AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Un long chemin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Un long chemin | Lun 10 Oct 2016 - 19:22


Djenka obsédé par sa disparition et son état grave je suivais toutes les pistes me permettant de la retrouver.
On m'avait parlé d'un village drow au nord dans les montagnes de la Crête ce village nommé Maerieth pouvait avoir servit de refuge à l'ancienne reine. J'avais donc fais au plus vite pour le rejoindre, et j'avais rejoins un village au pied des montagnes. Ingorn, un petit village, principalement occupé par des Premiers Hommes, la paix récente avait relâché leur méfiance et sans m'accueillir à bras ouvert, je n'avais pas rencontré d'hostilité. Un marchand m'avait même "offert généreusement" une carte pour me rendre au village drow de Maerieth avec lequel il faisait du commerce.

J'étais enccore à l'auberge où je résidais, pressé par le temps qui passait, je pensais partir au plus vite mais plusieurs tempête de neige avait retardé mon départ, j'espérais pouvoir partir le lendemain. Je passais la soirée au coin du feu partageant les nouvelles du pays avec la population, mon apparence, si elle les avait rendu méfiant, voir peureux au début, après une semaine, il s'y était habitué, n'ayant mangé personne dans le voisinage, j'avais finit par trouver grâce à leurs yeux.

La soirée avait bien commencé, Styrbjorn le ménestrel était arrivé plus tôt dans la journée avec une caravane bravant les intempéries qui étaient moins spectaculaire au bas des montagnes. A ce moment, il accordait sa balisette et testait quelques notes, tandis que Lynn Ajustait sa voix délicieusement fraîche et douce, elle nous rappelait à tous l'hiver rigoureux qui se préparait.

Le feu crépitait dans l'âtre et Viktor le fils du patron, me servait une chope d'hydromel ainsi qu'un plat à base de pomme de terre, avec un bon morceau de bœuf, une spécialité de leur contré d'origine le goulash qu'ils appelaient ça. La pomme de terre, encore un légume qui nous venait de ce pays si lointain, mais sa saveur était douce et agréable, fondante dans le cas présent.

J'étais confortablement installé au coin du feu prêt à écouter les ménestrels. Un moment de repos que j'appréciais, même si au fond je brûlais d'impatience de reprendre la route, j'attendais la réouverture de la route, qui si tout se passait bien aurait lieu demain si le temps se calmait.

Lynn me tira de mes réflexions, ses cheveux blond tressé et son regard parcouru la salle avant de s'arrêter sur moi et d'entonner un chant accompagné par son ami :


Hér hefr upp kvæði frá Helga Hundingsbana ok þeira Höðbrodds.

1. Ár var alda, þat er arar gullu,
hnigu heilög vötn af Himinfjöllum;
þá hafði Helga inn hugumstóra
Borghildr borit í Brálundi.


[HRP]Dans les temps anciens, | quand les aigles glatissaient,
Et que les ruisseaux sacrés | tombaient des rochers célestes,
Était Helgi alors, | au coeur de héros,
Le fils de Borghild, | en Branlund né.[/HRP]


2. Nótt varð í bæ, nornir kómu,
þær er öðlingi aldr of skópu;
þann báðu fylki frægstan verða
ok buðlunga beztan þykkja.


[HRP]C'était la nuit dans le logement, | et les Norns vinrent,
Qui forgèrent la vie | de l'élu;
Elles firent de lui le plus grand | de tous les combattants
Et le meilleur des princes | à paraître.[/HRP]


3. Sneru þær af afli örlögþáttu,
þá er borgir braut í Bráluni;
þær of greiddu gullin símu
ok und mánasal miðjan festu.


[HRP]Puissamment tissèrent-elles | la toile du destin,
Tandis que les villes de Bralund | tremblaient toutes;
Et là, d'or | les fils elles tissèrent,
Et dans le hall de la lune | rapidement elles les filèrent.[/HRP]


4. Þær austr ok vestr enda fálu,
þar átti lofðungr land á milli;
brá nift Nera á norðrvega
einni festi, ey bað hon halda.


[HRP]D'Est en Ouest | les trames elles cachèrent,
Au milieu le héros | devait avoir ses terres ;
Et la parente de Neri | vers le Nord lança
Un maillon et l'offrit | une légende éternelle.[/HRP]


5. Eitt var at angri Ylfinga nið
ok þeiri meyju, er munúð fæddi;
hrafn kvað at hrafni, - sat á hám meiði
andvanr átu -: "ek veit nökkut


[HRP]Une fois la peine vint | au fils d'Ylfing,
Et le chagrin à l'épouse | de qui était né l'aimé,
Dis, de corbeau en corbeau | perché à la cime des arbres
A la recherche de nourriture, | "Il y a quelque chose que je sais"




Dernière édition par Akkan le Jeu 13 Oct 2016 - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Mer 12 Oct 2016 - 20:32


C’était une semaine comme je les appréciais. C’était à dire calme, sans mauvaises rencontre mais surtout avec un bon bénéfice.
Le temps était mauvais sur la Crête, enfin pour les autochtones. Un peu de pluie, un peu de vent, une température un peu trop basse à leur goût suffisait pour déclencher toute une série de rhumes et divers maux simple à soigner. Quelques herbes, des conseils simples suffisaient pour traiter ces petits problèmes et ça rapportait gros.
C’était l’avantage de venir d’un pays plus froid. Ma constitution était plus solide et surtout je savais comment me protéger de ces petits désagréments. Tout cet argent facile mais gagné honnêtement me confortais dans mon idée de commerce.
Quoi qu’il en soit, ce soir je ne dormirais pas dehors. J’avais gagné suffisamment d’argent pour m’offrir, à moi et mes chevaux un peu de repos et de confort bien mérité.

J’étais arrivée à un petit village qui était en majorité habité par des gens de mon peuple. Il semblait paisible et l’Auberge bien tenue. Je profitais de la soirée assise à une table. Je dégustais une assiette de goulasch, le « plat du jour » tout en écoutant les ballades du ménéstrel. L’ambiance, les gens, la musique tout me rappelait mon pays et des moments heureux. C’était agréable de se laisser porter l’espace d’une soirée.
Comme à mon habitude de ces derniers mois, je portais ce qu’il fallait pour masquer mes origines afin d’être en paix. Mes vêtements de voyage étant entrain de sécher, je portais une robe simple du style local et un voile de soie sur les cheveux.

J’avais remarqué un autre résident de l’auberge. Il s’agissait d’un elfe. Un homme aux allures fières et noble. J’aimais beaucoup les observer même si je parlais pas avec eux.


Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Un long chemin | Jeu 13 Oct 2016 - 18:17


J'étais bien, je ne comprenais malheureusement rien à la chanson des ménestrel, mais j'y trouvais quelque chose d'agréable, je ne parlais que mes langues natives, la langue des premiers hommes m'était aussi étrangère que le dialecte des nains. Je me réchauffais en mangeant doucement ce plat et ma foi pour la première fois depuis l'invasion, je me disais qu'il y avait du bon dans l'arrivée de ce peuple, cela nous prouvait une diversité, là où les grands de l'Alagaësia pensait en terme de "nous" sommes les maîtres du monde. Il y avait donc d'autres terres, d'autres peuples et d'autres gens.

Je regardais la salle tout en commandant une autre pinte de cet excellent breuvage que l'on nommait cervoise, la première goutte m'avait été difficile à avaler, mais quand on s'était habitué à la bière des nains, tous les autres alcool vous paraissait presque léger ...

Je tombais finalement sur la dernière arrivante et avant que je puisse réellement détaillé la nouvelle arrivante, un nouvel arrivant entra, je le connaissais bien et une arrivée tardive indiquait rarement de bonne nouvelles. Le nouvel arrivant se débarrassa de sa cape et alla voir Brognyr au comptoir. Ils échangèrent quelques mots et celui-ci fit signe aux ménestrel qui finirent leur balade pour laisser la parole au patron. Brognyr éleva une voix de contrebasse :

- Messieurs, dames, une bonne nouvelle, la route du col se réouvre demain. Le ciel se dégage, Eldrykson notre guide, vient de faire un tour pour vérifier. Il ouvrira la voie avec ceux qui souhaite poursuivre leurs voyage demain. Départ d'ici au chant du coq demain matin. Sur ce, bonne soirée ...

Etrange, il m'avait sembler que la nouvelle serait mauvaise, mon intuition qui se trompe. Dans tous les cas, c'était une excellente nouvelle. J'allais pouvoir continuer le trajet vers le village des drows.

La ménestrel entonna un chant bien différent ce coup-ci dans une langue si similaire à l'une de mes parentés que je reconnaissais certains accents. Je pouvais même en traduire une partie. Cependant, mes lacunes en langage drow ne me permettais pas de comprendre le sens global, mais une vague de tristesse m'envahit. Une douleur que je contenais faisait surface. Difficilement, je me levais mal assuré et je prenais la direction de l'escalier vers les étages quand un nom bien connu fit surface dans la chanson :

- Lloth kyorl DOS (d'jal) Djenka !

Je chancelais sur place renversant ma boisson à terre. Les gens se mirent à rire, pensant sans doute que j'étais ivre. J'éclaboussais la jeune femme auprès du quel je passais et qui s'avérait être la femme dont j'avais croisé les yeux plus tôt dans la soirée.

