AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Les ennuis ne sont jamais bien loin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Ven 19 Déc 2014 - 19:11


Dietwin naviguait à travers le dédale des bidonvilles qui s'érigeait sur le site de l'ancienne Gil'Ead. Mélange de simples tentes et de bâtiments plus solides, la cité n'en dégageait pas moins un sentiment de pauvreté extrême, ainsi qu'une odeur plutôt tenace. L'ambiance sordide plaisait à Dietwin. Ici, il était plus ou moins tranquille. Son aspect miteux et en même temps menaçant décourageait les gens de l'aborder. Depuis qu'il était arrivé deux semaines plus tôt, il avait su éviter les ennuis, que ce soit les bandes de voyous qui extorquaient les pauvres hères ou bien les patrouilles de Premiers Hommes qui arpentaient les ruines.

Mais le temps du repos était arrivé à son terme. Dietwin avait obtenu les informations qu'il souhaitait. Une carte basique dessinée sur un vieux bout de parchemin crasseux, il s'aventura dans les souterrains qui courraient sous Gil'Ead, à la recherche d'un vendeur d'objets magiques. Il avait du batailler ferme pour savoir où ce dernier vendait sa marchandise, aux yeux et à la barbe des Premiers Hommes.
Dietwin se montra donc prudent alors qu'il empruntait une entrée supposée secrète des tunnels. Il ne voulait pas qu'on le suive, pas plus qu'il ne souhaitait tomber sur des Premiers Hommes. Leur expliquer sa présence sans se compromettre serait délicat, et si ils devaient en venir aux mains...l'homme préférait mieux ne pas y penser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Ven 19 Déc 2014 - 20:31


Crottée de partout, les yeux cernés et les cheveux en pagaille ; le voyage vers Gil’Ead ne m’avait pas franchement épargnée. Mes regrets se sont néanmoins vite évaporés lorsque mon regard s’est posé sur les bidonvilles et la dégaine de sa faune : je me fondais parfaitement dans le paysage. Une âme errante parmi tant d’autres, portée par la certitude que les couteaux et la misère des lieux valaient mieux que les griffes de créatures cauchemardesques. Sauf que ce n’était pas la raison qui m’avait amenée ici. Celle-ci se trouvait soigneusement dissimulée dans une poche secrète de mon manteau en haillons.

J’ai suivi scrupuleusement les indications que l’on m’avait données il y a plusieurs lunes jusqu’à finalement atteindre l’une des gueules béantes des souterrains. J’ai rapidement regardé autour de moi. Pas l’ombre d’un indiscret mais je n’en ai pas moins fermement resserré ma prise sur l’une de mes dagues. J’étais là pour vendre, pas pour me faire égorger par un coupe-jarret. En parlant de coupe jarret…

Une silhouette n’a pas tardé à se dessiner devant moi. Dans la semi-obscurité du tunnel, je n’en ai distingué que des contours indécis puis les replis d’un long manteau alors que je me hâtais pour la dépasser. A mon grand soulagement, je n’ai pas vu briller l’acier dans ses mains. Inutile de dégainer le mien mais je n’en suis pas moins restée sur les gardes jusqu’à ce qu’il fusse à bonne distance derrière moi…


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Mer 14 Jan 2015 - 18:56


La jeune femme qui le dépassa rappela vaguement quelque chose à Dietwin. Quelque chose de très désagréable. Il considéra un instant la possibilité de la rattraper pour éclaircir ce doute mais n’en fit finalement rien. Ce qui l’amenait ici n’était pas très légal aux yeux de la Loi Martiale en vigueur et il ne voulait pas se faire prendre bêtement. Et puis la jeune femme semblait elle aussi désireuse de passer incognito, alors autant ne pas compliquer leurs vies à tous deux.

Les tunnels étaient parfois creusés de niches sombres depuis laquelle des voix appelaient le passant, lui promettant monts et merveilles. Dietwin ne s’attarda pas. Le marchand ne devait plus se trouver bien loin, d’après ses indications. Finalement, il arriva au vu d’un embranchement. Le côté gauche s’enfonçait dans les ténèbres, mais le droit dispensait une faible lumière. En la suivant, Dietwin arriva à un cul-de-sac. Un homme était assis sur un tabouret et lisait un parchemin, très absorbé dans sa lecture. Il leva la tête en entendant le raclement de gorge de son futur client.


