AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Jamais deux sans trois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Jamais deux sans trois ! | Sam 25 Avr 2015 - 19:26


Un gémissement se fit entendre aux lueurs du petit matin. Coincé dans un cauchemar qui ne lui laisserait qu'une vague impression désagréable et aucun souvenir, Dietwin luttait pour s'extirper de ce marasme onirique. Il émergea finalement de la manière la plus brutale qui soit et se redressa sur sa couche, en sueur. Son voisin d'infortune, un demi-elfe avec qui il partageait une baraque de fortune depuis deux semaines, était déjà réveillé.

« Mauvaise nuit ?»

Dietwin acquiesça. Déjà, les derniers lambeaux de souvenir s'effilochaient et disparaissaient, emporté par les courants du Lethé. Le maudit accepta avec reconnaissance le bout de pain que lui tendait son compagnon et quitta enfin la masure. S'il trouvait ce qu'il cherchait, peut-être n'y reviendrait-il que pour prévenir le demi-elfe.

Il navigua quelques temps à travers le dédale des bidonvilles qui s'érigeait sur le site de l'ancienne Gil'Ead. Mélange de simples tentes et de bâtiments plus solides, la cité n'en dégageait pas moins un sentiment de pauvreté extrême, ainsi qu'une odeur plutôt tenace. L'ambiance sordide plaisait à Dietwin. Ici, il était plus ou moins tranquille. Son aspect miteux et en même temps menaçant décourageait les gens de l'aborder. Depuis qu'il était arrivé, il avait su éviter les ennuis, que ce soit les bandes de voyous qui extorquaient les pauvres hères ou bien les patrouilles de Premiers Hommes qui arpentaient les ruines.

Mais le temps du repos était arrivé à son terme. Dietwin avait obtenu les informations qu'il souhaitait. Une carte basique dessinée sur un vieux bout de parchemin crasseux, il s'aventura dans les souterrains qui courraient sous Gil'Ead, à la recherche d'un vendeur d'objets magiques. Il avait du batailler ferme pour savoir où ce dernier vendait sa marchandise, aux yeux et à la barbe des Premiers Hommes.
Dietwin se montra donc prudent alors qu'il empruntait une entrée supposée secrète des tunnels. Il ne voulait pas qu'on le suive, pas plus qu'il ne souhaitait tomber sur des Premiers Hommes. Leur expliquer sa présence sans se compromettre serait délicat, et si ils devaient en venir aux mains...l'homme préférait mieux ne pas y penser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Jamais deux sans trois ! | Sam 25 Avr 2015 - 19:52


Une journée de marche tout au plus me séparait des restes de Gil’Ead et j’avais hâte de me délester de mon précieux chargement. Au début  j’avais cru à de simples pierres précieuses emportées par la Grande Vague des joailleries de Teirm ou de Kuasta. La chance me souriait enfin !, m’étais-je naïvement réjouie lorsque je les avais ramassées sur la côté.
Résultat des courses, je me retrouvais à crapahuter à travers bois jusqu’à un nid de Premiers Hommes. Ceux là même dont on disait qu’ils étaient capables de renifler la magie à des centaines de mètres. Plus tôt que je serais débarrassée de ces embarrassants joyaux, mieux je me porterais.

C’est dans ce but que j’ai repris ma route cette nuit là, mon chemin tout juste éclairé par la pâle clarté lunaire. Ronciers, branches, flaques de boues et autres embûches se sont fait un plaisir de me montrer l’étendue de leur hospitalité.
La vue des premiers bidonvilles m’a réchauffé le cœur. Celle d’une patrouille m’a rappelé que le moindre faux pas m’était interdit. Je le sentirai sans doute passer si je venais à vérifier par moi-même le bien fondé d’une certaine rumeur au sujet des Premiers Hommes...