Je sentais en moi la bête s'irrité des rires dans l'auberge. Je mettais un genou à terre et ramassais ma chope, je relevais la tête et croisais de nouveau le regard de la femme, je voyais bien que je l'avais éclaboussé, rien de sérieux, mais je n'aimais pas la situation ou j'étais sous le regard des autres. Je me crispais et éclata la chope que je tenais redoublant les éclats de rire. Je me contrôlais désormais difficilement, je détournais le regard pour revenir à celui de la femme et faisait la grimace, gêné par les dégâts que je venais de créer.

- Excusez-moi ... Si vous permettez,
*Il lui tendit des pièces* afin de faire laver vos affaires, faites attention, je crains n'avoir éparpillé de la céramique partout sur le sol ...


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Sam 15 Oct 2016 - 21:40


Bien que la soirée soit fortement avancée et que la nuit commençait à tomber un homme entra dans l’auberge. Il était assez rare que les habitants de la Crête s’aventurent en montagne à cette saison et à cette heure. Soit il s’agissait d’un fou soit il avait une affaire importante en cours. Quoi qu’il en soit il n’avait aucun intérêt pour moi.
Je me servais à nouveau un verre d’hydromel qui n’en avait que le nom tant le goût, l’odeur et la couleur était éloignée de ce que je connaissais. L’artisan qui devait la produire ne devait pas avoir les bons ingrédients ou la « main » pour en faire de bonne qualité.
Une idée me vint en tête et je m’empressais de la noter sur mon carnet. Où que j’allais je ne me déplaçais jamais sans une sorte de sac en cuire qui contenait quelques petites choses qui m’étaient indispensables comme un crayon et mon carnet.
Mon idée du moment était toute simple :



Citation :
Vendre de l’alcool de bonne qualité trouverait facilement preneur.

A peine avais-je posé mon crayon que l’inconnu avait fait cesser la musique du ménestrel et commença à parler. Apparemment il avait une nouvelle importante à partager avec l’assemblée de voyageur ici présente. Selon lui, la route du col était ouverte. C’était donc une bonne chose mon voyage allait pouvoir se poursuivre même si je n’avais pas de destination de prévue. Je m’arrêterais à l’endroit qui m’attirera. Et pour le moment ce n’est pas le cas.

Je n’avais pas fait attention mais la musique avait repris et quelque chose m’intrigua. Pour une raison inconnue je m’étais mise à observer l’elfe. L’instinct peut être.
Quoi qu’il en soit il semblait avoir un problème. Peut être était-il malade car il était chancelant ce qui était anormal pour un être comme lui. De ce que j’avais pu lire ou entendre ils étaient sensés être très agiles.
Les gens se moquaient de lui et je trouvais cette attitude affligeante. La guerre n’avait-elle pas mis un peu de plomb dans la tête de chacun ? A moins que la stupidité et l’ignorance soit trop ancrée dans les habitudes des gens.
Immobile, toujours en retrait et silencieuse. J’essayais de ne pas me faire remarquer. L’elfe m’avait éclaboussée et un sentiment de gêne me submergea. Machinalement me tapotais ma manche et mon corsage avec une serviette. Quant il me dit quelques mots, des excuses et de l’argent.

Je me levais laissant la serviette sur la table tout en prenant mon sac pour m’approcher de l’elfe.


Vous allez-bien ? Lui-dis avec un léger sourire et un fort accent du monde d’où je venais.

Reprenez ceci. Je le remis délicatement son argent dans les mains. Je n’en ai pas besoin. Ce n’est qu’un peu d’alcool ça ne tache pas.

Quel que chose clochait chez lui. Comme un malaise, une perte de contrôle. L’assistance qui riait semblait l’affecter. C’est alors que j’optais pour la sortie. Il fallait que je l’aide à se reprendre dehors.
Toujours avec douceur je lui dis distinctement en lui tendant la main.

Venez dehors avec mois. L’aire est plus frais et les étoiles sont belles.


Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 45
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Viridieth
Message Sujet: Re: Un long chemin | Dim 16 Oct 2016 - 22:43


HRP:
 


*Ah ça suffit maintenant, on se pose un point c’est tout !*

*Je ne vois pas pourquoi ça te tient tant à cœur, on aurait aussi bien fait de dormir dehors comme d’habitude.*

*Ne me dit pas que tu vas recommencer à bouder comme la dernière fois ? Je suis un être humain, j’ai BESOIN d’interagir avec d’autres personnes de temps en temps. Je sais que ça t’ennuies parce que tu es obligé d’attendre dehors mais tu pourrais faire un effort, non ?*

*On voit bien que ce n’est pas toi qui doit attendre bêtement à côté de l’auberge que Madame ait fini de s’amuser et de passer la nuit sur un de ses stupides matelas.*

*On a déjà eu cette conversation et… Là ! Une taverne !*

Viridieth volait plutôt haut, dans la nuit naissante. Et entre le couvert dense des arbres de la Crête, Ariane avait reconnu les lumières isolées d’un petit établissement. Tapant vigoureusement de ses talons sur les flancs du dragon d’émeraude, la jeune femme vociférait.

*Cette fois-ci c’est mort, on descend ! Maintenant ! J’ai besoin de chaleur humaine, d’une bonne pinte et d’un putain de lit !*

Grommelant, Viridieth perdit de l’altitude. Tenant à afficher sa mauvaise volonté de la manière la plus ostentatoire possible, il finit par se poser juste devant l’auberge avec fracas. Ariane fut secouée par le choc de l'atterrissage, manquant d’envoyer sa tête percuter la nuque parcourue de piques de son compagnon. L’impact fit légèrement trembler le sol et souffla un vent de panique parmis les chevaux accrochés à la sortie de la taverne, qui se mirent à hennir avec terreur.  

*Quelle délicatesse, merci.*

*De rien* répondit mentalement Viridieth.

La dragonnière pouvait ressentir dans son esprit le ton narquois du dragon. Elle descendit de sa selle, passablement énervée. Alors qu’elle se dirigeait vers l’auberge, l’irritant reptile gratta le sol avant de s’y laisser tomber, afin de s’allonger, et ce en faisant le plus de bruit possible. La dragonnière le gratifia d’un tirage de langue haineux, ce à quoi il répondit de manière tout aussi puérile.

Tournant définitivement les talons avec un air vexé, Ariane se dirigea vers la porte de l’auberge, qu’elle ouvrit avec force, la faisant presque claquer.

A l'intérieur, tout le monde s’était tue et observait l’intruse dans un silence de mort. Dans un coin un ménestrel semblait s’être interrompu et la scrutait également comme une mouche tombée dans son bol de soupe. Près de l’escalier, au fond, une jolie blonde soutenait un grand type baraqué qui semblait particulièrement chancelant. Ariane toussota, s’éclaircissant la gorge. Visiblement, c’était assez mal vu dans le coin d’arriver quelque part en faisant un boucan du diable et trembler le sol. Seul les hennissements paniqués des chevaux brisait le silence suspicieux qui s’était installé.

La jeune femme savait qu’elle se trouvait en territoire majoritairement peuplé de premiers hommes. Elle avait appris deux trois mots auprès d’un “ami” durant les derniers mois mais elle craignait de n’avoir appris qu’une espèce de patois du patelin d’origine de ce compagnon de passage. Aussi elle salua la compagnie sur un ton assez peu sûr d’elle.

“-Halå…”    


Avatar par neondragon.

Codes couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Un long chemin | Lun 17 Oct 2016 - 18:52


Je tiltais à sa question qu'elle n'était pas du coin, peut-être une Première Homme, l'accent ressemblait fortement à celui de la ménestrel. Pourtant son visage amical me donna instantanément confiance en elle. Mon intuition reconnaissait parfois les gens honnête et je ressentais de l'honnêteté et de la franchise dans ses paroles et une réelle inquiétude envers un étranger. Qui plus est envers la bête que j'étais, touchant non.

Quand elle me proposa sa main pour m'aider à sortir, je refusais précipitamment, hors de question que je perde le contrôle à cause d'un contact avec la gente feminine.

- Merci pour votre proposition, je devrais y arriver.

Je me relevais toujours chancelant, cette chanson résonnait toujours en moi, je glissais en attendant le bruit à l'extérieur et la porte qui claquais, chose qui ne me serait jamais arrivé dans mon état normal. Et je fis la pire des choses qui pouvait arriver, je me raccrochais à ce que j'avais à porter, la femme ...

Les sentiments qui bouillonnaient en moi se libérèrent, je perdais les pédales, ou plutôt je lâchais la bride sur des mois de frustrations. Je recouvrais mon équilibre, désormais je voyais clairement ressentais encore mieux mon corps. Encore si peu assuré il y a quelques instants, j'étais au contraire, parfaitement stable et maître de moi-même. Mes yeux luisait d'un éclat sanglant, une rage froid ... Je localisais sans peine celui qui était à l'origine du rire de la salle, un gros bonhomme aussi large que haut. Un bon vivant, probablement pas méchant, mais je n'avais cure, je détestais la foule et cette chanson, et les femmes.

