AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Un Chant d'Acier et de Feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Un Chant d'Acier et de Feu | Jeu 28 Aoû 2014 - 22:14


Tous des incapables. Voilà ce que murmurait dans sa barbe Rambert à propos des Premiers Hommes, quand il était certain qu'aucun d'eux n'était à porter d'oreilles. Cela faisait des jours et des jours qu'un dragon sauvage ravageait ses terres, et aucun de ces foutus envahisseurs n'était capable d'assurer la sécurité de son domaine, comme ils le lui avaient promis quand il avait déposé les armes. On vous envoie les meilleurs, qu'ils avaient dits. Les meilleurs n'avaient pas fait long feu. Pas plus d'ailleurs que tous les mercenaires qu'il avait du employer sur ses propres deniers pour tenter d'arrêter le fléau. Remarquez, aucun d'aux n'était revenu pour réclamer son dû. Tout se perdait. Et maintenant, il en était réduit à accepter les services d'un aveugle et de sa gueuse.

Espérance jeta un regard ennuyé sur la cour du domaine. Depuis dix minutes, Winitran et le seigneur Rambert négociaient le prix des services du guerrier. L'un arguait avec fougue qu'un guerrier de la trempe de Winitran n'avait pas besoin de tant d'argent, l'autre avec un calme absolu que seul le résultat comptait, et qu'au vu des pertes déjà subies, le prix qu'il demandait était bien faible. Aucun des deux partis ne cédait à l'autre, et les négociations s'enlisaient dangereusement. La jeune femme en avait assez. Il était temps d'user de ses talents. Dans un froissement d'étoffe et le cliquetis de bijoux en bronze, Espérance s'avança vers le seigneur.

Et voilà que la fille s'y mettait également. Joli brin de fille, songea cependant Rambert. De longs cheveux couleur miel, une frange un peu trop longue qui lui cachait les yeux, mais sinon…de bien belles formes, et des lèvres…Rambert esquissa un sourire concupiscent. Une idée venait de traverser son esprit. Il avait besoin de se divertir, de toute façon.

"Très bien, j'accepte…" lança t-il." Mais votre compagne restera ici."

Winitran s'apprêtait à rétorquer qu'il ne la laisserait pas seule au domaine, quand du grabuge se fit entendre hors de la salle. Les portes en bois s'ouvrirent soudainement sous l'effet d'une forte poussée…












Dernière édition par Winitran le Lun 2 Mar 2015 - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Ven 29 Aoû 2014 - 10:14


Un dragon s'est mis à ravager champs et moissons. Un des hommes qui l'ont affronté, un chasseur de dragon reconnu : Roggvir est mort. C'était un très bon ami à moi et à mon grand frère Siegrid. J’avais entendu dire qu’ils avaient pris leurs distance depuis que Siegrid à commencé à coucher avec sa demi-elfe. Roggvir à jamais été connu pour porter les elfes dans son cœur, surtout depuis qu’il à participé à la campagne contre les Elfes et que leur damnée magie à envoyé sa femme vers une mort prématuré sous ses yeux.

Plusieurs se sont frottés à la Bête et sont morts.  C’est à mon tour d’aller lui expliquer la Loi Martiale… Roggvir aussi y est passé, brûlé jusqu’à l’os par le feu du dragon. Je suis à peine revenu du désert que j’ai appris la nouvelle. La nouvelle m’a mis dans une rage folle, j’ai démolis deux mannequins d’entrainement au point qu’ils ne sont plus récupérable. Maintenant, je pense calmement, Roggvir y est allé avec son cheval et sa hache. C’était un tenant de la vieille école d’y aller avec son arme, sa bite et ses tripes. Je ne suis pas d’accord. Un Guerrier adapte ses armes et tactiques à son ennemi. J’ai passé un bon moment dans la bibliothèque de Dras Léona. Je n’aime pas l’admettre mais savoir lire et écrire l’alagaësien s’est révélé utile. J’ai étudié mon ennemi, pour pouvoir le combattre, pour pouvoir le tuer. Un Dragon peut rester très longtemps en vol. Donc je vais devoir l’amener au sol et l’affaiblir suffisament pour porter le coup fatal, et même là ça va être dur. Un dragon adulte est une montagne de muscle quasi infatigable pouvant voler et cracher un feu plus chaud que celui qui sert aux creusets utilisés à Sniog Stalh.

Pour ça… je suis allé voir les ingénieurs et runnistes attachés aux jegers. J’ai dû jouer des coudes, mais j’ai eu l’autorisation de me servir dans l’arsenal destructeur de ces honorés artisans. Arbalètes à chargement rapide, carreaux explosifs, perforants ou barbelés, bombes à lumière ou à fumée, j’ai même eu l’autorisation d’embarquer une baliste légère montée sur une carriole. Tout ça, plus de nombreuses autres surprises pour mon ami le dragon…

J’aurais voulu que Skald vienne avec moi pour le coup mais il était déjà sur une chasse à Uru’Baen. Tant pis. J’ai recruté un jeune Jeger, Arzak Telion, un natif des environs de Teirm qui a échappé à la grande vague. Sa famille n’a pas eu cette chance. Aujourd’hui, c’est un Jeger. C’est un bon gars, pas très loquace et il manque franchement d’humour, mais je ne lui demande pas de faire des blagues quand il devra mener l’attelage de quatre chevaux pendant que balancerais tout ce que j’ai à la gueule du dragon.

Nous arrivons enfin à Vergenbourg. Arzak demande notre chemin vers la maison du notable local. Le paysan nous indique le hall du maire, au centre du village. Autour de nous, des champs de choux et autres légumes à perte de vue, mais ils cultivent principalement du choux par ici. J’ai sur le dos mon armure et bien attachée à mon baudrier, mon épée bat mon dos. J’ai profité de l’occasion de me frotter à un dragon pour y faire apposer des runes qui rendent son acier indestructible et son tranchant si effilée qu’elle pourrait couper un cheveu en deux dans le sens de la longueur. Avec deux runes sur elle, ma lame s’est vue donner un nom : Cielhnaya Varra (Louve Bleue).

Je mets pied à terre. Arzak reste pour ranger et garder l’attelage. Je m’apprête à passer la porte du hall quand un garde s’interpose. Un garde… non… un milicien en guenille… oui. Je n’ai pas de temps à perdre avec des loques dans son genre.

- L’mèr y r’çoit pé pou’l’moment. T’ttend dehors l’ami. (mais il ets trop con pour reconnaître un fils de Mastaï ce pécore ?)
- Je passe paysan, écarte toi si tu tiens à tes dents.
- J’peux pé, ordre de m’sieur l’mèr.

Bon… il l’aura voulu… le lui décoche un bon gauche dans l’abdomen, puis j’enchaine avec un uppercut du droit. Je finis par un direct du gauche dans ses dents. Je sens que plusieurs se brisent. Je passe. A l’intérieur je me colte avec quatre autres miliciens devant la salle d’audience du maire. Ils ont eu mal mais ils s’en remettront. Juste après avoir jeté la lance du dernier au sol, je lance un bon coup de pied dans la double porte qui s’ouvre à la volée. Devoir corriger cette bande de pécores m’a mis de mauvaise humeur. Ce putain de nobliaux à intérêt à obéir ou je le renverrais à sa femme en plusieurs morceaux.

J’entre d’un pas puissant, l’épée à la main et un regard furieux braqué sur le nobliau qui s’est levé d’indignation. Je suis peut être petit pour un Premier Homme, mais je domine largement en taille et en muscles une large frange de la population alagaësienne. Je suis sur d’avoir vu un frisson parcourir la cour de ce… Rambert… peu importe, il tente de faire intervenir ses miliciens. Ces derniers ne bougent pas. Devant le nobliau, un homme blond bien charpenté dans une tenue visiblement conçus poursl climats chaud et une femme aux courbes généreuses, aux cheveux couleur miel. Pas le temps de faire la queue.