~~~~~

Crottée de partout, les yeux cernés et les cheveux en pagaille. Ainsi ai-je franchi le premier cercle de cahutes branlantes. Mes regrets se sont néanmoins vite évaporés lorsque mon regard s’est posé sur la dégaine de la faune locale : je me fondais parfaitement dans le paysage. Une âme errante parmi tant d’autres, portée par la certitude que les couteaux et la misère des lieux valaient mieux que les griffes de créatures cauchemardesques. Sauf que ce n’était pas la raison qui m’avait amenée ici. Celle-ci se trouvait soigneusement dissimulée dans une poche secrète de mon manteau en haillons.

J’ai suivi scrupuleusement les indications que l’on m’avait données il y a plusieurs lunes jusqu’à finalement atteindre l’une des gueules béantes des souterrains. J’ai rapidement regardé autour de moi. Pas l’ombre d’un indiscret mais je n’en ai pas moins fermement resserré ma prise sur l’une de mes dagues. J’étais là pour vendre, pas pour me faire égorger par un coupe-jarret. En parlant de coupe jarret…

Une silhouette n’a pas tardé à se dessiner devant moi. Dans la semi-obscurité du tunnel, je n’en ai distingué que des contours indécis puis les replis d’un long manteau alors que je me hâtais pour la dépasser. A mon grand soulagement, je n’ai pas vu briller l’acier dans ses mains. Inutile de dégainer le mien mais je n’en suis pas moins restée sur les gardes jusqu’à ce qu’il fusse à bonne distance derrière moi…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Jamais deux sans trois ! | Mar 28 Avr 2015 - 2:09


La jeune femme qui le dépassa rappela vaguement quelque chose à Dietwin. Quelque chose de très désagréable. Il considéra un instant la possibilité de la rattraper pour éclaircir ce doute mais n’en fit finalement rien. Ce qui l’amenait ici n’était pas très légal aux yeux de la Loi Martiale en vigueur et il ne voulait pas se faire prendre bêtement. Et puis la jeune femme semblait elle aussi désireuse de passer incognito, alors autant ne pas compliquer leurs vies à tous deux.

Les tunnels étaient parfois creusés de niches sombres depuis laquelle des voix appelaient le passant, lui promettant monts et merveilles. Dietwin ne s’attarda pas. Le marchand ne devait plus se trouver bien loin, d’après ses indications. Finalement, il arriva au vu d’un embranchement. Le côté gauche s’enfonçait dans les ténèbres, mais le droit dispensait une faible lumière. En la suivant, Dietwin arriva à un cul-de-sac. Un homme était assis sur un tabouret et tapait la mesure avec son pied. Une certaine impatience émanait de lui et il se leva d'un bond en apercevant Dietwin. Sans que ce dernier puisse réagir, le marchand était déjà sur lui.


« Ah ! Vous voilà enfin ! Alors, cette cape, vous la voulez encore cette fois-ci ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Jamais deux sans trois ! | Mer 6 Mai 2015 - 19:58


Gauche, droite, gauche, gauche… Il y avait de quoi se perdre dans ces souterrains mais ma bonne étoile dissipait l’obscurité oppressante de sa clarté. Sans plan ni marque distinctive à chercher sut les parois, j’aurai pu me perdre tant de fois que j’en ai perdu le compte. Je ne me suis pourtant jamais retrouvée nez à nez avec une paroi humide et pourrissante, pas plus qu’avec des pans complètement effondrés. Étrange sensation, de savoir exactement là où je devais aller, comme si j’avais fait le trajet tant de fois qu’il m’était devenu familier. J’ai chassé cette idée fantasque d’un grand rire intérieur. Voilà que les ténèbres m’inspiraient des réflexions sur la réincarnation. J’ai préféré ne pas songer à ce que serait la prochaine étape. Une seule chose à la fois ; il me tardait d’accomplir celle qui m’avait menée ici.

