AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

L'Equilibrium dans le chaos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: L'Equilibrium dans le chaos | Mer 2 Avr 2014 - 9:44


Traquée... Ellenwen l'était depuis si longtemps qu'elle ne parvenait pas à se détendre, assise à la table de leur planque provisoire, une cave minuscule que l'on rejoignait après plusieurs minutes dans les égouts. Même là, elle ne parvenait pas à garder ses mains tranquilles et les laissait virevolter depuis la poignée de sa dague jusqu'à sa ceinture où pendait un masque en cuir. Elle vérifiait, comme un réflexe, le médaillon qu'elle portait, à demi dissimulé dans son décolleté, et qui ne reflétait rien qu'une sécurité provisoire. Ici au moins la corruption n'était toujours pas venue. Mais l'elfe ne se détendait pas. Elle était loin de tout, dans cette ville surdaine qu'elle ne connaissait pas. Elle était loin de ses terres, loin de sa forêt, loin de son peuple, loin des siens. Elle avait dû fuir depuis plusieurs mois, se cacher des envahisseurs et de leur magie si étrange. Et dans le chaos de sa vie, elle avait encore dû lutter contre un chaos plus sournois, plus profond... Un chaos qui ne laissait pas en paix.

Après la dissolution de la guilde, lors de l'arrivée des Premiers Hommes, elle avait lutté de toutes ses forces pour contenir l'invasion. Elle avait vu ses compagnons tomber, sa guilde s'émietter face à la pression pour se ressouder lorsque le mal était parvenu. Ils avaient rallié à eux tous ceux qui, comme eux, avaient vu la nature se tordre dans une grotesque parodie du vivant. Etaient venus ceux qui avaient perdu un proche, rongé par la folie du sang. Des villages entiers l'avaient caché lorsqu'elle était venue les délivrer de ces hordes d'animaux autrefois humains qui vous arrachaient les entrailles d'une main. Et aujourd'hui, elle était là, épuisée, luttant contre sa propre folie, pour donner un avenir aux hommes. La dernière lutte contre le chaos. Elle avait convoqué tout ce que la guilde comportait encore de membres influents et puissants. Ils avaient tant de choses à déterminer. Ils allaient devoir trouver deux foyers, secret et officiel, ils allaient devoir se soumettre à l'autorité de l'Epée de Mastaï... et chacun allait devoir trouver sa voie, recevoir les artefacts de sa fonction qu'Akkan avait forgé pour eux et qu'ils avaient enchanté à eux tous. Il ne restait plus qu'à attendre.

Elle sursauta nerveusement quand la porte s'ouvrit et, machinalement, tira de son sac une petite fiole dont elle avala une gorgée. Aussitôt, son esprit s'apaisa, s'aiguisa pendant que ses sentiments s'éclipsaient.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Mer 2 Avr 2014 - 22:27


Dans l’ombre du couloir et à la lueur des quelques bougies qui brûlaient dans la pièce, une sombre silhouette se dessina sur le seuil de la porte. Celle d’une homme à n’en point douter, mais dont les formes, vêtements et même visages étaient dissimulés sous une épaisse cape grise en mauvais état. D’un regard il fit le tour de la pièce, avant que ses yeux ne se posent sur l’elfe, incrédule. Le peu qui paraissait de ses traits laissaient deviner un visage fatigué et sale au coeur duquel brillaient ses pupilles, à la lueur des flammes. Il avait changé, mais son regard était resté le même.

Un court instant qui pourtant lui sembla une éternité il fut saisit d’un affreux doute, un doute qui se fit surprise. Était-ce bien elle ? Cela devait-être elle ! Elle comme lui avaient survécu là où tant d’autres étaient tombés. Ils avaient survécu sans savoir pourquoi, parfois sans savoir comment, mais une part d’eux s'en était allés.

- Ellen. Dit-il d’un ton fébrile, ses lèvres crispées peinant à dessiner ce qui semblait être un sourire. Et après ce qui n’avait été qu’une maigre seconde, immobile à l’observer, il s’avança soudainement pour la serrer contre lui.

- Je… Je suis content de te voir. Ajouta-t’il sans desserrer son étreinte.

Depuis plusieurs mois déjà, depuis que la guilde entière avait été dissoute, Oryon n’avait entendu de l’elfe que des rumeurs, de sa mort la plupart du temps, sans vraiment pouvoir y croire. Combien de fois avait-il entendu colporter la nouvelle de sa propre disparition à lui ? Parfois même avait-il cherché à lancer de telles rumeurs pour enfin trouver un semblant de paix. Lui, son dragon, tant de héros étaient tombés, dans toutes les bouches on ne parlait plus que de malheurs ces temps ci.

Au plus noir de la guerre, les chemins de l’elfe et du jeune homme s’étaient séparés pour ne plus se croiser à nouveau. Il ne pensait plus la revoir jamais, comme une évidence que d’ici là l’un d’eux serait finalement mort pour de bon. Des mois durant il s’était opposé aux premiers hommes, combattant férocement aux côtés de son compagnon, échappé au pire des déstins… Mais à quel prix ?

Après leur étreinte, le jeune homme retira sa capuche et essuya du revert de la main une larme dont ou devinait le passage sur sa joue noire de poussière. Oryon, en chair et en os, plus en os qu’auparavant d’ailleurs. Son visage n’avait guère changé. La magie avait guérit ses plaies, tant bien que mal, mais elle ne pouvait le guérir de toutes les blessures.



Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Jeu 3 Avr 2014 - 11:24


Un bruit de pas feutré, presque inaudible, annonça son arrivée. La porte la confirma d'un grincement. Elle se tenait là, le visage dissimulé sous une lourde capuche. Elle l'abaissa lentement, libérant au passage quelques mèches de cheveux ivoire. Plus blancs que jamais, ils contrastaient avec sa mine sombre. Elle sentait la poussière et le charbon. De la poudre de métal recouvrait ses joues d'un chaume sale et reluisant. La jeune femme l'essuya d'un revers de main et renifla. Ses traits s'étaient durcis, soulignant une nouvelle maigreur. Les sourcils froncés, le visage fermé, elle contempla la salle d'un regard inexpressif.

Elle prit place autour de la table sans un mot ; prenant soin de se mettre face à la porte et à l'écart des deux personnes. Elle les connaissait mais leur présence ne lui procurait ni soulagement ni joie. Nouveau soupir. Elle ôta sa cape, dévoilant une tunique passée. Après tout, elle n'allait pas leur faire l'honneur de se vêtir plus richement qu'eux. Et puisque l'humeur du moment était aux effusions de joie et aux larmes de réconfort, elle s'autorisa un sourire dont nul ne pouvait douter de sa nature sarcastique.

Abysse posa les deux mains à plat sur la table. Des mains usées et fatiguées par les travaux manuels. Elles avaient perdues de leur légèreté et habileté au grand dam de la jeune femme. Elles se crispèrent légèrement, en proie à d'infimes doutes. Elle n'avait eu que peu de nouvelles du dragonnier et de l'elfe. Les temps qui avaient agité l'Alagaësia les avait considérablement éloigné. Elle ne pouvait qu'imaginer leur fuite, leurs combats et leurs craintes. Elle n'en éprouvait pas de pitié pour autant. A dire vrai, depuis que la corruption l'avait touché, la jeune femme peinait à éprouver la moindre empathie. Quelque chose s'était brisé en elle.

Se redressant sur son siège, elle toisa Oryon et Ellenwen. Avec un soupçon de douceur non feinte lorsque son regard se posa sur l'elfe. Elle devinait les peines et les tourments qui l'agitaient. Quant à Oryon, elle ignorait s'il avait été prévenu de sa propre présence..A dire vrai, elle-même n'aurait pu jurer de la survie du dragonnier en cette époque. Elle aurait pu elle aussi l'accueillir les bras ouverts, pleines de réconfort. Pourtant, en cet instant, elle n'éprouvait rien d'autres qu'une profonde lassitude.

- C'est un soulagement de vous savoir en vie, tous les deux.

L'air impassible qu'elle affichait et le ton qu'elle venait d'emprunter détonnaient avec ses propos. Son regard, quant à lui, traversait les jeunes gens sans les voir. Elle plissa légèrement les yeux. La complicité et la joie palpable qui les unissaient la révulsaient. En cet instant, elle regrettait sa propre présence ici. La solitude était un fardeau moins lourd à porter sans leurs regards. Elle s'enfonça davantage dans son amertume.

[ J'ai un peu modifié la deuxième moitié de ma réponse, finalement. Désolée ]



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Mer 9 Avr 2014 - 18:51


Le grincement de la porte ne la fit pas se retourner. Plongée dans ses rêveries droguées, son esprit absent à lui-même, elle ne percevait le monde qui l'entourait qu'à travers le filtre d'une analyse constante qui la tenait à distance. Elle sentit un homme entrer dans la pièce. Elle percevait sa présence mais ne savait quoi faire. Ce fut lorsque ses yeux, machinalement, se portèrent sur son visage que le choc la tira de ses rêveries. La vue d'un visage si connu, si espéré chassa les brumes. Pendant une longue seconde qui lui semblait une éternité, les deux êtres se regardèrent, comme deux échappés de l'enfer qui ne peuvent plus croire à leur bonne étoile. Il y avait tant de douleur, de souffrance, de peur dans ce regard que même la joie en était exclue. Seul le soulagement l'emportait, un immense soupir qui montait au ciel comme une étrange prière.

- Oryon, le son déchira ses lèvres et son coeur, brisa les barrières qu'elle avait si bien construite.

Elle se redressa, comme l'homme marchait vers elle, et elle se laissa tomber dans ses bras, comme si la peur, la rage qui l'avaient tenue alerte la quittaient soudainement, la laissant vidée, comme une poupée de son. Elle sentit ses bras autour de son corps, entendit ses mots et là, blottie, l'elfe se laissa sangloter. Elle laissa couler les morts qu'elle avait vu, ceux qui auraient dû mourir et qu'elle avait vu vivre. Elle se libérait de mois de solitude, à errer, cachée du monde des hommes, effacée de leurs mémoires. Elle pleurait pour toutes les larmes qu'elle avait dû retenir.


- Tu es en vie... Je suis tellement soulagée...

