AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Rancœur et colère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 164
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Kragh
Message Sujet: Rancœur et colère | Sam 23 Mai 2015 - 20:12


Cela faisait des jours que Kragh marchait sans discontinuer dans ces plaines et ces bois dénués de présence humaine, et donc, de nourriture à voler. S'adaptant à l'écosystème qui l'entourait, il avait vite apprit les rudiments de la chasse, se souvenant des conseils que quelques âmes généreuses lui avaient confié. Parce-qu'être un voleur, c'est bien, mais encore aurait-il fallut qu'il puisse y avoir quelque chose à volé dans les dix kilomètres à la ronde.
Il avait marché vers l'est, pensant y rencontrer des habitations. A la place, il eut droit à des panoramas de landes vertes, de vallées et de bien mystérieuses montagnes, au loin, qui semblaient appeler à elles tout ceux qui posaient les yeux sur leur silhouette magnifique et inquiétante.
Kragh mûrissait. Son errance n’avait pas été vide de remise en question. Continuer son voyage lui semblait à présent sans intérêt. Ses ancêtres Drows ? La liberté ? Tout ce pourquoi il avait toujours voulu quitter le désert lui semblait à présent désuet. Il n'avait aucun but, aucun objectif. Mais n'était-ce pas ce qu'il avait toujours voulu ?
Sa maturité gagné le faisait se sentir vide de sens.
Donc, il avait opéré se dernier trajet vers l'inconnu, avant de retourner dans le désert. revoir la douce et prévenante Compagnie des Sables Dansants...Il n'avait rien évoqué à personne au sujet d'elle. Pas même à Sélène, bien qu'il lui est révélé nombres de choses sur lui. C'était une affaire de sang. Il se sentais à présent la force de pouvoir affronter le regard des siens. Le regard de son père.
La soirée allait tomber. Il quitta l’arbre sur lequel il avait sommeillé pour chercher les collets qu'il avait tendu en début d'après-midi.
A pas de loup, il laissa son sens de l'orientation le mené à ses pièges. Il atteignit le premier, le deuxième, le troisième. Tous étaient aussi vide que son ventre.
Mi-dépité, mi-plein d'espoir, il se dirigea vers le dernier.
Il y était presque quand soudain:
Les pins rugirent, les vents gémirent et…
Le feu, rouge, sur milles lieues…

Les oiseaux s'envolèrent par centaines, aussitôt soufflés par des courants d'air semblables à des poings de géants.
Un incendie avait été provoqué beaucoup plus loin. Il ne se propageait que lentement, et ne pourrait faire aucun mal aux Hommes, puisque c'est dernier n'habitaient pas les environs. En revanche, il était temps pour Kragh de mettre les voiles en parcourant le chemin inverse, cette événement aussi soudain qu'inexplicable servant un peu de point final à ses interrogations sur son errance.
Il avait dépassé son perchoir quand une harde lui fonça dessus.
D'une impulsion, il s'élança hors de la trajectoire des cervidés terrifiés. Leurs sabots faisant trembler le sol. Chaque feuillages semblaient pris de folie, voulant fuir l'enfer eux aussi.
Le feu…
A présent, il n'était qu'à une trentaine de mètre. Kragh entendait les complaintes des branches qui mourraient sous les flammes.
Comme enrôlé par l'instinct de survie des habitants sylvestres, il se mit à courir dans leur direction.
Dans sa course, il vit une lynx courir du mieux qu'elle pût, un petit précairement prostré dans sa gueule. A sa droite, une meute de loup, qui se rentrait dedans tant la panique les aveuglait.
Puis le tonnerre.
La pluie tomba d'un coup, de longues cordes martelant le visage de Kragh. Il commença à suffoquer, la fumée l'ayant rattrapée, faute d'avoir la vitesse d'une bête. Il se prit le pied dans une racine. Il trébucha. Roula. Resta immobile quelques secondes.
Le tonnerre.
La paume de sa main contre la terre ne sentit bientôt plus la vibration du sol. Ses narines, elles, inhalèrent des pleines volutes de gaz carbonique.
Il se retourna face au ciel.
Il n'y avait pas de tonnerre.
Mais des ailes.
Des ailes qui couvaient la nuit.
Et couvriraient celles à venir...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 58
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Obsiddian
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Dim 24 Mai 2015 - 15:21


La faim lui tiraillait le ventre.

Smaug entrouvrit paresseusement un œil, et s’agita de dessous le tas de pièces et de bijoux qui le recouvrait presque intégralement. Il était affamé, faible comme un dragonneau tout juste sorti de son œuf et il ne parvenait pas à s’endormir de nouveau : il était grand temps de partir à la chasse.
Le vieux dragon se redressa et s’étira comme un chat pour réveiller ses muscles endoloris, il ouvrit grand la gueule et laissa échapper un long bâillement fatigué. Puis, son estomac le rappela à l’ordre et il escalada la crevasse de roche qui s’ouvrait sur l’extérieur. Il en ressortit une minute après, à l’air libre, et étendit ses ailes ; le vent s’y engouffra avec force et il se laissa tomber tout droit vers le sol, redressa sa position d’un mouvement de queue et fila vers l’ouest. Dans cette direction s’étendaient des kilomètres et des kilomètres de forêts, à perte de vue, il y trouverait probablement de quoi se nourrir, en espérant que sa mémoire ne le trompe pas.

