AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

La valse des deux guerriers [Solo RP]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 55
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: La valse des deux guerriers [Solo RP] | Mer 6 Juil 2016 - 18:35


L'elfe venue pour trouver des armes à bon prix, avait payé cher la traversée. De plus elle avait eu du mal à garder son calme sur un bateau infesté de brigands et de pirates, et plusieurs fois l'envie de dégainer son épée l'avait chatouillé. Enfin au bout de quelques jours l'infernale traversée prit fin, et l'elfe et son compagnon purent mettre pieds et pattes à terre, pour leur plus grand bonheur.
Manîthil était venue dans une des îles de l'archipel de Beirland, pour une raison, trouver des armes et des plantes assez rare pour sa médecine. Tandis qu'elle regardait les différents étalages, un homme vint marcher sur la patte de Valto. Ressentant la douleur de son amie comme la sienne, elle grogna et interpella l'homme d'une voix féroce :

-Hey ! Gros crétin ! Une excuse, ça t'arracherait la gueule ?!



L'homme se retourna, dévoilant un visage carré et des yeux sombres. Quand il se rapprocha Manîthil prit conscience de sa haute taille et de sa musculature importante. Vu sa taille, ce n'était pas un simple humain, mais bien un Premier Homme auquel elle faisait face, la voix rocailleuse du barbare résonna :

-Qu'est-ce que tu a, femme ?! Tu devrais t'estimer heureuse de n'avoir eu que mal au pieds ! J'aurai pu écrabouiller ton sale cabot !



Le Premier Homme ne s'était pas rendu compte que Manîthil était de race elfique, grâce à sa cape cachant ses oreilles ainsi que ses cheveux. Valto grogna suite aux deux insultes, montrant les crocs déchiqueteurs à son adversaire, l'elfe le calma d'un geste de la main.

-Je ne demande qu'une simple excuse, bouffon ! Un pardon et je ne te ferai rien !
Malgré la colère du loup qui battait à ses tempes, elle voulait éviter tout combat inutile.
L'immense barbare pouffa de rire, puis sans prévenir, envoya valser la jeune elfe dans un étalage de fruits rares. La douleur du choc lui coupa sa respiration, elle avait l'impression que le bois, venait d'entailler sa colonne vertébrale. Sa tête heurta le sol avec violence, créant un instant d'inconscience. Valto sans même réfléchir au conséquences, sauta en direction du Premier Homme.

Surpris le guerrier ne put éviter la morsure à son avant bras. Le loup planta ses canines dans la chair chaude et pleine de tension, aussitôt le sang coula dans sa gorge faisant ressortir toute sa sauvagerie. Le premier Homme tenta tout d'abord de dégager la mâchoire de Valto , désormais incrustée dans son avant-bras, mais sans succès, le loup s'accrochait à sa proie. Il n'avait qu'un seul objectif tuer sa victime.

Manîthil encore sous le choc de l'impact, tentait tant bien que mal de se lever, la douleur brisait sa colonne en deux, sa respiration encore saccadée elle tentait d'arrêter son loup par télépathie, mais la fureur de son ami était trop intense pour être calmé.

Le Premier Homme réussit enfin à dégager le loup en donnant des coups de poings dans son museau, sous le choc des poings, le loup céda et retomba à terre, les canines rouges sang. Le géant en profita pour balancer des coups de pieds à l'animal qui valsa en direction d'un autre étalage. Le loup tenta de se relever mais il fut stopper par le pied de l'assaillant sur sa cage thoracique. Grognant de toute ses forces, il regarda la masse du guerrier s’élever dans le ciel et s'abattre sur la lame de son amie, qui relevée par la peur avait couru jusqu'à lui.

Grondante, elle repoussa la masse de l'homme et fit tourbillonner son épée pour faire reculer le géant de muscle. Manîthil avait laissé sa cape à terre et ses cheveux d'argent volait au souffle du vent de la mer.
Le Premier Homme chargea en sa direction, masse levée, les yeux pleins de haine pour cette femme elfe, elle l'esquiva sans difficultés et coupa légèrement le muscle de la cuisse, faisant sortir un cri de douleur de la part du guerrier. L'elfe attaqua à son tour, vive et rapide elle fit virevolter son épée et toucha le géant au ventre, qui hurla de douleur.

La chemise marron de l'assaillant devint progressivement rouge sang, l'entaille de l'elfe rougissant ses habits. Fou de douleur il sprinta vers la femme elfe. Surprise d'une tel mouvement, elle n'eut pas le temps ni d'esquiver ni de donner un coup défensif, et fut projetée avec force contre un autre étalage d'arme. La douleur fut plus vive que la précédente, elle avait sentie des os se briser à l'impact de la masse sur son épaule, une lueur blanche prenait désormais tout son chant de vision, et le sons semblaient lointains, elle eut peur, elle tentait de se rattacher aux sensations de ses doigts et de ses mains mais sans succès. Soudain elle sentit dans son esprit, celui de Valto animé par une rage  innommable, elle sentait le goût du sang sur ses canines, et la rage qui lui étouffait le cœur. Les secondes paraissaient longues et sans fin.

