AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Méfiance ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Méfiance ... | Mar 5 Juil 2016 - 3:37


Dans une sombre ruelle, Manîthil et Valto attendait leur commanditaire depuis une heure, regardant les rues crasseuses et délabrés de Gil'Ead, la jeune elfe avait hâte de vendre les produits de sa chasse et de partir. L'énorme loup noir assis à ses pieds, cherchait des yeux un éventuel danger, tout les sens en alerte.
Les oreilles pointus de la jeune femme frémirent lorsqu'elle entendit un pas léger et fourbe frapper doucement le pavé de la ruelle. Le loup se releva aussitôt grognant sur l'inconnu, dévoilant des dents aiguisés comme des poignards, par réflexe Manîthil mit la main sur la garde de son épée bâtarde, prête à trancher ce qui se mettrait à sa portée, fixant ses yeux en amandes sur la silhouette inconnue, elle se détendit en reconnaissant son commanditaire.

*Calme, mon ami !*




L'homme encapuchonné apparut alors devant la lumière, dévoilant un visage marqué par une énorme balafre violette sur la joue gauche, et des yeux fatigués par l'alcool. La jeune elfe relâcha son étreinte sur son épée et demanda d'une voix ferme et rude :

-As-tu mon paiement, marchand ? Je n'ai pas de temps à perdre, il me faut repartir au plus vite.


Le marchand déglutit et essaya d'éviter le regard de Manîthil, il répondit d'une voix tremblante, les yeux fixés sur ses pieds :

-Et bien..euh...C'est à dire que....Enfin, les affaires ne vont pas bien en ce moment, donc j'ai décidé de prendre ta marchandise .. mais à moitié prix !



La jeune elfe ne put contrôler sa colère, et soudainement, elle dégaina son couteau de chasse et plaqua l'humain contre le mur, son arme contre sa paume d'Adam, elle parla d'une voix féroce à son oreille :

-Ecoutes-moi, marchand ! Et fait le attentivement ! Dans un premier temps, je ne marchande pas avec de vulgaires humains et dans un deuxième temps, ce sont tes affaires qui ne vont pas bien, pas les miennes. Donc, règle les ! Et au plus vite, je ne veux pas avoir d'ennui.




La vente de la chasse de l'elfe n'était bien sûr pas légal, mais elle ne souhaitait pas donner une partie de son travail aux Premiers Hommes, Manîthil ne les appréciait pas et surtout elle trouvait qu'ils détruisaient tout, comme les humains. En cela elle comprenait la rage de certains dragons sauvages.
Elle laissa retomber le marchand, laissant une autre petite cicatrice sur sa gorge en signe d'avertissement, Valto se rapprocha de l'humain, les yeux sauvages et les crocs menaçants. L'elfe demanda :

-Allez, humain ! Donne ce que tu me dois, et ensuite notre collaboration sera enfin finie !



L'associé se releva précipitamment, sans quitter des yeux l'énorme molosse, et sortit de sa bourse la somme demandé.
L'elfe lui fit remarquer :

-Tu vois quand tu veux, tu peux trouver l'argent !



Il laissa les pièces tomber, à regret, dans les mains de Manîthil, puis demanda son butin. L'elfe dégagea les paquets de sa jument et balança son trésor de chasse aux pieds du marchands, qui partit sans demander son reste.
La voix douce de Valto résonna dans l'esprit de la chasseuse :

*Et bien, on a perdu encore un client *

*C'était un imbécile ! Il ne méritait pas notre travail ! *

Le loup approuva et fit comprendre à son âme sœur qu'il avait hâte de retourner dans des lieux plus tranquilles, la jeune elfe posa sa main sur sa tête et tout en le caressant elle dit à haute voix :

-Moi aussi, mon ami ! Moi aussi...



Elle retourna voir sa jument, et resserra correctement la selle,Valto se coucha non loin de son amie, de sorte à avoir une vue d'ensemble, ils étaient dans un quartier assez mal famé, à la fois à l'écart de la ville mais toutefois assez proche pour croiser des gardes.
L'odorat de l'elfe était complètement bouché par les relents d’égouts, de sueur, d'urine et de sang, ses pieds étaient trempés et gelés, elle avait hâte de retrouver un sol feuillu et délicat d'une forêt à l'écart du bruit et surtout d'autres individus. Elle ne pouvait étendre son esprit à d'autres de peur de croiser un magicien ou un individu mal intentionné, tandis que dans une forêt les animaux et les arbres étaient réceptifs à son appel.

Manîthil fut soudainement tirée de ses pensées par l'agitation de sa jument et une inquiétude soudaine de son loup. Sa voix légèrement tremblante retentit dans son esprit occupé :

*Quelqu'un approche ! *


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.


Dernière édition par Manîthil le Mar 5 Juil 2016 - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 24
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mar 5 Juil 2016 - 20:08


En ouvrant les yeux, Druaga pris conscience qu'il s'était évanoui. Pourquoi ? Il n'en savait rien et puisqu'il était en vie, cela n'avait aucune importance à ses yeux. Il observa les alentours immédiat pour savoir où il se trouvait. Malgré sa connaissance de l'Agalaesia, il n'avait pas vraiment d'idée sur l'endroit présent. De ce que sa réflexion pouvait lui apporter, l'idéal était d'arriver à une ville pour se renseigner. Mais plusieurs choses rentrait en compte, il savait que son apparence n'était pas commune, et les étranger attires toujours des questions. Alors qu'il s'avançait dans une direction choisie au hasard, sa peau changeait de couleur, pour devenir plus claire, sans pour autant aller dans le maladif. Sa carrure s'était réduite à celle d'un enfant plutôt grand pour son âge, les cheveux auparavant blanc étaient maintenant d'une couleur châtain, son regard qui était gris avait la couleur de la verdure et son visage était souriant, chose qu'il n'avait pas l'habitude de faire en temps normal, mais l'art de la tromperie demande de s'oublier soi-même pour que l'illusion soit parfaite. Dans le temps où il avait appris ce qu'il savait, on lui avait expliquer comment imité les autres, la patience et étudier leurs habitudes. Ainsi il pouvait prendre la place de la personne étudier et faire comme si il était cette dernière. Ses vêtements étaient étudier pour passer un peu partout, une cape à capuche lui servant pour dissimuler un tas de chose, des vêtements un peu abîmé pour tout voyageur qui se respecte et un aspect un peu crasseux.


Mais laissant là à nouveau ses réflexions, il vit au loin ce qu'il recherchait, des bâtiments s'élevaient vers le ciel, sans doute pour marquer l'emplacement d'une ville. Le soleil était encore haut dans le ciel et cela indiquait qu'il était encore tôt dans la journée. Le temps n'ayant jamais été son fort. Il marchait d'un pas à la fois timide et pressé, observant tout ce qui l'entourait d'un air craintif, bien qu’intérieurement c'était loin d'être le cas. L’intérêt de changer de forme longtemps avant d'arriver, c'est qu'au cas où il aurait été aperçue de loin, il n’éveillerait pas les soupçons sur sa nature, du moins l'espérait-il. Quand il arriva devant les portes de la ville, quelques passants entraient et sortaient, les gardes leurs posant des questions banales. Mais n'ayant pas prévu de discourt adapté, il préféra se mêler à un petit arrivage de personne. Avec son physique d'enfant il pourrait se fondre dans le groupe sans trop de se faire remarquer. Le garde arrêta le groupe de personne juste devant lui, demandant la raison de la venu et le temps qu'ils comptaient rester. Les réponses était assez simple, c'était un groupe de marchand venu vendre leurs services et qui repartiraient une fois qu'ils auraient vidée leurs étales ici. Le garde les laissa donc passer. Druaga collant le groupe comme s'il était avec eux. Il reçu quelques regards suspicieux, mais personne ne dit mot lorsqu'il traversa la grande porte.

Une fois qu'il fut suffisamment éloigné dans les rues de la ville, il se sépara du groupe de marchant dans lequel il s'était infiltré et fut bousculer par un homme un peu patibulaire et arborant une cicatrice sur le visage. L'odeur qu'il dégageait ne différait pas beaucoup de celles des humains en général, mais elle était sûrement plus forte chez lui. L'homme ne s'excusa même pas de le bousculer et continua son chemin. Un battement du cœur de Druaga libéra une intention meurtrière, mais elle disparue lors du second battement. Il ne valait pas la peine qu'il se dévoile, même s'il le tuait normalement, il aurait sans doute d'autre problème sur le dos par la suite, ce n'était pas le moment, il n'était pas encore prêt pour les machinations, il devait en apprendre plus. S’époussetant un moment, il remarqua une présence plus loin dans la ruelle d'où l'homme venait, et en s'en approchant, il distinguant une jeune femme, où plutôt une jeune elfe, accompagné d'un loup. Impossible de confondre avec un chien un animal aussi imposant. La femme elfe qui l'accompagnait n'était clairement pas une citadine, ses vêtements et sa posture ne pouvait être confondu avec un citoyen paisible. Celle-ci savait se battre et sa méfiance à l'égard de Druaga lorsqu'il approcha confirma ses doutes.




Dernière édition par Druaga le Jeu 18 Aoû 2016 - 21:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mer 6 Juil 2016 - 2:19


La jeune elfe se retourna d'un coup sec, la main sur le fourreau de l'épée prête à sortir, son regard redescendit plus bas. Une petit silhouette encapuchonné la regardait, relâchant son épée qui retomba lentement dans son étui en cuir, son visage se détendit. Valto se leva et vint se placer à la gauche de l'elfe, Manîthil fut agréablement surprise de découvrir un visage enfantin sous la capuche. L'elfe aimait beaucoup les enfants, ils étaient pour les elfes une source de bonheur et d'émerveillement, la chasseuse se désolait de voir la terre ainsi dévastée par leurs parents. Le gamin, visiblement de sexe masculin portait des vêtements un peu abîmés, elle pensa aussitôt à un jeune voleur. Dans le quartier où elle se trouvait, il y avait beaucoup de mendiants, de voleurs ainsi que des assassins.
Elle mit un genoux dans les pavés ruisselants de crasse, puis retira sa capuche, dévoilant ainsi ses cheveux argentés noués en couronne, son regard turquoise se dirigea vers le regard gris du garçon, puis elle demanda d'une voix douce :

-Quel est ton nom, petit garçon ?
La voix de l'elfe était cristalline et pure, une voix teintée d'une ancienne tristesse, elle parlait rarement avec cette voix là, car c'était une voix rassurante. Manîthil préférait que ses collaborateurs la craignent plutôt que l'apprécier.
Valto, essayait d'intimider le garçon de ses yeux féroces, il observait l'enfant et ses moindres gestes. Le loup n'était pas tranquille, son odeur l'inquiétait, il n'arrivait pas à discerner l'origine de cette odeur, il savait qu'il l'avait déjà sentie auparavant, dans son passé.
L'elfe concentrait toute son attention sur le garçon et perçut que vaguement les inquiétudes de son ami.
L'elfe montra ses paumes de main vers le garçon et reposa une autre question :

-Que fait-tu ici ? Où sont tes parents ?
La pensée qu'il était orphelin traversa l'esprit de la chasseuse, elle eut un pincement au cœur, songeant qu'elle aussi était plus ou moins orpheline. Mais les pensées du loup vinrent aussitôt combler cet instant de tristesse, Manîthil posa la main sur le pelage sombre du loup et redirigea son regard turquoise vers l'enfant.