Je les dépasse et me campe devant Rambert. Les miliciens ne bougent toujours pas. Toujours les yeux dans les yeux avec ce pathétique simulacre d’homme d’autorité (voir d’homme tout court) j’assène :

- Tes miliciens sont mal élevés, un Umetteling Jeger vient sous ton toit pour résoudre tes problèmes, et toi… (je le foudroie du regard) tu te crois suffisamment important pour le faire attendre dehors. Si tu ne veux pas que l’on choisisse quelqu’un de plus poli pour ta chaise, donne-moi les détails sur les attaques de la bête sans tarder.

Il a intérêt à ne pas faire un scandale ou je m’occuperais personnelement de lui faire comprendre qu’on ne fait pas chier les Jegers…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       


Dernière édition par Korann le Jeu 4 Sep 2014 - 18:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 590
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Kaminari
Membre du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Sam 30 Aoû 2014 - 16:41


Foutu humains… Ils croyaient être les plus puissants, mais au final ils ne sont rien de plus qu’un tas d’os et de sang. Un roi ou un souverain ne vaut pas mieux qu’un paysan. Juste pour des raisons de naissance ils sont sensés vivre à leurs places ? Quelle bande d’idiot….

Plus le temps passé, plus le dragon noir sombre en avait marre. Les responsables des guerres étaient toujours les mêmes, les cibles ne changeaient pas, les dommages collatéraux étaient souvent similaire et tous ça pour qu’un seul peuple en tire le bénéfice alors qu’il était responsable du massacre. Le quel ? Pas difficile a deviné….

Kaminari était loin de ce douté que son désir allait bientôt le submerger, mais il avait déjà en tête une idée. Une idée qu’il gardait pour lui a l’heure actuelle car il avait autre chose a faire. Sous la demande, voir presque les ordres des dirigeants du cam, le dragon noir devait ravager des champs afin de privé de nourriture l’ennemie. Foutu dirigeant. Encore des humains qui ne valent rien. S’ils croyaient qu’ils avaient sous leurs ordres le dragon sauvage, ils allaient très vite le regretté amèrement….

En attendant le jour ou kami pourrait ce rebellé, il allait faire la tache qu’on lui avait demandée avec un petit bonus….. Son but était de détruire des récoltes, alors autant détruire les villages a proximités. C’été tout autant efficace et en plus ça réduise l’effectif et les chances qu’on ne recommence les moissons. Que des avantages donc ! La mort des villageois risqué d’être très mal vue. Cependant c’est la guerre et Kaminari n’avait plus peur de faire couler le sang. L’époque où il avait causé la mort était toujours d’actualité. Ce n’était pas forcément avec joie, mais ce n’était certainement pas avec regret qu’il agissait ainsi. Surtout quand on était venue pour le tué. Logique en même temps qu’on cherche a le stoppé. Mais le mâle sombre n’était pas aussi doux qu’un agneau et il avait ôté la vie à ceux qui voulait en faire de même pour lui.

A présent Kami survolait la région pour un nouveau passage afin de détruire à nouveau ce qu’il trouverait sur son chemin. Après quoi il stopperait pour le moment. Il avait autre chose à faire d’important pour lui et les siens. Il avait pris soins de ce nourrir afin de pouvoir volé et combattre au cas où. Kami trouvait de plus en plus misérable cette race humaine mais il savait qu’elle était dangereuse. Voilà pourquoi il c’était mis au travail de bonheur pour disparaitre plus tard pour un bon moment.



[Pas terrible comme premier poste désolé je me rattraperai ]



*Je me présente à vous. Accusé d’avoir voulu assurer l’ascendance des dragons. D’avoir tenté de nous épargner ce destin qui nous oblige à nous éteindre. A céder. L’humanité représente une menace pour notre monde. Refuser son éradication est une grave erreur. Nous éclairons les ténèbres, mais les hommes prennent notre triomphe à leur compte. Les dragons détiennent le manteau de responsabilité. Il leur appartient à eux seuls.
Jugez mes actes à votre guise, mais ne doutez pas de la réalité. L’espèce humaine est à l’œuvre et nous ne pourrons bientôt plus l’arrêter….*

Cela me coûtera peut être la vie... Mais je changerai ce monde pour les dragons !
[Lien vers l'apparence : http://www.furaffinity.net/full/20880680/ . Merci a Ellenwen pour la seconde image de la signature ! ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Jeu 4 Sep 2014 - 17:58


[HRP : Winitran n'a plus son armure, il ne porte qu'une tenue d'homme du désert =) Un jour, je mettrai les descriptions à jour Razz]

"Vous…comment osez vous ?" fulmina Rambert qui s'était levé d'indignation, son visage tournant au cramoisi sous l'effet de la colère et s'harmonisant au roux de sa barbe. La tirade du Jeger, fort heureusement, le calma un peu, tout comme l'absence de réaction de ses hommes - le chef des gardes allait entendre parler de ça, il pouvait en être certain. Il se rassit, conscient que certains de ses neveux seraient en effet ravis de pouvoir prendre sa place, déjà rudement malmenée par la crise actuelle.

"Nombre de vos compatriotes ont déjà tenté d'arrêter ce satané dragon, et tous ont péris. Vous comprendrez aisément que j'ai voulu tenter d'autres alternatives. Enfin, et dans le soupir qui suivit, on sentait aisément toute la lassitude que cette situation qui s'éternisait causait chez Rambert, si vous voulez tenter votre chance… – le "et puissiez vous finir en barbecue" était plus ou moins sous-entendu.

"Depuis quelques semaines, un dragon sauvage attaque nos cultures et nos villages. Il détruit tout, ne laissant que des ruines et des morts derrière lui. Les hommes qui ont tenté de le stopper sont tous morts, et même vos compatriotes n'ont rien pu faire contre ce démon. Apparemment, il agirait seul, mais ça ne m'étonnerait pas que ces satanés rebelles soient derrière tout ça. Ca fait plusieurs jours qu'on ne l'a pas vu, on craint donc une nouvelle attaque sous peu. Et avec toutes les récoltes perdues, l'hiver sera dur."

Ca aussi, ça n'arrangeait pas Rambert. On allait encore lui mettre sur le dos la famine et les révoltes des paysans qui s'ensuivraient. Et un jour, un de ses neveux ou un parfait inconnu se présenterait devant lui, suivi par les hommes en colère, et prendrait sa place. Dans le meilleur des cas, il serait exilé loin de toute civilisation. Mais le meilleur n'arrivait jamais, et il serait probablement envoyé en tant qu'esclave sur les chantiers des Fils de Mastaï, ou pire, assassiné dans son sommeil. A cette pensée, le nobliau frissonna. Il devait montrer qu'il avait la situation bien en main.

" Un des mes hommes de confiance pourra vous accompagner, il vous sera d'une grande utilité."

Si en plus il pouvait porter le coup fatal au dragon…on acclamerait Rambert, et adieu les menaces de révoltes. Son regard parcourut l'ensemble des hommes présents dans la pièce, et le sourire que la pensée des ennuis s'envolant au loin avait fait naitre fondit peu à peu. Vu le peu de réaction de ses hommes face à un Premier Homme seul, quelle serait-elle face à un dragon enragé ?

" Winitran, tu iras avec les Jegers les aider à se débarrasser de ce fléau."

Le guerrier des Larmes, qui avait rejoint Espérance sur le côté pour laisser les deux hommes discuter, ne montra rien de sa surprise, bien que passer du stade de mercenaire au rabais à celui d'homme de confiance avait de quoi en abasourdir plus d'un. Au lieu de ça, Winitran se contenta d'incliner la tête en direction du nobliau.

" Cela vous convient-il, Jeger ?"










Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Mar 9 Sep 2014 - 22:42


- Un des mes hommes de confiance pourra vous accompagner, il vous sera d'une grande utilité.

