AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

L'arbre aux pendus (2P2S)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: L'arbre aux pendus (2P2S) | Ven 13 Juin 2014 - 9:16






l'arbre aux pendus




Avec Garnyiss, dans le nord, au camp de la Sangre.


Le cheval s’arrêta docilement devant les joueurs, attirant le regard de certains curieux. Le maître Bastezic n’était pas autour de la table, les autres soldats avaient appris à leurs dépends que l’homme était aussi habile aux cartes qu’il l’était à l’épée - et non moins roublard. Faute de pouvoir battre le carton avec la soldatesque, il était plongé dans une intense conversation avec le dénommé Garnyiss, un métèque issu du désert et de ses sables dansants. Les deux hommes étaient arrivés depuis une poignée de semaine mais n’avaient pas encore pu voir le prince. Ce dernier avait montré une soudaine résistance aux entraves qui liaient son esprit et Lise avait dû renouveler le carcan mental, prétextant un mal contagieux pour le soustraire à la compagnie de son état-major et écraser son sursaut de volonté.

« Vingts hommes ! Arguait-il. Des types pas maladroits, pas cons et qui n’ont pas froid aux yeux. Voilà ce qu’il faut pour prendre ce putain de géant rafiot. Face à une forteresse, l’infiltration et l’action discrète sont plus efficaces qu’une armée ! »

Lise sourit et fit avancer un peu plus sa monture en lançant :

« Méfiez-vous Ernst, si le prince vous entendait il serait capable de vous accorder cette expédition et même de vous en donner le commandement.
- Et donc ? Répliqua l’assassin. Il posa la main sur l’épaule de son voisin et continua : ne savez-vous pas que nous avons pu traverser les territoires conquis et échapper aux hordes mastaïotes alors même que nos mouvements se trouvaient lestés d’une encombrante prisonnière ?
- Je ne dénigre pas votre habileté mais j’estime qu’il serait regrettable de risquer la vie d’un élément de votre valeur dans ce genre d’opération ! Une moue moqueuse étira ses lèvres. Cela dit si vous souhaitez en convaincre messire Gaspard, profitez-en, il vous réclame. »

Le spadassin sauta sur ses pieds et étira ses membres gourds avant de lancer à son compère :

« Désolé ami, nous reprendrons cette conversation plus tard. Il tourna la tête vers Lise : Venez-vous ?
- Non, j’ai d’autres ordres. »

Un sourire mauvais passa sur le visage du bretteur.

« Adieu alors, sorcière ! »

Et il s’en alla d’un pas vif. Lise le suivit du regard jusqu’à ce qu’il disparaîsse derrière une tente, au bout de l’allée. L’ascension de la jeune femme dans les sphères du pouvoir n’était pas passée inaperçu. La plupart des gens se contentaient d’en parler entre eux, émettant divers hypothèses comme on compose des ragots. Certains avaient même tenté de s’élever contre elle mais Gaspard avait tôt fait de condamner ces gens. Néanmoins les murmures ne s’étaient pas taries pour autant, bien au contraire - même si Ernst était le seul à les énoncer à voix haute face à l’intéressée. Lise ne savait pas si il y croyait lui-même. À vrai dire il y semblait indifférent et elle suspectait qu’il s’amusa simplement de ces sarcasmes féroces.

La gardienne se tourna vers Garnyiss et croisa son regard perçant. Elle le soutînt un instant avant de finalement briser le silence :

« Le prince vous prie de l’excuser, des affaires de l’importance la plus grave occupent son attention et l’empêchent de vous honorer comme il le souhaiterait. Il m’a néanmoins demander de vous faire bon accueil en attendant de pouvoir s’entretenir lui-même avec vous. »

Elle se tourna vers les quelques gardes qui l’escortaient et fit un signe de la main. Un homme se détacha du peloton, tirant un cheval blanc par la bride.

