AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

[Mission] L'avant-poste du bout du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15459
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Mer 30 Nov 2016 - 17:38


HRP:
 

Myla regarda une dernière fois la ferme fortifiée derrière elle. Le chef de la petite communauté qui y vivait la saluait en agitant le bras. Sa peau tannée par le soleil, presque brune, contrastait avec la pierre blanche des murs. Elle lui rendit son salut, et puis embrassa du regard la caravane.
Sa caravane. La centaine de personnes qui avaient quitté Gil'ead sous ses ordres. Ils formaient une troupe bien hétéroclite, surtout les mercenaires, tous plus étranges les uns que les autres, bigarrés et exubérant ou ternes et peu loquaces. Mais le type qui les employait avait allongé la monnaie pour tout ce beau monde, et son travail à elle était d'emmener tout cela jusqu'au bout.

La femme mit ses mains en porte-voix et cria à pleins poumons :

-Caravane ! En route !

Et contrairement à ce que sa petite stature laissait penser, sa voix portait. Elle roula sur la plaine sans fin, parsemée ici et là de bosquets d'herbe rase ou de palmiers caractéristiques de la zone où le désert débutai sans être encore totalement l'enchaînement de dunes et de roche auquel on associait le nom de Hadarac.
Et, lentement, la caravane se mit en route, laissant derrière elle la dernière habitation humaine qu'ils rencontreraient avant leur retour. Cette petite ferme fortifiée était, si l'on exceptait Sil'Arn qui était bien plus loin encore, le point le plus oriental de la civilisation alagaësienne.
Il y eut d'abord la troupe improbable de mercenaires qui formaient l'avant-garde. Ils n'avaient rien d'une vraie armée, mais ils en jetaient, la maîtresse de la caravane devait bien le reconnaître : ils brillaient comme un miroir de bordel, avec leurs armes, leurs armures, leurs bijoux - même si bientôt, quand le soleil et la chaleur seraient devenus des menaces à part entière, ils devraient cacher tout ça. Les nomades qui leur servaient de guides, eux, portaient déjà tunique et chèche bleu indigo et allaient avec l'avant-garde de mercenaires, repérant le chemin.
Myla elle, comme tous ceux dont le travail ne consistait directement ni à se battre ni à les guider,était au milieu de la caravane, et encore un certain nombre de guerriers formaient la queue de ce convois tel que le désert n'en avait que très rarement connu.

Une fois assurée qu'aucun incident n'était survenu cependant, la cheffe de la caravane talonna son hongre pour remonter jusqu'à la tête de la procession. Pendant qu'elle s'entretenait avec les nomades et envoyait quelques éclaireurs au-devant de leur groupe, un léger vent se levait et agitait les plantes et les arbres. Ceux-ci étaient de plus en plus rare aussi loin que le regard portât vers l'est, et à l'horizon, ce n'était pas la végétation que l'on voyait bouger mais des nuages de sables qui étaient soulevés par le vent. Rien d'inquiétant pour l'instant, cependant, jugea la femme en espérant que le temps n'empire pas.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Jeu 1 Déc 2016 - 17:18


J'avais quitté Aberon afin de participer à une mission qui avait pour but de bâtir un avant-poste près de la Faille du Hadarac. Chose qui pouvait bien sembler étrange de ma part, puisque c'est à cause de ces dites failles, que j'avais quittée Urû'Baen quelques années plus tôt. Seulement si je vouais un dégoût pour la plupart des créatures qui sortaient de ces failles, il y avait tout de même une espèce qui avait retenu mon intention. Les stryges sont de fascinantes créatures que je me devais d'étudier et pour cela il n'y avait pas de meilleure occasion que cette mission. Il était donc dans mon propre intérêt que cette dernière soit menée à bien.

Je me trouvais à l'avant du convoie, légèrement à l'écart des autres, dans l'attente du départ. J'avais déjà exploré le Hadarac, bien que cela remontait à une centaine d'années, je n'avais pas oubliée que ce territoire pouvait être hostile et dangereux. Je m'étais donc vêtu en conséquence. Un voile recouvrait ma tête ne laissant apparaître que mes yeux, afin de me protéger du soleil et plus tardivement du sable.

L'attente ne fut pas très longue avant le départ de la caravane, en effet une femme venait d'ordonner le départ de celle-ci. Plus nous nous éloignions de la civilisation, plus le Hadarac dévoilait son paysage désertique. Au fur et à mesure que nous avancions, je devinais qu'il allait m'être difficile de supporter tant de personnes. Mais je savais que j'allais devoir contrôler mes pulsions meurtrières, si je voulais que cette mission soit menée à bien. Cela ne voulait  pas dire, pour autant, qu'un meurtre ou deux, ne serait pas à déplorer.