« Oh ! Un client ! Enfin ! Que puis-je faire pour vous ? Laissez moi devinez…Vous cherchez une nouvelle cape ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Jeu 22 Jan 2015 - 18:32


Gauche, droite, droite, gauche… Il y avait de quoi se perdre dans ces souterrains, sans parler de ma bonne étoile qui ne parvenait guère à briller à travers cette obscurité oppressante. Plus d’une fois, je me retrouvée nez à nez avec la paroi humide et pourrissante d’un cul de sac ou un amas de roc et de bois bouchant délibérément le passage. J’ai du faire demi-tour à chaque fois, perdre de précieuses minutes et augmenter mes chances de faire une rencontre désastreuse. Au bout de la cinquième fois, j’en suis même venue à souhaiter avoir un magicien sous la main pour qu’il m’ouvre une voie royale jusqu’à mon fameux marchand…

J’ai finalement réussi à le trouver comme une grande, dans l’un de ces recoins que j’avais croisé par dizaines juste avant. Pas d’étal devant lui, des vêtements miteux, un coutelas bien en évidence à la ceinture. J’aurai pu le prendre pour une canaille et le rater si je n’avais pas aperçu l’espèce de cygne en tissus qui pendait également à sa ceinture.

« Cirat m’a dit que vous seriez intéressé par quelques bricoles., lui ai-je dit en guise de bonjour. L’exacte réplique qu’on m’avait apprise des jours auparavant.
- Le fils Chans’lor, hein ? L’a jamais su choisir un nom correctement. Allez ma p’tite, montre moi ce que t’as ! »

J’ai regardé autour de moi avant de sortir discrètement de sa cachette l’une des raisons de ma venue. Mon manteau dissimulait parfaitement ce dont il était question à tous les regards indiscrets excepté les deux nôtres. Ses yeux se sont écarquillés à la vue de ce que je lui proposais…


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Ven 30 Jan 2015 - 19:35


« Une cape ?»

Dietwin considéra le marchand devant lui. Ce n’était pas du tout l’échange convenu. Ne s’était-il pas trompé de personne ?

«  Bien sûr, une cape. Que voulez vous donc qu’on vende ici ? Des artefacts magiques, de la contrebande ? Bien sûr qu’il ne peut s’agir que de capes. Et pas les contrefaçons ou les pâles copies que mes concurrents pourraient vous vendre ! Oh, certes, ils ont de bien meilleurs étals que le mien, ils bénéficient d’une visibilité beaucoup plus grande sur le marché. Mais moi, je ne propose que les meilleures capes possibles. La meilleure qualité sur le marché ! Les plus grands se sont fournis chez moi ! Des dragonniers, des empereurs, des maitres rebelles et qui sais-je encore !
Et ne vous fiez pas à la modestie de mon échoppe, ce n’est que temporaire, je suis en plein déménagement. Urû’baen est devenu si mal famé ces temps-ci, sa faune ne sait même pas apprécier la beauté naturelle d’une cape protégeant du vent et de la pluie un pauvre corps transi par le froid. Imaginez leur état maintenant ! Lacérées, couvertes de sang, trainées dans la boue… Tant de merveilles perdues à tout jamais ! J’en cauchemarde parfois.
Mais je m’égare. Vous étiez venu pour achetez une cape, n’est ce pas ? J’ai exactement ce qu’il vous faut ! Une cape qui vous siéra à merveille, j’en suis certain. Attendez un instant que j’aille la cherchez, vous m’en direz des nouvelles. »


Dietwin était tombé sur la mauvaise personne, c’était certain. Et maintenant, que pouvait-il bien faire ? S’enfuir tandis que le marchand avait le dos tourné, et se rendre ainsi suspect à ses yeux, ou bien faire comme si de rien n’était, et lui acheter l’un de ses biens ? Il n’eu bientôt plus le choix, car le marchand revient, une cape dans les mains.

« Ceci vous conviendra parfaitement. Col en astrakan, extérieur en velours vert impérial, doublure en satin rouge bordeaux, fermé par une broche et des attaches en argent ciselé. Une pure merveille, » soupira t-il, l’œil brillant.

Le maudit ne put qu’approuver. La cape était vraiment magnifique, mais d’aucune utilité pour lui. Le marchand semblait cependant ne pas s’en soucier, car il roula bien vite le bien dans un paquet qu’il ficela et tendit à Dietwin.


« Vous pourrez me payez plus tard. Mon prochain magasin sera à Dras Léona, vous n’aurez qu’à passer me voir. »achevant t-il en poussant Dietwin vers l’embranchement, mettant ainsi fin à la transaction.

