Géon pour étoffer son comité d'accueil. Aussi abonda-t-il dans le sens d'Hally, non sans y ajouter une pensée à l'égard de leur si froussard commanditaire.


* Mieux vaudrait avancer mais les réactions de Juan commencent à m'inquiéter tout autant que celles du sorcier. Il serait foutu de filer à nouveau dans une situation autrement plus critique.*


L'intéressé ne semblait guère avoir retrouvé sa composition, même si un soupçon de honte semblait maintenant le disputer à la terreur pure sur son visage. Intérieurement, Don Juan essayait de se convaincre que tout allait bien se passer, que ceux qui l'accompagnaient allaient le protéger contre les sinistres entreprises de son lointain et honni cousin. Rien à faire, son coeur persistait à faire la sourde oreille à sa raison. Une timide et presque inaudible tentative d'excuse agita néanmoins ses lèvres.


Il fit presque pitié à Garnyiss, au point que celui-ci remisa ses griefs envers lui et s'efforça même de paraitre aimable.


" Il n'y a pas de honte à craindre les sorciers, Don Juan, mais tant que vous resterez avec nous, il ne pourra pas vous atteindre.", lui mentit-il avec un aplomb indécent. Le mercenaire ne donnait en effet pas cher de la peau - ou plutôt de l'esprit de Juan - si l'infâme Géon se décidait à l'attaquer sur ce terrain-ci. Il y avait les sortilèges perdus, une main heureuse et tout un tas d'autres coups du sort qu'il valait mieux garder sous silence.


" A supposer qu'il soit en état de le faire lorsque nous l'aurons débusqué...", ajouta-t-il en haussant légèrement la voix pour bien se faire entendre par ces satanés pseudo corbeaux. Il désigna ensuite la direction de l'antre du sorcier et ajouta avec une ironie certaine :


" Honneur aux dames !"


Il fallait bien reconnaitre ses efforts pour se hisser en tête de la liste des têtes à faire tomber de Don Géon.








Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 204
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Jeu 19 Sep 2013 - 2:24


Et avancer les aventuriers firent, laissant les corbeaux tournoyer au dessus de leurs têtes à loisirs. De bien piètres espions que ceux-ci maintenant que le maitre de Black Kurail était informé que la cabale menée contre lui entamait sa phase finale. Il avait vu la dragonne et la magie à l'œuvre, lu dans cette première confrontation le désir de ces gens là de la mettre à bas. Cette  fois-ci, il le sentait au plus profond de lui, l'issue différerait des habituelles confrontations avec ses rivaux. Aucun d'entre eux n'avait osé le défier jusqu'en son propre domaine. Ce serait chose faite sous peu et les répercussions seraient de taille, se réjouit sinistrement Don Géon. Le temps était venu de lever une partie du voile, ou plutôt de la déchirer.


Sa garde rapprochée emboîta les pas du sorcier dans un bruissement d'étoffe, traversa à sa suite une succession de petites pièces avant d'enfin toucher au but. A peine les portes poussées, un courant d'air glacé enlaça les arrivants alors même qu'il n'y avait nulle fenêtre. La lumière vagissante des torches laissa entrevoir  un vaste mandala protégé par une fiche couche d'une matière transparente semblable au verre. Si la chose n'était familière qu'aux amateurs d'arts, les lignes et motifs qui s'y enfonçaient et semblaient même passer à travers éveillaient de sinistres échos dans les mémoires.

Les six hommes se concertèrent une dernière fois du regard puis chacun pris une place convenue depuis longtemps à l'avance. A la garde rapprochée de Don Géon, les pointes équidistantes qui affleuraient d'une dizaine de centimètres la base du mur circulaire. Au sorcier, la place au centre, une fois tous les préparatifs achevés.


De l'établi en face de la porte, il sorti un bocal contenant du gros sel qu'il répandit  en un cercle parfait englobant toute la pièce. Quelques mots prononcés avec autorité et la fine pellicule granuleuse sembla se vitrifier en un cercle protecteur. A l'intérieur de la mince barrière, les cinq silhouettes encapuchonnées dégainèrent alors des épées à la lame de fer aussi richement gravées que dépourvues du moindre tranchant. Le sorcier n'était pas homme à faire reposer sa sécurité sur un unique dessin, tout tarabiscoté fût-il.

Il s'affaira autour des runes, versant dessus des poudres diverses, contempla le résultat d'un regard amusé et décida enfin que tout était près pour passer aux choses sérieuses. Il s'empara d'une vasque d'eau et d'un brasero qu'il plaça près du centre de la pièce. D'un mot, il fit bouillir l'eau avant d'y jeter une poignée de larimar réduite en poudre. Des brins de sauge rouge subir le même sort mais sur le brasero. Fumées et vapeur se mélangèrent tandis que le sorcier entamait une mélopée aux accents d'Ancien Langage. Dans la semi obscurité, certains motifs du mandala s'animèrent de concert avec les runes, comme autant d'échos aux mots du sorcier.



" Ô flocon de brume figé, libère les amoureux enlacés. Le coureur infatigable que nulle frontière n'arrête. La force invincible qui franchit tous les obstacles. Mille Voix et Visages Infinis, arpentez la voie de l'Ecarlate Salvatrice et traversez l'étoffe fragile du monde. Soyez les ailes et le reflet de ma volonté là où les mots n'existent pas…"


♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦

Leurs pas ne tardèrent pas à amener les aventuriers en vue de l'enceinte de pierre circulaire qui ceignait le domaine de Black Kurail proprement dit. S'ils n'avaient croisé âme qui vive hormis les quelques corbeaux aux esprits plus affûtés que la moyenne de l'espèce, nul n'avait pu ignorer l'ambiance qui ne faisait que peser davantage à chacun de leur pas. Le calme avant la tempête, auraient été tentées de dire les âmes les plus hermétiques. C'eut été ignorer l'impression de regards autrement moins perceptible que les prunelles sanguinaires des charognard dans les cieux. Faire abstraction de la quasi paranoïa que faisait naître le moindre craquement ou murmure inhabituel.