Aussitôt pensée, aussitôt faite. Enfin, presque. Il m’a fallu encore quelques minutes pour dégoter mon marchand. Il venait d’arriver à notre point de rendez-vous au même instant que moi, habillé et armé comme une canaille. Si j’étais arrivée plus tard, j’aurais été capable de le rater.

« Cirat m’a dit que vous seriez intéressé par quelques bricoles, lui ai-je dit en guise de bonjour. L’exacte réplique qu’on m’avait apprise des jours auparavant.
- Le fils Chans’lor, hein ? L’a jamais su choisir un nom correctement. Allez ma p’tite, montre moi ce que t’as ! »

J’ai regardé autour de moi avant de sortir discrètement de sa cachette l’une des raisons de ma venue. Mon manteau dissimulait parfaitement ce dont il était question à tous les regards indiscrets excepté les deux nôtres. Ses yeux se sont écarquillés à la vue de ce que je lui proposais. Il m’a guigné étrangement pendant une longue et silencieuse minute.
Il allait sans doute m’ôter le fardeau que représentaient ces joyaux. Il n’aurait pas fait le déplacement autrement. Alors pourquoi me reluquait-il avec cette insistance si dérangeante ? Je lui ai décoché un sourire narquois et entendu. S’il étudiait ses chances de m’arnaquer, il était tombé sur la mauvaise personne. Peut-être a-t-il saisi le message car il a demandé à examiner les pierres…
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Jamais deux sans trois ! | Sam 9 Mai 2015 - 0:43


« Désolé, je doute que je sois celui que vous…»

Le marchand secoua la tête en signe de dénégation, l'air clairement exaspéré.

« Vous êtes clairement celui que j'attendais, bien au contraire. L'air miteux et louche correspond parfaitement. Bien sûr, il y a beaucoup de gens miteux et louches par ici. Je ne comprends pas du tout pourquoi, d'ailleurs. Une boutique telle que la mienne devrait pourtant n'attirer que la clientèle la plus prestigieuse. Mais ça, vous le savez déjà, n'est-ce pas ? Non ? Vraiment ? Pourtant, je n'ai cessé de vous le répéter. La meilleure clientèle de toute l'Alagaesia, etcetera.
Allons, ne niez rien, je sais parfaitement qui vous êtes. Celui qui se sacrifie pour les beaux yeux d'une parfaite inconnue, celui que la malchance semble poursuivre partout. Théoriquement, c'est faux. C'est plutôt vous qui semblait poursuivre la source de toute cette poisse, vous savez. Mais quand la poisse a un physique pareil, vous allez me dire, difficile de ne pas lui résister. Et ne faites pas celui qui ne sait pas de quoi je parle, vous savez très bien ce que je veux dire.
Oui, je sais tout cela. Et je sais aussi que vous allez avoir besoin d'une cape. Une belle cape, une jolie cape. Ne vous en faites pas, je l'ai encore rafistolée, elle ne présente plus aucun trou. Elle est comme neuve. Après tout, je ne vends que la meilleure qualité, etcetera. Une pure merveille, comme je ne cesse de vous le répétez. Et pourtant, le soin que vous lui apportez laisse clairement à désirer. Faire un rempart de votre corps à la poisse incarnée, ça, c'est possible, mais défendre au péril de votre vie ce pur trésor, c'est tout de suite plus compliqué. Est-ce qu'elle en vaut vraiment la peine, je vous pose la question.»


L'étrange bonhomme laissa un Dietwin complètement sonné par ce flot de paroles quelques secondes, le temps de sortir un paquet de son bric-à-brac.

« Miteux ?» parvint à murmurer Dietwin. Il n'était pas parvenu à aller plus loin dans le discours du marchand.

