AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Tu reposeras en paix, j'en fais le serment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 462
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Szanghai
Message Sujet: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment | Sam 29 Nov 2014 - 23:44


* C'est bon Szanghai, je peut encore voler sans être guidé! *

C'est de ce mouvement d'humeur ponctué d'un claquement de mâchoire que Feyerbrank repoussa l'aide de Szanghai, sa sœur redevenu sauvage et vira sur l'aile pour se diriger au bruit des vagues. C'était sur la cote que le drame s'était produit et même si désormais Feyerbrank était aveugle, même avec ce handicap, il saurait retrouver le lieux du malheur, le lieu le plus maudit pour lui. Il avait quitté le lieu secret où certaines choses étaient cachées et avait laissé Kaminari et Kogan, entre mâles emplis de fierté et de testostérone claironner a qui mieux mieux sera le meilleur père. Mais Szanghai était restée avec son frère, patiente, pleine d'attention envers lui et si au début, son frère n'avait rien dit, après quelque temps, il avait manifesté l'orgueil et la fierté des handicapés qui détestent être des assistés. Progressivement, il se remit a prendre soin de lui, à chasser, à répliquer des qu'on lui manquait de respect selon lui et surtout, des qu'on parlait de Dvalnir, son défunt dragonnier. Il ne supportait absolument pas qu'on dise quelque chose a ce sujet.
Bientôt, il sentit être proche et atterrit sur la plage, suivi de très près par sa sœur. A part quelques phoques qui s'enfuirent a leur arrivés, c'était le désert complet. Il resta un moment immobile et chercha ses points de repères avant de se diriger rapidement et surement dans un trottinement énergique. Et enfin, ils y furent. Rien n'avait vraiment bougé, seul une épave de bateau calcinée témoignait de ce qui fut le pire moment de la vie, la perte d'un être cher. Ils y restèrent un long moment, Szanghai respecta le silence même si elle s'ennuyait un peu. Alors, ayant une pensée heureuse, elle alla chasser des mouettes et les fit griller rapidement. Le fumet finit par sortir le jeune frère de son hommage et il dédia le premier volatile a son dragonnier. Hommage plutôt saugrenu si il en est.
Ensuite les deux dragons décidèrent d'aller aux cerises. Car selon les croyances elfiques, il faut que le sujet soit enterré et qu'un arbre soit planté au dessus. Et Dvalnir adorait les cerises, Feyerbrank avait donc, avec l'aide de quelques elfes, planté un cerisier. Puis, avec l'aide de la si capricieuse magie des dragons, il avait incrusté dans l'arbre Sqaulisk, l'épée de son dragonnier. C'est proche de l'arrivée que nos deux dragons sentirent une présence juste devant l'arbre. Ils hâtèrent le pas et une fois devant ils trouvèrent...




http://www.deezer.com/fr/?incr=1#music/result/all/c%27est%20dans%20l%27air

Quand vous écoutez ca, vous avez une magnifique interprétation du monde d'aujourd'hui.
Et ça, c'est un soir où j'ai decider de faire du grand n'importe nawak
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 62
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Ik'Art
Message Sujet: Re: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment | Dim 30 Nov 2014 - 15:39


Ik'Art allait chemin faisant le long des chemins. Il profitait du doux soleil et de l'air léger. Les bœufs énormes et puissants tractaient la roulotte sans grogner, se laissant porter par la quiétude ambiante.

Les riches vêtements d'Ik'Art flottaient, tintaient doucement au gré des brises et bourrasques. Cela faisait quelques heures qu'il avançait quand il arriva dans une zone légèrement fréquentée. Le contact humain lui manquant et souhaitant faire se reposer ses boeufs quelques instants, Ik'Art chercha un moyen de s'attirer l'attention de ces bonnes gens. Aussi il jeta son dévolu sur quelques arbres aux branches recouvertes de fruits qu'il délesta de leur goutteuse et sucrée offrandes.