Non, ce calme là n'était pas celui qui suit la grande inspiration avant le plongeon. C'était celui de la traque par un prédateur dont la malveillance semblait suinter à travers la moindre motte de terre. Celle là même dont les seuls témoins de l'agonie silencieuse dressaient leurs branches noires et dénuées dans le froid, espérant que celui-ci leur apporterait l'oubli éternel. Plus sûrement qu'une bande de mercenaires surarmés sans foi ni loi, ce morne silence était prompte à doucher les enthousiasmes les plus aveugles et éteindre les fois les plus flamboyantes.


Des mercenaires surarmés, il y en avait néanmoins leur équivalent, postés devant l'une des portes menant à l'intérieur du domaine comme autant de cerbères gardant les ténèbres béantes menant à l'enfer. En cela, les informations de la petite troupe sur une seule et unique porte se révélèrent faussées, que ce fut par ignorance, empressement malavisé ou tout simplement par le truchement de quelque sort destiné à les masquer. La révélation était bienvenue puisque elle évitait aux aventuriers d'avoir à réduire en miettes le mur ou un long détour par un village douteux. Le seul inconvénient résidait dans la vingtaine d'individus armés visiblement décidés à y rester pour un temps certains. Nombre d'entre eux dissimulaient leur visage - ou se protégeaient des assauts continuels du vent hivernal - dans l'ombre d'amples capuchons. Les autres arboraient une mine allant de neutre voire ennuyée à franchement antipathique. Parmi eux, Winitran - que l'on avait perdu de vue à la sortie de la taverne, souvenez vous ! - arrivait même à avoir l'air avenant, c'est dire.

Celui qui semblait être le chef de cette joyeuse compagnie s'avança vers les valeureux aventuriers qu'il détailla minutieusement avant de prendre la parole.

" Salutations ! Mon Seigneur vous prie de lui pardonner le zèle dont ont fait preuve certains de ses protecteurs !", commença-t-il sans nulle agressivité dans la voix. Il n'en ressortait que le détachement blasé qu'arborent tous les gardes de faction à l'extérieur en hiver, obligés de quitter la chaleur de leurs braseros à cause de visiteurs inopportuns." Il se trouve que l'homme à vos côtés, Don Juan, a déjà essayé d'attenter à sa vie par le truchement de tierces personnes habilement montées contre mon Seigneur par d'habiles mensonges. Les moyens employés l'ont malheureusement forcé à combattre le feu par le feu. Une décision que les dragonniers ne cautionnent guère mais ces temps troublés ne laissent guère le loisir d'attendre à qui ne veut trépasser par les poignards des traîtres. Sachez néanmoins que le Don veillera personnellement à ce que les coupables aient le loisir de réfléchir plus amplement à leur empressement. Il m'a également chargé son désir de voir cet infâme personnage qu'est votre compagnon quitter ses terres sans plus tarder. Vous pouvez l'accompagner si vous le souhaitez mais dans le cas contraire, mon Seigneur m'a autorisé vous inviter dans nos quartier afin que nous clarifions la situation autour d'un bon feu..."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mer 25 Sep 2013 - 10:03


Ellenwen commençait à s'engourdir. Le vent et la neige qui lui fouettaient le visage bleuissaient ses lèvres, crispaient ses mains autour de ses épées et raidissaient tous ses membres. Il lui semblait que l'acier glacial lui rongeait la chair, ouvrant des plaies béantes et brûlantes de froid. Quelques longs hivers passés dans l'été éternel de la forêt et voilà qu'elle ne parvenait plus à s'habituer aux rigueurs humaines. Elle songea, non sans mépris et sarcasme, à tous ses congénères qui conspuaient sans vergogne ceux qu'ils nommaient les êtres inférieurs. Elle était persuadée, elle savait intimement, qu'aucun d'entre ne pourrait survivre dans cette tempête pourtant si banale. Pourtant leurs corps étaient bien plus résistants, leurs esprits bien plus affutés et avides de prouver leur valeur... Ces pensées tournaient sans fin dans l'esprit de l'elfe, pour oublier le froid et le vol incessant des corbeaux. Elle pouvait sentir la magie noire à l'oeuvre. Un équilibre avait été rompu lorsque ces créatures avaient été enchantées et manipulées. Quelque chose qui pourrissait la terre qui les entourait, qui corrompait l'atmosphère. Elle se sentait plus que réceptive à l'étrange climat de paranoïa qui les entourait. Ses nerfs étaient à vifs et il lui semblait que les battements de son coeur allaient s'arrêter au moindre sursaut, au moindre gémissement du vent ou craquement des branches. Sa seule consolation, si c'en était une, était la semblable réaction de ses partenaires.

- C'est si accueillant ici, grommela-t-elle entre ses dents.

Elle tenta de s'enrouler plus encore dans sa cape, sans entraver ses mouvements, et y renonça après plusieurs minutes d'exagération. Ce fut toujours sur leurs gardes, les nerfs et les chairs à vifs, que les voyageurs parvinrent enfin devant la porte du domaine. De solitude alors, il ne fut plus question. Ils étaient attendus et les mercenaires qui patientaient ne semblaient pas amicaux. Tout au mieux désabusé. Au pire, embrigadés et prêts à mourir pour la cause. Plus probablement, un mélange explosif des deux. Ellenwen les écouta, un rictus sur les lèvres, refoulant une violente envie de se jeter dans la mêlée et de déchirer de ses dents les impudents. Elle se sentait malade de tant de mensonges, de tant de trahison. Elle grogna.


- Cela fait beaucoup d'habilement pour corrompre un seul homme et beaucoup de mensonges pour le protéger.

Elle ne pouvait aimer ces hommes, aux visages trop neutres pour être honnêtes. Elle ne pouvait aimer leur commanditaire qui torturait d'étranges volatiles pour les plier à sa volonté. Sa responsabilité de maître de l'Equilibrium lui commandait de détruire la place qu'elle parvenait à distinguer par dessus les murs. Elle se sentait le désir mal maîtrisé de prendre Don Juan et de le lancer au milieu du groupe, pour une diversion rapide et efficace. Au lieu de quoi, elle jeta un coup d'oeil rapide à ses compagnons. Ceux-ci semblaient aussi mal à l'aise qu'elle-même. Comme nul ne semblait se décider, l'elfe s'avança d'un pas et reprit la parole d'une voix plus claire.