Pendant les quelques heures de voyage, Smaug prit soin de prendre autant d’altitude qu’il le pouvait, afin de ressembler vu de tout en bas à un grand rapace quelconque. Il repéra bientôt une vaste étendue d’eau cristalline : le lac Tüdosten. Il continua son chemin, non sans penser une seconde à s’y arrêter, il avait besoin d’une minute ou deux de repos, mais il se ravisa aussitôt : de chaque côté de ce lac il y avait des villes. Il se baignera peut-être un jour dans l’une des nombreuses sources d’eau perdues au beau milieu des Beors : personne ne viendrait le déranger au sommet des montagnes. Smaug poursuivit donc sa route jusqu’à enfin atteindre sa destination : les immenses forêts situées entre le lac Tüdosten et le lac Leona. Ses entrailles se nouèrent douloureusement et il grogna en s’imaginant le délicieux et juteux repas qu’il prévoyait de s’offrir : il cramerait un troupeau entier de cervidés s’il en trouvait un !

Et c’est exactement ce qu’il fit. Le dragon replia ses ailes et il plongea à une vitesse vertigineuse en direction du sol. Il frôla la cime des arbres et se stabilisa, décrivant de larges cercles, recherchant la moindre odeur, la plus infime trace laissée par une potentielle proie. Il avait volé de l’aube au soir, le ciel se voilait d’un lourd manteau couleur d’encre, et parsemé d’un milliard d’étoiles, théoriquement, il était seul, à part peut-être les elfes, ou un chasseur expérimenté, personne n’oserait se balader à une heure si tardive dans la forêt. Smaug releva la tête et chercha les lumières d’une ville, il n’en trouva aucune ; il projeta son esprit dans les environs et n’y découvrit aucune présence humaine, elfique ou autre. Bien, très bien. Son regard se posa sur une horde de cerfs, bondissant à travers les troncs d’arbres. Le feu dévala furieusement le long de sa gorge, et le dragon s’illumina de l’intérieur, il réajusta sa position et prit une longue inspiration… qu’il rejeta en un souffle brûlant sur plus d’un kilomètre de végétation, traçant une cicatrice enflammée dans les bois, et réduisant ses proies en cadavres fumants. Smaug déploya ses ailes et planta profondément ses griffes dans la mousse, il atterrit dans un bruit sourd et toisa d’un regard avide son dîner : cinq cervidés à la viande bien juteuse… Il détecta distraitement la présence d’esprit d’un humain, semblait-il, mais il ne s’en préoccupa guère et planta violemment ses crocs dans sa première victime, qu’il dévora en moins d’une seconde. Il se lécha les babines et se jeta ensuite sur un deuxième animal, et un troisième, et déchiqueta sauvagement l’ensemble de ses cinq proies en ronronnant comme un chat. Son repas terminé, enfin rassasié, il soupira profondément et s’affala sur le flanc, léchant avec minutie chacune de ses griffes maculées de sang, avant de s’apercevoir que ce quelqu’un qu’il avait ressenti plus tôt était toujours ici. Le dragon le fixa de ses pupilles fendues de serpent et alors, un sentiment qu’il n’aurait jamais cru pouvoir éprouver s’imposa en lui avec la force d’un ouragan, et il prit la parole de sa voix graveleuse et basse :

"Toi ! Qu’est-ce que…"

Poussé par un mystérieux instinct, il s’avança, indécis. Tous les muscles de son corps le picotaient, et il ressentait l’impérieuse envie de toucher l’humain mais, pourquoi ? Il ne comprenait absolument pas ce qu’il se passait, et ça lui faisait presque peur… mais surtout, SURTOUT, cela le mettait dans une colère noire. Cet humain, avait-il jeté un sort ? Était-il un magicien, un chasseur de dragons ?



never laugh at live dragons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 164
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Kragh
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Dim 24 Mai 2015 - 17:43


