AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

La Preuve !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: La Preuve ! | Lun 16 Mar 2015 - 0:27


Je me suis réveillée, en sueur malgré la température fraiche de la nuit. A en juger par la hauteur de la lune dans les cieux, je n’avais dormi que quelques heures tout au plus. J’ai baillé à m’en décroché la mâchoire, me suis emmitouflée à nouveau dans mon manteau et tenté de me rendormir.
Le bel échec cuisant que voilà ! Le vent nocturne avait emporté avec lui les derniers souvenirs de mon cauchemar. Il ne restait de lui qu’un très mauvais pressentiment, du genre à vous donner l’impression que fermer les yeux - ne serait-ce que pour un battement de cœur – serait la dernière chose que vous feriez de votre vie…

En désespoir de cause, j’ai remballé mon maigre paquetage. Une journée de marche tout au plus me séparait des restes de Gil’Ead et j’avais hâte de me délester de mon précieux chargement. Au début  j’avais cru à de simples pierres précieuses emportées par la Grande Vague des joailleries de Teirm ou de Kuasta. La chance me souriait enfin !, m’étais-je naïvement réjouie lorsque je les avais ramassées sur la côté.
Résultat des courses, je me retrouvais à crapahuter à travers bois jusqu’à un nid de Premiers Hommes. Ceux là même dont on disait qu’ils étaient capables de renifler la magie à des centaines de mètres. Plus tôt que je serais débarrassée de ces embarrassants joyaux, mieux je me porterais.

C’est dans ce but que j’ai repris ma route cette nuit là, mon chemin tout juste éclairé par la pâle clarté lunaire. Ronciers, branches, flaques de boues et autres embûches se sont fait un plaisir de me montrer l’étendue de leur hospitalité.
La vue des premiers bidonvilles m’a réchauffé le cœur. Celle d’une patrouille m’a rappelé que le moindre faux pas m’était interdit. Je le sentirai sans doute passer si je venais à vérifier par moi-même le bien fondé d’une certaine rumeur au sujet des Premiers Hommes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Lun 16 Mar 2015 - 0:31


Dietwin naviguait à travers le dédale des bidonvilles qui s'érigeait sur le site de l'ancienne Gil'Ead. Mélange de simples tentes et de bâtiments plus solides, la cité n'en dégageait pas moins un sentiment de pauvreté extrême, ainsi qu'une odeur plutôt tenace. L'ambiance sordide plaisait à Dietwin. Ici, il était plus ou moins tranquille. Son aspect miteux et en même temps menaçant décourageait les gens de l'aborder. Depuis qu'il était arrivé deux semaines plus tôt, il avait su éviter les ennuis, que ce soit les bandes de voyous qui extorquaient les pauvres hères ou bien les patrouilles de Premiers Hommes qui arpentaient les ruines.

Mais le temps du repos était arrivé à son terme. Dietwin avait obtenu les informations qu'il souhaitait. Une carte basique dessinée sur un vieux bout de parchemin crasseux, il s'aventura dans les souterrains qui courraient sous Gil'Ead, à la recherche d'un vendeur d'objets magiques. Il avait du batailler ferme pour savoir où ce dernier vendait sa marchandise, aux yeux et à la barbe des Premiers Hommes.
Dietwin se montra donc prudent alors qu'il empruntait une entrée supposée secrète des tunnels. Il ne voulait pas qu'on le suive, pas plus qu'il ne souhaitait tomber sur des Premiers Hommes. Leur expliquer sa présence sans se compromettre serait délicat, et si ils devaient en venir aux mains...l'homme préférait mieux ne pas y penser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Lun 16 Mar 2015 - 0:33


Crottée de partout, les yeux cernés et les cheveux en pagaille ; le voyage vers Gil’Ead ne m’avait pas franchement épargnée. Mes regrets se sont néanmoins vite évaporés lorsque mon regard s’est posé sur les bidonvilles et la dégaine de sa faune : je me fondais parfaitement dans le paysage. Une âme errante parmi tant d’autres, portée par la certitude que les couteaux et la misère des lieux valaient mieux que les griffes de créatures cauchemardesques. Sauf que ce n’était pas la raison qui m’avait amenée ici. Celle-ci se trouvait soigneusement dissimulée dans une poche secrète de mon manteau en haillons.