Les mots s'évanouir dans l'air, comme le jeune homme la tenait à bout de bras, et qu'elle contemplait son visage, comme un assoiffé boit une eau pure. Ses larmes se tarirent et sur ses lèvres tremblantes naquit un frêle sourire. Pendant un instant, leurs regards lui semblèrent rivés l'un à l'autre, jusqu'à ce que la porte s'ouvre et qu'une nouvelle venue, aussi crasseuse, aussi abîmée qu'eux ne fasse son apparition. Abysse... Ellenwen l'avait à peine rencontrée, avant la guerre, et c'était à peine si leurs chemins s'étaient croisés ces derniers mois. Elles avaient combattu ensemble, parfois, au hasard du destin, la corruption qui ne cessait de s'étendre. Et si l'elfe ne pouvait l'appeler amie, elle sentit une nouvelle vague de réconfort à voir ce visage connu. Elle le détailla, pendant que la jeune femme s'asseyait, elle le savoura. Elle nota le vide dans les yeux, les traits tirés. Quelque chose s'était perdu au cours de la guerre. Quelque chose qui la plaçait si loin des autres. L'elfe soupira, le coeur déchiré de ce vide. Alors, en quelques pas, elle vint serrer doucement la femme dans ses bras et, lui posant un baiser sur le front, murmura comme à une soeur.

- Je suis heureuse de te voir parmi nous.

Après tout... n'étaient-ils pas tous devenus unis par cette lutte qui leur avait tant volé. A l'elfe, ils avaient pris ses souvenirs, ses émotions, le contact de la main de Laïaga sur sa peau. A l'homme, son esprit, le contrôle de soi. A la jeune femme, ils semblaient avoir pris sa vie. Elle s'écarcit doucement la voie, balayant les larmes qui coulaient encore sur sa joue et dit doucement.

- Je ne sais combien nous rejoindrons encore, ni combien ont eu mon appel. J'ai appelé les plus puissants d'entre nous mais...

Sa voie hésita, ses traits se tendirent et la fin de sa phrase se perdit.

- Il nous faut avancer. Ils nous rejoindront quand ils le pourront. Nous avons tant de choses à régler avant de repartir mais je crois que la plus urgente reste à nous trouver un foyer. Un lieu où, seuls, nous pourrons nous réunir.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 724
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Mar 15 Avr 2014 - 22:13


Le bruit précéda de longtemps son arrivé et la porte se poussa d'elle-même devant l'envergure d'Akkan. Il s'échoua plus qu'il ne s'assit sur le premier siège venu, il n'avait pas esquissé un regard pour les compagnons, son regard était sombre comme jamais il ne l'avait été et son corps couvert de bleu et d'entaille en disait long sur sa lutte au quotidien pour rester en vie. En effet, son apparence animale ne lui avait attiré qu'ennui depuis l'arrivé de ses barbares. Si au début il avait traité cela avec humour doutant de leur capacité à tenir ne serait-ce qu'une semaine sur le continent, il avait été forcé de changer de point de vue.

Il prit le temps de reprendre son souffle, il courrait depuis plusieurs semaines, traqué et chassé par des congénères, sa tête mise à prix. Aujourd'hui le jeune demi-elfe si souriant et timide qu'avait pu rencontrer Ellen avait entièrement disparu, laissant place à un gaillard aussi solide que résolu et triste, profondément marqué par des événements qu'il ne pourrait jamais oublié.

Quand son esprit revint, il prit le temps de regarder, se rendant compte des personnes qu'il avait occulté pendant un instant ... Ellen, toujours fidèle au poste, dans une situation à peine plus enviable que la sienne, si son corps semblait en bon état son esprit était ailleurs. Oryon, il n'avait eu que des échanges bref du grand temps de l'Equilibrium, enfin une nouvelle, s'il l'avait aperçu ce devait être lors de réception ou d'échange diplomatique, sûrement quelqu'un d'importance, mais aujourd'hui quelle importance !

Il prit la parole pour ne pas dérouter ses compagnons :


- Excusez-moi du retard, Ellen, Oryon et ma Dame. Vous m'excuserez aussi du manque de convenance, mais je suis quelque peu épuisé par un groupe de soldat persuadé que j'usais de magie noire. Ces temps-ci j'ai bien dû mal à parader dans une ville ... Il sourit d'un air las et ferma les yeux permettant à son corps de se décontracté un brin. Il les rouvrit l'air plus réveiller cette fois et prêt à prendre part à la discussion.

- Je vous ai probablement interrompu, reprenez, je me débrouillerais pour suivre.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Lun 5 Mai 2014 - 22:06


[hrp: Bheu... Désolé pour le retard. N'hésitez pas à sauter mon tour quand cela se produit Wink]

Après Oryon s’en vint Abysse, qu’il accueillit avec soulagement et surprise, puis un sourire qu’elle ne lui rendit pas. Et il ne put que se demander ce qu’elle avait traversé elle aussi. Ils s’étaient croisés à quelques reprises depuis le début des conflits, mais plus un mot n’était arrivé à ses oreilles à son sujet depuis quelques temps déjà.

- Abysse. Dit-il en tirant une chaise, un sourire aux lèvres. Je ne me doutais pas de ta présence ici. Mais c’est un bonne surprise.

Oryon et Abysse avaient, depuis le premier jour, eut une relation complexe. Le jeune homme l’admirait, pour une part, et lui en voulait pour une autre. Elle l’attirait et l’effrayait, comme l’aurait fait un puissant ennemi, troublé au dessus de tout par l’énigme qu’elle était pour lui. De leur rencontre à aujourd’hui, et malgré leurs échanges, il n’était toujours pas certains de ce qu’elle était.

Lorsqu’il fut assis, Ellenwen prit la parole afin d’annoncer l’ordre du jour. Cela faisait bien longtemps qu’ils ne s’étaient plus réunis, et de cette rencontre déciderait l’avenir de la guilde.