Ahah...très drôle…Kragh n'était pas sûr d'apprécier la blague.
Quelle était la probabilité pour qu'il tombe nez à nez avec un dragon adulte et visiblement en pleine possession de ses capacités ? Sur tout l'Alagaësia, quelles étaient les « chances » pour qu'il se retrouve dans son territoire de chasse ?
Toujours dos à terre, il resta immobile. Oui, peut-être que s'il veillait à ne pas bouger d'un pouce, il…
"Toi ! Qu’est-ce que…"
Son sang se glaça. Une tel voix, il n'aurai jamais pût l'imaginer, même dans ses pires cauchemars. Pas de doutes à avoir, elle appartenait au Dragon, et il s'était fait repérer.
Se relevant avec rigidité, il planta son regard dans celui de la créature. Son immensité lui coupa le souffle, le sentiment de n'être qu'un infime grain de poussière s'insinua en lui.
Que ressentait t-il face à pareil démon? De la peur. Beaucoup, de peur. Comme jamais il n'en avait éprouvé dans toute sa chienne de vie.
-Je…
Ses mots moururent en lui. Le Dragon s'approcha, lentement, une aile après l'autre, jusqu'à pointer son énorme gueule juste devant lui.
Kragh resta sur place, et ils se firent face. Les flammes les entourant nuançaient chaque écailles de la bête, sublimées par les rayons de l'astre pâle.
Puis d'un coup, un roulement rocailleux s'échappa de la gorge du Dragon, de concert avec la fumée noir s’échappant de chaque coté d'une gueule à demi-ouverte.
-Oh je t'en prie, pas de démonstration de force, je sais que tu est fort et que je vais mourir, alors ne me fait pas perdre mon temps. Plus vite que ça.
Le jeune Homme était prêt. Il ne fuirait pas, ne crierait pas, ne supplierait pas. Si tel était son destin, il s'en irait ici, et maintenant.
Il repensa aux siens, et fût pris d'une profonde amertume. Il allait mourir sans jamais avoir pût se racheter auprès de son clan et de ses ancêtres. Il n'était pas sûr que ces derniers allait l’accueillir les bras ouverts…
Le Dragon s'approcha au plus près de lui. Il sentit la chaleur de son corps, la puissance de son souffle.
Kragh ferma les yeux...
...Les rouvrit et foutu un poing au Dragon.
Instantanément, un flash de lumière rouge et or jaillit au niveau de l'impact. Son poing resta collé aux écailles tranchantes. Ses yeux se révulsèrent, et son esprit sembla comme aspiré en dehors de lui. Bientôt, une conscience ancienne se confronta à la sienne. Brûlante de rage, flétrie par l'aigreur et la vanité, elle lui inspira un profond dégoût. Mais en même temps, il pût ressentir tout ce que cette conscience ressentait en cette instant précis : Peur, incompréhension, colère...Et il sût qu'il en était de même pour elle avec lui.
Le maelström qui se déchaînait n'était qu'intérieur. Si une personne voyait la scène, elle n'aurait vue qu'un jeune homme plongé dans ses pensées, la main tranquillement posée sur le front d'un Dragon de dix mètres.
Enfin, la lumière mourut. Revenant à peu près à lui même, il pût la retirer précipitamment.
Tout c'était déroulé en quelques secondes.
Quelques secondes ayants suffit à bouleverser sa vie pour le restant de ses jours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 58
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Obsiddian
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Dim 24 Mai 2015 - 19:44


Si tout n’avait pas complètement dégénéré à la seconde suivante, Smaug aurait ri à cœur joie. Que pensait-il, attaquer un dragon de dix mètres et d'une corpulence équivalente ?!

L’humain prononça une phrase dont il ne saisit pas le sens, trop occupé à essayer de se contrôler, lui et cet instinct étrange mais diablement persuasif, qui lui incitait à faire quelque chose qu’il s’était refusé dès sa naissance : je ne serai jamais assujetti à une volonté autre que moi-même et plutôt mourir que de perdre ma liberté. En se remémorant cette promesse, une bouffée de fumée noire et dense s’échappa de sa gueule entrouverte mais il fut malgré tout incapable d’esquisser le moindre mouvement.

Ensuite, tout s’enchaina tellement vite. L’humain ferma les yeux, Smaug se demanda vaguement pourquoi, son esprit confus et débordant d’émotions qui lui étaient jusqu’à ce jour inconnues avait apparemment cessé de fonctionner. Cela expliquait probablement pourquoi il n’avait pas bougé d’un malheureux petit millimètre quand il avait vu le poing fermé de l’homme voler vers sa direction. Il s’écrasa contre son nez avec un bruit à peine plus insignifiant qu’un pet de mouche, et immédiatement, un grand éclair de lumière aveuglante éclata brusquement, pour se volatiliser une seconde après mais le mal était déjà fait, comme on dit.

Smaug sentit une drôle de chaleur se répandre du bout de son nez et tout le long de sa colonne vertébrale, se coulant comme de la lave en fusion dans chaque petite veine qui pulsait dans ses vastes ailes, jusqu’à l’extrémité de sa queue qui tressaillit nerveusement. Sans plus essayer de comprendre, il projeta violemment son esprit en direction du responsable de cette véritable condamnation et l’attaqua avec agressivité, et un certain dégoût. Ses muscles étaient si contractés que c’en était douloureux, mais le dragon était dans l’incapacité totale de bouger une écaille.

Enfin, l’homme s’éloigna, rompant ainsi le contact et l’esprit de Smaug fut submergé d’une panique incontrôlable. Il déplia ses ailes et se projeta d’un coup de vent en arrière, sa queue trancha l’air comme ses crocs avaient déchiqueté ses proies un peu plus tôt, et son rugissement se répercuta en écho dans tous les environs. Il avait l’impression de ne plus avoir aucun contrôle sur son corps, et perdit de son élan, s’écrasa dans un groupe d’arbres. Son feu intérieur se manifesta de nouveau et encore une fois, il étincela comme une vraie luciole. Ses pupilles étaient si minces qu’elles semblaient s’être fondues dans l’éclat ambré de son regard.

