AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Le premier pas - PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Le premier pas - PV | Jeu 26 Mar 2015 - 10:05


Dras Léona, la Redoutable. Lise ne savait pas depuis combien de temps ce surnom était associé à la cité. Des ouvrages datant de la guerre des Parjures qualifiaient déjà la ville de ce sombre titre. Ce dernier avait traversé les âges et les guerres, mais avait-il déjà été aussi bien porté qu’aujourd’hui ? Dressée au bord du lac Léona, la cité était devenue le centre névralgique des forces des Premiers Hommes en Alagaësia. L’Epée de Mastaï avait fait de la citadelle son bastion et la cathédrale elle-même s’était vue convertie au culte du panthéon barbare.

C’était pourtant bien là-bas que se rendait la jeune femme, une vague inquiétude flottant dans son esprit. Serait-il possible d’approcher la tête du monstre sans se faire happer par sa gueule ? La conscience profonde de Sombral se crispa brièvement, mais le dragon ne fit aucun commentaire.

* Tout se passera bien je suis juste un peu nerveuse, lui lança mentalement la Gardienne, je n’ai pas été à Dras depuis longtemps.
Moi non plus, répondit le dragon sur un ton sinistre. *

Un sourire passa sur le visage de Lise. La dernière fois que Sombral était allé à Dras Léona il avait dévasté un pan entier de la capitale léonienne pour libérer la reine des elfes. L’objectif de Lise était plus pacifique, elle ne voulait que discuter. Mais pour discuter avec la bonne personne, il fallait savoir se faire remarquer et Sombral contribuerait largement à cela.

* On arrive. *

Lise eut un léger frisson et leva les yeux vers l’horizon. Au-dessus des nuages, la voûte céleste n’était qu’un vaste océan d’azur baigné par la lumière du soleil. L’air y était glacial, mais le froid n’était rien pour la Gardienne de l’Eau. Comme la chaleur n’était rien pour Marek. Comme la foudre n’était rien pour Charlie.

Sombral coupa le cours de ses pensées en plongeant brusquement dans la masse nuageuse. Penchée en avant la sorcière, sentait les muscles du dragon rouler sous la selle. Son corps tourner imperceptiblement pour s’adapter aux courants aériens, ses ailes se déplier légèrement, le temps d’une inspiration. Et dans un rugissement assourdissant, le dragon titanesque creva les nuages, au-dessus de la cité qui grossissait à vue d’œil.

Les images de Sombral piquant droit dans le lac Isenstar revinrent à la jeune femme. Elle revoyait sa silhouette noire et gigantesque transpercer les cieux avec une majesté déconcertante. Un sourire féroce passa sur ses lèvres tandis qu’elle songeait :

* Et maintenant Dras Léona, qui redoute qui ? *

Faisant échos à sa pensée, Sombral déploya brusquement ses ailes et rugit de nouveau en planant au-dessus de la cité. À cette altitude, Lise parvenait à distinguer les silhouettes des habitants de la cité, mais le vol était trop rapide pour qu’elle puisse s’attarder sur la moindre d’entre elles. Le géant ailé tourna au-dessus de la ville, jusqu’à se poser lourdement, juste à côté de la porte nord qui trembla à l’impact. La sorcière ne perdit pas de temps, elle ajusta son masque cornu et se laissa glisser sur le flanc puis sur la patte du dragon.

* Merci Sombral. * Lui lança-t-elle par pensée.

Le dragon attendit qu’elle ait commencé à avancer pour décoller à nouveau. Ses ailes immenses brassèrent l’air avec force, soulevant un nuage de poussière là où il s’était tenu un instant plus tôt.

Lise marchait d’un pas vif vers les portes encore ouvertes de la capitale. Ce n’est qu’une fois au sol qu’elle réalisa qu’elle était trempée. Les nuages, songea-t-elle. Sans cesser d’avancer elle tendit la main répéta les mots de pouvoir qu’elle avait employé face à Charlie pour assécher du bois. L’eau ruissela hors de ses vêtements pour couler jusque dans sa paume ouverte sous la forme d’une sphère aqueuse. Dans les airs, Sombral poussa un nouveau rugissement et cracha un torrent de feu dans le vide avant de prendre de l’altitude.

Des gardes se pressèrent face à Lise leur regard oscillant entre le ciel et la mystérieuse personne qui leur faisait face. Car pour l’occasion Lise avait soigné son apparence. Elle avait troqué ses vieux habits de voyage pour une tenue plus présentable, elle-même dissimulée sous un large manteau de velours vert rehaussé de fourrure de lièvre. Si ses longs cheveux d’un blond insolent étaient bien visibles, coiffés en une natte qui glissait sur son épaule droite, son visage restait dissimulé derrière le demoni – le masque rouge au visage monstrueux qu’elle tenait des sorciers de Gil’ead —. Ce dernier ne laissait apparaître que ses yeux d’un bleu éclatant.

Un des hommes se détacha du peloton et ouvrit la bouche, mais Lise l’interrompit aussitôt et lança :

« Je suis venue à Dras Léona pour parler à la plus haute autorité des Premiers Hommes en Alagaësia, lança-t-elle d’une voix forte, et je ne repartirai qu’une fois que ce sera fait. Je n’ai pas l’intention de blesser qui que ce soit à moins que l’on ne m’attaque. En revanche, ajouta-t-elle et levant un doigt vers le ciel, mon ami manque cruellement de patience. »

La jeune femme s’était bardée de protections magiques en vue d’un affrontement, mais elle préférait éviter cette perspective. Elle espérait que la présence de Sombral serait assez dissuasive pour pousser les Premiers Hommes à accepter le dialogue. Une fois la conversation engagée, elle avait confiance en sa force de persuasion pour convaincre son interlocuteur du bien-fondé de son offre. Encore fallait-il arriver jusque là. En vérité, tout allait se jouer maintenant.


HRP - Quelques petites précisions à propos de mon post :
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1037
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Jeu 26 Mar 2015 - 21:19


Catherine. Je crois qu’elle s’appelle Catherine. Faut dire on n’a pas vraiment fait les présentations. En tout cas pas les présentation formelles….On était plus occupé à autre chose…Bref. Je me lève. La jeune femme remue mais reste endormie.  Je me lève tard mais ça reste une belle journée. Le ciel est bleu, y’a quelques nuages. En dessous, la vie se passe en dessous de la fenêtre de la chambre que j’occupe chez mon frère Siegrid… je regarde l’heure. Bon… ça va… j’ai le temps… je m’habille plus que correctement. Ma cotte de maille. Elle est réparée et parfaitement coupée. Pour facilité son port, j’ai en dessous une chemise de chemise de soie et au dessus de la cote, une brigandine de cuir noire renforcé de petite plaque d’acier flexible espacées les unes des autres de deux bon centimètre. J’attache la longue étole bleu nuit que j’ai ramené du désert par-dessus mon épaule droite. La longue étoffe couvre mes épaules, laissant un long pan de tissu pendre le long de mon omoplate. Je complète l’ensemble par les brassards de cuir noirque j’ai ramené du Nord et des bottes de marche propre. Cielnaya Varra bien calée dans son fourreau, pendant dans mon dos, je me présente au palais à l'heure dite. J’y retrouve Olaf. Ce gars aurait dut être barde, mais il a choisit les Jegers après la grande vague.c'est un grand gaillard affable quil porte une fine moustache et un bouc léger taillé en pointe, ce qui lui vaut pas mal de regards de ces dames. Il s’est bien débrouillé dans le Nord, même très bien. Il inspire confiance et joue son rôle souvent mieux que ce que l’on peut attendre de  lui. c’est un survivant et un excellent combattant, un traqueur rusé et compétent qui à des état de services remarquable.

- Bonjour Olaf
- Chef..

Je souris, le respect de la hiérarchie c’est bien mais ça ne fait pas tout, surtout qu’il va bientôt devenir un chef. On se présente au bureau du Chef Valereth à l’heure dite. Comme moi avant lui, Olaf est passé au crible par le regard inquisiteur et puissant du chef des Jegers du Nord. Je me tient droit dans un coin de lap ièce, laissant à mon chef l’espace dont il a besoin pour inspecter le nouveaux venu. Olaf comme je le pensais a été écrasé par l’aura de terreur qui m’a submergé durant mon premier entretien avec lui, maiscomme moi il parvient à la surmonter et a reprendre contenance. Et puis on entend des cloches d’alarme. Un dragon ! J’attrape une longue vu sur son bureau. Y’a quelqu’un dessus. Je le signal. je reporte mon regard sur les murs, les ingénieurs sont déjà en train de charger les balistes à répétition sur la  douzaine de tours défensives du mur Nord. Entre le feu continue de carreaux explosif et les énormes harpons perforant que ces armes peuvent envoyer, ce foutu lézard, s'il pète de travers... il va passer le pire quart d'heure de sa vie...  Le Chef nous fais signe de partir nous équiper et de le retrouver à la porte du Gull dans quatre minutes. Olaf et moi ne perdons pas de temps…

On passe s’équiper : arbalète à tir rapide, munitions, pendentifs d’anti-magie, bracelet de négation (pour contraindre les cibles), bref, la totale.

J’ai lui deux trois archives sur un raid de dragon qui avait ravagé tout un pan de la cité quand j’étudiais leur race pour mieux les buter. Si c’est le même bestiau… ou un autre de calibre comparable… s’en prendre à la cité lui coutera cher… très cher… à savoir sa vie… ça pourrait nous coûter cher à nous aussi, mais on l’aurait.