- Et pourquoi ne pas discuter tous ensemble autour d'un feu ? Si Don Juan est une menace, ne me faites pas croire que vous ne pourriez pas le contrôler et une discussion avec votre étrange patron lui serait peut-être salutaire.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 204
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Sam 28 Sep 2013 - 16:51


" Gemme des cieux, porte mon appel par delà le Voile ! Héros de temps anciens, entendez le chant de la nuit qui pleure ! Coeur de la forêt, brise les chaines qui les retiennent de l'autre côté du Voile. L'Hésitant qui chût à l'aube des temps sombres, le porteur de lumière déchu."


¤¤¤¤¤

Le chef de la petite troupe balaya les premières remarques qui plurent sur lui d'un haussement d'épaule. Ah, la langue acérée des femmes ! Elle arrivait toujours à se faufiler dans le défaut de la cuirasse plus sûrement qu'un épée entre les mains d'un duelliste chevronnée. Dieu merci, celle qui s'adressait à lui n'était pas une langue de vipère ! Avec le froid, le vent et les longues heures de garde, il n'aurait manqué plus que ça.


L'homme se força à sourire, dévoilant au passage une rangée de chicots jaunâtres.

" Pas la peine de vous énerver, ma p'tite dame, je ne fais que transmettre le message du Don.", se défendit-il avec beaucoup plus de naturel que lorsqu'il avait quasi récité les instruction de son patron. " Il se trouve qu'il ne veut pas de l'autre Gugus sur ses terres et encore moins l'avoir en face de lui. Et on n'aimerait pas à avoir à expliquer au Don qu'on a pas suivi ses instructions. Ce s'rait mauvais pour nous. Alors si vous dégagez pas l'autre zigoto, on vous dégagera vous. Y a rien de personnel mais on tient à nos âmes, vous voyez !"


Le mercenaire n'ajouta rien mais déplaça ostensiblement sa main vers le garde de son épée tandis que ses compagnons de déployaient derrière lui pour bien bloquer le passage et parer à toute tentative d'intrusion. Tout compte fait, certains regrettaient de ne pas avoir eu une langue de vipère en face d'eux. Avec elles, il suffisait de se rouler en boule le temps que l'orage passe tandis que là, ils sentaient confusément le " sinon " passé sous silence de a femme en face d'eux. Les plus réceptifs détectèrent même les menaces sous entendues et surtout l'assurance qui émanait des mots de cette femme.


Avec elle, le petit groupe ne comptait que cinq personnes en tout et pour tout. Peut-être un dragonnier dans le lot mais à lui tout seul il n'arriverait pas à grand chose. Les mercenaires de factions avaient l'avantage du nombre et du terrain alors pourquoi sentaient-il confusément le souffle glacé de la mort dans leur nuque ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10941
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Sam 28 Sep 2013 - 18:45


A chacun de ses pas, Garnyis sentait les ténèbres se refermer davantage en un linceul sinistre. Impalpables et invisibles à l’œil, elle n'en demeuraient pas moins sinistrement présentes, comme caressant son âme de l'invitant en leur sein. Il y avait même quelque chose d'hypnotique à se rapprocher du mur d'enceinte du manoir. Le mercenaire songea en son fort intérieur qu'il savait maintenant ce que ressentait le pauvre rongeur nez à nez avec un serpent. Il n'en frotta que plus vigoureusement les mains, tant pour les réchauffer qu'exorciser par une geste anodin la tension qu'ils sentait s'insinuer en lui. Des choses les guettaient, il le sentait, mais Garnyiss ne souhaitait pas voir dans le moindre tronc d'arbre une créature maléfique aux aguets.


" Comme vous dîtes...", approuva-t-il laconiquement Ellenwen lorsque elle exprima a haute voix ce que chacun pensait tout bas. Les mots semblèrent mourir à peine franchie la barrière de leurs lèvres et le silence qui repris ses aises se fit encore plus lourd qu'auparavant. De quoi couper à Garnyiss l'envie de le troubler encore une fois.



Ainsi avala-t-il la distance qui le séparait de l'enceinte du domaine à proprement parler, trouvant dans la simple présence de ses compagnons le chaleur qui désertait son âme. Et de la compagnie, le petit groupe trouva, bien qu'elle fut du genre dont Garnyiss se serait bien passé. Lui aussi était un mercenaire et savait pertinemment que rompre ses engagements se soldait le plus souvent brutalement. Pour la carrière dans le meilleur des cas - on ne faisait plus confiance à un traitre - et pour la vie dans le cas où l'employeur se montrait particulièrement fortuné et revanchard. Don géon trouvait vraisemblablement sa place dans cette catégorie-ci.

Le mercenaire des Sables dansants soupira à la tirade du chef de du petit escadron. Il ne donnerait pas cher de la peau de Juan s'il quittait leur protection à eux. Dans le même temps, il aurait aussi donné cher pour que le Juan en question ne les accompagne pas. Dans le genre boulet, ce dernier se plaçait là...


Tout à ses réflexions élogieuses, Garnyiss laissa Ellenwen prendre la parole la première. Elle était plus à même d'obtenir quelque chose avec des mots que lui. Tandis qu'elle s'adressait au chef de la bande, il laissa son regard courir sur les visages et s'arrêta sur un qui lui semblait drôlement familier. La surprise la laissa sans voix jusqu'à ce que les gardes se déploient en éventail...


" Pas de compromission, c'est ça ?", lança-t-il à leur adresse, nullement impressionné par leur démonstration de force. Son ton, presque badin, se fit glacial lorsqu'il repris la parole, designant de la main celui qu'il avait reconnu. " Alors qu'est ce que vous faites parmi eux, vous ?"


Au jeune homme de cracher le morceau sous peine de se retrouver parmi les premiers à tomber dans le combat qui se profilait.








Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6260
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Dim 29 Sep 2013 - 18:08


Se tenant au milieu des hommes de Don Geon, Winitran fixait avec un regard neutre ceux qui auraient pu – auraient du – être ses compagnons de quête contre l'être infâme qui répandait son poison sous la forme de dragée rose.