Celle qui semblait diriger la mission arriva à notre hauteur et me coupa dans mes réflexions. Elle semblait donner des ordres, puisque des éclaireurs se détachaient du convoi. A partir de ce moment-là, je savais que cette femme était essentielle à la réussite de la mission. Par conséquent, elle était un pion essentiel pour arriver jusqu'à mes fins. Le regard fixé sur cette dernière, je me jurais qu'il ne lui arriverait rien. Et pour être sûr de cela, je ferais en sorte de ne jamais la perdre de vue. Puis mon regard dévia sur mes autres compagnons de voyages. J'étais méfiante à leur égare, ne connaissant pas leurs motivations. Il était clair que si l'un d'entre eux avait l'idée de faire capoter cette mission, il me trouverait sur son chemin.

Spoiler:
 


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 94
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=vMhJR6swmTU


Sélène
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Jeu 1 Déc 2016 - 20:28


Quelle chaleur… Du mal à… réfléchir… Pourquoi j'ai accepté déjà... ?
J'ai bien fait d'imiter… ceux qui paraissaient le plus à l'aise, avec leurs draps sur la tête. Ça règle le problème du sable…

Je marche droit vers une faille. Je n'en ai pas envie, et pourtant… Je veux pas les revoir. Il faut que les autochtones montent ce campement pour les ralentir, à défaut de les chasser… Ils sont fous. Ils vont tous mourir s'ils s'approchent trop près ! Mais il faut essayer…


Sélène agrippa le voile qui lui couvrait la tête. Elle avait été assignée à l'arrière du cortège, se contentant de suivre le reste de la caravane sans voir où celle-ci la menait. Le paysage ne l'intéressait plus : cela faisait des jours et des jours qu'elle ne voyait plus que des étendues de sable à perte de vue.
Ses jambes commençaient déjà à s'alourdir, toute son énergie passait dans la dissimulation de son aura. La chaleur intense ne lui convenait pas, son corps s'était déjà trop accoutumé aux régions plus tempérées près du grand lac.

Qu'est-ce que je donnerai pas pour une petite bouchée… Juste une petite...

Mais un petit en-cas était un luxe qu'elle ne pouvait pas se permettre. Pas tout de suite. Aujourd'hui, elle était une humaine comme les autres, et allait manger comme les autres, c'est-à-dire dans quelques heures. Et pas de cuisine maison.
Cette mission devait réussir et la stryge était prête à faire le nécessaire pour. Ce monde ne devait pas devenir une nouvelle prison comme celle qu'elle avait fui.

Tous ces gens autour de moi… Tous des originaux… Avec ma belle frimousse toute sage, c'est comme si je sortais du lot. J'espère qu'ils ne vont rien remarquer… J'aurais au moins pu me dégotter une arme !

...Hm ?

Tiens, on est déjà si près de la faille ? Je sens comme un peu de corruption dans l'air… À moins que…


Quand on les ouvre, il s'en échappe une si belle couleur !
Chaque goutte qui atteint mes lèvres me donne envie d'en avoir plus !
C'est si rouge... si rouge et si doux... j'en tremble ! C'est si bon !
J'en veux plus ! Tellement plus ! Je ne peux plus attendre !!!


...
Trois bouteilles de grenadine, s'il vous plaît.


So close...

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1033
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 2 Déc 2016 - 12:51


Enfin le grand départ. C'était pas trop tôt. L'inventaire est fait, les rations réparties entre les mercenaires, la paye aussi. On a déjà eu droit au discours pour motiver les troupes de la chef le genre de discours que me colle un sourire cyniques aux lèvres. ça fait longtemps que j'ai pus besoin de ce genre de diatribe? quand j'ai postuler pour cette caravane, je me demandait ce que Sin'Sayan avait derrière la tête. Faut croire que je perds mal mes vieilles habitudes de Jeger, enfin, ça à l'air honnête, dangereux, mais honnête. Je ramène Natta vers le flanc droit de la colonne, contrairement à moi, ma jument n'a pas trop l'habitude du désert alors que moi... putain ça ramène des souvenir de mes traque dans le désert, la soif, la chaleur étouffante... bref, un environnement à la fois beau et brute. Je me concentre sur mon boulot. Pas facile avec toute cette chaleur. J'ai beau avoir arpenté le désert trois quatre fois, je pas sur de m'y faire un jour...

Vu rare dans le désert, c'est un corbeau qui passe au dessus de nous ou plutôt UNE corbeau, puisqu'il s'agit de Varona. Elle se pose sur mon épaule et commence à dire ce qu'elle à vu dans les alentour, pas grand chose apparemment, quelques créatures de Corruption de-ci de-la mais rien qui pourrait menacer la caravane, pour le moment. je sors d'une petite sacoche un morceau de viande séchée et lui donne. bon son met préféré son les yeux mais je me voyais pas transbahuter un bocal rempli des yeux de mes ennemis, surtout que quand je les butes elle se gêne pas pour aller les bouffer... les yeux hein.. ? je me suis toujours demandé comme elle faisait pour supporter la chaleur du désert avec ses plumes noires. enfin bon...

les premiers kilomètres sont toujours tranquille, toujours. C'est presque un règle universelle instauré par Mastaï. cette notions de premiers kilomètres est déjà bien vague, ça doit être encore plus vague appliqué au désert je pense. C'est quand on à passé ces premiers kilomètres que les emmerdes commencent, et elles vont commencer, tôt ou tard...