Ce qui se passa ne dura qu'un instant, je me ramassais comme un félin ignorant les tessons sur lesquels je marchais et qui creusait de sanglants sillons sur ma voûte plantaire. Je me propulsais comme un félin l'aurait fait sur l'homme le renversant de sa chaise et fracassant la table à laquelle il s'était appuyé. Je l’écrasais de mon poids désormais. Il était en état de choc, trop surpris pour comprendre ce qui venait de se passer. Mes crocs se dévoilèrent alors que j'approchais ma gueule de sa gorge et au dernier moment je claquais la mâchoire à quelques centimètres. Je sentis un liquide chaud entre ses jambes et je me relevais l'empoignant par le col. Je lui hurlait aux oreilles :

- Ça t'amuse comme ça !!! Tu fais moins le comique !!! C'est ma femme dont cette musique parle, elle est perdu ou morte et ça te fait rire. Je devrais t'égorger.

Les larmes coulaient avec abondance de mes yeux, mon regard de félin était celui d'un dément, je voulais désormais partir, rien ne me retenais, les gens ici ne pourrait jamais comprendre qu'au delà de la différence physique, je n'étais qu'un être humain déchiré par la perte de l'être le plus cher sur cette terre.

Brognyr quant à lui ne comptais pas se faire démolir son établissement par un étranger, aussi sympathique qui lui paraissait. Il appela 2 hommes à lui qui servait le plus souvent à faire sortir les gens ivres, mais aussi les fortes têtes.

Quand j'entendis sa voix, je sût qu'il ne me restais plus qu'a dormir dehors ou partir le soir même.

- Messire, veuillez quitter l'établissement tout de suite, nous ne pouvons permettre des combats dans ma taverne. Je garderais votre paiement en réparation des dégâts causés. Ne faite pas l'idiot et sortez sans faire d'histoire.

Il reprit à l'attention de l'agitateur :

- Toi aussi Dagmar tu partiras dès que ce monsieur aura quitter la ville. Rentre chez toi et par pitié, change de vêtement.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Dim 23 Oct 2016 - 23:24


Citation :
HRP : désolée j’ai eu énormément de chose à faire cette semaine.


 
Visiblement cet endroit n’était pas si calme qu’il en avait l’air. Je n’aimais pas quand les gens se déchiraient pour rien, cela me rappelait trop la guerre et ce que les querelles inutiles engendrent : la mort la souffrance et le néant.
Je tentais de faire mon possible pour arranger les choses, à ma manière, mais cela était inutiles. Les gens aimaient trop les affrontements.
 
Un grand vacarme à l’extérieur, un grondement, le hennissement des chevaux et l’arrivée d’une jeune femme qui avaient visiblement fait un grand voyage autrement qu’en marchant ou à dos de cheval me fit conclure qu’il s’agissait d’une dragonnière et de son lézard géant. Je n’avais rien contre elle, je devais d’abord finir ce que j’avais commencé. Aider le jeune homme avant de me retirer au calme.
 
Finalement l’elfe inconnu refusa poliment mon offre d’aide. Il se redressa et quel que chose changea en lui. Il devenait comme plus animal qu’il ne l’était. Je trouvais cela étrange et magnifique à la fois. La magie de ce monde et certains des êtres qui l’habitent ne cesseraient de m’émerveiller. Parfois j’aimerais voyager un peu avec eux pour mieux les connaitrais et peut être apprendre leur magie pour l’expérimenter.
Renaitre sous une autre identité, une autre apparence et vivre de nouvelles aventure aurait pu faire partie des mes rêves si j’avais pensé cela possible.
 
Les paroles qu’il lança aux convives de l’auberge me firent revenir de mes rêvasseries. Et je compris pourquoi il était dans cet état.
Lui aussi avait beaucoup de souffrances.
Sans trop comprendre pourquoi cet homme m’intriguait. Mon instinct me poussait à me rapprocher de lui. Il devait faire parti des personnes intéressantes que les dieux devaient placer sur ma route et je devais saisir ce cadeau.
 
Sans que je puisse dire quoi que ce soit, le maître des lieux avait jeté l’inconnu dehors. De toute manière je n’aurais rien pu empêcher.
 
Je retournais à ma table pour prendre les quelques affaires que j’avais prise avec moi pour passer le temps lors de mon repas. Je m’emmitouflais dans ma cape et sortie de l’auberge en passant près de  la dragonnière.
 
A votre place j’éviterais d’user d’un langage que je ne maitrise pas. Vous avez de la chance qu’ils étaient occupés à autre chose car vous avez insulté les hommes de ce lieu.
Bien que votre puissant ami vous accompagne en tous lieu, certains Premier hommes ne les apprécient pas. Faites attention à vous.
Bon voyage. Dis-je en douceur à l’inconnue.
 
Sur ses quelques mots je sortie de l’auberge. Je comptais bien retrouver l’elfe inconnu. Mais je ne savais pas comment faire.
Les lieux étaient déserts, il faisait nuit et la pluie tombait.
 
Quel dommage. Dis-je en soupirant.


Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 45
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Viridieth
Message Sujet: Re: Un long chemin | Mar 8 Nov 2016 - 19:22


HRP:
 

Ariane se sentait soudain… Très seule.


Elle qui espérait faire grande impression en entrant. Visiblement la clientèle de la taverne se contrefoutait allégrement de son existence.


Dommage.


La jeune fille referma la porte derrière elle. Elle s’apprêtait à rejoindre une table quand l’ambiance de l’établissement changea brusquement. C’était allé très vite. Le grand costaud au fond de la salle s’était mis à tituber, avant de se jeter soudainement sur un type bedonnant qui riait aux éclat. Du moins jusqu’à ce qu’il se retrouve écrasé par le poids du fou furieux aux traits déformés par la rage. Son visage avait perdu son aspect humain. Des yeux de chat, une force féline. Et des crocs effrayants qui claquèrent à quelques centimètres de la gorge du pauvre fêtard. Cette apparence hybride rappela Ellenwen à la dragonnière. Peut-être les deux avaient-ils un vague lien qui les unissaient ? Mais c’était sans doute une simple coïncidence.


Toujours était il qu’Ariane semblait à peine surprise. Elle observait le métamorphe soulever sa victime et lui hurler dessus, sans vraiment l’entendre, un air blasé sur le visage.. Des dragons sauvages, des étoffes magiques, une femme et un homme à moitié animaux, un loup qui parle. Trop de rencontres étranges, son cerveau saturait.

*Ca va ? Qu’est-ce qui se passe ?* S’inquiéta Viridieth, qui entendait le vacarme depuis l'extérieur.


*...*


*Ariane ?*


*La Crête me fatigue…*



La jeune femme s’écarta pour laisser l’agressif inconnu, qui venait de se faire gentiment jeter dehors par le patron de l’auberge.


*Y’a un type bizarre qui est sorti de l’auberge. On dirait Ellenwen.*


*Je me suis dit la même chose.*


*Intriguant… Je devrais peut-être lui deman...*


*Mais quel gros lourd. Toujours à mettre ton gros museau là où y faut pas, vas y, harcèle le, je suis sûre qu’il sera ravi.*



Ignorant royalement, le dragon d’émeraude se leva, semant à nouveau la panique dans l’écurie à côté de laquelle il se tenait. Bien déterminé à satisfaire son insatiable curiosité, il partit trottiner derrière le mystérieux métamorphe.

-J’te jure… Marmonna Ariane en suivant du regard son compagnon qui suivait de beaucoup trop près l’inconnu.


Alors, sortant de l’auberge à son tour, la belle blonde qui soutenait l’hybride un peu plus tôt se coula à côté de la dragonnière. Lui murmurant quelques conseils un peu trop secs au goût de la jeune femme.


*Putain mais j’ai dit bonjour, c’est quoi cette région de sauvages ?* S’écria la jeune femme en son fort intérieur, prenant garde à ne pas prendre la parole à voix haute.


Elle laissa la blonde la dépasser, indignée. Puis elle se rendit compte qu’elle était seule, lâchement abandonnée par son dragon. Le métamorphe, Viridieth et la jolie nordique étaient tous trois partis dans la même direction.


-Oh et puis merde… Grommela Ariane.


Elle emboîta le pas à la femme devant elle. Toujours énervée, elle cru bon d’étaler son ras-le-bol linguistique.


-Je m’insurge, c’était une simple salutation ! “Hej”, “Välkommen”, ce genre de chose, c’est si insultant que ça ?


Avatar par neondragon.

Codes couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Un long chemin | Dim 13 Nov 2016 - 21:15


Je quittais avec regret l'auberge, la chaleur et je m'enveloppais confortablement dans ma cape qui avait eu le temps de se réchauffer, dehors le froid mordant me frappa de plein fouet. Je quittais sans un regard l'auberge en direction d'une ferme que j'avais croisé en patientant que la route se réouvre. Je la savais non loin de la route partant vers les cols. Je prenais donc la route sous les étoiles par une nuit sans lune. Le vent faisait voleter la neige abondante tombée ces derniers jours, je suivais la route principale vers les cols bien décider à remonter vers cette ferme et si possible dormir dans l'étable du paysan volontairement ou frauduleusement. J'aurais suffisamment de journée dans le froid pour ne pas souhaiter que la première nuit du voyage se fasse sans feu aux abords d'un village dans une tente.