Mais les choses ne se passent jamais comme elles le devraient, n'est ce pas ?

Tout avait pourtant bien commencé. Après avoir échangé quelques mots avec leur employeur, Don Juan avait accepté qu'il reste en renfort du garde du corps pour veiller sur Jon. Mais alors qu'ils se rendaient à la demeure du dandy, les hommes de Don Géon leur avaient tendu une embuscade. Le garde du corps et le guerrier des Larmes s'étaient vaillamment battus, mais le premier avait reçu un violent coup à la tête, et s'était effondré, inanimé ou mort, tandis que Winitran était forcé de faire face seul à la troupe. Il aurait pu leur tenir tête, certes, ou s'enfuir, mais il y avait un mais. Profitant que le combat l'éloignait de ses protégés, ils avaient pris en otage Esperance et un Jon qui commençait tout juste à sortir de sa léthargie. Il n'avait eu alors d'autres choix que de rendre les armes, et d'accepter de passer de leur côté, tandis que les deux otages étaient retenus au sein même de la forteresse du Don.

Alors qu'Ellenwen semblait privilégié une solution pacifique, proposant au chef de la troupe de garde de discuter calmement, la troupe se dispersa, avec pour but évident d'empêcher les aventuriers de passer, si ils en venaient aux armes. Cependant, malgré leur supériorité numérique, Winitran savait que ce n'était pas de simples mercenaires qu'avait embauché Don Juan, et ils ne tiendraient pas longtemps face à un tel groupe. C'est alors qu'il croisa le regard de Garnyiss, et il y lut de la surprise qui laissa place à une colère glaciale.

" Alors qu'est ce que vous faites parmi eux, vous ?"

Que pouvait-il répondre ? La vérité ? Il y avait trop en jeu pour qu'il prenne le risque que son Esperance soit blessée. Il lança donc avec une nonchalance toute feinte :

"La paie est meilleure."










Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 204
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Lun 21 Oct 2013 - 23:47


Les motifs du mandala au pied du sorcier s'animèrent de motifs mouvants. A la verticale des lignes extérieures du pentacle le ceignant, scintilla d'une lueur argentée le rempart qui protégeait Don Géon de la vindicte des âmes défuntes. Étrange que l'esprit ne soit pas invoqué dans le pentacle du sorcier, n'est-ce pas ? Pas tant que ça dès que l'on savait que le pentacle en question était inclus dans une autre pentacle dont les lignes et les runes couraient à travers les pièces du manoir. Un hurlement inhumain vite étouffé ne tarda pas à confirmer la chose.


La douleur de la trahison, celle de l'épée qui s'enfonce dans son corps. Puis la fuite, traqué comme une bête sauvage à travers un monde en flammes jusqu'au nouveau face à face avec son bourreau. Le goût du sang dans la bouche. Le scintillement de la lame qui s'abat. Puis les ténèbres qui chutent sur le hurlement mental de son compagnon...


L'Hésitant ouvrit les yeux, les souvenirs de sa Chute se réveillant au contact de sa chair. Il avait failli à tout ce qu'il représentait. Il en était mort même, alors pourquoi sentait-il le sang battre dans ses veines avec une vigueur retrouvée ? Lentement mais sûrement, la vérité se fraya un chemin dans son esprit. Un deuxième cri retentit, mâtiné de désespoir et plus encore de rage, pour se finir dans un ricanement à faire froid dans le dos. Plus encore que l'acier, les mots étaient des chaines redoutables...



" Infidèle à la mort, entends la révolte gronder par delà les pierres du Jugement. Que l'Âme sans visage ni repos suive la voie de l'Innocent et de Celle en rouge ! "


¤¤¤¤¤


L'écho d'un hurlement étouffé, quelque part de derrière le mur d'enceinte ponctua les mots de Winitran. Le chef de la bande de larrons serra les mâchoires pour dissimuler son malaise grandissant. Tout à la solde du Don qu'il était, il ne pouvait réprimer totalement l'instinct qui lui hurlait de quitter ce théâtre contre nature avant d'ajouter que cela lui vaudrait sans doute un sort peu enviable.


" Assez bavardé !", coupa-t-il avec brusquerie. La bande avait tout l'air d'être d'humeur à jouer les héros. A coup sûr, il se sentaient l'âme de sauveurs pourfendeurs du mal et plus encore depuis que le hurlement avait retenti. Les raisonner ne servait sans doute plus à rien maintenant.

" On va vous faire pas... "


" Etoile de terre à vif, apparait et piège ce que ton coeur renferme jusqu'à ce que tu sois rassasiée de sang !", l'interrompirent les mots d'Ancien Langage prononcés par l'une des silhouettes encapuchonnées restées en retrait.

Obéissant à ce commandement, le sol s'ouvrit en lignes droites qui s'entrecroisèrent. Du pentacle ainsi formé, pas un seul des participants à cette joyeuse rencontre ne dépassait et ne devait pouvoir en sortir avant d'avoir saigné à blanc l'autre parti. En théorie tout moins, laquelle ne semblait pas devoir être mise à l'épreuve par les larbins du Don.


N'ayant aucun échappatoire, ils chargèrent leurs adversaires. Quatre d'entre eux, dont leur chef, assaillirent celle qu'ils ignoraient être Ellenwen. Le chef de la bande semblait d'ailleurs fort déterminé à faire voler sa tête dans les airs, en témoigna un coup de taille de son épée bâtarde...



♦-♦- HRP -♦-♦
Si le RP continue de trop stagner, il se cloturera par la victoire de Don Géon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15481
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mer 23 Oct 2013 - 18:37


-Qu'est-ce que... commença de jurer Hally en sentant le sol trembler sous ses pieds.