Spoiler:
 


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       


Dernière édition par Korann le Ven 2 Déc 2016 - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 23
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 2 Déc 2016 - 13:00


Heureusement qu'il avait choisi de rejoindre la civilisation pour en apprendre plus sur leurs fonctionnement sans cela il n'aurait jamais appris qu'une expédition avait été montée et demandais un nombre assez important de participant pour être menée à bien. Ce n'est seulement que lorsqu'il s'est inscrit pour y participer que Druaga fut supris de voir que les humains tentait déjà d'établir des défenses contre les failles et que la création d'un avant poste (le but de cette caravane) constituerais un premier pas dans cette direction. Il ne pouvait laisser les choses se passer ainsi. Lorsque l'homme lui tendis un bout de papier pour signer sa participation à la caravane, il le fit que distraitement. A cet instant il songeait déjà à un plan pour saboter toute la caravane.

Il songeait à tuer autant d'humain que possible, mais cela ne serait sûrement ni très discret et sans doute moins efficace. Une attaque directe n'est pas toujours la solution la plus utile. Fort heureusement dans le genre d'approche plus subtile, il y a de quoi faire, il songeai déjà à tuer quelque personne qui s'éloigne trop du gros de la caravane. Il il avait aussi la solution de l'empoisonnement, mais la nature du poison restait encore inconnue dans son plan. Car il faudrait un poison invisible, inodore et sans goût au risque de se faire repéré facilement et donc d'être inefficace. Sans parler de l'effet du poison qui doit être assez lent pour que les premiers symptômes n'apparaissent pas trop vite et donc que la totalité de la caravane soit infectée. De toute façon il doutait que les être vivants en sache assez sur les stryges pour découvrir sont identité très rapidement.

Il partit donc se coucher pour aller rejoindre la caravane le lendemain. Le sommeil n'étant pas quelque chose de très commun pour un stryges il profita donc de la nuit pour trouver une solution à l’échec de la caravane. Empoissonner l'eau et la nourriture semblait vraiment le meilleur plan, bien plus que tuer un peu au hasard. Il aurait pu tenter de prendre l'apparence de la personne qui dirige après l'avoir tuée pour détournée la caravane et la menée dans un piège, sinon il pourrait aussi cumuler deux plan. De toute façon le déplacement prendrait du temps et il aurait le temps de mettre en place ses machinations.

Ces alors que les premières lueurs flottaient à la lisière de l'horizon pour prévenir de l'aube imminente, que Druaga se leva. Il avait déjà une bonne idée de ce qui allait arriver, et choisi une apparence relativement anodine. Ses cheveux d'une couleur grisâtre à l'origine changèrent en  un blond foncé tirant sur le châtain. Sa peau excessivement pâle se pigmenta de beige claire pour paraître vivant. Ses traits de visages ne changèrent que légèrement pour quelque chose d'un poil plus aquilin. Ses oreilles se tendirent en pointe et pour finir ses yeux prirent une teinte noisette. Il ressemblait maintenant à un elfe assez banal en soi. Il était donc fin prêt à intégrer la caravane.

Le monde présent pour le départ lui fit hausser les sourcils. C'était bien plus qu'il ne se l'était imaginer, sa tâche en serait d'autant plus colossale. Cependant ses intentions restaient inchangées, voire même fortifiée, si tous ces êtres vivants parvenaient à leurs fin, ils seraient peut être en effet capable de contre carré l'invasion. En s'approchant d'un garde qui semblait contrôler les arrivants pour la caravane, il lui tendis le bout de papier d'hier et celui-ci hocha la tête et lui indiqua un groupe à rejoindre. Les tâches qui lui seraient confiés seraient vu avec d'autres personnes.

Dans le fond Druaga s'en fichait pas mal, mais un peu de renseignement de lui ferait pas de mal. C'est alors qu'il sentit un vrombissement familier. En tournant la tête il ne perçut pas vraiment ce que c'était avant de se rappeler que ce bruit n'était pas entendu par ses oreilles. Cette sensation lui rappelait des souvenirs douloureux et également que sa mission n'était pas terminée. Un rappel de son maître ? Non il ne serait pas déplacer jusqu'ici lui-même pour ça. Puis sortant de ses réflexions, son regard se posa sur une personne qui le fixait également.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15459
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Sam 3 Déc 2016 - 20:45


Spoiler:
 

Pendant quelques heures, la caravane avança sans que rien ne vienne troubler sa monotonie. Un long ruban d'hommes et d'animaux qui se déroulait à travers le paysage de moins en moins vivant. Ils étaient partis peu après l'aube de la ferme fortifiée, et le soleil, maintenant haut dans le ciel, commençait à faire ressentir sa chaleur.