« Que diriez-vous d’une petite balade, messire ? » Proposa-t-elle avec un sourire.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10941
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: L'arbre aux pendus (2P2S) | Mer 18 Juin 2014 - 11:00


Garnyiss haussa un sourcil dubitatif aux propos enflammés de Bastezic. Non pas qu'il désapprouvât l'idée générale mais au vu des informations dont il disposait, telle expédition fleurait bon le doux parfum du non retour. Il ouvrit la bouche, prêt à demander à son comparse comment il comptait savoir les têtes à prendre en otage – ou à faire voler – et prévoir les réactions de la belle tripette de fanatiques guerriers qui occupaient la nef. S'ils étaient aussi allumés que certains au Hadarac, les ébranler risquait de demander à ces vingt hommes là bien plus qu'il n'était humainement possible.


L'apparition d'un joli minois juché sur sa monture vint néanmoins couper court à toute discussion à ce sujet. Garnyiss observa du coin de l'oeil la jeune femme alors qu'elle devisait à son tour avec Bastezic. Des rumeurs à son sujet, il en avait entendu à foison lors de ses infortunes aux dés ou aux cartes, certaines aussi romantiques que d'autres se révélaient sinistres et empreintes de complots alambiques. Se forger sa propre opinion lui avait dès lors paru comme l'option la plus sage, la garder  ensuite pour lui une évidence. Inutile de rajouter des éléments de la Sangre sur la liste des personnes désireuses de lui faire passer un mauvais quart d'heure.

La main de Bastezic sur son épaule ramena Garnyiss à des préoccupations plus immédiates. Allons donc ! Il n'était pas en train d'essayer de forcer un peu le trait ? Cela n'empêcha pas Garnyiss d'appuyer les dires de son compère d'un hochement de tête approbateur.


" A la prochaine alors ! ", fit-il au spadassin alors que celui s'éloignait déjà, non sans une dernière pique à l'adresse de la jeune femme. Elle ne broncha curieusement pas le moins du monde. Fallait-il en déduire la force de l'habitude ? Rien n'était moins sûr, songea Garnyiss tout en fixant l'intéressée avec un peu plus d'insistance que la politesse l'aurait voulu.



" Lorsque vous le verrez, dîtes lui qu'il est tout excusé ", lui assura-t-il avec un léger sourire. Ses années à la tête du Nomins Ageati ne lui avaient que trop bien appris à quel point le temps manquait toujours lorsqu'on en avait le plus besoin. Surtout si quelque mal en profitait pour prendre ses aises.


Suite à quoi la jeune femme lui proposa d'aller faire un petit tour à cheval, invitation que Garnyiss accepta avec plaisir. Changer un peu d'air lui ferait du bien et il tenait là une occasion en or d'en savoir un petit peu plus sur son hôtesse. Au-delà de ses relations avec Gaspard, quelque chose d'autre en elle l'intriguait. Plus il la regardait et plus il ne pouvait s'empêcher de penser à la Chimère, cette mystérieuse femme que Bayrön lui avait amené en même temps que Sin'Saïan – un véritable petit cadeau empoisonné que ce trio infernal. Se pouvait-il que les deux soient liées ? Ou fallait-il mettre cette impression sur le compte de son esprit vagabond ?


Presque machinalement et accaparé par toutes ces pensées, le mercenaire ramassa Tranchenuit, jusqu'alors sagement appuyée contre son siège de fortune, en sangla le fourreau dans son dos avant d'enfourcher le palefroi blanc. Hors de question pour lui de quitter l'abri des tentes de la Sangre sans son arme, fut-ce pour une simple promenade…



Les tentes se firent plus éparses à mesure qu'ils avançaient vers les abords du camp. Les


" C'est une belle armée que le Prince est parvenu à conserver, en fin de compte ", commença-t-il dans une magnifique démonstration de ses talents en entame de conversation. " C'est une pitié que nombre de ces hommes n'aient plus ni terres ni familles…"


Ou un atout considérable que de plus avoir ce moyen de pression là entre les mains de l'ennemi. Que leur restait-il à quoi s'accrocher ou puiser une ardeur supplémentaire sinon leurs souvenirs, l'espoir tenu d'une paix illusoire et leur prince ?