Quand Ik'Art ouvrit sa roulotte, il se fit présentoir de fruit de saison, les exposants dans des paniers magnifiques et exotiques :
"Dames et Sieurs, Damoiselles et Damoiseaux, chers Jeunes gens ! Venez donc goutter, déguster, adorer les fruits extraordinaires qui ont pour vous traversé Alagaësia ! Point de maladies ou pourissures, juste des fruits beaux et magnifiques. Chez Ik'Art vous trouverez les plus belles pommes, les meilleures cerises, les plus douces prunes et les poires de vos rêves ! Venez donc les goutter tant qu'il y en a !"

Ce geste de bonté n'était qu'un prétexte d'attirer la clientèle, la volumineuse roulotte empêchant ces graves âmes de voir que le vague vergé sauvage qui se trouvait là avait été ravagé par les projets d'Ik'Art et sont désir de client. Le Stryge à l'apparence d'un petit homme affichait un sourire charmeur qui aurait fait fondre même le plus glacé des coeurs. Ses riches et exotiques vêtements, composés de tissus tissés d'or et de fibres légères et magnifiques laissait deviner qu'il était grand homme, grand commerçant parcourant le monde tout entier, confirmant son histoire factice de fruits.

Alors que les derniers septiques se laissaient convaincre, une ombre vint littéralement obscurcir son affaire. Se posant non loin, Ik'Art vit d'un oeil mauvais cette menace grandiose que constituait deux dragons. Il dû se jeter littéralement sur ses boeufs pour les calmés, agités par l'apparition des deux terribles prédateurs. Il n'avait que rarement croisé ces créatures fantastiques, il en savait cependant assez pour savoir qu'il ne fallait pas les traiter en simples animaux, mais plutôt comme une personne normale. Malgré sa rancœur et sa méfiance, Ik'Art se dirigea d'un pas certain vers le couple tout juste arrivé :
"Bienvenue à vous nobles Dragons, si Ik'Art est enchanté de pouvoir vous rencontrer et charmé de pouvoir partager cet endroit avec vous, Ik'Art vous prierai de considérer ces braves âmes qui en vous ont une confiance limitée."
Ik'Art hésita à parler de ses boeufs, de peur que les dragons s'y attaque, il serait alors spectateur d'une bien triste scène et sa roulotte s'en retrouverait clouée sur place. Incliné dans ce qu'il pouvait faire de révérence, appuyé sur sa canne aux multiples décorations, Ik'Art avait tous ses sens en éveil, prêt à réagir en conséquence, après tout, il était Stryge et en tant que tel, il était capable de les surprendre, pour mieux fuir...


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 462
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Szanghai
Message Sujet: Re: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment | Mar 9 Déc 2014 - 11:25


Si Feyerbrank ne voyait plus rien, lui et sa sœur sentirent très bien le sentiment ambiant qu'ont les gens quand un voir plusieurs dragons débarquent sans prévenir auprès d'eux. Ils exhalaient tous le relent de la peur, une peur supérieure a leur peur des Urgals, des Kull ou encore des Ombres. Car les êtres humanoïdes pouvaient trouver des ressemblances avec les Urgals, les Kull ou les Ombres de par leur apparence physique ou certains trait de caractère. Alors qu'un dragon, c'était trop étranger. Trop différent. Et c'était souvent de l'ignorance que nait la peur. Si Szanghai se plaisait a instiller la peur des sa présence car elle était dragonne sauvage, Feyerbrank lui avait été dragon de dragonnier, côtoyer des humains, il avait l'habitude. Par ailleurs, le jeune frère, d'apparence, semblait plus doux, de manière général moins impulsif, moins caractériel que sa sœur dont les traits plus...pas grossier mais plus rustres, plus dur, bref d'aspect plus sauvage et barbare malgré l'impressionnante parure de corne évoquant un cerf dont les bois n'aurai jamais cesser de pousser, incitait le premier péon venu a plus se diriger vers le mâle que la femelle.
C'est donc en sentant cette peur qu'un deux pattes vint a leur rencontre. Malgré sa flatteuse éloquence du commerçant rodé a l'exercice, les deux dragons n'étaient pas dupe. Lui aussi avait peur. Une simple poussée de peur, un pas de géant vers la tranquillité se dit Szanghai. Mais elle se retint, d'autant que Feyerbrank se désintéressa du commerçant qu'il ne voyait qu'en esprit, ce qui donnait l'impression quand il essayait de le regarder que son regard se fixait quelque part juste au dessus de la tête de l'humanoïde. Il se dirigea surement vers l'arbre qui l'avait fait venir jusqu'ici, en fit un tour comme si il l'examinait et grogna un truc pour Szanghai. Puis, il se dressa sur ses pattes arrières et posa celle de devant sur l'arbre, colla son front écailleux a l'endroit où l'épée de son dragonnier était incruster dans l’écorce et projeta son esprit dans l'arbre...et ne bougea plus.
Szanghai de son coté fixa le marchand sitôt avoir reçu le message de son frère et, tachant de se souvenir comment on faisait, tonna de sa riche voix mentale.