« Oui, miteux. Mais ne vous en faites pas, avec elle, ça ira beaucoup mieux. Col en astrakan, extérieur en velours vert impérial, doublure en satin rouge bordeaux, fermé par une broche et des attaches en argent ciselé.  Tenez, prenez là, vous me paierez plus tard. J'espère pour vous que cette fois-ci sera la bonne. Mais vous êtres pressé, je le sais bien. Allez, courez la retrouvez. Et cette fois-ci, prenez soin de cette cape comme de la prunelle de vos yeux. Vous ne le regretterez pas. Allez, maintenant, dépêchez vous, partez, ouste, basta, pronto !»

Le paquet glissé de force sous le bras, Dietwin fut poussé sans ménagement jusqu'à l'intersection. Puis le marchand retourna en sifflotant joyeusement un air qui sera plus tard connu sous l'étrange sobriquet de « Surda-plage, les meilleurs plages de l'Alagaesia ». Alors que le maudit s'éloignait rapidement, essayant encore de comprendre ce qui venait de se passer, la voix du marchand s'éleva derrière lui.

« Cette fois-ci, rendez-vous…ça vous réussira mieux !»
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Jamais deux sans trois ! | Mar 12 Mai 2015 - 19:15



Notre marché n'en finissait pas de traîner en longueur. Mon contact m'a gentiment expliqué qu'il connaissait la nature de mon chargement avant même que je ne le lui présent et qu'il avait déjà longuement réfléchi au prix qu'il m'en donnerait. Le tout enrobé de baratin selon lequel il prenait des risques dont je n'avais pas idée en me soulageant de ce fardeau. Et moi alors ?, ai-je été tentée de lui envoyer en pleine face. Ce n'était pas lui qui avait crapahuté à travers Gil'ead et risqué de se faire arrêter à tout moment ! C'était moi et moi seule !

Manque de chance, on nous a interrompu avant que je puisse expliquer ses quatre vérité à cet arnaqueur et lui soutirer davantage de pièces d'or. Je me suis retournée pour me retrouver presque nez à nez avec un individu dissimulé derrière les replis d'un manteau sombre. Idéal pour se planquer sans être vu. Il venait d'arriver de la même direction que moi, sans doute par un de ces nombreux tunnels que j'avais croisé. Sûrement même, ai-je tenté de me convaincre pour ne pas avoir à envisager la désagréable possibilité d'être passée devant sans me rendre compte de sa présence.

" Nous devons décamper. Maintenant !"

Au temps pour moi c'était une femme. Elle a dégainé une épée longue et s'est tenue aux aguets à l'entrée de la gueule béante du tunnel. Curieusement, je n'ai plus du tout eu envie de négocier. J'ai tendu les pierres vers mon contact.

" Tu me paies et on part chacun de son côté "

Il a semblé réfléchir quelques secondes puis a pioché une poignée de pièces dans son escarcelle. J'ai tout juste eu le temps de voir l'or lui faiblement avant qu'il ne me les lance en pleine figure. Ses lèvres ont articulé un mot dont je n'ai pas saisi le sens. Les ténèbres m'ont englouties toute crues ou presque. J'ai lutté contre leurs écharpes avides d'étrangler en moi mon dernier souffle de vie. Ces saloperies m'ont donné l'impression de souffrir à mon contact mais elles se sont entêtées pendant une éternité jusqu'à ce que des voix me parviennent, étouffées.


Des mains se sont alors verrouillées autour de mes bars et m'ont immobilisée après m'avoir tirée en arrière. J'ai cligné des yeux devant la lumière des torches, les ai écarquillés à la vue de ceux qui m'entouraient. J'ai compris pourquoi les deux larrons avaient pris la fuite, tout comme j'ai compris que ma situation venait de prendre un très vilain coup dans l'aile. Une patrouille de Premiers Hommes, rien que ça ! Cirat m'avait affirmé qu'ils ne descendaient jamais dans les boyaux. J'avais sous mon nez, la preuve qu'il se fourvoyait complètement ou peu s'en fallait.