Son regard erre dans la salle pendant une bonne dizaine de seconde avant de se poser sur l’homme blond qui était en audience avant que je n’entre. Pendant l’errance de son regard je suis sur de voir son expression passer d’un rictus cupide à une grimace de profond dépit. Une fois son choix du regard fait, il déclare :

- Winitran, tu iras avec les Jegers les aider à se débarrasser de ce fléau."

L’homme blond incline la tête. Homme de confiance… mon cul, il doit être un mercenaire embauché en désespoir de cause.Je devrais buter ce pourceau... mais il a bien fais son travail jusqu'ici. si je le bute, mes chefs viendront voir pourquoi, et là c'est ma tête qui tombera, dans le désohhneur... et ça c'est hors de question. Si je dois lui faire la peau, çà sera pour une bonne raison


- Cela vous convient-il, Jeger ?"
- On verra. (Je me tourne vers ce Winitran) Sais-tu tenir une arbalète ?

Y’a un truc bizarre avec ce gars, mais j'arrive pas à mettre le doigt dessus… bah.. je verrais quand j'y serai... pour peu que Rambert m'ai collé dans les pattes un aveugle, si c'est le cas... il risque de ne pas aimer le chatîment que l'on réserve à ceux qui entrave de prêt ou de loin la mission d'un Jeger. ça ne me fera pas plaisir de lui passer Varra au traver du coeur, je n'ai pas envi de la salir du sang ce pourceau.

- Allons parler dehors.

Alors que nous sortons du hall Telion gare la carriole devant la porte.

- Il arrive. Par le sud est.
- Vers ou ? les champs ?
- Le village.
- Merde ! (j’attrape par le col un paysan et lui hurle presque à la figure) VA DIRE AU MAIRE DE PLANQUER SES PAYSANS !! VITE !!  

Je relache le pauvre gars qui ne dois pas comprendre ce qui lui arrive. Je le vois rentrer à toute vitesse dans le hall, il fera ce que je lui aie dis de faire. Pas le temps de vérifier s’il est vraiment aveugle ou non. Tant pis… la priorité c’est la Bête. Tout en montant dans la carriole, je lance à Winitran :

- Monte !

On va voir si mon approche est la bonne, on va voir si la technomancie et les runes peuvent jeter à bas la plus puissante créature magique à errer dans les contrés d'Alagaësia. Vais-je réussir...vais-je mourir... j'en sais rien... mais on ne vit qu'une fois et j'ai bien l'intention de prendre mon pied à descendre ce fouttu lézard !!


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 590
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Kaminari
Membre du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Lun 6 Oct 2014 - 13:03


[Vraiment désole pour ce retard. Suite a un malentendu j’ai trop trainé :s En plus c’est court… Désolé !]

Profitant que le jour était a peine commencer. Le dragon noir avait lancé son assaut. Si on pouvait appeler ça un assaut. C’était vraiment une tache lâche qu’il devait faire. Un dragon réduit à détruire des champs. Kami n’acceptait pas d’avoir à faire une tache si faible. C’était indigne de lui et de sa race. Un larbin avait cas faire un feu et le laissé agir. Cela aurait fait la même chose.

Sans en demandé l’autorisation. Kami avait donc pris l’initiative d’agir de son propre chef. Si un bipède le lui reproché, il allait finir avec un coup de griffe dans le ventre et cela lui ferait probablement passé l’envie de commander. Mais pour l’heure kaminari avait de nouveau libérer un torrent de flamme sur un champ de blés. Pas difficile pour un dragon de rapidement le détruire, d’autant que ça brulé très bien cette plante. Surtout en cette saison. D'autant qu’il y allait en avoir d’autre.

Kami restait prudent tout de même, mais pour le moment il ne sentait rien d‘autres que des paysans effrayer. Dire que les dragons étaient menacés a cause d’une race aussi pourri qu’un repas laissait a l’abandon. Cela dégouté le mâle sauvage au plus haut point et il comptait y faire quelque chose. Cependant le moment était a la destruction de certaine zone et c’était ce qu’il faisait.




*Je me présente à vous. Accusé d’avoir voulu assurer l’ascendance des dragons. D’avoir tenté de nous épargner ce destin qui nous oblige à nous éteindre. A céder. L’humanité représente une menace pour notre monde. Refuser son éradication est une grave erreur. Nous éclairons les ténèbres, mais les hommes prennent notre triomphe à leur compte. Les dragons détiennent le manteau de responsabilité. Il leur appartient à eux seuls.
Jugez mes actes à votre guise, mais ne doutez pas de la réalité. L’espèce humaine est à l’œuvre et nous ne pourrons bientôt plus l’arrêter….*

Cela me coûtera peut être la vie... Mais je changerai ce monde pour les dragons !
[Lien vers l'apparence : http://www.furaffinity.net/full/20880680/ . Merci a Ellenwen pour la seconde image de la signature ! ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Mer 8 Oct 2014 - 18:49


Le regard d'Espérance passa de Winitran au – beau – Jegger. Ces deux là allaient devoir coopérer ? La jeune femme esquissa un sourire plein d'entrain. Elle aimait beaucoup les Premiers Hommes, certains s'étaient montrés si gentils avec eux. Elle ne doutait pas un instant qu'il put en être autrement avec Korann.

De son côté, Winitran était beaucoup plus sceptique, même si il le cachait derrière un masque de neutralité totale. Non pas qu'il apprécia d'avoir un allié contre le dragon sauvage, mais un Jegger…Le destin avait un drôle de sens de l'humour.

- Sais-tu tenir une arbalète ?

Winitran secoua la tête en signe de négation. Même lorsqu'il voyait encore, il n'aurait pas été capable de se servir d'une arbalète, alors maintenant…L'arrivée du dragon sauvage vint mettre un terme à la revue des compétences du guerrier des Larmes. Les villageois, affolés, couraient à l'abri, tandis que le Jegger et le guerrier des Larmes se précipitaient pour prendre les armes.

Pas de "Quelle carriole ?" ni de chute lourde en tentant de prendre  un véhicule qui se trouvait à trois mètres de là. Winitran monta sans encombre dans la carriole, ses sabres pendus dans son dos, prêt à l'usage. Encore fallait-il réussir à mener à terre la créature. Sans l'arrivée inopinée du Jegger, Winitran aurait volontiers tenté d'utiliser la magie, malgré ses aléas. Mais en présence d'un Jegger, alors qu'il était un magicien non-recensé…Autant se promener avec une pancarte "Je suis un mage, venez m'attraper. Mwahahahah !"

Alors que la carriole s'ébranlait, Espérance sortit en courant du hall.Les voyant déjà loin, elle adressa de grands signes de main à Winitran. Ce dernier n'aurait de toute façon pas pu les voir. Il était tout entier concentré sur ce qui les attendait.

Le vent porte une odeur de brulé jusqu'au village, accompagnée d'un nuage de cendres grises. Les champs de céréales se consument sous les flammes orangées et leurs crépitements parviennent presque à couvrir le battement des ailes noires qui projettent une ombre de mauvais augure sur le sol.

Et, avec courage, trois guerriers s'apprêtent à affronter la bête. Et ça, sans savoir qu'une quatrième personne s'apprête à les rejoindre malgré tous les risques…










Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Mer 8 Oct 2014 - 20:46


Bon… Winitran ne sait pas tenir une arbalète…. Bah c’est le moment d’apprendre. Je lui met entre les main une de nos nouvelles armes. Une arbalète à recharge rapide,

- Remonte la poignée ici (je lui indique) ça remonte la corde très facilement et enclenche un nouveau carreau. Pour tirer mets la crosse (je lui montre) contre ton épaule vise avec ça (je lui désigne la visée) et tir en essayant d’anticiper sur la trajectoire du bestiaux. Tu verra c’est pas dur. Ah une dernière chose, ne reste pas dans la ligne de mire de ma baliste.