*Je n'aime pas son odeur... Elle est étrange... *
L'elfe essayait tant bien que mal de calmer l'inquiétude de sa moitié, mais sans réussite. Elle se releva et sentant l'inquiétude de son loup monter en elle, elle posa instinctivement ses doigts sur son couteau de chasse.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 24
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mar 12 Juil 2016 - 12:02




Druaga faisait face à une situation qu'il n'avait pas prévu. Il avait de multiple façon d'en sortir, mais assez peu seraient assez discrètes et encore moins ne seraient pas sans un combat. Il pouvait prétendre l'innocence, ou l'incompréhension. Il n'avait pas vraiment réfléchis à s'inventer une histoire. Il pouvait improvisé, mais c'est le genre de chose dans lequel les failles se dévoilent, surtout avec des questions anodines. Tel qu'elle venait de poser. Il s'inventa donc un nom qui lui passait par la tête. D'une voix timide et enroué il articula les mots avec une certaines difficulté, il esperait que cela rajouterais de la crédibilité à sa réponse pour bien cacher la vérité.

« Je.... suis Thalyn... Dame elfe.... »

Il n'était pas sur que sa manière de parler était celle d'un enfant de son âge, mais maintenant que les mots étaient sortit, il ne pouvait plus vraiment reculer. Alors autant se lancer. Il s'approcha d'elle d'un air suppliant, sans se précipiter toutefois. Ce n'est que lorsqu'il fut presque à ses pieds qu'il vit qu'elle avait la main sur son épée. Finalement, elle ne lui faisait peut-être pas aussi confiance que ça. Il décida de répondre à sa deuxième question pour essayer de la rassurer et de gagner sa confiance.

« Je suis tout seul... Maintenant. »

Peut-être que sa comédie avait prise, quoi qu'il en soit il tenta le tout pour le tout.


« Vous pouvez m'aider ?... S'il vous plait... »

Rester avec elle serait une bonne solution pour avoir des informations et pouvoir développer ses talents, car même si ses capacités de combat ne sont pas mauvaise, pour ses pouvoirs de corruptions il était encore loin d'atteindre le niveau requis. Elle avait beau avoir la main sur sa lame, la femme elfe ne représentait pas un danger immédiat pour lui. En revanche le loup, il n'en savait rien, celui-ci semblait méfiant et presque prêt à lui sauter dessus, où c'était son imagination ? Druaga était largement capable de se défendre, mais cela poserait quelques problèmes pour son infiltrations et sa récolte d'informations. Il regardait la femme elfe dans les yeux avec une pointe de larme, mais ce n'était qu'à cause du l'éclat du soleil sur lui qui faisait pleurer ses yeux, cependant, il ne fit rien pour l’arrêter.

C'est alors qu'un bruit de ventre se fit entendre, Druaga n'était pas sur que cela venait de lui, pourtant aux regards des deux autres, il eut un doute. En tant que strige, il ne pensait pas être sujet à la faim. D'ailleurs de quoi se nourrissait-il ?




Dernière édition par Druaga le Jeu 18 Aoû 2016 - 23:03, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mar 12 Juil 2016 - 15:50


« Je.... suis Thalyn... Dame elfe.... »

L'elfe sursauta à la voix grave qui sortit de la gorge du petit garçon, se reprenant vite, elle constata que le petit garçon s'avançait vers elle, prête à esquiver tout danger, sa main demeurait sur le pommeau fin de son épée bâtarde.
Valto à la droite de son amie, commençait à grogner, tout en s'éloignant du garçon, les babines relevés, il était prêt à bondir sur l'assaillant. Gardant tout ses sens en alerte, il regardait l'enfant avancer d'une démarche suppliante.
La voix grave du garçon résonna encore dans la ruelle:

« Je suis tout seul... Maintenant. Vous pouvez m'aider ?... S'il vous plait... »


Les souvenirs tourbillonnaient dans l'esprit de l'elfe, une larme incontrôlée vint mouiller sa joue droite, regardant le garçon dans les yeux. Une larme perla au coin de l’œil de l'enfant, laissant sa main retomber sur sa hanche, elle essuya machinalement la gouttelette de chagrin du garçon. Manîthil s'abaissa à sa hauteur, et d'une voix douce répondit:

-Je ne peux être une mère pour toi... Mais je peux t'aider à te débrouiller seul, si tu le désires !


Etre mère... L'elfe retournait cette pensée dans sa tête, les souvenirs du passé revinrent en force cogner à la porte de sa raison. Et d'un geste elle prit dans ses bras le jeune garçon.
Le loup, toujours en arrière ne faisait toujours pas confiance à l'enfant et au moindre geste du garçon il était prêt à lui sauter à la gorge. Sentant la tristesse de l'elfe, il tentait de la raisonner et de la mettre en garde contre un potentiel danger.
Un bruit étrange venant du garçon la fit se relever instantanément, le loup se rapprocha menaçant, protégeant son elfe.

*Nul besoin d'être aussi agressif, Valto ! L'enfant doit avoir faim *

*Cet enfant n'est pas le tien Amie des Loups ! Tu n'a nul devoir envers lui ! *


L'elfe posa son regard turquoise sur Thalyn et répondit mentalement à son loup:

*J'ai un devoir envers chaque enfant... Tu le sais ! *

*Cet enfant n'est pas comme les autres, il a une odeur que je n'apprécie pas.. *

*Il ne restera pas longtemps avec nous, promis ! Mais je lui apprendrais quelques combines, pour qu'il survive à ce monde cruel... *

*Entendu! *


L'elfe approcha du garçon, un genoux à terre elle retira la capuche du gamin dévoilant des cheveux châtains, puis d'une voix presque cassée elle lui dit:

-Je t'apprendrai à survivre ! Je me nomme Manîthil Elon fille de Loril Elon et de la capitaine Elië Pelanaten et voici mon loup Valto.


Même si elle savait que le gamin ignorait tout de l'histoire de ses parents, cela lui procurait du plaisir à savoir qu'elle avait eu des parents aimants.
Tout en se relevant, l'elfe demanda au petit garçon si il désirait manger.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 24
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Jeu 21 Juil 2016 - 5:52





Druaga n'était pas aussi sur de lui quand à sa prestation, mais elle eut pourtant l'effet désirer. La jeune femme elfe s'inquiéta sincèrement pour lui, mais le loup grognait à son encontre. Peut-être sentait-il sur lui le sang séché de ses dernières victimes ? Où bien ressentait-il la corruption qui tentait de s'étendre hors de son corps pour s'attaquer au monde qui l'entoure ? Aucune idée et cela n'avait pas vraiment d'importance. Il ne sous estimait pas le loup, mais il ne pouvait rien faire pour le détendre, étant de nature a corrompre les choses, il était très maladroit avec les animaux. Mais pour son plan actuel qui était d'avoir un maximum d'information sur ce monde en plus ce qu'il savait déjà, cela n'avait pas d'importance que les animaux ne l'apprécient pas. L'elfe, lui répondit qu'elle ne pouvait être son sauveur, mais une source d'apprentissage en milieu hostile. C'était toujours bon a prendre, son expression devint plus rayonnante, il avait vu quelques personnes faire des sourires et il s'y essaya pour voir l'effet que cela pourrait avoir. Ainsi il marquerait son soulagement sur sa situation.

Ce que Druaga n'avait pas prévu c'est que cette dernière se jette sur lui en le prenant dans ses bras. Il ne s’attendait pas à une tel attaque et il était persuadé que son numéro avait bien fonctionné. Son corps sembla réagir à ce contact et essayant de se rendre plus rigide, mais en constatant qu'il n'avait aucune douleur, son pouvoir se résorba, laissant la situation tel quelle. Mais le Strige ne comprenait pas vraiment le geste qu'il subissait. Pourquoi ce mouvement et pourquoi son corps chaud contre le siens lui donnait une sensation étrange. Il n'avait rien connu de pareil et cela l'intriguait fortement. Mais le loup grogna encore une fois contre lui. Pourquoi ? Il n'avait rien fait, c'est l'elfe qui s'était jetée sur lui. Avait-il perçu les petites modifications que son corps avait fait lors de l'instant ou elle l'avait pris dans les bras. Quoi qu'il en soit, cela brisa l'instant qui s'était installé laissant un silence relativement pensant. Elle regardait son loup puis lui. L'elfe était en train de lui parler ? Encore quelque chose qu'il ne savait pas. Son intérêt pour cette femme devenait de plus en plus important.

En se posant devant lui révélant ses traits elle lui indiqua quel serait le programme d'apprentissage pour lui. Elle en profita pour lui révéler son nom ainsi que celui de son loup. C'était donc bien plus qu'un simple loup, son intelligence n'était pas à démontrer. Il réalisa alors quelque chose d'important, il ne s’était pas choisi de nom. Comme elle semblait attendre une réponse de sa part, il improvisa quelque chose.


« Je... ne sais plus … Comment je m'appel. Dame Manîthil  pouvez-vous me nommer ? Cela me permettrait de marquer le départ pour la nouvelle vie que vous me promettez. »

Dit-il avec une pointe d'hésitation, il avait peur d'en faire un peu trop, mais de toute façon il n'avait aucune idée pour se nommer et il n'y avait pas tellement réfléchis. Et lorsque qu'elle lui demanda s'il désirais manger, son ventre gronda la réponse à sa place. Il ignorait ce qu'était la faim actuellement, il avait bien un peu mal au ventre, au crane et à la majorité de son corps, mais il ne pouvait mettre des mots dessus.




Dernière édition par Druaga le Jeu 18 Aoû 2016 - 21:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Lun 25 Juil 2016 - 15:55


Le jeune garçon répondit à son ravissement par un sourire maladroit. Elle sentit une étrange magie émaner de l'enfant, son corps se raidit et ses barrières mentales s'élevèrent instinctivement. Essayant de se détendre malgré son inquiétude elle demanda le nom du garçon. La voix étrange de l'enfant s'éleva alors dans la ruelle :

« Je... ne sais plus … Comment je m'appelle. Dame Manîthil pouvez-vous me nommer ? Cela me permettrait de marquer le départ pour la nouvelle vie que vous me promettez. »


L'elfe perçut une pointe d'hésitation dans la voix du garçon, elle fut étonnée de l'oubli de son prénom, mais son étonnement fut vite chassé par sa réflexion sur le prénom demandé.
Manîthil demanda l'avis à Valto, qui grogna en signe de réponse, le loup essayait de garder une liaison mentale distante suite à la décision de son amie. Elle tenta de lui parler afin de se réconcilier :

*Väsa … Mon ami... Ne fais donc pas cette tête ! *


*Marcheuse de nuit... Je m'inquiète pour toi...C'est tout ! *

*As-tu une idée, pour le garçon ? *
Le loup garda le silence un moment et proposa :

*Que dis-tu de Eressëa ?*


L'elfe approuva le choix de son ami et donna le nom à l'enfant

-Et bien, je vais te nommer Eressëa ! Il signifie Le Solitaire dans le langage de mon peuple !