Je quittais donc les abords du village a regrets laissant derrière moi les lueurs des maisons et les quelques lumières des torches éclairant l'auberge. Pour suivre la route qui serpentait à travers les champs. Quand je me sentis suivit.

Je me retournais d'un bloc pour me retrouver face à un jeune dragon vert aux yeux pétillant de curiosité. Au vu de la proximité avec le village et le fait que je ne sois pas déjà mort carbonisé, j'avais conclu d'office que je ne risquais rien. Restais à savoir ce qu'il pouvait bien me vouloir ...

Je tentais de m'adresser à lui par la pensée en frôlant délicatement son esprit démesuré :

- Que les étoiles te guident seigneur des airs. Que puis-je faire pour toi ?

Je frissonnais, malgré la cape, le froid était saisissant et une bourrasque me rappela durement la réalité ...

- Fais vite, je vais finir par être congelé ...

Je m'impatientais résultat évident d'une soirée mauvaise sous tous les aspects. De ce fait, j'en oubliais la politesse de mise.

- Pardonne-moi la soirée a été exécrable, et j'en perds mon calme. Je ne voudrais pas te paraître désagréable, mais j'ai besoin d'une bonne nuit et d'un peu de chaleur pour ce soir ...

Sans trop savoir pourquoi je me rendais compte que je finissais presque par lui déballer toute mon histoire. A croire que mon désespoir était tel que je me raccrochais à la moindre personne, tel un homme au bord du précipice.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Lun 14 Nov 2016 - 21:19


Le village était peu éclairé et je n’étais qu’une piètre chasseuse. Il m’était impossible de retrouver l’homme dans cette obscurité. J’avais donc deux choix possibles. Soit je tentais de le retrouver au risque de terminer bredouille, soit je rentrais à l’auberge pour terminer ma soirée dans ma chambre à étudier mon projet.
Si je faisais preuve de sagesse j’aurais pris le second choix mais j’en avais assez et l’homme m’intriguait au plus haut point.

 
*Allez, soit un peu plus aventureuse, ce monde est plein de mystères et cet homme en est un à lui seul.*
 
Le vent soufflait fort, et la neige voltait de-ci, de-là. Les traces n’étaient pas recouvertes mais elles étaient trop nombreuses pour les discerner. Avoir un pisteur avec moi aurait un bon point mais j’avais des outils à ma disposition et je comptais bien m’en servir.
Hélas je n’avais rien lui appartenant pour utiliser une rune de localisation. Il fallait donc le faire à l’ancienne. En Marchant.
 
Enroulée dans mon châle j’avançais assez facilement et silencieusement dans toute cette neige. J’avais tournée pendant quelques minutes dans la rue principale du petit village puis en revenant sur mes pas, sans comprendre pourquoi, je fus attirée par une grange un peu à l’écart du reste des constructions. Plus je m’approchais plus je sentais que de l’énergie provenais de l’endroit jusqu’à ce qu’un grondement me fige en me glaça le sang.
Je reconnu ce grondement typique annonciateur d’horreur. C’était celui d’un dragon. Une de ces animaux gigantesques capable de tuer tout ce qui est à portée de flammes
.
 
Que faire….
Voir de plus près pour retrouver l’inconnu ou rebrousser chemin.
Le temps passait, le froid était de plus en plus mordant et je ne portais que des vêtements d’intérieur, même s’ils étaient chaud, ils ne l’étaient pas assez avec l’humidité ambiante.
 
Après avoir pesé le pour et le contre je décidais finalement de jeter un coup d’œil au cas où l’homme serait caché là où je ne serais jamais allée normalement. Mais mon problème était le dragon… Comme abord-t-on ces énormes bêtes sans se faire dévorer… J’inspirais et expirais un bon coup et me mis en marche mais cette fois-ci de manière plus bruyante histoire ne de pas surprendre l’animal.
 
De loin je voyais une masse immense et une autre ressemblant à un homme. Arrivée à une distance raisonnable je tentais de me faire remarquer de la meilleure manière possible.
 
Humm…
Heu…
Excusez-moi…

Je cherche l’homme de l’auberge avec qui je discutais c’est bien vous ?
Dis-je sans hurler mais assez fort pour qu'on m'entende.


Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 45
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Viridieth
Message Sujet: Re: Un long chemin | Mar 15 Nov 2016 - 21:36


Viridieth avança son museau à quelques centimètres seulement du visage de l’inconnu, plantant son regard au fond du sien.  Il détaillait consciencieusement le bipède face à lui, le trouvant particulièrement intriguant.

Avant même que le dragon ne puisse répondre à la question qui lui avait été posée, son interlocuteur reprit, se plaignant du froid. Il avait visiblement passé une mauvaise soirée et même Viridieth devait bien avouer qu’il commençait à faire frisquet. Malgré tout il prit la peine de lui répondre, effleurant doucement son esprit.


* Je vous salue tout de même, homme-chat. *

Le dragon leva ensuite les yeux, il scruta un instant les alentours jusqu’à ce que son regard s’arrête sur une grange un peu plus loin, qui semblait vide. Contournant l’humain, il se dirigea vers le bâtiment d’un pas agile.

* Venez avec moi, nous serons à l’abri là-bas. *

*
**


* Elle est sérieuse ? *

Ariane regarda la nordique s’éloigner, sans même un regard pour elle. Soit elle ne l’avait pas entendu soit elle n’avait pas prêté la moindre attention à la jeune dragonnière.

* J’en ai marre, clairement j’en ai marre. *

Le monde s’était il soudainement ligué contre Ariane ? Non content de la priver d’une nuit de sommeille sur un matelas, voilà que le destin décidait à nouveau de la rendre invisible.

* Pourquoi est-ce que tout le monde dans ce bled miteux fait comme si je n’existait pas ? *

La jeune femme inspira un grand coup. Il lui fallait se calmer sinon la moindre contrariété risquait de la faire exploser. Visiblement ce n’était pas sa soirée, il allait falloir faire avec.

Ariane frissonna alors que l’air glaciale se rappelait à son bon souvenir. Elle avait pris l’habitude d’endurer de basses températures lors de ses vols en altitude, mais ce soir le froid était particulièrement mordant. Aussi emboîta-t-elle le pas à la grande blonde qui s’éloignait de plus en plus, laissant derrière elle les lumières du hameau.

La brune finit par la rattraper quand la nordique s’introduisit dans une grange, dans laquelle Ariane pouvait sentir la présence de son dragon. Alors que la blonde posait timidement ses questions, la dragonnière se glissa à ses côtés dans l’encadrure de la porte, se dirigeant vers Viridieth qui s’était allongé dans un coin. Avec un grognement sourd la jeune femme se laissa lourdement tomber contre le ventre chaud de son compagnon, resserrant contre elle les pans de ses vêtements. Alors elle prit la parole, à l’adresse de la nordique.


-Faites pas la timide, on va pas vous bouffer.


Avatar par neondragon.

Codes couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Un long chemin | Jeu 17 Nov 2016 - 19:31


J'allais pour reprendre la route vers la grange avec le dragon quand une voix s'éleva non loin. Curieusement, celle-ci me rappelait la femme rencontré plus tôt. Et la phrase qui suivit me confirma la présence de la nordique. Alors que le dragon lui ne semblait pas plus affecté par la présence de la Première (Femme ? :p ) Homme. Je tenais à la rassuré mais une voix intervint juste derrière la femme se tenait une autre femme ...

J'avoue pendant un instant avoir pensé que si des dieux existaient, ils aimaient jouer avec moi ... Encore des femmes ... J'en aurais pleurer de rire si je n'étais pas si stressé en leur présence. Je bougonnais et intervint avant qu'on entame une discussion qui pouvait se trouver longue :

- Bon si ça ne vous dérange pas, on va se protéger dans la grange et on discute après car ça commence méchamment à cailler par ici.

Je remarquais en marchant que la jeune femme qui nous avait rejoins n'était autre qu'une dragonnière et j'eus un pincement au coeur sans trop savoir pourquoi ... Une sensation dérangeante qui passa quand nous furent installé dans la grange, il y faisait pas bien chaud, mais une fois les couvertures installées et les portes bien fermées, avec le dragon, nous nous retrouvions bien serré. Pas d'animaux à l'intérieur, juste de la paille ce qui serait parfait pour la nuit.

Je faisait une petite place et nettoyais l'alcôve ou se tenait un foyer et préparait un feu avec le bois que l'habitant avait laissé non loin. Je laissais quelques pièces en remerciement, je n'aurais guère le temps de couper du bois le lendemain pour remplacer celui utiliser, mais la monnaie compenserait largement.

Nous vaquions chacun à nos occupations, pour le moment plus occupé à nous réchauffer qu'à discuter. Les préparatifs ne durèrent qu'une petite heure, mais une fois terminé, nous avions pratiquement chaud. En tout cas, nous étions au mieux de ce que l'on pouvait espérer par cette température hors du village. Je m'allongeais dans la paille une fois terminée. Je n'étais pas pressé de répondre à leur question, cependant, je me doutais que l'on ne se faisait pas suivre par un dragon curieux sans subir un interrogatoire en règle. Sans compter, que pour qu'une Nordique fasse l'effort de me suivre sans tenter de me tuer, c'était suffisamment rare pour que j'ouvre la conversation sans faire mon ermite :

- Voila pour le confort, et désolé madame si nous finissons dehors, mais je ne pensais pas que le tavernier vous avais mis à la rue aussi. Je suis désolé si mon comportement à pu vous valoir une nuit bien moins confortable que celle prévue.