* Il semblerait, marchand, que tu sois en train de faire du recel de fruit ayant pousser grâce au corps d'un mort. Ce qui fait que tes clients sont ou deviennent des nécrophages. Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours eu l'impression qu'a cause du profit, les deux pattes cupides dans ton genre ont tendance a ne rien respecter, pas même les morts. *




http://www.deezer.com/fr/?incr=1#music/result/all/c%27est%20dans%20l%27air

Quand vous écoutez ca, vous avez une magnifique interprétation du monde d'aujourd'hui.
Et ça, c'est un soir où j'ai decider de faire du grand n'importe nawak
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 62
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Ik'Art
Message Sujet: Re: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment | Mer 17 Déc 2014 - 0:16


HRP:
 

* Il semblerait, marchand, que tu sois en train de faire du recel de fruit ayant pousser grâce au corps d'un mort. Ce qui fait que tes clients sont ou deviennent des nécrophages. Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours eu l'impression qu'a cause du profit, les deux pattes cupides dans ton genre ont tendance a ne rien respecter, pas même les morts. *

Ik'Art était outré, choqué et blessé, à la fois par l'intrusion brutale des paroles du Dragon dans son esprit, mais aussi par le manque de respect que celui-ci faisait preuve. Ik'Art rassemblait la richesse du monde, il la partageait avec qui il considérait en avoir le droit, qui le méritait. Ce dragon arrivait sans crier gare, dispersant ses clients et terrifiant ses bêtes pour venir l'insulter ? Il en était hors de question, Ik'Art n'avait jamais rencontré de dragon et il n'était pas question de se laisser marcher sur les pieds à la première rencontre de l'un d'entre eux. Aussi, ravalant sa colère Ik'Art se releva de sa révérence pour poser un regard sévère sur celle qui venait de lui adresser la parole :

" Dragon, à chaque fois que l'on a parlé à Ik'Art de votre race, on en a parlé en créatures sages et raffinées, aussi terribles que fascinantes. Ik'Art avoue être déçu, vraiment. Vous venez sans politesse ni subtilité aucune venir terrifier les quelques personnes qui profitaient des lieux. Qui plus est, vous répondez par des insultes et sans introduction aucune, à une révérence sincère et réfléchie. " Ik'Art crispa sa main gauche sur le pommeau de sa canne pour l'empêcher de trembler, l'on aurait pu croire que c'était son âge qui le rappelait à l'ordre, mais c'était plutôt l’adrénaline qui emplissait son corps. La gorge sèche, Ik'Art sorti une gourde souple en cuir des plis de ses habits et en prit deux grandes gorgées, avant de reprendre :
" Et sachez noble Dragon que ces fruits sont bien vivants, en plus d'êtres délicieux. Ne serait-ce pas là plutôt la bonté de celui qui donna naissance à cet arbre qui se manifeste, en invitant son prochain à partager la douceur que fut sa personne à travers des fruits délicieux ? S'ils ne sont pas cadeaux, de Feu votre ami ou la nature, alors Ik'Art ne répond plus de rien ! "
Ik'Art avait retrouvé de sa contenance en parlant, après tout, il était bien plus alaise avec les mots que certain guerriers avec leur épée. Il ne cherchait pas à convaincre le Dragon, celui-ci était très certainement aussi têtu que lui-même, mais il cherchait à justifier sa présence, ses actes et surtout, la bonté de son geste. Cependant, Ik'Art ne connaissait point les coutumes des Dragons et voyait même mal comment un Dragon pouvait être enterré là, sous cet arbre...