Celui ou celle qui vient à la Dras pourrait connaître nos coutumes : une démonstration de force pour des pourparlers... ou avoir de sacré pulsions suicidaire... cependant, l’ordre a été donner de ne pas transformé le dragon  en hérisson de bois et d'acier. Politesse des chefs faut croire. Je n’aurais pas été poli si ça n’avait tenu qu’à moi…

On retrouve le chef en bas. Apparemment le dragon à débarqué son cavalier à la porte nord. Des chevaux nous sont amenés, nous les enfourchons.

Une fois à la Porte Nord nous nous retrouvons devant une silhouette encapuchonnée, portant un masque imitant une face de diable à corne. Si c’est sensé me foutre les chocottes, c’est raté…

- Je suis venue à Dras Léona pour parler à la plus haute autorité des Premiers Hommes en Alagaësia et je ne repartirai qu’une fois que ce sera fait. Je n’ai pas l’intention de blesser qui que ce soit à moins que l’on ne m’attaque. En revanche, ( elle lève le doigt vers le ciel) mon ami manque cruellement de patience.

Et bah ça à le merite d’être clair. Olaf et moi échangeons un regard. Nos arbalètes sont armées, et la zone d’effet des pendentifs d’anti magie l’englobe déjà. Si elle est la dragonnière du gros lezard qui vole, alors la descendre fera d’une pierre deux coups… mais voilà, la politesse veut qu’on la laisse parler. Des fois l’honneur, quelle plaie…

Le Chef Valereth s’avance vers l’inconnue…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 7112
Âge : 48

Voir le profil de l'utilisateur


Raphaël
Dirigeant de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Sam 28 Mar 2015 - 19:04



Un rugissement, hein? C'était un son assez familier à l'oreille de Raphaël, qui avait presque appris à l'ignorer lors de la grande bataille qui s'était conclue la semaine avant. Et celui-ci était pas banal, bien supérieur à ce que son ouïe aurait pu le prévenir lors de la bataille. Il émit un long soupir avant de faire signe à ses hommes de sortir s'équiper. Ensuite, il sortit sur le balcon du palais pour observer. La bête était visiblement hostile, mais n'attaquait pas, et elle était montée. Cela était... intéressant. Beaucoup trop loin pour pouvoir discerner qui était leur prestigieux invité, le chef des Chasseurs rejoignit l'entrée du palais, puis le point de rendez-vous.

En tant que leader, il ne pouvait se montré alarmé par les évènements, et il se plaisait à garder une image de dirigeant stoïque. Du coup, c'est avec un calme presque déconcertant - et à moitié feint - qu'il se présenta à Korann et Olaf. Ils entendirent un autre rugissement, et l'oxygène sembla être amoindrie alors que la bête à l'extérieur brula l'air de son souffle volcanique.

- Peu patient, ce lézard. Hâtons-nous.

Avant qu'il puisse monter le cheval armuré qui lui était apporté, on informa Raphaël de la clameur de la femme inconnue, qu'elle ne parlerait qu'au dirigeant de La Redoutable. Il s'en doutait, on n'arrive pas dans une cité de façon si flamboyante sans raison valable, et faire entrer le dragon dans les murs n'était pas tellement envisageable. Ils montèrent donc et se dirigèrent vers les portes, suivis par quelques vingts soldats de la cité loyaux à Raphaël. L'anxiété se voyait sur la plupart d'entre-eux, avec raison. Beaucoup eurent du mal à ne pas remonter leur yeux vers Sombral, de temps à autre. Même Valareth se surprit à lever la tête vers le ciel devant l'inconnue masquée.

Il se demanda si l'inconnue allait le prendre pour un Premier Homme, avec un certain amusement. Il faut dire, depuis sa transformation il avait prit du volume, et était plus grand et plus costaud que plusieurs d'entre eux. C'était une pensée qui s'envola rapidement, il devait s'introduire. Après être descendu de sa monture, il s'avança donc, seul, vers elle. Il s’arrêta à un mètre de Lise, une distance suffisante pour parler sans crier, mais aussi suffisante pour que Korann et Olaf puissent entendre chaque mots. Un faible vent soufflait, et était le seul son qui accompagnait le battement puissant des ailes du dragon, car tout le monde était silencieux maintenant. Aucun Premier Homme n'osait briser le silence dans les rangs, sur les murs. On attendait les mots qu'allaient prononcer ces deux aristocrates se toisant devant les murs. Et ainsi, le Stryge prit parole ;

- Dras Léona, la Redoutable, n'est pas un lieu ou l'une devrait choisir un dragon comme monture, étrangère.

Il marqua une pause, laissant le temps à son interlocutrice de réagir, puis repris ;

- Je suis Raphaël Valareth, dirigeant suprême d'Umettelig Jeger et de ses affiliations, et sachez que mes douze balistes manquent également cruellement de patience. Je somme à votre compagnon d'adopter un comportement plus propice à la diplomatie, car je ne dialoguerai pas sous la menace.

Le message était clair. Si le dragon cessait l'intimidation, - qui fonctionnait à merveille il fallait dire - alors discussions il y aurait. Valareth parlait toujours de la même façon, froidement et clairement, surtout lorsque de façon officielle. Il était le représentant de la cité, et donc ses mots n'étaient pas les siens, mais ceux de Dras Léona elle-même. Il attendit la réponse de l'inconnue, ses yeux rouges fixés droit dans les siens, au travers du masque.



Crédit :
Delyanna pour l'avatar
gokcegokcen (deviantart) pour l'image de base de la signature


Dernière édition par Raphaël le Ven 3 Avr 2015 - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Ven 3 Avr 2015 - 0:48


Et en un instant, la puissance magique de Lise chuta. Ses protections semblèrent lui peser autant que si elle avait voulu faire léviter chacun des gardes qui lui faisaient face. Craignant soudain que ses sorts ne la vident de son énergie elle siffla « Letta ! » pour se débarrasser l’éventail de sorts dont elle était bardée.

Au même moment, Sombral s’immobilisa dans les cieux, déjà assez haut pour que ses ailes flattent les nuages de leur battement impérieux. Déjà si haut et pourtant si grand que l’on distinguait sa silhouette tournée vers Lise et le groupe de Premiers Hommes. Le dragon avait probablement senti ses difficultés et il hésitait maintenant à aller la chercher.

* Tout va bien Sombral, souffla mentalement la jeune femme. *

L’intéressé ne sembla pas dupe mais il se contenta d’acquiescer tandis qu’un homme s’avançait vers la jeune femme. Un homme dont la conscience était tout à fait détectable, contrairement à celle de ses congénères.

Raphaël. Le régent de Gilée. L’homme du peuple, qui se vit anoblir par l’Empereur avant de le trahir à l’arrivée des Premiers Hommes. Ce n’était pas l’Épée de Mastaï qu’elle avait escompté mais, si elle parvenait à s’immiscer dans son esprit, elle pourrait en faire un levier de premier choix.

La sorcière sourit derrière son masque. Le parjure ne savait rien d’elle et pourtant elle-même avait pu en apprendre beaucoup à travers l’esprit de Gaspard. Le prince de Teirm était doté d’un certain don pour jauger les personnes.  Une qualité déjà bien utile lorsque Lise avait dû se faire une place dans la Sangre et qui lui rendrait peut-être à nouveau service.

« C’est un dragon, lança finalement Lise à son assistance, il vole, il rugit, il crache du feu. Autant vous y faire c’est dans sa nature. Notez cependant qu’il n’a pas causé le moindre dommage. »

Elle s’accorda une courte pause avant de s’adresser au chef du groupe sur le même ton :

« Il est amusant de te rencontrer Raphaël, j’ai beaucoup entendu parler de toi. Les hommes de la Sangre te couvrent de surnoms peu flatteurs, et pourtant tu as su conserver une certaine valeur dans l’esprit du Prince et de certains de ses lieutenants. »

Elle laissa à nouveau le silence planer puis agita la main comme pour chasser ces pensées parasites.

« Soit. Dit-elle en dégrafant son manteau, laissant l’étoffe glisser à ses pieds, révélant sa silhouette fine vêtue de coton et de cuir. Je te propose la chose suivante. Elle souleva son baudrier pour le retirer et le jeta devant elle avec l’épée qui y était fixée. Je me livre à toi comme otage, ainsi mon compagnon ne pourra prendre le risque de vous attaquer tant que je serais parmi vous. Elle détacha la boucle de son ceinturon et le laissa tomber, lesté d’une dague et de plusieurs sacoches. Et en échange, tu me laisseras entrer pour que je puisse exposer mon offre et parlementer. Levant les mains derrière sa tête elle dénoua ses cheveux, laissant ses mèches dorées cascader dans son cou et sur ses épaules. Une fois que nous aurons terminé, nous pourrons nous séparer sans heurt. Elle porta finalement une main à son masque pour le retirer, révélant son visage séduisant doublé d’un sourire amusé. Qu’en penses-tu Raphaël ? »

Elle espérait qu’en se montrant sûre d’elle les gardes pourraient douter de leur avantage. Mais surtout, elle espérait avoir suffisamment chatouillé la curiosité du parjure pour qu’il la laisse entrer et lui accorde un entretien. Elle aurait alors tout le loisir d’attaquer son esprit pour assujettir sa conscience comme elle l’avait fait pour Gaspard. Avoir un pion dans la sphère dirigeante des Premiers Hommes serait un atout d’une valeur inestimable.