" Enfin !", soupira-t-il," On ne peut ni défaire le passé ni se retourner constamment en arrière… D'ailleurs, comment se porte le Prince ? J'ai entendu dire qu'il était souffrant à notre arrivée ? Vous êtes sans doute mieux placée pour m'informer à son sujet qu'une ribambelle de commères…"


Pris dans leur ensemble, ils ne détaillaient pas un tableau des plus glorieux. L'avis de son hôtesse l'aiderait peut-être à faire la part des choses.









Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: L'arbre aux pendus (2P2S) | Dim 22 Juin 2014 - 17:32



« Il est rétabli, répondit aimablement la jeune femme, les vents du nord portent des fièvres tenaces mais le prince l’est encore plus. À vrai dire, quand son mal ne le tiraillait pas il était plus inquiet du temps perdu que de sa santé. Mais mieux vaut être en retard plutôt que terrassé par la maladie, d’autant plus que le seigneur peut compter sur son état-major pour le suppléer. »

Son regard se perdu un instant en arrière, dans l’enfilade de tentures délavées qui étalaient d’un pinceau sale les couleurs de la noblesse nostroise sur le paysage hivernal.

« La question qui se pose actuellement messire, reprit-elle en se tournant vers son interlocuteur, c’est de savoir sur qui d’autre il peut compter. »

Elle sourit et fit signe aux gardes pour qu’ils dégagent la voie. Le camp de la Sorgne n’avait pas vocation à rester longtemps à la même place mais il convenait d’assurer un minimum de défenses pour palier à toute éventualité. Ces dernières étaient composées de fossés, de murets et de barricades, hérissés de pieux et même parfois garnis de ronces. Pas de quoi arrêter une armée mais assez pour stopper les gênes moindres. Les menaces plus importantes étaient guettées depuis de nombreux postes d’observation avancées. Ces guets quadrillaient un large terrain autour de l’armée. Les accès au camp demeuraient clos la plupart du temps et ne s’effaçaient que pour laisser passer les patrouilles.

Lise et Garnyiss étaient accompagnés d’une cinquantaine de cavaliers, les patrouilles ne dépassaient que rarement la douzaine d’hommes. La sorcière s’expliqua donc auprès de son invité.

« Nos éclaireurs ont rapporté la présence d’une troupe de Premiers Hommes qui s’approche de notre territoire, dit-elle, ils ne sont qu’une vingtaine mais le prince les veut vivants. J’ai pensé qu’un surplus d’effectif ne serait pas de trop. »

La troupe passa le point d’accès en rang et partit au trot sans rompre la formation. Il s’agissait de soldats chevronnés, rompus aux exercices militaires après avoir traversé les différentes guerres qui avaient agité le nord du Saint Empire Léonien.

Lise reprit la parole :

« Le prince se souvient des bons rapports qu’il a pu entretenir avec Garnyiss Bar’h’Ahïn des Sables Dansants. L’Alagaësia a traversé deux guerres depuis cette douce époque. La dernière a englouti la Nostrie et soumis l’Alagaësia mais Gaspard se tient toujours debout, prêt à combattre pour le salut de ceux qui l’ont suivi, pour venger le peuple Nostrois et pour faire valoir son bon droit. »

Elle s’interrompit alors que la troupe pénétrait dans le Gris-Bois, le dédale cendreux des arbres consumés par les incendies qui avaient condamné des lieues entières des verdoyantes forêts elfiques.