Alors qu’Arzak met la carriole en branle, j’enlève la bâche goudronnée qui protégerait la plus grosse partie de l’arsenal. Je déploie une baliste légère sur pied pivotant. Je remonte la corde et charge un carreau, puis j’enclenche la bande de fléchette explosive dans le système à tir rapide situé sous la baliste. Une fois tous les réglages faits… l’expérience peut commencer…

Alors que le dragon est en train de se défouler sur un ce qui était un champ de blé il n’y a pas si longtemps aussi jaune que de l’or… j’aligne ma mire sur la bête et tir. Le carreau lourd s’envole à une vitesse folle. Le projectile file vers le reptile… allé… allé…MERDE ! Raté. Le carreau explose à quelques mètres du dragon. Bon… ça aura attiré sont attention. Cette saloperie de dragon sombre vient vers nous… Bien… un sourire sauvage aux lèvres, j’ordonne à Arzak de prendre encore de la vitesse pendant que je commence à arroser le dragon d’un tir continu de carreau léger, eux aussi explosif. Certains touchent, beaucoup d’autre non… mais tous explosent. Ça roussit ou abîme ses écailles au mieux mais ce n’est pas ça qui le tuera… pas tout de suite en tout cas…Tout en tournant la double manivelle qui actionne le tir rapide, la corde de l’arme principale revient vers la culasse de blocage… je pourrais retirer très vite…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 590
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Kaminari
Membre du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Jeu 16 Oct 2014 - 20:13


Pour l’heure le dragon sombre était tranquille. A part les cris de certains humains qui résonnaient ainsi que le crépitement du feu dans les champs c’était calme. Un peu trop d’ailleurs. Kami se doutait qu’il aurait bientôt droit a une rébellion. Celle-ci arriva quelque temps plus tard. Il fallait reconnaitre une chose, ces foutus bipèdes étaient équipés en arme. En plus d’avoir le nombre pour eux, ils avaient leurs fabrications artisanales qui pouvaient être dangereuses.

Le mâle sauvage avait d’ailleurs été touché de plein fouet par les projectiles, mais il en fallait bien plus pour abattre un mâle comme Kaminari ! De plus les armes qu’ils possédaient comportaient aussi des défauts. La baliste comme ils l’appellent par exemple. Une sorte d’arc géant capable d’envoyer un projectile mortel sur une très longue distance. Ce genre là était dangereux. Mais le défaut le plus courant consiste à sa précision. Plus on s’en sert, moins elle est précise. La cause est simple, le tendeur s’use rapidement au fur et à mesure ce qui ne donne pas la même force de poussé. En résumé une flèche de cette arme ne touche pratiquement jamais au même endroit si on ne bouge pas la baliste et il est difficile de manipulé celle-ci dans l’urgence.

Aussi ne voulant pas servir de cible mouvante trop longtemps. Le dragon avait cessé de viser les champs. Utilisant son esprit mais aussi sa vue, il avait pu localiser d’où venait le danger. Par conséquent il avait remarqué le petit regroupement situé un peu plus loin. Kami prenait donc l’initiative de grimpé en altitude tout en bougeant bien afin de ne pas se prendre d’autres projectiles. Les balistes arriveraient forcément à un moment ou elles n’auraient plus l’angle pour attaquer. La créature volante cherché donc à sortir de la porté de vue en prenant de la hauteur et en se dirigeant vers eux.

Cependant il était évident que le dragon n’allait pas se contenter d’éviter puis partir. Dans sa fierté, Kaminari n’allait pas se laisser menacer par des créatures aussi cupides que les hommes. Passant donc derrière les armes de distance, il cherchait à se rapprocher pour ensuite cracher son jet de flamme. L’entrainement avec Dark et les autres allait servir car le torrent de flamme ne visait pas forcément directement les humains. Kami voulait d’abord les bloquer au maximum tout en détruisant le maximum de matériel…. Il restait prudent au cas où car ses ennemis avaient surement plus d’un tour dans le sac, mais sous estimer un dragon pouvait être aussi une erreur fatale.




*Je me présente à vous. Accusé d’avoir voulu assurer l’ascendance des dragons. D’avoir tenté de nous épargner ce destin qui nous oblige à nous éteindre. A céder. L’humanité représente une menace pour notre monde. Refuser son éradication est une grave erreur. Nous éclairons les ténèbres, mais les hommes prennent notre triomphe à leur compte. Les dragons détiennent le manteau de responsabilité. Il leur appartient à eux seuls.
Jugez mes actes à votre guise, mais ne doutez pas de la réalité. L’espèce humaine est à l’œuvre et nous ne pourrons bientôt plus l’arrêter….*

Cela me coûtera peut être la vie... Mais je changerai ce monde pour les dragons !
[Lien vers l'apparence : http://www.furaffinity.net/full/20880680/ . Merci a Ellenwen pour la seconde image de la signature ! ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Dim 9 Nov 2014 - 19:09


Le dragon prend de l’altitude. Il prend suffisamment d’altitude pour être hors portée de mes carreaux et se place dans l’angle mort de l’axe de pivot de ma baliste. Oui mais voilà… la carriole contenue de se déplacer à toute vitesse. Pendant qu’Arzak continu de mener l’attelage, je charge avec calme et méthode un énorme bolas dans l’arme principale. Ah le revoilà.

La boule de tension qui me prend dès que le reptile approche me reprend. Je tir. Winitran tir dans le même temps. Le tir est mal ajusté, mais le carreau explose et souffle les flammes que le dragon nous destinait. Ça nous donne un moment de marge. Le bolas s’enroule autour du cou de l’animal et explose…. Putain !! Ça n’a pas fait grand-chose !! « J’espère que t’as aimé !putain d’lézard ! » Je lui hurle. Je recommence à tirer en continu sur le reptile volant. Mais quand est ce que ce foutu lézard va-t-il enfin tomber ? Les ailes : viser les ailes ! La corde de l’arme principale ne sera pas remontée avant un moment, il va falloir tenir. Avec Arzak qui conduit l’attelage à toute vitesse et moi qui parsème la trajectoire de ce foutu lézard de carreau explosif, je pense qu’on peut tenir… tout en tournant je percute Winitran du bout de la baliste. Je le sors immédiatement de mon arc de tir et lui demande :

- Ça va ?

Oh putain ! Arzak nous esquive un jet de flamme qu’on n’avait pas vu venir. Je vois Winitran se baisser. Je recommence à pourrir le dragon de projectile explosif.



J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 590
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Kaminari
Membre du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Ven 21 Nov 2014 - 19:03


Dire que des créatures aussi insignifiante et pittoresque que les humains dominent l’algaesia. Pire encore ils la prennent pour la leur. Cependant les hommes oublient bien les choses quand ça les arrange. Avant eu les dragons dominaient ce continent. Les elfes avaient foulé cette terre bien avant eux.
Aujourd’hui ou tous cela en est ? Le peuple elfe devait vivre reculé dans les bois. Mais encore une fois a cause des hommes, les êtres magiques ont du quitté leurs terres a cause d’une corruption. Quand au dragon…. Ils ne sont plus que l’ombre de leur gloire d’attend. Ce comptant presque sur une main, ils ont presque totalement disparu. Kaminari était encore l’un des rares dragons sauvages.

Le mâle sombre était d’ailleurs en train de combattre ces êtes maudits. A force ils allaient finir par lui faire plus que des égratignures avec leurs machines et autres armes. Actuellement Kami n’avait pas eu grand-chose en blessure et il ne comptait pas laisser ses adversaire lui en causé d’avantage ! Cependant les explosions étaient gênantes. Même si elle ne le tuait pas sur le coup, elle risquait de lui faire bien plus de tore qu’une piqure de moustique sur un bipède. Kami avait beau attaqué avec son souffle, ils avaient du mal à pouvoir ciblé le « véhicule » a cause de ce désagrément.