Puis je regardais la nouvelle venue détaillant son apparence, elle et son dragon semblait comme des acteurs de théâtre, se chamaillant à tout va, cachant une complicité hors pair entre les deux êtres. C'était fort agréable à voir et presque réconfortant si une sensation gênante me trottait à chaque fois que mon regard glissait sur eux.

- Et vous deux, que faites-vous ici ? Je ne me souvenais pas que mon exil entraînait autant de monde ...

Un sourire effleurait même mes lèvres tellement je m'attendais à un désaccord entre les deux. Enfin alors que tout le monde se présentait je me reprenais, je perdais parfois la politesse avec l'habitude de voyager seul :

- Pardonnez mon impolitesse, je finis par vous demandez qui vous êtes alors que je ne me présente même pas. Je me nomme Akkan, et si je puis dire au vu de la situation ...

Je promenais mon regard sur la grange presque confortable que nous avions préparé.

- Heureux que nous partagions cette grange.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Jeu 17 Nov 2016 - 22:46


Il y a des jours où décider de se lancer dans une aventure n’est pas une bonne idée. Ce soir-là fait en fait partie. Je n’étais pas dans les ennuis mais je me sentais particulièrement mal à l’aise, ou pas du tout à ma place.
Sur l’instant je regrettais d’avoir quitté l’auberge pour faire connaissance avec l’étranger qui m’intriguais et qui me donnais envie de lui venir en aide. Cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas eu d’intérêt pour une personne. Il fallait que je suive mon instinct à son sujet.
Quand à la jeune femme qui j’avais sciemment ignoré pour ne pas perdre la piste de l’inconnu, elle m’avait suivie.
C’était très très étrange…


Ariane : Faites pas la timide, on va pas vous bouffer.

Je me retournais brusquement vers la jeune femme. Le « on » employé avait une énorme importance sur le moment. La jeune femme était donc liée au dragon sauf erreur de ma part.
Moi qui voulais simplement parler à l’homme, me voila embarquée dans une histoire dans laquelle j’avais totalement perdue le contrôle et la compréhension.

Je ne savais pas trop quoi répondre. Et puis pour dire quoi ? Je n’y connaissais rien de Dragon et leurs compagnons humains. Je ne les aimais pas. Je les considérais comme des êtres extrêmement dangereux et je préférais être loin d’eux.


Akkan : Bon si ça ne vous dérange pas, on va se protéger dans la grange et on discute après car ça commence méchamment à cailler par ici.


Rester, fuir, parler… Je ne savais pas trop quoi faire.  Pendant un instant, je baissais la tête, réfléchissant à la situation. Que devais-je faire.
Est-ce la peur de rencontrer de nouvelles personnes qui me bloquaient ? Je devais faire preuve de courage.


Bien…
Pardonnez-moi mais tout ceci est bien trop nouveau pour moi.


Ils semblaient avoir des problèmes avec le froid, je le comprenais bien pour avoir longtemps vécu avec les humains. Il n’était donc pas le moment que je parle. Le mieux était d’attendre le bon moment.
Je suivais donc le groupe dans la grange et je les aidais à arranger l’endroit. J’avais compris qu’ils comptaient dormir là. Mais ce serait sans moi. J’avais passé trop de temps sur la route. Au moment voulu je rentrais à l’auberge profiter du confort qui m’avait tant fait défaut.


Akkan : Voila pour le confort, et désolé madame si nous finissons dehors, mais je ne pensais pas que le tavernier vous avais mis à la rue aussi. Je suis désolé si mon comportement à pu vous valoir une nuit bien moins confortable que celle prévue.

Oh je crois qu’il y a méprise.
Je n’ai nullement été priée de partir. Je voulais tout simplement voir si tout allait bien pour vous et faire plus ample connaissance si cela était possible.


Je me tournais vers la jeune femme et le dragon.

Pardonnez-moi pour mon impolitesse. Je, je ne suis pas très familiarisée avec certaines subtilités de vos coutumes.
Et faire face  à un dragon… Me met particulièrement mal à l’aise. J’ai vu votre force et  ce que l’on ne connaît pas on le craint.

Mon nom est Talhya Luscian et je suis ravie de vous rencontrer.


Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 45
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Viridieth
Message Sujet: Re: Un long chemin | Dim 20 Nov 2016 - 15:43


Après que le mystérieux métamorphe eut posé sa question, les deux compagnons échangèrent un regard, puis Ariane prit la première la parole.

-Alors à la base, on avait décidé de descendre plus au sud, et môsieur faisait la grimace parce qu’il voulait qu’on dorme dans la forêt, comme d’habitude. Mais on a un peu négocié et il a accepté de se poser dans le village pour que je puisse passer la nuit à l’auberge.

La jeune femme grattouillait machinalement le ventre de Viridieth contre lequel elle était assise.

-C’est pas qu’il est pas confortable, hein. Mais bon un vrai matelas et un peu de chaleur humaine de temps en temps ça fait du bien. Même si pour ce soir ça semble un peu raté. Si ce gros balourd vous avez pas suivi je serais resté là-bas.

Elle réfléchit quelques secondes, puis reprit.

-Le prenez pas mal, hein. Mais c’est surtout lui qui avait envie de vous parler, il est curieux parce que vous lui faite penser à quelqu’un qu’on a rencontré y’a pas longtemps. Et qui fait des trucs bizarres comme vous.

Une fois cela fait, ce fut au tour de la nordique de questionner le duo. Cette fois-ci ce fut à Viridieth de répondre, effleurant aussi délicatement que possible l’esprit de ses interlocuteurs pour que tout le monde puisse l’entendre à l’avenir.

-Je comprends votre méfiance. Il me semble après tout que votre peuple et le mien ne sont entrés en contact que très récemment, et en tant qu’ennemis, surtout. Rassurez vous cependant à mon sujet, je ne chérit pas la violence comme certains de mes semblables. Je n’ai de plus pas pour habitude de me montrer rustre, soyez sans crainte.

Puis, voyant que tout leurs deux interlocuteurs s’étaient présentés, les deux compagnons déclinèrent eux aussi leur identité.

Les civilités achevées, le dragon tourna ses yeux d’émeraude vers Akan, intrigué.

-Vous éveillez ma curiosité, Akan. Comme l’a dit Ariane, nous avons récemment fait la connaissance d’une personne partageant certaines… Similitudes, avec vous. Une femme, une elfe aux yeux de chats.


Avatar par neondragon.

Codes couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Un long chemin | Jeu 24 Nov 2016 - 20:35


Désormais, il pouvait mettre un nom sur chaque visage et désormais le dragon avait un nom, ce qui serait plus simple. Il sentait la gêne de Talhya et voulut la rassurer :

- Je ne vous force pas à partager mon inconfort et vous me voyez ravi que vous puissiez profiter de la chaleur de l'auberge. Je suis désolé pour les dégâts et la gêne, je ne suis guère apprécié par votre peuple je ne le crains ... Et en partie pour de bonne raison, j'ai participé à la guerre et à la bataille du Nord, et je crains de n'avoir beaucoup de famille qui aurait des raisons de me vouloir mort et si je remonte plus loin, je crois qu'a peu près toute race présente ici aurait une bonne raison de me vouloir mort.

Il regarda le dragon et sa dragonnière avant de poursuivre :

- La chanson abordé par le barde parle de ma femme l'ancienne reine des elfes noirs. Elle a disparu il y a de cela plusieurs mois dans des circonstances tragique. Je suis sur ces traces, enfin si elle est encore en vie ...

Il se laissa quelques instant pour se calmer et purifier son esprit. La colère l'avait submerger et sa bête avait des exigences qu'il se devait d'exaucer. Une sorte de marcher en soit.

- Je ... C'est un sujet délicat, toutes les pistes ne m'ont mené qu'a des impasses ... Mon espoir s'amenuise ...

Gêné, il changea de sujet et profita de la question du dragon :

- Oh! c'est bien normal, je suis semi-elfe, ce qui explique une certaine partie de ma parenté, pour le reste ... Et bien, disons que je suis un peu différend de ce que les elfes peuvent vivre, même si c'est assez proche. Je connais aussi des elfes qui ont ce genre de capacité, moi, elle est définitive et involontaire, c'est plus ma parenté qui m'a légué cette différence et ensuite un idiot à donné un coup de pouce qui fait que la moitié de la population voir plus me considère plus comme un monstre ou une bête que comme un être humain.

Puis il répondit directement à la dragonnière évitant par la même toute discussion lui rappelant sa femme :

- Ne vous inquiétez surtout pas pour votre dragon, la curiosité est plutôt une bonne chose, je me demande d'ailleurs qui vous avez bien pu croiser, car les elfes ont encore du mal à se mêler aux autres races.

Je me sentais un peu tendu, j'avais très envie de parler et d'oublier, mais en même temps, je ne voulais pas m'imposer à ses "presque" étrangers. Étrangement, je souhaitais leur parler comme pour me décharger d'une part de mon fardeau ou simplement pour oublier la blessure qui me tuait à petit feu.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Lun 12 Déc 2016 - 20:52


HJ : désolée j’ai eu énormément de travail.