Lorsqu'elle proposa au garçon d'aller manger elle n'eut comme réponse qu'un grondement de ventre, visiblement le jeune garçon avait très faim.
Elle lui proposa d'aller dans une taverne, et fit un signe pour qu'il la suive.
Sur la route de l'auberge, la faim tiraillait le ventre des deux amis, ils accéleraient le pas. Ayant remis sa  sombre capuche sur ses cheveux argentés, seul ses yeux turquoises attiraient le regard des curieux.
Mettant sa main sur la garde de son épée par précaution, ils ne rencontrèrent qu'un problème devant l'auberge qui fut vite réglé par un coup de poing dans le nez.

Elle fit passer l'enfant devant elle pour rentrer dans l'auberge, prenant le garçon par l'épaule pour le guider et le protéger jusqu'au comptoir où elle commanda trois assiettes bien garnies et une chope de bière pour elle.
Une fois le loup installé, l'elfe et le garçon se dirigèrent vers la table. Enfin assis, la jeune elfe s'étira et regarda les gens autour d'elle, tout les regards étaient dirigés vers l'énorme animal sombre couché a ses pieds. Retirant sa capuche, elle dévoilà son identité elfique ,sa chevelure argenté scintilla à la lumière des bougies. Beaucoup de soiffards se retournèrent et beaucoup prirent peur et partirent de la taverne, Manîthil savait que les Humains ne faisait pas, pour la plupart, pas confiance aux elfes. L'elfe posa son regard sur le jeune garçon et lui demanda d'une voix plus rude :

-Alors petit, comment est-tu arrivé ici ? Où sont donc tes parents ? Quel âge as-tu ?
Le loup était plongé dans l'assiette apportée par le tavernier, mais restait toujours alerte aux faits et gestes du gamin. L'elfe en attendant la réponse du gamin sirotait sa chope de bière, ne quittant pas l'enfant des yeux.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.


Dernière édition par Manîthil le Ven 29 Juil 2016 - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 241
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Asiendy
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Jeu 28 Juil 2016 - 17:43


Tout au fond de la taverne se trouvait deux personnes, toutes deux dissimulées par une grande cape noire. Alors que l'une de ces personnes imposait une carrure forte, renforcée par les quelques pièces d'armures usées, une capuche délavée, une épée trop grande pour être dissimulée, et un carquois rempli de flèches posé non loin de ses pieds, l'autre silhouette se faisait beaucoup plus fine et moins intimidante. Cette deuxième personne était une jeune femme qui comme son compagnon de voyage se cachait derrière une capuche, mais la sienne était autrement plus jolie, d'un bleu nuit profond brodé de fil d'or sur les bordures du vêtement.

A les voir tout les deux, ils semblaient aux antipodes l'un de l'autre.

Ils discutaillaient entre eux avant que Manîithil n'entre dans la bâtisse, et se stoppèrent un instant lorsque celle-ci révéla aux yeux de tous sa nature elfique. Alors que de nombreuses personnes quittèrent les lieux, eux se contentèrent simplement d'observer et de reprendre leur conversation.

L'homme pris la parole en premier, sur un ton tout à fait normal, assez fort pour que l'elfe l'entende, même si cela n'était pas spécialement le but souhaité. Là encore, la façon de parler de Kaishan était crue comparée aux mots délicat de la jeune femme.

- Eh bah ... les elfes n'ont plus peur de se montrer on dirait.
- L'influence des premiers-hommes s'effrite avec le temps qui passe.
- Mouais ... enfin faut pas oublier que beaucoup d'humains se sont rallié à leur cause.
- Une cause perdue, pour des gens ... perdus ...
- Perdu ? Ce sont les elfes qui y ont le plus perdu dans cette histoire.
- La destruction n'a jamais été une solution ... à terme, les premiers-hommes iront dans le mur.

Le tenancier se rapprocha du fond de la salle, visiblement très inquiété par l'elfe, l'enfant et le loup. Il demanda à vois basse :

- Vous là, vous êtes mercenaire non ? écoutez, je vous donnerai une bourse si vous me chasser cette peste de mon établissement ! et vous garderez la prime pour vous bien sûr.
- La prime ?
- Les têtes de tout les elfes ont été mise à prix.
- Profiter de la pauvreté pour inciter la chasse aux elfes, sans y engager ses propres troupes.
- Ils sont pas si bête pour des brutes, hein ?
- A-alors ?
- Dommage pour toi l'ami, je ne chasse pas les elfes, si tu veux que ton chiffre d'affaire augmente, commence par servir une bière à la demoiselle et moi.

" Tsss ... tocard."

L'homme s'assieds plus confortablement sur sa chaise, allongeant les jambes en avant, visiblement à l'aise et détendu. La jeune femme quant à elle restait accoudée à la tacle, son air inquiet sillonnait la pièce, arrêtant son regard sur diverses personnes ou objets, tour à tour.


_______________________

Légende:
 

Pavé César ! Ceux qui vont écrire te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Ven 29 Juil 2016 - 12:15



Hors Rp:
 

Les oreilles pointues de Manîthil frémirent à la voix d'un homme, il ne parlait pas spécialement très fort mais suffisement pour que son ouïe puisse percevoir les phrases prononcés.

-Eh bah ... les elfes n'ont plus peur de se montrer on dirait.


Le loup releva la tête de l'assiette, cherchant l'éventuelle menace, l'elfe calma l'animal d'un geste de la main :

*Du calme Gil-Estel ! Nous ne voulons pas d'ennuis ! *


Une voix claire et féminine répondit à la remarque de l'homme, Manîthil ne cherchait pas à croiser leurs regards ni même de savoir à quoi ils ressemblait, elle écoutait juste attentivement leur conversation, oubliant pour un temps le jeune garçon:

-L'influence des premiers-hommes s'effrite avec le temps qui passe.
- Mouais ... enfin faut pas oublier que beaucoup d'humains se sont rallié à leur cause.
- Une cause perdue, pour des gens ... perdus ...
- Perdu ? Ce sont les elfes qui y ont le plus perdu dans cette histoire.
- La destruction n'a jamais été une solution ... à terme, les premiers-hommes iront dans le mur.


L'esprit de l'elfe aux cheveux d'argent, repensa sombrement à la perte de son foyer, de son arbre natal, elle noya ses pensées chagrinées dans la chope de bière. Il était vrai que les elfes étaient en parti responsable mais Manîthil préférait blâmer les autres plutôt que son propre peuple.
Valto vint poser sa tête tendrement sur les genoux de l'elfe, et d'une voix douce essaya de la réconforter :

*Amie des loups... Nul besoin de blâmer les autres, ce qui est fait est fait ! Nul n'y peux rien ! *

Manîthil caressa affectueusement le pelage sombre de son loup et pensa :

*Perdu... Oui... Notre chez nous est perdu !*


Elle buva une gorgée à la gloire passée de son peuple. Le loup se leva et se balada dans l'échoppe, pendant que Manîthil discutait avec le garçon, Valto interrompit une discussion entre l'homme et la femme mystérieux avec le tavernier :

-Vous là, vous êtes mercenaire non ? écoutez, je vous donnerai une bourse si vous me chasser cette peste de mon établissement ! Et vous garderez la prime pour vous bien sûr.


Le loup, releva ses babines, attendant la réponse du mercenaire, il était prêt à se battre, lorsque la femme qui l'accompagnait prit la parole.

- La prime ?
- Les têtes de tout les elfes ont été mise à prix.
- Profiter de la pauvreté pour inciter la chasse aux elfes, sans y engager ses propres troupes.
- Ils sont pas si bête pour des brutes, hein ?
- A-alors ?
- Dommage pour toi l'ami, je ne chasse pas les elfes, si tu veux que ton chiffre d'affaire augmente, commence par servir une bière à la demoiselle et moi.


L'homme paraissait plus détendu que la jeune femme, l'aubergiste s'en alla chercher la boisson.
Manîthil, concentrée sur sa conversation n'avait pas entendue, ni même remarquer. L'animal sombre isola ses pensées :

*Maudit tavernier, si tu t'approches d'elle.... Je me ferais un plaisir de dévorer ton cœur ! *

Le loup savait que son amie risquait la mort à chaque instant mais elle ne semblait pas plus préoccupée par la chasse à l'elfe que cela. Le loup passa devant la table des deux étrangers, l'animal sombre n'arrivait pas à distinguer leurs visages, il grogna en passant devant eux et mentalement il leur adressa ses pensées :

*Merci Mercenaire et Dame Sage ! Vous semblez être des gens biens ! *

La stature du loup était imposante, si bien que volontairement il renversa une table où était posé un cruche de vin, et s'en même se retourner, continua sa promenade. Non loin des deux étrangers.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 241
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Asiendy
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Dim 31 Juil 2016 - 23:42


La curiosité de la jeune femme était accaparée soudainement par le grand loup. Elle eut l'espace d'un moment un air amusé, puis elle répondit, elle aussi par l'envoi d'un message télépathique :

* - Tu n'as pas à nous craindre, nous sommes aussi des elfes, bien que par sang mêlé. *

Kaishan, qui avait reçu la communication également, tourna la tête et jeta un regard du coin de l’œil vers la jeune mage en lui adressant un petit sourire :

- Inutile de le hurler sur tout les toits, ma chère.


"Je regarde à mon tour cet animal ... il me rappelle ce bon loup avec qui j'ai partagé nombres d'aventures avant que nous nous séparions ... En regardant cette elfe, fougueuse et téméraire, accompagnée par son ami canin, c'est drôle, j'ai l'impression de me voir moi-même ... enfin, le 'moi' d'il y a quelques vingts années ... et en femme ...

Mes pensées disparates sont interrompue par l'aubergiste qui revient nous apporter les bières. Je l'entends pester quand il nous sert, quand il prend la monnaie que je lui donne.

C'est probablement un idiot, mais je m'assure en sentant ma boisson qu'il n'est pas idiot au point d'essayer de nous empoisonner.

Rien d'anormal, profitons du calme avant la tempête."


- Vingts minutes ...
- Pardon ?
- Je te donne pas plus de vingts minutes avant que des gardes n'arrivent ...
- Nous devrions quitter cet endroit avant alors, et éviter la confrontation.
- ... Oui ... Surement ...

"Tu as raison, Asiendy, cependant ... d'une manière que je n'arrive pas à expliquer, je me sens responsable de ce qui pourrait lui arriver si je la laissais. La chevalerie est tellement loin derrière moi à présent, et pourtant, c'est quelque chose qui restent encré malgré les décennies qui passent."

La jeune femme connaissait suffisamment Kaishan pour savoir ce à quoi il pensait sans avoir besoin de télépathie pour lire ses pensés. Elle savait qu'en dépit des efforts que celui-ci faisait pour rester anonyme et discret dans ce monde hostile, il allait rester pour intervenir au cas où la situation dégénérerai.