- Tu as raison. Et ce ne sera pas facile. Ces barbares sont partout et ne tolèrent aucune rébellion.

On pouvait deviner à la manière dont il parlait d’eux la haine qu’il leur vouait encore et toujours. Le jeune homme s’était distingué au cours des affrontements auxquels il avait participé contre l'envahisseur, brillant d’avantage par les pertes qu’il occasionna aux ennemis que par ses talents de meneurs d’hommes. Sa tête était aujourd’hui mise à prix d’or, mais très peu étaient ceux qui s’étaient montrés suffisamment désespéré ou audacieux pour faire d’avantage que rapporter sa présence.

- J’étais il y a peu à Gil’Ead. La ville est un taudis, un tas de ruine. Tout comme Uru’Baen. Mais la présence des envahisseurs y est plus faible. Pas comme à Dras Leona, trop dangereuse. La Crête et le Du Weldenvarden sont devenus quasiment impénétrables… Nous n’y survivrions…

Oryon s’interrompit lorsqu’une nouvelle silhouette se présenta sur le pas de la porte. À nouveau il esquissa un sourire, et souhaita la bienvenue à l’arrivant.

- Au moins l’Equilibrium n’a rien perdu de ses dirigeants ! C’est mieux que rien j’imagine. Dit-il avec un sourire, avant de soupirer en repensant à tout ceux qui étaient tombés. Tu n’as pas manqué grand chose. Nous discutions des endroits où l’Equilibrium pourrait trouver un nouveau foyer. Les barbares occupent les villes, et les zones qui ne sont pas aux bouts du monde sont envahis par la corruption. Pour ma part, je refuse de m’enfuir !

Il marqua une pause, observant les membres réunis, et termina.

- Allons à Gil’Ead. Les elfes y sont nombreux et l’hostilité contre les barbares y est forte. La corruption y fait des ravages. Si nous pouvions en protéger le population, ils nous protègeraient probablement, et nous pourrions mener notre combat contre les envahisseurs sans trop souffrir de cette foutue corruption.



Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Jeu 8 Mai 2014 - 10:59


Débattre de leur avenir... Ellenwen aurait pu en rire si la fatigue et la peur ne l'avaient pas autant écrasé. Quelques mois auparavant, à une époque qui lui semblait aujourd'hui bien étrange, ils étaient une guilde respectée et réputée, menée par l'ancienne reine elfe, un de ses généraux et un jeune dragonnier plein d'avenir. Aujourd'hui, ils étaient une bande de vagabonds pourchassés et honnis, des traîtres pour le nouveau royaume qui s'édifiait, toujours plus fort et puissant. Un revers de fortune bien violent pour eux tous. Elle écoutait parler Oryon, proposant une solution qu'elle avait déjà maintes fois retourner en sa tête, qu'elle avait exploré en tout sens. Gil'Ead. La ville fantôme, rasée et détruire où ne subsistait que quelques ruines brûlées et où la vie s'était faite dans les égouts et les souterrains qui la parcouraient, sous la surface. Aller à Gil'Ead c'était se cacher comme des rats dans leur terrier pour échapper aux menées des Premiers Hommes. C'était risquer d'endurer des raids permanents, contre eux et contre l'incroyable marché noir qui en faisait la fortune. Mais c'était aussi profiter de ce marché noir pour acheter, monnayer ce dont ils avaient besoin.

- Je ne sais pas, eut-elle le temps de dire, avec une profonde hésitation, découpant chaque syllabe.

A cet instant, Akkan entra. Son apprenti qu'elle n'avait plus vu depuis tant de mois. Comme eux tous, il semblait marqué par les derniers événements. Il avait souffert, peut-être plus qu'aucun autre, de la peur des Premiers Hommes pour la magie et l'ancien langage. Avec ses yeux d'animal et ses cheveux si semblables à une crinière, il n'avait pu passer inaperçu nul part et même sans mage pour sonder son esprit les envahisseurs pouvaient repérer son faciès et savoir son identité. Son corps était couvert d'ecchymoses, marqué par les luttes quotidiennes. Le coeur d'Ellenwen, qui ne semblait plus pouvoir se serrer davantage, rata un battement. Sans un mot, elle se leva et serra le nouveau venu dans ses bras, sans commentaire. Après quoi, regagnant sa place, elle se massa les tempes d'une main. Elle hocha la tête aux paroles du dragonnier, qui semblaient si sensées. Pourtant, elle ne parvenait pas à y adhérer pleinement.


- J'ai longuement pensé à Gil'Ead également. Tant d'avantages... mais tant de désavantages également. J'ai peur que nous ne nous y retrouvions coincés et privés de notre liberté déjà bien restreinte. La menace de Sombrenef, sur le lac, risque de peser lourd sur nous : le pays est contrôlé à l'extrême et je doute que nous puissions y circuler très facilement. Sans compter que les menées vont se multiplier dans les égouts pour tenter de contrôler le marché noir et les nombreux membres de la Cam Serarna qui les ont déjà investi. Même si ce n'est pas dirigé contre nous, nous y perdrions encore en sécurité je pense. C'est une très bonne solution quand nous serons en cavale, pour établir des contacts ou acheter des marchandises mais pour y cacher une guilde entière... je ne sais pas.

Elle soupira profondément. Aucune solution ne lui semblait convenir.