J’ai suivi scrupuleusement les indications que l’on m’avait données il y a plusieurs lunes jusqu’à finalement atteindre l’une des gueules béantes des souterrains. J’ai rapidement regardé autour de moi. Pas l’ombre d’un indiscret mais je n’en ai pas moins fermement resserré ma prise sur l’une de mes dagues. J’étais là pour vendre, pas pour me faire égorger par un coupe-jarret. En parlant de coupe jarret…

Une silhouette n’a pas tardé à se dessiner devant moi. Dans la semi-obscurité du tunnel, je n’en ai distingué que des contours indécis puis les replis d’un long manteau alors que je me hâtais pour la dépasser. A mon grand soulagement, je n’ai pas vu briller l’acier dans ses mains. Inutile de dégainer le mien mais je n’en suis pas moins restée sur les gardes jusqu’à ce qu’il fusse à bonne distance derrière moi…


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Lun 16 Mar 2015 - 0:35


La jeune femme qui le dépassa rappela vaguement quelque chose à Dietwin. Quelque chose de très désagréable. Il considéra un instant la possibilité de la rattraper pour éclaircir ce doute mais n’en fit finalement rien. Ce qui l’amenait ici n’était pas très légal aux yeux de la Loi Martiale en vigueur et il ne voulait pas se faire prendre bêtement. Et puis la jeune femme semblait elle aussi désireuse de passer incognito, alors autant ne pas compliquer leurs vies à tous deux.

Les tunnels étaient parfois creusés de niches sombres depuis laquelle des voix appelaient le passant, lui promettant monts et merveilles. Dietwin ne s’attarda pas. Le marchand ne devait plus se trouver bien loin, d’après ses indications. Finalement, il arriva au vu d’un embranchement. Le côté gauche s’enfonçait dans les ténèbres, mais le droit dispensait une faible lumière. En la suivant, Dietwin arriva à un cul-de-sac. Un homme était assis sur un tabouret et lisait un parchemin, très absorbé dans sa lecture. Il leva la tête en entendant le raclement de gorge de son futur client.


« Oh ! Encore vous ? Laissez moi devinez : vous l'avez croisé. Vous voyez, exactement ce que je vous avais dit : aucun respect pour la beauté majestueuse d'une cape.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Lun 16 Mar 2015 - 0:42


Gauche, droite, droite, gauche… Il y avait de quoi se perdre dans ces souterrains, sans parler de ma bonne étoile qui ne parvenait guère à briller  à travers cette obscurité oppressante. Plus d’une fois, je me retrouvée nez à nez avec la paroi humide et pourrissante d’un cul de sac ou un amas de roc et de bois bouchant délibérément le passage. J’ai du faire demi-tour à chaque fois, perdre de précieuses minutes et augmenter mes chances de faire une rencontre désastreuse. Au bout de la cinquième fois, j’en suis même venue à souhaiter avoir un magicien sous la main pour qu’il m’ouvre une voie royale jusqu’à mon fameux marchand…

J’ai finalement réussi à le trouver comme une grande, dans l’un de ces recoins que j’avais croisé par dizaines juste avant. Pas d’étal devant lui, des vêtements miteux, un coutelas bien en évidence à la ceinture. J’aurai pu le prendre pour une canaille et le rater si je n’avais pas aperçu l’espèce de cygne en tissus qui pendait également à sa ceinture.

