AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

La question

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 158
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Keldar
Message Sujet: La question | Dim 31 Aoû 2014 - 13:03


Uru baen… Il comprenait mieux pourquoi ce nom était synonyme de « tristesse ». Enfin… d’après les érudits, mais bon, il fallait croire que les fondateurs avaient eu le nez creux.

Gil’ead avait été à ses yeux un tas de fumier, mais il y restait de l’activité, de l’optimisme et même un peu d’espoir. Une bouse, certes, mais des fleurs y pousseraient peut-être. Rien de tel en ces lieux. A l’oppression de la ville s’ajoutait celle des milices, à la puanteur des chiens celle des rats, à la raison des uns la folie des autres. Rien ne persistait ici que d’immondes flaques brunes ou noirâtres dont les remugles empestaient à chaque coin de rue. Il avait toujours entendu parler de l’endroit comme d’une région animée, mais seules quelques âmes errantes arpentaient encore furtivement les artères maudites de la cité.

Keldar ne parvenait pas à imaginer comment on pouvait encore vivre ici. Et pourtant, des gens restaient. Par nostalgie pour certains, par nécessité pour d’autres. Laquelle de ces raisons avait poussé Weim, enchanteur, à demeurer dans ce fief des Premiers Hommes, peu le savaient. Il avait pour réputation d’être de connivence avec les envahisseurs, mais on entendait dire qu’il espionnait pour le compte des rebelles.

Lui n’en avait cure. Combien devrait-il rencontrer de magicien, avant d’enfin toucher au but ? Trésor resterait-elle éternellement prisonnière ? Passerait-elle le restant de ses jours à être arborée au cou de l’un, vendue aux mains de l’autre ? La petite s’était montrée d’un tel secours, d’un tel engouement depuis le début ! Non, il y avait une solution, cela ne faisait aucun doute !

C’est ce genre de pensées plein le crâne que Keldar s’introduisit dans le sombre appartement. L’immeuble et ses alentours avaient semble-t-il été déserté. Nombre de portes béaient, révélant qui un capharnaüm de poutres et de pierres, qui une pièce dépouillée de toute vie. Seules les traces fraîches laissées dans la poussière omniprésente trahissaient la présence d‘un occupant.

Surprise, l’appartement qu’on lui avait indiqué était ouvert. Situé au dernier étage, le logement occupait la totalité du niveau. Les bibelots étalés sur la table de la pièce centrale révélaient sans ambigüité la présence d’un individu dans les parages. Keldar poursuivit donc son tour d’horizon, passant dans la chambre, puis dans une sorte d’atelier. Au premier regard, il crut qu’il s’agissait d’un débarras. Un deuxième coup d’œil le fit changer d’avis : la pièce avait été fouillée.

La lumière entrant par la porte vacilla un instant. Avant qu'il ne plonge dans le noir…



"Peu de trésors courent après leurs voleurs"
---------------------------------------
Fiche de Keldar
---------------------------------------
Mr Gold:
 

__________________________________________________
*Avatar adapté par Ellenwen d'après tsabo6
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1043
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: La question | Dim 31 Aoû 2014 - 17:59


L’appartement est sombre. Je le laisse volontairement comme ça. Ça va faire trois jours que je campe dans cet appartement. Quatre depuis que la preuve de la trahison de Weim à exposée sa duplicité. Il a disparu juste avant que je lui mette la main dessus. Je l’ai rencontré une fois à Dras Léonna un type peu avenant, mais passionné par ses recherches. En fait dire passionné est loin de la réalité, c’est un crevard obsessionnel qui ne pense qu’à son travail. Pas de vice particulier, pas à ma connaissance en tout cas, ou je les aurais déjà exploité.  Il enverra quelqu’un récupérer ses carnets, c’est certain. Car cette ordure les a convenablement planqué je ne sais pas ou, et ça m’énerve.

J’ai aussi pour objectif de ramener le travail de ce mage à mes supérieurs. Il a travaillé sur des runes apparemment. Je ne peux pas dire que les huiles aient bien joué pour le coup. Que ce fils de pute ait retourné sa veste, faisait peut être parti d’un plan. Dans tout les cas, je vais lui mettre la main dessus et le passer par le fils de l’épée.

J’entends un petit craquement de plancher. Voilà mon récupérateur…un hybride apparement. il commence à peine à se mettre au boulot, je vois d’ailleurs une petite trappe ouverte dans le plancher, j’ai trouvé ! Je me glisse derrière le voleur glisse une main sous son coup, dans l’angle mort de son regard pendant que l’autre se met position pour le maitriser au niveau du cou. Tout le reste se passe en un éclair. J’enserre son cou jusqu’à ce qu’il perde connaissance.

Je récupère le contenu de la trappe, et y jette un petit coup d’œil. C’est bien ce que je cherchais. Reste plus qu’à cuisiner le voleur pour savoir ou et quand il a été engagé.  Je sors un petit sifflet et ouvre une fenêtre. Je siffle un bon coup. Gregor et Vokun viennent prendre le paquet (le voleur).