Dernière édition par Liv de Sula le Dim 31 Mai 2015 - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1037
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Dim 5 Avr 2015 - 1:08


Je suis l’échange. Le chef se laisse pas démonter par l’audace de l’émissaire, mais faut dire qu’elle joue bien sur les symboles. Je suis sur de la voir siffler quelque chose. Ancien Langage, pas de doute. Pendant que le chef parlait à la femme en manteau, Varona est venue se poser sur mon épaule. La femme enlève son manteau, puis son baudrier, puis son ceinturon. Bref… elle balance sa quincaillerie au sol

Le chef Valereth semble trouver la situation suffisaient intéressante pour recevoir l’étrangère courtoisement. Déjà rien que se pointer à la Dras sur le dos d’un dragon aussi gros fut-il j’aurais foutu l’individu dans une cellule et soumis à la question, pendant qu’on criblait le dragon de carreau et de harpon à devoir le jeter tout entier dans un haut fourneau pour récupérer le métal. Le chef m’assigne à l’escorte de cette belle blonde aux intentions mystérieuse… pour ne pas dire douteuse.

On fournit à l’étrangère un cheval. Olaf reste à la suite du Chef, moi je garde les deux yeux sur cette femme. Je garde discrètement mon arbalète braqué sur elle. Aussi séduisante qu’elle puisse être, mon instinct me dit qu’elle ne nous apportera que des emmerdes. Je peux me planter, j’espère que je me plante. Varona est toujours sur mon épaule. La corbeau semble trouver la situation très amusante à ses commentaires, commentaires auxquels je réponds à peine. Elle me fait une sorte de « pfeuh ! » mais reste sur mon épaule.

Je conduis la dame jusqu’à des appartements après m’être brièvement entretenu avec mon chef. J’ouvre la porte de la suite et indique à la dame d’entrer

- Ma dame… si vous voulez vous donner la peine d’entrer, la salle pour les négociations sera bientôt prête.

Je lui dit avec une courtoisie un peu froide. Je ne suis pas fait pour la diplomatie… quand l’ordre vient, je l’escorte vers la salle. J’y retrouve Olaf en faction devant la porte. J’introduis la dame et prend à mon tour ma faction. Pourquoi je sens qu’on va s’en mordre les doigts au final…



J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 7112
Âge : 48

Voir le profil de l'utilisateur


Raphaël
Dirigeant de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Sam 18 Avr 2015 - 5:06


[Beaucoup d'examens cette semaine et la semaine dernière, veuillez pardonner ma latence ^^']

« C’est un dragon, lança finalement Lise à son assistance, il vole, il rugit, il crache du feu. Autant vous y faire c’est dans sa nature. Notez cependant qu’il n’a pas causé le moindre dommage. »

Raphaël trouva la réplique plutôt arrogante, mais s'abstint de commenter. De sa position, de même que par orgueil, il ne pouvait concevoir que l'inconnue lui fasse parvenir une telle réponse. Il la laissa néanmoins poursuivre, pour éviter tout dérapage. Il ne voulait pas laisser paraitre sa légère irritation après tout.

Il baissa donc les yeux vers le chic ceinturon, maintenant couvert de la poussière créée par le sol venteux, et lorsqu'il les releva, le stryge fut surpris par un visage qui n'aurait pas tôt fait d'affaiblir le plus puissant des hommes. Il se somma immédiatement de chasser toute pensée peu réaliste de son esprit insatisfait, et resta concentré. Son regard restait froid, même si un effort considérable lui était requis pour rester de marbre. Cependant, il se doutait d'un piège. Si l'inconnue était venue à dos de dragon, c'est qu'elle avait un lien de près ou de loin avec l'Ancien Langage, et Raphaël n'était pas dupe. Il ne put s'empêcher de sentir venir une attaque mentale, ou du moins, que l'inconnue allait tenter de s'en prendre à lui une fois en privé.

Il eut un sourire en aillant une pensée pour ce pauvre Brexinga, qui avait tenté de lire et attaqué son esprit auparavant, pour n'en sortir que plus faible, et dérouté. Oh qu'il espérait voir dans les prochaines minutes le même type de surprise sur le ravissant visage d'ange qui lui faisait face.

Un sourire arrogant fendit son visage, et il sembla rire pendant un instant, sans commettre de son ou en montrant ses dents. Il affronta les yeux azurés pendant quelques instants, pour ensuite lui faire dos, sans lui répondre. Ce rire provocateur fut la seule réponse qui parvient à Lise.

Le Seigneur Rouge rebroussa le chemin, et marcha fermement. Il indiqua du œil à Korann ce qu'il avait à faire, et regagna les portes du palais. Le Purgateur ne perda pas un instant pour monter sur sa monture et suivre celle proposée à l'illustre chevaucheuse de dragon.

Une fois aux portes du palais, tous les cavaliers descendirent. Liv eut l'honneur de voir au passage des citoyens qui semblaient plus ou moins affectés par l'invasion des Premiers Hommes. La grosse différence était la couleur que portait les nombreux gardes. Certains membres d'Umettelig Jeger eurent passé près d'eux, mais aucun n'eut osé s'avancer près du cortège mené par Raphaël. On le saluait de loin, sans trop le regarder dans les yeux. Le Seigneur Stryge ne répondait pas.

Avant de pénétrer, il fit signe à Korann de rester près du lieu de rencontre avec Olaf, mais que le reste des hommes pouvaient retourner à leur occupation. Après une ou deux minutes de marche au travers des halls silencieux, ou le principal bruit audible était celui de leurs bottes.

Raphaël invite l'inconnue à pénétrer, puis laisse à Olaf le devoir de bien fermer la porte. La pièce est bien éclairée par une grande fenêtre, une élégante table moyenne y est au centre, sur laquelle se masse de nombreux livres et parchemins, ainsi que des cartes de différents territoires. Aux côtés de la table se trouve plusieurs belles chaises coussinées d'un pourpre velours. Il lui désigna d'un geste élégant de la main l'une des chaises, puis prit place à son tour dans une position décontractée. Encore une fois, il ne put s'empêcher d'apprécier l'élégance et la beauté simple de cette illustre visiteuse, mais ne s'y attarda pas davantage avant de donner le ton à la discussion ;

- Vous connaissez mon nom, et malheureusement ce n'est pas réciproque. Comment dois-je nommer madame?

Il parlait avec un ton qui se voulait réconfortant, mais tout ceux connaissant un peu le Seigneur saurait détecter la pointe de sarcasme dans cette question. Il gardait la tête haute et flattait de deux doigts sa barbe en cherchant une quelconque information au fond des yeux bleus de sa convive.



Crédit :
Delyanna pour l'avatar
gokcegokcen (deviantart) pour l'image de base de la signature
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Dim 19 Avr 2015 - 21:20


Le sourire de Lise se crispa légèrement à la réaction du félon. Elle ne se démonta pas pour autant et enfourcha sans hésiter la monture qu’on lui amena.

* Au revoir Sombral * murmura-t-elle mentalement. La profonde conscience du dragon noir se retira de son esprit tandis que la jeune femme et son escorte commençaient leur avancée. À présent elle était seule. Non, cela faisait déjà des mois qu’elle était seule. Depuis qu’elle avait fui Gil’ead. Elle s’était emparée seule de la Sangre, avait traité seule avec les rebelles. Dunmorix, Hally, Léomance, est-ce qu’une seule de ces personnes pouvait compter comme un véritable allié ? Tous ne voyaient en elle qu’un moyen d’arriver à leurs fins – et c’était tout à fait réciproque.

Le regard de la sorcière croisa les petits yeux noirs d’un corbeau posé sur l’épaule d’un de ses gardes. Curieuse, Lise laissa son esprit s’étendre jusqu’à effleurer la conscience de l’animal et ses yeux s’arrondirent brièvement lorsqu’elle se heurta à des défenses mentales élaborées. L’oiseau n’avait pas cillé, il la dévisageait littéralement. La surprise laissa place à léger sourire sur le visage de la blonde lorsqu’elle lança une attaque mentale vive droit dans les défenses du corbeau. Elle n’avait pas eu l’intention de les percer mais simplement de lui secouer les plumes [Ndlr : c’est une façon de parler, on parle bien d’un échange strictement mental]. Ce à quoi l’oiseau répondit par un concert de croassements tandis que la jeune fille éclatait d’un rire cristallin.

« Tu as un oiseau tout à fait singulier. » Lança-t-elle au garde qui s’était retourné, doublant son sourire rieur d’un clin d’œil malicieux.

Le cortège se retrouva bientôt à traverser la cité par le cœur même de ces quartiers. Après une telle arrivée et un tel comité d’accueil, Lise s’était attendue à passer par quelques passages dérobés pour arriver jusqu’au lieu des négociations. Raphaël comptait peut-être lui montrer comment l’ancienne capitale léonienne vivait sous le joug des Premiers Hommes. La jeune femme n’avait jamais aimé cette ville, elle la trouvait sale, sombre et froide comparée à sa Teirm natale. Le lac en revanche était d’une rare beauté. C’est sur ses berges ensoleillées que la gardienne avait passé l’essentiel de son temps lorsqu’elle avait séjourné quelques mois auprès de Myad, juste après l’éveil du Saphir. Myad. Elle aussi l’avait abandonnée.