« Cirat m’a dit que vous seriez intéressé par quelques bricoles., lui ai-je dit en guise de bonjour. L’exacte réplique qu’on m’avait apprise des jours auparavant.
- Le fils Chans’lor, hein ? L’a jamais su choisir un nom correctement. Allez ma p’tite, montre moi ce que t’as ! »

J’ai regardé autour de moi avant de sortir discrètement de sa cachette l’une des raisons de ma venue. Mon manteau dissimulait parfaitement ce dont il était question à tous les regards indiscrets excepté les deux nôtres. Ses yeux se sont écarquillés à la vue de ce que je lui proposais…

A n'en pas douter, il allait sans doute m'ôter le fardeau que représentaient ces joyaux. J'aurai du m'en sentir soulagée. Et pourtant, je n'aurai pas pu me méprendre sur la nature du frisson qui m'a traversée à cet instant précis. Il était aussi glacé que l'haleine de la mort elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Lun 16 Mar 2015 - 1:01


« Une cape ?»

Dietwin considéra le marchand devant lui. Ce n’était pas du tout l’échange convenu. Et cet homme semblait le connaitre, ou du moins n'était pas surpris par sa présence. Que se passait-il donc ?

«  Oh oui, j'oubliais. Timey-wimey, ce genre de chose. Oubliez ce que je viens de vous dire. Donc, où en étais-je ? Ah oui ! Une cape ! Une belle cape. Une excellente cape. De la meilleure qualité possible. Je vous épargnerai les précautions à prendre en cas de combat. Quoique… Pensez bien à la retirer avant qu'elle ne se prenne un coup d'épée ou de griffes involontaires. Les raccommodages sont possibles, certes, mais c'est comme un vieux mercenaire aux cheveux blancs. Beaucoup de cicatrices qui gâchent à tout jamais la douceur virginale de la peau. Vous allez me dire, dans certains cas, ces cicatrices les améliorent beaucoup. Mais ça, c'est pour les capes de mauvaise qualité, les contrefaçons. Et ici, vous ne trouverez pas de ça. Non, monsieur, je ne vends que des capes de la meilleure qualité. Les plus grands se sont fournis chez moi ! Des dragonniers, des empereurs, des maitres rebelles et qui sais-je encore !
Et évitez aussi les éclaboussures de sang et de liquide corporel, c'est tellement difficile à faire partir. J'ai eu un mal fou à la ravoir la dernière fois que cela est arrivé. Le sang du pauvre homme déchiqueté a réussi à traverser la toile du paquet et a taché toute la cape. Une vraie horreur, je dois bien vous l'avouez. Je parle de la cape, bien sûr. Bien que, maintenant que j'y repense, cet homme à moitié incorporé, ses organes explosés sur les murs, le sang partout autour de son corps. Et son visage, dans son ventre, qui semblait encore crier sa douleur. Mais toujours moins horrible que cette magnifique cape souillée...Donc, si vous deviez vous faire empaler ou démembrer, pensez bien à la protéger. Je vois que vous me comprenez, monsieur. C'est toujours agréable d'avoir un client compréhensif.
Mais je m’égare. Vous étiez venu pour achetez une cape, n’est ce pas ? Non, non, ne dites rien, vous ne pouvez pas refuser. Si vous le faisiez…
Le marchand perdit un peu de ses couleurs.  Des choses terribles ! Terribles ! Enfin, reprit-il plus guilleret J’ai exactement ce qu’il vous faut ! Une cape qui vous siéra à merveille, je le sais déjà. Attendez un instant que j’aille la cherchez. Et ne vous avisez pas de partir !»

Dietwin était tombé sur la mauvaise personne, c’était certain. Et maintenant, que pouvait-il bien faire ? Le marchand l'avait clairement prévenu de rester, et si il partait, il serait définitivement suspect. Il prit donc son mal en patience en attendant que le marchand revienne, une cape dans les mains.

« Ceci vous conviendra parfaitement. Col en astrakan, extérieur en velours vert impérial, doublure en satin rouge bordeaux, fermé par une broche et des attaches en argent ciselé. Une pure merveille, » soupira t-il, l’œil brillant.

