AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

La loi du plus fort (2P2S)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 204
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: La loi du plus fort (2P2S) | Mar 3 Juin 2014 - 6:33



la loi du plus fort

Composé par Laïaga



« Allez avancez, sacs à merde, plus vite au nom de Mastaï ! »

Harald fit claquer son long fouet au-dessus du sol, sans toucher personne, juste pour que les esclaves sachent ce qui les attendait s'ils continuaient de lambiner comme les alagaësiens impotents qu'ils étaient. Il partit d'un grand rire en voyant leurs regards terrorisés tournés vers lui. Et son fouet. Qu'est-ce qu'il aimait ces regards d'animal blessé !
Harald n'avait jamais été très porté sur l'amour et la paix universel. En fait c'était un connard. Mais un connard efficace. Leur petite troupe avait quitté Dras Leona dix jours plus tôt, et ils avaient dépassé la cité détruite de Gil'ead la veille. Maintenant, ils longeaient le lac Isentar par l'ouest, et ils n'étaient plus qu'à quelques heures du point de rendez-vous avec le gros de la troupe.

« Plus vite j'ai dit ! »

Cette fois le fouet s'abattit sur le dos d'un des frêles autochtones qui traînait la patte et prenait du retard. L'homme poussa un cri mais pressa le pas en titubant. Harald grogna et se retint de frapper l'esclave à nouveau. Les humains faibles et fragiles de cette partie du monde le dégoûtaient tellement qu'il éprouvait un plaisir presque sexuel à les battre, à les forcer à être des hommes, il en avait une trique d'enfer ! Mais les esclaves abîmés travaillaient moins bien, alors le Premier Homme se retint, et talonna plutôt sa monture pour remonter jusqu'en tête de colonne.
Même chez les Premiers Hommes, Harald avait de drôles de fantasmes.


<><><><><>

« Et ben enfin ! fit Arwed en crachant par terre, quand il vit enfin les étendards rouge apparaître à l'horizon. Elles ont pris leur temps nos petites putes. »

Son état-major partit d'un rire gras, que le général reprit de bon cœur. Sa troupe et lui attendaient à l'embouchure du fleuve Ninor dans le lac Isentar depuis quatre jours déjà, et la troupe commençait à être à cran. Ils avaient été mobilisés ici pour former la garnison du fort du nord, qui devrait plus tard porter la guerre aux confins les plus boréaux de l'Alagaësia pour enfin en déloger les poches de résistance qui se terraient dans la Crête et les restes calcinés de leur immense forêt, le Du Weldenvarden.
Mais pour l'instant, il n'y avait pas de fort, rien que les tentes de la troupe d'Arwed, ça se la touchait sévèrement parmi l'armée, et les Premiers Hommes, pour rudes et durs à la tâche qu'ils soient, avaient du mal à encaisser l'inactivité dans le calme. Ce qui expliquait peut-être pourquoi ils cherchaient à conquérir le monde entier, mais ça, c'est une autre histoire !

« On devrait aller à leur rencontre ? fit un des lieutenants.
- Ouais, ouais, répondit Arwed. Ouais. Bon, qui c'est qui a les plans les gars ? Ah... merci. Bon ! Stig et Stigand ! Allez me répartir les hommes comme il faut, dés que le camp est monté on part en campagne !
- Deux groupes d'éclaireurs vétérans pour aller repérer la forêt en cendres et la Crête, comme on en avait parlé ?
- Ouaip, rétorqua le général, et les autres resteront défendre. On va leur apprendre, avec leur guérilla de merde, comment se battent les vrais hommes !
- Hé ! fit Oda, la seule femme de l'état-major d'Arwed, quoi qu'on venait facilement à l'oublier.
- Ouais ouais ouais et les vraies femmes aussi. Allez en route les gars ! »

Et Arwed, accompagné de ses lieutenants – sauf Stig et Stigand, les inséparables, qui allèrent rameuter les troupes et commencer leur entraînement – partit à la rencontre de ses renforts et surtout de ses travailleurs forcés qui allaient bâtir le fort.


<><><><><>

« Si seulement on avait une occasion de s'enfuir... »

C'était un des esclaves qui avait dit ça. Il était grand et large d'épaule, imposant, mais son air abattu et résigné enlevaient à cette impression. Le chantier avait débuté deux jours plus tôt, dés l'arrivée de Harald et de ses esclaves. Ils en étaient encore à poser les fondations, mais le chantier était déjà un enfer pour les alagaësiens.

« Ouais, ça serait pas mal hein, fit un autre esclave, une femme frêle aux cheveux blonds, avec un petit rire. Mais bon faut pas rêver on est au beau milieu de leur camp. Ils nous écharperaient, et surtout l'autre sadique, il y prendrait son pied.
- Pfff, fit le grand esclave désabusé. T'as raison. »

Il brisa la miche de pain noir qu'il avait entre les mains, la pitance du soir que les Premiers Hommes distribuaient aux esclaves, et croqua sans conviction dans le morceau qu'il avait arraché. Le pain était trop dur et fade. Et puis l'envie de vivre manquait vite, pour les esclaves alagaësiens.

« N'empêche, reprit-il, toujours de sa voix éteinte. Il faudrait qu'on réfléchisse à un moyen de s'échapper. Faire un plan, 'voyez les gars ?
- Non. »

C'était Lohan qui avait parlé. Lohan, c'était le petit gars frêle que Harald avait gaîment fouetté deux jours plus tôt, avant l'arrivée au campement de la Première Armée, vous vous rappelez ? Et bien il l'a un peu mal pris. Et les discussions devenues habituelles de plans d'évasion utopiques que tenaient les esclaves régulièrement le lassaient.

« Non, je crois pas, reprit le frêle jeune homme. Je crois pas qu'on va s'enfuir. Je crois plutôt qu'on va tous les buter, jusqu'au dernier, jusqu'à ce qu'on les terrorise tellement que les survivants s’enfuiront d'Alagaësia la queue entre les jambes. »

Dans le genre utopique ça se posait là, plus encore que les plans d'évasion. Et pourtant c'était dit avec une telle haine, froide et contenue, mais effroyable, que les autres ne trouvèrent pas le cœur de détromper le petit Lohan. Il s'en trouva même quelques uns pour y penser sérieusement.

« Tous les tuer. » Répéta le jeune homme d'une voix sourde.




Lisez l'annonce HRP pour plus d'informations



Revenir en haut Aller en bas

La loi du plus fort (2P2S)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Par delà les Murs-
Ouvrir la Popote