Les hommes voulaient le faire tombé ? Très bien ils allaient être servit. Au bout d’un moment sans prévenir Kami referma ses ailes. Il c’était placé de façon a pouvoir chuté rapidement et arrivé au ras du sol donné un coup de patte ou de queue de façon violente sur la carriole. Afin de s’assuré de ne pas loupé son coup, il avait aussi utilisé son souffle de façon large afin de stoppé le transport. Si son feu touchait la cible il n’allait peut être pas calciné sur le coup les passages mais au moins il les privera du moyen de locomotion.

A cette distance Kami avait conscience qu’il s’exposait mais d’un autre coté il avait moins de risque de ce prendre une rafale de carreau explosif et il avait plus de chance de faire mouche dans son attaque. C’était donc quitte ou double….


[Voilà désolé pour le retard et poste pas terrible. S'il pose problème dite le moi :s ]



*Je me présente à vous. Accusé d’avoir voulu assurer l’ascendance des dragons. D’avoir tenté de nous épargner ce destin qui nous oblige à nous éteindre. A céder. L’humanité représente une menace pour notre monde. Refuser son éradication est une grave erreur. Nous éclairons les ténèbres, mais les hommes prennent notre triomphe à leur compte. Les dragons détiennent le manteau de responsabilité. Il leur appartient à eux seuls.
Jugez mes actes à votre guise, mais ne doutez pas de la réalité. L’espèce humaine est à l’œuvre et nous ne pourrons bientôt plus l’arrêter….*

Cela me coûtera peut être la vie... Mais je changerai ce monde pour les dragons !
[Lien vers l'apparence : http://www.furaffinity.net/full/20880680/ . Merci a Ellenwen pour la seconde image de la signature ! ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Sam 6 Déc 2014 - 22:00


La carriole passe au travers des flammes… nous sommes aveuglé… et il nous tombe dessus ! J’ai à peine eu le temps de réarmer avec un harpon qu’il nous arrive dessus à toute vitesse en chute libre !

Je tire… le harpon se plante dans son ventre en diagonal… et se brise quand il tombe sur l’avant de la carriole…

Korann et Winitran furent expulsé de la carriole. Arzak périt, écrasé par la masse du dragon. Korann s’écrasa au sol. la terre séchée par les flammes du dragon n’amortit pas son atterrissage. Il revint à lui une bonne trentaine de seconde plus tard…

Je retiens un hurlement. J’ai mal. Très mal. Je regarde ou j’au mal. Tâte de ma main. Elle est couverte de sang. J’ai du mal à respirer. A la douleur, j’ai plusieurs côtes cassées… et ça fais un mal de chien. Au moins cette damnée bête est au sol, un harpon lui laminant le bide. Je crache le sang que j’ai dans la bouche et commence à ramper vers l’arbalète à eux mètres de moi. Aller…aller… encore un peu…AAAAAAAAAAAAARGH ! Merde ! aller… rampe… rampe…
Je met la main sur mon arme, le dragon est là… au sol sonné, mais enragé par la douleur… prend ton temps Kor… prends ton temps pour lui caser le coup fatal…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       


Dernière édition par Korann le Dim 14 Déc 2014 - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Ven 12 Déc 2014 - 21:11


L'attaque du dragon sauvage ne manqua pas sa cible. La carriole fut prise dans un déluge de flamme. Face à la chaleur qui augmentait, Winitran eu tout juste le temps de prononcer un "Adurna" qui se perdit dans les crépitements des flammes. Un bouclier d'eau apparut, protégeant le guerrier des flammes, mais la collision de la carriole avec le dragon fût si violente que le guerrier fût expulsé au loin. Dire que la chute fût un peu brutale serait un euphémisme : Winitran retomba lourdement au sol dans un craquement de très mauvais augure.

Malgré la douleur aïgue au niveau de sa jambe et de son ventre – il sentait vaguement que quelque chose s'y trouvait qui n'aurait pas du y être – le guerrier parvint à rester conscient. Voir, il devait voir, il voulait voir, au moins pour ne pas mourir bêtement, comme un insecte aveugle qu'on écraserait trop facilement. Il lança donc son esprit à la recherche d'un être à travers lequel il pourrait voir. Il en rencontra un, à une centaine de mètres de là, bien trop familier…

Espérance s'inquiétait. Sans elle, Winitran ne valait plus grand-chose en tant que guerrier – sans elle, il ne valait plus grand-chose du tout d'ailleurs. Contre toute prudence, elle avait donc suivi la carriole qui emmenait au combat les trois valeureux. Avec horreur, elle avait vu les flammes entourées le véhicule, le dragon tué l'un d'entre eux, tandis que les deux autres étaient expulsés loin. La jeune femme s'était précipitée vers le plus proche, qui rampait en direction d'une arbalète, et s'était interposée, faisant de son corps un rempart entre le monstre et le Jeger.

Winitran se voyait, plus loin, à travers les yeux d'Esperance. Luttant contre la douleur, il extirpa de son côté le carreau de baliste qui s'y était enfoncé de plusieurs centimètres, et dans un dernier effort qui lui couta toutes ses forces, il le propulsa par magie vers le dragon. Manque de chance, à peine avait-il quitté sa main qu'il explosa, envoyant un Winitran inconscient et décidemment bien amoché voler un peu plus loin…



Aléa magique:
 









Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 590
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Kaminari
Membre du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Mar 23 Déc 2014 - 22:55


Ça pour faire mal, ça faisait mal. Encore une de ces saloperies d’arme humaine qui pouvait faire des ravages dans n’importe quel corps. Même dans celui d‘un dragon ! Kaminari venait d’être empalé par cet objet long et pointu au niveau du ventre. Heureusement ce n’était pas mortel et il n’avait pas était traversé totalement. Mais la douleur était telle qu’il avait perdu la maitrise pour s’écroulé littéralement. Il avait rugit d’un son trident de douleur au moment de l’impact d’ailleurs.

Forcément ses cibles ne s’en étaient pas sorti indemne. En même temps ce prendre un dragon de plein fouet n’était généralement pas agréable. Si son souffle n’avait pas eu l’effet mortel, peut être que la collision oui…. Alors que Kami était au sol à ce tortillé a cause de la douleur. Sa rage explosée. Il avait mal c’est sur mais par-dessus tout il voulait les tués. Leur faire payer cet affront et les réduire en charpie ! Dans ce but il cherchait à ce relevé. Oublier la douleur le temps d’un petit massacre. Voilà à quoi penser Kaminari.

Tant bien quel mal il arrivait doucement a ce remettre droit pour ce hissé sur ses pattes. Jamais il ne pardonnerait a ces hommes de lui avoir fait ça. Qu’importe la pitié, pas de quartier ! Mais alors qu’il cherchait toujours à ce hissé sur ses pattes en grognant de rage et de douleur. Kami c’était figer un bref instant. Même pas le temps d’une seconde son corps était resté immobile comme crispé. Même le cœur de Kami c’était arrêter a cet instant.

La cause ? Elle n’était pas dut a ce qui l’entourait. C’était autre chose, ailleurs et très loin ! A partir de cet instant, la priorité du dragon mâle avait changé. Il c’était passé quelque chose et il devait voir quoi. C’était bien plus important que deux bipèdes en train d‘agonisé. Kami savait qu’il allait surement regretter ne pas en avoir fini avec les deux derniers, mais s’il n’allait pas de voir, il allait probablement regretter d’avantage d’être resté. Ce qui était en cause est bien trop important pour hésiter. Le choix était donc évident…

Oubliant sa mission et ses assaillants. Lorsqu’il en était capable. Kami dépliait ses ailes pour décoller et partir. Dans son état il risquait d’avoir du mal à aller très vite. Voilà donc pourquoi il ne pouvait pas attendre d’avantage non plus. Laissant donc les autres à leurs sorts. Il quitta la zone tant bien que mal laissant de coté sa rage et son envie de meurtre, mais ce n’était que parti remise.