_______________________

Légende:
 

Pavé César ! Ceux qui vont écrire te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 24
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mer 3 Aoû 2016 - 2:57




Eressëa, c'était le nom que la jeune femme elfe lui avait donné. Il savait que en langage elfique ce genre de mot avait une signification, mais n'ayant pas appris cette langue il ne pouvait en deviner le sens jusqu'à ce que l'elfe le lui indique. Le solitaire... C'était ainsi qu'il était perçu ? Ce n'était pas faux, mais il avait la vague impression qu'on avait perçé une partie de ce qu'il essayait de caché. Il acquiesça donc de la tête devant le nom qu'on lui attribua et suivit Manîthil dans les rues pour avoir à manger. Dans ses souvenirs il ne se rappelait pas avoir besoin de manger, mais la forme qu'il avait prise pour cette longue durée devait sans doute lui imposer certaines contrainte. Il ne voyait que ça, après tout il ne savait pas grand chose sur lui même, cela le frustrait un peu, mais il avait le temps de découvrir tout cela.

Lorsque l'elfe posa la main sur la garde de son arme pendant le trajet, il s'imaginait qu'ils étaient menacé par un groupe de malfrat des rues, mais ce n'était pas le cas. Elle était tendu par le fait que les hommes la dévisage pour ses traits elfiques ? Si c'était le cas il devait y avoir une histoire importante entres les deux peuples qu'il avait envie de connaître. Cependant lorsqu'ils voulaient entrée dans l'auberge pour se restaurer des « gardes » empêchèrent le trio de rentrer. Manîthil ne s’embêta pas d'un dialogue et lui donna un coup dans le visage de l'homme qui fut étourdit en se frappant la crane contre le mur derrière lui. Le deuxième resta silencieux alors que le petit groupe rentra dans l'auberge. Druaga, non Eressëa il devait s'habituer à son nouveau nom. Il ne se rappelait pas non plus que les hommes étaient si agressif et si stupide. Au vu de ceux qu'il avait rencontrer jusque là il ne pouvait que donner raison à l'elfe de se montrer aussi expéditive. Il avait clairement fort à apprendre de sa part sur la conduite à adopter en société.

Mais lorsqu'elle le fit rentrer devant dans l'auberge, il se sentit plutot mal à l'aise d'être ainsi mis en avant alors qu'il n'y connaissait rien. Il était méfiant et sur ses gardes, son corps était tendu et prêt a sortir les armes au moindre signe suspect. Cependant la main sur son épaule l'obligea à se tenir à carreaux. Il se dirigea donc vers la table que l'elfe avait choisi et patienta le temps qu'on leurs apporte de quoi manger. Ce n'est que lorsque Manîthil retira sa capuche que les problemes arriverent. Les hommes s'éloignèrent rapidement du petit groupe. Ce n'est qu'à ce moment qu'elle choisi d'en apprendre plus à son sujet. Lui demandant d'où il venait, ce qui était arriver à ses parents et son âge. Il ne pouvait répondre honnêtement qu'à une seule question car les deux autres il n'en savait rien. Son regard était pesant et Eressëa devina qu'il devait lui apporter une réponse, mais alors même qu'il allait ouvrir la bouche pour improviser quelque chose...

Deux personnes auxquelles il n'avait pas fait attention haussèrent la voix pour parler entre eux, mais tous ceux présent dans l'auberge pouvaient l'entendre. Il semblait reprocher à Manîthil de s'être mise à l'aise en révélant son aspect elfique, alors que la personne à coter parlait des premiers-hommes, il n'avait aucune idée de qui ils étaient, mais il resta silencieux et écouta le reste de la conversation qui parlait de la perte des elfes et des premiers-hommes. Une guerre peut-être ? Il faudrait qu'il pose la question à l'elfe. Cependant l'aubergiste qui les avait servit quelques minutes plus tôt sembla retourner sa veste sous les paroles et leurs demanda de s'occuper de l'elfe. Sur ses mots Druaga vibra d'une aura sinistre qu'il ne réprima qu'une fois qu'il était trop tard. Il baissa donc la tête vers son assiette, le repas n'avait rien d'exceptionnel mais la tension autour de lui était trop pesante pour qu'il relève la tête.

Par chance les deux personnages au fond de la pièce ne semblaient pas intéressé par l'offre de l'aubergiste. Le loup passa alors vers les autres occupants de l'auberge, bien qu'il ne regardait pas directement la scène il sentit que quelques chose se passait alors qu'il n'entendait rien. Pourtant les échanges ne s’arrêtaient pas et la situation mettait Eressëa mal à l'aise. Il se releva donc assez brusquement et commençait à prendre le chemin de la sortie.




Dernière édition par Druaga le Jeu 18 Aoû 2016 - 23:18, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mer 3 Aoû 2016 - 14:17


* - Tu n'as pas à nous craindre, nous sommes aussi des elfes, bien que par sang mêlé. *

Le vous fut ravie d'entendre que Manîthil n'était pas totalement seule dans la taverne, il continua sa promenade et adressa une autre phrase mentale :

*Alors que la bonne fortune soit avec vous ! *

-Inutile de le hurler sur tout les toits, ma chère.
Le mercenaire avait raison, dévoiler sa nature elfique était dangereux en cette période et il valait mieux garder son identité secrète. Au grand désespoir de Valto Manîthil refusait de se cacher, elle l'avait fait trop longtemps.

Le tavernier revint pour apporter les bières aux deux demi-elfes, l'homme huma le breuvage par simple précaution, tout comme Manîthil l'avait fait, mais beaucoup plus discrètement.

Manîthil, ne s'était pas du tout mêlée de la conversation entre les deux étrangers et Valto communiqua ce qu'il avait découvert, l'elfe fut beaucoup plus détendue après ça.
La chasseuse attendait la réponse à ses questions depuis plusieurs minutes, le garçon s'apprêtait à donner une réponse mais il fut coupé dans son élan, comme elle, il fut happé par la conversation des deux étrangers. Elle sentit une énergie étrange, semblant émaner soudainement du garçon, l'elfe se recula légèremment comme par instinct. L'enfant avait baissé la tête, Valto vint se placer près de son amie grognant face à cette énergie mystérieuse, l'elfe le fit reculer d'un signe de main. Alors qu'elle tendait son esprit vers le garçon, il se leva brusquement et partit en direction de la sortie.

Manîthil fut surprise par la démarche du garçon, elle se leva à son tour et le rattrapa par le bras, retenant l'enfant, elle lui adressa des paroles mentales :

*Que se passe-t-il ? Qu'est-ce que tu as ? *

L'elfe força le garçon à la regarder, elle se baissa à sa hauteur et d'une voix presque inaudible elle dit au jeune garçon :

-Ecoutes moi, Eressëa ! Tu dois rester tranquille, si tu ne veux pas qu'on ai d'ennuis ! Alors rassieds toi, on est déjà assez visibles comme ça !
L'elfe parlait d'une voix autoritaire, elle avait peur. L'énergie que le garçon avait activée l'avait animée d'une sorte de colère et de peur mélangée. Manîthil n'avait pas peur pour elle mais pour l'enfant, l'elfe était terrifiée à l'idée que l'enfant puisse être une cible à cause d'elle. Valto vint calmer ses pensées :

*Tu n'a rien à craindre Hurleuse Nocturne ! Je protégerai l'enfant si tu le désires ! *
Le canidé était curieux, il avait l'impression que l'enfant possédait une sorte de magie noire en lui, il ne lui faisait toujours pas confiance mais il avait envie d'en savoir plus sur cet étrange enfant. Il vint se placer à la gauche de l'elfe et il adressa à l'enfant des paroles mentales :

*Manîthil a raison Eressëa ! Il vaudrait mieux que tu te rasseois, pour notre bien à tous ! *
L'ouïe de l'elfe détecta des mouvements dehors, des pas lourds ainsi que des bruits métalliques qui n'annonçaient rien de bon, l'elfe remit sa capuche et prit dans sa main droite sa dague et dans sa main gauche des couteau de lancer.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Jeu 4 Aoû 2016 - 9:06


Chassée par le vent et la pluie qui tombait depuis quelques minutes, Ellenwen pénétra dans la ville le coeur sombre. Cela faisait déjà quelques semaines qu'elle avait quitté le Du Weldenvarden et les étranges voyageurs qu'elle y avait rencontré, et la grande forêt lui manquait déjà. Malgré ses rencontres imprévues, la colère, la peur et la surprise qu'elle y avait vécu, il lui semblait qu'elle y avait été lavé d'une partie de la corruption qui souillait son âme. Quelque chose avait su apaiser ses démons, endormir pour quelques temps les fantômes qui la hantaient.

Mais reprendre une apparence si humaine, après des semaines de liberté, avait été une torture qui la rongeait encore. Elle n'aimait pas voyager sous les traits d'un homme, et commençait à détester la courte barbe qui la grattait. Chassant une goutte d'eau de son visage d'un geste nerveux, elle se dirigea dans les ruelles sans trop savoir où elle allait. La ville avait tant changé depuis qu'elle l'avait traversé pour la dernière fois, bien avant l'invasion des Premiers Hommes. Elle n'en reconnaissait plus les maisons, rebâties trop rapidement, et en perdait son sens de l'orientation. La présence de Finwë, son loup, sa franchise crue et son odorat développé lui manquait à lui en tordre le coeur. Ils avaient dû se séparer aux abords de la ville. Seuls, ils étaient recherchés, à deux ils devenaient une cible trop facile.

Elle marmonna un juron et éternua, tâchant son visage d'un filet de morve qu'elle s'empressa d'essuyer. Elle releva la tête, cherchant à travers la pluie l'enseigne bienvenue d'une taverne et poussa un long soupir de soulagement lorsqu'elle en distingua une. Accélérant le pas, elle rejoignit sa porte et la poussa dans un même mouvement. La chaleur lui fit l'effet d'une claque bienvenue, qui lui rosit les joues et déclencha une nouvelle crise d'éternuement. Elle ôta sa cape et la secoua rapidement avant d'embrasser d'un regard l'intérieur et de se figer en plein mouvement.

A sa grande surprise, elle venait de croiser un regard sauvage, si familier et si étranger, qu'elle en avait le souffle coupé. Une vague de tristesse lui tordit les entrailles à la pensée de son compagnon qui l'attendait quelque part aux abords de la ville. Elle eut envie de s'approcher, de passer sa main dans sa fourrure et de se pelotonner à ses côtés auprès du feu. Elle eut envie d'oublier un instant qu'elle était en territoire ennemi et d'agir comme l'elfe qu'elle était. Lorsqu'elle fut revenue de sa stupeur, et de ses déraisonnables envies, elle releva les yeux pour voir sans surprise une elfe attablée aux côtés du loup. Quelle autre raison pour sa présence dans cette taverne que d'accompagner une elfe. Guère prudent mais peu surprenant dans cette ville qui avait accueilli la plupart des réfugiés de son peuple.