Une fois hors de vue du marchand de cape, Dietwin tira les instructions de sa poche. Il repéra rapidement où il avait commis une erreur et reprit son chemin, la cape sous le bras, encore incertain de ce qui s’était passé. Il ne tarda pas à apercevoir l’homme qu’il cherchait. A la surprise de Dietwin, il était en pleine affaire avec la jeune femme qu’il avait croisée auparavant. Le maudit ne pouvait plus faire demi-tour. Il se rapprocha donc innocemment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Dim 1 Fév 2015 - 0:49


En tout et pour tout, notre petit marché n’a duré guère plus que quelques minutes. Le temps qu’il a fallu à mon contact pour m’expliquer que les nature de mon offre m’avait déjà précédée et m’annoncer son prix. Pardon, m’expliquer à quel point il m’avait soulagée du lourd fardeau qu’auraient pu être ces joyaux si les Premiers Hommes m’avaient capturée et que sa proposition était des plus honnêtes. Des clous !
 
J’ai empoché les pièces et lui ai tendu à nouveau la main, vide. A mi-voix, je lui ai fait part de mes pensées avec le calme tout relatif imposé par la nécessité de ne pas faire d’esclandre ici. Qui sait comment les choses se seraient terminées au moindre éclat de voix ?
 
« Parce que je ne viens pas de faire le chemin jusqu’ici ? J’aurai pu laisser échapper quelques infos, s’ils m’avaient capturée. »

Et je pourrais toujours le faire, anonymement bien sûr. Est-ce que ça les intéresserait là haut ? Sûrement…

Ma main s’est alourdie d’une pièce d’or. J’y ai mordu pour m’assurer de son authenticité. Pas d’arnaque de ce côté-là même si la facilité avec laquelle il s’était laissé convaincre m’a convaincue, moi, que le bonhomme n’en réalisait pas moins une excellente affaire sur mon dos.
 
J’ai à peine eu le temps d’y penser que celui-là s’est mis à me déranger, comme si quelqu’un y avait dessiné une cible. J’ai fait disparaître la pièce dans l’une de mes poches, resserré les pans de mon manteau autour de moi et discrètement fait glisser l’un de mes dagues à l’intérieur de ma manche. Lorsque j’ai enfin fait demi-tour, elle ne demandait qu’à se loger dans main pour mieux voler vers le cœur du curieux, qui qu’il soit…
 
Mazette ! Je l’aurai reconnue entre mille cette silhouette-là. C’était le type de Teirm qui m’avait fait tomber dans les pommes d’un simple contact. Qu’est-ce qu’il foutait là ? M’avait-il suivie ? Etait-il seul ?
Toutes ces questions et tant d’autres se sont bousculées dans ma tête. Une seule a franchi la barrière de mes lèvres. La plus courte et la plus insignifiante de toutes :

« Vous ? »

Aussi la plus stupide…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Lun 2 Fév 2015 - 23:16


Telzire Rawne ôta les mots de la bouche de Dietwin. Il aurait lancé la même réplique si la jeune femme ne s’était pas exprimée en premier. Le maudit jeta un rapide coup d’œil vers le marchand. Il s’agissait cette fois-ci du bon. L’expression suspicieuse qu’il arborait découragea Dietwin. Il ne pourrait pas faire affaire avec cet homme, pas dans ces conditions. Adieu, les renseignements tant recherchés que le marchand possédait ! Il était bien parti pour mourir avec cette fichue malédiction. La jeune femme avait décidément le don de lui gâcher la vie. D’abord Teirm, après ça…Il était presque soulagé qu’elle ne fut pas immunisée.
 
« Venez, » lui chuchota t-il en s’emparant de son bras. Il l’entraina un peu plus loin, hors de portée de voix du marchand.
 
« Ecoutez, je ne sais pas ce que vous faites ici, et je ne veux pas le savoir. Vous et le giton m’avaient causé assez d’ennuis à Teirm, je ne voudrais pas que ça recommence ici. Alors, voilà ce qu’on va faire. Je vais repartir de mon côté, vous du vôtre, et on va chacun oublié qu’on a croisé l’autre. »
 
Dietwin n’attendit pas la réponse de la demoiselle. En fait, l’aurait-il voulu qu’il en aurait été empêché. Des bruits de pas lourds, assez nombreux pour appartenir à une troupe de Premiers Hommes, se firent entendre. Décidément, c’était bien son jour !
 
