AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Pas près de t'oublier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 55
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Kheerash'Alzn Resh
Message Sujet: Pas près de t'oublier | Ven 9 Sep 2016 - 0:35


Début d'une histoire, de celles dont on se souvient encore très longtemps après

Kheerash'Alzn & Ciryyë

Quand Kheerash était sorti de son trou, il n’avait pas faim, ni soif. Il s’ennuyait juste à en crever et pensait partir faire une petite balade de santé le long des pics calcinés du Beors histoire de s’aérer un peu l’esprit et de se dégourdir les pattes. Aujourd’hui, après plusieurs jours de traque passés à ramper dans la cendre, il crevait de soif. Pas soif d’eau, non. Les quelques mares croisées en chemin et la gourde qu’il transportait avaient été suffisantes pour calmer la brûlure de sa gorge. Non. Il souffrait d’un autre mal et ce n’était pas la première fois qu’il se trouvait dans cet état. La tête vide, les muscles tendus, le nez au vent, ses yeux étaient devenus entièrement noirs… Il avait soif de sang.
Il avait laissé échapper la proie qu’il convoitait depuis assez longtemps désormais, sa chasse touchait à sa fin.
Au début il avait fait durer le plaisir en la laissant prendre un peu d’avance sur lui, pas grand-chose, hein. Il s’était aussi offert le luxe de se faire repérer par la bête. Après tout, ce n’était pas tout les jours qu’on trouvait une cible pareille. Un énorme Nagra extrêmement âgé, probablement revenu sur la terre de ses ancêtres pour y mourir en paix. Enfin… C’était sans compter sur l’éleveur fou, qui s’était immédiatement entiché de la bête dès qu’il avait trouvé sa trace.
Le Stryge passa une langue gourmande sur ses lèvres craquelées en imaginant en silence tout ce qu’il pourrait faire au sanglier géant avant de le tuer. Il n’était pas sûr de pouvoir transporter une telle masse jusqu’à chez lui après avoir parcouru tout ce chemin et il en était extrêmement peiné. Ce qui ne faisait que rajouter à son excitation. Il relâcha un instant le contrôle qu’il exerçait sur son corps et son poing vint fracasser une roche qui se trouvait au sol juste devant lui. Il resserra les poings et tenta de contenir les tremblements que l’excès de violence enfermée à l’intérieur de lui faisait naître et reprit la piste comme si rien ne s’était passé. Seule l’envie de tuer comptait.

***

Ses bottes étaient croûtées de boue volcanique, il s’en fichait. Ses habits étaient troués et sales, il s’en fichait. Ses joues s’étaient creusées et des cernes s’étendaient sous ses yeux mais il s’en foutait royalement. Devant lui, à bout de force ou presque, venait de s’arrêter le glorieux animal, grisonnant et fatigué, impressionnant par sa taille, son poids, son âge et le nombre de cicatrices qui balafraient son corps tout entier. Le Nagra lui faisait face, fier, acceptant sa mort, mais pas avant d’avoir combattu une dernière fois un ennemi qui l’avait poussé au fin fond de ses limites alors qu’il ne pensait qu’à trouver le repos. Ce bipède lui avait volé sa paix, il ferait donc son possible pour lui voler la vie avant de rendre la sienne.
Les mains de Kheerash en tremblaient d’appréhension, il se mordait les lèvres au point de faire couler son sang sans même s’en rendre compte, les pupilles dilatées, les yeux fixés sur la proie qui s’offrait à lui avec une… Si subtile pointe de défi animal. Si… Parfaite. Le stryge fou ne put bientôt plus se contenir et il bondit vers le Nagras d’une détente puissante et sauvage.
Il aurait voulu faire durer ce combat pour toujours, ramener la bête chez lui, la corrompre pour la rendre toujours plus agressive et la combattre tous les jours pour consommer son plaisir jusqu’à la mort. Mais la soif de sang fut bien trop forte. Une fois atterri sur le dos du roi-sanglier, il plongea jusqu’au coude ses mains transformées en pointes acérées dans le gras de son cou énorme, avant d’arracher son oreille droite d’un coup de dents chirurgical. Le couinement suraigu de sa proie ne fit que l’inciter à crisper ses muscles derechef dans sa chair. Le coup était mortel, le sang jaillissait en fontaine des énormes plaies. Il s’en rendit compte trop tard et chassa la pointe de regret qui s’était immiscé en lui d’un mouvement rapide en délogeant ses bras, arrachant muscles et artères sur son passage. Assis à califourchon sur le tout nouveau cadavre, il le sentit chanceler légèrement avant qu’il ne s’abatte de tout son poids au sol, pattes écartées et lippe pendante. Le Stryge bondit à terre et resta un moment accroupi à regarder l’énorme mort, avant de se remettre debout, pensif, un rictus exprimant sa satisfaction collé aux lèvres.