Après une brève attente, Lise fut finalement introduite dans une pièce sobre assez vaste pour accueillir une large table et de nombreuses bibliothèques. Après avoir refermé la porte sur ses gardes, Raphaël lui désigna une chaise avant de prendre place lui-même mais la jeune femme répondit d’une voix douce :

« Si tu n’y vois pas d’inconvénient Raphaël, je préfèrerais rester debout. J’ai besoin de me dégourdir un peu les jambes après mon vol et cette chevauchée. »

Joignant le geste à la parole elle fit quelques pas dans la pièce, laissant ses doigts glisser distraitement sur le bord de la table tandis que son interlocuteur l’interrogeait. Elle s’arrêta face à une pile branlante de bouquins et souffla un « Lise » tout en survolant les couvertures du regard. Certains titres étaient composés de caractères étranges. Elle saisit un bouquin et le montra à Raphaël.

« Est-ce leur dialecte ? L’as-tu appris ? »

Elle reposa l’ouvrage et continua de marcher jusqu’à se retrouver à l’opposé de la porte par laquelle ils étaient entrés. Ici son pouvoir semblait échapper aux brides invisibles qui l’accablaient plus tôt. Elle en déduisit que l’effet était lié aux gardes qui l’avaient escortée.

« Le pouvoir des mots est incroyable, reprit-elle sur un ton plus sérieux en se tournant face à la fenêtre entre-ouverte, Lise ou Raphaël, nous savons tous les deux que ce sont des titres fantoches. Tu ne connais pas mon vrai nom pas plus que je ne connais le tiens. Car comme les autres mots, les noms ont un pouvoir puissant sur les individus qu’ils désignent. Si je connaissais ton vrai nom nous ne serions pas en train d’avoir cette conversation. J’aurais pu voler ton libre arbitre et faire en sorte que la moindre de tes actions serve mes desseins. »

Elle marqua une courte pause et ajouta :

« C’est le sort que j’ai infligé à la Sangre tout entière en m’emparant de l’esprit de son Prince. »

Les battants de la fenêtre claquèrent bruyamment lorsqu’elle la ferma. La jeune femme se retourna ensuite vers la table et alla finalement s’asseoir face à l’ancien régent de Gilée pour lui murmurer :

« Comprends-tu l’importance de cette conversation, Raphaël ? »




Dernière édition par Liv de Sula le Mar 21 Avr 2015 - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3604
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Mar 21 Avr 2015 - 15:39


Gorm ne revenait pas. Hally aurait le voir, jouer un peu avec lui. Le temps lui paraissait long, elle aurait préféré s'entrainer, même si c'était s'entrainer à tuer des magiciens. Son faucon lui manquait.
Elle devrait sortir de sa chambre, aller rejoindre les autres apprentis Jegers et parler avec eux, voir qui elle pouvait mettre dans sa poche, qui elle devait à tout prix éviter .. Mais elle savait déjà qui seraient ses cibles, et qui elle devait encore brosser dans le sens du poil. Et elle n'était pas d'humeur.

Elle n'avait pas dormi de la nuit, elle était restée à la fenêtre. Elle n'avait presque pas besoin de dormir de tout façon, elle faisait souvent semblant pour qu'on e comprenne pas ce qu'elle était, et cette nuit, seule, elle n'avait pas eu besoin de jouer la comédie. 
Elle avait donc arrêter de compter les heures qu'elle avait passé à scruter l'horizons dans l'attente que Gorm revienne. Rien ne s'était passé. Elle avait vu les oiseaux repartir à leur nids, les chaves souris se lever, chasser, puis repartir se cacher avant que le soleil ne se couche. Puis juste avant les premières lueurs du jour elle avait contemplé une chouette profiter un peu plus de l'obscurité. Puis le levé du soleil. Que le temps lui semblait long !

Autant vous dire que quand cette énorme chose pointa son bout du nez, le coeur de Hally se mit enfin à battre de plus e plus fort. Même d'aussi loin elle n'eut aucun doute : c'était un dragon ! Et un sacré dragon !! 
Rapidement il fut là. Et rapidement, elle reconnut Sombral. Elle n'avait pas eu l'opportunité de le voir souvent, mais il faisait parti des dragons les plus grands qu'ellen'avait jamais vu ! Jamais elle n'aurait pu l'oublier !
Mais pourquoi Charlie venait-il ici ? Il devait savoir qu'il ne serait absolument pas le bienvenu !!

Elle n'eut même pas besoin de réflechir. Pied nue, un pantalon en cuir et une chemise blanche, elle escalada sa fenêtre. Si elle descendait en ville elle ne verrait rien dans les rues. Autant passer par les toits !  

En quelques minutes, elle fut derrière à la porte nord, là où Sombral s'était posé. Derrière les murs, elle ne pouvait rien voir du dragon. Mais de son toit, elle vit passer des cavaliers. Korann ! Il était des leur. Un sourire se dessina sur les lèvres. Ca, c'est une bonne nouvelle ! 
Raphaël. Comme à chaque fois, Hally eut des frissons. Cet homme était étrange. Hally n'arrivait pas à se l'expliquer, mais elle ne lui faisait pas confiance, il était trop étrange. Quelque chose clochait en lui !
Et Olaf. Elle l'aimait bien lui. 
Les autres, elle ne les connaissait pas, ou juste de vu.

Ils passèrent derrière les portes, Smbral décolla, et elle ne vit plus rien. Elle tendit l'oreille, mais même avec ses pouvoirs et ses sens décuplés, elle n'entendit rien. Tant qu'elle n'entendait pas de bruits de combat de tout façon, elle ne s'inquiéterait pas ! Elle se contenta de contempler Sombral. Les dragons lui manquaient. Les voir voler en toute sécurité, jouer dans les cieux ...

Elle 'eut pas le loisir de rester très longtemps dans ses rêves. Les Jegers revenaient. Mais pas avec Charlie non, avec Lise ! Hally n'en revenait pas. Qu'est-ce que cette femme venait faire là ?? Trahissait-elle les rebelles ? 
Elle ne se le cacha pas : sa curiosité se transforma en inquiétude. Elle n'aimait pas ça. Si Lise trahissait la Sangre, les rebelles, elle n'aurait aucune pitié à trahir leur secret. Hally devait empécher ça, elle devait savoir pourquoi la magicienne était là. A tout prix.

Passant encore de toit en toit, elle les suit. Quand ils atteignirent le palais, elle sut qu'elle ne pourrait y entrer aussi facilement. Non, autant se servir de son rang de futur Jeger plutôt que risquer doublement sa vie. En présence de Lise, elle préférait se montrer en parfaite petite Jeger !

Elle repartit vers ses apartements, et s'habilla avec l'ensemble des Jegers. Très peu le portaient, mais elle, elle aimait sortir avec. Certains la respectaient grace à ses habits, les autres, ses préférés l'auraient tué 1000 fois si leur yeux pouvaient le faire. Dans presque tous les cas, aimée ou détestée, elle était crainte ! Même les Premiers Hommes avaient arrêté de la reluquer comme à l'époque de Eirik.

Quand elle fut devant les portes du palais, on lui barra le chemin. Les gardes la regardaient sans rien osé dire. Ils avaient reçu des ordres, c'était comme ça.

- Je dois voir le Chef Agurson.
- Vous ne pouvez pas rentré.
- C'est urgent.
- C'est les ordres.
-Quel est votre nom ?
- Euh ... Friedrich pourquoi ?
- Je tiens à me souvenir du nom de l'homme qui m'a empêchée de prévenir mon chef que des magiciens se cachaient en ville. Comme ça, quand j'en aurait l'autorisation je saurais comment te retrouver pour découper chaque parti de ton anatomie même après que tu m'aies supplié de t'achever. 

Une voix dure, sèche, sure. Le dit Friedrich devint tout blanc devant l'assurance de l'assassin. Elle avait beau faire presque deux têtes de moins que lui, elle n'avait pas peur. Il regarda son collègue, et les deux s'écartèrent. 

- Vous faites preuve de sagesse messieurs, merci.

Elle jubilait intérieurement. Ils pouvaient faire la taille qu'ils voulaient, les mots étaient souvent la seule arme dont elle avait besoin.
Elle retrouva vite Korann. Il était devant une porte, avec Olaf. Lise devait être là. Il ne l'avait pas vue, et elle ne savait pas comment il réagirait en la voyant dans les parages. Après tout, elle n'était pas censé être là. Il pourrait se mettre en colère. Tout comme Hally, Katniss n'en faisait qu'à sa tête, cela lui avait déjà valu plusieurs punitions. Mais c'est cela aussi qui faisait d'elle une bonne espionne, et une future bonne Jeger. 
Et aujourd'hui, sa couverture allait peut être sauter ! 

Elle respira à fond, puis reprit son chemin, s'avançant vers les deux hommes sans hésitation. Ils n'eurent même pas le temps de réagir qu'elle leur lança :

- Elle est là dedans ? A quoi ça sert pour moi de cacher mes pouvoirs et de travailler dur pour me faire respecter pour qu'une femme qui fait étalage de sa magie soit invitée directement au palais ?