Poursuivant son inspection des lieux, elle ne put s'empêcher de sourire lorsqu'elle aperçut Kaishan, sirotant négligemment une bière. Décidément, la soirée s'annonçait riche en événements. Elle fit signe au tavernier de lui servir une bière et s'installa tranquillement près du feu tout en se demandant si l'homme allait la reconnaître. Après tout, elle ressemblait beaucoup au jeune homme qu'il avait rencontré sur un bateau, dans une traversée mémorable pour Uru Baen. Un peu plus vieux, un peu plus roux avec un peu plus de barbe. Elle but une gorgée et soupira d'aise, ragaillardie pour un temps. Finalement, les étranges rencontres n'avaient pas lieu qu'auprès de sa forêt.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 24
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Sam 13 Aoû 2016 - 3:53




Alors même qu'il traversait la porte d'entrée de l'auberge il sentit la poigne de Manîthil le retenir et elle l'observa avec un regard, comme si elle semblait vouloir lui dire quelque chose, mais aucun sons ne lui parvint, il ne fit que froncé les sourcils devant son expression et resta silencieux. Elle lui demanda de se tenir tranquille pour pouvoir rester discret, c'est vrai qu'il avait peut-être manqué de discernement, mais selon lui, ils feraient mieux de partir d'ici au plus vite pour se faire oublier. Le loup vint se placer à ses côté et observa sa compagne de la même manière que l'elfe l'avait regardé lui. Que faisait-ils ? Cela devait sûrement être une forme de magie, mais pourquoi semblait-il si imperméable à cette magie ? Mais alors qu'il songeait à ce fait, l'elfe se tourna à nouveau vers lui voulant lui communiquer quelque chose encore une fois sans doute. S'apercevait-elle qu'il n'entendait rien ? Mais encore une fois un événement vint troublé l'instant présent, Manîthil posa la main sur son arme et regarda derrière lui. De nouveaux arrivants...

Il vit une autre personne, un homme robuste, plutôt dans la fleur de l'âge se tenait dans une posture qui montrait qu'il n'était pas une personne sans défense. Visiblement il fut aussi troublé de voir qu'un loup occupait l'espace d'une auberge. Pour Eressëa cela n'avait rien d'étrange, mais étant étranger aux mœurs, il ne pouvait pas comprendre certains comportement. Il devait se tenir tranquille. Il y avait trop de monde autour de lui et il manquait encore cruellement d'informations. De plus son débordement avait alerté Manîthil, il devait se montrer plus prudent.


« Manîthil, je n'aime pas cet endroit, cette personnes nous a menacée » dit-il en pointant du doigt l'aubergiste.

« Les hommes ne nous apprécient pas, autant aller vers un lieu ou nous serons mieux accueilli, pas la peine de profiter d'une hospitalité aussi déplorable. »

Il regardait Manîthil dans les yeux, il avait décider de s'en aller, si elle voulait rester, il ne continuerais pas à l'accompagner. Il ouvrit de nouveau la porte du bâtiment en sortit dehors à l'air libre. C'est alors qu'il vit quelques hommes en armures qui s'approchaient de l'auberge. Sans doute avaient-ils été avertit de ce qui se passait dans l'auberge par les hommes qui avaient pris la fuite quand lui et l'elfe était entré. Cependant ils ne firent pas attention à lui quand ils lui passèrent devant, le bousculant légèrement au passage. Même si son humeur était suffisamment mauvaise pour qu'il les attaques pour l'avoir traité de la sorte, il n'en fit rien. Il voulait d'abord savoir ce qu'ils allaient faire avant de se décider.




Dernière édition par Druaga le Jeu 18 Aoû 2016 - 23:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Sam 13 Aoû 2016 - 13:57


(Ellenwen ne ressemble pas à une elfe à l'heure actuelle =) étant métamorphe et traquée par les premiers hommes elle a choisi de de prendre les traits d'un homme pour se déguiser)




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Lun 15 Aoû 2016 - 0:43


-Manîthil, je n'aime pas cet endroit, cette personne nous a menacée

L'elfe comprenait que le garçon ne se sente pas à l'aise et malheureusement, si il restait avec elle, ça allait souvent être le cas. La chasse à l'elfe n'allait pas s'arrêter du jour au lendemain. Manîthil regarda l'aubergiste d'un œil mauvais et répondit au garçon :

-Je sais ! Mais il ne représente pas une menace pour nous, je peux te l'assurer...

L'elfe détestait mentir, mais il fallait rassurer autant que possible l'enfant. Son loup lui adressa une remarqua qu'elle fit semblant d'ignorer :

*Tout les humains sont des menaces pour toi !*
[
color=#cc3399]
-Les hommes ne nous apprécient pas, autant aller vers un lieu ou nous serons mieux accueillis, pas la peine de profiter d'une hospitalité aussi déplorable. 
[/color]

Malheureusement, les derniers lieux où les elfes étaient bien accueillis étaient rares désormais voire inexistants. L'elfe se rendit pleinement compte que comme des années auparavant elle ne pouvait offrir qu'une vie de fuite, de peur et de combat à ce jeune garçon. Elle vit un regard de détermination dans les yeux de l'enfant, elle le sentit prêt à partir.
Son esprit ressassait des images du passé, d'un autre petit garçon des années auparavant.

Elle lui dit alors tout bas :

-Alors va, Eressëa ! Je ne peux te retenir... Que les étoiles veillent sur toi, enfant solitaire !

Le garçon s'en alla en direction de la porte, la poussa et ainsi disparut du champ de vision de l'elfe. Manîthil ressentait une énorme boule de chagrin rouler dans sa gorge, des larmes montèrent dans ses yeux turquoises, mais d'un revers de main âpre, elle effaça ses marques de tristesse.
Valto entendit les cliquetis d'armes et d'armures que l'on bouge, il en avertit l'elfe, qui semblait ne pas s'en préoccuper. La panique envahit l'animal sombre :

*Manîthil, il faut partir ! Maintenant ! *

L'elfe entendait parfaitement qu'il y avait du mouvement hostile en dehors, mais malgré cela, elle se rassit à sa table laissant tomber ses yeux azurés dans sa pinte de bière.

*Partir où Valto ? Nous sommes coincés ici... Nous sommes bloqués partout où nous allons... J'en ai assez de fuir... *

L'animal sombre partageait sa vision des choses à peu de choses près, mais lui avait plus d'espoir qu'elle, il savait qu'une seule chose la maintenait en vie.

*Je sais que nous sommes coincés et cela depuis des années, pourtant tu t'es toujours battue... Tu a combattue pour quelqu'un...*

L'elfe releva sa tête pensivement :

*Oui.... Je sais... Et ce quelqu'un ignore mon existence... Quel utile combat pour quelqu'un qui ne sait pas qui je suis... *

Manîthil leva discrètement sa chope envers les deux semi-elfes et d'une voix mentale leur adressa :

*A la vôtre, puisse les étoiles vous guider, chers amis ! *

Contrairement à ce qu'avait pensé le loup elle avait suivi toute la conversation précédente.
L'elfe bu le breuvage orangé doucement, lorsque une garnison de gardes armés firent irruption dans l'auberge.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 241
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Asiendy
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Lun 15 Aoû 2016 - 9:46


Kaishan suivait d'une oreille ce qu'il se racontait, entre deux levée de coude dans l'espoir de finir sa bière avant que les choses ne se gâtent.

Il ne reconnu par Ellenwen dans l'instant, son regard ne perdait pas de temps à traîner dans celui des autres, au lieu de ça, il analysait la pièce, les échappatoires, et les menaces éventuelles. Les gardes étaient sur le point d'arriver, et c'était eux les principaux ennemis, mais on était jamais à l'abri qu'un humain profite de cette situation pour attaquer à revers. "Une lame dans la nuit vaut mille sabres au clair." et cela, Kaishan le savait bien. Il était futile de former une ligne de défense si l'adversaire vient de dos.

Alors qu'il réfléchissait à tout ça, une pensée, simple et évidente lui vint :

" ... ? Mais qu'est-ce qu'elle fout à rester là ?"

Il l'avait pensé tellement fort qu'Asiendy l'avait entendu, et elle lui répondit par télépathie :

"Kai', c'est comme si ... elle n'avait plus la volonté ... ni de fuir, ni de combattre, j'ai peur qu'elle se soit résolue à se laisser prendre"

C'était une chose impensable pour le semi-elfe au passé sombre et guerrier, lui qui n'a jamais cessé de se battre malgré l'adversité, à tel point que cela en est devenu maladif. Il commençait à prendre peur ... pas pour lui même, mais une peur qu'il n'avait pas ressenti depuis très longtemps, celle de perdre à nouveau un des siens. Bien que sang mêlé, il se considérait bien plus proche d'un elfe que d'un homme.

Lors que les premiers hommes entrèrent dans le bâtiment, son sang ne fit qu'un tour. Il poussa violemment la table sur le côté et s'avança dans la pièce. il retira sa capuche, révélant ainsi son visage balafré, ses yeux jaunes en fente et ses oreilles, l'une étant pointue tandis que l'autre, malproprement coupée à mi-hauteur.

Il tira Nightfang, son épée, dans un geste stylisé et adopta une posture de combat tout en lançant un regard assassin vers ses proies. De toute évidence, il haïssait les premiers hommes plus que de raison. La jeune femme qui l'accompagnait porta sa main droite sur son front, visiblement dépitée.

Nightfang:
 

- ... Ah c'est pas vrai ... je savais que ça finirait comme ça ...
- S'il sont venu casser de l'elfe, ils vont être servit !

Elle lui répondit tout bas sur un air taquin :

- Heu, théoriquement tu n'es pas un elfe.
- ... Deux demis, ça compte pour un, non ?

Ce à quoi elle afficha une expression double : d'un côté cette mauvaise blague l'avait amusé, mais de l'autre elle ne pu s'empêcher de soupirer profondément. Asiendy se leva et se tenait prête à combattre bien qu'elle n'ait visiblement pas d'arme.


_______________________

Légende:
 

Pavé César ! Ceux qui vont écrire te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Ven 19 Aoû 2016 - 23:20


Toujours être au mauvais endroit, au mauvais moment, telle aurait pu être la devise de l'elfe. A peine entrée dans la taverne enfumée, que la porte s'ouvrait avec fracas dans son dos. Elle sursauta violemment et porta, par réflexe, la main à son flanc et grinça des dents lorsque sa main ne serra que du vide. Son épée, sa fidèle amie, lui manquait souvent terriblement. Elle se retourna lentement et retint un gémissement de peur et d'exaspération mêlées. Une milice de la ville, à moitié composée de Premiers Hommes et d'humains. Déjà que les milices de ville n'étaient pas connues pour leur calme et leur patience, elle savait que celle de Gil'Ead, aux nerfs usés par les éternelles querelles entre les races, les anciennes présences rebelles et les rumeurs sur les elfes, était portée à l'arrestation brutale.

Quant à la réaction des convives... Elle n'eut pas besoin de se retourner pour entendre le chuintement aigu d'une lame que l'on sort d'un fourreau ni pour savoir qui la brandissait. Le son était trop pur pour être un simple acier humain comme aurait pu s'en offrir les clients de l'établissement. Kaishan. Un goût amer lui passa sur les lèvres. Si elle n'intervenait pas, le sang allait couler en ruisseau et l'elfe finira tué. Il ne survivrait pas seul face à tant de gardes et une foule en colère. Seuls quelques fanatiques traquaient encore les elfes et Gil'Ead était connu pour avoir accueilli autant de réfugiés de son peuple que la ville le pouvait. Si Kaishan tuait quelqu'un, la paix fragile qui s'était peu à peu instaurée volerait en éclat et elle ne donnait pas cher des réfugiés soumis à une vindicte populaire. Mais, si elle intervenait, elle risquait d'être repérée par les gardes de la ville et de perdre la tête sur un échafaud dans l'heure.

