AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Trompes-la-mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15511
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Trompes-la-mort | Dim 13 Nov 2016 - 23:30


Le soleil était calme et brûlant, c'était ce genre d'endroits où la chaleur se déposait en une chape étouffante qui faisait miroiter le sable et distordait tout, jusqu'à l'air, jusqu'aux pensées engourdies par l'ardeur de ces terres inhospitalières.
Tout ce qu'il y avait ici, au milieu du sable et du roc, de l'or et de l'ocre, c'était une faille, et dans le faille, une Faille. Pour tout dire, même les monstres ne s'aventuraient pas jusqu'à si profond dans les sables.
Et pourtant, la Faille qui jusque là était endormie s'ouvrit dans un sursaut. Ce furent d'abord des cris qui brisèrent le calme de mort de l'endroit, puis des flammes et des éclairs, des membres difformes arrachés à leur propriétaire légitime et finalement une poignée d'aventuriers un peu fêlés qui en jaillirent. Les aventuriers retombèrent à quelques mètres de leur point d'arrivée en ce monde, et rapidement se relevèrent au milieu d'un nuage de sable chauffé à blanc et s'agitèrent. La faille, celle de roche, pas celle de magie, se referma dans un grondement et bien vite, cet endroit parmi les plus dénués de vie du monde retrouva son calme séculaire.
A part pour les trois humanoïdes un peu bizarres plus un dragon qui restaient à fixer la roche refermée par magie, avant d'éclater de rire. Il y eut de l'argent échangé, le dragon et un des bipèdes s'en furent, les deux autres restèrent sans immobiles au milieu des vents secs.

-Trompes-la mort, fit celui qui portait un manteau de plumes multicolores, à peine roussi et déchiré malgré ce dont ils venaient de réchapper.

La chaleur ne semblait pas le déranger. La lumière éclatante faisait à peine plisser ses grands yeux bleus et seule une mince goutte de sueur trahissait qu'il n'était pas totalement insensible à son environnement.

-Hum ? Qu'est-ce que tu racontes Dandelo ? fit l'autre.

L'autre c'était Laïaga, il avait le bras droit attelé et maintenu par des bandages de fortune. Il avait un long sabre dans le dos, recouvert de sang et émoussé, la lame ébréchée par endroits, torse-nu malgré le soleil implacable. Des marques de brûlure étaient visibles sur son dos et ses épaules, des restes du tissu fondu et brûlé mêlés à la peau calcinée. Il ne bougeait qu'avec raideur.

-Je dis que ça serait un chouette nom, tu sais ? Par exemple, si on était une compagnie de mercenaires spécialisés dans les failles. Les trompes-la-mort. Ca en jette.

Il y eut un silence, puis d'un accord tacite, les deux hommes se mirent à marcher, l'un plus péniblement que l'autre.

-Merci d'être venus... J'y serais resté, je crois, sans vous, fit finalement Dandelo.
-Tu noteras que ça peut encore arriver, je n'ai pas la moindre idée d'où on est. Il faut trouver un endroit un peu en hauteur, que Yarrock puisse nous retrouver. Qu'est-ce que tu foutais là-bas, au demeurant ?
-J'ai suivi une de mes innombrables petites voix ! fit Dandelo avec un petit rire très décalé au vu de la situation.

Laïaga lui jeta un regard consterné, et haussa les épaules. Ce qui le fit grimacer. Le soleil accentuait la douleur de ses brûlures.

-Tu sais que je suis pas tout à fait humain ? reprit le guerrier-arc-en-ciel finalement, d'un ton plus sérieux. Je... je pensais que les gens qui avaient créé ma race, qu'ils se seraient peut-être enfuis dans cet endroit maudit après que tu les ais quasiment anéantis. Ou bien que j'y trouverais de lointains cousins de leur guilde de malades... Tu sais, ces Créatures des Failles, elles me font un peu penser à ce que j'aurais pu être s'ils avaient eu une autre vision de la perfection. Elles ont tellement l'air d'archétypes de la monstruosité... et en même temps elles sont toutes différentes, tu vois ce que je veux dire ?
-Oui, répondit le dragonnier. Dur de croire qu'elles soient naturelles. T'as trouvé quelque chose ?

Ce fut au tour de Dandelo de hausser les épaules.

-Que dalle. Viens par là regarde, le terrain a l'air de s'élever, on devrait arriver à des formations rocheuses un peu plus loin. Et donc pour le monde des Failles, des clous, j'ai dû tout rêver, toute cette histoire de similitudes, j'ai même pas réussi à trouver la moindre trace de vie intelligente là-bas.
-Ca veut pas dire qu'il n'y en a pas pour autant, fit Laïaga qui était au moins aussi curieux que son ami de comprendre cet endroit étrange et inconnu.

Pendant la bref incursion de la mission de secours destinée à remmener Dandelo, ils n'avaient observé que ce qui n'était sans doute qu'une infime partie de cet endroit. Tout restait à faire, à comprendre, et même si les théories de l'armoire à glace bigarrée qu'ils avaient sauvée in extremis étaient probablement farfelues et tirées par les cheveux, nombre de mystères entouraient encore ces endroits.
Malgré l'environnement inhospitalier, et les blessures dans le cas de Laïaga, l'endurance peu commune du dragonnier et du golem leur permirent de traverser le désert plus vite qu'humainement possible jusqu'à ce que, comme Dandelo l'avait prévu, de la roche commence à jaillir de sous le sable pour finalement créer un promontoire rocheux où Yarrock, le grand dragon vert de Laïaga, puisse les repérer et les remmener au monde des vivants.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Trompes-la-mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Désert du Hadarac-
Ouvrir la Popote