Ce n'était encore rien par rapport à ce que serait le cœur du désert, bien sûr, mais suffisant pour être inconfortable. Myla attrapa un court morceau de cuir dans une des poches de sa tunique, remmena ses cheveux blond cendrés en une queue désordonnée tout en cherchant, comme à sa son habitude, l'horizon du regard pour y repérer les deux éclaireurs qu'elle avait envoyés.

Mais personne ne revenait. Myla se mordit la lèvre : depuis le départ de la caravane, ils avaient maintenu, elle et les quelques nomades qu'ils avaient pu recruter pour les guider, une stricte discipline. C'était peut-être lié à la rigueur de la vie dans le Hadarac, mais les hommes du désert étaient parmi les plus scrupuleux qu'elle ait commandés, que ce soit durant son passé militaire ou après, en tant que contremaître sur de grands chantiers.
Et précisément pour cela, leur retard était inquiétant, même s'il était encore faible. La maîtresse de la caravane regarda autour d'elle, essayant de repérer autour d'elle ceux des mercenaires qui avaient l'air les plus compétents. Dur à dire, compte tenu du fait qu'ils étaient aussi disparates qu'une troupe pouvait l'être, et qu'elle n'avait pas encore eu le temps de faire connaissance avec chacun d'entre eux.
Myla jeta finalement son dévolu sur une des rares femmes de la troupe combattante : petite, blonde et la peau pâle, elle avait l'air aux antipodes du genre de personne qu'elle voulait pour cette tâche... n'eussent été ses yeux. Myla se fiait beaucoup au regard des gens.

-Toi, fit-elle à Sélène. Et toi.

Un elfe, les cheveux châtain. Toujours ce regard, inquiétant, mais rassurant quand on cherchait quelqu'un à envoyer remplir une mission dangereuse. Elle désigna encore deux des mercenaires : Korann, un Premier Homme puissamment bâti comme tous les siens, lui l'avait frappée par ses allures martiales qui, en plus de ses cent vingt kilos de muscles, en faisait visiblement une machine à tuer bien huilée. L'autre, une femme étrange aux longs cheveux noirs ; elle n'avait pas retenu son nom.
Myla fit signe aux quatre aventuriers de se rapprocher.

-Bon les gars, on a deux éclaireurs qui prennent plus de temps à revenir que prévu, leur expliqua-t-elle avec son ton bourru habituel. Y sont partis ce matin juste après notre départ, ils doivent pas à être à plus d'une vingtaine de kilomètres.

En tout cas, s'ils avaient suivi les consignes. En pratique, s'ils avaient poussé leurs montures au galop sans s'arrêter, ce pouvait être bien plus, mais ils n'avaient a priori aucune raison d'avoir fait cela.
Myla leur expliqua tout cela, et leur indiqua sur une carte le trajet que les éclaireurs auraient dû effectuer.

-Votre tâche si vous l'acceptez est d'aller les retrouver et s'assurer que tout va bien. Bon courage et revenez moi entier d'ici trois heures ! conclut-elle en donnant une claque sur l'épaule de l'elfe pour leur signifier qu'elle avait terminé. Les morts seront privés de ration de bière ce soir.

Elle leur fit un clin d’œil avant de retourner aux autres affaires de la caravane.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Dim 4 Déc 2016 - 19:02


Après avoir reçu les ordres, je m'étais emparée de la carte donnée par la "cheffe" d'expédition. Je ne connaissais pas les trois autres individus, je ne leur faisais donc pas confiance. Puis mon regard se porta avec dégoût sur l'elfe présent.

"- Qu'est-ce qu'un elfe peut bien retirer d'une mission comme celle-ci, hein ? Retourne donc chanter dans les bois."

Puis sans me soucier de rien, ni même d'une éventuelle réponse de la part de l'elfe, je m'emparais d'un cheval et jeta un oeil aux deux autres. J'attendais assez longtemps dans le silence pour savoir s'ils contaient me suivre ou non avant d'élancer mon destrier. Sans attendre, un corbeau vint se placer sur mon épaule avant de repartir quelques secondes plus tard. Skull était toujours dans les parages et c'est en conscience de cause que j'avais fait appel à lui, afin qu'il puisse garder un oeil sur la meneuse d'expédition. Ma priorité était la sécurité du convoie, c'est pourquoi j'avais choisie de partir à la recherche des éclaireurs. Cependant, cela ne m'autorisait pas à briser la promesse que je m'étais faite à moi-même, à savoir toujours garder un oeil sur cette "Myla".

La légère brise qui s'était levée plus tôt dans la matinée, était renforcée par la course du cheval sur lequel je me trouvais, créant un nuage de sable désagréable. Ce qui me força à ralentir la course du destrier afin de regarder la carte et de me désaltérer, la chaleur se faisait de moins en moins supportable. Sûr de moi, je choisis néanmoins de passer la carte à l'un de ceux qui m'avaient suivi. Deux avis valent mieux qu'un seul, c'est pourquoi, tout en pointant à la fois la carte et l'horizon, je m'assurais que nous avions empruntés le bon chemin.

"- Qu'en penses-tu ? Devrions nous aller plus vers la droite ou la gauche ?"