Le maudit ne put qu’approuver. La cape était vraiment magnifique, mais d’aucune utilité pour lui. Le marchand semblait cependant ne pas s’en soucier, car il roula bien vite le bien dans un paquet qu’il ficela et tendit à Dietwin.


« Vous pourrez me payez plus tard. Mon prochain magasin sera à Dras Léona, vous n’aurez qu’à passer me voir si vous vous en sortez Oh, et un dernier conseil : méfiez vous de vos prochains achats dans ces boyaux, j'ai entendu dire que de la monnaie contrefaite circulait. »acheva t-il en poussant Dietwin vers l’embranchement, mettant ainsi fin à la transaction.

Une fois hors de vue du marchand de cape, Dietwin tira les instructions de sa poche. Il repéra rapidement où il avait commis une erreur et reprit son chemin, la cape sous le bras, encore incertain de ce qui s’était passé. Il ne tarda pas à apercevoir l’homme qu’il cherchait. A la surprise de Dietwin, il était en pleine affaire avec la jeune femme qu’il avait croisée auparavant. Le maudit ne pouvait plus faire demi-tour. Il se rapprocha donc innocemment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Mar 17 Mar 2015 - 21:39


Notre petit marché durait déjà depuis quelques minutes. Le temps qu’il a fallu à mon contact pour m’expliquer que la nature de mon offre m’avait déjà précédée et m’annoncer son prix. Pardon, m’expliquer à quel point il m’avait soulagée du lourd fardeau qu’auraient pu être ces joyaux si les Premiers Hommes m’avaient capturée et que sa proposition était des plus honnêtes. Des clous !

J’ai regardé les pièces d’or qu’il me tendait, dubitative. A mi-voix, je lui ai fait part de mes pensées avec le calme tout relatif imposé par la nécessité de ne pas faire d’esclandre ici. Qui sait comment les choses se seraient terminées au moindre éclat de voix ?

« Parce que je ne viens pas de faire le chemin jusqu’ici ? J’aurai pu laisser échapper quelques infos, s’ils m’avaient capturée. »

Et je pourrais toujours le faire, anonymement bien sûr. Est-ce que ça les intéresserait là haut ? Sûrement…

L’autre a sorti une pièce supplémentaire. J’aurai du en être heureuse ou, tout du moins, un brin satisfaite. Au lieu de cela, je me suis sentie mal à l’aise sans même en comprendre la raison. Peut-être parce qu’il l’avait crachée aussi facilement ? Que même en se délestant de plus d’or, il faisait tout de même une excellente affaire sur mon dos ?

J’hésitais toujours à empocher l’or quand celui-là s’est mis à me déranger, comme si quelqu’un y avait dessiné une cible. Trop tard pour faire l’échange, ce serait me griller en beauté. Après m’être composée une expression des plus neutres, j’ai resserré les pans de mon manteau autour de moi et discrètement fait glisser l’un de mes dagues à l’intérieur de ma manche. Lorsque j’ai enfin fait demi-tour, elle ne demandait qu’à se loger dans main pour mieux voler vers le cœur du curieux, qui qu’il soit…

Mazette ! Je l’aurai reconnue entre mille cette silhouette-là. C’était le type de Teirm qui m’avait fait tomber dans les pommes d’un simple contact. Qu’est-ce qu’il foutait là ? M’avait-il suivie ? Etait-il seul ?