Elle lécha ses lèvres sèches, la bouche tremblante. Elle sentait son coeur tambouriner, si violemment qu'elle en était presque étonnée que personne ne se retourne vers elle. Il ne lui restait plus que quelques secondes. Ses yeux firent le tour de la salle. Personne ne la regardait. Tous les yeux étaient rivés vers les gardes ou vers l'elfe au regard mauvais. Peut-être pourrait-elle jouer le tout pour le tout. Elle inspira et souffla doucement, métamorphosant son corps aussi vite qu'elle le pouvait, les lèvres serrées par la douleur. Tant d'énergie dépensée, soumise à tant de stress, la mettait au supplice. Elle soupira, en sentant sa peau se fendre sous la transformation trop rapide. Quelques plaies lui cuisaient le ventre, et le long des cuisses.

Mais quelques secondes plus tard, elle avait pris l'apparence d'un homme d'âge mûr, sûr de lui, au ventre bedonnant d'un bourgeois bien nourri. Repoussant sa capuche d'une main, elle dévoila son visage à la barbe noire, soignée et policée.


- Ah, Capitaine, je suis heureux de vous voir, dit-elle en se dirigeant vers le plus haut gradé. Je me demandais quand vous alliez arriver. Cet aubergiste vend de la bière frelaté. Cela fait deux heures que je vous ai appelé pour constater l'affaire. Ma guilde ne peut supporter un tel affront. Vous savez, je n'en doute pas, que la guilde des commerçants lutte depuis des mois contre les trafiquants de toute sorte qui ruine notre cité.

Elle se frotta la panse d'un air entendu, laissant entrevoir la bourse rebondie qu'elle portait aux côtés.

- Votre venue tombe à pic bien qu'il me semble que vous ayez fait peur à ce jeune homme, ce qui est bien compréhensible en ces temps troublés. On ne peut être sûr de personne.

Elle se retourna vers Kaishan, un sourire de circonstance aux lèvres.

*Range cette arme. Vite. Ils ne sont pas venus pour nous. Ils ne traquent plus les elfes depuis des mois. Range. Cette. Arme. Maintenant !* Son ton était inflexible, celui de la reine qu'elle avait été et qui ne souffrait aucune contradiction.

Il ne lui restait plus qu'à prier pour que le commandant soit, comme tant d'autres, intimidé par l'assurance, le pouvoir et l'argent, et à remercier sa bonne étoile qui l'avait fait se vêtir de vêtements d'homme trop grands pour entrer dans la ville.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 24
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mar 23 Aoû 2016 - 17:53




Eressëa vit que l'elfe n'était pas prête à s'en aller, même si lui ne souhaitait pas rester, ce n'était pas son cas à elle. Ce qui n'était pas vraiment logique à ses yeux. L'endroit n'était pas accueillant, le repas était médiocre et apparemment les problèmes ne faisaient qu'arriver à la chaîne. Vu l'attitude des hommes qui venaient d'entrer en force, le bruit de la table qui tombe sur le sol, Eressëa imaginait sans mal la scène qui devait se dérouler. Le fait que Manîthil ne l'accompagnait pas mettait à mal sa source principal d'informations, il avait déjà commencer à préparer son voyage avec elle et le voir s’arrêter aussi brutalement le contrariait. D'autant plus que l'elfe risquait sûrement beaucoup à rester dans ce bâtiment. Bien que cela le fit pousser un soupir d'exaspération, il se retourna et rentra à nouveau dans l'auberge. Il devait sortir l'elfe de là avant que ça ne dégénère.

Ce qu'il vit, le fit rapidement déchanté. Un homme un pied sur la table avec une épée sortie du fourreau menacant quiconque s'approchait, la personne derrière lui sur ses gardes prêt à en découdre aussi. L'homme mystérieux qui était entré quelques secondes avant que lui-même ne sorte était changé. Il n'avait plus l'aspect que Eressëa se rappelait, cela lui fit froncer les sourcils. Cette personne était-elle comme lui ? Non il n'avait pas ressentit cette aura qu'il connaissait bien. Une interrogation qu'il devrait résoudre plus tard. Il aperçue Manîthil à l'endroit ou il l'avait laissé, celle-ci restait discrètement dans son coin avec son loup, mais ce n'était pas le point d'attention, non celui qui semblait maintenir un semblant de calme se trouvait au centre de la pièce face aux hommes en armes

Il tentait de tourner la discussion à son avantage pour faire croire que la situation n'était pas ce qu'elle semblait être, cependant trop de point sonnaient faux. Les hommes de la garde n'avaient pas été appelé pour une histoire de bière, ils ne seraient pas venus en si grande nombre pour une broutille pareil. D'autant plus que l'aubergiste haussa la voix devant de tel propos sur lui et son établissement. Il fit alors savoir son point de vue à ceux qui se trouvaient-là.


-Ma bière frelaté ? C'est quoi cette histoire bande de vaurien ! Je suis le patron ici et je ne tolère pas qu'on dise du mal de moi alors que c'est ces foutues elfes qui viennent avec leurs ennuis, il est hors de question que je tolère leurs présence une seconde de plus dans mon auberge, Qu'ils sortent d'ici fissa avant que je ne m'en charge moi-même !


Pendant ces éclats de voix Eressëa se dirigea discrètement vers Manîthil puis resta à coté d'elle.

« La situation est trop conflictuelle pour que je te laisse ici. Tu m'as promis de m'apprendre à survivre, alors je resterais avec toi pour te protéger... »

Il ne la regardait pas cependant il avait la main sur une arme caché sous sa petite cape. Une lame de taille moyenne pour sa taille et il préférait ne pas avoir à s'en servir avant l'heure.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mer 24 Aoû 2016 - 20:26


Lorsque Kaishan décida de pousser la table et de révéler à son tour son identité, l'elfe prit pleinement conscience du danger qu'elle avait amené sur les autres de sa race, présents dans la ville.
Elle adressa des paroles mentales à Kaishan, espérant qu'il entendrait raison :

*Range ton épée mercenaire ! Ils ne sont pas venus pour toi ni pour ta compagne ! *

Valto vint se placer à côte de l'elfe, babines retroussés et l'air menaçant envers les gardes, Manîthil se leva, dague à la main. Alors qu'elle faisait face aux soldats, elle vit du coin de l'oeil l'homme qui venait d'entrer se métamorphoser, en un humain un peu plus vieux et plus gros. L'elfe fut stupéfaite de voir ainsi la transformation, et elle comprit par la même occasion qu'il s'agissait d'un membre de son peuple, pour ainsi arriver à un tel niveau de magie.
Elle reposa son regard turquoise sur les armes des attaquants, lorsque l'homme métamorphosé en un humain bedonnant vint se placer entre eux :

-Ah, Capitaine, je suis heureux de vous voir. Je me demandais quand vous alliez arriver. Cet aubergiste vend de la bière frelaté. Cela fait deux heures que je vous ai appelé pour constater l'affaire. Ma guilde ne peut supporter un tel affront. Vous savez, je n'en doute pas, que la guilde des commerçants lutte depuis des mois contre les trafiquants de toute sorte qui ruine notre cité. Votre venue tombe à pic bien qu'il me semble que vous ayez fait peur à ce jeune homme, ce qui est bien compréhensible en ces temps troublés. On ne peut être sûr de personne


Manîthil ne voyait aucun changement chez les gardes, ils semblaient toujours armés et menaçants. Valto grogna, prêt à sauter sur les Premiers Hommes, l'elfe tentait de raisonner avec son esprit de combat, mais la rage du vous pulsait et déteignait sur son propre état mental.
Les points serrés sur ses armes, elle attendit une quelconque réaction de la part des gardes armés, mais ce fut l'homme au ventre bedonnant qui regarda Kaishan d'un regard dominateur, l'elfe devina qu'ils se connaissait, Manîthil regarda Kaishan puis revint sur l'homme.

Le tavernier s'offusqua de ces insultes envers son échoppe et haussa le ton :

-Ma bière frelaté ? C'est quoi cette histoire bande de vauriens ! Je suis le patron ici et je ne tolère pas qu'on dise du mal de moi alors que c'est ces foutus elfes qui viennent avec leurs ennuis, il est hors de question que je tolère leurs présence une seconde de plus dans mon auberge. Qu'ils sortent d'ici fissa avant que je ne m'en charge moi-même !

Lorsque la porte s'ouvrit de nouveau, le loup grogna plus fort, mais se calma lorsque Eressëa apparut dans l'encadrement, l'elfe relâcha légèrement son emprise sur ses armes.
L'enfant s'approcha d'elle, et profita du vacarme que produisait le tavernier pour lui glisser quelques paroles :

-La situation est trop conflictuelle pour que je te laisse ici. Tu m'as promis de m'apprendre à survivre, alors je resterais avec toi pour te protéger...


Décidément cet enfant était de plus en plus surprenant, l'elfe ne comprenait pas comment un petit garçon de son âge pouvait le protéger, elle avait clairement plus d'expérience et de raisons de se battre que lui.
Elle lui répondit doucement en posant la main sur la tête du garçon:

_Non, mon garçon ! C'est à moi de te protéger !

Quoi qu'il en soit l'elfe semblait de nouveau prête à se battre, elle échangea des paroles mentales avec son loup :

*Est-tu prêt mon ami ? Protégeras-tu Eressëa, quoi qu'il advienne ?*

Il répondit à sa demande par un mélange de douceur et d'amour infini mêlés envoyé aux portes de la conscience de l'elfe puis rajouta mentalement :

*Avec toi, à mes côtés, j'irai jusqu'aux portes des enfers !*

Valto vint se placer devant Eressëa dans un geste protecteur. Manîthil savait que ces gardes n'étaient pas venus pour la bière mais bien pour elle et son ami, elle s'approcha du tavernier lentement, le couteau dissimulé dans sa manche et d'une voix pleine de colère plus ou moins contenue lui adressa :

-Alors viens donc t'en charger !

L'elfe sentait la sauvagerie du loup déteindre sur elle, et tandis que le tavernier s'approchait d'un pas décidé. Lorsque la main malpropre de l'humain se posa sur son épaule, une pulsion bestiale vint contrôler son esprit, et d'un geste vif et rapide coupa la main de l'aubergiste. Le sang gicla sur le visage de l'elfe, qui ricana de plaisir, à l'idée que cet imbécile perde sa main.
Le côté sauvage de l'elfe l'emportait subitement sur le côté raisonné, et dans son élan barbare, prit la tête de l'aubergiste et l'explosa sur la table la plus proche.
La couleur turquoise des yeux de Manîthil avait totalement disparue au profit de deux yeux jaunes, similaires à ceux de Valto.