*Tu ne voulais pas mourir comme ça, n’est-ce pas ? Oh non. Dommage pour toi. J’aurais aimé te garder encore un peu. Même si…*


Il observa ses mains gantées de rouge grumeleux et récolta un bout de chair qui collait à son doigt du bout de la langue.


*… Ton cuir n’était plus bien solide, vieux guerrier. Mais ta viande a bon goût, je saurais en profiter.*


Il huma longuement l’air pour savourer la délicieuse odeur mâle du sanglier, qui s’alliait si merveilleusement bien à celle métallique de son sang. Elle emplissait l’air tout autour de lui et lui tournait la tête encore mieux qu’un bon vin.
Ses lèvres se retroussèrent un peu plus à la pensée qu’elle allait lui coller à la peau encore un moment. Il avait vraiment hâte de voir en rentrant chez lui ce qu’en penseraient ses pensionnaires qu’il avait mis tellement d’amour à corrompre jusqu’à la moelle.
Tout à ses pensées, il s’assit au côté du Nagra et entreprit d’ouvrir ses entrailles, utilisant ses mains comme des piques pour percer la chair. Une exhalaison putride s’échappa du ventre de l’animal et caressa doucement son visage extatique alors qu’un rat décharné s’approchait prudemment pour prendre part lui aussi à la curée. Kheerash allait s’en saisir pour mieux lui dire bonjour quand un bruit étrange retentit quelque part dans la forêt calcinée qui s’étendait autour de lui. Un vieux réflexe rendit leur couleur brune à ses yeux auparavant entièrement noir et il tenta d’étendre sa corruption latente à travers les environs pour repérer l’intrus. Son esprit encore trop excité par la chasse et la nouveauté de l’endroit rendirent l’exercice impossible. Aussi se remit-il debout, tous les sens aux aguets.


*Les animaux ont tous fui la zone avec le bruit et l’odeur…*
-Quelqu’un m’épie. Et je déteste ça. »



Ses yeux s’étrécirent alors qu’il scrutait les environs en attendant un nouveau signe.


-Vous vous montrez ?


Sa voix sans âge résonna étrangement à ses oreilles.


-Ou me faut-il vraiment venir vous chercher ?


Une phrase aussi longue ne lui ressemblait pas. Il était réellement troublé à l’idée de n’avoir rien senti venir. Et si au final il n’y avait vraiment rien.. ? Pour en avoir le cœur net il commença à s’avancer au hasard vers les bois, laissant le rat et le sanglier à quelques pas derrière lui.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Ciryyë Elanw
Membre de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Pas près de t'oublier | Sam 10 Sep 2016 - 17:57



Ciryyë Elanw
Elfe solitaire
Solo - 3/3

Life is not a fairytale and there are no happy endings


Le Boers était de loin l'endroit qu'elle détestait. Elle y avait rencontré une étrange personne qui l'avait poussée à une telle rage qu'elle ne comprenait toujours pas. Voilà des jours qu'elle courrait pour fuir ce lieu de malheur. Elle était méconnaissable, entièrement recouverte de cendre, elle s'était presque roulée dans la matière de peur d'être vu à nouveau par une de ses choses. Complètement fatiguée, elle rampait presque jusqu'au petit ruisseau qu'elle avait trouvé. L'eau sentait les œufs pourrit et était acide au goût, mais l'elfe s'en fichait, elle avait la gorge si desséchée. Sa peau était dans un état similaire et ne parle même pas de ses vêtements. Doucement, elle se laissait glisser dans le faible cours d'eau, laissant le peu de courant laver son corps. La fraîcheur était un délice en ce moment. Elle jetait de l'eau sur son visage, retirant une couche de poussière. Elle aurait pu y rester longtemps dans cette mare d'eau, mais elle savait qu'elle ne pouvait rester, elle allait encore avoir des problèmes. Les Beors avaient une bien mauvaise réputation.

