AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

La magie dans Brisingr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: La magie dans Brisingr | Lun 17 Fév 2014 - 19:15


La Magie

Sommaire






Bases et Fonctionnement


La Magie est une discipline complexe que seule une minorité d’individus peut aborder. Il existe différents types de Magie mais pour jeter un sort, un mage doit s’appuyer sur trois points :
  • Le but : tout sort possède un objectif précis, ce dernier doit être défini clairement dans l’esprit du mage pour qu’il puisse le réaliser avec précision. Les sorts les plus complexes sont donc naturellement plus longs à réaliser et nécessitent une grande concentration.

  • La manière : les mages utilisent des formules orales, écrites ou même gestuelles pour jeter des sorts. Cela leur permet de fixer l’objectif dans leur esprit pour éviter que des pensées parasites ne viennent l’altérer. Les pouvoir d’un mage sont donc limités par la connaissance de ces formules.

  • La ressource : chaque sort réclame un tribut d’énergie proportionnel à sa puissance. Cette énergie émane du mage et de tous les êtres vivants. La condition physique d’un mage est affectée par la quantité d’énergie qu’il utilise (fatigue). Seuls les mages les plus instruits sont capables d’utiliser l’énergie d’autres êtres vivants.
Les capacités d’un mage reposent donc à la fois sur sa concentration, ses connaissances et sa condition physique. Se concentrer sur l’une de ces trois caractéristiques en dépit des autres ne servira à rien puisque le mage sera limité par celles laissées de côté. Pour lancer un sort, le mage intègre ces trois points dans un processus invariable.
  • Visualisation du but (conception du sort)
  • Choix et utilisation de la manière (formulation du sort)
  • Dépense de la ressource (consommation d’énergie)
  • Résultat (effet du sort)
La vitesse de réalisation de ce processus dépend de l’expérience et du talent du mage. On peut arriver à une rapidité proche de l’instantané. Les plus habiles sont même capables de formuler un sort de manière spontanée par leur seule volonté mais cette pratique reste risquée.

La magie ne permet pas de réaliser des choses que la nature n’autorise pas. Par exemple, il est possible de changer de l’eau en glace mais on ne peut pas changer une pierre en pain. Si un mage tentait l’expérience, la quantité infinie d’énergie requise par le sort lui coûterait la vie.




Types de Magie


Il existe plusieurs types de Magie. Chacun d’eux est basé sur la manière de formuler son sort ainsi que sur les effets recherchés. Certains sont réservés à certaines catégories de mages, d’autres sont accessibles au plus grand nombre. Voici les principaux types de Magie :

  • L'Ancien Langage
Comme son nom l’indique, l’Ancien Langage est un dialecte vieux de plusieurs millénaires. S’il est encore parlé couramment par certains – les elfes notamment – certains de ses mots ont été oubliés. Cette langue permet de manipuler la nature des choses pour la modeler selon son désir. On appelle cet art la Grammarie, c’est le type de magie le plus répandu en Alagaësia.

Exemple
« Reisa du adurna » signifie « fais monter l’eau » en Ancien Langage. Avec cette formule un mage sera capable de faire léviter de l’eau.

L’Ancien Langage ne permet pas de mentir volontairement quand on l’emploie. On ne peut pas violer un serment prononcé dans cette langue. Il est cependant possible de jouer sur les mots et le sens qu’on leur donne pour tromper son interlocuteur.

  • Le Chant
Le Chant est une pratique que seuls les elfes maîtrisent. En chantant en Ancien Langage, ils parviennent à tisser des sorts d’une grande complexité. Les chants sont généralement employés pour modeler des matériaux physiques à des fins artisanales (forge, menuiserie, joaillerie, etc). Le procédé en lui-même est assez long et coûteux en énergie mais le résultat est durable et souvent d’une finition admirable. Ils peuvent aussi donner naissance à des sorts offensifs/défensifs d’une puissance proportionnelle à la complexité du Chant.

  • La Magie Draconique
La magie des dragons est bien moins connue que les autres. Ces derniers n’utilisent pas l’Ancien Langage ni aucun autre type de formules. Leur pouvoir répond spontanément à des inspirations momentanées qui leur permettent de donner naissance à des manifestations magiques hors du commun. Ces sorts sont rares et les dragons sont incapables de les produire volontairement.

Le feu des dragons est également magique. Il ne nécessite pas non-plus de formule ou de conjoncture particulière pour se manifester. Cependant les dragons sont capables de s’en servir à volonté à partir d’un certain âge. La taille et la durée des flammes augmentent avec l’âge.