Elle se retourna vers les gardes armés, prête à en découdre, Valto à ses côtés et Eressëa à l'abri derrière elle.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 241
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Asiendy
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Jeu 25 Aoû 2016 - 0:54


Kaishan hésitait, il voyait bien que l'elfe transformée lui commandait de ranger son arme et tentait une solution qui éviterait le combat, mais c'était trop tard. Ils savaient que des elfes étaient ici, du moins, une, et maintenant qu'il avait révélé son visage et son arme aux yeux de tous, ça s'annonçait difficile de résoudre par la non violence cette situation.

Sentant Manithil en danger, le semi-elfe s'était déjà résolu à se battre et, qu'il le veuille ou non, c'est toute sa psyché qui était au poste de combat. Il pouvait entendre comme une voie qui à chaque battement de coeur se fit toujours un peu plus forte.
Cette voie ne lui répétait qu'une chose :
 

Ses dents se serraient, ses mains se crispaient alors qu'il hésitait toujours à obéir ou non. En aucun cas il souhaitait abandonner Manithil, mais il était pris au piège par cet appel au combat que lui imposait son propre esprit.

Puis, en voyant la main de l'aubergiste virevolter dans les airs, il eut comme un soulagement, le futur était devenu clair d'un coup, l'issue se fera par le fer, et cette idée lui plaisait, elle le rassurait même :

"Aaah ... désolé Ellen', je crois que ton espoir de paix vient de partir en fumé une fois de plus. Nous ne sommes que ce que le monde à fait de nous après tout ..."


Tout à coup, une puissante impulsion télépathique fut envoyée aux elfes et semi-elfes présents :

" Fermez les yeux ! "

Ce n'était pas simplement une communication, mais un pouvoir de suggestion qui forçait à amener les personnes cibles à fermer leurs yeux l'espace d'un instant. Immédiatement après, un flux de magie traversa les mains d'Asiendy et une explosion lumineuse s'échappa de ses doigts, aveuglant ceux qui avait le malheur de le recevoir.

Dans une parfaite synchronisation, Kaishan profita de ce moment pour s'élancer à l'attaque.

"Je prends appui sur une chaise pour bondir vers le capitaine de la garde. En l'air, il n'entendra pas mes pas sur le sol. J'atterri juste à côté de lui, sa main gauche est portée sur son visage, il est sans défense, tsss .... tu me rends la tâche trop facile A'dy ...

Je lui plante Nightfang dans le torse en la faisant rentrée par le dessous de son bras gauche, une zone très peu protégée, et je tourne mon arme d'un bon quart de tour pour déchirer ses organes, la lame dentelée fera son affaire. Je me sert de son corps pour repousser les autres gardes derrière lui vers la porte.

Je dégage mon épée et me tourne vers l'elfe aux cheveux d'argent ... hmf ! nos regards se croisent, la voilà elle aussi avec des yeux jaunes. Je sourie."


- Si on les bloque à la porte, il ne profiterons pas de leur sur-nombre ... ah, et juste une chose : je ne suis pas, mercenaire.

"Et maintenant quoi ? on tente de tous les tuer ? ma lame brûle d'envie de se repaître de leur sang."

Alors qu'il était acculé dans une vieille taverne, avec une foule d'hommes en arme juste dehors, Kaishan avait pourtant un regard de prédateur et une combativité grandissante, son état d'esprit se rapprochait de plus en plus à celui d'un animal enragé qu'a un être véritablement conscient.

Il porta son attention sur les gardes à nouveau, et avec un sourire carnassier et moqueur, il leur dit :

- Désolé, on ferme !


_______________________

Légende:
 

Pavé César ! Ceux qui vont écrire te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Lun 5 Sep 2016 - 9:12


L'atmosphère devenait de plus en plus lourde, orageuse. Il n'en fallait pas beaucoup plus pour que tout éclate et que la fragile paix de la cité ne s'effondre. Ellenwen sentait sa gorge et ses tripes se nouer, lui coupant le souffle. Bientôt, elle aurait à choisir son camp, à se battre sans savoir quel choix serait le bon. Si elle défendait Kaishan et la jeune elfe face à elle, elle mettrait en péril l'équilibre qu'avait construit tant d'elfes dans la cité, qui avait pu se créer une place parmi les humains. Si elle ne les défendait pas, elle livrait deux innocents à la vindicte populaire. Elle déglutit et ferma brièvement les yeux. Les humains hurlaient à ses côtés, sans que ses paroles ne semblent avoir eu d'autres effets que d'attiser la colère du tavernier. Les soldats, indécis, la regardaient sans plus savoir que faire, face à son autorité et menacés par l'agressivité qui montait. Bientôt, elle ne pourrait plus argumenter, il suffirait d'une étincelle pour faire éclater la poudrière.

Du coin de l'oeil, elle vit l'elfe se mettre en position de garde, son loup grondant à ses côtés. Kaishan, serrait sa lame dans son poing. Elle inspira et souffla. Tout allait se jouer... *Fermez les yeux* maintenant... Elle grimaça sous la force de l'impulsion mentale et dut se forcer pour garder les yeux ouverts, les ongles enfoncés dans la paume jusqu'au sang. L'éclair l'aveugla brièvement, faisant couler deux larmes sur ses joues. Les yeux humides, les mains toujours plantées dans ses paumes, elle vit Kaishan tuer le capitaine avant qu'elle n'ai pu l'arrêter. Elle songea avec amertume que, pour la première fois, le pouvoir de son compagnon à manipuler le temps aurait pu lui être utile. Elle inspira une deuxième fois et écrasa d'un geste rageur les larmes qui lui brouillaient la vue.

Elle allait devoir faire un choix.

Elle expira.

La pression lui coupa le souffle.

Elle inspira...

Et vint se placer devant les gardes, faisant barrière de son corps à la violence et à la folie. Progressivement, elle reprit son apparence elfique, ses longs cheveux blonds dégringolant jusqu'à sa taille, sa taille diminuant légèrement, ses oreilles s'affinant.

Elle expira.

- Mon nom est Ellenwen, ancienne reine des elfes et dirigeante de l'Equilibrium. Ma tête est mise à prix par tous les Premiers Hommes.

Et son secret le mieux gardé était sa capacité de métamorphe, qui lui avait sauvé la vie tant de fois. Elle eut une pincée de terreur pure à l'idée de le dévoiler ainsi, sans réserve, face à des ennemis. Bientôt, tous le saurait et elle n'en serait que plus traquée.

- Grâce à mon aide, une paix a été construite, dans cette ville, entre elfes exilés de nos terres natales et les humains qui ont accepté de les accueillir. Un conflit ici ne serait qu'attiser les rancoeurs et les rancunes et détruire cet équilibre précaire.

Elle regarda la jeune elfe et son loup. Pendant l'espace d'un instant, l'image lui vint qu'elle ressemblait à un vieillard, plantant son bâton sur un pont, son corps malingre comme seul rempart face aux ténèbres. L'image s'effaça, lui laissant un goût de cendre et de peur dans la bouche. Elle n'avait qu'une chance de survivre, seule à tenter de ne pas choisir son camp. Elle refusait le combat, jusqu'au bout.

- Fuyez, pauvres fous, partez.

Elle se retourna vers le tavernier et les soldats, les lèvres retroussées sur ses dents, un grondement sourd faisant vibrer sa gorge.

- Je préserverai vos vies au péril de la mienne pour que cette paix dure. Mais touchez un seul cheveux de mes compagnons et je me ferais un plaisir d'ouvrir votre gorge de mes crocs. Nul ne mérite votre mépris et votre peur. Votre peur entraîne la colère, la haine et la souffrance.

- Kaishan, je t'en conjure, je te laisserai me tuer, briser chaque os de mon corps mais ne fais pas couler le sang une nouvelle fois.

Elle retint son souffle.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 24
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Jeu 8 Sep 2016 - 19:13




Eressëa observait la scène aux cotés de Manîthil, la personne au centre de la pièce qui tentait de calmer le jeu regardai le mercenaire dans le coin de la pièce. S'échangeait-ils des pensées ? Peut-être quoi qu'il en soit le tavernier voyant que personne n'agissait se dirigea vers Manîthil désarmé, mais une figure plein de colère envers cette jeune perturbatrice. Mais au moment ou il s'appreta à poser la main sur elle, celle-ci tomba devant Eressëa, sans doute un signal pour lui. Il ferma les yeux à ce moment. Son essence vibrait et il devait s'en servir, la controler sans la laisser sortir, cela lui demandait une certaine concentration et lorsqu'il rouvrit les yeux, il vit que les choses avaient bougé pendant ces quelques secondes. L'homme du fond s'attaquait aux homme d'arme au milieu de la pièce, le bruit du métal frappant l'armure. Cette personne savait se battre, il ferait un bon adversaire pour Druaga, mais il était Eressëa pour l'instant et il ne devait pas montrer des compétences hors de sa portée d'adolescent. Mais alors qu'il allait s'élancer dans la mêlée, la personne au milieu de la pièce qui souhaitait calmer le jeu se déplaça entre celui qui venait de tuer le capitaine de la garde et les autres soldats. Pourquoi faire ? L'idéal était de se reculer et de prendre le groupe à revers l'obligeant à dissiper son attention sur plusieurs adversaire. Mais dans le même temps son apparence changea une fois de plus et fut celui d'une elfe, sans doute aussi gracieuse que Manîthil mais dans son apparence il y avait quelques chose qui montrait qu'elle n'était pas qu'une simple elfe. Il aurait tout le temps de poser ces question à Manîthil quand ils seront à l'abri.

L'elfe au centre de la pièce révéla s'appeler Ellenwen et d'être leur reine. Mais que pouvait-elle bien faire ici ? Son instinct de Strigge le fit trembler, à la fois de peur d'excitation et de frustration. Il y avait tant à faire, mais s'il voulait préserver les apparences il devrait attendre. Cependant son intervention sembla stopper les combats l'espace d'un instant. Les soldats se remettaient de leurs stupeur et sortirent leurs armes pour se défendre dans un premier temps, mais en voyant la scène qui se jouait devant eux, il était évident que leurs chances seraient assez faible. Tant d'elfe au même endroit, le capitaine qui venait de mourir, la reine des elfes en face d'eux. Le lieutenant de la brigade indiqua à ses hommes de sortir et se plaça en face d'Ellenwen.

« Sachez que ce que vous venez de faire aura des répercussions et que tous en entendrons parler... »

Dit-il en regardant l'ensemble des personnes présente dans la pièce. Il était bien en colère et seul son devoir lui dictait de rester maître de lui-même pour sauver ses hommes. Les menaces que la reine proférait serait répété lors de son rapport et il agirait pour que les choses change dans la ville. Une telle attaque ne pouvait rester impuni. Cependant il n'avait pas le pouvoir d'intervenir de lui-même. Il fit alors demi-tour et repartit vers la garnison.