Elle n'eut cependant guère le loisir de s’appesantir sur le phénomène, car un bonhomme à l'air pas commode lui fonçait déjà dessus, l'épée au clair. La jeune femme esquiva d'un pas vif en arrière un premier coup de taille assez maladroit, encore un bond en arrière, et un autre, elle n'avait pas eu le temps de tirer son arme.
Le mercenaire plongea sur elle pour l'empaler, et Hally fit ce qu'on apprend bien vite à faire car on se bat contre des adversaires souvent plus grands et plus forts que soit, elle se décala d'un pas leste en pivotant sur elle-même, attrapa le poignet de son adversaire et le balança par-dessus son épaule, espérant qu'il retombe assez loin pour qu'elle ait le temps de dégainer son épée.
Sauf que ça ne se passa pas exactement comme prévu, et l'homme s'écrasa contre une paroi de roche qui venait de s'ériger dans un grondement tellurique, à l'endroit exact où courait la ligne du pentacle.

-C'est possible ça ?  murmura Hally en regardant le mur de terre disparaître en laissant derrière lui une balafre de roche concassée.

Elle ne rata cependant pas sa chance et sa main-gauche termina en travers de la gorge du mercenaire avant qu'il n'ait eu le temps de reprendre ses esprits. Elle tira sa rapière d'un geste fluide tout en se redressant, avisa la situation du regard, de toute évidence c'était un combat à mort pour sortir de cette arène de pierre.
Ainsi soit-il. Elle jaugea les combattants du regard une seconde, attendit une ouverture sur un mercenaire qui n'avait pas fait attention à elle, et plongea sa rapière entre les côtes de l'homme, rappelant à elle l'attention des combattants par là même.

-Brisingr ! scanda la dragonnière, et une langue de flamme jaillit de sa main tendue.

Elle ne tua personne, se contentant de distraire ses adversaires, feintant, esquivant, plongeant, jusqu'à ce que l'occasion se présente, et qu'elle puisse en empaler un.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10941
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mar 29 Oct 2013 - 17:47


Ah, les miracles de la diplomatie ! En fin de compte, seule celle de l'acier finissait par s'imposer aux deux partis, chose qui n'était pas pour déplaire à Garnyiss. La seule chose qui l'ennuyait réellement était le pentacle qui se dessina tout autour d'eux, chose qui ne figurait visiblement pas au programme des larbins de Géon. Pas plus qu'elle ne semblait à leur goût mais ça, tout le monde s'en fichait éperdument. Ils étaient coincés entre les contours de cette arène et condamnés à s'entretuer.

deux épées pointèrent résolument vers sa poitrine dans le but d'en faire une passoire sanguinolente. Le mercenaire se décala sur le côté pour éviter la première et saisit la lame de l'autre dans sa main gantée de maille. Avec un sourire carnassier, il tira un bon coup et l'arracha des mains de son propriétaire. Il n'eut pas le temps de savourer l'air à la fois déconfit et ahuri de son adversaire qu'un grondement sourd et puissant résonna à ses oreilles. Du coin de l'œil, Garnyiss ne put que se féliciter de ne pas avoir essayé de franchir la ligne tracée dans le sol et battre en retraite de quelque pas. Le tranchant d'une troisième épée ne fit que riper sur les mailles protégeant ses avant bras.


Les bougres étaient déterminés mais l'arène trop étroite pour que chacun puisse manier ses armes à l'aise, sans crainte d'écharper un voisin innocent. Face à ce constat, Garnyiss balança l'épée qu'il avait en main derrière son épaule et y alla au couteau. L'on vit donc ce charmant gentleman foncer dans le tas – sans cri de guerre, malheureusement -, se glisser avec fluidité entre les armes brandies à défaut de grâce pour se porter au corps à corps. Son action lui valu quelques estafilades et une collection de futurs bleus mais dans la mêlée, il parvint à trancher une gorge et placer à son tour quelques coups avant que les salopiauds du groupe ne se rappellent à son bon souvenir…









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Jeu 31 Oct 2013 - 16:56


Sans un mouvement, sans que la moindre crispation de son visage ne trahisse ses pensées, Ellenwen vit le pentacle se tracer autour d'elle. Elle se sentait trop loin de la scène pour ressentir la moindre panique, comme si son esprit était resté dériver plusieurs milles au dessus d'eux, observant la scène de loin, avec un détachement certain. Elle nota avec une grande assurance née de l'habitude le parfait dessin. Aucune faille, aucun échappatoire. Un travail qu'elle n'hésitait pas à qualifier de professionnel, sans aucune des bavures qu'elle avait appris à repérer chez certains débutants, au temps où elle traquait sorciers et ombres. Ils ne pourraient sortir de là sans avoir accompli la tâche qui leur était destinée. De la tâche en question, elle n'en avait pas la moindre idée, mais à voir la tête de la bande de mercenaires, il était sûr que le sang allait couler.

Comme pour lui donner raison, en face d'elle, la bande de bras cassés qui allait leur tenir lieu d'adversaires sortait ses armes et se précipitait vers elle, l'air bien décidé à la tuer. Pendant un instant, l'elfe hésita à bouger, à échapper aux lames qui allaient la déchiqueter. Puis l'instinct de survie reprit le dessus. Elle ferma les yeux et, se laissant guider par son nuit, bondit par dessus des assaillants. Lorsque ses pieds touchèrent terre, quatre pattes amortirent le poids de son corps, pendant que sa gueule s'ouvrait sur un feulement préventif. Elle ne désirait pas tuer. Pour le moment.

Slalomant entre ses alliés, évitant de quelques bonds ses ennemi, elle eut tôt fait de parvenir jusqu'au pentacle... qui s'éleva sous son nez, quand un corps rebondit dessus. La panthère qu'elle était devenue fronça le nez. L'air puait la sorcellerie. Elle se retourna vers ses compagnons et s'assit. Ils semblaient très bien s'en sortir et la scène ne manquait pas d'intérêt.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6260
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Ven 1 Nov 2013 - 16:49


La confrontation ne se réglerait pas par la parole, au final, mais bien par les armes, le sang et la mort. Winitran dégaina à contrecœur l'un de ses sabres. L'arène où leurs destins allaient se jouer n'était pas assez vaste pour qu'il utilise à son potentiel maximum ses techniques de combat. Contrairement à son habitude, aucune luminescence verte ne courut sur la lame. Ses adversaires étaient bien trop expérimentés pour se laisser tromper par ce genre de tour.