On l’installe "confortablement" dans une pièce sans fenêtre éclairé par un seule et unique bougie posé sur une petite table en bois moisi calée dans un coin. Après l’avoir consciencieusement dépouillé de son équipement. Et quand je dépouillé… on l’a foutu à poil et attaché à une chaise avec des cordes humides qui ont séchée par la suite. Il ne risque donc pas de bouger.

Je m’installe devant lui et j’attends. J’attends qu’il reprenne conscience. Ah voilà…

La première chose qui voit en se réveillant, c’est mon poing dans sa gueule. Je le passe à tabacs comme ça pendant plusieurs minutes. Il n’a pas de cheveux donc pas possible d’utiliser ça. Tant pis. C’est repartit pour un tour de bastonnade. Une fois ça fini je pose la seule et unique question dont la réponse m’intéresse :

- Ou est ton commanditaire ?


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 158
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Keldar
Message Sujet: Re: La question | Lun 1 Sep 2014 - 17:15


Il a mal…

Il commence à peine à reprendre conscience que sa tête est projetée en arrière. Son nez produit un craquement sinistre. Ce n’est pas la première fois, mais ce son le révulse toujours autant. Un second coup et ses dents s’entrechoquent, lui mordant la langue. Le goût du sang emplie sa gorge.

Il a maintenant conscience de sa nudité. D’autres coups pleuvent, plus ou moins douloureux. Il ne peut de toute façon plus ouvrir les yeux. Son visage le brûle sur chaque carré de peau. Seules ses lèvres, à peine fendillées, sont encore en état de bouger. Il a mal aux poignets et aux chevilles. Des cordes lui cisaillent les membres, le paralysant complètement. Jamais il ne s’est senti aussi impuissant. Sa nudité l’expose au froid et à l’humidité de son cachot. Ses liens lui interdisent tout mouvement pour se défendre. Et les coups pleuvent. Il ne peut qu’encaisser.

Les coups s’arrêtent. Il relève prudemment la tête. Ses arcades enflées l’empêchent d’ouvrir complètement les yeux, mais il réussit néanmoins à entrapercevoir la silhouette campée face à lui. Une seule phrase sort de la bouche de son ravisseur :


- Où est ton commanditaire ?

L’accent de la voix confirme ce que Keldar commençait à redouter : un Premier Homme. Peut-être même l’un de ces chasseurs de mage, avec sa chance…

Et avec sa chance, il ne dispose d’aucune information pour acheter sa liberté, ni même sa vie. Si au moins il avait une bonne raison de résister à son bourreau, le sentiment de braver l’autorité en l’honneur d’une quelconque cause… mais non, il était sans défense, sans intérêt : une patate qui finirait au mieux en purée sans qu’on lui demande son avis.

La seule chose qu’il pouvait faire pour s’en sortir, c’était dire la vérité. Ou au moins une partie. Il devait gagner du temps, mais les idées lui manquaient. Il dit la première chose qui lui traverse l’esprit :

- … à boire…

Le croassement qui s’échappe de sa gorge rend sa voix méconnaissable. Il a vraiment soif. Mais il doit penser à Trésor. Qu’en ont-ils fait ? Ont-ils découvert le secret du médaillon ?

L’autre n’a pas bougé.


- Soif…



"Peu de trésors courent après leurs voleurs"
---------------------------------------
Fiche de Keldar
---------------------------------------
Mr Gold:
 

__________________________________________________
*Avatar adapté par Ellenwen d'après tsabo6
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1043
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: La question | Lun 1 Sep 2014 - 19:10


A boire ? Mais il se fout de ma gueule en plus ? Je lui remets un crochet et lui rétorque d’un ton haineux :

- Tu pourras peut être boire quand tu auras dit ou est ton commandataire, maintenant PARLE !!

Pour l’instant, je ne pense pas qu’il dira quoique ce soit, on est encore qu’au début et les coups ne sont que le préambule. S’il ne craque pas sous les coups, il craquera à l’usure. Pour l’instant on va continuer avec les coups. J’aurais ce fils de pute de Weim, quitte à brûler la ville, je l’aurais et le tuerai !

J’en remets une couche, je le passe de nouveaux à tabac, bras, jambes, abdomen, tout y passe, sauf la bouche, il doit pouvoir parler.

- OU EST-IL ? PARLE !!

Vokun entre.

- On a trouvé un truc, faut qu'on parle.
- J’arrive (je me tourne vers le prisonnier) t’as du bol, t’as droit à une pause.

Je lui mets un dernier coup dans les cotes histoires de lui couper le souffle et je sors. Gregor verrouille la porte.

- Alors, Vokun, de quoi voulais tu parler ?
- On a fouillé ses possessions et tout passé à la pierre d’anti-magie. Elle vibre comme pas possible à côté d’un médaillon.
- Et alors, ce n’est pas la première babiole magique qu’on voit passer.
- Celle là est différente je pense…
- Alors à toi de l’investiguer, pas de démontage pour l’instant, fais un croquis et va faire des recherches aux archives.
- Je ne l’emmène pas ?
- Je préfère pas, cette babiole peut représenter un truc pour lui, on pourra jouer là-dessus, mais je dois l’avoir sous la main pour ça.
- Comme tu veux. J’y vais.
- Puissent les Dieux rendre ton pas léger.
- Puissent-ils faire parler ce damné hybride.
- Pour ça je m’en occupe…

Vokun s'en va sur un éclat de rire. Bon… on va le laisser mariner un peu. Et je commence à avoir faim…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 158
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Keldar
Message Sujet: Re: La question | Sam 6 Sep 2014 - 15:12



« Où est ton commanditaire ? »

Une seule question et pas de réponse. Ses liens lui semblent plus serrés que jamais, pas moyen de trouver une position supportable.