Une fois fixés sur la direction à suivre, j'élançais de nouveau mon destrier, avec un seul objectif en tête : Ramener les éclaireurs, mort ou vif cela m'importait peu.

Spoiler:
 


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1033
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Lun 5 Déc 2016 - 12:57


La chef me désigne avec un elfe, une brunette à mauvais caractère et une blondinette discrète. La meilleur équipe d'éclaireur de tout les temps... Non franchement Morag serait fier... enfin... une fois l'ordre donné, je chope mon arbalète d'assaut. Je test le mécanisme de chargement et de tension en donnant quelques coup de levier. Bon, ça à l'air d'aller, faudra lui donner un petit graissage quand même... j'enclenche d'un chargeur cylindrique d'une quarantaine de carreaux explosifs. Je réduit ma couverture contre le soleil à mon capuchon et une sorte de poncho porté par dessus mon armure.

Je voit la brunette se payer l'elfe d'une réplique aussi aimable que subtil. Point intéressant, elle a un corbeau avec elle. une élue de Badb, peut probable. Va falloir la surveiller et de près. Varona se pose sur mon épaule.

" congénère pas bien ici, étrange"
- qu'est ce que je devrais dire sur ton cas ?
"cas spécial, pas trop chaud"
- Colle au cul de ce corbac en toque et dit moi ce qu'il fait une fois que je reviens

Varona croasse et s'envole. Moi, je lance mon cheval à la suite de la Brunette. Il me faut pas longtemps pour arriver à son niveau. Elle me lance au débotté, comme si elle faisait ce petit cirque de manière tout a fait naturellement.

"- Qu'en penses-tu ? Devrions nous aller plus vers la droite ou la gauche ?"

Si je dois bosser avec pareil forte tête...

- Attend les deux autres et on se séparera pour couvrir plus de terrain.

Elle commence à lancer son cheval. je l'arrête et lui tend une arbalète de poing à un coup après l'avoir chargé et armé.

- Prend ça, si tu trouve quoique ce soit, tire avec ça en l'air, ça créera de la lumière qu'on pourra voir de loin.

Je veux la surveiller, mais pour l'instant c'est avec elle que je bosse et c'est une bonne occasion de voir si on peut lui faire confiance. je ne suis pas naïf, c'est plus que probable qu'on a été infiltré, je ne sais pas si oui ou non j'ai raison, ni qui ou quoi nous a infiltré avec quel but en tête, mais une expédition comme celle là n'est surement pas passé inaperçus et un agent de la corruption peut très bien s'y trouver. pour l'instant j'ai cette brunette dans le collimateur, on va voir si je me plante. Suivant ce que me dira Varona aussi. quant aux deux autres et au reste de la colonne.... faudra voir... Bon qu'est ce qu'ils foutent les deux autres ?


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 23
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Mar 6 Déc 2016 - 16:40


Alors qu'il allait ouvrir la bouche pour parler à la personne qui le fixait, quelqu'un d'autre le désigna d'une voix forte le faisant légèrement sursauter. Il fut désigné avec quelques autres personnes de la caravane pour enquêter dans les alentours au sujets de guides qui auraient disparues. Une situation bien trop propice à l'assassinat des membres qui s'éloigne de la caravane, mais s'il est le seul survivant il risquerait d'être suspecté, à moins qu'il ne tombe réellement sur un danger mortel et qu'il abandonne ses alliés du moments pour rapporter la nouvelle à la caravane. Mais qu'est-ce qui pourrait être aussi dangereux ? A priori il EST ce qui est sortit des failles et également dangereux pour les humains.

Ce n'était pas le moment de songer à ces choses-là. Le petit groupe d'éclaireur s'avança dans la plaine à l'écart de la caravane. Le soleil était maintenant assez haut dans le ciel pour y voir correctement. Sous réserve qu'il commence à faire chauffer le sable plus qu'à l'accoutumée. N'étant pas vraiment humain la chaleur solaire ne l'affectait qu'assez peu. En revanche les déformations de l'air chaud était les mêmes pour tous. Le vent était bien trop léger pour rafraîchir le petit groupe qui avançait d'un pas mal assuré. Ils ne se connaissaient absolument pas, mais avaient, à priori, un but commun. Il observa alors ses compagnons de route plus attentivement. Celle qui était la plus près de lui était Blonde aux yeux bleues, un peu plus petite que lui. Cependant il se dégageait d'elle une aura qui l'attirait, il se rappel qu'elle était celle qui l'avait fixée juste avant de se faire enrôler par la dirigeante de la caravane. Puis juste après le femme aux allures sinistres. Elle avait tenté de le rabaissé en lui disant qu'il ferait mieux de retourner chez lui. Mais il se retint de rire en pensant que c'était un peu ce qu'il était en train de faire puisqu'il allait vers la faille. Vint enfin l'homme, un guerrier par son allure et son maintient.