Le tout pour le tout. Elle n'avait pas à parler comme ça à Korann en public, et Olaf ne savait surement pas qu'elle était magicienne. Mais après tout, c'était vrai. Katniss étaient vexée de voir cela, Hally était effrayée des alliances qui se créaient sans doute derrière cette porte. 
Tout reposait sur la réaction du chef ... Elle espérait qu'il ne lui en voudrait pas d'être aussi sèche en présence d'Olaf, et ne la renverrait pas dans ses appartements dans l'attente d'une punition.



Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1037
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Mer 22 Avr 2015 - 3:13


- Elle est là dedans ? A quoi ça sert pour moi de cacher mes pouvoirs et de travailler dur pour me faire respecter pour qu'une femme qui fait étalage de sa magie soit invitée directement au palais ?

On se regarde avec Olaf. Heureusement ce type n’est pas du genre à remettre en cause l’autorité et maintenant on est sur un pied d’égalité. Et bon dieu il pourrait la remettre à sa place, mais non. quant à moi... j'ai l'impression qu' à peine arrivée en entrainement elle est déjà habituée à abuser de ses future fonction. ouais... j'ai l'impression de voir une louve qui ne demande qu'à partir en chasse. Je rive mon regard à celui de Kat :

- Le chef à décidé de lui accorder une entrevue. (tout en répondant calmement, je commence à lui faire les signes communicatifs Jeger, ceux qu’on apprend le premier jour)[si tu crois que ça me plais…]

Je ne la rembarre pas mais ne sens pas sa contrariété descendre. Je la comprends, à plus d’un titre.

- Faut dire elle a fait une entrée des plus impressionnantes [si ça avait tenu qu’à moi, je lui aurais accordée un entrevue avec un tortionnaire et à son dragon un entretien avec les défenses de la cité] Hein Olaf ?

Il hoche la tête, un sourire entendu aux lèvres. Je ne l’ai pas choisi pour une promotion par hasard. Outre ses compétences, c’est aussi un type d’une remarquable loyauté et qui n’a pas spécialement d’affection pour la corruption qui vérole les rangs de notre armée par sa simple présence. Je me fends d’un sourire enjôleur:

- Maintenant… si tu veux entrer au palais par la grande porte, je connais un gars qui me doit un service, il peut nous organiser une petite fête dans les jardins. [Je me doute bien que la situation ne te plaît pas. c'est pas une raison pour nous tomber dessus on y ait pour rien]

J’en profite pour lui prendre un bout de papier et y dessine rapidement un croquis du masque de notre « ambassadrice »…

- Tu voudrais inviter qui ? [Elle portait ce masque en arrivant, tu connais ?]

Pitié Kat prend pas ça comme une tentative de changer de sujet… cette émissaire pue les emmerdes à des kilomètre et j’aime pas l’idée de la voir traîner ici…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 7112
Âge : 48

Voir le profil de l'utilisateur


Raphaël
Dirigeant de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Sam 25 Avr 2015 - 20:10



"Sur Mastaï". Non, il ne l'avait pas lu, et il n'avait pas l'intention de le lire. Mastaï n'existait pas, il n'était qu'une motivation sans couleur et sans réelle substance pour tous ces singes qui habitaient maintenant l'Alagaësia. Ce n'est pas Mastaï qui leur a donné la conquête, mais leur runes. Ce qu'ils appelaient leur divinité n'est en fait que le résultat de leur ignorance quant à la magie qu'ils pratiquent... Raphaël ne répondit pas à la question que Lise lui posa. Il ne s'était pas fait dérangé par ce duo pour parler de lecture, et il n'était pas de bonne humeur.

Il la laissa poursuivre, dissimulant la graine d'impatience qui était plantée en lui, mais quelques des mots lui firent ciller les oreilles, notamment "J’aurais pu voler ton libre arbitre".

Une inquiétude, une vive inquiétude traversa sa tête, et son regard se fixa raide. "J'aurais pu"?

« C’est le sort que j’ai infligé à la Sangre tout entière en m’emparant de l’esprit de son Prince. »

Il n'entendit celle-ci qu'à moitié...

« Comprends-tu l’importance de cette conversation, Raphaël ? »

Lise savait. Elle savait qu'il était un Stryge. Elle était détentrice de son sombre secret. C'était la seule chose possible : elle arrivait à Dras Léona montée d'une gigantesque bestiole magique dans le but évident de se faire remarquer par toute la ville, plutôt que discrètement à cheval, et demande à obtenir un entretien privé avec le Seigneur. Pour quelle autre raison sinon qu'elle connaissait son identité? Si Lise s'y connaissait en matière de magie, elle savait qu'on ne peut attaquer mentalement un Stryge, pas de façon conventionnelle. On se perd dans leur tête comme on se perd dans un horrible labyrinthe piégé de sang et de mort, et l'expérience est traumatisante pour tous magicien. Le fait qu'elle soit détentrice de cette information était selon sa logique la seule possibilité : elle voulait se retrouver seule avec le Stryge pour l'anéantir de la façon la plus sécuritaire possible.

Il ne sut quoi faire, et une longue minute passa, alors que Raphaël fixait le bureau, complètement perdu dans ses pensées. Une goute perla le long de sa tempe, il avait soudainement chaud. Qui d'autre le savait? Est-ce que cette fille faisait partie de l'Equilibrium? Ou pire, avait-elle déjà été en contact avec des Premiers Hommes? Tant d'hypothèse, tant de rage montait. Lise, Lise, Lise... Avait-il déjà entendu ce nom avant? Quel était le nom de ce gigantesque Dragon? Pourquoi savait-elle, comment savait-elle..? Il n'avait commis aucune erreur, il en était persuadé. Était-ce cet Elfe sauvage, Akkan, qu'il avait combattu dans les bois? Impossible, le brouillard cachait son visage! Une autre longue minute passa, toujours avec son regard fixé sur un coin de table.

L'ex-Consolidateur était complètement aveuglé par son raisonnement hypothétique, et il prit un bon deux minutes avant de revenir au monde réel. Il cligna quelques fois des yeux, et son visage se crispa, ses muscles se raidirent...

Il se leva brusquement, et sa chaise tomba derrière lui. Lise n'eut alors aucun mal a discerner ses longues dents pointues, ses iris rouge-flamme presque brillants : Raphaël se sentait en danger, pour la première fois depuis Oryon. Il dégaina sa riche épée abruptement, et la pointa vers la Sorcière.

Le Seigneur Stryge parla froidement, et avec violence. Son ton augmenta en force à mesure que les mots s'enchainaient :

- Tu t'es amenée à Dras Léona de la façon la plus remarquable possible, tu as risqué ta vie pour pouvoir te retrouver dans cette petite pièce, et tu ose me menacer? Sais-tu où tu es, petite!? Sais-tu qui est-ce qui mène ici?

La surprise qu'il remarqua sur le visage de Lise [éditable au besoin] eut un grand effet, et sa respiration devenait bruyante.

- Explique toi! Maintenant! Je crois avoir une excellente raison d'achever ton parcours ici et maintenant.

De quoi avait peur Raphaël de toute façon? Il savait pleinement, plus que quiconque, qu'il était immunisé contre les contrôles mentaux. Ce qui provoquait cette défensive, c'était son combat contre Oryon. Comment ce petit humain avait-il réussi à briser les défenses de Raphaël et le rendre aussi faible? Comment avait-il réussi à l'emporter sur lui? Ce combat hantait profondément le grand homme, surtout maintenant.

[@Korann et Hally : Je ne crois pas que les portes sont particulièrement bien isolées contre le son en Alagaësia Wink ]



Crédit :
Delyanna pour l'avatar
gokcegokcen (deviantart) pour l'image de base de la signature
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Dim 26 Avr 2015 - 4:40


L’ancien régent avait fui son regard et fixait le bois usé de la table. Il l’avait entendue c’était certain, et il l’avait très probablement comprise. La jeune femme lui avait donné du grain à moudre, les mouvements récents de la Sangre avaient lourdement pesé dans la balance du pouvoir. Le nord était devenu une vaste zone de flou, un brouillard de guerre inconfortable pour les Premiers Hommes. En prenant le contrôle de la Sangre, Lise était devenue la clé du Septentrion. Savoir qu’il avait cette clé entre les mains aurait dû ravir le parjure, pourtant il semblait paralyser par cette révélation. Son visage s’était crispé et ses tempes perlées de sueur brillaient d’un reflet moite.  Il semblait si… vulnérable.

Lise avait prévu d’attendre, de tarir sa méfiance et de gagner sa confiance avant de passer à l’offensive. Mais alors même qu’elle venait de lui révéler le sort qu’elle avait réservé à Gaspard, Raphaël se transformait en une cible rêvée. Était-ce un piège ? Sa détresse ne semblait pas feinte. Sans le quitter des yeux, Lise laissa sa conscience se déployer dans toute la pièce ainsi qu’au-delà de ses murs. Les Premiers Hommes restaient invisibles, mais le seigneur Jeger était humain et dans ce vide mental, son esprit brillait comme un phare dans la nuit.