« Courez ! » lança t-il à Telzire, avant de prendre la poudre d’escampette, dans la direction opposée à la provenance des bruits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Mer 11 Fév 2015 - 5:40


Je n’en ai cru tout bonnement pas mes oreilles. A l’entendre, c’étaient moi et ce jeune homme les responsables du boxon à Teirm ? Et puis quoi encore ! Tout avait commencé avec lui, me suis-je retenue de le lui rappeler. Vous ne tombiez pas dans les pommes en touchant les gens normaux. Vous tombiez dans les pommes en le touchant lui. Une bonne raison pour le pas le baffer là, maintenant.
La seconde bonne raison, c’étaient les bruits de pas lourdement bottés qui résonnaient à travers le dédale de tunnel. Un bruit dans mon dos et un rapide regard en arrière m’ont appris que mon contact n’avait pas attendu le conseil de l’autre pour prendre ses jambes à son cou. Sage décision…
 
Je l’ai imité sans demander mon reste et couru à la suite de l’individu qui m’avait valu tant d’ennuis à Teirm. Peut-être connaissait-il les tunnels mieux que moi. Au pire, je n’aurai qu’à me démerder pour qu’on l’attrape en premier. Un type capable de vous mettre K.O. en un coup ? Je tenais là ma diversion.
 
« Vous…. ne … savez… pas où nous sommes ? », ai-je fini par lui demander après ce qu’il m’a semblé être une éternité de cavalcade.
J’avais le souffle court, mes poumons me brûlaient et mes jambes me donnaient l’impression d’avoir la tremblote mais au moins, je n’entendais plus de bruits de pas. La seule bonne chose car pour le reste…
 
«  Déjà… passés… par là, non ? »
 
Nous étions descendus et pas qu’un peu, j’en étais quasiment sûre. Les toiles d’araignées, la quasi phosphorescence des murs, le motif des moisissures phosphorescentes sur les parois. Ces deux choses là me semblaient un peu trop familières…
Je me suis adossée à la paroi pour retrouver mon souffle, essayé de ne pas trop penser à ce sur quoi je m’appuyais. Dans le silence troublé par nos seules respirations, j’ai alors entendu comme un déclic…


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Jeu 19 Fév 2015 - 5:18


Quelques minutes de courses avaient suffi à mettre assez de distance entre Dietwin et les nouveaux venus. Malheureusement, Telzire l’avait suivi, probablement poussée par un instinct de conservation qui l’avait miraculeusement gardée en vie jusqu’ici. La respiration haletante de la jeune femme força le maudit à ralentir. Il ne pouvait quand même pas la laisser seule ici, d’autant plus que lui aussi n’avait aucune idée de leur position.

« Reposez vous, je vais voir ce qu’il y a au prochain tournant. »

Son exploration ne le déçut pas. Les champignons et mousses phosphorescents éclairaient une échelle taillée à même la pierre qui s’enfilait dans un conduit montant droit jusqu’à la surface. Il n’avait plus qu’à faire demi-tour et prévenir la jeune femme, et ils seraient tirés de ce traquenard. Mais Telzire n’était plus où il l’avait laissé.

Dietwin jura. Où avait-elle bien pu passée ? Elle n’avait pas fait demi-tour, ça, il en était certain. Elle n’avait pas non plus continué le long du couloir, il l’aurait entendu. La tentation de filer et de laisser là cette femme qui ne lui causait que des ennuis était forte. Mais un vieux souvenir, une impression de déjà-vu, le retint. Au lieu de fuir, il tenta de comprendre ce qui avait bien pu se passer.

Des traces étranges sur le sol attirèrent son attention. Un demi-cercle de pierre raclée face à un mur où la continuité des mousses était rompue. Un passage secret ? Dietwin tata la pierre, à la recherche d’un mécanisme caché. Un déclic vint récompenser ses efforts. Le mur tourna sur lui-même, l’entrainant dans son mouvement de l’autre côté.

Telzire était bien là, allongée sur le sol…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Jeu 19 Fév 2015 - 6:03


Une douleur lancinante me labourait le crâne. Le sang battait à mes temps, assourdissant. J’étais… allongée ? Est-ce que je délirais ? Un raclement sourd vint vriller mes tympans. Faites que cela s’arrête !
Grimaçante, j’ai ouvert les yeux. Des étoiles ont dansé une vilaine sarabande au milieu d’un flou noir et vert. Un visage s’y est dessiné, affiné tandis qu’une éternité s’écoulait pour finalement prendre des traits familiers. C’était l’autre type ! Qu’est-ce qu’il faisait là, à me regarder de haut ? Oh c’est vrai, j’étais à terre. Les souvenirs ont commencé à affluer. Moi, appuyée contre le mur. Moi perdant l’équilibre alors qu’il pivotait. Et cette putain de marche !
 
Je me suis relevée. Enfin, essayé,plutôt. Les vertiges m’ont envahi à la première tentative. Il m’en a fallu deux ou trois de plus avant que je sois en état de chanceler sur mes deux pattes. Deuxième fois que ça m’arrivait en présence de type là… Est-ce que j’allais me retrouver à m’enfuir par une fenêtre comme l’autre fois ?
Visiblement non. Pas moyen de dégoter le mécanisme d’ouverture de mon côté. Nous n’avions plus qu’à aller de l’avant, vers l’inconnu. Avec ce porte-poisse en guise de compagnon, j’aurai donné ma main à couper qu’une autre tuile allait nous tomber dessus.
 