« T’as du bol, t’as droit à une pause »

Il s’en préoccupe à peine. Le reflux de sang dans son visage le déchire plus encore que les coups qui l’ont provoqué. Le bourreau discute avec un autre homme. Pas moyen de comprendre le moindre mot. Ah si, les salutations d’usage. La pause aura été de courte durée.

A sa grande surprise,  il se retrouve seul. Il réussit enfin à écarter un peu ses paupières. Sa cellule est une sorte de remise dépourvue d’ouverture. Une bougie éclaire encore les murs nus, dans le coin opposé. Rien d’autre à faire que penser.

Son secret ne tiendra pas longtemps, ça ne fait aucun doute. Que les autres découvrent la magie du médaillon ou non, c’est un objet beaucoup trop précieux pour qu’il l’ait obtenu honnêtement. Il va devoir leur en parler, mais comment ?

Les minutes passent et la bougie se consume inexorablement dans l’attente d’une conclusion…



"Peu de trésors courent après leurs voleurs"
---------------------------------------
Fiche de Keldar
---------------------------------------
Mr Gold:
 

__________________________________________________
*Avatar adapté par Ellenwen d'après tsabo6
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1043
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: La question | Ven 12 Sep 2014 - 0:16


Je rentre dans la remise, Gregor à ma suite. Gregor commence l’interrogatoire.

- Tu vois… mon collègue est peu patient… il n’aime pas discuter. Quand il veut une réponse, il pose la question. Quand on ne lui répond pas, il cogne. Moi... j’aime discuter. discutons...

Gregor lui tourne autour comme un requin autour d’un homme qui vient de tomber d’un bateau. sa voix est un mélange savament dosé de menace, de sympathie, d'empathie, de fausse compassion et "d'injonction inconsciente" comme il aime dire.

-Parle moi, j’ai juste besoin de savoir deux choses : la première… c’est ta version de l’histoire qui nous occupe. L’autre chose,  c‘est comment tu t’es procuré ce médaillon.

Je ouvre la gourde et m’envois une longue et fraîche goulée d’eau clair. je m'arrange pour que le prisonnier entende que je bois une aussi bonne eau.

- Mon collègue n’aime pas l’idée que je te parle, alors il surveille, mais tu vois, tu as gagné un peu de respect de sa part, tu lui as résisté plus d’une heure… ils parlent tous en moins de cinq minutes avec lui.

Le type continu à la fermer.

- J’aimerais t’aider tu sais. Tu as été engagé sans trop savoir dans quoi tu t’engageais, je comprend ta situation. Et tu te retrouve là… si tu continue à te taire je devrais t’estampiller mage et tu seras exécuté de manière très…. Trèèèès douloureuse, je n’ai pas envi que ça t’arrive vois tu...

je commence à manger des biscuits sec. Ils craquent sous la dent, rendant le bruit perceptible.

"Tu pourra boire et manger, mais c'est donnant donnant. tu me dis ce que je veux savoir, je te donne ce dont tu as besoin. le marché est simple non ?

Ce salaud de Gregor… Pour sur qu’il connaît son affaire. On a planifié cet interrogatoire ensemble durant notre repas. Quand Gregor dis que le prisonnier à monté dans mon estime, il n’a pas tout a fais tort. Je n’aurais pas bougé, comme lui. Mais là, la question du respect ne se pose pas, la question de l’honneur non plus. On doit mettre la main sur cet enculeur de porc de Weim et le passer par le fils de l’épée quelqu’en soit le prix…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 158
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Keldar
Message Sujet: Re: La question | Ven 12 Sep 2014 - 16:20




Aussi improbable que cela puisse paraître, il s’est assoupi. Quand les costauds reviennent, ses oreilles bourdonnent  et il se sent loin, vaporeux.

Le tortionnaire reste à l’écart. L’autre commence une sorte de discours dont il ne relèvera pas une bribe. Ses fichus oreilles ! Trop de coups ou pas assez de sang, il ne saurait dire. Il attend simplement que l’autre revienne, le bastonne, reparte et recommence. Ses pensées s’effilochent avant même qu’il en saisisse le sens.  Il a vaguement conscience de l’homme qui lui tourne autour, mais sans vraiment y prêter attention. Il se sent vide, desséché. Eu-t-il voulut aligner deux mots qu’il en serait incapable.

Et puis quelque chose, une sensation, un bruit, attire son attention. Comme si quelqu’un venait de lever un voile sous lequel il aurait été enfoui. La voix du soldat lui parvient nette à présent.


- … veux savoir, je te donne ce dont tu as besoin. Le marché est simple, non ?

Il rive son regard sur le visage qui lui fait face. L’autre mange des biscuits. C’est leurs craquements qui l’ont réveillé. Demander à boire ne servira à rien. Il ne lui reste qu’à essayer d’arracher les mots à sa gorge et espérer que les frères Tape-dur seront enclin à l’abreuver avant qu’il ne s’effondre.