Elle ignore combien de temps elle se perdit par contre, l'air frais de la rivière semblait presque contraster avec la chaleur étouffante des lieux. À vrai dire, l'eau devait surement être aussi chaude que l'air, mais la jeune femme avait été asséchée avec les derniers jours que tout lui aurait été rafraichissant. Les yeux clos, elle ne faisait ‘'qu'écouter'' les vibrations du peu de vie qu'il y avait. La vision qu'elle avait, était comme celle des chauves-souris. Elle pouvait ‘'voir et entendre'' le monde autrement. Un petit avantage qui lui venait de sa transformation. Les Beors avaient peu de vie à offrir, peu d'activité ou même d'agitation. Pourtant, dans l'air silencieux, il y eut une étrange vibration. C'était une faible vibration, presque timide du à la distance. Elle chercha à l'ignorer, mais quand la vibration reprit à plusieurs reprises, son esprit finit par être hypnotisé par le son.

Elle glissait une dernière fois les mains dans l'eau, pour glisser de l'eau sur son visage et ses longs cheveux de sangs. Puis elle se souleva, laissant une partie de la saleté quitter ses vêtements et son corps pour glisser avec le flot du court d'eau. Dans un mouvement lent, elle se mit en marche, laissant la partie animale prendre le dessus. Très rapidement, elle remarqua le peu de vie avait déserté cette portion de forêt-plaine. Toujours en se laissant guidée par les vibrations que lui offraient ses oreilles, elle comprit qu'il y avait de l'activité dans la direction qu'elle prenait. Elle aurait dû tourner les talons et aller dans la direction opposée, comprendre le danger qu'il y avait dans cette direction. Aussi, silencieuse d'une ombre, l'elfe se faufilait vers sa destination. Lentement, l'horizon d'une plaine se dessinait devant elle, un épais nuage était soulevé et lui cachait une partie de la vision, mais elle détecta une puissante entité. Des mouvements dans le nuage lui apprirent qu'ils étaient deux, une énorme créature et une autre, plus fine qui le chevauchait. La bataille lui paru longue et courte à la fois. La rage de l'évènement était palpable dans l'air et faisait frissonner l'elfe qui ne quitta pas des yeux la scène. L'elfe adorait le combat et voir deux êtres de la nature combattre ainsi était revivifiant pour elle.

Tout en se rapprochant un peu plus de la scène, elle se retrouva tapie derrière un tronc d'arbre couché, aussi sec que le restant des arbres présents quand le combat s'arrêta et que les deux adversaires prirent le silence. Avec douceur, le nuage de cendre retomba et lui permit de voir un peu mieux les deux cibles. L'un d'entre elles, n'était plus et Ciryyë devait avouer qu'elle était bien épatés de reconnaitre que le perdant était nulle autre qu'un vieux Nagra. Mais c'était surtout l'homme qui avait réussi à mettre à terre la bête. L'homme était étrange, ses mains et l'avant de ses bras étaient devenu des piques. Qui était donc cet homme ? Était-il un utilisateur de magie ? Il y avait de grosses chances, ellene comprena pas comment il avait pu changer une partie de son corps. Était-il comme elle ? Il pourrait peut-être lui apprendre ? Elle ignorait si ses propres membres étaient affectés d'une quelconque magie qui pourrait être changée.

Puis son esprit basculait un instant, avait-elle trouvé de l'aide ? Serait-elle capable de retrouver un semblant de normalité ? Il y avait beaucoup de questions qui se bousculaient dans sa tête, mais souvent, le tout s'arrêta quand l'homme semblait l'avoir repéré. La surprise était de mise, elle s'était pourtant si bien cachée, c'était ça plus grande chose. Elle resta inerte, silencieuse pour ne pas souffler le moindre mot et faire le moindre bruit. Comment avait-il donc su ? Puis elle finit par réaliser qu'il avait senti une présence, il ne l'avait pas vu elle. Lentement, elle jetait un coup d'œil autour d'elle, cherchant une autre présence qui lui aurait échappé, mais il n'y avait rien. Ses oreilles ne lui fournissaient rien et elle comprit que c'était bien d'elle qu'il parlait, mais qu'il ignorait où elle se trouvait.