Ceux qui m'entouraient s'attendaient visiblement à autre chose qu'à une promenade de santé. Je n'ai rien compris à ce qu'ils se disaient entre eux mais j'ai cru saisir de la déception dans leur ton. Forcément. Je n'avais rien d'un gros poisson, encore que. J'avais conservé un ou deux de ces pierres par devers. Sur le coup, ça m'avait paru une excellente idée mais maintenant que je sentais leur poids dans mes poches secrètes, je n'en était plus du tout sûre.

Nouvelle vague de messes basses. Ils se sont séparés en deux groupes. Le premier, qui s'était saisi des pièces d'or - hop ! une preuve de plus contre moi ! - s'en est allé dans une direction. Le second et moi-même dans une autre. Ils se sont réservés ma fouille pour plus tard mais n'ont pas pour autant oublié de m'embellir de deux bracelets métalliques et d'un bâillon. Comme si j'allais m'amuser à leur fausser compagnie, et dans le noir qui plus est ! Ils avaient éteint leurs torches mais je les soupçonnais d'être capable d'y voir suffisamment pour me tirer comme un lapin avec une de ces jolies arbalètes que j'avais vu pendre à leurs côtés.


D'interminables minutes se son écoulées avant que je n'entende un vague bruit de glissade suivi d'un murmure - un juron ? - vite étouffé. Quelque chose de mou et de frais m'est retombé sur le museau et a tout bonnement refusé d'en repartir. Un corde d'arbalète s'est détendue, de la lumière s'est déversée en flots aveuglants dans le tunnel. Un ordre a fusé. Je me suis contorsionnée autant qu'il me l'ont permis pour entrapercevoir ce qui se passait devant. De l’œil gauche, je n'ai vu que de la chair jaune pâle, blette et lisse par endroits. Elle dégageait un parfum sucré qui a fait grondé mon estomac. Voilà qui expliquait le bruit de glissade. Un coup de coude dans mes côtes m'a ôté l'envie de ricaner. Ça, et la vision du second couillon à s'être fait prendre.

Lui ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 50
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Dietwin
Message Sujet: Re: Jamais deux sans trois ! | Sam 10 Oct 2015 - 20:13


Dietwin n'aurait jamais du venir dans ces souterrains. Cette pensée revenait de plus en plus dans son esprit au fur et à mesure qu'il s'enfonçait dans les ténèbres. En y réfléchissant bien, qu'y gagnait-il ? Pas grand-chose. Une piste possible pour lever sa malédiction ? Cela faisait des années qu'il cherchait, et il n'avait rien trouvé. Et tout ça pour quoi ? Prendre le risque de se perdre à jamais dans ce dédale, ou bien de tomber sur une patrouille de Premiers Hommes ? Le risque était décidemment trop grand pour la récompense espérée. Faire demi-tour était une solution tentante.

Une voix le fit stopper net. Non pas le chuchotement d'un fantôme en quête d'âme à hanter, ou la respiration sifflante d'une bête immonde. Rien que les jurons d'un homme. Dietwin hésita : la langue lui était étrangère. Le sifflement d'un carreau et une douleur soudaine dans l'épaule décidèrent pour lui. Fuir, il devait fuir. Il n'en fit rien. Des torches durent allumées, et il put distinguer, à travers le voile de souffrance qui obscurcissait sa vue, une troupe entière de Premiers Hommes, arbalètes pointées vers lui. Le conseil du marchand lui revint en mémoire, et il leva les bras en signe d'apaisement. Ou du moins tenta. Il tomba inconscient avant.


"Ramassez-le, nous retournons à Sombrenef avec ces deux-là !" lança le chef de la troupe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 35
Âge : 102

Voir le profil de l'utilisateur


Telzire Rawne
Message Sujet: Re: Jamais deux sans trois ! | Dim 11 Oct 2015 - 2:13


Un Premier Homme est venu se placer juste devant moi. J'aurai juré qu'il l'avait fait exprès. J'avais envie de lui sauter dessus pour voir ce qui se passait. Tout ce que j'ai pu faire, c'est de le maudire en silence et copieusement. Quel autre choix j'avais si je ne voulais pas finir par me réveiller avec un mal de crâne à en réveiller un mort ? La réponse tenait en un mot : attendre. Et c'est ce que j'ai fait avec ma patience proverbiale.