Il est certain que Druaga pourrait danser agréablement avec un combattant de sa trempe, mais ce n'était pas là son but pour l'instant. Cependant il fut un détail qu'il n'avait pas noté jusqu'ici. C'est ces foutus corbeaux. Non pas qu'il ai peur des oiseaux, mais leurs regards sur sa personne le met mal à l'aise. Particulièrement ces deux-là. Il aurait bien le temps de les tués plus tard. Les propriétaires en seraient forcément très affecté et c'est pourquoi la prudence lui indiquait d'attendre le moment opportun. Échafaudant des plans de plus en plus alambiqué il ne s’aperçut pas immédiatement que la femme aux cheveux noires lui avait tendu un bout de parchemin. Il pris donc l'objet et le déroula pour observer les alentours et comparer ce qu'il avait sous les yeux. Cela ne lui disait absolument rien. Il haussa donc les épaules avant de tendre la carte à la personne qui se trouvait à coté de lui.

Mais alors qu'ils allaient choisir un chemin, le cavalier proposa de se séparer. Cela parut être une bonne idée pour Druaga, mais il lui faudrait alors suivre l'un de ses camarades pour pouvoir le tuer. Mais ce fut avant de voir que l'homme donna une arme chargé d'avertir du danger. Hum ce n'était donc pas un amateur. Il serait judicieux de s'occuper de lui en premier. La tension montant en lui, il était presque au bord de l'explosion de violence. Sa main tremblait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 94
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=vMhJR6swmTU


Sélène
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Mar 6 Déc 2016 - 18:24


On forme un petit groupe de quatre. On est partis seuls à la recherche d'autres gens qui se sont perdus en partant seuls. Où est le risque, hein ? Surtout que je n'ai toujours pas fait de progrès en équitation depuis que je suis ici… J'espère que ça ne s'est pas trop vu.

À quoi tu pensais déjà, tout à l'heure ? Ah oui !

MERDE MERDE MERDE ! Pourquoi le monde doit-il être aussi petit ?! Qu'est-ce qu'il fait là, le militaire ? C'est pas comme si je l'ai déconcentré au moment où un dragon allait le transformer en méchoui ! Il a pas l'air de m'avoir reconnu, c'est l'essentiel. Le bout de tissu sur ta tête est ta garantie de survie, Sélène, alors on y fait attention !

Respires. Voilà. Même ça, c'est dur quand il fait chaud…

Je ne dois pas partir avec lui. Je veux pas me retrouver tout seul avec cette montagne de chair filandreuse. Suis la fille flippante, qui part avec le signal de détresse. C'est bien ça, un signal de détresse. Espérons juste qu'on en ait pas besoin.

N'empêche, elle est bizarre, cette fille. Tout en noir : cheveux, voile, tunique, bottes… Elle a pas chaud comme ça ? Qu'est-ce qu'elle fait dans la vie, tiens ? Elle était dans les rangs des mercenaires, mais ça ne dit pas tout. Je ne vais pas le lui demander, si c'est pour prendre une remarque glaçante comme elle en a fait aux autres. Je suis quelqu'un de sensible, moi !

Et puis il reste l'elfe. Il est bizarre, lui. Déjà que je ne les aime pas trop, celui-là me fait frissonner. Pourtant il est mignon, c'est pas le problème. Mais je le sens nerveux. Trop nerveux. On dirait moi quand je réfléchis sous couverture.

Bah ! C'est sans importance.


Spoiler:
 


Quand on les ouvre, il s'en échappe une si belle couleur !
Chaque goutte qui atteint mes lèvres me donne envie d'en avoir plus !
C'est si rouge... si rouge et si doux... j'en tremble ! C'est si bon !
J'en veux plus ! Tellement plus ! Je ne peux plus attendre !!!


...
Trois bouteilles de grenadine, s'il vous plaît.


So close...

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Mer 7 Déc 2016 - 0:56


Une fois l'arbalète en main, je faisais un signe de tête poli à l'homme qui me l'avait donné et m'élançais de nouveau dans la direction indiquée. Cet homme avait l'air d'un bon guerrier, son aide pour la protection de la caravane serait non négligeable. Note à moi-même, ne pas en faire ma victime. Quant à la blonde qui avait choisi de m'accompagner et bien la question restait à se poser. A première vue, elle n'avait rien d'exceptionnel, mais si elle se trouvait ici, c'est qu'elle devait avoir certains atouts. Il ne restait plus qu'à déterminer lesquels. Ainsi je choisis de ralentir mon destrier afin d'arriver au même niveau que cette dernière. Je l'observais nonchalamment, ne prêtant guère attention à ce qu'elle pouvait bien penser. Elle était d'une taille moyenne, blonde aux yeux bleus, elle me faisait penser à une pauvre petite princesse sans défense. Je soupirais d'amusement à cette pensée, seulement ce qui m'amusait le plus était sa maladresse à cheval. Je pris alors la bride de son destrier et accéléra la course du mien.

"- Tu vas finir par nous ralentir."