Devait-elle vraiment ce montré ? Il semblait si a cran qu’elle avait légèrement peur de se présenter. Et comment allait-il réagir en voyant son apparence ? Crier de peur, la traiter de monstre ? Elle doutait un peu que le tout finirait bien, mais si elle ne demandait pas, elle n’aurait jamais de réponse. Lentement, elle s’exposait sur sa droite, une tâche, un peu plus foncée sur le fond cendreux. Sa cape avait été remit dans son sac, on pouvait donc complètement voir son apparence. Pourtant, elle offrait davantage de son côté gauche que le droit, mais il était dure de caché ses oreilles blanches et l’énormité de son bras. Ses cheveux rouges avaient fini par sécher et avait reprit leur couleur sanguine, sans parler du regard aux couleurs de sang qui fixait l’homme avec une avide curiosité.

‘’ Je suis ici ‘’ lui murmurait-elle dans un commun cassée. Elle parlait si peu la langue qu’elle ne réussissait jamais à perdre son accent elfique.

1 019mots

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 55
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Kheerash'Alzn Resh
Message Sujet: Re: Pas près de t'oublier | Ven 7 Oct 2016 - 11:21


Début d'une histoire, de celles dont on se souvient encore très longtemps après

Kheerash'Alzn & Ciryyë

Le silence répondit à sa question… Mi-enjoué, mi-honteux de la fausse alerte, le stryge sanglant secoua la tête.


*Esprit, tu me joues des tours. Il n’y a plus un chat dans cette foutue forêt. Par contre il y a de la viande.*


Il s’apprêtait à retourner au chevet de sa proie quand un mouvement attira de nouveau son attention, en périphérie de son champ de vision. Les muscles de ses bras se crispèrent à nouveau alors qu’un frisson glacé parcourait son échine. Lentement, une forme se dessinait dans l’éther. Il se tourna doucement pour faire face à l’intrusive présence venue perturber son repas, la tête légèrement inclinée. La silhouette était haute et luisait étrangement dans la lumière pâle. Kheerash l’observa se montrer sans bouger d’un poil, curieux, fâché, prêt à lui bondir dessus si elle faisait mine de l’agresser.


*Bipède. Il se cachait dans le coin là-bas. Depuis combien de temps est-il là ? A-t-il vu…*


Il se rendit compte qu’il avait complètement oublié de retransformer l’extrémité de ses bras en appendices humains dans son excitation, mais ne s’en voulut pas plus que ça. Si l’intrus avait eu peur de son apparence ou s’il n’en avait pas l’habitude, jamais il ne serait venu lui parler. Se pouvait-il qu’ils soient tous deux de la même race ? Après tout l’entrée de son monde n’était pas si loin et, même s’il n’avait encore jamais croisé de stryges sur son territoire, tout pouvait arriver.
Il affichait cet air impassible qui ne quittait que rarement son visage peu habitué aux mimiques sociales humaines. Ce n’était pas un exercice qui l’attirait spécialement. Ses bêtes n’étaient pas du genre à fondre pour un sourire de toute manière. Chose inhabituelle son cœur battait plus fort que d’ordinaire, même si le combat –pour bref qu’il ait été- avait fait retomber sa soif de sang.
Par précaution, il examina les alentours avant de s’avancer d’une démarche glissante vers la silhouette qui se dessinait peu à peu devant lui. Il y avait de la curiosité dans son attitude et il ne savait pas très bien s’il devait la tuer immédiatement en supposant que le bipède était membre de la race humaine. Il avait déjà eu l’occasion d’en tuer des membres, leurs apparences étaient gravées dans la mémoire de son corps. Le stryge ne portait pour ces bipèdes intelligents qu’un intérêt limité et il en avait déjà épuisé les réserves. Une capture de plus ne lui apporterait rien, ce ne serait qu’une perte de son temps. Oui. C’est ça. Il allait la tuer puis retourner manger.
Le stryge contracta de manière infime les muscles de ses jambes, prêt à bondir, quand la silhouette se révéla entièrement devant lui, le stoppant à une vingtaine de pas d’elle.