- Je… cherchais…

Ses deux mots semblent lui déchirer la langue tandis qu’une quinte de toux l’interrompt. Il retente sa chance en enlevant les « r ». Ceux-là sont vraiment insupportables.

- Magicien… aide pou’ médaillon.

Ses yeux le trahissent à nouveau et il sent son crâne dodeliner. Non, il n’ira pas plus loin. Seize années dans la rue ne lui auront pas donné tant d’endurance. Le voile retombe sur ses songes.

Une nouvelle claque le sort de sa torpeur…




"Peu de trésors courent après leurs voleurs"
---------------------------------------
Fiche de Keldar
---------------------------------------
Mr Gold:
 

__________________________________________________
*Avatar adapté par Ellenwen d'après tsabo6
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1043
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: La question | Jeu 18 Sep 2014 - 22:12


Bons dieux ! Il va nous claquer entre les doigts. Je fais signe à Gregor et lui lance la gourde. On le réhydrate plus ou moins efficacement.

On va le laisser un peu tranquille. Gregor ne dit rien, il n’y a rien à remettre en question. Lui comme moi, avons sous estimé la résistance du voleur. on doit avoir trop pris l'habitude de torturer des déserteurs et des mages qui ont eu à s'endurcir très rapidement et à la dur. il a parlé d'un lien en tre le mage et le médaillon. nos question vont maintenant savoir ou il a bien put voler ça et le rapport avec Weim.

On place une table devant le prisonnier puis on attend. Le corps doit absorber l’eau et reprendre quelques forces. Une heure passe, puis deux. Gregor s’assoit à la table, en face de l’hybride. Je mets une bonne claque au prisonnier qui se réveille.

Il trouve Gregor face à lui avec un bon diné posé devant lui et le médaillon à côté de l’assiette. Il est toujours attaché et risque pas de bouger.

- alors… tu allais commencer à nous parler de mage et de médaillon… discutons… et on te laissera manger… si tu satisfais  notre curiosité…



Spoiler:
 


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 158
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Keldar
Message Sujet: Re: La question | Mer 24 Sep 2014 - 16:00



- Alors… tu allais commencer à nous parler de mage et de médaillon… discutons… et on te laissera manger… si tu satisfais notre curiosité.

Keldar lorgne le dîner. Il n’a même pas l’air mauvais. Mais surtout, il voit le médaillon posé à côté. Il ne sait plus quelle histoire leur raconter. Tant pis, il essaiera de rester évasif.

- Je voulais voir le mage pour qu’il m’aide avec ce médaillon…

La plus longue phrase qu’il ait sorti depuis le début de cette journée. Il a encore du mal à articuler, mais l’eau lui a fait du bien. Il poursuit :

- Il y a quelqu’un dans le médaillon… une petite fille. Essayez de lui parler, vous verrez.

Il se doute que les deux zouaves vont se méfier.  Mais il ne peut guère en rajouter sans se compromettre. Quoique… ne disent-ils pas « ce dont tu t’empares est tien » ? Mais il présume que ça ne s’applique en aucun cas aux détrousseurs de son acabit.

Les deux semblent encore attendre quelque chose. Il poursuit :


- Je voulais qu’il m’aide à la faire sortir, c’est tout.



"Peu de trésors courent après leurs voleurs"
---------------------------------------
Fiche de Keldar
---------------------------------------
Mr Gold:
 

__________________________________________________
*Avatar adapté par Ellenwen d'après tsabo6
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1043
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: La question | Lun 29 Sep 2014 - 23:36


- Je voulais qu’il m’aide à la faire sortir, c’est tout.

Ça peut se tenir. Connaissant Gregor, il ne va pas le lâcher pour si peu…

- En partant de l’hypothèse peu crédible que tu dis la vérité… combien de mage as-tu rencontré ?

C’est partit, Gregor est lancé, il va continuer à jouer avec lui sans la moindre once de pitié. Je dois avouer que j’en ai presque mal pour le voleur.je suis violent et brutal… Gregor est manipulateur et sadique, il va bientôt passer à la phase je tiens parole. ça en fait craquer pas mal en général.

- Je veux les noms, les pouvoirs, les éléments de prédilections, les lieux de rencontre, tout

Gregor ne va pas le lâcher, mais il doit savoir que le type va se braquer s’il ne relâche pas un peu de pression. On a toujours l’ascendant sur lui, mais si on en a trop le type se fermera, alors qu’il a commencé à cracher le morceau.

- Ah oui… (Gregor me fais un signe de tête, je coupe les liens de l’hybride au niveau des mains) mange, comme promis.

Gregor pousse l’assiette devant l’hybride. On ne la lui retira pas. Si on donne notre parole, on la respecte. C’est surement notre plus grande faiblesse en ce pays de fourbe sans honneur, notre code d’honneur. C’est surement pour ça que certains d’entre nous détruisent leur honneur, morceau pour permettre aux autres de conserver le leur.