Toutes ces questions et tant d’autres se sont bousculées dans ma tête. Une seule a franchi la barrière de mes lèvres. La plus courte et la plus insignifiante de toutes :

« Vous ? »

Aussi la plus stupide…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Lun 23 Mar 2015 - 16:50


La jeune femme ôta les mots de la bouche de Dietwin. Il aurait lancé la même réplique si elle ne s’était pas exprimée en premier. Le maudit jeta un rapide coup d’œil vers le marchand. Il s’agissait cette fois-ci du bon. L’expression furieuse qu’il arborait découragea Dietwin. Il ne pourrait pas faire affaire avec cet homme, pas dans ces conditions. Adieu, les renseignements tant recherchés que le marchand possédait ! Il était bien parti pour mourir avec cette fichue malédiction. La jeune femme avait décidément le don de lui gâcher la vie. D’abord Teirm, après ça…Il était presque soulagé qu’elle ne fut pas immunisée.

« Venez, » lui chuchota t-il en s’emparant de son bras. Il l’entraina un peu plus loin, hors de portée de voix du marchand.

« Ecoutez, je ne sais pas ce que vous faites ici, et je ne veux pas le savoir. Vous et le giton m’avaient causé assez d’ennuis à Teirm, je ne souhaite pas que ça recommence ici. Alors, voilà ce que nous allons faire. Je vais repartir de mon côté, vous du vôtre, et nous allons chacun oublié que nous avons croisé l’autre. »

Dietwin n’attendit pas la réponse de la demoiselle. En fait, l’aurait-il voulu qu’il en aurait été empêché. Des bruits de pas lourds, assez nombreux pour appartenir à une troupe de Premiers Hommes, se firent entendre. Décidément, c’était bien son jour !

« Fuyez ! » lança t-il à la jeune femme, avant de prendre la poudre d'escampette, dans la direction opposée à la provenance des bruits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Sam 28 Mar 2015 - 22:18


Je n’en ai cru tout bonnement pas mes oreilles. A l’entendre, c’étaient moi et ce jeune homme les responsables du boxon à Teirm ? Et puis quoi encore ! Tout avait commencé avec lui, me suis-je retenue de le lui rappeler. Vous ne tombiez pas dans les pommes en touchant les gens normaux. Vous tombiez dans les pommes en le touchant lui. Une bonne raison pour le pas le baffer là, maintenant.
La seconde bonne raison, c’étaient les bruits de pas lourdement bottés qui résonnaient à travers le dédale de tunnel. Un bruit dans mon dos et un regard en arrière m’ont appris que mon contact avait encore moins apprécié que moi ce revirement. La déception et un éclair meurtrier ont fulguré dans son regard juste avant qu’il ne tourne les talons dans une autre direction que la notre. Etais-je le destinataire du second ? Je n’ai ni su le dire, ni voulu prendre le temps d’y réfléchir.
 
Courir sans demander mon reste à la suite de l’individu qui m’avait valu tant d’ennuis à Teirm requérait toute mon attention. Les inégalités du sol et autres obstacles formaient dans l’obscurité autant d’occasion de me casser quelque chose et me retrouver coincée sans savoir où était la sortie. Peut-être aurai-je du suivre mon contact et clore le marché en lieu sûr au lieu de courir après l’homme de Teirm. Le souvenir de son regard mauvais a fait irruption dans mon esprit à la simple mention du premier, accompagné d’une diffuse nécessité de devoir rejoindre la surface au plus vite.
 
« Vous…. ne … savez… pas où nous sommes ? », ai-je fini par lui demander après ce qu’il m’a semblé être une éternité de cavalcade.
J’avais le souffle court, mes poumons me brûlaient et mes jambes me donnaient l’impression d’avoir la tremblote mais au moins, je n’entendais plus de bruits de pas. La seule bonne chose car pour le reste…
 
«  Déjà… passés… par là, non ? »
 
Nous étions descendus et pas qu’un peu, j’en étais quasiment sûre. Les toiles d’araignées, la quasi phosphorescence des murs, le motif des moisissures phosphorescentes sur les parois. Ces deux choses là me semblaient un peu trop familières. L’homme de Teirm ne connaissait peut-être pas ces tunnels, finalement.
Je me suis adossée à la paroi pour retrouver mon souffle, essayé de ne pas trop penser à ce sur quoi je m’appuyais. Dans le silence troublé par nos seules respirations, j’ai alors entendu comme un déclic…