Se posait au guerrier des Larmes un autre problème de taille : ses adversaires étaient des femmes, et bien qu'elles fussent loin de l'habituelle créature sans défense, il n'en demeurait pas moins que le galant homme ne les aurait jamais frappé, et encore moins blesser. Son honneur l'en empêchait, et seule sa dévotion à la Dame pouvait surmonter ce principe. Dans le cas présent, son honneur allait probablement lui sauver la vie. Hally et Abysse étaient des guerrières bien trop coriaces pour que l'issue d'une confrontation tourne en sa faveur. Quant à Ellenwen…la troupe de brigands avait de la chance qu'elle choisisse d'observer le combat plutôt que d'y participer.

Le regard de Winitran se posa alors sur Don Juan, qui, dès le début des combats, avait blanchi et s'était réfugié derrière la relative protection des autres guerriers de son groupe. C'était à cause de lui que la guerrier des Larmes se retrouvait à se battre pour Don Géon, pour assurer la sécurité d'Esperance. Juan mort, Géon le laisserait partir. C'était lui que le Don voulait voir mort, et pas la troupe d'aventuriers. Évitant les combats et profitant que les aventuriers se dispersaient, Winitran se glissa jusqu'à Juan et éleva son sabre, prêt à l'occire et mettre fin à tous ses problèmes.










Revenir en haut Aller en bas
avatar

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3604
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Sam 2 Nov 2013 - 7:09


Du coin de l'oeil elle ne put rater la transformation d'Ellenwen. Incroyable. Mais ça n'était pas le moment. Winitran, qui avait rejoint l'autre groupe s'approchait d'un pas sur de celui qui les avait tous mené ici. Cet homme était vraiment pitoyable. Il était plus peureux que son propre fils qui n'avait pas atteint ses 6 ans !
N'ayant pas eu le temps de sortir son épée, elle se contentait de sa dague depuis le debut du combat. Elle était tout de même très satisfaite de cette arme qui lui permettait de se faufiler rapidement entre tous ces tueurs - plus doués pour hurler avant une attaque, que pour l'attaque elle même. Légère et discrète, ses ennemis ne la prenaient pas au serieux, à leur grand malheure. Hally n'était qu'une humaine, mais une humaine entrainée par Djenka. Elle était un assassin. Rapide et efficace. Une cuisse tranchée par là, un visage coupé en deux .. Puis elle fut enfin entre Winitran et Don Juan.
Cette fois ci, elle rangea sa dague, et sorti son épée.

-Ca n'est pas très courageux de s'attaquer à un ... enfant !

Car oui, au milieu de cette boucherie, Don Juan ne valait pas mieux qu'un enfant.

[Petit passage rapide Smile Mais au cas où, continuez sans moi, je suis pas sur de trouver un autre moment Confused ]



Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 204
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Lun 4 Nov 2013 - 16:50


L'angoisse étreignit le cœur d'Oswald – not for the win, celui là – alors que les compteurs menaçaient de s'affaler. Deux de ses hommes étaient déjà à terre, leur sang éclaboussant aussi bien les combattants qu'il imbibait le sol. Ils n'allaient pas rester seuls bien longtemps, avait-il réalisé alors qu'il était sur le point de décapiter sa cible. A son grand désarroi, elle s'était littéralement envolée dans les airs, juste sous son nez. Tout juste était-ce qu'il n'en avait pas perdu ses moyens. La femme était devenue une panthère aux membres puissants. A en juger la manière dont quelques lames la manquèrent, elle aurait pu faucher nombre de jambes et de vies avant d'être arrêtée – à supposer qu'elle puisse l'être. Au lieu de cela, Oswald vit les billes d'ébène que formaient les pupilles de ses yeux observer la bataille qui faisait rage. Peut-être qu'en fin de compte…

Une vague glacée empêcha stoppa net les pensées du chef de troupe. Il lâcha un soupir qu'il savait être probablement l'un de ses derniers et se jeta à nouveau dans la mêlée. Au moins, ses chances de survie seraient-elles plus élevées que s'il tentait de tuer l'Ombre à l'origine du pentacle pour se libérer…


Plus loin, le dénommait Alvin peinait à garder son sang froid face à son adversaire. Il lui rendait en poids et en taille mais c'était lui dont les mains ne tremblaient pas que parce qu'elles étaient crispées sur la garde de son cimeterre. Il l'avait vue faire valdinguer  son compagnon s'armes derrière elle. D'une seule main, presque avec nonchalance, comme ça. Ce qui s'était ensuivi n'avait fait que moucher un à un les espoirs d'Alvin. Il avait à présent conscience de ce qu'il avait en face de lui.

Aucun conteur ne se montrait capable de retranscrire cette peur, presque primale, que l'on ressentait, simple humain, face à un dragonnier. La sensation de se retrouver devant la mort elle-même et l'inéluctabilité d'un destin funeste sans avoir ne serait-ce que l'espoir de pouvoir l'égratigner.  Alvin aurait voulu fuir à toutes jambes, Le chant soyeux de l'acier contre sa chair l'en empêcha. Il posa ses yeux embrumés par l'incompréhension et les larmes sur la tache qui s'élargissait autour de sa cuisse. Curieusement, il ne sentait rien tandis que le vacarme du métal et les jurons s'estompaient en une douce berceuse. Le monde tournoya autour de lui puis il heurta le sol, ses yeux vitreux fixant sans la voir la neige teintée d'écarlate. Ses dernières pensées furent pour les conteurs.


Ils se trompaient, tous autant qu'ils étaient.



Les dragonniers ne vivaient que pour faire couler le sang. Douce ironie que de songer qu'ils s'en servaient d'un prétexte pour anéantir les Ombres. Ce n'était guère agréable de côtoyer ainsi son reflet n'est ce pas ? De montrer si peu de considération pour la vie des autres, juste pour les beaux yeux d'un intriguant ? Oh, la belle en avait du sang sur les mains et il en allait de même pour celui de ses compagnons qui s'était jeté dans le mêlée comme un possédé.