« Voilà où cette sombre époque nous a mené, poursuivit la Gardienne, qu’en est-il de vous messire Bar’h’Ahïn ? Et qu’en est-il de vos Sables Dansants ? »

C’était un joli pavé qu’elle jetait dans la mare, l’homme pourrait aussi bien préférer s’en entretenir directement avec le prince plutôt que de se livrer à une magicienne. Mais Lise n’avait pas vraiment de temps à perdre et voulait pouvoir juger rapidement de la valeur des gens qui s’approchaient de son pion.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10941
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: L'arbre aux pendus (2P2S) | Jeu 26 Juin 2014 - 19:09


Méfiance ! La jeune femme avait l'oreille de Gaspard – voire plus si l'on prêtait foi à certaines rumeurs – et ses propos seraient sans le moindre doute rapportés au principal intéressé. Garnyiss le pensait suffisamment raisonnable pour ne pas s'offusquer d'une quelconque divergence d'opinion sur ses ennemis tant qu'elle ne fleurait pas le soutien à ceux-ci. Serait-ce cependant le cas si l'on parlait des Premiers Hommes, responsables de la triste situation du Prince ? A défaut d'un face à face, il était bien difficile au mercenaire de se faire un avis là-dessus…



" Si c'est des Premiers Hommes dont vous parlez, je ne les apprécie guère. Vous ne me verrez pas enfiler spontanément mon armure étincelante, enfourcher mon cheval blanc et partir en croisade contre eux à un contre mille sur la base d'une liste longue comme le bras de défauts et d'un unique grief personnel."



Pourquoi le devrait-il d'ailleurs ? L'un dans l'autre, ils ne différaient guère  des hommes de quelque souverain alagaësien. Convaincus du bien fondé de la moindre de leurs actions. Bien sûr, ils avaient fait couler le sang, comme n'importe quelle armée l'aurait fait et, au final, imposé leur propre loi. Ni plus ni moins que la dure loi de la guerre et non un motif pour haïr à ce point. Le mercenaire était fort conscient que son avis ne ferait pas l'unanimité en temps normal, encore moins au beau milieu d'une petite troupe remontée comme une pendule à l'encontre des Premiers Hommes.



" Ce n'est peut-être pas la réponse que vous espériez ", poursuivit-il en guettant sur le visage de son hôtesse la moindre réaction qui pourrait trahir ses pensées. " Mais j'espère qu'elle ne surprendra pas le Prince. Vous pouvez me qualifier de sans-cœur à loisir mais je préfère éviter de partir dans des sentiments extrêmes pour tel ou tel parti. Je n'ai pas besoin de ce genre d'aide pour creuser ma propre tombe."



A plus forte raison lorsqu'aucun engagement ne vous liait déjà à l'un ou l'autre des deux partis. Comment bien faire son travail lorsque votre cœur était acquis à la cause adverse ? Garnyiss aurait été curieux de connaitre la réponse.



" La chose vaut également pour les Sables Dansants, qu'importent les préférences personnelles de chacun. " Enfin, pas tout à fait, songea-t-il. Certains parmi le noyau de fanatiques ne considéraient pas les adorateurs d'une autre divinité guerrière que la leur d'un œil tout à fait indifférent. Ils mourraient d'envie de prouver à la face du monde – et surtout à celle des Premiers Hommes – la toute puissance de la Dame. Fort heureusement, ils avaient d'autres chats à fouetter pour le moment. Enfin, ni Gaspard ni ses subordonnés n'avaient à le savoir. " J'ignore à quel point le Prince est informé de ce qui se passe dans le Hadarac et ses frontières orientales mais les Premiers Hommes n'y sont pas l'unique préoccupation et nous avons déjà de quoi nous occuper sans eux. Suffisamment en tout cas pour que nous soyons indépendants vis à vis de ce côté-ci du Hadarac."