« A votre avis, où est-ce que nous sommes ? », lui ai-je chuchoté. Ca ne mangeait pas de pain. Sa réponse m’éviterait de trop penser à ce qui nous attendrait dans l’obscurité…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Jeu 19 Fév 2015 - 6:33


« Aucune idée… »

Dietwin avait en réalité une ou deux idées sur l’endroit où ils se trouvaient. Il ne voulait cependant pas les formuler. Les dire, ce serait leur donner une existence possible, et donc des espoirs qui seraient sûrement déçus. Il avait trop souvent expérimenté ce sentiment pour recommencer aujourd’hui.

« Nous ferions mieux d’avancer » dit-il en désignant vaguement le couloir qui s’étendait devant eux, plongé dans une pénombre bleutée.

Dietwin prit les devants. La jeune femme semblait encore sonnée par sa chute, et même si elle s’était remise, il préférait encore mieux mener la voie. Un poignard glissa machinalement jusqu’à son poignet. Les passages secrets n’étaient jamais très rassurants.


« Au fait, puisque nous risquons d’être coincés ensemble pendant un petit bout de temps...Je m’appelle Dietwin. »

Les présentations faites, un silence pesant s’installa, seulement rompus par le bruit de leur pas sur la pierre. Au bout de quelques minutes, les mousses phosphorescentes se firent plus rares, et ils marchèrent dans une quasi-obscurité. Soudain, Dietwin trébucha sur un obstacle au sol. Il jura. La sonorité du lieu était différente, se rendit-il compte. Ils ne devaient plus être dans un étroit couloir mais dans une pièce plus vaste. Il se baissa et tata de la main le sol, à la recherche de l’objet qui avait failli le faire tomber. Ce dernier avait le désagréable toucher de l’os…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Dim 22 Fév 2015 - 23:41


Le sol s’est subitement fait moins dur sous mes pieds. Comme si une généreuse quantité de poussière le tapissait. Etrange. Je ne l’avais pas sentie auparavant. Depuis que j’avais mis les pieds dans ces maudits boyaux, c’était même la premi…
L’autre a interrompu le fil de mes pensées en se présentant. Comme si c’était le moment !
 
« Rowena. », lui ai-je tout de même répondu.
 
Un faux nom et pas le moindre remord à ce sujet. Je n’avais aucun raison de faire confiance à ce Dietwin. Si ça se trouve, ce n’était même pas son vrai nom ! Quant à moi, moins il en saurait sur moi, mieux je me sentirai. Je n’ai même pas cherché à entretenir un semblant de conversation. Le silence me convenait parfaitement, tout angoissant qu’il fut…
 
J’ai pourtant sursauté comme une malade lorsque quelque chose a cédé sous mes pieds. Dans la semi obscurité, je n’étais pas foutue de dire sur quoi j’avais marché exactement. J’ai prié de toutes mes forces pour que ce ne soit pas un énorme cafard ou une de ces monstruosités qui semblaient se multiplier comme des criquets, ces derniers temps.
 
J’ai vaguement cru deviner Dietwin se pencher devant moi. Se pouvait-il qu’il voit également dans le noir ?
 
« Vous voyez quelque chose ? »
 
L’écho a repris mon murmure en chœur. J’ai senti comme un courant d’air froid se lover contre ma peau. Il charriait une odeur d’outre-tombe. Mon instinct de survie m’a braillé dans les oreille, mené ma main dans l’une des mes poches et refermé mes doigts tremblants autour de quelque chose de froid… Quelle conne j’étais ! Je l’avais complètement oublié dans la panique, ce putain de briquet à amadou !
 
J’ai élevé la flamme tremblotante à hauteur d’yeux. Il n’y avait rien de ce que j’avais pu imaginer. Pas de visage fantomatique à hauteur du mien, pas de bestiole en décomposition. Juste la flamme qui se penchait sous l’action du courant d’air. La sortie n’était peut-être pas loin !
Je me suis remise à espérer, jusqu’ ‘à ce que je commette l’erreur de regarder au sol. De réaliser ce sur quoi je venais de marcher. Le briquet m’est tombé des mains.
 
Ma poussière se déclinait en noirs et blancs. Mon cafard se révélait noirci et brulé mais sa forme n’est restait pas moins reconnaissables en mille.
 