La silhouette encapuchonnée partit d'un rire doucereux. Ils se prenaient pour des héros, tous autant qu'ils étaient mais le sang mouchetant leur visage clamait le contraire. Dans leur manque de pitié, ils accomplissaient les plans du Don sans même le savoir. Quel dommage de devoir les couper en si bon chemin mais leur réussite était tout de même des plus insolentes. Un petit rappel à l'ordre s'imposait.


" Flots écarlates ! Levez vous et réclamez vengeance ! "



Répondant à la volonté de l'Ombre, les flaques poisseuses commencèrent à bouillonner furieusement. Des tourbillons écarlates jaillirent une nuée de gouttes de sang qui se rassemblèrent en autant de dard effilés. Du sang d'Alvin naquirent de longs filaments avides de trouver une chair à déchirer de leurs barbelés.  Ceux là rampèrent vers Hally, Winitran et Juan.

Le cramoisi et les éclairs qui dansaient dans ses yeux suite aux mots de la dragonnière eurent tôt fait de se décomposer. Sans crier gare, un hurlement atroce jaillit de ses lèvres, noyant quelque chose qui ressemblait à un " je brûle ". Juan manqua de s'empaler sur l'épée d'Hally lorsqu'il s'effondra sur le sol, le corps secoué en tous sens par de violents sursauts. Une résille ensanglantée courait le long de sa botte, s'enfilait à travers le tissu de ses vêtements pour remonter contre sa chair. A la torture qu'était le simple contact, s'ajoutait l'inéluctable reptation vers la gorge et enfin, la mort.


Le sortilège ne faisait pas dans le détail, promettant  la mort aux uns, rappelant aux autres que leur vie n'avait en fin de compte pas autant de valeur qu'ils ne le croyaient. Le sang d'Oswald et de ses hommes ne demandait qu'à jaillir hors d'eux en tourbillons qui engloutiraient tout sur leur passage. Les abattre n'en deviendrait que plus dangereux…


¤¤¤¤¤

Les Morts rejoignant les Vivants, les Vivants et les Morts appelant les morts de ce côté ci du voile. Rien de tout ceci n'était naturel. Que les Vivants franchissent à leur tour un voile mis à rude épreuve n'était pas bon signe. Que se passe-t-il lorsque deux forces contraires s'appliquent à un même objet ?

Les lignes du pentacle intérieur du Don gémirent sous les contraintes auxquelles elles étaient soumises mais le sorcier demeura imperturbable. Les mots continuèrent de formuler l'Appel, en écho à celui de l'Hesitant.


Dans le parc ceint par l'enceinte circulaire, le brouillard se condensa en volutes givrés. Des murmures troublèrent le silence tout relatif par à coups, tantôt proches, tantôt en échos plus lointains…

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6260
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mer 13 Nov 2013 - 10:02


La lame de Winitran ne coupa pas net dans la chair de Don Juan, mais fut stoppée par la dague d'Hally. Point, donc, de tête tranchée proprement volant dans les airs, répandant dans son sillage une large trainée de sang. Au lieu de cela, le choc des lames l'une contre l'autre repoussa les deux adversaires. Don Juan, un enfant ? La dragonnière était bien naïve pour penser ça – même si, avouons-le, un enfant aurait fait preuve de plus de courage que Juan en ce moment. Mais cette bataille n'était pas une question de courage. Tout reposait en ce moment sur la ruse, et de la ruse, l'Ombre qui dominait le combat n'en manquait pas.

Animant le sang qui gorgeait le sol et teintait la neige d'écarlate, il l'envoya à l'attaque de la cible de Winitran. Les filaments s'agrippèrent bien à Juan, lui faisant souffrir d'indescriptibles souffrances, mais, sans discerner l'ami de l'ennemi – y en avait-il au moins ? – ils partir également à l'assaut de Winitran et d'Hally. D'un bond en arrière, le guerrier des Larmes les évita, ce qui l'éloigna de Juan, mais le rapprocha d'autres combats. Une roulade le sauva de justesse du couteau de Garnyiss. Les filaments de sang le poursuivaient pourtant encore, s'attaquant à présent aux autres gardes du manoir. Rapidement, Winitran évalua la distance qui le séparait de l'Ombre à l'origine de ce sort. Il avait beau être un guerrier déchu, valant moins qu'un mercenaire, il n'allait pas laisser ses camarades du moment se faire sacrifier sur l'autel de la magie noire d'un Ombre.

Visant directement le cœur de l'Ombre, ignorant les cris de douleurs qui s'élevaient derrière, Winitran se jeta sur l'ancien sorcier, suicidaire.










Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22294
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mer 13 Nov 2013 - 10:25


Immobile, la grande panthère noire suivait le combat de ses yeux dorées. Quelque chose n'allait pas. Quelque chose qui n'avait rien à voir avec la soif de sang de chacun, avec l'arène étrange qui s'était inscrite dans le sol. Elle sentait trembler quelque chose qu'elle n'aimait pas. Les narines frémissantes, elle humait l'air par petites bouffées, sentant sur sa langue et sur son palais la puanteur d'une magie qu'elle n'avait pas senti depuis longtemps. Pour elle, les sortilèges avaient toujours eu une odeur, bien souvent à peine détectable, noyée dans le flot d'énergie qui les entourait. Mais lorsqu'il s'agissait d'une magie d'Ombre, de cette forme dévoyée et corrompue de magie, l'odorat d'Ellenwen avait toujours su le détecter. Elle n'avait pas été une chasseuse pour rien. La panthère se remit lentement en mouvement, progressant par petits pas, les yeux plissés par une colère qui ne demandait presque rien pour jaillir et éclater. Autour d'elle, les hommes reculaient nerveusement, électrisés par l'énergie qui semblait presque crépiter autour d'elle.

L'elfe, méthodiquement, se débarrassait de son humanité, se fondant dans l'esprit d'un félin qui guette sa proie. Lorsque le sang s'éveilla, l'air atteignit une puanteur sans précédent. Il lui semblait sentir des relents d'acide, vaporisés sur un feu incandescent. Des bouffées toxiques qui la firent un instant se recroqueviller sur elle-même. Le sang était partout. Il avait envahi l'arène en trainée sanglante, à la moindre coupure, à la moindre égratignure. Elle voyait chaque artère palpiter comme une bombe en puissance, prête à exploser et à les tuer tous sans distinction.