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 462
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Szanghai
Message Sujet: Re: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment | Ven 19 Déc 2014 - 19:58


Szanghai se demanda, a ecouter le deux pattes, si il savait vraiment ce qu'était un dragon. Qu'en savait t'il vraiment? Pensait t'il que c'était une forme animal d'un vieux sage a longue barbe blanche lançant des réponses enigmatiques a des jeunes gens venu les consulter pour des problemes? Les insultes qu'il lui lança, volontairement ou pas lui fit retrousser les babines, devoilant une impressionnante machoire remplie de crocs de taille propre a dechirer n'importe quel etre de chair. Elle se retint cependant de s'en servir et tacha de répondre en mesurant chaque mot.

* Par le passé, je n'ai pas eu de bonnes experiences avec les marchand, j'en ai vu assez pour apprendre que tout ce qui les interesse c'est le profit, encore et toujours le profit. Neanmoins, je ne suis pas venu avec mon frere pour faire fuir tes clients, effrayer tes betes de somme ou encore te brutaliser. Ni meme pour commercer, tu t'imagines bien que nous n'avons nul besoin d'or, de vetement ou d'armes, encore moins de nourriture, on trouve tout ce que l'on veut dans la nature.. Si tes clients sont trop peureux pour faire la difference entre un dragon qui attaque et un qui vient paisiblement, c'est leur probleme. Quand a vous, ne soyez pas insultant par ignorance. Nous sommes certes sages et raffiné mais nous sommes aussi des etres magiques, des etres d'instincts sauvage et de pulsions, telle les battements de la terre, tel le sang qui coule comme un feu liquide. Nous sommes tout en haut de la chaine alimentaire, maitre des cieux, magiciens par caprice du destin. Nous sommes encore bien plus mais une vie ne serai assez pour nous decrire entierement...une vie de deux pattes sous entendu. *

S'allongeant paisiblement en face du marchand, elle tira a elle le bac a cerise et observa les fruits, dubitative. Elle n'avait jamais compris pourquoi les elfes se contentait de fruits et de legumes, pourquoi ne mangeaient ils pas de viande comme tout le monde?

* Toi tu n'es pas un humain, ni un elfe...pas la meme odeur. Pour ma part, je suis Szanghai, fille de Feyerbrank et Menilia et mon frere qui se lie a son dragonnier defunt dont l'ame a rejoint la nature, c'est Feyerbrank, fils de Menilia et Feyerbrank. Les cerises de ce bac viennent de l'arbre sous lequel est enterrer son dragonnier, selon la coutume des elfes, c'est pour cela que nous sommes ici. *




http://www.deezer.com/fr/?incr=1#music/result/all/c%27est%20dans%20l%27air

Quand vous écoutez ca, vous avez une magnifique interprétation du monde d'aujourd'hui.
Et ça, c'est un soir où j'ai decider de faire du grand n'importe nawak
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 62
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Ik'Art
Message Sujet: Re: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment | Sam 10 Jan 2015 - 12:20