Os et cendres ! Je vivais un cauchemar éveillé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Mar 24 Fév 2015 - 1:52


Dietwin tâtonna à la recherche du briquet de Rowena, tombé au sol dans la cendre. Savoir qu'il s'agissait en fait de restes de corps humains n'était pas très appétissant. Mais ils avaient besoin de lumière. Si seulement la jeune femme s'en était souvenue plus tôt, ils n'auraient pas eu à marcher dans le noir !
Une fois le briquet entre ses mains et dispensant une faible lumière sur la scène, Dietwin farfouilla de sa main libre dans sa poche et en tira une pierre cristalline. Au contact de la flammèche du briquet, elle s'illumina, comme si une flamme brillait en son cœur. Le maudit rendit son briquet à Rowena. Cette dernière n'en menait pas large. Ils étaient donc deux.
Un rapide examen confirma ce que pensait Dietwin. Il fit part de ses réflexions à Rowena.


«Ces hommes ont été tués il y a des mois de cela. On ne craint rien. »

Le maudit remarqua alors à la lumière de sa pierre un os différent des autres. Alors que tous les corps présents avaient été consumés par les flammes, des restes rougeâtres et des marques de dents étaient visibles sur un fémur. Dietwin déglutit : il avait parlé trop vite.

«Ce n'est pas une raison pour rester ici, cependant. Venez ! »

Il pressa le pas vers l'autre extrémité de la pièce, les sens aux aguets.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Mar 3 Mar 2015 - 1:44


On ne craint rien ? Ces os dataient peut-être mais rien ne me garantissait qu’il n’y ait pas un autre tueur dans les parages. Devais-je rappeler à ce Dietwin où nous étions ? Qui trainait ses guêtres sous Gil’Ead ? Ce qui avait pu ronger cet os-là ?
 
« Je vous suis… »
 
Pas très convaincue mais c’était ça ou me retrouver seule. Jamais choisir ma compagnie ne m’a semblé si facile. Je l’ai suivi en silence, remonté la piste du courant d’être sur une dizaine de mètres avant qu’un affreux sentiment ne me stoppe sur place. J’ai pivoté sur moi-même et scruté l’obscurité qui s’était refermée derrière nous.
Là ! J’ai juré avoir vu quelque chose s’agiter à la lisière de notre cercle de lumière. Ténèbres sur ténèbres. Impossible de savoir de quoi il retournait mais c’était là. Aux aguets. Je pouvais le sentir, tout comment j’entendais mon instinct de survie hurler. Mes lèvres s’en sont faites l’écho.
 
« Fuyez ! »
 
Fuyons plutôt, car je n’ai pas non plus demandé mon reste. Quelque chose a chuinté dans mon dos. Une bouffée à la fois glacée et électrique qui m’a donnée la chair de poule. J’ai jeté un coup d’œil par-dessus mon épaule…
 
Des dents. Je n’ai vu qu’elle, cette dizaine de tâches pâles qui flottait dans les ténèbres, au milieu d’elles. A quelques mètres à peine de nous.
 
Il ne m’en a pas fallu plus pour refuser de regarder à nouveau derrière moi. J’ai accéléré le rythme. Un os m’a dépassé pour atterrir devant Dietwin. A moitié rongé, encore couvert de tâches rougeâtres et surtout, atrocement familier…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Mar 3 Mar 2015 - 2:22


Au cri de Rowena, Dietwin sursauta. La marche dans ces sombres tunnels avait mis ses nerfs à vif. Le maudit se retourna et aperçut vaguement quelque chose dans les ténèbres. Sans demander son reste, il suivit le conseil de la demoiselle et s'élança en avant, sans plus oser se retourner. Un os humain traversa son champ de vision pour atterrir devant lui. Qu'importe ce qui les poursuivait, il était bien décidé à entraver leur fuite.
La vision de cet os à moitié rongé et de ce qu'il impliquait s'ils étaient attrapés eut pourtant l'effet inverse. Malgré le point de côté qui commençait à faire son apparition, Dietwin poursuivit sa course, la respiration haletante de Rowena le rassurant sur sa présence. Une autre respiration, beaucoup plus sourde elle, était aussi audible. Et elle se rapprochait. Les efforts que le duo fournissait pour fuir ne servaient à rien.


« A terre ! » lança soudainement Dietwin.

Sans même vérifier que Rowena avait suivi son conseil, il prononça un mot en ancien langage. Un éclair de lumière jaillit de ses mains et frappa le plafond du tunnel juste derrière eux. La voute s'effondra dans un grondement sourd, bloquant leur poursuivant de l'autre côté. Dans la poussière ambiante, Dietwin tendit la main à Rowena pour l'aider à se relever.


« Rien de cassé ? Ca devrait le retenir quelques temps, quoique ce soit.»