Elle se tourna vers la silhouette encapuchonnée. Ce qu'elle avait d'abord pris pour un vulgaire magicien, puissant mais parfaitement humain, ne pouvait pas l'être. Ne pouvait plus l'être. En quelques bonds, évitant les lames désespérée qui jaillissaient vers ses flancs, rampant au sol, esquivant les flèches de sang qui semblaient la suivre, l'elfe se rapprocha inexorablement de l'être. Lorsqu'elle ne fut plus qu'à quelques pas, elle bondit sauvagement... et reprit forme humaine. Lorsqu'elle atterrit à proximité de la silhouette, elle n'avait comme arme que de longues griffes acérées qui fouettèrent l'air devant son visage. Puis, comme un automatisme, les mots en ancien langage jaillirent.


- Terre, protège ces hommes, absorbe ce qui n'aurait pas dû venir à la vie.

Elle avait lutté dans le royaume des morts. Elle en était ressorti. Plus jamais elle ne vivrait cet enfer !




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 204
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Jeu 14 Nov 2013 - 18:41


Décidemment, l'idiotie collait à la peau des mortels comme une couche de crasse nauséabonde. Tous autant qu'ils étaient, à défendre chèrement la vie des autres et à se prendre pour des héros ! Ne comprenaient-ils donc pas ? Tous admirables qu'ils soient, il n'existait au final, qu'une seule issue…


La vue de Winitran se ruant sur lui amusa l'Ombre. Ce qu'il lu dans le regard du guerrier lui arracha un sourire de contentement dans l'ombre de son capuchon.


" Le plaisir est pour moi !", murmura-t-il avant de libérer sa rapière de son fourreau de cuir.

L'Homme fut à sa hauteur en quelques pas, l'épée résolue à empaler le cœur de l'Ombre. Luhial glissa le plat de sa rapière sous l'épée pour dévier le coup. Les deux lames glissèrent l'une contre l'autre avec un grincement déchirant. Encore un battement de cœur et le guerrier serait à la portée d'un revers qui lui déchirerait la gorge. Maintenant que l'homme avait compris et accepté la finalité de sa vie, le temps était venu de lui accorder enfin sa liberté…


C'était sans compter l'ombre que Luhial perçut d'un coin de l'œil. Il se désengagea d'un bond pour faire face à son second adversaire. Celui-là même qui venait de jaillir de la mêlée tel un diable de sa boite pour le défier de ses griffes acérées. Lesquelles semblaient plus que déterminées à lui arracher le visage. Une Elfe !

Luhial cracha sur le sol à cette constatation avant de maudire intérieurement celle qui semblait plus que déterminée à ruiner sa petite démonstration. Que ses bottes fassent soudainement des bruits de succion au contact du sol, l'Ombre l'acceptait sans rechigner. De son propre aveu, il appartenait à la catégorie des choses qui n'auraient pas du venir à la vie.


" Et il n'est rien qui devrait vivre ! ", lâcha-t-il.


La volonté de l'Ombre et la force de ses convictions firent vibrer chaque syllabe, chaque mot qui sortit de sa bouche. Ils dominèrent le tumulte des combats et s'insinuèrent au-delà des limites du pentacle, portant leur funeste vérité au gré des vents. Leur écho n'était pas encore mort que le sol se mit au diapason de Luhial.

La boue sanglante s'avéra n'être qu'une mise en bouche à côté de la masse bourbeuse et glissante en laquelle le sol commença à se muer. L'Ombre manqua d'y laisser une botte lorsqu'il sa jeta en arrière jusqu'à frôler la ligne de son pentacle. Loin de lui l'idée de forcer le combat contre l'Elfe vers une issue rapide – sans doute fatale pour lui de surcroit - et de malencontreusement glisser sur sa propre épée lors d'un assaut sur ce sol glissant.


" Vous devriez tenir votre langue, Elfe ! ", conseilla-t-il en laissant son regard voguer vers là où devait se trouver Juan. Puis il la fixa à nouveau et agita sa rapière devant lui en guise de défi. " L'Inconnu est à double tranchant, ici. Tout autant que vos décisions…"



La vie n'a pas d'importance, seul le temps est important.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6260
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! | Mer 20 Nov 2013 - 18:55


L'attaque rapide de Winitran contre l'Ombre échoua. Au fond de lui, le guerrier des Larmes devait bien se douter qu'il aurait peu de chance de réussir – un simple humain contre un Ombre…même les dragonniers et les elfes peinaient à battre ces abominations. Il ne dut son salut qu'à l'intervention inopinée mais tout à fait propice d'Ellenwen, qui, en surprenant l'Ombre, lui permit de se désengager.

Dans le même temps, le sort que l'Elfe avait lancé forçait la terre à absorbé le sang enchanté. Les cris de souffrance se muèrent en simple gémissement, comme les filaments cessaient d'attaquer les gardes et les aventuriers. Winitran lança un rapide regard derrière lui, repéra Juan. Malheureusement, Hally était toujours près de lui, prête à le défendre. Ce n'était que partie remise…

Quelque chose se passa lorsque l'Ombre se mit à parler. Le sol devint visqueux, comme si tout le sang absorbé avait suffit à le transformé en sable mouvant. Des gardes commencèrent à sombrer au sein de ce bourbier, incapable de s'en extraire. Winitran jura : il ne souhaitait pas la mort de ces hommes obligés à combattre pour leur survie, mais il ne pouvait pas les aider, pas en allant à leur secours. Son seul recours était d'occire l'Ombre.

Profitant que ce dernier palabrait avec Ellenwen et la narguait, il attaqua l'Ombre par derrière, son sabre décrivant un arc de cercle destiné à lui couper la tête. Mais cette attaque n'était qu'un leurre, et il espérait sincèrement qu'Ellenwen saisirait l'occasion qui lui était offerte.










Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Soutenez la pègre, faites un don ! |


Revenir en haut Aller en bas

Soutenez la pègre, faites un don !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Par delà les Murs-
Ouvrir la Popote