Smaug se redressa d’un mouvement maladroit, un peu tremblant et pendant une minute, ni l’homme ni le reptile n’osèrent prononcer un seul mot. Le dragon, qui se tenait à plusieurs mètres de distance de l’humain –c’était parfaitement inutile mais ça le rassurait d’une certaine façon, il avait besoin de se tenir à l’écart de l’autre, ou il risquait de devenir complètement fou– reprit finalement la parole. Ce silence de mort qui s’était abattu sur la forêt était si lourd et pesant qu’il en était presque assourdissant.

"Dis-moi ce que tu as fait…" murmura-t-il d’abord, d’une voix éteinte et menaçante. "DIS-MOI CE QUE TU AS FAIT !" répéta-t-il ensuite en hurlant de rage. Il lança un coup d’œil à droite, à gauche, il frissonna et son armure d’écailles se hérissa. "Je suis SMAUG ! Un dragon sauvage, féroce et libre ! Mes crocs sont des épées, mes griffes sont des lances" il ponctua ses paroles en abattant son membre ailé à terre "Mes ailes sont un ouragan ! Je ne suis certainement pas un gentil toutou bien obéissant, qu’on a le droit de chevaucher comme un misérable cheval ! N’espère rien de moi, humain !"
Spoiler:
 



never laugh at live dragons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 164
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Kragh
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Dim 24 Mai 2015 - 21:01


Kragh écouta les paroles du dragon. Curieusement, plus il l'écoutait, plus...il avait envie de rire.
A la fin de son discours emplie d'émotion, Kragh ne pût se contenir et fût pris d'une hilarité démentielle. Le Dragon resta indécis, le temps qu'il se reprenne un minimum.
"Je rêve...dite moi que j'rêve..."
S'étant calmé et s'offrant à la créature, le jeune homme avança d'un pas sûr, les bras levé de chaque côté.
-Et bien salut à toi, Smaug ! Dragon aux crocs d'épées ! Je suis Kragh, vagabond et paria à temps partiel, mais tu n'as véritablement besoin de savoir qu'une seule chose à mon sujet.
Le jeune Homme affirmait une assurance qu'apparente, a l’intérieur, il était profondément ébranlé par la rencontre avec l'âme du Dragon. C'était une sensation extrêmement désagréable, comme si toute intimité était inexistante entre lui et Smaug. De plus, il ne doutais pas que ce dernier avait opéré une sorte d'attaque contre lui.
-Je suis ta faiblesse. Si je me foule la cheville et que je me cogne la tête par terre, tu meurs. Et accessoirement, si tu me tue, tu meurs aussi.
C'était fixé, au cas ou le lézard géant se serait crût bien inspiré de vouloir tuer celui avec lequel il était lié.
-Je ne veux pas te commander, j'ai autre chose à faire, calme toi et écoute.
Il s'approcha d'avantage, et pris une voix douce:
-Je ne sait pas pourquoi mais...le fait est que je suis ton Dragonnier. Crois moi, ce n'est pas volontaire.
Il regarda sa mains droite et la serra: Les faces extérieurs de ses doigts ainsi que ses articulations étaient striés de motifs tribaux.
"Pourquoi ça m'arrive à moi, bordel..."
-On a deux solutions:soit on apprend à se connaitre pour pouvoir veiller l'un sur l'autre, soit on trace notre route comme si de rien était.
La remarque fut accueilli par un grand silence.
Tout deux savait que c'était impossible. Aussi réduit soit t-il, leur lien unissait leurs pensées, leurs ressentis fugace et les bribes de leurs personnalités.
-Perso, je suis plus enclin à la deuxième solution. Et au fait, je ne suis pas humain, même si je sait que nous différencier les uns des autres c'est compliqué pour les animaux, il faudrait tout de même faire un effort.
En réalité, il voulait apprendre à le connaitre, et rien de mieux pour ça qu'un doigt entre les cottes. Comment réagit-il à la provoque d'un simple humain, qu'il ne peut-pas tuer ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 58
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Obsiddian
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Dim 7 Juin 2015 - 23:11


Tout, absolument TOUT  chez cette saleté d’humain –ou quoi qu’il soit véritablement, Smaug n’avait franchement pas envie de savoir– poussait le reptile en colère et déstabilisé sur le bord. Kragh, son dragonnier désormais, se fichait ouvertement du dragon et riait comme un fou à jeter en asile. Sûrement un contrecoup de cette liaison plutôt inattendue mais quand même, sa crise de folie faisait peur à voir et Smaug ne sut pas comment réagir face à un tel comportement, il se contenta donc de rester parfaitement silencieux. Mais il bouillait de l’intérieur, comme un volcan sur le point d’exploser, et ohh qu’il aimerait pouvoir lui faire payer ce qu’il venait de provoquer…

Et d’ailleurs, l’homme se donnait un malin plaisir à assaillir le dragon de remarques de plus en plus irritantes et provocatrices ;  il faisait preuve d’une assurance qui échappait à Smaug, le grand et fier cracheur de feu avait l’attitude d’un dragonneau juste sorti de l’œuf, tout tremblant et ébranlé dans les fondements même qui régissaient sa vie, depuis sa naissance voire plus tôt encore, dès qu’il fut capable de conscience et de pensées. Alors bien enroulé dans son œuf, et bien qu’à peine conscient il était déjà empreint de cette fierté sauvage et bestiale, et il se répétait en boucle « je deviendrai fort, fort et puissant, et je serai craint comme l’étaient les anciens dragons ! Je serai libre, insaisissable, je deviendrai une légende ! » Se lier avec un humain ne faisait certainement pas partie de ses rêves de gloire et de liberté… Pourquoi cela devait-il lui arriver, à lui de tous les autres dragons parcourant ce monde ?!