On  ne pouvait pas non plus dire que toute l'Alagaësia se bousculait au portillon dans une cohue invraisemblable pour s'arracher à prix d'or les services des Sables Dansants. Les Premiers Hommes devaient sans doute avoir leur fierté à eux et leur invasion avait du laisser plus d'un seigneur sur la paille ou lui ôter tout envie de jouer avec le feu…



" Enfin !  Ce serait mieux de discuter plus avant des implications des Sables Dansants en compagnie du Prince lui-même, ne trouvez-vous pas ? ", demanda-t-il, indiquant par là qu'il n'en dirait sans doute pas plus à ce sujet, tout vague qu'il fut resté. Il estimait en avoir déjà dit suffisamment et préférait rentrer dans le vif du sujet avec Gaspard lui-même plutôt que de passer par une intermédiaire, même ravissante.



Garnyiss laissa errer son regard de troncs noircis en troncs noircis. La désolation s'étendait à perte de vue en un tableau d'une monochromie désespérante et d'un silence pesant, troublé seulement par le son étouffé des sabots dans la cendre. Un corbeau les héla d'un croassement sonore avant de s'envoler.



" Maintenant que vous avez presque tout sur moi ", commença-t-il sur le ton de la plaisanterie, " Peut-être pourriez vous m'expliquer pourquoi vous m'avez embarqué dans cette opération-ci ? je n'ai pas encore signé pour le Prince."








Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: L'arbre aux pendus (2P2S) | Mar 1 Juil 2014 - 6:53



Lise allait répondre mais elle s’interrompit au signe du cavalier de tête et attendit que les signaux d’usages soient échangés avec les guetteurs. Quand la colonne se remit en marche, elle reprit la parole d’une voix claire :

« Je tiens à éviter tout quiproquo. J’ai dit les armées nostroises étaient prêtes à affronter ses ennemis mais ne pensez pas que le prince soit orgueilleux au point de se jeter avec ses hommes dans une bataille perdue d’avance. Gaspard est un homme patient, il préfèrera se faire discret et attendre son heure pour frapper le coup le coup le plus dur à l’instant le plus propice. »

Elle sourit à nouveau avant d’ajouter :

« Aussi, pour reprendre vos propres mots, il ne vous demandera pas de partir en croisade à son compte. Le prince prête une grande valeur aux vies de ses alliés et respecte leurs… »

Elle s’interrompit et fronça les sourcils. La colonne déviait de sa trajectoire initiale.

« Excusez-moi un instant. » Glissa-t-elle à l’adresse de son interlocuteur.

La jeune femme étira sa conscience jusqu’à la tête de file et effleura l’esprit du chef de sa garde. Elle sentit ce dernier élever ses défenses mentales en hâte avant de finalement reconnaître l’emprunte spirituelle de la magicienne.

* Que se passe-t-il, demanda-t-elle, pourquoi ce détour ?
- Les éclaireurs nous ont rapporté que l’ennemi avait obliqué vers l’est. À ce rythme on ne pourra pas les rattraper à temps pour une embuscade, il faudra les cueillir prudemment.
- Faites au mieux. *

Elle se retira de la conscience de l’officier et croisa le regard de Garnyiss.

« Petit changement de plan, déclara-t-elle, l’ennemi a changé de direction. »

Elle se tut un instant, cherchant soigneusement ses mots et continua, à l’adresse de l’étranger :

« Vous m’avez demandé ce que vous faisiez ici, voilà la raison : je souhaitais vous montrer l’expérience des forces nostroises. Vous n’aurez pas à dégainer votre épée si vous ne le souhaitez pas, ces hommes se chargeront de tout. Si malgré ça vous préférez partir et attendre au camp que le prince puisse vous recevoir, vous en avez pleine liberté. »

Son regard se reporta vers l’avant tandis qu’elle concluait :

« Je vous l’ai dit messire, le prince cherche à savoir sur qui il peut compter. J’ai pensé que vous pourriez avoir le même vœu. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 10941
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Garnyiss
Message Sujet: Re: L'arbre aux pendus (2P2S) | Mer 9 Juil 2014 - 14:01


Les rumeurs n'avaient pas épargné Gaspard, loin de là. Elles en avaient fait un être puant et sans fierté. Orgueilleux au point de défier son suzerain et tout aussi lâche lorsqu'il avait fallu choisir de partager le destin des armées léoniennes. Contes de fée écrits par d'amers vaincus ou pure vérité ? Si Lise marqua un demi-point en faveur des premiers, les souvenirs de Garnyiss quant à sa dernière rencontre avec le prince le complétèrent.