Ma voix était quelque peu moqueuse mais rien de bien méchant, elle cachait simplement de l'amusement. Cette fille semblait humaine et pourtant j'avais comme un doute, elle était bien trop discrète pour ne rien avoir à cacher. Mais je n'avais pas eu le temps de me perdre dans mes songes bien longtemps, car quelque chose clochait. Je ralentissais donc la course de nos chevaux respectifs et tout en descendant du mien, je scrutais l'horizon.

"- Reste prudente, quelque chose cloche."

J'avais vu juste, un groupe de cinq personnes sorti de nulle part, s'approchait à présent de nous. Un sourire mesquin illumina alors mon visage, ils n'étaient pas très nombreux et ils ne semblaient pas bien armés non plus. J'allais pouvoir m'amuser un peu, seulement, cela ne pouvait être qu'une seule petite partie d'un groupe plus grand, je restais donc sur mes gardes. Car s'il y avait une chose dont je ne doutais pas, c'était bien de leurs mauvaises intentions.

"- J'espère que tu sais te battre, princesse."


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1033
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Mer 7 Déc 2016 - 9:02


Brunette me fait un signe polie en guise de remerciement et lance son canasson
Je regarde Brunette et Blondinette partir. Bon... au travail. Je me tourne vers oreille pointues. je me demande si l'une ou l'autre dispose d'une quelconque expérience du combat ou même du rôle d'éclaireur. Bah on verra bien...

Je me tourne vers le troisième des quatre larrons assigné à cette "mission". Qu'en est-il de lui sait-il se battre ? Est ce que je peut simplement lui faire confiance pour garder mon dos ? On verra ça.

J'amène Natta au niveau de la monture d'Oreille Pointues.

- Bon, les filles ont prit la droite, à nous la gauche. Comment tu t'appelle ?

Tant qu'a faire autant choper les noms. J'ai déjà une ou deux parties de dés avec Jovan et Gregor, deux mercenaires de la troupes mais mis a part eux... je connais pas grand monde.

On ne chevauche pas très vite. Contrairement à Brunette qui à l'air pressée de revenir à la caravane, moi... j'ai bien l'intention de prendre mon temps et de ramener mon cheval en vie, accessoirement. Bon je me fais pas trop d'illusion sur le sort ce ces pauvres bougres : mort ou corrompu jusqu'à la moelle, voire les deux à la fois.


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 23
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Jeu 8 Déc 2016 - 0:26


Des noms, encore des noms, toujours des noms. Ces personnes sont donc tellement attachés à ces choses là ? Ce n'est qu'un mot pour désigner quelque chose et c'est le plus agaçant quand on doit en trouver un sans y avoir réfléchis pour des raisons tout aussi désagréable au yeux de Druaga. Il aurait pu se servir du nom que Manithil lui avait donné mais, il préférait garder cette identité pour une autre occasion. Il tourna la tête vers l'homme pour lui répondre. Sa voix sonna grave et exaspérée.

« Appel-moi l'elfe, ça sera suffisant. »

Il se détourna ensuite et partit en avant en observant avec attention les alentours. Si les guides étaient mort la logique voulait que leurs corps attires les charognards, et donc regarder les cieux pour tenter de trouver des vautours qui chercheraient à manger seraient un bon début. Mais son but n'était pas de les retrouver, plutôt de trouver un endroit propice à une embuscade pour l'homme qui l'accompagnait.

Son cheval avançait tranquillement alors que la lame de Druaga battait sur sa hanche. Son esprit se focalisait dessus alors que ses yeux regardais devant dans le vague. Il attendis que l'homme qui l'accompagnait prenne un peu d'avance pour que celui-ci ne puisse le voir directement. Mais alors qu'il posait la main sur son arme le bruit d'un carreaux passa suffisamment près de son visage pour le surprendre. Cependant, bien que Druaga garda son calme, ce ne fut pas le cas du cheval sur lequel il se trouvait et celui-ci se cabra jetant l'elfe à terre. Il tenta de faire un rouler-bouler pour éviter de subir trop de dégât, mais n'ayant jamais fait cette expérience auparavant, ce fut plus pour se salir qu'autre chose.

Le stryge ne craignait pas vraiment pour sa vie, mais ce carreaux aurait sans doute pu le blesser gravement et cela seul méritait une punition exemplaire. Il se releva sans prendre la peine de retirer la poussière, mais saisi sa lame dans son fourreau et chargea en direction du tir. Il ne vit pas les autres tirs sur le coup, mais il les entendis sans peine. Cela ne le freina pas et il se fichait pas mal de l'autre homme derrière-lui. En cet instant seul comptait la personne qui avait signée son arrêt de mort. Son corps avait beau ne pas avoir changer pendant sa course sur les agresseurs, son aura était devenu bien plus sinistre et lorsqu'il fut sur eux, il entendis ceux-ci crier des ordres dans une langue qu'il ne connaissait pas. Le premier coup qui vint sur lui par la droite fut stopper par sa lame.