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Dim 29 Mar 2015 - 1:41


Quelques minutes de courses avaient suffi à mettre assez de distance entre Dietwin et les nouveaux venus. Malheureusement, l'autre l’avait suivi, probablement poussée par un instinct de conservation qui l’avait miraculeusement gardée en vie jusqu’ici. La respiration haletante de la jeune femme força le maudit à ralentir. Il ne pouvait quand même pas la laisser seule ici, d’autant plus que lui aussi n’avait aucune idée de leur position.

« Reposez vous quelques instants, nous verrons bien où ce couloir nous mène.»

Maintenant qu'ils ne couraient plus, Diewtin avait le temps de considérer leur situation. Ils se retrouvaient une fois de plus embourbés dans des événements qui les dépassaient, comme si le destin avait décidé de jouer avec eux jusqu'au bout. Et peut-être était-ce bien le destin qui mettait l'aventurière sur sa route, où qu'il aille. Peut-être…

" Clic "

Sous le regard stupéfait de Dietwin, le mur derrière la jeune femme commença à pivoter. Instinctivement, le maudit l'attrapa par le bras et la tira vers lui. Sous le choc, il fut propulsé sur le mur opposé, l'aventurière dans ses bras. Son regard croisa le sien. Jamais il n'avait eu le temps de remarquer leur teinte si particulière, aussi sombre que le ciel d'une nuit d'été, et tout aussi envoutant. Puis ses yeux se posèrent sur ses fines lèvres rouges, et une irrépressible envie de les embrasser le saisit.
Toussotant, il repoussa un peu brusquement la jeune femme. Son cœur battait plus fort que de coutume. Que ce fut sous l'effet de l'adrénaline lié à la surprise passée ou d'un sentiment d'une toute autre nature, il n'aurait su le dire. Dietwin grommela un
« Allons-y.» et suivit le couloir, encore perturbé par la pression du corps de l'aventurière contre le sien.

Et si finalement, la malédiction qui touchait Dietwin n'était pas la cause de sa solitude ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Mar 14 Avr 2015 - 14:36


Qu’est ce que c’était que ce regard ? Il profitait un petit trop de la situation celui là ! J’ai voulu lui coller une bonne baffe pour la peine. Me suis souvenue juste à temps de ce qui me pendait au nez et de notre situation à tous les deux.
 
J’ai baissé ma main, regardé ailleurs en cherchant vainement de quoi briser ce silence gêné. Sans doute l’était-t-il tout autant. Un simple « Allons-y » a franchi la barrière de ses lèvres. Sans trop savoir pourquoi, je lui ai emboité le pas. Etait-ce de la confiance ? L’envie de ne pas me retrouver  seule face à tout ce qui pouvait hanter cette semi-obscurité oppressante ?
 
Perdue au milieu de ces pensées, je ne me suis pas rendue compte que le sol s’était régulièrement élevé. Pas plus que je me suis rendue compte que les environs s’étaient subtilement faits plus lumineux. Il a fallu qu’un courant d’air frais vienne me chatouiller pour que je réalisé à quel point la sortie était proche. Dès lors, je n’ai eu plus qu’une hâte : quitter l’obscurité et l’étroitesse de ces murs humides.
 
 
Un projectile à piaulé au dessus de moi avant de percuter la paroi au dessus et de retomber au sol. Un tir de semonce, sciemment raté.
 