Je n’aurais jamais eu recours à ce genre de méthode il y a encore quelques mois. Je me dégoute moi- même !  Tabasser un type sans lui laisser la possibiliter de défendre son honneur en combat régulier  pour choper un traitre? Le manipuler et le torturer psychologiquement pour obtenir des informations ? Mais dans quel trou je suis en train de sombrer ? Risque du métier dirait Skald, je ne l’avais pas cru. Ça va être quoi la prochaine fois ? Tuer de sang froid des gamins sans défense ? je ne deviendrais jamais Weim, mais je perd quelque chose à le traquer...

On ne quitte pas l’hybride des yeux pendant qu’il mange.

- Bien… maintenant que tu as bien mangé… tu va pouvoir faire parler cette fillette dans le médaillon. Je te préviens… si c’est un numéro de ventriloque… je te laisse avec mon compère jusqu’à ce qu’il en ait finis avec toi… je suis clair ?

classique, une fois qu'il a gouté à la clémence, on lui rappelle qui est le patron et qu'il a intérêt à parler. Je rattache l’hybride avec de nouvelles cordes, l’une humide, qui sèchera grace à l'opposition d'une rune à dégradation rapide, et une cordelette runique incassable, mais qui le serrera moins que la corde séchée. Grégor continu à poser ses questions...


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 158
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Keldar
Message Sujet: Re: La question | Jeu 9 Oct 2014 - 15:12



Faire parler Trésor… Pas si simple, sans l’usage de ses mains. Enfin… Au moins peut-il s’exprimer convenablement.

- Ouvrez le médaillon et approchez-le de moi, qu’elle puisse bien m’entendre.

Le geôlier s’exécute. Comme Keldar s’y attend, il n’a pas besoin de dire un mot. L’ouverture du médaillon suffit.

- Keldar ? Qui êtes-vous ? Où est Keldar ?

Encore une spécificité du médaillon. Trésor sait toujours si la main qui la porte est connue. Il articule :

- Je suis là. Hum… comment dire… je suis prisonnier, là, parce que je suis entré chez le magicien. Les gardiens veulent te parler. C’est l’un d’eux qui te tient.

- Prisonnier ? Mais… mais… tu n’as rien volé ? Tu n’as rien fait de mal ? Combien de temps ? C’est vous qui le gardez ? Libérez-le, il veut juste me faire sortir d’ici !

Il faudra plus que ça pour les convaincre, mais c’est un début.

- Et si vous voulez être sûr que ce n’est pas un numéro de ventriloque, allez discuter loin de moi, vous verrez. Trésor, répond à leurs questions du mieux que tu peux. On va se retrouver juste après.

L’un s’éloigne avec le médaillon, l’autre reste. Keldar poursuit à son intention :

- Bon, accordons-nous bien : j’accepte de coopérer, mais il va falloir penser à me parler de ma liberté. On peut s’arranger, mais n’attendez pas trop de moi tant que je serai enfermé et attaché. Et ne soyez pas étonnés que la petite soit perdue. Elle ne sait quasiment que ce qu’elle entend, autrement dit ce qu’on lui raconte. Maintenant que je vous ai tout dit, quelles sont mes chances de sortir d’ici en vie et avec le médaillon?



"Peu de trésors courent après leurs voleurs"
---------------------------------------
Fiche de Keldar
---------------------------------------
Mr Gold:
 

__________________________________________________
*Avatar adapté par Ellenwen d'après tsabo6
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1043
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: La question | Jeu 9 Oct 2014 - 23:30


Je sors, le médaillon en main. Le voleur commence à croire qu’il à l’avantage. Grave erreur. Gregor à eu l’air plutôt gentil jusqu’ici… il va découvrir le pire aspect de ce fils de pute. Je tourne mon attention vers le médaillon.

- Raconte-moi ton histoire, petite, sans mentir. La vie de ton compagnon en dépend.


Ce qui s’est passé une fois Korann sortit :

Gregor se leva, fit le tour de la table pendant que l’hybride parlait. Il colla un coup de poing monumentale dans l’abdomen de l’hybride et lui explosa le nez sur la table. Il considérait ce genre de réplique insolente. Il était aux commande, il ne voulait pas que son prisonnier oubli dans quelle position il se trouve…

- Pour qui tu te prends ? Alors comme ça parce qu’on te file à manger… tu crois que tu es le patron ici ?

Gregor se délecta de la souffrance de l’hybride. Apparemment, il avait cru pouvoir commencer à négocier. Négocier avec un Jeger c’est accepter ses conditions…. Toutes… ses conditions… Négocier avec Gregor… mieux vaut ne pas y penser…

- Je vais te dire... je peux sortir de cette pièce, le médaillon en main et te laisser pourrir ici jusqu’à la fin du monde, personne ne te cherchera, personne ne te trouvera.

