AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Une drôle de bâtisse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 55
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Une drôle de bâtisse | Mar 22 Nov 2016 - 23:55


La source que Manîthil avait torturé, pour lui arracher des informations à propos d'un artefact puissant, avait enfin parlé. Elle se souvient encore des cris qu'il avait poussé et du nom du lieu qu'il avait lâché. Lorsqu'elle avait tordus ses doigts d'ivrognes, il avait avoué où se cachait l'homme qui possédait ce qu'elle cherchait. Il s'agissait d'une petite maison bourgeoise située dans Dras Léona, une ville assez mondaine mais dont certaines ruelles accueillaient les pires nuisibles de la race humaine. Bien que la ville était prospère et était devenue une ville accueillante et agréable, il restait encore quelques points dans la cité qu'il ne fallait pas parcourir sans armes. Le lieu que l'ivrogne avait donné était un de ces lieux, une auberge apparemment sans rien de louche. Mais cela ne plaisait guère à Valto qui décida de lui bouffer la main.
L'elfe ressentit soudainement une grande fraîcheur ce qui la ramena à la réalité. La pluie tombait depuis plusieurs heures, sur sa fidèle monture, Elenwë pestait. Les gouttes glacées avaient traversées ses vêtements de chasse et la pluie glaçait jusqu'aux os.
Elle descendit de sa jument lorsqu'elle aperçut le bâtiment et rejoignit le loup noir au sol qui, lui aussi, non content d'être trempé était boueux.
Elle rentra sans frapper dans l'accueillante bâtisse, un souffle chaud, fit basculer la capuche de la chasseuse qui dévoila une longue tresse argentée trempée ainsi que ses oreilles pointues. La serveuse remarqua la jeune elfe trempée et tout en lui jetant un regard aimable demanda d'une voix lascive :

-Pouvez-vous fermer la porte, s'il vous plait ? Il fait bien trop froid dehors, tandis qu'ici....

L'elfe ferma la porte et demanda à Valto d'attendre dehors, en ignorant la posture sensuelle que prenait la jeune femme. Le loup rechigna à retourner dehors dans le froid, mais il accepta tout en grognant. Manîthil se dirigea ensuite vers la serveuse puis demanda si un homme portant une cicatrice sur le visage et une épée de dragonnier avait été vu dans la bâtisse.
La jeune femme pouffa et lui répondit d'un ton léger:

-Vous savez il y a beaucoup d'hommes qui passent ici. Je ne me souviens pas d'un homme qui ressemblerait à votre description...


L'elfe grogna puis lui demanda d'une voix plus dure et sévère:

-Vous en êtes vraiment sûre ?! Votre patron s'en souviendrais peut être... Une épée de dragonnier passe difficilement inaperçu !


En attendant la réponse, l'elfe essayait de garder tout ses sens en alerte, mais le parfum d'alcool embrumait son odorat et la chaleur de la maison tentait d'assoupir sa vigilance.
Seul le froid mordant qu'elle ressentait via le lien avec Valto à l'extérieur, lui rappelait en rafale qu'il ne fallait pas encore qu'elle sombre dans le sommeil.
Soudainement elle entendit un bruit à l'étage d'au dessus, comme des pas et une chaise que l'on fait tomber, immédiatement, elle prit son épée bâtarde en main et courut dans les escaliers, prête à attaquer, pensant que l'homme qu'elle pourchassait s'enfuyait. Mais la scène qui se déroulait sous ses yeux la désarma, une salle remplie d'hommes et de femmes dénudés. L'elfe était tombé sur une maison close, elle resta stupéfaite devant les filles de joie qui, affairées avec leurs clients, n'avaient pas remarqué l'elfe trempée dans l'escalier, son épée à la main.
Valto, ayant senti l'inquiétude de son ami, grattait désespérément à la porte, tentant d'avoir accès à l'auberge.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 45
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Kheerash'Alzn Resh
Message Sujet: Re: Une drôle de bâtisse | Mer 23 Nov 2016 - 18:36


Une drôle de bâtisse

Kheerash'Alzn & Manîthil & Nivën

Kheerash bouillonait. Littéralement. C’était à peine si on ne voyait pas la pluie s’évaporer au contact de sa peau. Comment diable avait-il pu se laisser entraîner dans cette situation ?!
Déjà, il avait fait touuuut le chemin des Beors jusqu’à cette ville humaine au nom étrange en quête de Cirryë. Mais, évidemment, aucune trace de l’étrange créature qui hantait ses rêves. Il avait rencontré des gens étranges sur son chemin-des gens tout court à vrai dire-et ses réflexes sociaux avaient peu à peu repris place dans son esprit. Et pourtant… Pas moyen qu’il trouve des qualités autres que culinaires à un de ces foutus bipèdes. Non. Décidément, le Stryge n’était pas vraiment le plus social de sa race. Alors comment… COMMENT en était-il arrivé là, emporté par une bande d’humains complètement saoûls qui le prenaient par les épaules et hurlaient dans ses oreilles sensibles des chansons sans queue ni tête ?!
D’ordinaire il évitait les villes comme les gens sa corruption latente. Mais on semblait avoir aperçu d’étranges phénomènes dans la région, des créatures difformes se baladant près du lac et rôdant autour des camps de migrants, attirés par le commerce florissant de la cité. A défaut de piste plus solide (il avait perdu la trace olfactive de sa proie plusieurs dizaines de kilomètres de là à la suite d’une grande pluie), il s’était mis en route d’y accéder sans plus attendre. Il aurait pu rester en dehors des murs et dormir dans un bosquet voisin si une humaine stupide ne l’avait pas mis en garde. Visiblement, les abords de la ville n’étaient pas sûrs pour un voyageur solitaire. Information qu’il n’avait pas démenti en passant ses nerfs sur elle avant d’abandonner son cadavre absolument méconnaissable dans la boue verte qui recouvrait les bords du lac.
Cette mise en garde l’avait forcé à faire un choix dont il se serait volontiers passé s’il avait pu faire autrement. Lui-même n’était pas en danger, il était serein et confiant en sa capacité à mettre en pièce les rodeurs inconscients qui se seraient approchés. Mais l’elfe difforme par contre… Elle avait tout intérêt à se réfugier en ville. Il y était donc allé à contre-cœur.