Maintenant que la pression redescendait doucement, Dietwin n'était plus aussi sûr que son coup d'éclat ait été si bien réfléchi. Ils se trouvaient après dans les fondations d'une ville sous contrôle des Premiers Hommes. Le magicien ignorait totalement si ils avaient un moyen de savoir si la magie avait été utilisé, et par qui. Mais après tout, à cette profondeur, il n'y avait aucune chance qu'ils aient pu le détecter, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Mer 4 Mar 2015 - 5:25


« Ca va, je vais bien ! », lui ai-je grogné en guise de réponse.
 
Ce n’était pas très chic de ma part compte tenu de ce qu’il venait de faire, je l’avoue. Il venait de nous sauver la mise à tous les deux alors que je n’étais bonne qu’à courir et lancer mes dagues au petit bonheur la chance. Sans même être sûre qu’elles auraient eu un quelconque effet si j’avais touché ma cible…
 
J’ai éternué à cause de la poussière puis finalement pris la main gantée qu’il me tendait. En d’autres circonstances, j’aurai sans doute sauté sur l’occasion pour lui faire avaler une bonne livre d’acier. Là, Dietwin, tout magicien qu’il fut, personnifiait une grande chance de survie. Si ce n’était pas l’unique…
 
« Mais ne moisissons pas ici… »
 
Je ne partageai pas son optimisme sur l’efficacité d’un tas de gravats pour retenir notre poursuivant. Le filet de poussière qui m’est tombé sur le visage m’a fait comprendre qu’il n’allait bientôt plus être notre seul problème.
 
Je n’ai pas osé regarder l’état de la voute au dessus de notre tête. De toute façon, l’obscurité ne m’aurait pas permis de distinguer les fissures béantes que je m’y suis imaginée.
Un seconde filet de poussière, accompagné d’un tremblement et de craquements des plus évocateurs. Un rat m’a filé entre les jambes. Des araignées aussi, qui se hâtaient dans leur fuite. A ce moment, j’aurai du comprendre que mourir ensevelie constituait le cadet de mes soucis.
 
Derrière moi, le sol a cédé. Sous le poids des gravats, me suis-je d’abord dit. Rien de plus normal tant Gil’Ead me semblait de plus en plus avoir été construite sur de l’emmental. Je n’ai réalisé que cette crevasse s’ouvrait délibérément vers nous que trop tard.
 
Sa gueule béante s’était déjà ouverte sous nos pieds. J’ai désespérément griffé le sol à la recherche du moindre relief auquel me raccrocher. Il s’est dérobé sous mes doigts, chutant à notre suite vers des profondeurs insondables…
 
 
Bon d’accord, nous n’avons finalement chuté que sur un ou deux mètres. La réception n’en a pas été indolore pour autant. La vue de son comité m’a vite fait regretté qu’elle n’ait pas été fatale.
Deux points écarlates nous guignaient depuis les ténèbres. La pâle phosphorescence des lieux a brièvement détouré une silhouette grotesque. Un sinistre assemblage de créatures diverses, comme monté à la va vite par un artisan peu soigneux. J’aurai juré que certains bouts manquaient de ci de là et que d’autres flottaient dans le vide…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Mar 10 Mar 2015 - 4:10


L'effondrement de la voute entraina celle du sol. Les deux compères chutèrent dans la béance ainsi formée. Par chance, un autre souterrain courait sous celui dans lequel ils fuyaient depuis plusieurs minutes. La culbute fut donc moins terrible qu'elle aurait pu l'être. Elle demeura cependant douloureuse pour Dietwin. La chute des pierres couvrit le craquement sourd de sa cheville gauche qui se brisait sous l'impact mais la douleur, elle, ne se fit pas attendre. Le maudit serra les dents, se retint de crier.
La vision d'horreur que révélait la pâle luminescence des lieux ne parvint pas plus à tirer le moindre son de lui, mais une chape de désespoir tomba sur Dietwin comme la nuit tombe invariablement sur terre le soir. Et dans ce ciel, aucune lueur apportée par la lune et les étoiles. C'était une nuit noire, une nuit d'encre, une nuit sans espoir. Le maudit tenta de se relever, prenant appui sur le mur. Sa cheville le faisait horriblement souffrir. Une douleur aux côtes lui indiqua qu'il avait également du en briser quelques unes. Damned ! Il était vraiment dans une situation délicate.
Derrière lui, à l'opposé du monstre qui attendait, patiemment, de pouvoir se repaitre de ses proies, le tunnel apportait une chance de s'enfuir, si l'un d'eux restait en arrière. Les souvenirs affluèrent à la mémoire de Dietwin.
Il avait déjà du fuir, il y a si longtemps de cela, en un autre temps et dans d'autres lieux. Fuir des créatures bien plus pernicieuses que celle qu'ils avaient devant eux, des monstres à figures humaines, qui avaient trompés la mort pour apporter sur le monde terreur et désespoir. Et ils avaient du fuir, alors même qu'elles revenaient à la vie, trop faibles pour les combattre, inconscients encore de leur vraie nature. Pour couvrir leur fuite, certains étaient restés en arrière. Leur sacrifice avaient portés leur fruit. Leurs corps mutilés exposés aux portes de la cité royale, à la merci des éléments et des corbeaux, donnaient un goût amer à cette survie.
Dietwin ne voulait pas revivre ça. Il avait déjà assez sacrifié, fait assez de compromis. Et même si il ne portait pas Rowena dans son cœur, et que tous leurs malheurs semblaient émanés d'elle, il ne pouvait pas la laisser en arrière, fuir pour sauver sa vie en sacrifiant celle de sa compagne d'infortune.