La sorcière resserrait lentement l’étau invisible qu’elle avait formé quand une présence familière ébranla soudain la toile qu’elle avait tissée. Elle reconnut rapidement Hally et replia aussitôt les voiles de sa conscience et se retrancha en elle même, ses pensées défilant à toute vitesse. Qu’est-ce que la dragonnière faisait ici ? Non, bien sûr, la rebelle était une espionne et Lise lui avait fourni la couverture idéale pour infiltrer les rangs ennemis. Oui, sa présence avait du sens, elle paraissait même obéir à une logique implacable. Voilà qui allait compliquer la situa-

La gardienne sursauta lorsque la chaise de Raphaël s’écrasa bruyamment contre le sol. La lame du traître crissa lorsqu’il la fit jaillir de son fourreau. Le regard stupéfait de Lise remonta le fil de son épée pointée vers elle avant d’être aspirée par les iris embrasés de son interlocuteur.

« Sais-tu où tu es, petite !? Sais-tu qui est-ce qui mène ici ?
- J-Je… Balbutia la jeune-femme, je ne comprends p- »

Il ne lui laissa pas le temps de finir, poursuivant son réquisitoire d’une voix puissante claquant plus sèchement qu’un fouet. Lise se fit violence pour surmonter ses émotions et se recomposer un masque froid. Si ses pensées étaient toujours affolées, ses lèvres s’étirèrent en un sourire narquois tandis qu’elle murmurait d’une voix rapide :

« De quelle menace… Sa voix se raffermit légèrement tandis qu’une étincelle de compréhension passait dans son regard. Tu es fou. Voilà donc ton vrai visage Raphaël. »

Les yeux du Giléen s’arrondirent sans que la jeune femme puisse savoir si c’était de surprise ou de colère. Mais avant même qu'elle ait pu ajouter quelque chose, les portes s’ouvrir à la volée, et les deux gardes pénétrèrent dans la pièce, suivis de près par une jeune femme, Hally. De nouveau bridée par l’étrange aura qui les accompagnait, Lise se retrouvait démunie. Elle était sans arme, sans magie, sans issue. Elle leva les mains pour les mettre bien en évidence et se tourna vers Raphaël. Elle le savait magicien, l’Ancien Langage serait peut-être capable de lui faire entendre raison. Mais cette langue ne tolérait pas le mensonge, Lise devrait soigneusement choisir ses mots.

« Eka néiat tauthr wiol verrunsma kausta. Lança-t-elle, débutant par la formule de politesse elfique. Eka néiat threyja du fyrn. Mor’ranr lifa unin hjarta onr, daéda ! Knifr huildr onr un hugin brakka onr. »

Je ne suis pas venue pour me battre. Je ne désire pas la guerre. Que la paix règne dans ton cœur, seigneur ! Retiens ta lame et tempère tes pensées.


Lorsque le dernier mot sortit de sa bouche, le cœur de la gardienne tambourinait dans sa poitrine. Seule, assise au milieu de la pièce, elle attendait la sentence. Et dans ce calme éphémère elle eut la sensation étrange que le Saphir palpitait, impatient.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3604
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Lun 27 Avr 2015 - 21:03


Maintenant… si tu veux entrer au palais par la grande porte, je connais un gars qui me doit un service, il peut nous organiser une petite fête dans les jardins.

Au début, Hally fronça les sourcils. De quoi il parlait ?? il se moquait d'elle ou quoi ? Elle se tourna vers Olaf, mais rien chez lui ne lui fait comprendre quoi que ce soit. 
Puis Korann commence à dessiner. Tout à coup elle se rappela le code. Mais bien sur ! Elle était tellement habituée à parler de façon très direct avec Korann qu'elle n'avait pas penser qu'il pourrait utiliser le code ! Elle se remémora la phrase qu'il venait de prononcer, et sentit le rouge lui monter légèrement aux joues. C'est vrai qu'ils n'y pouvaient rien les pauvres. Mais Hally était trop nerveuse. Elle n'aimait pas du tout ce qui se passait !
Elle laissa le chef finir le dessin avant qu'il ne le lui montre. Si elle connaissait le masque ? Le masque non, mais Lise, oui ! Elle se demanda un moment si elle devait le jouer au bluff et lui dire qu'elle savait, tout comme les alagaësiens, que ce masque appartenait à une puissante magicienne, mais se ravisa. Raphaël qui se trouvait dans la salle avec elle était un alagaësien de naissance, dire cela pouvait la mettre en danger. Comment Katniss pourrait en savoir plus que Raphaël ? 

- Pas grand monde, ça n'est pas le genre de fête où mes amis aiment aller. [Jamais vu, même en tant que magicienne ou dragonnière.]

Elle lui prit le dessin et se creusa la tête. Non vraiment, même l'espionne qu'elle était ne connaissait pas ce masque. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ? 
Pendant qu'elle contempler le croquis, elle leva brusquement la tête, et tendit les oreilles.

- Y'a un problème.

Ca n'était pas une question. Elle avait entendu quelque chose voler et s'écraser contre un mur. Aucun d'entre eux n'eut le temps de réagir qu'elle entendit cette fois le bruit reconnaissable entre mile d'une épée qui sort de son fourreau. 

- Ils se battent !!

Pendant qu'elle hurlait ça, elle se baissa pour prendre ses poignards dans ses bottes, mais Korann lui lança son arbalète. Elle préférait les arcs, mais cet arme ferait l'affaire si besoin ! Elle courut vers la porte que Olaf avait ouvert que les Kor avait armé Hally. 

Ils retrouvèrent dans la salle un Raphaël visiblement fou de colère, tenant au bout de son épée une Lise désarmée. La jeune femme leva doucement les bras, puis doucement commença à murmurer des mots. Elle reconnut de suite l'ancien langage. Et bien sur ceux qu'ils signifiaient.
Elle se tourna instinctivement vers Korann et d'un signe de la main lui fit comprendre que tout allait bien. Lise n'attaquait pas leur chef avec ces mots. 
Au choix, l'espionne aurait aimé viser Raphaël avec l'arbalète, mais la logique la stoppa net. A la place, elle garda l'arme prête, sans pour autant l'armer vers quelqu'un.

* Lise, que faites-vous ici ? C'est un endroit, et des hommes dangereux pour des gens comme nous. *

Maintenant elle savait qu'elle n'était pas venue pour trahir. Ou du moins, elle s'en doutait vu comment Raphaël semblait la porter dans son coeur. 

* Ils discutent beaucoup moins que les dirigeants de la Cam.*

La preuve ! Bon après, Hally ne savait pas pourquoi ils en étaient arrivé là, mais de son côté, sa première conversation avec Lise s'était terminé avec un accord ...



Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1037
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Mar 28 Avr 2015 - 21:34


Le ton semble monter dans cet entretiens, c’est mauvais signe, même si je ne chope qu’un mot par ci par là, puis Kat me sort un truc :

-ils se battent !

Pour ce qu’elle m’en a raconté, les dragonniers ont des sens plus aiguisé que nous autre mortels. Et j’ai confiance en Kat. Elle commence à aller chercher son poignard dans sa botte

- pas le temps !

je lui passe mon arbalète.

- Elle est chargée et armée.

J’attrape moi-même un poingard, mais j’ai encore des surprises en stock… et on rentre pour trouver… le chef qui menace son « invité » de son épée. Son regard rouge infernal se tourne vers nous. Il flamboie de fureur et… non je dois me planter. Il se reprend vite. Me foudroie du regard.

- Chef ! on a entendu un début de combat et…

Il m’arrête d’un mouvement, il continue à nous foudroyer du regard. La femme prononce un phrase. Je ne connais pas tout les mots… mais c’est de l’Ancien Langage. J’ai l’impression de me retrouver comme à notre première rencontre, et je peine à dissimuler les tremblements de mes mains. Il nous ordonne de prendre position dans la salle. Putain… je sens que je vais passer un sale quart d’heure. Comme quoi Varona a eu raison de surnommer Kat Coursauxennuis… Kat et Olaf prennent position de manière à prendre un peu de distance. Moi je me place à côté de la Dame et l’invite poliment à s’asseoir.

Elle s’assoit. Je ne suis pas sur de voir si elle est encore confiance… ou non. Je prends position à deux pas derrière elle, les bras croisés dans le dos. J’en profite pour faire signe à Kat et Olaf de me laisser gérer les conséquences de notre entrée une fois cette conversation finie. Je n’ai pas envie d’avoir à dire a Ithrar que son actuelle meilleur élève a été expulsée, voire purement exécutée pour l’avoir ouverte devant le grand chef… qui n’est pas connu pour être un tendre et un type ouvert à l’insubordination…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 7112
Âge : 48

Voir le profil de l'utilisateur


Raphaël
Dirigeant de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Jeu 7 Mai 2015 - 17:07



La surprise s'empara alors du seigneur, qui ne comprenait pas que Lise ne puisse pas comprendre. Elle feignait! C'était certain! Mais si c'était le cas, pourquoi semblait-elle si vulnérable? Les runes d'Olaf et de Korann peut-être? Trop de questions explosaient, et au final, une lourde conclusion vint sonner dans la tête de Raphaël : J'ai foiré.

Perdre son calme était une erreur impardonnable. La chevaucheuse de dragon était inoffensive. Peut-être même ne mentait-elle pas, et qu'elle voulait réellement une entente. Elle avait d'ailleurs demandé à discuter avec l'Épée de Mastaï, non lui. La rage du seigneur rouge était maintenant contre lui-même, et l'erreur qu'il venait de commettre, mais son regard restait fixé sur une Lise qui tentait de se faire toute petite, désarmée.