*Je me présente à vous. Accusé d’avoir voulu assurer l’ascendance des dragons. D’avoir tenté de nous épargner ce destin qui nous oblige à nous éteindre. A céder. L’humanité représente une menace pour notre monde. Refuser son éradication est une grave erreur. Nous éclairons les ténèbres, mais les hommes prennent notre triomphe à leur compte. Les dragons détiennent le manteau de responsabilité. Il leur appartient à eux seuls.
Jugez mes actes à votre guise, mais ne doutez pas de la réalité. L’espèce humaine est à l’œuvre et nous ne pourrons bientôt plus l’arrêter….*

Cela me coûtera peut être la vie... Mais je changerai ce monde pour les dragons !
[Lien vers l'apparence : http://www.furaffinity.net/full/20880680/ . Merci a Ellenwen pour la seconde image de la signature ! ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Dim 28 Déc 2014 - 16:00


Le dragon se tort de douleur. C’est ma chance. Je peux mettre fin à tout ce foutu gâchis d’un bon carreau bien placé. Je remonte la corde… qui se coince ! Putain ! Je serre les dents pour ne pas crier. Pourquoi cette foutue arme s’enraye maintenant ? C’est pas vrai ! Pourquoi faut-il que mon arme s’enraye au plus mauvais moment ?!?

Je bricole mon arme tant bien que mal, malgré la douleur…. putain de merde ça fait mal ! Ah ! Voilà ! Aller Kor, reste conscient… reste conscient et tu vas l’avoir cet enfoiré de lézard !

Et puis elle se pose devant moi. S’interpose… la fille dans le hall du village. Elle se pose devant moi lors que le dragon s’est redressé et qu’il a l’air plus furieux qu’un berzerker.  « Dégage de là » j’essaye de lui hurler  mais mes côtes me font trop souffrir… rien ne sort. Je sors une rune d’interception et rampe jusqu’à la fille. Je place la rune juste sous ses pieds… avant de voir le  dragon décoller et partir… puisse tu crever en vol pourriture ! Merde... Tout devient noir… reste conscient Kor… reste consc…

Je reprends conscience dans un lit. Je me serais bien relevé mais je viens d’essayer… et j’ai trop mal pour ça… je te jure, Kor… mais comment tu fais pour finir toujours dans des état pas possible ? est-ce qu'on a bien repoussé cette pourriture de lézard ? et puis tout me revient en bloc : la mort d'Arzak, la destruction du matériel... mes chefs vont me tuer... si j'y passe pas ici...


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Sam 10 Jan 2015 - 0:34


Lorsque Korann se réveilla, allongé dans un lit, ses blessures pansées, il n’était pas seul. Esperance était à son chevet. Epuisée, elle s’était à endormie, la tête reposant à côté du Jeger. Les femmes qui s’étaient occupées de lui avaient bien tentés de la faire partir, mais elle avait résisté, et on l’avait finalement laissée. En sentant Korann remuer, la jeune femme redressa la tête. Un sourire illumina son visage fatigué, et, sans plus de considération pour les blessures du jeune homme, elle le serra très fort dans ses bras…

Rambert s’inquiétait lui aussi de la santé du Jeger. Quand ils avaient vu le dragon s’échapper, apparemment grièvement blessé, ses hommes s’étaient rendus dans le champ en cendre, pour trouver un bien triste spectacle. Un homme mort dans les décombres de la carriole et les deux autres dans un bien piètre état. Ils les avaient ramenés jusqu’au domaine de Rambert, et on s’était occupé d’eux. Mais un Jeger de mort…Si le deuxième y passait aussi, il risquait sa position, même après la débâcle du monstre.

Ainsi, quand il apprit que Korann s’était réveillé, Rambert se rendit à son chevet. Sans se soucier d’Esperance, il adressa au Jeger le discours suivant :

« Ah, mon ami, quelle joie de vous voir rétabli. Vous me voyez désolé pour votre camarade. Mais grâce à son sacrifice, la bête a fui. Vous êtes de vrais héros. Mais vous devez avoir hâte de rejoindre Dras Léona, à présent. J’ai mis à disposition un attelage pour vous raccompagner. »

* Et dégager vite fait d’ici…*










Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Mer 14 Jan 2015 - 11:46


Je prends un moment. J’arrive à me relever. Je découvre que mes blessure ont été soigneusement pansées. J’ai encore un peu mal quand je respire mais c’est loin d’être aussi intense qu’il y a … je ne sais pas combien de temps. Je trouve une fort belle jeune femme qui avait du être assise à mon chevet… et qui maintenant dormais à point fermé. Elle à les cheveux en bataille mais sous cette crinière couleur miel j’arrive à reconnaître la jeune femme qui accompagnait Winitran. Tient d’ailleurs où est-il passé ? Elle remue et se réveille. Et merde, elle semblait vraiment avoir besoin de dormir. Même pas le temps de parler. Je suis gratifié d’un sourire radieux (sans trop savoir pourquoi du reste) juste avant qu’elle me serre dans ses bras. Elle me serre fort contre elle, au point que j’en reviens à ressentir les blessures qu’elle a du passé un bon moment à soigner. J’arrive à peine à ne pas grogner à cause de la douleur. Elle desserre enfin son étreinte. Tellement de gentillesse et on a même pas été présenté. Je lui souris même si j’ai encore mal à cause de son étreinte un peu… trop fort pour mes côtes.

- Bonjour. C’est à toi que je dois ces bandage ?

Elle hoche la tête.

- Et bien grand merci. Comment tu t’appelle ?

Et le Nobliaux débarque à ce moment là. Quelle plaie ce type… il pouvait pas attendre un peu ? BonsDieux j'ai pas envi de voir sa salle tronche graisseuse à peine réveillé.... merde !

- Ah, mon ami, quelle joie de vous voir rétabli. Vous me voyez désolé pour votre camarade. Mais grâce à son sacrifice, la bête a fui. Vous êtes de vrais héros. Mais vous devez avoir hâte de rejoindre Dras Léona, à présent. J’ai mis à disposition un attelage pour vous raccompagner.

- Et bien merci à vous, le temps de reprendre des forces et je partirai.

Je reste poli. Mais j’ai saisi le message : dégage de là putain de Jeger que je puisse reprendre mes affaires sans t’avoir sur le dos. Ooh je partirai, aucun risque, mais faut d’abord que je sois sur pied, c’est pas forcément gagné… et je pense qu’il entendra parler de son comportement sous peu. S’il ne sait pas que j’ai des supérieurs qui aiment les rapports détaillé, il va bientôt l’apprendre…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Sam 24 Jan 2015 - 1:35


Pendant un court instant, l’idée de se débarrasser de Korann pour de bon titilla l’esprit de Rambert. Le plaisir simple que ce serait de savoir cet arrogant mort ! Heureusement pour le Jeger, le nobliau avait plus à perdre qu’à gagner si le Premier Homme venait à disparaitre. Et malgré son caractère, Rambert avait un sens de l’honneur – certes tordu – mais lui et Winitran avaient su régler son problème de dragon sauvage. Ce serait pour une prochaine fois…

« Un guerrier de votre trempe ne peut que vite se remettre. Sur ce, je dois vous laisser, d’autres affaires m’appelle. Esperance s’occupera de vous si vous avez besoin d’aide, » acheva t-il en désignant la jeune femme.

Puis il sortit et lâcha un soupir. Il ne s’était pas énervé, s’était même montré courtois. Le Jeger n’avait rien à lui reprocher, après tout. Le seul problème délicat qu’il aurait pu avoir, le fait qu’il découvre qu’il lui avait collé un aveugle pour l’aider, n’en était plus un, d’ailleurs. Rambert s’éloigna en sifflotant gaiement.