L'homme était intelligent pour sûr. Retors et patient ?  Tout semblait l'indiquer. Le simple fait que la Sangre existe encore et ne soit pas réduite à un amas de corps déchiquetés depuis belle lurette sous les haches de Premiers Hommes constituait l'un des témoignages les plus vibrants au portrait dressé par la jeune femme. Sans doute était-il loin d'être aussi rose mais Garnyiss se montra tout disposé à s'en contenter. Le temps de cette petite incursion tout du moins…



Il laissa ainsi Lise poursuivre sans en silence, jusqu'au moment où il la vit froncer les sourcils. D'un hochement de tête, il lui indiqua que ses excuses étaient toutes acceptées, s'interrogeant dans le même temps sur l'origine de cette subite contrariété. Le mercenaire tira légèrement sur les rênes de sa monture et observa son interlocutrice en l'attente d'une réponse qui ne tarda guère et laissa partagé.



« J'apprécie votre prévoyance »,admit-il, bien qu'une partie de lui-même aurait préféré être informée des tenants et aboutissants avant de se mettre en selle. Enfin ! Ce n’était pas non plus comme s’il s’attendait à une ballade romantique au milieu d’un champ de guimauves,  parsemée d’échanges dégoulinants de bons sentiments. L’intention était, de plus, fort louable. Elle valu même à Lise quelques points supplémentaires dans son estime.


« Ce n’est pas souvent que l’on fait preuve d’autant de considérations à notre. Je ne doute pas un seul instant des compétences de l’armée Nostroise »  –  Gaspard n’aurait sans doute pas pris le risque d’affronter l’armée impériale armé de la seule certitude d’être dans son bon droit – « Mais je me ferai un plaisir d’honorer une si rare invitation. »



Garnyiss cala l’allure de sa monture sur celle de la petite troupe, son regard glissant dans la direction où se trouvait vraisemblablement le groupe de Premiers Hommes. Dans quelle mesure la Sangre était-elle informée du moindre fait et geste au sein de ces étendues de cendres ? Allait-elle plus loin encore ? Il était bien trop tôt pour qu’il puisse espérer obtenir de quelconques informations sur un sujet aussi crucial et c’était bien mieux ainsi. En aurait-il eu un aperçu plus vaste qu’il n’aurait plus tout à fait considéré Gaspard de la même manière.



« Et bien, il est temps de voir ce que ces premiers messieurs ont dans le ventre. »



Quant à savoir s’il dégainerait ou non son épée, il laissait au futur le soin d’en décider. Sa seule certitude venait du fait qu’il laisserait aux gradés Nostrois leur mainmise sur le déroulement de cette opération.








Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: L'arbre aux pendus (2P2S) | Jeu 30 Oct 2014 - 17:42



Lise sourit poliment et hocha la tête sans rien ajouter. La proximité entre les gris et la patrouille chassée ne cessait de s’accroître, faisant de son silence une réponse des plus naturelles. Elle n’en était pas à sa première rencontre avec ces barbares d’outremer, loin de là. Elle avait vu leur attaque sur Urû’baen, elle avait survécu à l’une de leur embuscade, elle avait subi leur occupation à Gil’ead. Mais à cette époque-là, elle n’était pas seule, pas un instant. Quelqu’un était là pour protéger ses arrières et la tirer des situations les plus périlleuses.

Une main levée en tête de colonne la tira de ses pensées vagabondes. La moitié des hommes descendirent de leur monture tandis que le chef de troupes s’approchait de la magicienne.