  • Les Pentacles
L’usage des pentacles est une discipline risquée dont l’usage est réservé aux sorciers. Cet Art permet de créer des passages entre l’Alagaësia et d’autres plans pour conjurer des esprits. Il est basé sur l’utilisation conjuguée de formules d’Ancien Langage, de figures géométriques et de symboles qui forment les pentacles. Lorsqu’il conjure un/plusieurs esprits, le sorcier doit être capable de le(s) maîtriser et de le(s) soumettre sans quoi sa conscience sera écrasée et perdra le contrôle de son être. Les individus ainsi possédés par des esprits sont appelés des Ombres.

  • La langue d'Ombre
Créée par les Ombre dans leur insatiable soif de pouvoir, la langue d'Ombre - aussi appelée ombrique - est similaire à la Grammarie, à un détail près. Là où l'Ancien langage puise dans les forces physiques du jeteur de sort, la langue d'Ombre tire sa puissance de l'âme elle même. A chaque sort lancé dans cette langue maudite, l'âme perd de sa substance jusqu'à ne tout simplement plus exister.

Le prix a payer est tel que la langue d'Ombre est tombée en désuétude et n'est connue que d'une poignée d'individus seulement et encore moins utilisée.

La langue d'Ombre n'est pas plus efficace que l'Ancien langage pour lancer un sort. Tout sortilège d'ampleur lancé dans cette langue conduit invariablement à l'anéantissement de l'âme du lanceur de sort, sans espoir de retour.






Une exception : les runes


L'écriture runique n'est pas un autre type de Magie mais une discipline à part entière, uniquement maîtrisée par les Premiers Hommes. Elle consiste à se plonger dans un état de transe pour tracer des runes. Ces dernières peuvent être écrites, gravées ou tatouées tant sur des objets que sur des individus. La longévité de la rune varie selon la méthode de tracé. Les runes manipulent l'énergie pour renforcer certaines caractéristiques de l'élément sur lequel elle est gravée. La puissance d’une rune ne varie pas en fonction de son porteur, mais en fonction de la rune elle-même – et donc du talent de l’individu qui l’a tracée.

Exemple
Une rune de ténacité tatouée sur le bras d'un individu concentrera de l'énergie autour de ce bras pour le renforcer le rendre plus endurant.

Contrairement à la Magie, les runes ne nécessitent pas de dépense d’énergie. Cependant chaque tracé trouble temporairement l’énergie de l’individu concerné, par conséquent, un temps d’acclimatation est nécessaire pour chaque nouvelle rune.



Résistance à la Magie


  • Les Origines
Depuis près d'un millénaire, l'Alagaësia est victime d'un déchainement de magie. Les batailles entre dragonniers, la chute de Galbatorix, les diverses invasions et luttes internes et l'apparition de Nuit ont eté l'occasion de titanesques affrontements magiques. Si certaines zones de l'Alagaësia ont été particulièrement touchées, et connaissent aujourd'hui une grande instabilité magiques, le reste du pays ne put en sortir indemne. Trop de magie avait été versée dans le monde et peu à peu imprégna ses habitants. La différence fut peu visible pendant plusieurs dizaines d'années. Les maladies se faisaient plus rares mais plus mortelles et l'on nota une résistance particulièrement élevée chez plusieurs enfants. Jusqu'à ce que le doute ne soit plus permis. De plus en plus nombreux étaient les enfants qui naissaient immunisés, au moins partiellement, à la magie.


  • Les Formes d'Immunité
L'immunité magique offre à celui qui la possède une résistance à la magie qui s'exprime différemment selon les individus. Ainsi, certains semblent avoir un bouclier intégré qui dissipe entièrement les effets du sortilège lancé sur eux. D'autres, au contraire, renvoi le sort sur son lanceur - parfois de manière très aléatoire. Ainsi un sortilège de boule de feu peut, lorsqu'il se heurte à une immunité, être renvoyé sous forme d'averses de grêle, de pluie de grenouilles... Nul ne sait pourquoi ces changements se produisent mais, au vu de la récente instabilité du Hadarac, certains théoriciens prétendent que l'immunité serait en soi un sortilège puissant qui altérerait la construction du sort lancé en Ancien Langage.

Enfin, certains semblent absorber la magie et y puiser une plus grande force, jusqu'à ce qu'elle les déserte, entrainant avec elle une partie de leur énergie propre. On raconte que, dans certains cas extrême, le vide retour peut devenir si profond qu'il tue l'être immunisé.


En pratique vous êtes libres de choisir la forme d’immunité qu'il vous convient, la seule limite étant celle de votre imagination. Toutefois, votre personne ne pourra pas, ou très peu, la contrôler. Contrairement à la magie, en effet, cette forme de magie est innée - comme celle des dragons - et ne peut donc être modifiée par son possesseur mais évolue et se renforce avec le temps.

Tout possesseur d'immunité ne peut et ne pourra jamais devenir magicien.
Revenir en haut Aller en bas

La magie dans Brisingr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Préambule :: Table des Lois :: L'univers-
Ouvrir la Popote