- La forêt... je pense souvent à la forêt. Elle eut un petit rire triste et douloureux. Peut-être parce qu'elle me manque tant. Mais je me dis parfois que cela pourrait être la bonne solution. La forêt a chassé ses hôtes, pour se protéger mais... mais si nous en devenons les gardiens et protecteurs, peut-être pourrions nous l'apaiser. Les ruines de l'école des dragonniers sont à la lisière de la forêt, une simple bande de forêt à traverser et qui pourrait assurer notre protection. Les Beors pourraient être une solution mais nous serions loin de tout.

Elle hésita longuement, remuant les vieux souvenirs épars. Elle se souvenait de l'ancienne base des Vardens, qui avait été utilisée bien des années auparavant mais qui avait été laissée à l'abandon depuis elle ne savait plus quand. Cependant, même laissée à l'abandon, la magie qui avait permis sa construction avait pu tenir. Elle avait dû tenir, protégée qu'elle était par les eaux. Elles avaient pu amortir le chic de la création des failles. C'était une solution séduisante.

- Sinon.... sinon il existe une solution dont très peu se souvienne. C'est un souvenir des temps anciens aussi je ne sais pas dans quel état nous la retrouverions. Du temps où les Vardens existaient encore et possédaient une vaste armée, qu'ils luttaient contre l'Empire léonien et la Guilde des Ténèbres, ils avaient bâti un vaste repère situé sous les eaux du lac Leona. Je n'y suis pas allée souvent, qu'une fois je crois, aussi je ne sais plus exactement comment on y accède mais je pourrais le retrouver. Nous serions en paix et nul ne pourrait nous atteindre.

Elle se retourna vers Abysse et la jaugea quelques instants, soupesant une nouvelle fois ses paroles.

- En revanche... je suis fermement convaincue qu'il nous faudrait un deuxième repère, plus ouvert et plus au grand jour. Urû'Baen est profondément touchée par la corruption et les pertes sont rudes, même parmi les Premiers Hommes. Ils ont besoin d'aide, même eux, et je pense qu'ils pourraient accueillir favorablement notre guilde si nous, Oryon, moi et Akkan, se mettons à distance et oeuvrons dans l'ombre. Je ne sais quelles sont tes convictions sur les envahisseurs, Abysse, mais tu n'es pas une magicienne aussi ne représentes-tu pas une menace comme nous pour les dragonniers. Je pense que tu devrais aller à Urû plaider pour notre cause et y installer une antenne de la guilde. Nos noms serons tenus secrets et officiellement nous ne serons ni dirigeants ni membres de l'Equilibrium. Ainsi, peut-être pourrons-nous avancer notre quête.

Elle se tourna vers Oryon dont elle sentait la fureur. Sa fatigue s'accrut pendant qu'elle laissa les derniers mots s'échapper, comme si elle se vidait d'un fardeau qu'elle avait trop longtemps porté.

- Je hais ces envahisseurs autant que toi, Oryon. Peut-être plus encore car ils m'ont chassé de ma demeure et menace de détruire une terre pour laquelle je lutte depuis plus d'un millénaire. Je suis la compagne d'un résistant et résistante je suis et reste. Mais je pense que face à cette nouvelle invasion plus pernicieuse encore, nous n'avons d'autres choix que de forger d'éphémères alliances et de lutter contre la destruction qui nous menace tous.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 724
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Jeu 8 Mai 2014 - 16:06


Akkan s'était rassit suite à l'accolade avec son maître, tous semblaient si exténués ... Il écouta avec attention chacun des propositions ... chacun amenant son lot d'avantage et d'inconvénient. Gil'Ead, après de longue réflexion et à la lumière de ce qu'Ellen venait de proférer et de ce qu'il avait pu voir, il semblait en effet que ce serait un bon endroit pour la collecte d'information et d'objets en tout genre, par contre en base, il semblait dangereux de s'y placer ...


La forêt bien que séduisante, les plaçaient trop loin beaucoup trop loin de tout ... Mais d'un autre côté à l'abri des représailles des barbares ... Peut-être une idée ... Quand elle aborda une ancienne base, l'attention d'Akkan fut captivé, un endroit à la fois éloigné peu décelable et définitivement placé au coeur du continent ... Cette proposition lui convenait davantage que les Béors ou la forêt, même si ces 2 endroits, seraient rapidement des priorités pour combattre la corruption.


- Je penche pour cette base que tu nous cite, en tant que refuge secret de notre guilde, je pense qu'il est tout à fait préférable de choisir un endroit situé au coeur de ce monde et dans un endroit aussi inaccessible et tranquille.


La forêt pourrait tout aussi bien remplir se rôle, à ceci prêt que la forêt comme les Béors d'ailleurs, sont des zones ou la corruption s'étend rapidement et où y baser un refuge me parait dangereux.


Il écouta la proposition suivante et y ajouta pour sa part sa propre conclusion :


- Je suis d'accord qu'un office légal dans une ville des premiers hommes pourraient être un grand plus, cependant, je penche pour l'organisation suivante :


Un refuge officiel, à Uru, cela me semble idéal, un endroit secret à Dras, pour ceux qui ne peuvent paraître devant les premiers hommes ... Et, des camps avancé sur les endroits les plus corrompus.


La forêt, les Béors et le désert sont la proie de la corruption, j'en ai fait l'expérience et il faut avoir des points ou se regrouper pour échanger les phénomènes sur place ... Pas besoin d'en faire des palaces, justes des forteresses où nous pourrons étudier et trouver des remèdes à ce mal ...