Ces personnes, y compris le dragon étaient tous si différents et si intéressant. Si je n’avais pas découvert ce monde dans de telles circonstances je pensais que j’aurais aimé voyager et étudier les mystères qu’ils regorgent. Aujourd’hui mon apprentissage est tout autre. Il est lié à la nécessité de ma survie.

Je m’étonnais à trouver chacun d’entre eux charmant ou attendrissant. En les écoutants, le peu que j’apprenais d’eux me faisait réaliser que nous avions tous souffert de cette guerre. Je savais déjà qu’il y avait plus de victimes que de vainqueurs chez les personnes normales. Mais voir des êtres si puissants aussi touché. C’était triste. Je n’aimais pas cette vision de souffrance. Je n’en voulais plus. Je voulais du changement.


A Ariane : Vous aussi vous avez eu envie d’un peu de confort. Je suis aussi dans ce cas. Cela fait des semaines que je voyage avec mes chevaux et mon matériel en campant dans la nature. J’ai voulu offrire un peu de repos à mes fidèles compagnons, ils sont ma seule compagnie.
D’un autre côté être en présence de gens civilisé ça fait du bien.

Le grand dragon avait une manière de s’exprimer étrangement parfaite. Je savais bien qu’il ne faut pas le considérer comme un animal. Un dragon étant un être pensant comme les elfes ou les humains. Mais ils sont si différents.
Ma curiosité naturelle me poussais à m’en approcher mais leu puissance et leur dangerosité m’imposais la méfiance et la prudence.


A Viridieth : Vous êtes bien renseigné sur mon peuple. Il est vraie que la première fois que j’ai vu un représentant de votre espèce, c’est sur ce continuent.
Il est regrettable que les circonstances soient si tragiques…
J’espère que l’avenir sera plus doux pour chaque peuple.

Mais celui pour qui j’étais venu jusque là c’était Akkan. Pour une raison que j’ignore encore, j’éprouvais le besoin d’en savoir plus sur lui.

A Akkan : ne vous en faites pas, je suis très bien ici. Au moins il y a des gens intéressant et là bas il n’y a que des inconnus.
Ce que mon peuple pense de vous n’est pas ce que je pense. Pour la plus part il ne s’agit que d’une bande de barbares ivres.
Pourquoi êtes-vous aussi haïs ? Vous m’avez semblé plutôt charmant. Je veux dire, que vous n’êtes pas agressif.

Puis il répondit à une question du dragon. Et il nous expliqua à tous ce qu’il était, d’où il venait et pourquoi la chanson avait un tel impact sur lui. C’était triste.

J’espère que vous la retrouverez. Il n’y a rien de plus dure que de perdre un être cher.

Il y avait des questions que j’aurais tant aimé leur poser à tous mais je ne savais pas si je le pouvais. Puis en les regardant tous parler, moi avec eux… C’est un peu comme s’ils m’avaient accepté. Alors… Autant me lancer.


Pardonnez-moi si je vais vous paraitre trop curieuse ou directe. Si mes questions vous dérangent, dites-le moi.
Tout d’abord, Akkan, vous n’êtes ni un bêtes, ni un monstre.
Les monstres sont ceux qui obligent des gens innocent à mourir dans une guerre qui n’est pas la leur. Etre jugé sur un critère physique n’est pas important.

Je me tournai vers Ariane et Viridieth.

C’est vraie. Je ne connais pas les dragons et leur compagnon dragonnier. J’ai du mal à comprendre ce lien qui vous uni.
Etes vous deux ? Etes-vous un ? A chaque fois que je pense aux aventures que vous pouvez vivre je ne sais pas quoi penser.
Et oui j’ai peur de vous. Pas à cause de la guerre, mais de part votre force et votre magie si puissante.

J’ai envie de rester avec vous ce soir. Vous êtes tous si intéressants et fantastiques.


Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 45
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Viridieth
Message Sujet: Re: Un long chemin | Lun 26 Déc 2016 - 19:25


HRP: Désolé, ma réponse est prête depuis plusieurs jours mais j'étais dans un trou paumé donc impossible de la poster. Désolé du retard. ^^'






Les deux compagnons écoutaient avec un air désolé l’histoire tragique d’Akkan. Ils ne pouvaient qu’imaginer ce qu’il avait pu vivre. À cheval entre deux peuples, entre deux mondes. Trop humain pour les elfes. Trop elfe pour les hommes. Un étranger dans les deux mondes. Ça et sa recherche désespérée de sa femme disparue. Ariane toussota un peu à la fin de cette histoire, ne sachant pas vraiment quoi dire. Viridieth prit donc la parole à sa place, pour répondre à la question de leur interlocuteur.

*L’elfe que nous avons rencontré se nommait Ellenwen. Elle était accompagnée d’un loup doué de parole. Est-ce que cela vous dit quelque chose ?*

La nordique, de son côté, semblait un peu plus bavarde à présent. Ariane était sur le point de se lamenter à nouveau quant à sa nuit ratée à l’auberge et la désolante absence de matelas dans cette grange. Mais le dragon qui épiait ses pensées la stoppa dans son élan en la bousculant d’un léger coup de patte. Talhya reprit ses questions avec intérêt, comme elle le disait elle semblait fascinée par ses interlocuteurs. Le duo se fit une joie d’expliquer le lien qui les unissait. Même s’ils étaient bien conscients qu’eux même avaient encore beaucoup à apprendre sur le sujet. Ariane fut la première à prendre la parole.

«-Bah on va plutôt dire que c’est entre les deux. On a chacun notre identité et nos différences. Notre propre manière de penser bien à nous.

Mais ça c’était sans doute assez évident.

-Chut, c’est moi qui raconte. Bref, on est deux individus différents mais en même temps nos deux esprits sont mêlés et nous savons tout de ce que pense l’autre, comme si ses pensées étaient les nôtres. Ce qui est un peu le cas. Nos émotions s’influencent aussi. On fonctionne ensemble, en gros. »


Viridieth de son côté tint à rassurer Talhya.

«-Et ne vous inquiétez pas, vous n’avez pas à nous craindre. Nous n’avons pas pour habitude d’user de notre force tant que cela n’est pas absolument nécessaire. Et pour ce qui est de la magie rassurez vous, Ariane n’a pour ainsi dire pas même acquis les bases.»

La dragonnière se racla la gorge. Elle était en effet pour l’instant bien incapable ne serait-ce que d’allumer une bougie par la pensé. Faute de mentor pour lui enseigner les arts magiques. Les joues légèrement rosies elle sa cacha autant qu’elle put derrière ses cheveux.


Avatar par neondragon.

Codes couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Un long chemin | Mar 27 Déc 2016 - 19:00


Je me détendais petit à petit et l'ambiance se réchauffait, une fois les portes fermées et le feu bien entretenu, la chaleur revenait et si cela ne valait pas l'auberge, l'habitude de vivre à l'extérieur me valait de ne plus vraiment sentir le froid. Je détachais donc ma cape laissant libre ma crinière. C'était agréable d'être en petit comité je me calais un petit oreiller avec le foin qui me servait de dossier, bien agréable, je sortais un petit couteau et un bout de bois, que je sculptais machinalement une habitude qui me permettais de garder le calme et de ne pas me focaliser sur les deux femmes.

J'écoutais avec plaisir leurs discussions sans m'en mêler après tout, je savais bien ce qu'étais les dragons même si la présence de Viridieth ne cessait de me titiller. Non pas de curiosité, bien que chaque dragon soit différent et qu'il est toujours plaisant de découvrir une nouvelle personne. Je ressentais au plus profond de moi que j'avais occulté une partie de ma vie et cela me perturbait.

Machinalement je me posais la main sur l'épaule, les derniers mois m'avaient laissé tendu et je me massais lentement l'épaule espérant détendre les muscles. Pendant ce temps les deux femmes discutaient de la relation d'Ariane et Viridieth et cela me rappelait des souvenirs, diffus et confus, je ne me rappelais pas bien. Je sentais aussi comme une démangeaison dans le dos, quelque chose qui me gênait.

Je me recentrais quand leur discussion se finit pour rebondir sur une réponse plus tôt dans la conversation :

- Cela me fait sourire que vous connaissiez cette vieille bique d'Ellen, je vois pourquoi vous n'êtes pas surpris par moi, nous avons quelques ressemblances. Je fus son apprenti, il y a de cela quelques temps maintenant et on travail régulièrement ensemble. Finwë est quant à lui un excellent compagnon, il font une sacrée pair je suis heureux que vous ayez pu les rencontrer, ils sont des personnes bonnes et loyales enfin rien de surprenant dans le cas d'un loup.

Mes doigts s'étaient activé sans faire attention pendant que je discutais et le bout de bois s'était transformé dans une miniature de Finwë et me rappelait en quelque sorte un Lynx que j'avais rencontré et dont j'avais espérer le même lien que celui de Finwë et Ellen. Je posais la statuette de côté sortait une petite casserole en fer que j'allais remplir de neige pour la faire fondre au feu et préparer une infusion. Je sortais des herbes séchées de mon sac que je posais dans un petit sac toile. Je finissais ma préparation avant de reprendre un bout de bois et mon petit couteau.