Mais voilà, à présent il aurait à protéger cet imbécile fini de tous les dangers qu’il serait capable de s’attirer, et il devrait vivre avec cette conscience répugnante collée à la sienne.

- Et bien salut à toi, Smaug ! Dragon aux crocs d'épées ! Je suis Kragh, vagabond et paria à temps partiel, mais tu n'as véritablement besoin de savoir qu'une seule chose à mon sujet. L’homme fit une pause : Je suis ta faiblesse. Si je me foule la cheville et que je me cogne la tête par terre, tu meurs. Smaug ponctua l’annonce de cette accablante et terrible vérité d’un pitoyable gémissement. Je ne veux pas te commander, j'ai autre chose à faire, calme toi et écoute. La voix de l’homme changea d’intonation et prit un ton presque doux, il observa sa paume marquée d’une gedwëy ignasia encore brûlante, et reprit : soit on apprend à se connaitre pour pouvoir veiller l'un sur l'autre, soit on trace notre route comme si de rien était. Perso, je suis plus enclin à la deuxième solution. Et au fait, je ne suis pas humain, même si je sais que nous différencier les uns des autres c'est compliqué pour les animaux, il faudrait tout de même faire un effort.

Au mot "animaux" le reptile ailé vit rouge et ses muscles à peu près relâchés se contractèrent violemment. Un feu presque liquide déborda de ses mâchoires et il prit une grande inspiration. Et il répondit :

"Je te déteste. Je te déteste ! et si je dois te tuer alors je te tuerai, et je mourrai ! Je préfère disparaitre que de vivre en lien avec le sale microbe que tu es !"

Et il prit brusquement son envol, et disparut dans les ténèbres en direction d’une cavité au sein de la forêt qu’il avait repérée plus tôt, à quelques kilomètres de son territoire de chasse et accessoirement, de l’homme qui venait de bousculer son existence d’une façon qu’il n’aurait jamais imaginé. En espérant que celui-ci n’aurait pas la fantastique idée de venir le déranger… Il distingua rapidement le renfoncement qui se creusait dans le sol d’une forêt au relief normalement très plat, et s’y laissa chuter doucement, pour finalement s’y recroqueviller en boule et se recouvrir presque intégralement de ses ailes, si bien qu’on ne discernait même plus la tête et le bout de la queue du dragon dans cet amas de chair écailleuse enroulée tel un serpent. Avec un long soupir de défaite, Smaug fut emporté dans un demi-sommeil agité et nerveux.

Spoiler:
 



never laugh at live dragons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 164
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Kragh
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Mar 9 Juin 2015 - 19:02


"Je te déteste. Je te déteste ! et si je dois te tuer alors je te tuerai, et je mourrai ! Je préfère disparaitre que de vivre en lien avec le sale microbe que tu es !"

En d'autres circonstance, Kragh aurais presque pût prendre en considération la peine du Dragon. Mais c'était sans compter qu'il avait lu dans son âme, et n'avais pas franchement apprécié ce qu'y s'y trouvait. Il y avait vue la noirceur de l'orgueil et de la vanité. L'ignominie d'une condescendance envers le monde entier, et par dessus tout, un vulgaire sentiment de supériorité quasi pathologique. Paradoxalement, Smaug partageait toutes les caractéristiques de celui qu'il méprisait cordialement:L'Humain.
« Au moins nous rejoignons nous sur notre misanthropie, c'est déjà ça... »
Puis brusquement, il étendis ses ailes immenses, et pris son envol. Kragh grinça entre ses dents :
-Vol, cher démon gardien. Fuit le microbe que je suis, et ne me reviens plus jamais.
A présent uniquement accompagné des flammes qui l'entourait, il se préoccupa vite de sauver sa peau. L’envol du Dragon avais formé une brèche dans l'incendie, et Kragh s'y engouffra le plus vite qu'il pouvait.
Éloigné du danger, il se mit à lire les étoiles, dont il avais apprit la topographie, et se dirigea vers l'ouest.
Retourné à la civilisation. Reprendre sa vie en mains. Se faire pardonner des siens.
Oublier ce qui venait d'advenir...

Quelques heures de marche...