Eressëa se détendit et refoula sa soif de carnage pour poser le regard sur ses mains. De petite griffes avaient poussée à son insu, sans doute un réflexe de combat pour le cas ou il aurait à en venir en main. Il posa lui aussi son regard sur les autres occupant de la pièce. Si le chaos était aussi proche, il n'aurait besoin que d'une étincelle pour le répandre et propager la corruption de son monde jusqu'ici.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 56
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Sam 24 Sep 2016 - 23:48


L'éclair aveugla les humains, Manîthil jeta un œil vers l'enfant, qui ne semblait pas plus dérangé que ça par la magie. Elle remarqua qu'il dégageait encore une certaine aura qui la perturbait

-Si on les bloque à la porte, ils ne profiterons pas de leur sur-nombre.... Ah, et juste une chose: je ne suis pas mercenaire.

Elle tourna la tête juste à temps pour voir Kaishan bondir sur leur capitaine, afin de l'embrocher sur son épée majestueuse qui se teinta d'une pourpre qui fit saliver Valto.
L'elfe sauta sur la table la plus proche se tenant presque à quatre pattes, elle avait tout d'un animal. Elle feula sur les gardes et dégaina son épée bâtarde. Elle tentait d'élaborer, rapidement, un plan d'attaque qui n'impliquerait la mort d'aucun de ses alliés.

*Nous avons une magicienne, déjà, nous avonc un certain avantage...*

Valto vint se poster à la gauche d Manîthil. Il dévoila ses crocs teintés blancs à ses ennemis, son pelage gonflé par la colère, il semblait avoir doublé de volume. Les deux amis semblaient avoir le même regard carnassier, cette même bestialité dans l'attitude, le plus étrange était que le loup paraissait plus elfique que l'elfe elle-même. Il dégageait une impression d'humanité tandis que l'elfe paraissait comme un être sauvage et incontrôlable.

Lorsque soudain, l'homme" bedonnant, intervint. Il se plaça entre les gardes et les elfes, et en quelques secondes, l'humain laissa place à une femme elfe. Ses cheveux blonds atteignant ses hanches, elle dégageait une aura de majesté. Manîthil se rendit compte que l'ancienne reine des elfes se tenait devant elle en chair et en os. Elle l'avait vu à de rares occasion, lorsqu'elle était enfant. cette vision la ramenait à la jeune elfe qu'elle était, son esprit était encore assailli d'anciens souvenirs. Essayant de lutter pour rester lucide, elle vacilla légèrement. Valto vint immédiatement apaiser sa conscience, tentant d'étreindre mentalement son ami pour la ramener au réel. La respiration de Manîthil se fit de plus en plus calme.

- Mon nom est Ellenwen, ancienne reine des elfes et dirigeante de l'Equilibrium. Ma tête est mise à prix par tous les Premiers Hommes.
Grâce à mon aide, une paix a été construite, dans cette ville, entre elfes exilés de nos terres natales et les humains qui ont accepté de les accueillir. Un conflit ici ne serait qu'attiser les rancoeurs et les rancunes et détruire cet équilibre précaire.


Son regard se dirigea vers les deux compagnons, Manîthil remarqua dans ces yeux qu'un certaine mélancolie s'y était installée.
Le loup s'inquiéta soudainement pour Ellenwen lorsqu'il croisa son regard et en fit part à la chasseuse:

*Manîthil ! Je crois qu'elle aussi, refuse de se battre... Elle va se faire tuer !*

La jeune elfe soupira puis serra son épée plus fort, si bien que les jointures de ses doigts devinrent pâles, preuve que la chasseuse n'abandonnerait pour rien au monde son ancienne reine. Ellenwen s'adressa aux membres de son peuple:

-Fuyez, pauvre fous, partez.

Puis son regard se dirigea vers les gardes, et la voix brisée laissa place à une voix sèche et dure:

- Je préserverai vos vies au péril de la mienne pour que cette paix dure. Mais touchez un seul cheveux de mes compagnons et je me ferais un plaisir d'ouvrir votre gorge de mes crocs. Nul ne mérite votre mépris et votre peur. Votre peur entraîne la colère, la haine et la souffrance.

Elle ne daigna pas tourner la tête pour s'adresser cette fois-ci à Kaishan:

- Kaishan, je t'en conjure, je te laisserai me tuer, briser chaque os de mon corps mais ne fais pas couler le sang une nouvelle fois.

Valto n'en revenait pas, il pensa:

*C'est une blague ? Nous n'allons pas la laisser faire, n'est-ce pas ? Hurleuse Nocturne ?*

Manîthil ne savait plus quoi faire, la voix suppliante de l'ancienne brisait son cœur, mais elle ne pouvait se résoudre à l'abandonner de cette façon. Si elle obéissait à Ellenwen, ça la condamnerait à mourir, et cela il en était hors de question.

*Jamais, mon ami.... Je ne la laisserai pas mourir au nom d'une paix inexistante !*

La chasseuse aux cheveux d'argent, posa sa main sur l'épaule du garçon, comme pour le protéger des événements à venir, et se plaça devant lui. Elle prit dans sa main gauche un couteau, qu'elle était prête à lancer sur le lieutenant qui s'avançait vers Ellenwen. Le loup quand à lui s'apprêtait à bondir à la gorge de l'humain. Mais à la grande surprise des amis, il ordonna à ses soldats de sortir et avertit les fauteurs de troubles:

-Sachez que ce que vous venez de faire aura des répercussions et que tous en entendrons parler...

Valto grogna et le lieutenant sortit d'un pas décidé, mais l'atmosphère ne se détendit pas pour autant, l'elfe parcourra la pièce de son regard turquoise, et replaça son épée dans le fourreau. Presque déçue de n'avoir coupé qu'une main, elle nettoya sa dague pleine de sang avec un pan de tissu. La fourrure de Valto dégonfla progressivement tandis que Manîthil s'approcha de Kaishan et d'un regard de feu lui parla d'un ton rempli de colère:

-Pourquoi donc a-tu dévoilé ton identité, sombre imbécile ! Il n'en avait pas après toi ! Tu aurai pu te faire tuer toi et ta compagne ! Tu ne me connais même pas !


L'elfe se tut un instant, abaissa son regard, puis recroisa de nouveau les yeux de Kaishan et tendit sa main:

-Mais... Merci...

Valto se rapprocha de Kaishan et de la magicienne puis leur adressa:

*Elle n'a jamais été douée pour les remerciements !*

Manithil se tourna vers Ellenwen, et sans la saluer, lui dit:

-Ce que tu viens de faire... C'était tout aussi inconscient... Ta tête est mise à prix, beaucoup plus que la mienne, ils auraient pu te tuer sur le champ ! Tout ça pour quoi ? Un paix imaginaire ?! Car oui, Ellenwen, cette fameuse paix que tu défends n'existe pas !


L'elfe laissait enfin toute sa colère contenue s'exprimer enfin, toutes ces années où ses semblables lui parlait de cette fameuse paix dont elle n'avait jamais goûté.
Valto renifla les vêtements de l'ancienne rein, et reconnut une effluve connue qui le fit ronronner, il vint se frotter à elle, laissant toute sa sympathie, glisser vers son esprit.

-Nous devons partir de cet endroit ! Maintenant !
L'elfe, dans sa colère, avait complètement oublié le garçon pendant un moment, elle se retourna et l'observa un moment. Il venait d'assister à une scène de combat assez violent. Elle lui adressa des paroles rassurantes puis lui dit:

-Viens Eressëa ! Tu avais raison nous aurions dû partir plus tôt... Je suis désolée....

La chasseuse regarda le tavernier, qui tenait son moignon sanglant et d'une voix pleine de mépris lui adresssa:

-Puisse une quelconque infection t'ôter la vie rapidement !

Elle jeta le paiement à terre et sortit, Valto sur ses talons.



Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22308
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Méfiance ... | Mar 15 Nov 2016 - 14:12


(j'aimais bien ce rp moi =) si ça vous va de le continuer, kaishan pourra nous rattraper en cours de route Wink )

Les yeux toujours plantés dans ceux du capitaine, Ellenwen perdit toute notion de ce qui l'entourait. Elle sentait l'esprit de l'homme en proie au doute et à l'inquiétude. Elle sentait la peur pour sa propre vie et la cupidité qui la combattait. Elle sentait son envie de gloire et le respect pour la jeune femme qu'il voyait en face de lui, sans arme, et qui le défiait de toute sa puissance. Elle aurait pu forcer l'esprit de l'homme, le soumettre à sa volonté. Elle aurait pu faire de lui sa marionnette et le forcer à se tuer. Elle sentait son propre pouvoir enfler, comme un fauve muselé qui ne demande qu'à être détaché. Pendant un moment, tout sembla sur le point de basculer dans un moment de flottement insupportable. L'elfe retint son souffle et écarquilla légèrement les yeux. Le soldat détacha son regard et se retourna vers sa troupe, lui tournant le dos. Elle souffla en silence, libérant un peu de l'insupportable tension qui la tenaillait.


- Sachez que ce que vous venez de faire aura des répercussions et que tous en entendrons parler...

L'elfe s'inclina alors profondément, offrant sa nuque à la vue et à l'épée de l'homme.

- Je vous en remercie profondément. Ma gratitude vous est offerte, à vous et à vos hommes.

Puis elle se releva lentement et se retourna vers ses compagnons, figés dans une posture de combat stupéfaite. Elle les dévisagea, presque aussi surprise qu'eux, puis sourit légèrement en voyant la jeune elfe exploser de colère et de stress. Des remerciements parfaitement adaptés à la situation. Elle échangea un regard avec le loup, et sourit à nouveau, avant qu'il ne vienne se frotter contre elle. S'accroupissant, elle enfouit quelques secondes son visage dans sa fourrure, impulsivement, et huma l'odeur de poils et de sueur mêlés qui s'en dégagea. Elle soupira longuement, évacuant la tension qui l'habitait. Quand elle se releva, elle dévisigea MAnithil gravement.

- Plusieurs milliers d'elfes vivent dans cette ville depuis l'exode du Du Weldenvarden. Ils sont peut-être moqués ou méprisés mais ils ne sont pas traqués comme des bêtes et exterminés. Ce n'est peut-être pas la paix que chantent les poètes et les bardes, mais c'est une paix tout de même pour eux qui peuvent vivre au grand jour. Je pense qu'ils seront contents de pouvoir continuer ainsi et si cela vaut le prix de ma vie...

Elle haussa les épaules. Elle avait été reine suffisamment longtemps pour connaître l'importance des sacrifices. Le sien. Celui des autres. Une mort pour en sauver des milliers. Elle n'avait jamais aimé la logique mais savait reconnaître son bien-fondé. Être reine avait toujours voulu dire risquer de mourir pour ce qu'elle voulait défendre.


- Nous devons partir. Ils vont appeler les premiers hommes et leurs traqueurs d'élite. Je ne tiens pas à être capturée et torturée.

Elle dévisagea gravement la foule, imprimant le visage des hommes dans sa mémoire et fit signe à ses compagnons de la suivre et se dirigea vers l'arrière-boutique et sa porte. Elle se faufila dans la rue et huma lentement l'air. Pour l'instant tout semblait calme.

- Les toits. Ils mettront un moment avant d'y penser.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Méfiance ... |


Revenir en haut Aller en bas

Méfiance ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Gil'ead-
Ouvrir la Popote