Enfin, presque. J'ai vaguement sursauté en entendant le seul mot vaguement intelligible dans tout ce qu'ils ont pu se dire. Sombrenef. Sombrenef ! Je m'y attendais. L'entendre m'a tout de même fait un sacré choc. J'en suis restée comme deux ronds de flan, incapable de penser à quoi que ce soit sinon à ce mot funeste qui revenait en boucle.
Même lorsque mes geôliers ont repris la route, le mot me hantait toujours. Il a éclipsé ma joie de constater qu'il était toujours en vie. Enfin, je crois. Tout ce que j'ai vu de lui s'est résumé à une silhouette inerte jetée en travers d'une épaule massive. Il en a été ainsi jusqu'à que la lumière de la surface me fasse cligner des yeux. Ces enfoirés m'ont alors passé un sac en jute autour de la tête.
J'ai pesté vertement. Un coup dans les côtes m'a ramené à l'ordre. Dès lors, ma vie s'est résumée à trébucher dans chaque pierre en travers de mon chemin et à me demander ce qui se passait. J'étais peut-être incapable de voir mais pas sourde. C'étaient bien les échos d'un combat que j'entendais. De plus en plus lointain à mesure que je devais me rapprocher de Sombrenef mais toujours en court lorsque le bois a résonné sous mes bottes.

Mon estomac a trouvé le moyen de faire des nœuds supplémentaires. Il a même entraîné ma gorge dans ce petit manège. Et pourtant, une partie de moi se sentait soulagée d'avoir échapper à une tragédie...



The End
Epilogue


Ils avaient laissé les autres se charger de la fille et rejoindre la surface par un autre chemin que le leur. Question de prudence, s'étaient-il accordés dessus. Entre la fille et les pièces d'or, qu'ils devaient choisir, ces trafiquant et hors la loi. Peut-être les verraient-ils surgir au détour d'un tunnel. Sans doute leurs yeux brilleraient-ils d'un éclat que leurs arbalètes auraient tôt fait d'éteindre.

Les Premiers Homme de la seconde moitié de patrouille s’enorgueillissaient de ne pas craindre les pièges que les rebelles et la pègre pourraient leur tendre dans la semi obscurité. Pourtant, ils ne cessaient de le sentir monter en eux. Aussi inexorable que la marée montante. Le sentiment qui les avait tous enserrés à la vue d'un horizon plombé. Cette certitude qu'un destin funeste se tapissait là où leurs pas les menaient.
Ils se crurent en sécurité lorsqu'ils rejoignirent enfin la lumière de l'extérieur. Mais cela les avait devancé. Une parodie d'être humain. Un cruel patchwork où certains reconnurent le visage d'un frère disparu, la marque de naissance d'un fugitif... L'un d'eux cru distinguer ce qu'il prit pour l'une de ces médailles qu'arboraient certains chasseurs de corruption. Il se demanda pourquoi elle ne scintillait pas.

Une vive douleur le transperça et il tomba à terre, ses entrailles ouvertes face aux cieux. La créature se mira dans ses yeux où brillait une ultime étincelle de vie. Elle s'éteignit à l'instant où leurs regards se croisèrent, sans qu'il puisse connaitre la réponse à sa question.

Le sang se répandit en flaques et ruisseaux écarlates où les pièces d'or formaient des archipels d'or à l'éclat souillé. Il frémit imperceptiblement tandis que les Premiers Hommes affluaient en nombre...
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Jamais deux sans trois ! |


Revenir en haut Aller en bas

Jamais deux sans trois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Gil'ead-
Ouvrir la Popote