*Qu’est-ce que… Une crinière rouge… Des… Plumes sur sa tête ?!*

‘’ Je suis ici ‘’


Sa voix… Un murmure. L’accent lui était inconnu. Kheerash était pétrifié par la surprise. Trop de nouvelles choses… ça ne correspondait à rien de connu pour lui ! Son regard s’arrêta sur le bras monstrueux de la bête en face de lui. Etait-ce un garou ?


*Un… Ours garou ?*


Il leva une pique devant ses yeux, attrapant un rayon de lumière sur le sang encore liquide qui la maculait. Ses yeux retournèrent se fixer dans le pourpre de ceux de l’elfe pour mieux la jauger.


*Un stryge ?*


Rien dans sa mémoire ne ressemblait au bipède en face de lui, pas même les gens de son peuple. Mais il avait été absent bien longtemps et rien ne garantissait que ceux de sa race n’avaient pas découvert une nouvelle façon de se métamorphoser.
Sans se préoccuper de meubler le silence, il ferma les yeux et étendit sa corruption pour « sentir » celle de l’instruse. Rien.
Un frisson le parcourut alors qu’il rouvrait les paupières. Il ne savait pas ce que c’était et ce vide lui procurait une si merveilleuse sensation d’excitation… Plus intense encore que le jour où il avait découvert la piste du Nagra. Instantanément, le sanglier géant disparut de ses pensées. Plus rien d’autre ne comptait que cette étrange chose qui se tenait, sans défense, devant lui.
De vieux réflexes sociaux refirent soudainement surface. Pour rien au monde il ne voulait la faire fuir, elle était trop précieuse, trop nouvelle, trop… Unique.


-Bonjour.


Le stryge envisagea un instant de se transformer en quelque chose qui aurait semblé moins inamical que cet homme aux bras transformés en pique, avant de se raviser.


*Pas comme moi. Elle n’est pas habituée à ça. Il faut qu’elle me laisse l’approcher. C’est…*


Ses pensées étaient confuses. L’apparence de ce bipède le mettait dans tous ses états. Quelques années plus tôt il lui aurait immédiatement sauté dessus. Mais il avait appris.

*Un chef-d’œuvre. Ce serait mon chef-d’œuvre.*

-Qu’est-ce… Qui es-tu ?

Il ne refreinait ses tremblements d’excitation qu’à grand-peine, comme un chien qu’on empêche de sauter sur le chat du voisin. Kheerash sentait vaguement que la curiosité était réciproque. S’il réussissait à maintenir ce sentiment et à l’approcher, il pourrait la capturer sans qu’elle ne subisse de dommages physiques. Ses lèvres se retroussèrent sur ses dents de carnassier dans un sourire étrange. Mélange de joie irrépressible, de bonne volonté et d’un soupçon d’ironie.


-Je suis un éleveur. Ici. Qu’est-ce qui t’es arrivé ?


Ne sachant pas si les plumes et l’énorme membre du bipède étaient la marque de son espèce, il voulait surtout savoir si elle s’était perdue. Si elle avait des compagnons. Si elle était… Seule.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 55
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Kheerash'Alzn Resh
Message Sujet: Re: Pas près de t'oublier | Dim 16 Oct 2016 - 19:23


RP mis en pause pour une durée indéterminée, Ciryyë ne peut pas le continuer.
Spoil donc pour ce qui se passe en gros dedans: elle finit par fuir et Kheerash reste sur les dents et meurs d'envie de la réattraper un jour. Il va quitter sa forêt pour parcourir le monde à sa recherche.

(bien sûr ce n'est que le point de vue de mon personnage, je ne sais pas ce que Ciryyë a prévu pour la suite, nous avons juste planifié la rencontre au tout début)
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Pas près de t'oublier |


Revenir en haut Aller en bas

Pas près de t'oublier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Les Beors-
Ouvrir la Popote