C’était là qu’il les avait rencontrés… Ou plutôt qu’ILS l’avaient rencontré. Il arpentait les rues froides et ruisselantes quand il avait senti une formidable poussée dans son dos. Envoyé au sol par cinq humains complètement saoûls, ils s’étaient retrouver en tas à terre, lui en-dessous, écrasé par les corps massifs des travailleurs qui peinaient à se remettre sur leurs pieds.
Insensibles au regard noir qu’il leur avait lancé, ils l’avaient remis sur ses pieds en riant.


« Héééééé ! Héhéhéhé… Ah baaaah… Bah désolé l’ami hein ! T’as rien de cassé ? Nan ? »


Le stryge avait subi la palpation maladroite de l’ivrogne raidi par la rage qui bloquait ses mâchoires. Mais visiblement, son interlocuteur ne semblait pas s’en rendre compte et l’avait finalement pris par le bras.


« Alleeeez t’as qu’à nous accompagneeer-hic… Jour de paye ! On fait le tour ! »


Et à partir de là, plus moyen de s’en débarrasser. Il ne pouvait pas juste tuer ces bipèdes en pleine ville, alors il se laissait emporter avec eux en serrant les dents, jusqu’à une très belle bâtisse… Probablement pleine d’autres humains. Il tenta d’échapper au groupe d’hommes, mais trop tard, ils avaient déjà pénétré l’établissement.
Encadré par deux de ses « nouveaux amis », il fut traîné à leur suite à l’intérieur, où régnait une douce chaleur. Celui qui lui était rentré dedans s’approcha de la serveuse et lui glissa quelques mots auxquels Kheerash ne prêta guère attention, trop occupé qu’il était à parcourir la pièce du regard. Ce n’était pas tous les jours qu’il entrait dans une… Auberge ? C’était le mot ? Plus intéressé par l’animal qu’il avait entraperçu devant l’entrée que par ses « camarades », il essaya à nouveau de se dégager en pure perte alors qu’ils l’entraînaient à l’étage, bousculant au passage une voyageuse plantée au milieu du passage. Ça sentait l’humain, ça sentait l’alcool et ça lui fichait la gerbe. Incapable de se retenir plus longtemps, il se dégagea brutalement, descendit 4 à 4 les marches de l’escalier avant d’ouvrir brutalement la porte de l’établissement à la surprise de la serveuse pour se ruer dehors et prendre une grande goulée d’air glacé, laissant par la même occasion une forme sombre se jeter à l’intérieur.


*Bon sang d’humains, je ne supporte pas cette proximité…*

DEV NERD GIRL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 55
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur


Manîthil
Message Sujet: Re: Une drôle de bâtisse | Mer 11 Jan 2017 - 21:47


(Bon vu que personne ne réponds je le fais Very Happy )

Valto hurlait à la porte, tentant par tout les moyens de rentre pour aller à la rencontre de sa moitié, l'elfe chercha du regard l'homme qu'elle cherchait mais il était difficile de voir et différencier les humains. Un groupe d'homme la poussa sur le côté grognant comme des bêtes, l'elfe feula sur les ouvriers ivrognes, Ses oreilles pointues frémirent lorsqu'elles entendirent le crissement des griffes sur le plancher, elle sut que Valto avait réussi à rentrer, avant qu'il ne monte l'escalier elle le contacta par la pensée:

*Je vais bien ne t'inquiète pas! Inutile de monter, je ne pense pas qu'il soit là!*

L'elfe redescendit, rengainant son épée, Valto l'attendait au pied de l'escalier, la queue battante.
Manîthil pesta, sa chasse l'avait menée à un cul de sac, et elle avait ras les bottes, le froid de dehors ne l'attirait guère, et même si le bâtiment n'était pas forcément à son goût, elle pensait y rester quelques heures afin de se reposer un minimum.
Elle alla s'asseoir à une table, elle ne s'aperçut qu'une fois sur la chaise que Valto avait laissé des empreintes de boue un peu partout dans l'auberge, il se coucha sous la table, content d'être au chaud. L'elfe souri à la vue du feu qui brûlait dans l'âtre, elle demanda poliment à la serveuse une pinte de bière ainsi que deux plats chauds. Elle vit que la jeune femme regardait les traces de boue avec dégoût, l'elfe rajouta:

-Ne vous inquiétez pas, je donnerai un pourboire en plus, pour le nettoyage !

La serveuse sembla rassurée, tandis qu'elle préparait leurs repas, les chuchotements redoublèrent lorsque la chasseuse remit certaines mèches de cheveux en place ce qui faisait apparaître plus distinctement ses oreilles pointues. Manîthil se rendit compte de son erreur et remit les cheveux à leur place.
La jeune elfe était habituée au remarque sur sa nature elfique, cela ne l'atteignait plus, mais elle ne voulait nullement se faire remarquer ou chasser dans le froid.


Nous écrivons en...:
 



Ceux qui nous craignent, nous offrent le plus grand des pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Une drôle de bâtisse |


Revenir en haut Aller en bas

Une drôle de bâtisse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Dras Léona-
Ouvrir la Popote