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Jeu 8 Mai 2014 - 20:00


Abysse réagit avec un léger embarras lorsque la reine déchue vint la serrer doucement dans ses bras. Et lorsqu'elle vint lui déposer un baiser sur le front, elle retint de justesse quelques rougissements ; détournant le regard. La jeune femme n'était guère habituée à de telles effusions et ne s'y était certainement pas préparée. Légèrement adoucie par ce geste, elle posa ses deux mains à plats sur la table. Elle peinait encore à se détendre, son corps était un arc bandé, prêt à rompre sous la tension permanente. Depuis combien de temps ne s'était-elle pas reposée ? A dire vrai, elle ne dormait plus. Le sommeil comme les rêves l'avaient abandonnée.

Posant son regard sur le dragonnier, elle accepta ses paroles d'un hochement de tête. Elle n'avait rien de plus à ajouter. Avare en paroles et prompte en actions, la jeune femme souhaitait intérieurement que cette réunion trouve un terme rapidement. Il leur fallait trouver des solutions, rapidement. Elle écouta attentivement ce que l'elfe et le dragonnier avaient à dire et accueilli le nouveau venu avec un sourire aimable. Elle ne le connaissait que de noms, trop reconnaissable par son physique si particulier. Elle ne pouvait qu'imaginer les tourments qu'avaient pu rencontrer le shaman, traqué comme un fauve ; sans espoir de répit.

Et lorsque chacun eu donné son opinion, lorsque ce fut son tour de prendre la parole, elle demeura dans un premier temps fermée et silencieuse. Puis elle hocha lentement de la tête. Sa voix était douce, légère, semblable au murmure du vent agitant les cimes.

- Le lac Léona me semble être notre meilleure position pour tout ceux qui ne peuvent évoluer librement à travers le territoire.

Nouvelle pose.

- Nous avons également besoin de postes avancés là où la corruption est la plus tenace.

Cette fois-ci elle esquissa une grimace, l'idée suivante ne lui plaisait guère. Elle était cependant cruciale.

- Il nous faut une façade, un quartier général factice où nous pourrions opérer au grand jour. Nous pouvons recruter dans l'ombre mais là meilleure façon d'effacer tout soupçon à notre égard est d'agir aux yeux de tous.

Elle posa ses yeux, l'air grave, sur chacun des membres présents.7

- Nombre d'entre nous doivent dissimuler et leur identité et leur nature.

Elle soupira, fermant les yeux pour ne pas affronter leurs regards.

- Pour ma part, je tiens davantage des Premiers Hommes qu'aucune des races présentes en Alagaësia. J'ai su tisser quelques liens avec certains de leur chef de guerre, je connais une partie de leurs coutumes et surtout je connais leur histoire.

Elle rouvrit lentement les yeux, ignorant l'assemblée ; le regard dans le vide.

- Je peux intercéder en notre faveur. La corruption n'est pas inconnue aux Premiers Hommes, s'ils ne savent encore quelle attitude décider à son égard, ils ne refuseront pas que l'on se batte contre son expansion. Certains d'entre nous, ceux qui peuvent évoluer librement, pourront prendre le rôle factice de fondateurs aux yeux de tous. Nous pourrions nous installer à Uru Baen.

Abysse serra les poings. Un creux se forma sur ses joues lorsqu'elle crispa les mâchoires.

- Je semble toute désignée pour cette tâche, apparemment.

Elle qui avait toujours détesté évoluer au grand jour, préférant œuvrer en toute discrétion, elle se trouvait à présent dans une position peu enviable. Mais qui d'autre aurait aspiré à ce rôle ? Oh, et puis après tout, les doubles jeux n'avaient jamais été sa faiblesse.

- Mais je continuerai de traquer et chasser la corruption où qu'elle se terre.

Elle fouinerai comme à son habitude, chassant les informations et traquant inlassablement le germe de la corruption.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant de l'Equilibrium

Nombre de messages : 969
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Oryon
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Ven 9 Mai 2014 - 21:20


Oryon écouta en silence l’avis de chacun. Il n’avait, pour sa part, jamais entendu parlé de ce repaire, ni des elfes ni des humains qu’il avait côtoyé, ni même de Myad et de ses précepteurs desquels il avait tant appris. Aussi ne pouvait-il douter qu’une telle base ferait une cachette idéale.

Là bas, ils seraient à l’abris, pensa-t’il. Cachés, sous terre, loins de tous et toutes ces personnes qui avaient besoin d’eux. Lui, tout particulièrement, dont il ne pouvait imaginer la réconciliation avec les premiers hommes. Encore l’aurait-il souhaité.

- Il est vrai. Dit-il à Abysse sur un ton légèrement réprobateur. Tu es la seule dépourvue de magie parmi nous. La seule que ces barbares accepteront de côtoyer.

Il marqua une pause, se tourna vers l’ancienne reine des elfes, puis s’adressa à elle sur un air contrarié.

- Jamais ils n’accepterons notre existence, à Akkan ou moi. Toi, peut-être. Je ne sais pas. Aurais-tu oublié ce qu’ils ont fait à notre forêt ? Ce n’est pas un hasard si tout ceci a eut lieu au même moment...

Au fil du temps passé là bas, Oryon était venu à l’aimer, cette forêt. Elle était devenu sa nouvelle maison, la forêt comme les cieux qui la toisaient. Elle était pour lui le seul endroit où il s’était jamais vraiment sentit heureux. Il l’avait aimé telle qu’elle était, pas telle qu’elle était devenue.