* Par le passé, je n'ai pas eu de bonnes experiences avec les marchand, j'en ai vu assez pour apprendre que tout ce qui les interesse c'est le profit, encore et toujours le profit. Neanmoins, je ne suis pas venu avec mon frere pour faire fuir tes clients, effrayer tes betes de somme ou encore te brutaliser. Ni meme pour commercer, tu t'imagines bien que nous n'avons nul besoin d'or, de vetement ou d'armes, encore moins de nourriture, on trouve tout ce que l'on veut dans la nature.. Si tes clients sont trop peureux pour faire la difference entre un dragon qui attaque et un qui vient paisiblement, c'est leur probleme. Quand a vous, ne soyez pas insultant par ignorance. Nous sommes certes sages et raffiné mais nous sommes aussi des etres magiques, des etres d'instincts sauvage et de pulsions, telle les battements de la terre, tel le sang qui coule comme un feu liquide. Nous sommes tout en haut de la chaine alimentaire, maitre des cieux, magiciens par caprice du destin. Nous sommes encore bien plus mais une vie ne serai assez pour nous decrire entierement...une vie de deux pattes sous entendu. *

Ik'Art restait dubitatif, cette créature était totalement imbue d'elle-même, de sa propre race, de ce que la nature l'avait dotée. Cette suffisance lui était insupportable, lui qui venait d'un autre monde, qui avait vécu si longtemps. Au final, Ik'Art se dit qu'il aurait préféré rester dans l'ignorance et ne jamais rencontrer de Dragon que de subir une telle désillusion.

* Toi tu n'es pas un humain, ni un elfe...pas la meme odeur. Pour ma part, je suis Szanghai, fille de Feyerbrank et Menilia et mon frere qui se lie a son dragonnier defunt dont l'ame a rejoint la nature, c'est Feyerbrank, fils de Menilia et Feyerbrank. Les cerises de ce bac viennent de l'arbre sous lequel est enterrer son dragonnier, selon la coutume des elfes, c'est pour cela que nous sommes ici. *

Ik'Art était étonné par les différents rituels mené ici bas à la mort des êtres, ils étaient si différents, brûlés, enterrés, envoyé au loin sur une barque, laissé là... Ik'Art essayait de comprendre, mais restait insensible à cette culture, à ces cultures. Dans son monde, celui de l'autre coté des failles, on se devait de consommer les morts. Un enfant consommera le corps de ses parents, un ravisseur le corps de ses victimes, un soldat celui de Feu son ennemi. Ik'Art savait à présent qu'en ce monde, il n'aura pas droit à cette chance, que la lignée sera perdue à sa mort, car il était venu seul et que personne ne faisait cela en ce monde.

" Vous avez raison Szanghai, Ik'Art n'est pas Humain, ni Elfe, en fait, Ik'Art est un être dont vous ignorez tout jusqu'à l'existence. Toute la sagesse de ce monde ne suffirait pas à comprendre ce qu'Ik'Art est, alors Ik'Art vous pardonne et ne vous en tiendra pas rigueur. " Ik'Art s'en alla chercher une chaise et une boisson pour se mettre à l'aise. Pour Szanghai, il décida d'offrir une grande pièce de viande séchée qu'il avait troqué il y a de cela une semaine à un fermier contre un remède pour sa fille malade. Ce n'était pas un geste gratuit, Ik'Art était curieux de la réaction de la Dragonne.

" Ik'Art se permet de se mettre à l'aise, il ne pourrait pas le faire en vous regardant démunie, alors Ik'Art vous prie d'accepter ce cadeau, c'est une viande exquise qui, il espère, saura satisfaire votre palais. "

Déposant la pièce sur une fine pièce de tissu brune, elle même posée sur le sol, à portée de patte de la Dragonne, Ik'Art avait porté avec une aisance surprenante la pièce de viande qui pesait plus d'une vingtaine de kilo, trahissant sa condition physique réelle, par delà les apparences. Il se laissa ensuite tomber sur sa chaise, accompagné un petit soupir de satisfaction, son verre à la main.