L'effort l'aidais à assimiler les événements récent. La lune étant entière, sa pâle lumière suffisait amplement à ses yeux d'elfe noir.
Plongé dans ses pensées, ce fût à proximité de la source sonore qu'il se rendit compte qu'un léger bruit répétitif venait entraver le silence des lieux.
Intrigué, il s'approcha, suivant la piste auditive. Puis il le vit.
Le destin avais décidé de porter ses pas à Smaug, une fois de plus. S'il n'avais pas vue que ce dernier somnolait, il se serait encore payé un fou rire. Hors, il ne voulait absolument pas le réveiller.
Se détournant, et s'apprêtant à s'en aller, il ne bougea pas d'un pouce. Quelque chose en lui, une voix, une intuition, lui conseillait de rester. Pire, lui dictais de réveiller le géant à écaille.
Soupirant, il retourna au près du Dragon, et se planta devant lui. Même ainsi enroulé, il semblait plus féroce qu'un bataillon entier de La Premier-Armée. Une arme biologique fascinante aussi bien qu’effrayante.
Ne sachant que faire, Kragh s'assit sur une souche d'arbre, et malgré son tempérament dénué de patience, attendis.
Attendis quelques secondes de plus.
Et n'y tenant plus, vint au contact de la bête :
-Lève toi !Suis-je lié à un Dragon, ou à un chat ?!
Ce dernier fut sans réaction. Ce contentant de siffler à chacune de ses expirations entrecoupé d'un soubresaut.
« Il...sanglote ? »
Alors, Kragh se remémora Akkan et Nimrod. Cette façon dont-ils arrivaient à communiquer par la pensée.
Il pensa fort au Dragon. A ce qu'il lui inspirait, et murmura en son for intérieur :
« ...Smaug... ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 58
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Obsiddian
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Jeu 18 Juin 2015 - 22:07


-Lève-toi ! Suis-je lié à un Dragon, ou à un chat ?!

La voix de son dragonnier lui parvint à travers son sommeil, lointaine et floue mais suffit à le tirer de sa torpeur. Il n’eut cependant pas la moindre envie de soulever une paupière et se contenta de rester parfaitement immobile. Enroulé comme il l’était, Smaug ressemblait à un véritable bloc de chair et d’écailles. Son nez était niché tout contre son flanc et il ronflait doucement.

*...Smaug... ?*

Il frissonna de dégoût en entendant la voix de Kragh résonner dans son esprit. Il semblait incertain, et peut-être… inquiet ? Smaug ne parvenait pas à nommer une telle émotion, après tout, ça ne lui était pas commun et il n’aurait pas pensé Kragh capable de s’inquiéter à son sujet. Sa voix se fit plus douce et calme, et un fort sentiment d’apaisement déferla comme un véritable tsunami sur le dragon, dont le souffle saccadé  se radoucit presque aussitôt. Ses muscles contractés se détendirent, et la bête ouvrit un œil paresseux, enfin tiré de sa léthargie.

*Que viens-tu chercher, dragonnier ?* Répondit-il d’un ton las, mais au moins le dragon était un minimum enclin à la discussion, sa colère oubliée. Dans la pénombre, son regard brillait d’une lueur surnaturelle, et on discernait chaque petite veine parcourant son œil.

Smaug étendit un membre ailé dont les griffes s’accrochèrent à un large rocher, et se redressa, roulant des épaules, s’étirant comme un chat. Le dragon bailla longuement, la gueule grande ouverte et s’ébroua, chassant les dernières traces de fatigue un peu persistantes, puis plongea son regard brûlant en direction de… de son dragonnier. Kragh. Et il songea au fait que celui-ci avait eu le courage de s’approcher si près de lui, pour venir à son contact de façon sincère, et qu’il ne semblait pas ressentir de crainte à l’encontre de l’écailleux qui se dressait devant lui. Non, il avait plutôt l’air fasciné. Et curieux.

*Nous ne sommes pas faits l’un pour l’autre, c’est une évidence. Je ne te laisserai probablement jamais grimper sur mon dos. Je te protégerai peut-être. Je suppose que je n’ai pas le choix, de toute façon. Le destin est vraiment imprévisible… et humiliant. Il n’apporte souvent que le malheur. il rit sombrement. Je ne t’apporterai sûrement que le malheur. C’est comme si j’étais le destin personnifié. Une pause, puis le dragon reprit son monologue. J’espère que tu as les épaules assez fortes pour supporter tout cela, parce que même si j’essayais de faire un effort, la tendresse ne me ressemble pas et je ne suis pas réellement capable de bienveillance. Je resterai toujours intolérant et dur. Comme un vrai dragon sauvage. C’est ce que je suis, après tout. Et on ne change pas un dragon sauvage.

Le lien ainsi créé entre Kragh et la bête semblait lui procurer un certain calme et un meilleur contrôle de ses émotions tumultueuses et embrouillées. Celles-ci avaient la fâcheuse tendance à le conduire dans un état de semi folie, et cette nuit il n'en était rien. Son esprit avait retrouvé un peu de cohérence, et il était disposé à converser. Mais peu importe son dragonnier, on ne l'arrachera pas à sa chère et tendre liberté.



never laugh at live dragons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 164
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Kragh
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Jeu 18 Juin 2015 - 23:35