- Nous devons lutter contre la corruption, je suis d’accord. Mais je parle pour moi, dit-il en se tournant vers Akkan, je ne déposerais jamais les armes contre les envahisseurs, tout comme ils ne les déposeront jamais contre nous. Je continuerais à les combattre, comme le font d’autres, et à aider la population pour cela.

Je n’aime pas l’idée de nous cacher sous terre, si loin des gens. Comment pourront-ils se défendre si nous ne sommes pas là pour les guider ? Comment pourrons-nous combattre nos ennemis si nous nous en cachons ?


Il marqua une nouvelle pause, reprit son souffle, et avant qu’on ne lui coupe la parole, termina.

- Je comprends que nous ayons besoin d’une cachette. Mais ne vous attendez pas à m’y voir souvent. Il est trop difficile pour moi de me déplacer de ville en ville. Les gens savent à quoi je ressemble, les barbares y compris. Et je n’ai pas l’intention de me cacher ou de me rendre à eux.



Mr. Gold !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Mar 13 Mai 2014 - 11:43


L'idée semblait les avoir convaincus, à défaut de tous les avoir séduit. Ellenwen en ressentit une vague d'apaisement et de soulagement. Elle avait pensé que les débats seraient plus longs, chacun explorant avantages et désavantages de position, leur point de vue à la fois si différents et pourtant complémentaires les poussant chacun dans une direction différente. Depuis la guerre qu'ils avaient traversé avec fracas, elle savait que la guilde était devenue plus informelle, moins construite et que de nombreuses divergences étaient apparues ou allaient apparaître. Il était trop dur de rester parfaitement uni face à un désastre sans précédent pour beaucoup. Peut-être se faisait-elle trop vieille et avait-elle vu trop de choses, mais elle sentait que bientôt ils ne seraient à nouveau que des aventuriers solitaires, partageant un même but mais chassant seul les ténèbres, chacun à leur manière. Elle savait déjà qu'Oryon, Akkan et elle n'étaient plus des dirigeants mais de simples fondateurs, des guides spirituels qui ne pourraient contrôler ceux qui viendraient se joindre à eux. Aussi, avait-elle pensé qu'il serait plus dur de décider d'un foyer commun, d'un lieu de rendez-vous et d'une cache. Elle conclut.

- Puisque nous sommes tous d'accord, il ne nous reste plus qu'à retourner au lac. Je crois me souvenir de longs tunnels qui partaient de la montagne pour arriver jusque sous le lac. Tout ne devrait pas être détruit et je pense que nous pourrons y installer nos bibliothèques et nos équipements. Nous devrons aussi équiper le lieu de forges pour développer les quelques artefacts que nous sommes parvenus à mettre au point durant la guerre. Pour les postes avancés, je crains que nous ne soyons encore trop peu nombreux pour les mettre en place et les tenir, en dehors de celui d'Urû Baen. Mais je pense que tous nous aurons à coeur de parcourir les territoires pour traquer la corruption et repartir au lac pour y faire notre rapport. Cela tiendra lieu pour le moment d'avant-poste, de contrôle du mal et d'ordre de missions.

Elle regarda Oryon et tenta un vague sourire fatigué. Elle sentait en lui la fougue de la jeunesse, la rage de combattre, le désir de ne jamais s'arrêter. Une énergie débordante qui lui faisait maintenant tellement défaut et qui lui rappelait, avec un pincement douloureux au coeur, ses jeunes années et lui faisait prendre conscience encore plus cruellement de tout ce qu'elle avait laissé derrière soi. Il n'abandonnerait pas la lutte, mais quelqu'un ici le ferait-il ? Chacun avait sa lutte, chacun voulait mener son combat. Puis elle regarda Akkan, qui planifiait déjà sa campagne, alliant la lutte à la corruption à la lutte contre la corruption du monde. Et Abysse, au corps de danseuse si tendu qu'il en devenait comme la corde d'un arc prêt à rompre. Elle allait devoir être claire, comme tous l'avait été auparavant. Il fallait qu'elle le soit, pour tenter d'unifier la guilde encore un peu.

- Je ne cesserai pas le combat contre les Premiers Hommes. Elle eut un petit rire qui détendit quelque peu l'atmosphère. Comment le pourrais-je d'ailleurs, même si je le voulais ? Je suis la compagne d'un chef de la résistance, la plus vieille créature magique de ce monde et l'une des plus puissantes. Je brandirais une pancarte danger que ça ne serait pas plus clair pour les Premiers Hommes. Ils me traqueront jusqu'au bout. Mais je pense que le danger qu'ils représentent pour nous est bien inférieur à celui de la corruption.

Elle s'arrêta un instant, cherchant ses mots qui, elle l'espérait, deviendrait ceux de la guilde.

- Je me battrais en mon nom car je ne peux oublier ce qu'ils ont détruit pour moi et pour mon peuple. Pour le peuple des hommes. Mais cela ne doit jamais toucher la guilde car je pense que le combat que nous menons à travers elle est bien plus important. Les Premiers Hommes nous ferons du mal, nous briserons, mais ils ne seront pas les artisans de notre totale destruction. Leur civilisation est néfaste pour nous et non pas chacun des hommes qui la compose. Brisons leur unité et cela ne fera que des voyageurs de plus sur cette terre que nous accepterons comme nous acceptons les autres races. Séparément, ils ne sont que des hommes, comme vous et moi. La corruption est un mal plus profond, plus sournois et bien plus destructeur.