Dernière édition par Akkan le Lun 23 Jan 2017 - 10:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Lun 16 Jan 2017 - 17:59


Merci à vous de prendre le temps de m’expliquer qui vous êtes. Il n’y a que la connaissance qui puisse apporter la paix entre les peuples.

Jamais en arrivant dans ce monde je n’aurais imaginé qui l’ennemi que l’on nous avait dépeint pouvait être aussi prévenant, intelligent et pacifique. Les mensonges que l’on nous avait servis pendant tant de temps était intolérable.
Etant à un carrefour de ma vie, un moment pendant lequel je pourrais faire tout ce que je voudrais je doutais au sujet de mon projet de commerce.
Cette rencontre, cette envie de savoir me poussait à revoir mes priorités. Pour faire simple j’avais envie de poursuivre un peu ma route en leur compagnie pour en apprendre le plus au sujet de ces êtres. Pas pour leur faire du mal, non, mes intentions étaient tout ce qu’il y a de pacifique.
Nous étions tous si différents et à la fois si semblables pourquoi ?


Ariane, Viridieth, vous ne devez jamais vous sentir seul ce doit être réconfortant. C’est un peu comme si un être rencontrait son âme sœur. Avec vous c’est au sens litéral.

Pendant qu’Akkan discutait avec le dragon et sa dragonnière je me rapprochais les mains du feu pour me réchauffer. Le feu était un élément que j’appréciais énormément. Malléable, à la fois vital et mortel. C’était le premier élément que j’avais apprise à maitriser avec les runes.
Devrais-je leur parler de moi, de mes connaissances et de leur potentiel destructeur ? Oui sans doutes, mais uniquement lorsque je serais certaines que je pourrais leur faire confiance.



Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 45
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Viridieth
Message Sujet: Re: Un long chemin | Dim 22 Jan 2017 - 10:40


HRP: Désolé de la réponse courtissime. J'avais pas d'inspiration mais pas envie non plus de vous faire attendre trop longtemps.




« -Rencontrer son âme sœur ? Haha oui, je crois que c’est exactement ça en fait ! »

Comme la nordique, Ariane se rapprocha du feu. Non pas que le ventre douillet de Viridieth ne lui prodiguait pas une chaleur suffisante, mais c’était tout de même plus convivial. Tandis qu’Akkan préparait de quoi boire pour tout le monde, la jeune fille s’étonna en silence de la situation auprès de son compagnon.

*C’est quand même une sacré coïncidence de rencontrer Ellenwen et de tomber sur son apprenti quelques mois plus tard.*

*Sans doute, oui. *

*Tu peux être horriblement ennuyeux parfois, tu le sais non ? *

*Sans doute, oui. *


Faisant pour une fois preuve de retenu, Ariane se contenta de lâcher un soupir agacé. Se tournant vers le feu, l’air vexée, ignorant le ricanement mental du dragon.

Celui-ci la gratifia d’un souffle de ses naseaux, lui ébouriffant les cheveux. Ce à quoi elle se contenta de réagir par un grommellement contrarié. Viridieth laissa sa dragonnière tranquille et tourna la tête vers Talhya. La politesse lui dictant de ne pas laisser leur pauvre hôte dans le silence.

« -Et vous ? Nous vous avons raconté notre histoire mais la votre est encore bien floue. Alors, qui êtes vous ?


Avatar par neondragon.

Codes couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Un long chemin | Lun 23 Jan 2017 - 11:29


J'attaquais cette fois-ci une petite statuette de lynx, tentant de me souvenir du lynx qui m'avait suivit, mais je n'arrivais qu'à une figurine grossière que j'abandonnais volontiers au feu avant de reprendre le récipient avec l'eau qui bouillait et d'y retirer le sachet. Je versait le liquide dans des bols et les distribuait aux deux femmes avant de jeter un regard interrogateur à Viridieth. Je savais que par nature, peu de dragon buvait autre chose que de l'eau, mais j'en avais vu un boire l'alcool comme si c'était de l'eau ... Alors sait-on jamais ...

Je me détendais sensiblement à écouter mes 3 compagnons discuter, un peu de compagnie changeait agréablement du quotidien et cela faisait du bien après les événements de la soirée. Ce qui m'amena à espérer que leur compagnie dure ne serait-ce qu'un peu plus longtemps, je n'avais pas envie de ruminer davantage la disparition de Djenka. J'attendis donc que Talhya réponde à Ariane avant de poser ma question :

- Vous comptiez faire quoi ? Je veux dire, que faites vous dans le coin ... ?

Je me rendais compte que ma question était brutale voir un peu mal placé alors je me rattrapais déplaçant mes mains en signe d'apaisement ...

- Euh désolé, je voulais juste savoir ce qui vous amenait dans le coin, pour ma part, et bien comme je disais je cherche une drow, ma compagne. Hors j'ai appris que derrière ce col il y a un village de drow et j'aimerais m'y rendre.

Je n'osais leur proposer de m'accompagner, mais j'espérais que nos chemins se poursuivent encore un peu.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Sam 28 Jan 2017 - 21:55


HRP : c'est pas grave je vais essayer de faire plus long avec plus d'infos pour vous donner plus de matière.

La réponse d'Ariane à ma question d'âme sœur me fit sourire. Ariane et Viridieth avec une personnalité fort agréable. Un peu d'humour et de légerté dans ce monde faisait du bien. Les gens sont trop sur la défensive et cherchent donc trop souvent le mal où il n'est pas.

En observant la jeune femme je sentie une pointe d'agacement entre elle et son dragon. Sans doute une discussion télépathique un peu houleuse ou pas je ne pouvais pas savoir de quoi ils discutait mais il en résultat qu'Ariane était un temps soit peu vexée.

Respectant leur intimité je ne dis et ne fit rien d'autre que de rester à ma place près du feu.
J'avais oubliée ce que c'était qu'être avec des gens. La solitude, même si elle me pesait avait été si longue que j'avais du mal à avoir de la compagnie. Cependant je pensais que cela reviendrait vite.

Quelques instants plus tard, Viridieth s'adressa à moi et me demanda quel était mon histoire. Il est vraie qu'ils avaient tous parlés d'eux et que j'aurais du le faire à mon tour. C'était impoli de ma part. Hélas ayant fait partie du peuple qui a tenté d'envahir ces terres j'avais toujours ris soins de dire peu de choses sur mon compte pour éviter toutes sortes de problèmes.
J'allais leur raconter mon histoire mais je me demandais si je devais leur parler de mes connaissances des runes. L'espace d'un instant j’hésitais puis je me décidais d'être honnête car ils l'avaient été avec moi.


C'est vraie Viridieth je n'ai rien dit à mon sujet. Ma vie n'est pas un sujet que je trouve intéressant. Elle est tout simplement banale et triste comme la plus part des gens ici.

Je m'approchais du feu, tendis les mains vers les flammes qui me réchauffais, puis je fis un sourire à  Viridieth avant de poursuivre.

Mon nom est Talhya Luscian comme vous le savez je ne suis pas d'ici, je vient d'un autre monde. Mes parents étaient des guerriers, j'ai d'ailleurs suivi l’entraînement pour emprunter la même voix que mes parents. Mais arrivée à l'âge de décision je me suis orientée vers autre chose : l'étude des runes. J'aime ce que l'on peut créer avec. C'est quasiment infini. Et comme j'adore étudier et chercher je pense que j'ai pris la bonne décision.
Pour de qui est de ma présence ici... Je suis arrivée avec les soldats que je suivais. Mon époux et mon fils étaient dans les rangs et j'avais fais le choix de rester près d'eux.
Mon rôle était de soigner les blesser. J'ai fait de mon mieux le temps que cette maudite guerre dura. Il y a eu de nombreux drames et comme la plus part des gens d'ici je n'ai pas été épargnée. Pourquoi l'aurais-je été.
Mon mari fut le premier à tomber. J'ai tenté de sauver mon fils, de l'écarter de cette boucherie mais c'était trop tard. Je n'ai pu que le voir mourir et tenter de le soulager jusqu'à ce qu'il rejoigne son père au  Valhalla.
Voila je ne vois pas trop quoi dire d'autre.


Je n'avais pas vraiment envie de plomber l'ambiance mais cela faisait partie de ma vie, c'est ce qui avait fait de moi la femme qui était avec eux. Une femme seule qui sait ce que c'est que de perdre ceux qu'on aime.

Akkan me demanda alors ce que je faisais ici. Je ne savais pas trop quoi répondre. Puis il repris sa question en précisant le fond de sa pensée.


Oui j'avais compris que vous étiez à la recherche de votre femme si je puis dire. J'espère que vous la retrouverez. J'aime quand les histoires ce terminent bien. Le monde à besoin d'espoir et de bonheur. Cela rendrait les gens plus gentils les uns envers les autres.
Pour ma part je traverse le pays à la recherche d'une ville assez grande pour m'accepter et y établir un commerce. Pendant un temps je me disais que la vente de plantes médicinales ainsi que des onguents et des potions pourrait être une bonne chose.
Toutefois suit à cette rencontre avec vous trois, ma curiosité est piquée et j'aimerais, si vous me l'autorisez voyager en votre compagnie. J'aimerais apprendre votre magie il doit certainement des choses intéressante en liant votre magie à la mienne.
Je ne cherche pas la puissance, loin de là mais la connaissance.