" Vous haïssez les Humains, les marchants, les "Deux pattes" comme vous dites, mais n'est-ce pas là un peu facile de juger ainsi ? Après tout, vous avez jugé Ik'Art et lui avez parlé comme à un simple badaud alors que vous ne saviez rien de lui. Ik'Art a déjà entendu parlé de Dragon, de coutumes et d'histoires, très variées et parfois inventées, Ik'Art avait cependant une notion d'avec qui il allait converser. Toute créature magique et sage que vous êtes, n'êtes-vous point capable de voir au-delà des apparences ? La question d'Ik'Art est sincère, il est curieux et intrigué, et ne cherche point querelle. Comme il vous l'a dit, Ik'Art n'a point de grief contre vous, malgré vos dure paroles. "

Du bout de sa canne, qu'il tenait de sa main droite, Ik'Art redessinait dans le sable mêlé de terre la vue qu'il avait de son monde, depuis sa fenêtre : Les Plaines infinies de Di'Rak et le couchant des 3 soleils, le ciel habituellement rouge rendu rosé par la lumière en déclin.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 462
Âge : 29

Voir le profil de l'utilisateur


Szanghai
Message Sujet: Re: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment | Mar 27 Jan 2015 - 22:47


Szanghai se demandait si elle n'était pas dans un dialogue de sourd. Et bon sang, quel est cette habitude qu'a ce marchand a parler de lui a la troisième personne? La dragonne doré pris le temps de réfléchir une minute et se vit offrir une pièce de viande d'aspect plutôt appétissante. Il l'ignorait mais pour un dragon sauvage, au mieux cela passait comme la pour de la méconnaissance, au pire pour une insulte. Un dragon sauvage n'avait pas besoin qu'on lui offre de la nourriture, ils détestent penser qu'on les sert sur un plateau, comme un assisté. Et puis accepter un cadeau d'un étranger, même pas humain ou elfique...y'avait de quoi se méfier. Elle renifla la viande lentement, cherchant trace de poisons ou de drogue. Elle retourne la pièce de viande d'une patte, tout en surveillant les badauds.
Une telle affluence ne la dérangeait pas plus que ça, elle craignait surtout tout ce qui était brigands et bandes de voleurs. Même en présence d'un dragons, ce genre d'individu ne reculaient devant rien pour détrousser un marchand. Et puis sa mission était de protéger son frère fragile.


* Votre cadeau partait d'un bon sentiment mais je me dois de le refuser. Non pas que ce ne soit pas appétissant mais j'ai chasser il y'a peu et je digère encore les deux cerfs dévorer. Sachez aussi que je ne suis pas, que nous ne sommes pas des chiens a qui on jette un os, c'est ainsi que peut être perçut votre geste par des dragons plus sauvage encore que moi. Pour ce qui est des deux pattes, peut être ne sont t'ils pas tous comme je les décrits mais moult deux pattes que j'ai rencontrer de près l'ont été. C'est mon expérience qui parle, en plus de ma nature de dragonne sauvage. Pour en revenir a ces cerises, je vais les prendre avec moi, gratuitement cela va sans dire. *

Devançant une possible contestation du marchand, elle ajouta en se léchant les griffes dans un bruit de léchage régulier et un peu agaçant a force .

* Et avant que vous me disiez que cela vous fait un manque a gagner, je me demande bien quel frais vous avez a amortir...vous n'avez pas mis d'engrais, ni planter l'arbre, ni élaguer pour une meilleur pousse, ni protéger des rigueurs de l'hiver, des insectes et maladie. Aucun frais quantifiable puisque comme vous le sous entendez, vous venez d'arriver. Allez, je vais tout de même vous accordez l'usure du panier...*

Et c'est en débattant de ceci que son esprit repéra un groupe de cavalier. Une huitaine a environ 8 kilomètres, de l'autre coté du bouquet d'arbre qui cachait le campement du marchand un peu. Elle prévint son frère qui venait d'en finir et se tourna vers le marchand.