Gregor marque une pause, une idée d’un savant sadisme venait d’émerger dans son esprit : mettre les ressources des Jegers sur son problème de médaillon. S’ils travaillaient à faire sortir la gamine du médaillon, il le tiendrait par les couilles, s’ils arrivaient à libérer la petite, ils le tiendraient doublement par les couilles… si en plus le voleur était runé et correctement contrôlé… les pièces du plan s'imbriquaient parfaitement dans son esprit : runer à son insu le voleur à l'aide d'une rune si profondément ancrée qu'elle n'en serait pas visible à l'oeil nu et le faire suivre pour qu'il conduise les Jegers à d'autre mages tout en le tenant par le chantage de la destruction ou de la libération de la petite

- Mais tu vois… je suis d’humeur généreuse aujourd’hui... Malgré ton… indélicate… sortie. Tu va venir avec moi à Dras Léona, tu auras ton médaillon, je mettrai même une équipe de mages et de runnistes sur l’affaire de ton colifichet.  Tu sortiras libre… mais je veux un topo sur tout les mages que tu as ne serait-ce que croisé au détour d’un sentier. Ment une seule fois et je le saurais… et là… (Gregor en marquant sa pause, lui fait son sourire le plus terrifiant)… je veillerais à ce que ta fin soit tellement douloureuse que le trou à merde où vont vos criminel après leur mort aura un goût de nirvana… échappe toi et tu ne pourra te cacher nulle part... suis-je clair ? Sommes-nous d’accord ?

Même s’il n’avait pas été d’accord, il n’aurait pas eu le choix. On ne dis pas non à Gregor.. à moins d’être son supérieur.


Je reviens un peu plus tard. L’histoire de la petite est parfaitement cohérente… et vraiment bouleversante.  L’hybride à le nez de nouveau éclaté et il ya une petite flaque de sang sur la table. A croire que Gregor lui a rappelé qui posait les questions…

- Alors ?
- Pour moi c’est cohérent (je réponds calmement)
- On l’embarque à Dras Léonna, on a trouvé un… terrain d’entente (déclare Gregor un sourire sadique aux lèvres)
- Magnifique…



J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 158
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Keldar
Message Sujet: Re: La question | Dim 19 Oct 2014 - 14:00



Dras Leona ?

Bordel, mais c’est pas vrai ! Il avait galéré pour quitter cette ville, tout ça pour s’y faire ramener de force une paire de mois plus tard.

L’autre semble pensif et un rien las. Mais Keldar ne s’y trompe pas. Ils veulent jouer aux méchants ? Autant leur en donner une bonne raison. Vu la dernière réaction du vice-lard, rien de ce qu’il pourra dire ou faire ne pourra faire empirer davantage la situation. Il s’adresse au boxeur, articulant du mieux qu’il peut d’une voix nasillarde.

- Dras Leona, hein ? Il est gentil, votre collègue, il a appris où à négocier ? Chez les gorilles, c’est ça ? Ne dites rien, je l’ai deviné tout de suite ! Bon, vous allez lui expliquer que si vous voulez que je vous aide, vous aller devoir faire preuve d’un peu plus de tact ? Je suppose que ce n’est pas votre supérieur, si ? Si c’est le cas, je vous suggère un putsch. On ne fait pas confiance aux gens imprévisibles.

Keldar se prépare au prochain impact, tandis qu’une lueur mauvaise grandit dans les yeux de son opposant…

_______________________________________
*Trésor sent toujours la grosse main du Premier Homme sur son épaule. Il n’a sans doute pas conscience de la toucher ainsi, à travers le médaillon, mais peu importe. Elle a fini par s’y habituer, avec Keldar.

L’homme s’est radouci passé le premier contact. Elle a bien senti qu’il ne lui fait pas totalement confiance, mais il croit au moins un peu à son histoire. Il lui a expliqué qu’on allait les ramener à Dras Leona, et la confier à une équipe de magiciens pour voir ce qu’il en était. C’est ce point-là, qui l’inquiète. Curieusement, elle a beau avoir envie de sortir, elle ne tient pas à être séparée du voleur. Elle ignore ce qu’est devenu son père, mais même s’il vit encore, elle ne peut pas compter le retrouver rapidement. Il lui faudra quelqu’un pour l’accompagner dans ce monde.

Et si elle se fit à ses paroles, ses chances de survie diminuent à vue d’œil. Elle doit intervenir, même si c’est peu de choses :


- Vous promettez de me laisser partir avec Keldar après ? demande-t-elle candidement. Je sais que vous êtes en colère contre lui, mais il est juste méchant quand il a peur. Quand ce sera fini, tout ira mieux, vous allez voir. Je vous promets même que si vous me laissez avec lui, il vous accompagnera.*
_________________________________________

Keldar n’en revient pas. La petite n’est pas idiote, mais elle ignore ce qu’il endure depuis des heures, peut-être même des jours. Ce Gregor et son regard venimeux… il sait qu’il a plus de chance de se faire abandonner sur la route que d’arriver à destination. Mais elle a raison : il ne peut pas se laisser aller comme ça. Tour d’abord, c’est d’elle qu’il s’agit, pas de lui. Et puis ce sera l’occasion de se rabibocher avec sa cité natale. Après tout, il l’a essentiellement quittée à cause des autorités.

- Bon, trêve de fanfaronnade et de provocations (il fixe Gregor). J’accepte de vous suivre et de faire ce que vous me dites, cela va de soi. Je ne demande rien d’autre que poursuivre mes recherches. Si vous voulez savoir les mages que j’ai rencontré, je vous le dirai, mais la plupart sont soit mort, soit en cavale, donc n’ayez pas de trop grands espoirs non plus quand à l’utilité de ces renseignements.