« On y est, souffla-t-il, ils nous repèreront dès qu’on s’avancera davantage à cheval. Il y a une vingtaine d’individus, comme prévu. »

Lise soutînt un instant le regard de l’officier avant de diriger son regard dans la direction où devaient se trouver l’ennemi.

« Il me faudra quelques prisonniers Léomance, murmura-t-elle avant de revenir à lui en souriant, faites au mieux. »

L’intéressé opina, adressa un regard furtif à Garnyiss et retourna vers ses hommes en distribuant des consignes à voix basse. Les hommes à pieds se séparèrent en deux groupes qui s’enfoncèrent dans le bois. Six cavaliers restèrent aux côtés de la Gardienne et de son invité. Les autres se tenaient à l’affût, guettant le signal de l’assaut. Quelques longues minutes plus tard, le chant d’un oiseau parfaitement imité s’éleva entre les troncs secs. Les cavaliers s’élancèrent au galop, suivis par Lise et son escorte. Les troupes montées se dirigeaient volontairement un peu à l’est de la position ennemie pour les rabattre vers les hommes à pieds postés en embuscade.

* * * * * * * * * *

Quelques dizaines de minutes plus tard, Lise et Garnyiss traversaient au pas la clairière où s’était déroulé l’affrontement. Huit cadavres tatoués étaient alignés par terre, devant douze colosses agenouillés, tenu en respect par des lames acérées pendant que des soldats les ligotaient un à un.

« Des pertes ? Demanda la magicienne.
- Quelques mauvais coups, lâcha l’officier, mais rien de trop sérieux. La plupart de nos hommes s’en tirent avec quelques égratignures. »

Lui-même avait été touché au front. La blessure était superficielle mais saignait abondamment sur le côté gauche de son visage. Il s’essuya l’œil d’un revers du bras et demanda en désignant les prisonniers :

« Que fait-on d’eux ?
- Suivez-moi, ordonna simplement la jeune femme. »

Elle plaça sa monture face à la ligne de barbares et projeta son esprit dans leur direction. Comme elle s’y attendait, tous lui demeuraient invisibles. Elle commença à leur parler en Alagaësia, utilisant un ton calme pour les insulter copieusement, la bouche étirée en un sourire amical. Seuls un des prisonniers la dévisagea, son corps tremblant de fureur. Il était le seul à avoir compris ses mots.

« C’est sans doute un officier, dit-elle, emmenez-le au camp, tuez les autres et pendez leur corps comme d’habitude. Quand nous en aurons fini avec celui-ci, faites-le accrocher avec les autres. »

Le subordonné serra les dents mais hocha la tête doucement en gardant les yeux braqués sur sa lame encore ensanglantée.

« Vous avez bien combattu Léomance. » Acheva la jeune femme avant de faire tourner sa monture pour repartir avec Garnyiss.

Ils avancèrent quelques instants en silence avant que Lise ne reprenne la parole :

« Vous pouvez trouver nos méthodes barbares, lança-t-elle, mais c’est devenu nécessaire. Les Premiers Hommes doivent comprendre que seule la mort les attend par ici. Une mort sale et déshonorante. Et nous ne reculerons devant rien pour le leur apprendre. (Elle marqua une pause avant de reprendre). À présent hâtons-nous de rentrer, le Prince va vous recevoir. »

Quelques heures plus tard, à la lisière de Gris-Bois, les arbres morts aux troncs noircis s’étaient habillés de trophées macabres. Des cadavres étaient empalés sur des branches, leurs entrailles dispersées en sanglantes guirlandes. Au centre de ce défilé morbide se trouvait un chêne, tout aussi brûlé que les autres mais qui demeurait massif. À ses branches étaient pendus les corps des derniers vaincus.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: L'arbre aux pendus (2P2S) |


Revenir en haut Aller en bas

L'arbre aux pendus (2P2S)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Par delà les Murs-
Ouvrir la Popote