* Nous allons devoir vous laissez provisoirement. Un groupe de bandit probablement attiré par votre venu risque de vous rendre visite et tout vous prendre. Je n'aime pas l'injustice alors faites nous plaisir, comportez vous en bon marchand...et dites a vos clients de se réfugier dans la foret voisine. On s'occupe de tout. C'est important que cela soit fait vite, ils seront la dans quelques minutes. *

Et sans attendre de réponses, Szanghai rejoignit dans les bois son frère et ensembles, leurs esprits disparurent, au cas où un magicien serait parmi les brigands. Et maintenant...bah on attend.




http://www.deezer.com/fr/?incr=1#music/result/all/c%27est%20dans%20l%27air

Quand vous écoutez ca, vous avez une magnifique interprétation du monde d'aujourd'hui.
Et ça, c'est un soir où j'ai decider de faire du grand n'importe nawak
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 62
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Ik'Art
Message Sujet: Re: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment | Mar 27 Jan 2015 - 23:55


Spoiler:
 

Ik'Art était dans une colère noire, cette créature difforme et ridiculement gigantesque le traitait tel un badaud, un moins que rien, un Alagaësien standard. Sa rage était destructrice, rongeant la racine de ce monde qui autour de lui vivait. Cette colère, Ik'Art ne sut vers qui ou quoi la tourner, pourtant l'issue était évidente !

De façon consciente ou inconsciente, Ik'Art ne saura le dire, sa nature contraire à ce monde se déchaîna contre ce à quoi ces créature tenaient. Les cerises pourtant si belles perdirent de leur éclats, leur pureté, bien entendu un simple passant ne saurait l'attesté, mais Ik'Art le savait. D'ici quelques minutes, leur goût perdra leur superbe et ces cerises si pures, si belles et si bonnes ne seront plus que simple fruit. Si Ik'Art disposait de plus de temps, d'heures, elles se seraient gâtées, fripées, tordues et éventrées.

L'arbre, lui, ne sembla pas être atteint, pourtant en son coeur, la corruption commença à s'infiltrer. Dans les racines profondes et jusque dans les bourgeons les plus tendres, elle se fit sentir, comme un frisson surgit de nulle part, un mal inconnu et irrésistible. Mais Ik'Art voulait plus, il voulait le pervertir, faire de cet arbre son oeuvre et rendre méconnaissable ce qu'ils étaient venu chercher, empêcher ces êtres imbéciles de trouver réconfort, deuil et nostalgie.

Ik'Art pensa aux multiples poisons et potions qu'il avait dans sa roulotte, mais alors ils pourraient l'accuser alors que cette altération leur était inconnue, ils ne pourraient comprendre et encore moins le restaurer.

Ik'Art rangeait calmement sa roulotte, se concentrant du mieux qu'il pouvait sur l'arbre, mobilisant toute son énergie afin que sa nature de Stryge pénètre le coeur de celui-ci, le transforme irrémédiablement. Les quelques touristes qui étaient là s'étaient depuis longtemps enfuit, effrayé par les Dragons. Leur départ soudain et brutal fini de convaincre les derniers curieux.

Ik'Art les imiteraient bientôt, cependant il devait pour cela rééquiper ses boeufs, refermer sa roulotte et se tenir prêt à partir. Pour cela il prenait son temps et pour cause, il ne souhaitait pas partir à toute vitesse. Il voulait regarder de nouveau dans les yeux la créature qui l'avait insulté et lui faire comprendre ô combien elle pouvait le regretter à présent.

Assis sur une marche de sa roulotte, Ik'Art regardait posément les agissement des deux dragons par delà les bosquets, attendant avec patience et impatience leur retour, la corruption se faisant toujours plus terrible sur l'arbre qui détenait ce si précieux trésor.


Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Tu reposeras en paix, j'en fais le serment |


Revenir en haut Aller en bas

Tu reposeras en paix, j'en fais le serment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: L' Océan-
Ouvrir la Popote