*Que viens-tu chercher, dragonnier ?*
-Initialement quelque chose qui ait l’allure d'un endroit très éloigné de toi. Mais puisque nous somme là, autant boire le thé, au point où nous en somme.
Lentement, posément, il sortit de son sommeil. Chaque mouvement anecdotique suintait la force et l'assurance. Kragh serra les poings, tant sa petitesse le mettait en rage. Finalement, c'était ça qu'il y avais de plus sombre et ironique. Le fait que chacun à leurs manière, ils étaient tout deux les miroirs de leurs faiblesses respectives.
*Nous ne sommes pas faits l’un pour l’autre, c’est une évidence. Je ne te laisserai probablement jamais grimper sur mon dos. Je te protégerai peut-être. Je suppose que je n’ai pas le choix, de toute façon. Le destin est vraiment imprévisible… et humiliant. Il n’apporte souvent que le malheur. il rit sombrement. Je ne t’apporterai sûrement que le malheur. C’est comme si j’étais le destin personnifié. J’espère que tu as les épaules assez fortes pour supporter tout cela, parce que même si j’essayais de faire un effort, la tendresse ne me ressemble pas et je ne suis pas réellement capable de bienveillance. Je resterai toujours intolérant et dur. Comme un vrai dragon sauvage. C’est ce que je suis, après tout. Et on ne change pas un dragon sauvage.
Voilà qu'il remettait ça. Décidément, l'humilité ne devait pas faire partie de son répertoire. "Le destin personnifié"...La connerie personnifiée, oui.
-Regarde ! Il leva son bras haut, sous le nez du Dragon Je tremble de peur ! Théâtrale et adoptant un ton aigre-doux, il recula précipitamment Comme tu est impitoyable et ténébreux ! Ô grand Dragon noir, destin du destin même, je me plie et m’égare au travers de ton âme si riche et morose ! Cesse ton manège et tes métaphores de comptoir. J'ai bien compris que tu était un parfait connard. Moi non plus je ne suis pas un enfant de cœur, mais je ne compte pourtant pas t'étaler ma vie ni ma personnalités, car tu t'y intéresse autant que moi à la tienne. Enfin ! Cessons de se voiler la face, nous avons tout vue l'un de l'autre, que ça nous plaise ou non ! Alors ne perdons pas de temps en fioritures, et mettons les choses au claire.
Il reprit son souffle. Smaug avait eut le temps de vivre sa vie comme il l'entendais. Kragh, à peine sortit de l’adolescence, se voyait à présent légué cette malédiction jusqu'à la fin de sa vie...plus précisément l'éternité d'un Dragonnier.
Soudains, des larmes le prirent en traître. Très vite, il se détourna du Dragon et les essuya en silence.
-Tu veux m'apporter le malheur ? Fait toi plaisir, démon gardien. Il est déjà là. Il a toujours été là. J'en ait fait ma catin depuis longtemps. Et rassure toi, je ne chercherais jamais à grimper sur ton dos. J'ai le vertige.
Puis tu reviens à lui, et t'approche au plus près de son œil, qui fait la totalité de ta tête.
-En revanche, je n'ai nullement besoin de protecteur. Je m'en suit toujours sortit jusque là, et si un jour prochain je me retrouve à l’article de la mort, alors je ne ferais pas appelle à toi. Et tu mourras, toi aussi. Pas dans l'honneur, au combat. Ni dans la luxure, dans ton bain de pierre précieuse. Mais de manière soudaine, abrupte, et délicieusement gratuite. Tu es peut-être mon destin, incontrôlable et tout-puissant. Mais moi, vois-tu, je suis ta mort. Sans gloire, et imprévisible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 58
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Obsiddian
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Ven 19 Juin 2015 - 20:44


Kragh était en rage. Et même s’il avait ce don agaçant à pouvoir surprendre le dragon dans ses réflexions et sa façon d’être, celui-ci n’en montra rien et resta de marbre face à cette deuxième crise. Un fou-rire moqueur menaçait, cependant, Kragh ressemblait à un gamin en plein caprice, trépignant avec de grands gestes décousus et dramatiques, sa voix montant dans les aigus, et une grimace déformant les traits de son visage. Clairement bouleversé et presque en larmes à en croire son regard larmoyant et sa voix tremblotante, il hurla toute sa haine et son aversion contre la bête qui l’écouta sans ciller. Il comprenait. Mais ça ne l’empêchait pas de vouloir l’enterrer encore plus profond. C’était dans sa nature, et ça reprenait le dessus. Au fond, il aurait presque pu avoir de la pitié pour l’humain. Celui-ci n’avait sûrement pas envie de se lier avec le parfait connard qu’était Smaug, pour reprendre ses mots qui ma foi, étaient plutôt vrais. Ça représentait de trop lourdes responsabilités, ça changerait sa vie, son corps peut-être. En plus, Smaug n’était absolument pas le meilleur dragon pour un dragonnier. Oh ça non.

Mais voilà, on ne change pas un être du jour au lendemain, et sûrement pas un dragon. N’empêche, celui-ci n’avait pas voulu être méchant, à la base. Il voulait juste prévenir l’humain de ce qu’il était, et de ce qu’il adviendrait si Kragh continuait de le suivre à la trace et venir l’embêter dans son sommeil. D’ailleurs, pourquoi était-il venu le déranger ? Ne voulait-il pas s’éloigner du dragon, au contraire ?

Tiens, il pleurait. Mais Smaug ne s’en apitoya pas. En fait, depuis que Kragh avait pris la parole, il n’avait esquissé aucun geste, n’avait pas remué la moindre écaille. Il était plutôt tranquille, et bien que ce flot de paroles ne le touchent un peu, il conserva un air complètement neutre et attendit patiemment que Kragh en ait fini avec sa tirade.