Les sensations de l'elfe revinrent brutalement, lorsqu'elle sentit une pression sur sa gorge, les deux mains puissantes du guerrier serraient désormais son cou, bloquant sa respiration. Cherchant à se dégager, elle donna des coups de pieds dans ses bras, mais elle n'avait plus assez de force pour déstabiliser le puissant adversaire, elle paniqua et son esprit se mit à penser survie. Ses pieds se balançaient plus rapidement, cherchant une prise quelconque, ses yeux turquoises se révulsèrent. Rapidement, elle tomba dans une sorte de rêve éveillée, toute sa vie défila en un battement de cil, les battements ralentit de son cœur retentirent dans ses tympans. C'était la fin...elle se sentait partir...

Lorsque Valto prit conscience que la vie de son amie était en péril, il se releva immédiatement, comme piqué par une épée. Il courut en direction du guerrier, et d'un bond majestueux, il déséquilibra l'agresseur qui relâcha sa prise.

L'air s'engouffra goulûment dans la gorge de l'elfe, qui reprit conscience aussitôt et vit son loup lacérant de ses crocs puissants les bras meurtriers du guerrier, l'avant bras gauche ne ressemblait plus à grand chose, la peau tombait en lamelle, à certains endroits l'os apparaissait. Le loup déchirait la chair comme du simple tissu, sans peine, ses crocs arrachait des lambeaux de peau. Oubliant ses propres blessures il dévorait la chair du guerrier avec satisfaction.

Le Premier Homme arriva à asséner un coup de masse sur la patte droite du loup qui se brisa en émettant un énorme craquement.
Sentant la douleur de son ami, les yeux turquoises de la jeune elfe devinrent noirs de colère, sa respiration s'accélérant, elle se releva face à son ennemi.

Valto glapit de douleur et essaye de s'éloigner, mais il fut tiré par la queue par le barbare fou de rage, la masse levée pour achever l'animal, l'elfe lui bondit dessus. Dans un élan de férocité animale, l'elfe se tenait désormais à quatre pattes, grognant, la bouche écumante de bave blanche, elle était terrifiante. Le côté animal de son âme avait finalement pris le dessus, elle se saisit de son couteau et s'avança rapidement vers le guerrier. Sans hésiter elle coupa son mollet, puis sauta à son bras, et de ses dents puissantes, arracha trois doigts à sa main gauche.

L'elfe revint au sol, et recracha les doigts, le barbare tenait sa main gauche en hurlant et tentait de mettre une distance entre lui et la féroce elfe.
L'elfe éleva sa main en direction du barbare et prononça une formule qui immobilisa le guerrier.
Manîthil revint à la charge désormais avec sa dague, elle glissa entre ses jambe puissantes et en se relevant fit une estafilade le long de sa colonne vertébrale. Le guerrier tomba à genoux devant ce coup, criant de douleur il écumait de rage. La jeune elfe était couverte de sang, des mèches rouges parsemait sa crinière argenté, Elle revint devant le guerrier et posa ses yeux sauvages sur sa victime, elle se délectait de sa souffrance, léchant la lame de sa dague, couverte de sang. De sa main droite, elle prit trois couteaux de lancer qu'elle fit tourner dans la paume de sa main.
Puis elle déchaîna toute sa douleur sur l'esprit blessé du Premier Homme, la colère de son loup et d'elle-même brisa les barrières mentales de ce dernier, laissant un libre accès à toutes ses pensées. Sans aucune honte, elle viola ses plus sombres pensées, le tortura plusieurs minutes mentalement, libérant toute sa souffrance dans ses pensées.
Elle arrêta, puis se retira de l'esprit désormais dévasté du barbare, puis elle s'approcha de lui, tira par les cheveux sa tête vers elle, et d'une voix sombre lui dit :

-Ça ne serait pas drôle, si je te tuais uniquement par télépathie !



Laissant retomber mollement sa tête, elle prit une distance de deux mètres puis se retourna, faisant tourner les couteaux dans ses mains, elle savourait la peur de son ennemi vaincu.
Puis soudain sans un regard de pitié elle lança son premier couteau dans le genoux gauche, le deuxième dans  la main droite du barbare clouant ainsi ses deux mains ensembles. Et lança le troisième couteau qui vint atterrir dLaissant retomber mollement sa tête, elle prit une distance de deux ans le crâne du Premier Homme.
Le guerrier s'effondra en poussant un râle grave, l'elfe avait été trop rapide et agile pour le monstrueux guerrier.[/center]


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas

La valse des deux guerriers [Solo RP]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: L' Océan :: Archipel de Beirland-
Ouvrir la Popote