Esperance afficha une moue un peu triste, une fois Rambert parti. Si Korann partait maintenant, elle allait rester seule ici. Tout comme le noble un peu plus tôt, elle envisagea aussi que la guérison du Jeger se passe moins bien que prévu, pour qu’il demeure plus longtemps ici. Mais il avait sûrement une vie bien à lui, et le séparer des siens serait si cruel.

« Je pourrais venir avec toi à Dras Léona? » demanda la jeune femme d’un ton enjoué, avant d’ajouter, plus sombre : « Winitran m’a abandonné ici après le combat contre le dragon, et Rambert me fait peur. »










Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Sam 7 Fév 2015 - 1:04


« Un guerrier de votre trempe ne peut que vite se remettre. Sur ce, je dois vous laisser, d’autres affaires m’appelle. Esperance s’occupera de vous si vous avez besoin d’aide, »

Ouais c’est ça, casse toi… je vous jure cette pathétique parodie d’homme… plus je le côtoie… plus j’ai envi de lui faire la peau ! Si je le faisais… ma hiérarchie me tuerait sans doute dans le déshonneur, mais j’ai bien l’intention de lui fignoler un rapport aux petits oignons et là il risque d’avoir plus à gérer que des paysans en colère…
Je me rallonge deux minutes, les yeux clos. Je me refais un exercice de respiration pour calmer l’envi brutale de laisser tomber le voile rouge et d’aller faire la peau à ce nobliau de merde malgré mon état. Exercice interrompus par Espérance :

- Je pourrais venir avec toi à Dras Léona?  Winitran m’a abandonné ici après le combat contre le dragon, et Rambert me fait peur.
- Si tu veux, avoir à qui parler sur le retour sera pas de refus.

Je réponds en souriant. Qu’est ce qui a bien put arriver à Winitran ?

- ça va quand même demandé quelques jours pour que je sois sur patte..

Quelques jours plus tard je me suis effectivement retrouvé en état de rentrer. Je me suis d’abord assuré que rien de ce qui n’avait pas été incinéré m’avais été restitué. Je suis allé récupérer mon épée dans l’armurerie de Rambert. Si elle était placée en bonne place… j’ai très nettement eu le sentiment qu’il se l’était approprié. Ce dont tu t’empare est tiens… mais prendre garde à la vengeance de celui que tu dépossède… Je devrais lui faire la peau, mais non… je me retiens. Globalement ils ont été honnêtes et ont rendu tout le matériel qu’ils avaient trouvé.

Bon j’ai ce qu’il reste dans la charrette : une arbalète à tir rapide, quelques runes explosives, bref, ça a été un désastre. J’attache solidement ce qui doit être attaché et c’est le départ. Direction Dras Leona. Je fais claquer les rênes et la charrette se met en branle. De bons chevaux, une charrette de bonne qualité…. Il avait vraiment envi de me voir me tirer celui là !
Je me tourne vers Espérance et lui demande un sourire aux lèvres :

- Alors, comment as-tu échoué dans la cours d’un petit nobliau aussi plouc que Rambert ?


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 213
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Dim 8 Fév 2015 - 0:51


De bons chevaux qu’il avait dit, le brave Rambert. Et les deux braves bêtes l’étaient indubitablement, quoique dans un domaine qui n’avait pas grand-chose à voir avec la couverture de distance ou le transport de passagers.
La preuve, les deux montures commencèrent à méchamment trainer du sabot et apposèrent une fin de non recevoir à toute forme de sollicitation. En définitive, elles décidèrent d’un commun accord de s’arrêter alors que la nuit tombait et que l’orage grondait. De tous les endroits qu’elles auraient pu choisir le long du trajet, elles choisirent le plus éloigné de toute trace de civilisation.

La charrette et ses précieux passagers se retrouvèrent ainsi à l’arrêt au beau milieu d’un chemin criblé d’ornières toutes plus profondes et traitresses que les autres – la charrette n’aurait sans doute pas apprécié. De part et d’autres, les arbres se penchaient au dessus de d’eux, leurs feuilles se frottant les unes contre les autres avec des murmures de contentement à faire froid dans le dos. Certaines branches plus hardies se hasardaient même à étendre leurs sinistres griffes de bois en travers.

La foudre tomba non loin. A la faveur du flash de lumière, une forme noire se dessina plus loin sur le chemin pour disparaitre à peine l’obscurité revenue. Un homme avec une capuche et une canne en argent ? Un simple jeu d’ombres et de lumières ? Qui sait ce que l’esprit était capable d’inventer - enfin, s'il l'avait vraiment inventé…
En revanche, les hurlements dans le lointain s’avérèrent, eux, bien réels. Des loups ? Probablement. D’autres créatures ? Peut-être. Les temps s’y prêtaient bien. Le temps aussi, d’ailleurs…

¤¤¤¤¤
Pendant ce temps là et bien à l’abri entre les murs de son château, Rambert observait les grosses goutes de pluie s’écraser contre ses vitres. L’on toqua discrètement à sa porte et le seigneur des lieux se retourna vers son secrétaire particulier.

«  Vous ferez partir un messager à Dras Léona pour qu’il me ramène Murphy et Laléasoit lorsque nos deux zigotos seront arrivés à pont port. Cette saloperie de dragon m’a déjà suffisamment coûté sans que je doive encore y rajouter deux chevaux. »



Dernière édition par L'Aléa le Mar 17 Fév 2015 - 1:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Ven 13 Fév 2015 - 6:22


Korann s’était finalement remis de ses blessures – avec l’aide plus ou moins heureuse d’Esperance. La jeune femme était contente d’enfin partir. Restée ici alors que Winitran l’avait abandonnée n’avait aucun sens. Et puis, voyager seule avec le Jeger…

Au cours du voyage sous un ciel qui se devenait de plus en plus menaçant, ils eurent l’occasion de discuter de choses et d’autres. Lorsque Korann évoqua les raisons de leur présence chez Rambert, Esperance se rembrunit.

« On avait besoin d’argent, tout simplement, pour voyager jusqu’au Surda. » Une pensée traversa soudain l’esprit de la jeune femme. « Mais Rambert n’a même pas payé les services de Winitran, au final… »

L’orage roulait dehors, et malgré la hâte d’arriver à Dras Léona, les deux chevaux avançaient de moins en moins vite, pour finalement s’arrêter. Le tonnerre gronda alors et la campagne vide fut éclairée de la lumière crue des orages.

« Winitran ? » murmura la jeune femme en voyant l’ombre.

Mais l’éclair suivant la fit disparaitre. Espérance frissonna et se serra contre Korann, peu rassurée par le tumulte et les cris des loups. Les chevaux renâclèrent, nerveux eux aussi. Un dernier roulement de tonnerre, et la pluie s'abattit en cascade, trempant les deux compères jusqu'aux os en quelques secondes.










Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Lun 16 Fév 2015 - 23:37


- On avait besoin d’argent, tout simplement, pour voyager jusqu’au Surda. (elle marque une pause, pensive)  Mais Rambert n’a même pas payé les services de Winitran, au final…
- M’étonne pas de lui… et qu’est-ce que vous alliez faire au surda ?

Je demande avec un sourire. La question mérite d’être posée, en général descendent au Surda des marchand sous bonne garde… ou des fugitifs qui fuient le Premier Empire. Peu descendent pour faire du tourisme.
Le ciel est de plus en plus couvert. Le vent se lève. Bon on à intérêt à ne pas trainer dans le coin… quinze minutes plus tard… les chevaux refusent de faire un pas de plus. Il nous tombe dessus des trombes d’eau. Espérance se serre contre moi. J’étouffe un grognement alors qu’elle presse légèrement une plaie qui doit ne pas être très bien refermée.
 
- On va bouger. Tant pis pour l’attelage.

Je passe à l’arrière de la carriole et prend mon épée, la  dernière arbalète à tir rapide et tous les carreaux que je trouve. Et dire qu’on est tout près d’un relais de poste… tu parles d’une tuile... j’aide Espérance à descendre. La foudre frappe et l’obscurité est momentanément illuminée, dessinant une silhouette inquiétante sur le bord du chemin.