« Fuyez, je le retiendrai quelques minutes. Allez-y, courez ! » lança t-il à Rowena, tout en la poussant vers le tunnel.

La créature regardât calmement la jeune femme s'enfuir en courant. Il la rattraperait en temps voulu. Une proie beaucoup plus facile l'attendait.


« Approche, mon petit ! J'ai affronté des rois fous, des démons d'un autre temps, et je les ai tous vaincu ! Tu ne me fais pas peur. Viens, si tu l'oses ! » cracha t'il tout en retirant ses gants. Composés de partie clairement humaine, peut-être craindrait t-elle sa malédiction – sa bénédiction, il s'en rendait compte maintenant. Sans elle, il ne serait jamais devenu l'homme qu'il était. Sans elle, son monde serait mort.


Alors qu'elle fuyait dans les ténèbres du souterrain, Telzire entendit soudain des cris de douleur déchirer l'air. Jamais, dans ses pires cauchemars, elle n'aurait pu entendre de tels cris. Les pires tortures n'auraient jamais pu tirer de tels sons d'une gorge humaine. Et pourtant, c'était bien le cas.
Les cris se turent, laissant place à un silence oppressant…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin | Jeu 12 Mar 2015 - 21:30


Mon preux chevalier s’appelait Dietwin. Son armure n’avait pas l’étoffe de celle de la noblesse ; elle était tissée d’étoffe, de magie et de mystère plutôt que forgée dans l’acier. Il n’avait pour arme à dresser contre la mort que son seul courage.

Et pourtant, il n’avait pas hésité une seule seconde à s’interposer pour me laisser ne serait ce qu’un mince espoir de survie. A se sacrifier, comme le silence après ses hurlements effroyable me l’a tristement appris. Continuer à courir. Ne pas me retourner. Et pleurer silencieusement. Telles étaient les trois seules choses que je pouvais faire pour honorer sa mémoire. Toutes marquées du saut de ma propre impuissance.

Au moins n’aurai-je pas longtemps à vivre avec sa mort sur la conscience. La chose était de nouveau dans mon dos. J’ai senti son haleine dans mon cou puis des gouttes encore tièdes s’écraser sur moi alors que quelque chose passait en cloche par-dessus mon épaule pour atterrir avec un bruit mou juste devant moi.
La faible luminosité ambiante m’a tout juste permis de réaliser avec horreur ce que c’était et à qui il appartenait. La seconde d’après, des griffes glacées me labouraient le dos. M’otaient jusqu’à la plus petite sensation dans le bas du corps alors que je m’effondrais comme un pantin désarticulé.

A travers l’obscurité et le froid qui me submergeaient, j’ai pu apercevoir son visage une dernière fois. Atrocement déformé par la souffrance et fondu au milieu des chairs inhumaines. Il n’était plus qu’une pièce au milieu du patchwork organique qu’hantait cette chose.


Mon preux chevalier. Nul ne chantera jamais ta fin. Nul ne saura jamais les jours qui auraient pu être les tiens si tu ne m’avais croisée. Cette vie trop tôt finie à cause et pour une chimère. Mon nom n’est pas Rowena, c’est T…
 

The End
Epilogue


Entre autres bruits peu ragoutants, se fit entendre celui du cuir qui se déchire suivi du tintement de l’or. Une cascade de sang et de pièces d’or tomba de ce qui restait de l’infortunée. Un curieux motif luisit doucement dans la pénombre des lieux avant que les doigts du costume de chairs de la créature ne se referment sur les pièces…
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Les ennuis ne sont jamais bien loin |


Revenir en haut Aller en bas

Les ennuis ne sont jamais bien loin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Gil'ead-
Ouvrir la Popote