Ce n’étaient pas vraiment des excuses, mais ils devraient s’en contenter pour le moment. Et maintenant, pitié, qu’ils le détachent ! Une seconde de plus sur cette chaise et il va devenir fou !



"Peu de trésors courent après leurs voleurs"
---------------------------------------
Fiche de Keldar
---------------------------------------
Mr Gold:
 

__________________________________________________
*Avatar adapté par Ellenwen d'après tsabo6
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1043
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: La question | Lun 27 Oct 2014 - 0:59


Le voleur fanfaronne encore un bon coup. Pas besoin d’en venir à la violence, il fait son baroude d’honneur avant de craquer et d’accepter la proposition de Gregor.  Techniquement, on n’aurait pas eu besoin de lui demander son avis, mais Gregor a un plan, sinon il n’aurait pas procédé comme ça. Ah ça y ait il craque. Il reste dans les ton pète plus haut que son cul mais c’est dans son caractère. Lui casser la gueule outre mesure ne servira à rien.

- Alors nous avons un accord.

J’assomme le voleur.  Pendant qu’on le charge dans la carriole, Gregor m’explique son, plan. Il me révolte au plus haut point, j’ai le sentiment de laisser derrière moi une partie de l’homme que je suis, de tuer cette partie avec la sauvagerie d’un berzerker. Mais ce plan ouvre de nouvelles opportunités, vu l’intérêt que le voleur porte aux mage et à la magie, il présentera Trésor à d’autres mages, c’est certain. J’ai déjà une bonne idée de ce que je vais demander au runniste : une double rune qui nous permettra de suivre le voleur et de détecter la canalisation de magie en ancien langage, comme ça…  si un mage examine Trésor, nous saurons où il est, il n'y aura plus qu'à aller cueillir le mage...
Toute cette affaire pue la merde. J’avais déjà fait un ou deux trucs crades pendant certaines traques, mais jamais comme ça.  Avant de quitter la ville, je fais passer par le réseau à Vokun l’information que nous retournons à Dras Léona.

Le voyage se passe plutôt bien. On maintient notre voleur dans le sommeil via potion. On le laisse émerger le soir qu’il puisse manger et boire. Il n’est pas dans notre intérêt qu’il nous claque dans les doigts.
Le voyage prend une bonne semaine.

Une fois à Dras Léona,on sépare nos deux oiseaux. Je confie le Voleur à Vokun, qui sera déjà plus tendre que Gregor. Quant à Trésor, j’ai décidé de m’occuper de cette histoire personnellement.
J’ai demandé à Jaineva, une mage assermenté qui me doit une faveur pour avoir rapporté la tête de son ancien amant, mage lui aussi, sur sa table. Une autre occasion ou je me suis avilit pour la cause… je suis passé du statut de guerrier chasseur à vulgaire tueur à gage… enfin, c’est fit c’est fait, et ça me permet de mettre en branle la machine Jeger sur un problème qui a brisé les dents d’un certain nombre de mages. Elle a rassemblé une équipe de cinq runniste et quatre mages autour d’elle pour se pencher sur le cas de Trésor. C’est beaucoup. J’ai bien insisté sur le fait que je voulais un résultat positif. On a donné notre parole au voleur que l’on allait sortir la gamine du médaillon, et c’est ce qu’on va faire. Jaineva à déjà commencé à étudier la structure du médaillon pour en faire des répliques pour faire des tests.

Pendant ce temps Gregor s’occupe de faire runner adéquatement notre nouvel « ami ». Comme prévu, il était endormit quand le runniste lui a apposé la double rune demandée. Le processus a été long à ce que j’ai crus comprendre, mais a été couronné de succès.

Lorsque le voleur émerge, il trouve son pendentif à côté de lui, et moi accoudé à la fenêtre de la chambre ou il est logé. Pour le coup, Vokun a été trop tendre, il l’a mis dans une chambre plutôt comfortable. Enfin, pourquoi pas, mais je n’aimerais pas qu’il se sente traité comme un prince. J’attend qu’il soit parfaitement alerte pour lui faire part de ce que j’ai à lui dire :

- Les personnes que j’ai mis sur l’affaire disent qu’elles on peut être une solution. Ils vont faire des tests sur des répliques avant de se prononcer définitivement. Ça va prendre du temps, mais ils semblent optimistes. Quand on aura une réponse définitive à ton problème, positive ou négative... on te trouvera.

Pas de mensonge, pas de manipulation. Pas cette fois. Je lui annonce la nouvelle d’un ton neutre. Il n’est pas une menace, pas vraiment un ennemis et surement pas un ami, il est… une opportunité.


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       


Dernière édition par Korann le Lun 15 Juin 2015 - 21:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 158
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Keldar
Message Sujet: Re: La question | Dim 2 Nov 2014 - 13:56



Et voilà… il est de retour chez lui.

Il sent toute la tension accumulée ces dernières semaines retomber quand il remet les pieds dans son quartier. Sa chambre avait beau être confortable, une prison restait une prison. Et même s’il n’est pas totalement à l’abri d’un nouvel interrogatoire, l’absence de Gregor est une satisfaction de tous les instants. C’est en errant dans les rues qu’il réalise qu’il n’a plus de chez lui dans cette ville. Il se dirige vers ce qui s’en rapproche le plus, la maison close dont le toit lui servît de refuge de long mois avant son départ.