Elle se tourna vers Abysse et accrocha son regard un instant. Elle, peut-être plus que n'importe qui, pourrait comprendre ses paroles. Un peuple n'était qu'un peuple. Elle ne guettait pas son assentiment, pas vraiment. Peut-être voulait-elle simplement ne plus être seule et sentir, l'espace d'un instant, une communion de pensée qui lui manquait tant.

- Cette corruption menace de nous détruire. Tous. Eux comme nous et si nous restons divisés, si nous nous battons contre eux, alors cette corruption gagnera. Devant un mal plus grand deux ennemis doivent s'allier, provisoirement et dans les apparences, pour le combattre. Je pense que la corruption est ce mal plus grand. Mes paroles sont maladroites et n'ont pas le poids que je souhaiterais qu'elles aient. Mais je pense sincèrement que si nous n'abandonnons pas la lutte, au nom de la guilde, nous serons tous voués à disparaître. La guilde devra probablement nous reniés, Akkan, Oryon et moi, et acheter à ce prix une collaboration dont nous avons gravement besoin. Mais je pense que notre objectif est à ce prix et que nous devons dépasser nos luttes humaines pour combattre les ténèbres qui s'abattent sur le monde.

Elle eut un nouveau petit rire, presque sans joie, lorsqu'elle conclut.

- Pour moi ton rôle, Abysse, sera celui d'une catin de luxe. Tu vas devoir acheter une paix relative pour notre guilde et, peut-être, une vague indulgence pour nous trois lorsque nous serons en mission. Des sauf-conduit provisoires sans lesquels nous ne pourrons rien. Je suis sincèrement navrée que tu ais à le jouer mais je ne vois aucune autre solution.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 724
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Mer 14 Mai 2014 - 22:04


Akkan se leva, il semblait usé, mais comme à chaque fois qu'une idée et qu'un objectif se fixait en lui, une énergie soudaine lui donnait la possibilité de continuer à vivre.

- Je suis prêt à jouer le rôle qui me revient que ce soit même si besoin être un indépendant au service de la guilde.

Il ajusta ses habits et les secoua un peu, il se redressa enfin, avant de reprendre :

- Je n'arrêterais pas mon combat contre les premiers hommes, et j'éliminerais tout soldat qui tentera de m'arrêter ou de m'attaquer. Je continuera cette lutte jusqu'à ce que les premiers hommes partent, reconnaisse les autres races et cessent leur domination ou meurt jusqu'au dernier.

Enfin il se calma :

- Je suis prêt à accompagner la ou les personnes qui iront chercher notre futur refuge à Dras. Par ailleurs, je compte dès notre refuge trouvé, continuer à voyager et trouver un remède afin de soigner notre monde et les habitants qui le compose.

Il parcouru l'assistance du regard :

- J'aimerais aussi exterminer ses créatures, mais je pense réellement que mes talents aideront davantage mon environnement et les gens.

Il grimaça au souvenir de l'état de son père adoptif qu'il avait rencontré dans l'arène de Sombrenef. Ce souvenir avait gravé en lui de manière définitive son combat contre la corruption aussi bien que contre les premiers hommes et leur sauvagerie. Dire qu'il le considérait comme une bête sauvage ...


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2466
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://abysse-yclette.deviantart.com/


Abysse Yclette
Représentante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos | Ven 23 Mai 2014 - 18:05


Les sourcils froncés, la mine soucieuse, Abysse écoutait. Son regard allait et venait sur les personnes assises autour de la table. Elle comprenait les raisons qui les poussait mais elle ne pouvait les rejoindre. Elle pouvait simplement les accepter et tenter d'agir au mieux. La remarque d'Ellenwen lui tira un sourire, effaçant temporairement ses inquiétudes. Elle haussa les épaules, l'air amusée.

- On peut dire ça, répondit-elle dans un souffle.

Elle avait toujours agit dans l'ombre, préférant la quiétude des coulisses aux lumières aveuglantes de la scène. Voilà qu'elle se jetait spontanément en avant, sacrifiant l'anonymat qu'elle avait tant chéri. A présent, elle devrait œuvrer auprès des Premiers Hommes sans jamais trahir les siens. La jeune femme se jetait dans une partie bien périlleuse.

Mais je n'ai guère le choix. Pour leur bien. Contre la corruption.

Elle plissa les sourcils, laissant la discussion continuer son fil. Chacun exposait ses intentions. Enfin, elle posa les mains à plat sur la table et se redressa, profitant d'un silence pour s’immiscer dans la conversation.

- Nous combattrons chacun à notre manière et dans la mesure de nos capacités. Je fais le serment de me battre sans relâche contre la corruption et de protéger l'Alagaësia de celle-ci. Je me battrai pour chacun d'entre vous également.

Si elle ne pouvait prendre les armes contre les Premiers Hommes, elle pouvait au moins soutenir ceux qui les affrontaient. Un spasme agita ses mains qu'elle dissimula en les serrant l'une contre l'autre.

- J'irai à Gil'Ead. Nous y installerons notre façade.

Et je serai seule, encore, voulu-t-elle d'ajouter. Elle eu un sourire encourageant ; gardant ses préoccupations pour elle. A présent, elle jouerai le rôle qui lui échoyait et elle chasserait sans aucune pitié la corruption.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: L'Equilibrium dans le chaos |


Revenir en haut Aller en bas

L'Equilibrium dans le chaos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Aberon-
Ouvrir la Popote