Nous avions troqué la menace latente du monde souterrain pour celle, plus directe, de l’acier pointé sur nous. Pas moins d’une vingtaine de Premiers Hommes disposés en demi-cercle nous entouraient, l’arme à la main et les arbalètes chargées, prêtes à nous planté si nous tentions de faire quoi ce soit. J’eu subitement envie de rire jaune.
Une vingtaine de types en armure pour les deux pauvres clampins que nous étions et nous les avions pris par surprise. Sans doute attendaient-ils plus ample compagnie. Je me suis souvenue du panneau secret. Une bande de contrebandiers peut-être ? Personne ne nous croirait si on leur disait la vérité. J’ai repensé aux pierres que je n’avais pas vendues à mon contact, étouffé un juron. Quand on en viendrait aux questions, ça n’allait pas être une partie facile.
 
J’ai échangé un regard résigné à l’homme de Teirm.  A moins d’un miracle, impossible de se sortir de ce guêpier. Un carreau nous cueillerait immanquablement. S’il ne nous tuait pas, nous serions capturés et notre résistance jouerait en notre défaveur. Notre meilleure chance de nous en sortir était la coopération. Le tout expliqué dans ce bref instant où nos yeux se sont croisés. J’espérais qu’il comprendrait.
 
J’ai attendu docilement de voir ce qu’il en serait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: La Preuve ! | Sam 25 Avr 2015 - 18:49


Dietwin leva calmement les bras au dessus de la tête, dans un signe évident d'apaisement. Il n'avait clairement pas d'arme à la main et ne représentait aucun danger pour les Premiers Hommes. Peut-être passait-il à la rigueur pour un contrebandier qui tentait de s'échapper, mais ils n'avaient aucune raison de les transformer en hérisson maintenant. Un homme mort peut difficilement répondre à des questions. Le maudit espérait secrètement que la jeune femme suivrait le mouvement. Le regard qu'ils avaient échangé le laissait supposer. Priant pour qu'un des Premiers Hommes en face d'eux parle leur langue, il lança avec calme :

« Nous ne sommes pas armés, messieurs. Nous sommes juste des voyageurs qui se sont égarés dans les souterrains. Nous ne vous voulons pas d'ennuis. Si vous le souhaitez, ma compagne et moi vous accompagnerons sans résistance jusqu'à votre quartier général. Me comprenez-vous ?» ajouta t-il, incertain que ses paroles aient portés face aux visages fermés que lui rendaient les Premiers Hommes.

Au bout de quelques instants, le chef apparent de la patrouille fit un signe à ses hommes de baisser leurs arbalètes. Dietwin laissa échapper un soupir de soulagement mais continua de tenir ses bras levés. Un rugissement dans son dos brisa cet instant d'espoir d'une issue heureuse. Le maudit fit volte-face, pour se retrouver face à face avec un véritable monstre, collection étrange d'êtres humains et d'autres créatures assemblés sans aucune logique. Le claquement sec des cordes d'arbalètes l'alerta, hélas trop tard.

Comme pour rattraper toutes ces morts qu'il n'avait pas pu éviter avant, tous ses amis qu'il avait perdus, Dietwin se jeta sur sa compagne pour faire barrage de son corps aux carreaux d'arbalètes. Une douleur éclata dans sa jambe, ses bras et son dos. Il n'en tint pas compte. Tout ce qui importait, c'était qu'elle au moins survive. Hélas, le destin en avait décidé autrement. Un carreau traversait sa gorge de part et d'autre, et elle hoquetait, cherchant désespérément un air qui ne viendrait pas. Un filet de sang coulait des commissures de ses lèvres. Malgré la douleur qui l'aveuglait et le submergeait, Dietwin déposa un baiser sur son front, comme pour la consoler. Un ultime spasme secoua le corps de la jeune femme, et elle cessa d'être. Un voile noir s'abattit devant les yeux de Dietwin. Ainsi prenait fin sa malédiction…


The End
Epilogue


La créature difforme avance parmi les corps déchiquetés des Premiers Hommes. Deux en particulier attirent son attention. Enlacés dans une dernière étreinte. Ainsi soit-il. Ils le resteront en son sein.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: La Preuve ! |


Revenir en haut Aller en bas

La Preuve !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Gil'ead-
Ouvrir la Popote