Tandis qu’il marche, les derniers mots du Premier Homme tournent dans sa tête. Ils vont l’aider pour Trésor ! C’est complètement inespéré.

Les soldats l’ont bien remis d’aplomb. Il ne garde quasiment aucune trace de leurs sévices. La seule qu’il conserve, c’est la blessure infligée à sa confiance. Il ignore comment il pourra continuer après ça. Pourtant, il le faudra bien. Il a connu tant de choses ces derniers mois qu’il ne pourra plus jamais se contenter de sa vie d’avant, avec ou sans médaillon. Il songe déjà à sa prochaine destination. Les Premiers Hommes lui ont laissé ses biens et il pourra repartir sans trop traîner. Il n’en a pas fini avec Uru’baen.

Le voilà à destination. C’est le matin et l’endroit est désert. Il rentre par la porte de service, ne s’attendant pas à la moindre rencontre. Toutes les filles doivent dormir à cette heure. Il gagne le toit, se sentant suivi. Cette impression ne le quitte plus depuis son départ du fort. Est-ce l’effet de cette rune qu’ils lui ont gravé ? Il ne saurait dire. Il n’a rien senti de plus qu’un léger tiraillement à la suite de l’opération, évanoui en quelques jours.

Il passe par la trappe et gagne la plateforme. Un abri s’y trouve de nouveau, d’où proviennent les bruits d’un sommeil agité. Cela fait trop longtemps qu’il est parti. Il n’a plus de raison de s’attarder. En redescendant, il croise Léa, la fille qui l’a aidé à s’établir ici. Elle s’arrête, interloquée. Elle semble ne pas le reconnaître. Puis, après un moment, elle l’entraîne dans la cuisine.

Ils discutent un moment en grignotant chacun leur morceau de pain. Quelques heures plus tard et après avoir salué les autres locataires, il est prêt à partir. Il n’en a pas fini avec Uru’baen…




"Peu de trésors courent après leurs voleurs"
---------------------------------------
Fiche de Keldar
---------------------------------------
Mr Gold:
 

__________________________________________________
*Avatar adapté par Ellenwen d'après tsabo6
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1043
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: La question | Dim 2 Nov 2014 - 19:45


J’observe le voleur s’éloigner depuis une fenêtre placée deux étages plus haut que le niveau de la rue. Vokun se chargera de le suivre dans ses pérégrinations. J’aurais put assigner Gregor, mais je ne tiens pas à mettre une trop grosse pression sur le voleur ou il nous claquera entre les doigts et avec lui, les opportunités qu’il représente.

On ne peut pas dire que je sois heureux. Cette affaire m’a ouvert les yeux sur un fait que je me suis refusé à voir depuis un moment… je ne suis plus un guerrier. Je me rends compte que j’abandonne derrière moi, au fur et à mesure que mes traques deviennent de plus en plus ardue, de plus en plus épineuses, ou de plus en plus risquées, ce qui me définit comme un homme honorable, respectable dans la société qui m’a vue naître.

Je m’en veux. Je m’en veux de me sentir fier d’avoir tiré profit d’une opportunité au détriment d’une personne. Je m’en veux d’être fier d’avoir fait mon devoir. Je m’en veux de ne pas avoir que peu de remords et je m’en veux d’avoir approuvé ce plan. Mais c’est fait c’est fait et on ne va pas tergiverser des lustres sur la question, si c’était à refaire je le referais, par devoir, pour la cause...

Je pourrais blâmer Gregor, mais qui est réellement le meurtrier de mon honneur ? Question rhétorique dirait ma mère, prends tes responsabilités dirait mon père. Gregor à fait une croix sur son honneur il y a longtemps déjà. Dans ce genre de situation, on peut autoriser un guerrier à mettre fin à ses jours pour qu’il puisse se présenter devant Mastaï en ayant lavé sa dignité. J’ai l’impression d’avoir dépassé ce cap, et le pire, c’est qu’une part de moi s’en fout éperdument...

Mes réflexions peu joyeuses sont interrompues par une aspirante, une beauté aux cheveux acajou et au regard gris acier

- Vous êtes Korann Agurson ?
- Oubli le vous. (je lui souris, une vrai beauté, je lui offrirait un verre dans une taverne que je connais)C’est moi. (je réponds calmement)
- On m’a ordonnée de vous dire que « Weim » à été vu dans un relais de poste, il monte vers le Nord Est, vers la Crête.
- D’accord.
- Vous n’allez quand même pas partir là bas ? Il parait que sa grouille de Cam !
- Si. Merci pour m’avoir fait parvenir l’information, aller, retourne à tes occupations ou Ithrar risque de ne pas apprécier que je retienne ses élèves.

Elle s’en va. Je quitte la fenêtre, je laisse derrière moi le soleil couchant qui me rend aussi ouvert à l’introspection. Je passe m’équiper à l’arsenal. Je passe prendre mon armure à l’armurerie, passe chez mon frère pour prendre mes affaires. Numérote tes abattits Weim… tu mourra par mon acier…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: La question |


Revenir en haut Aller en bas

La question

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Urû' baen-
Ouvrir la Popote