Et la porte valsa dans un fracas, laissant apparaitre les deux gardes... et une autre fille qu'il ne reconnut pas. Elle portait cependant l'uniforme des Chasseurs et ne retint pas son attention. Il regarda sévèrement Olaf, puis Korann, et dans un geste violent, il laissa sortir sa rage en plantant son épée dans la table à sa gauche, en grognant. Il entendit des plates excuses du Purgateur, et laissa sortir ;

- C'est une rencontre PRIVÉE, sales chiens!

Il prit la peine de souffler un peu, et réaliser qu'il était vraiment entrain de se planter, et encore plus devant ses hommes. Il regretta alors amèrement ses paroles.

Et son souffle bruyant cessa. Ses muscles se détendirent. Son visage se décrispa. Le Seigneur Stryge remporta son combat contre sa propre impulsivité, et réussit à reprendre son aspect usuel. Faut dire, se défouler sur la pauvre table réussi à aider. Au même moment, Lise lui confirmait en Ancien Langage qu'il n'avait rien à craindre. Il soupira et se serra les dents, place à l'improvisation!

- Olaf, Korann, veuillez rester.

Il épargna des ordres à Katniss. Il ne la connaissait pas, et elle était le dernier de ses soucis actuels. Même, il l'ignora complètement.

Une minute après ce changement radical de furie à calme inquiétant, il offrit un honnête sourire à Lise, et reprit position sur son siège dans un geste qu'il voulut élégant. Il se frotta la moustache du bout des doigts, et regarda au sol, de façon anodine.

- Je... suis pensif. Et inquiet. Voyez, chère Lise, qu'il y a eu d'ici une semaine un important combat au nord auquel j'ai participé. Votre rôle avec la Sangre me permet de de deviner que vous savez fort bien de quoi je parle. Ce combat a su endommager même l'esprit du Chef d'Umettelig Jeger, et je suis certain que seul le temps peut être remède à ce stress. Je m'excuse donc de m'être emporté inutilement.

Il ricana légèrement, sachant que c'était la première fois qu'il s'excusait à quelqu'un depuis sa transformation, puis laissa échapper ;

- Lorsqu'on est au sommet de la chaîne alimentaire, la paranoïa est un syndrome courant de toute façon. Je crois que vous comprenez de quoi je parle n'est-ce pas?

Un plan B s'était formé dans sa tête pendant qu'il parlait, toujours dans le but ultime de se couvrir. Dans sa logique, il avait gardé dans la pièce deux soldats d'élite, de même qu'une membre commune des Jeger, et ce de façon intentionnelle ; ils allaient assister au bluff du Seigneur dans sa tentative de sembler humain. C'était là pour lui une bonne occasion d'exposer ses défauts, et de se montrer moins mécanique. De plus, il gagnait la protection de ses hommes face à Lise, au cas-où elle aurait juste bien placé ses mots pour donner une demi-vérité.



Crédit :
Delyanna pour l'avatar
gokcegokcen (deviantart) pour l'image de base de la signature
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Dim 10 Mai 2015 - 16:32


Que venait-il de se passer ? Retranchée loin derrière ses épaisses défenses spirituelles, Lise ne perçut même pas l’intervention mentale d’Hally. Elle était trop occupée à se repasser la scène qu’elle venait de vivre pour en cristalliser le moindre détail dans sa mémoire. Ces yeux flamboyants, teintés d’une fureur sauvage. Ce brusque accès de rage presque immédiatement suivi d’un retour au calme fendu d’un sourire moqueur.

Le souvenir de Raphaël qu’elle avait volé à Gaspard offrait un contraste étrange avec la personne qui se trouvait en face d’elle. Comme s’il s’agissait de deux individus différents. Quelques évolutions physiques et quelques tendances lunatiques ne faisaient pas de lui un Ombre pour autant. Néanmoins Raphaël était un pratiquant des arcanes. Peut-être s’était-il perdu dans les arts obscurs de la sorcellerie ; peut-être que sa conscience s’était retrouvée étouffée par des esprits trop puissants.

Si les soupçons de la jeune femme s’avéraient justes, ses projets en seraient fortement compromis. Les Ombres étaient des adversaires dangereux et leur conscience était emplie d’esprits furieux et imprévisibles. Lise n’était pas encore prête à affronter ça, pas ici.

Lise releva les yeux vers l’ancien régent et lui adressa un sourire froid :

« Pas vraiment, répondit-elle d’une voix tout aussi peu chaleureuse, mais je ne partage pas ta renommée. »

Les gardes étaient restés. Et avec eux cette aura étrange qui empêchait la sorcière de manipuler son pouvoir comme elle l’entendait. Pour elle qui s’était familiarisée à son usage au point de s’en faire un tic, cette soudaine absence était particulièrement frustrante. À ce dérangement s’ajoutait l’excitation croissante du Saphir, comme un battement qui frappait dans son esprit, de plus en plus vite, de plus en plus fort.

Et si ce halo invisible sapait le peu de contrôle que la jeune femme exerçait sur la Pierre Antique en plus d’éteindre ses capacités magiques ? Charlie avait suffisamment mis sa sœur en garde contre l’Incarnation pour qu’elle redoute cette simple éventualité.

Que faire alors ? Lise était dans une mauvaise position. Elle savait se battre, mais aurait-elle la moindre chance face à Raphaël et ses gardes ? Hally ne se rangerait probablement pas de son côté, trop attachée à sa couverture durement obtenue. Peut-être serait-il possible de la forcer à se battre en dévoilant sa véritable identité ? Non, Lise avait formulé un serment à cet égard, en Ancien Langage. En revanche, peut-être serait-elle capable d’inonder assez vite son esprit pour la prendre par surprise et envahir sa volonté.

« Nous avons tous des problèmes, lança-t-elle finalement d’une voix plus douce, et les tiens ne me regardent pas. (Elle jeta un regard aux deux gardes que le seigneur avait nommé). Peut-être que nous devrions faire une pause. Tu pourrais régler ton… affaire, et cette jeune femme (elle désigna Hally sans même la regarder) pourrait m’escorter pour que j’aille me rafraîchir. »

Elle planta ses yeux bleus dans le regard du seigneur et humecta ses lèvres du bout de la langue avant d’ajouter.

« Nous avons beaucoup de choses à nous dire Raphaël, je préfèrerais que rien ne vienne parasiter cette discussion. »




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3604
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Mar 12 Mai 2015 - 14:07


Ca y est, elle savait ce qu'était le pire. Devoir reprendre tout ce qu'elle avait construit, et la place qu'elle avait auprès des dirigeants de la Cam, à zéro. Etre sous les ordres, être un bon petit soldat ... et obéir aux ordres sans avoir à réfléchir !
Absolument tout le contraire de tout ce qu'elle venait de faire depuis l'arrivée de Lise à Dras ! Et elle venait tout bonnement d'être remise à sa place par Raphaël. Sacrée coup dur pour sa fierté ! 
Mais tant pis, elle devait faire avec, et arrêter de faire des vagues si elle voulait continuer à suivre cette entrevue et rester aux côté de Korann.

Ainsi, elle resta un peu en retrait, silencieuse, et commença à analyser le chef de l'Umettelig Jeger. Elle se méfiait de lui depuis que Ellen avait parlé de lui à Kor, mais là ... Cet homme était fou, elle n'en doutait plus. Mais que cachait-il d'autre ? Pour être arrivé là sans se faire prendre, il devait être d'une extrême intelligence. Hally se savait perspicace, et très bonne actrice, mais aussi intelligente, non. L'humaine tourna enfin la tête vers l'étrange Lise. Elle, elle pouvait faire l'affaire. Elle devait rester une alliée dans cette histoire, mais l'espionne n'avait absolument aucun contrôle sur ce qu'il se passait, et fallait le dire, absolument aucune idée de ce qu'il se passait !!

Alors elle faisait la seule chose d'utile pour l'instant : analyser, écouter, et ne rien oublier. 

« Nous avons tous des problèmes, et les tiens ne me regardent pasPeut-être que nous devrions faire une pause. Tu pourrais régler ton… affaire, et cette jeune femme pourrait m’escorter pour que j’aille me rafraîchir. »

Lise parlait d'elle. A moins qu'elle ai décidé de la tuer dans un coin tranquille, Hally se dit que c'était bon signe. Même si elle avait comprit depuis leur toute première rencontre que Lise était plutôt le genre de femme à garder ses secrets, peut être lui expliquerait-elle une partie de son plan ou de la raison de sa visite. 
Hally, faisant mine d'être surprise regarda, Korann puis Raphaël chacun leur tour pour voir leur réaction. Allaient-ils accepter ? Après tout, elle n'était qu'une apprentie Jeger, et Lise n'était pas une "invitée" comme les autres ...

Hally n'arrivait pas à comprendre pourquoi - hormis le fait que seule cette femme connaissait toute la vérité sur elle même - mais elle préférait garder Lise de son côté. L'espionne l'aiderait. Dans la mesure du possible, certes, mais elle l'aiderait.



Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1037
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Mar 19 Mai 2015 - 20:54


Pendant qu’ils discutent, je fais, dans mon dos, les signes à Kat

[La proposition de la soirée dans les jardins du palais c’était une couverture, mais pas une fausse proposition]

Je suis persuadé de sentir le regard à mi- amusé, mi- désabusé d’Olaf peser sur moi. Ça va… tu les accumule aussi les amants, et je n’aurais pas proposé à n’importe quelle femme une soirée comme ça.
La chevaucheuse de dragon demande une « suspension de séance ». La réaction du chef est… bizarre. Je suis sûr d’avoir vu dans son regard… de la terreur, une terreur irréelle et brûlante… folle. Traumatisme du Nord comme il le dit… ou indice de beaucoup à cacher. Les paroles de l’elfe me  reviennent dans la tête. Je n’ai pas encore lancé réellement ma petite enquête sur lui… mais ça va venir…
Il a essayé de rattraper le coup ? Ou on l’a juste surprit ? Pourquoi était-il si tendu alors que la chevaucheuse de dragon n'a pas l'air d'avoir bougé un ongle ? Et cette fureur folle dans le regard… lui qui est d’ordinaire si maîtrisé, peut-être trop maîtrisé en fait. Tout se vérifiera en temps voulu, j’en suis certain.
Le chef assigne effectivement Kat à l’escorte de la chevaucheuse de dragon… et moi aussi. Qu’est-ce qu’il a en tête ? Est-il si méfiant que ça vis-à-vis de cette femme ? à cette question je doute d’avoir un jour une réponse… Je viens me poster devant la dame et l’invite à se lever. Elle se lève. Si elle espérait que j’allais lui tendre la main pour un quelconque geste de galanterie… elle se fourre le doigt dans l’œil.

- Par ici madame.

Elle commence à s’acheminer vers la porte. Kat suit. Olaf attire mon regard vers l’arbalète. Je fais signe que non, j’ai suffisamment d’arme sur moi… très largement…

- Préférez-vous aller dans les jardins ou souhaitez-vous vous restaurer dans  vos quartiers ?


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 2665
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Liv de Sula
L'Oeil
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Lun 8 Juin 2015 - 1:43


« Je ne suis pas une Dame. » Lâcha-t-elle d’une voix raide.

Elle jeta un dernier regard au félon et sortit de la pièce, suivie de près par Hally et son acolyte. La dragonnière n’était pas encore assez intégrée pour qu’on lui confie seule la responsabilité d’une escorte. Néanmoins sa présence seule prouvait que les Premiers Hommes pouvaient tolérer la Magie et ses adeptes si leurs intérêts se rejoignaient. Raphaël verrait-il les siens dans la proposition de Lise ? La sorcière n’en avait pas douté un seul instant jusqu’alors, mais le comportement de l’ancien régent avait quelque peu douché son optimisme.

« Dans mes quartiers, répondit-elle au Premier Homme, mais je n’ai pas faim. Je vais juste me reposer un peu et me rafraîchir. »

Sa voix se faisait sèche, elle était irritée. Outre la conduite imprévue de Raphaël, l’aura qui semblait bloquer ses pouvoirs était une gêne constante. Elle avait l’impression d’avoir perdu un de ses sens et se sentait comme muselée. Si elle était capable de prendre, le Saphir supportait mal toute tentative de contrôle à son égard. La pierre continuait de palpiter et plus le temps passait, plus la gardienne craignait ce qui se passerait lorsque la bride serait levée.

La porte claqua sèchement derrière elle et Lise s’y adossa un instant pour s’apaiser. La chambre semblait telle qu’elle l’avait laissée. Seul un plateau garni de nourriture avait été ajouté sur la table. La jeune femme s’en approcha en quelques pas pour en détailler le contenu. On y avait placé des aliments de toutes sortes, probablement pour être sûr qu’elle y trouve son compte. Viandes et fromages se côtoyaient aux côtés de fruits et de légumes colorés. Lise s’empara d’une pomme verte et ferme qu’elle garda dans la main sans la porter à sa bouche.

Elle jeta un coup d’œil à la porte derrière laquelle se tenaient toujours les deux membres de son escorte. Se tournant dos au battant de chêne, elle avança tout droit pour creuser la distance qui la séparait de la source de l’aura. Elle sentit bientôt l’effet diminuer et commença à se concentrer. Elle posa la pomme et fit un pas de plus. Sentant le pouvoir affluer après en avoir été privé le Saphir semblait s’animer de lui même, lévitant légèrement au bout de la fine chaîne dorée du bracelet auquel il était enchâssé.

L’appréhension de la gardienne s’estompa et elle murmura  quelques mots d’Ancien Langage. La pierre ondula un instant avant de couler hors de sa monture pour serpenter entre les doigts fins de la jeune femme. Cette dernière sourit et laissa le Saphir regagner sa place. Elle se retourna et alla ramasser la pomme avant de revenir hors de portée de l’aura. Là elle récita plusieurs formules d’usage pour s’assurer que le fruit n’avait pas été altéré par quelques drogues ou poison. Rassurée, elle croqua dans la chair ferme et juteuse, appréciant sa fraîcheur et son acidité revigorantes.

Enfin, elle laissa son esprit s’étendre doucement au-delà de ses défenses mentales et vagabonder jusqu’à effleurer la conscience familière de la dragonnière.

* Et bien Hally, on peut dire que tu n’as pas perdu de temps. *




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3604
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Sam 13 Juin 2015 - 18:41


Va retenir de sourire quand on t'envoie un message comme ça ! Et quand son pote t'envoie un clin d'oeil parce qu'il a tout vu ... Hally sentait le rouge lui monter aux oreilles alors que Olaf avait déjà repris son sérieux. 
Sérieux Kor, tu trouves que c'est le moment ?
Pour reprendre son sérieux, Hally se mordit les lèvres. Mais ce fut quand Raphaël accepta que Hally raccompagne Lise que l'espionne se reprit réellement en main. Enthousiasme douché quand il ajoute Kor à l'escorte. Comment Hally pouvait-elle faire pour se retrouver seule avec Lise ?

Le duo suivit Lise jusqu'à ses appartements, et quand elle fut entrée, ils se placèrent devant la porte. Heureusement qu'elle était en recup' aujourd'hui, séché un entrainement ne serait jamais passé, même si elle était avec le chef Agurson ! 

Enfin en place, elle se tourna légérement vers le Premier Homme, et répondit enfin à son message. Quelques signes et le tour était joué :

Alors cette proposition ? Je te manque ou quoi ?

Elle lui fit un clin d'oeil quand elle eut fini. Ils jouaient tellement l'un avec l'autre ... Pour l'instant, seul Olaf avait l'air d'avoir compris chez les Jegers, et c'était tant mieux ! 
Il n'eut pas le temps de répondre que Hally reçu ce message qu'elle attendant depuis le début. Lise entrait enfin en contact ! 

Et bien Hally, on peut dire que tu n’as pas perdu de temps. * 
* La patience n'a jamais vraiment été une de mes qualités ... Mais arriver directement sur un dragon a l'air d'être encore plus rapide que ma technique ! Enfin, tout dépend du but qu'on veut atteindre ... *

Quel est ton but Lise ? Pourquoi es-tu là ? Des questions que Hally ne lui poserait pas, Lise lui en parlerait si elle avait besoin d'aide. Et la dragonnière ne pouvait s’empêcher d'espérer que celle qui devait rester son allié en aurait justement besoin ...



Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1037
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV | Lun 15 Juin 2015 - 23:41


"Je ne suis pas une dame…" qu'elle dit. Tu préférerais que je t’appelle catin peut être ? enfin..passons.. je peux pas dire que je suis chaleureux avec elle. Kat et moi commençons à l’escorter vers ses quartiers. On croise plusieurs jeger sur le chemin qui lance des regards suspicieux à notre chevaucheuse de dragon.

Varona vient se poser sur mon épaule. Elle croasse un concert quasi incompréhensible de remarque sur… un peu tout en fait, elle semble avoir la dalle et râle contre mon chef dont elle a du mal à supporter la présence, bizarre. Elle s’était planquée dans mon capuchon quand les créatures de corruption sont arrivées sur le champ de bataille… mais ça ne veut rien dire. J’écoute un peu d’une oreille attentive pourtant. Varona est parfois confuse, mais elle sent des choses que je ne serais jamais capable de percevoir. Les animaux sont tellement plus sensibles au monde que nous humains… ça en devient presque effrayant.

[Alors cette proposition ? Je te manque ou quoi ?]

Un sourire en coin étire mes lèvres, même si il est à moitié planqué par le capuchon de mon armure. je répond par signe.

[Je profite de ta présence tant que je peux. Je suis muté à Uru’Baen à la demande de la Dame Moïra et je ne sais pas trop quand je pourrais retourner à la Dras]

Je marque une pause puis je rembraye

[Je pars d’ici la fin de la semaine. Donc faut répondre vite…]

J’aime pas Uru’Baen..Enfin…si Moïra à besoin d’aide là-bas… les mots de cette pute elfe me reviennent de nouveaux en tête. Ont-ils des doutes sur moi pour que Moïra veuille que je bosse sous sa coupe ? Un moyen de me surveiller avant que je commence vraiment à enquêter ? Ou simplement parce qu’elle a besoin d’un spécialiste sur place… qui sait… j’ai jamais bossé sous son commandement. On la surnomme la Dame d’Uru ou la panthère d’Uru, soit à cause de corps, soit à cause de son caractère… dans tous les cas… investiguer ces deux-là risque d’être difficile…

[Investiguer notre petite affaire va pas être simple dans ces conditions, je te tiendrais au jus si j’avance]


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Le premier pas - PV |


Revenir en haut Aller en bas

Le premier pas - PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Dras Léona-
Ouvrir la Popote