Je le tournais à mon tours vers nos deux amis Viridieth et Ariane et vous ? Vous avez une destination précise ?


Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 45
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Viridieth
Message Sujet: Re: Un long chemin | Lun 13 Mar 2017 - 21:40


Viridieth observait attentivement l'humaine. Au fond de ses yeux d'une douce couleur mousse on pouvait sans difficulté lire une grande compassion.

*Vous me voyez navré par vos perte. Je n'ai que mes condoléances à vous offrir, je ne saurais moi même imaginer la perte de qui que ce soit d'aussi cher à mon cœur.*

Inconsciemment la queue écailleuse du dragon vint entourer sa compagne dans un geste protecteur. Gardant le silence en écoutant l'histoire de Talhya, la jeune femme se lova confortablement contre le ventre chaud du reptile.

*Quand à votre connaissance des runes je dois avouer ne savoir qu'en penser. D'un côté ma curiosité et ma soif de nouveaux savoirs me poussent à m'intéresser à cet art inconnu. Mais dans le même temps ma nature même de créature d'origine magique fait de cette science un domaine plus ou moins hostile à mon existence. Je ne sais si je serai capable d'étudier convenablement les runes tout en sachant que leur simple présence annihile ce qui constitue mon existence la plus fondamentale.*

Les deux compères écoutèrent poliment leurs interlocuteurs converser. Visiblement ils en vinrent chacun à leur demander quels étaient leurs projets pour la suite des événements. Ariane prit la parole la première.

"-Bah, jusque là le plan c'était de circuler de ville en ville. Histoire de trouver des petits boulots, et de voir du pays. Mais on a pas de but précis en tête. On va presque littéralement là où le vent nous porte."

*Techniquement ce n'est pas exactement comme cela que ça fonctio...*

"Chhhhht...
Susurra Ariane en posant délicatement son index sur le museau de Viridieth. Personne n'a le temps pour tes explications techniques et interminable, Viridieth, personne."

*Pourtant d'habitude tu m'écoute quand je t'en parle.*

"C'est parce que je ne peux pas fuir la conversation alors que je suis sur ton dos."


Visiblement vexé, le dragon roula sur le côté. Privant sa partenaire de l'appui confortable de son ventre écailleux. Tournant le dos aux bipèdes, il se roula en boule face au mur de la grange tout en laissant échapper de ses naseaux des volutes de fumée agacée.  

"-Ça lui passera. Rassura Ariane tout en haussant les épaules. Mais pour en revenir à ce que vous disiez, on ne serait pas contre faire un petit bout de chemin avec vous."

Viridieth émit un reniflement renfrogné en entendant "on".

"-Entre ça et voyager au hasard ça ne nous fait pas une grande différence, et puis on est quand même mieux en groupe. Parce qu'à ne parler qu'entre nous au bout d'un moment ça risque de nous laisser des séquelles à tout les deux."


Avatar par neondragon.

Codes couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 701
Âge : 31

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Un long chemin | Lun 20 Mar 2017 - 16:15


Je me sentais presque soulagé de leur soutien. Le poids de la disparition de Djenka me semblait plus léger pour la soirée. Je me détendais sensiblement et je souriait légèrement. Mes épaules se détendirent ostensiblement sans même m'être rendu compte que j'avais stressé autant pour la rencontre que pour cette question. Je détestais me reposer sur d'autres que moi-même et c'était bien la première fois que j'en venais à demander de l'aide à de parfait étranger. Mais mon but était clair et définit, j'avais une piste et Talhya m'avait aider dans une situation qui n'aurait pas motiver grand monde. Dans le cas de Viridieth et Arianne, je me sentais plus gêné par leur lien comme si quelque chose, une pensée, une présence restait à la lisière de ma conscience sans que je puisse parvenir à la toucher.

Je baillais sous la fatigue, la journée et plus avant même la soirée m'avait exténué et j'avais besoin de me reposer. Je me levais et leur souhaitait une bonne nuit.

Je m'éloignais et me posais  derrière un tas de foin disposant le foin afin de m'en faire un matelas. La chaleur du feu avait rendu l'étable presque confortable. Je m'endormais rapidement, le temps pour moi d'affronter, mes cauchemars. Je revivais en boucle les périodes pénible de ma vie, la perte de ma mère dont je n'avais pas rêver depuis plus d'un siècle revenait ce soir me hanter, se mêlant à la scène de la disparition de Djenka, à l'arène dans laquelle je tuais mon propre père adoptif ... Je criais dans mon rêve aussi bien que dans mon sommeil avant de me réveiller en sursaut, au point du jour. Le froid avait emplit la pièce et je me levais sortant aussitôt pour aller rallumer le feu et faire fondre de l'eau pour me nettoyer. En sortant j'admirais la vue sur les montagnes, couverte de neige, le beau temps semblait faire briller les sommets. Je rentrais en chantonnant un air elfique et rallumait le feu.

Je saluais mes compagnons de route alors que ceux-ci se réveillait dans la fraîcheur et venait se regrouper autour du feu.

- Bonjour, je finis de vous préparer une boisson chaude et je sortirais 5 min le temps de me nettoyer avant de partir.

Je laissais l'eau bouillir avant d'y ajouter les herbes à infuser, puis je remplaçais mon petit chaudron par un, un tout petit plus imposant pour y faire réchauffer l'eau pour laver mon corps et je m'éclipsais quelques minutes plus tard.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 111
Âge : 36

Voir le profil de l'utilisateur http://ddstv.fr/forum/index.php


Talhya Luscian
Message Sujet: Re: Un long chemin | Mar 28 Mar 2017 - 23:27


La réaction de mes compagnons de voyage me surpris un peu. Il est vrai que je n’avais plus l’habitude d’être en compagnie de personnes plus de quelques heures et surtout faire leur connaissance. Parler de moi n’était pas mon sujet préféré. Je préférais faire connaissance des gens qui m’entourent.

Viridieth était désolé de mon histoire. C’était triste, oui, cela m’avais détruite, mais c’est le passé. C’est l’histoire de tellement de personnes que j’avais fait le choix de ne pas m’apitoyer sur mon sort.
D’un autre côté il semblait étonné de la science des runes même si je sentais de la crainte. C’était sans doute dû à l’ignorance. Tout comme moi et ma crainte de son espèce car la peut est liée à l’ignorance.


Viridieth ne soyez pas désolé pour moi. C’est la vie, qui est celle de nombreux survivants. Il faut avancer tout simplement.

Je ne savais pas trop quoi lui dire. Mais je parlais avec le sourire ce qui est pour moi la plus belle arme et le meilleur honneur que je pouvais donner à ma famille.

Pour ce qui est des runes, si vous avez des questions je me ferais un plaisir de vous répondre mais… Sachez que c’est un art dangereux et je ne sais pas si je pourrais vous apprendre leur usage. Ce n’est pas une connaissance que je souhaite garder pour moi. Mais comme toutes choses il y a un prix qu’il faut être en mesure de gérer. Mais ça, je sens que vous le savez déjà.

Ariane quant à elle expliqua quel était leur vie dans leur voyage. Elle avait un point de vue plus terre à terre un peu comme moi. Et je m’amusais en les suivant dans leurs histoires. Un vraie petit couple. Surtout dans la vexation. Je ne dis rien, même pas un sourire. Mais ils étaient adorables et ils respiraient la joie de vivre. Que c’était bon de ressentir ça.

Moi aussi cela me plairais de voyager avec vous tous si vous le permettez. La solitude je ne connais que trop bien ce que c’est.

Akkan semblait éreinté par cette journée et c’était aussi mon cas. Mais l’excitation de nouvelle rencontre me donnait une énergie que je n’avais pas eue depuis longtemps.
Je le regardais s’éloigner sans rien dire. C’est un homme que je n’arrivais pas à cerner. Bon je ne le connaissais que depuis quelques heures, si je continuais à le côtoyer j’aimerai mieux le connaitre.

N’étant plus une enfant je pris exemple sur lui et là un dilemme vint. J’avais une chambre douillette à l’auberge que j’avais payée avec mes économies. Cela faisait des semaines que j’étais sur la route et je rêvais de profiter de mon lit chaud et propre. Et d’un autre côté il y avait ces trop personnes que je venais de rencontrer. Je sentais que je pouvais potentiellement les côtoyer plus longuement et peut être noué des liens avec eux. Ce serait dommage de rater cette bonne occasion en les quittant.
Et puis ils avaient bien arrangés cette grange.
Alors je fis comme eux. Je m’installais dans un coin près du feu .


Bonne nuit.

C’était une habitude que j’aimais. Souhaiter une bonne nuit, cela faisait tellement longtemps que je ne l’avais pas dit. Cela me rendait heureuse.
Le lendemain matin, c’est Akkan qui nous réveilla avec la préparation d’un petit déjeuné. Rien que pour ça, cette attention cela valait tous les lits du monde.

Assise sur une botte de paille je les observais heureuse.


Bonjour, dis-je à mon tour.
C’est très gentil à toi. Tu as besoin d’un peu d’aide ?



Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Un long chemin |


Revenir en haut Aller en bas

Un long chemin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: La Crête-
Ouvrir la Popote