AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Pas facile de vivre ailleurs que chez soi! [pv Akkan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 23
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Srigmael
Message Sujet: Pas facile de vivre ailleurs que chez soi! [pv Akkan] | Mer 7 Mai 2014 - 3:57


Bon, il était temps de faire le point.

Voilà à peu prés quelques jours que Srigmael se trouvait sur les terres de la cité d'Abéron. A dessein? Hum, pas tout à fait, disons plutôt qu'il avait simplement suivi les gens battant la campagne jusqu'à tomber sur la première ville en dehors des Beros. Il avait eut envie de voir autre chose que des montagnes. Pas qu'elles ne soient pas intéressantes, il avait encore un tas d'idées intéressantes à develloper à leur propos, mais à force d’entendre parler du reste du monde, il avait eut envie d'y aller voir de plus prés. Et puis il avait quelques expériences en cours à laisser trainer un peu avant d'y revenir, c'était toujours amusant de voir comment les choses pouvaient se passer en votre absence. Du coup, un peu de promenade ailleurs lui avait semblé judicieux. Seulement voilà. Il ne s'était pas vraiment attendu à faire face à un souci mineur prenant ici des proportions majeures: il était mort de faim!

C'est vrai que dans les montagnes, il n'avait pas eu ce genre de problèmes au moins. Un petit nain "arrangé" par-ci, une plante un peu plus "évoluée" que les autres par là et il tenait largement de quoi se rassasier. Tandis qu'ici....il n'avait rien à se mettre sous la dent! Il y avait bien de ces humains, là, ces petits êtres tous roses qui courraient partout, mais ils avaient une saveur vraiment abominable! Bon, après, ils auraient certainement meilleur goût s'il s'occupait de les améliorer en personne...mais il avait bien qu'il ne pouvait pas faire ça. Pas dans un endroit si visible en tout cas, il savait ce qui pouvait venir traquer ses précieuses créations s'il se laissait trop aller à propager ses dons aux alentours. Raison pour laquelle il continuait de voyager constamment...Mais du coup, comment trouver de la nourriture comestible dans ce fichu monde? Tout cela était décidément bien mal fait, à se demander qui avait à ce point bâclé le travail.

Alors, il y avait bien ces choses que les humains avaient l'air de manger dans leur assiettes. De loin, ça avait l'air de ressembler vaguement à de la viande, peut-être à meilleur goût celle-là? Mais le souci était alors pour Srigmael: comment s'en procurer? Alors oui, bon, il y avait évidement la solution de facilité. Mais le stryge trouvait largement indigne de lui de s'en prendre à du pauvre bétail pour seulement leur voler leur nourriture. Un peu de dignité quoi, mince! De ce fait, il se retrouvait à être un stryge digne, mais affamé. Qu'importe, il finirait bien par savoir comment ces humains faisaient pour avoir ces aliments là. Bien que pour l'instant, ce ne soit guère concluant. Tous ceux qu'il avait pu observer dans les environs ne faisaient que creuser la terre à longueur de journée. Hors, Srigmael savait bien qu'on obtenait rien de mangeable juste en creusant, c'était évidant. En tout cas par chez lui ça ne marchait pas comme ça. Et puis il avait essayé une fois seulement de son coté, ça n'avait pas marché. Il y avait bien sinon ces créatures assez étrange à l'air inutile que les humains parquaient dans des enclos. Mais là aussi, le dilemme était présent: il n'allait tout de même pas prendre l’animal de compagnie d'un animal de compagnie, non? Et puis il voulait tacher d'attirer le moins possible d'attention sur lui. Hors éventrer et dévorer ces bestioles tout le long de son voyage ne semblait pas faire parti des mœurs locales. Du coup, comment diable faisaient donc ces humains quand ils se rendaient ailleurs que chez eux? Tout cela était bien mystérieux...

Résultat, le constat n'était pas brillant. Un jeune elfe à l'apparence agréable, à la longue chevelure dorée et aux grands yeux grisés, au corps fin et au visage souriant, le tout pourtant largement gâché par des traits tirés dues à la malnutrition, des cernes de fatigue, des habits plus que crasseux (de facture paysanne, hérités sur les sujets de sa tentative d’anthropophagie) et en lambeaux. Il se trouvait échoué sur les abords d'une route de terre battue, soigneusement évité par les quelques passants, quand ils daignaient même prendre note de son existence. Lui regardait tout cela d'un air noir, complétement avachi, se demandant si finalement, on ferait grand cas d'une disparition soudaine d'une de ces fameux chariots et surtout de leur force motrice. Et plus le temps passait sans qu'une autre alternative viable lui vienne en tête, plus il se sentait faiblir pour l'idée...



Beyond a world of darkness
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 725
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Pas facile de vivre ailleurs que chez soi! [pv Akkan] | Ven 9 Mai 2014 - 22:26


Akkan était en avance pour la réunion à Aberon, pour une fois il pourrait s'octroyer du temps en ville pour flâner et peut-être aller faire un tour à la forge du quartier sud. Il espérait profiter de ce temps libre si rarement accordé ces derniers temps, ces dernières semaines avaient été rudes et sa courses effrénés vers le sud loin des premiers hommes l'avait laissé exténués et surtout il se ressentait encore de l'arène et du combat qu'il avait mené. Il espérait que ses compagnons s'en était aussi bien sorti que lui depuis leur séparation.


Suite à la course-poursuite qui avait eu lieu suite à leur évasion, il avait chercher chez le premier tailleur venu les vêtements à même de le dissimulé, il avait pour cela fallut voler, tout information le concernant devait se vendre à prix d'or et il ne souhaitait en aucun cas être poursuivit sur tout le trajet.


Il avait trouvé un masque blanc tel que les elfes en mettaient pour les deuils et emprunter une cape qui aurait donner l'impression d'être l'une de celle porté par le beau peuple. Ainsi il se fait passer pour un elfe qui portait le deuil. Dissimulant quasiment entièrement son apparence étrange.



Il en était là de ses réflexions quand son regard croisa celui d'un elfe si maigre et dans une situation bien pire que la sienne et il eut un mouvement pour aider un compatriote qui devait bien se sentir seul à Abéron, cette cité avait accueillit plus de nains que d'elfe suite à la guerre. Il semblait si déplacer à cette entrée et complètement désorienté. Ce fut sans doute cette situation qui décida le semi-elfe à l'aborder.


Il s'exprima en ancien langage afin de faciliter la conversation :


- Bienvenu à toi, que ton chemin s'éclaire.


Devant l'incompréhension manifeste de l'elfe, il reprit en langage courant :


- Bonjour l'ami, tu as besoin d'aide, tu sembles avoir bien besoin d'une boisson et d'un repas chaud, accompagne-moi et je t'offrirais les deux.


Il lui fit signe de le suivre.


Revenir en haut Aller en bas

Pas facile de vivre ailleurs que chez soi! [pv Akkan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Par delà les Murs-
Ouvrir la Popote