- Je n'ai nullement besoin de protecteur. Je m'en suis toujours sorti jusque-là, et si un jour prochain je me retrouve à l’article de la mort, alors je ne ferais pas appelle à toi. Et tu mourras, toi aussi. Pas dans l'honneur, au combat. Ni dans la luxure, dans ton bain de pierre précieuse. Mais de manière soudaine, abrupte, et délicieusement gratuite. Tu es peut-être mon destin, incontrôlable et tout-puissant. Mais moi, vois-tu, je suis ta mort. Sans gloire, et imprévisible.

Des menaces. C’était tellement prévisible que Smaug ne releva même pas. Et ce fut à son tour de répliquer :

Voyons, petit.. siffla le dragon. Nul besoin de t’énerver ainsi. Le reptile faisait preuve d’un calme olympien. De toute façon, Smaug ne hurlait pas, il susurrait comme un serpent. Je t’ai demandé ce que tu es venu chercher. Et tu m’as répondu, quelque chose comme… "un endroit très éloigné de toi", c’est bien ça, mmh ? Alors, pourquoi m’as-tu tiré de mon sommeil ? Pourquoi n’as-tu pas simplement fait demi-tour en me voyant ? N’as-tu pas l’impression de chercher les ennuis ? Tu aurais dû me laisser tranquille et partir.

Je ne souhaite pas t’apporter le malheur. De toute façon, c’est toi qui va te l’apporter tout seul en continuant de suivre et provoquer des démons comme moi ! Toujours très calme, le dragon s’allongea à nouveau. Il n’y avait rien à craindre, alors autant se mettre à l’aise si Kragh prévoyait de continuer à vociférer. Je n’ai pas voulu te blesser. Tu n’as pas compris ce que j’essayais de te dire. Je voulais juste te prévenir. il soupira. Mais je suppose qu'il est inutile de tenter de m'expliquer, ça ne t'empêchera pas de continuer à me hurler dessus. Alors vas-y, je t'écoute. As-tu autre chose à rajouter ? Des choses à me reprocher, peut-être ? Sachant que je n'ai strictement rien fait, à part des menaces en l'air ? C'est aussi ton cas, d'ailleurs. Oh, mais je m'excuse ! Dois-je te rappeler que si tu n'avais pas balancé ton poing de nourrisson contre mon nez en croyant naïvement que ça allait me faire reculer, rien de tout cela ne serait jamais arrivé ?



never laugh at live dragons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 164
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Kragh
Message Sujet: Re: Rancœur et colère | Ven 19 Juin 2015 - 21:43


"Si seulement il n'était pas si fort...si seulement je pouvais le tuer..."
Cette phrase et d'autres du même acabit ne cessait de faire écho au parole du Dragon. Il ne se contentait pas d'être mesquin. Il était...Kragh ne pût mettre de mots dessus. Il ne trouva rien à dire à Smaug. Touts les mots du monde avaient pour lui autant de sens qu'un long et profond silence.
Il s'assit par terre, au comble du désespoir. Il ne se sentais plus capable du luter contre cette rage qui était, et serait, la sienne. "Responsabilité". Il avait toujours fui ce qui ressemblait de près ou de loin à ça. Il suffit d'un instant pour que votre vision du monde change. Et ce n'est pas tant la destruction du précédant qui est douloureux, mais l'adaptation au nouveau que l'on doit rebâtir seul.
D'un ton las, il lui répondit:
-Je ne suis pas les démons. Je tombe dessus par hasards, ou c'est eux qui viennent à moi.
La traîtresse, puis Sélène et enfin la Stryge Inconnu. Sans oublié lui, à présent.
"Qu'est-ce qui ne vas pas chez moi? Pourquoi je veux tout le temps me vautrer dans la douleurs?"
Le Dragon avait soulevé des questions que Kragh s'était auparavant bien gardé d’enfouir en lui.
-Et toi, Smaug, inversons les rôle un instant. Qu'aurait-tu fait à ma place? Tu ne sait pas ce que c'est, la faiblesse. Tu ne connait pas les affres de la peur. J'ai réagit en proie. En sortant mes griffes face à la mort. Rien de plus, rien de moins. Si l'on m'avais informé des conséquences, crois moi, je t'aurais laissé me dévorer avec grand plaisir.
Oh que oui. Rien n'était plus ignoble qu'être liés à l’ignominie.
-Enfin, tu as raison. Je ne sais pas pourquoi je t'ai réveillé. Notre conversation est stérile.
Le Dragonnier regarda une dernière fois le Dragon avant de partir.
-Prête la valeur que tu veux à mes propos, cela m'est égale. Je fait le serment de ne pas chercher à te tuer en mourant sciemment.
Vide et sans volonté, ce fût avec une platitude extrême qu'il scella sa promesse en pensées, tendis qu'il s'enfonçait dans les bois:
"Je te tuerai de mes propres mains".
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Rancœur et colère |


Revenir en haut Aller en bas

Rancœur et colère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Par delà les Murs-
Ouvrir la Popote