- Y’a un relais de poste à proximité, je crois. On va y aller ça permettra de passer l’orage.

J’attrape un des chevaux par le harnais et tir sur le mord. Le cheval renâcle mais bouge enfin. Le second suit sans discuter. On arrive tant bien que mal  au relais… qui est désert… et merde ! Mes instincts sont en ébullition.  Quelque chose ne tourne pas rond du tout.
Le temps de s’occuper de mettre les chevaux à l’abri (ce qui prend trop de temps à mon goût) et nous voilà, Espérance et moi, dans la salle commune du relais. On a réussi à allumer un feu sans fumer. Le tonnerre continu de gronder, la pluie continue de marteler le toit de tuile du relais. La fouille du relais nous a permis de mettre la main sur des couvertures et de quoi se faire un repas. On en avait besoin du reste. Je tends un bol d’une sorte de soupe qu’on a réussi à bricoler avec ce qu’on avait sous le coude et un pain de voyage à Espérance :

- C’est pas le grand luxe… mais faudra faire avec. (je me sers un bol et regarde le contenu.... mouais...) Tu penses que c’est comestible ?

Le sourire que j’affiche est tout ce qu’il y a de plus faux. Un truc me retourne les tripes, y’a un truc louche et je sais pas quoi… enfin... on devrais pouvoir attendre que l'orage passe ici dans une relative sécurité...

- Que compte tu faire une fois à la Dras ?


Spoiler:
 


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       


Dernière édition par Korann le Ven 20 Fév 2015 - 2:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître du Jeu

Nombre de messages : 213
Âge : 4

Voir le profil de l'utilisateur


L'Aléa
Maître du Jeu
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Mar 17 Fév 2015 - 1:32



En réponse à la question de Korann, quelque chose gratta dans un recoin obscur de relais. Des bricoles s’agitèrent sur le sol alors que les grattements se déplaçaient. Quoi que ce fût, cela sentait que les deux humains regardaient ailleurs. Cela en profitait pour s’approcher d’eux dans leur dos…

La foudre tomba non loin. La lumière blanche se déversa à travers l’unique fenêtre de la pièce. Pris en flagrant délit, l’énorme rat couina puis détala sans demander son reste. Sa queue ne tarda pas à disparaître dans un trou à l’aplomb de l’embrasure.

Un nouvel éclair. Un craquement sec. Assourdissant. Les murs vibrèrent. L’air se chargea d’une odeur d’ozone. La foudre n’avait raté le relais que de peu, cette fois-ci. Comme pour réparer cet échec, le vent redoubla d’ardeur.
Un gémissement lancinant se fit entendre, semblable à celui d’une âme en peine. Les tuiles tremblèrent sous ses assauts. Les cieux voraces semblaient prêts à les aspirer d’un instant à l’autre.

A peine discernables au milieu du boucan de la tempête, les hennissements terrifiés de Laleasoit et Murphy, brusquement interrompus.

« Toc ! »

Quelque chose – quelqu’un ? – vint alors violemment frapper contre la porte séparant l’écurie de la pièce principale…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6269
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


GreyMalkin
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Mar 17 Fév 2015 - 3:02


« Nous allions rejoindre un ami. Un Premier Homme qui nous a offert se protection quand on l’a rencontré lorsqu’on était plus au Nord. Il a du rejoindre le front du Surda, à l’heure qu’il est. Mais sans Winitran, ça va être dur de le retrouver… »

Ce qu’ils auraient fait après, Espérance n’en savait rien. Peut-être auraient-ils ensuite tenté de rejoindre Sil’Arn et le Temple de la Dame. Ou bien ils auraient apporté leur maigre soutien à leur allié. Maintenant, tout ça était bien compromis…


Espérance goûta la mixture qu’ils avaient préparée. La grimace qu’elle esquissa valait toutes les réponses du monde. Elle se força cependant à en prendre une autre gorgée, et adressa un sourire ravi à Korann.

« Je n’ai jamais rien mangé d’aussi bon…Dans ces conditions, en tout cas. »

La jeune femme ne perçut pas la nervosité du Jeger. L’abandon du relais de poste ne semblait pas la déranger. Trop naïve et innocente, sûrement…

« Je ne sais pas…Peut-être travailler et gagner assez d’argent pour rejoindre l’homme dont je t’ai parlé avant. Je… »

Le tonnerre assourdissant l’empêcha de finir sa phrase. Lorsque le tumulte se calma quelque peu, et que les chevaux furent calmés, un « Toc ! » sourd se fit entendre. Korann et Espérance échangèrent un regard. Le Jeger se leva, saisit son épée et s’approcha silencieusement de la porte menant aux écuries. D’un coup sec, il l’ouvrit et se retrouva face à…

Spoiler:
 

...personne. Une étrange substance gélatineuse, à la couleur rose incarnat, maculait le devant de la porte. Espérance s’approcha, intriguée, et se pencha. Elle tendit le doigt pour y toucher et se ravisa au dernier moment. Dans la lumière chiche du feu de bois, elle n’avait pas remarqué que cette substance n’était pas présente seulement devant la porte. En levant les yeux au plafond, on pouvait voir qu’elle sourdait à travers les planches du toit de l’écurie et tombait en flaque sur le sol…










Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu | Ven 20 Fév 2015 - 4:52


Bon, au moins vu le nombre de taverne et auberge que je connais je devrais pouvoir lui filer un coup de main pour trouver un boulot à la Dras. La foudre tombe encore. Et cette fois tout près. Bons Dieux faites que la foudre ne nous tombe pas dessus. On a déjà eu suffisamment de mal à arriver à ce foutu relais, ce n’est pas le moment de nous foutre encore plus dans la merde !

Un « toc » résonne. Merci Badb… En voilà une qui écoute, mais j’aurais préféré que ce ne soit pas elle… parce que là on risque vraiment… mais vraiment d’être les deux pieds les deux mains dans la merde et le reste du corps avec par-dessus le marché.

Je laisse descendre l’angoisse. Maîtrises-toi Kor, tu vaux mieux que ça. Je suis encore blessé certes, je ne pourrais pas me battre à plein puissance, certes… mais tu reste un guerrier, et un combattant rusé et inventif, faudra juste plus jouer sur ces deux points forts pour compenser ma faiblesse actuelle. Je n’ai rien laissé paraître de mon état d’esprit. Cette situation me retourne les tripes.

Espérance et moi échangeons un regard. J’attrape Varra et commence à avancer vers la porte de l’écurie. Tout mon être se tend vers le combat. Chacun des muscles que je peux solliciter est contracté, tendu. J’ouvre la porte… et tombe sur une sorte de… mélasse rose ? D’accord… Par les Dieux je peux avoir une explication ?
Espérance approche le doigt de la substance… puis se ravise. Comment cette mélasse est-elle arrivée là ? Elle n’était pas là quand nous avons fais entrer les chevaux… d’ailleurs on ne les entend pas hennir… donc soient ils sont mort soit ils ne perçoivent pas de menace. Pas moyen de voir d’ici…

Je repars vers le feu et revient avec une torche bricolée. On ne voyait pas grand-chose avec la lumière du feu. Et c’est pire que ce que je pensais… cette substance semble couler du plafond et tomber en grosse flaque dans l’écurie. Je voudrais ne pas prendre de risque et brûler tout ça… mais ça reviendrais à brûler le relais par la même occasion… et on ne peut pas vraiment ce le permettre, tout de suite en tout cas…

- laissons ça, ça n’a pas bougé, ça ne bougera peut être pas… si c’est le cas… on se tire et on fout le feu au bâtiment.


Spoiler:
 


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Un Chant d'Acier et de Feu |


Revenir en haut Aller en bas

Un Chant d'Acier et de Feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Par delà les Murs-
Ouvrir la Popote