Son regard se planta dans celui de l'homme qu'il avait en face de lui. C'était un homme du désert, habillé d'un voile claire pour amoindrir les dégâts sur soleil, il en était entièrement recouvert, seul ses yeux étaient visible. Il avait le regard d'un homme acculé et prêt à tout. Des mouvements autour de lui rappela à Druaga sa situation. Il fit un moulinet du poignet pour passer la garde de l'homme et le blesser à l'avant bras avant de le repousser du pied pour le laisser hors combat. Il s'occuperait de lui après.

C'est lorsqu'il allait s'attaquer à un autre membre des agresseurs qu'un cor de bataille se fit entendre. Ils n'étaient donc pas seul ? Tant mieux, il pourrait s'en donner à cœur joie. En se tournant il sentit le fer le blesser au niveau du dos. Qu'importe, cela cicatriserait et l'auteur de cette blessure fut décapité d'un mouvements circulaire au même moment. Ce fut à sa troisième victime que les autres hommes commençaient à reculer et à y réfléchir. Voulaient-ils fuir ? Dommage, cela serait moins amusant.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15459
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 9 Déc 2016 - 18:37


-Ben mince on fait quoi ?
-Ils font chier quand même, les précédents avaient plus poliment suivi nos plans…

Les deux bandits étaient en train d’observer le plus discrètement possible, le petit groupe qu’était la mission de sauvetage.

-Bon allez, fit le premier, envoie le signal, on n’a qu’à se séparer aussi et leur tendre deux embuscades, c’est pas plus compliqué !

Les bandits du désert communiquaient grâce à un système de codes lumineux qu’ils envoyaient en réfléchissant la lumière du soleil sur des miroirs. Avec leur temps, leur langage était devenu suffisamment complexe pour couvrir presque toutes les situations qu’ils rencontraient, et en plus, dans une partie du désert encore rocailleuse, un œil non-averti aurait été bien incapable de discerner ces signaux lumineux de simples reflets sur des incrustations de cristaux dans la roche.
C’est ainsi, au-travers d’un échange de clignotements, que la double embuscade fut tendue.

<><><><><>

-Maintenant ? chuchota une voix étouffée.
-Ta gueule, répondit un autre chuchotement, si bas qu’il se confondait avec le sifflement du vent.

Mais ce dut être suffisant. Le bruit de pas des deux femmes s’arrêta soudain. Puis l’un d’entre elle parla :

-Reste prudente, quelque chose cloche.

Quelque chose clochait effectivement, pensèrent ceux des pillards avec assez de discernement pour sentir que la merde allait bientôt se mettre à voler bas. Mais le chef leur avait ordonné de s’occuper de ces deux brins de femme, et, comme c’était souvent le cas parmi les brigands de grand chemin qui vivotaient en Alagaësia, personne n’avait osé protester. Même s’ils s’attaquaient à un convoi de plus d’une centaine de types armés.

-Maintenant ! rugit le bandit qui avait chuchoté plus tôt.

Sauf que cette fois, sa voix était loin du souffle du vent sur le sable. Mais elle ne leur procura pas l’effet de surprise qu’il avait espéré : les femmes avaient avancé plus vite qu’ils ne s’y attendaient et ils avaient manqué de temps pour préparer leur piège. Ça et le fait que la brune les ait grillés.
Cinq silhouettes jaillirent de leur cachette dans une explosion de sable, leurs longues tuniques et leurs chèches ocres les camouflant presque parfaitement dans le décor. Ils se ruèrent sur les deux femmes à une vitesse surprenante, surtout compte tenu du fait qu’ils courent dans du sable.

Les bandits étaient capables d’organisation et d’efficacité mortelle. Mais là, ils étaient désorganisés et avaient clairement sous-estimé le genre de types que la caravane avait envoyés, et ils chargèrent dans le désordre en tirant des sabres à la lame courbe, large, et se jetèrent sur les deux femmes avec hargne.
Les coups se mirent à pleuvoir avec violence : deux des pillards frappèrent en même temps la blonde, un par la droite et un par la gauche. Les trois autres prirent le temps d’encercler leur seconde proie. Il y eut un instant de flottement, et avec une coordination née de l’habitude ils se jetèrent aussi sur elle dans un froufroutement de robes, frappant les jambes, la tête, le torse, le dos…

<><><><><>

Le plus gros des bandits attendait l’autre groupe. Un Premier Homme et un elfe étaient plus impressionnant que deux femmes. Bien sûr s’ils avaient su que les deux femmes étaient un Ombre et une stryge, ils auraient peut-être réévalué leur jugement, même en sachant que l’autre groupe était fait d’un autre stryge et d’un ancien commandant des forces spéciales de la Première Armée.
En fait, s’ils avaient su tout ça, même la crainte et le respect que les pillards du désert avaient pour leur chef ne les auraient probablement pas empêchés d’aller voir ailleurs s’ils y étaient… mais tel n’était pas le cas.

Ici aussi, tous étaient nerveux. La même vague impression qui avait poussé Myla à choisir ces quatre-là poussait les bandits à remettre toute cette affaire en question. La caravane n’avait même pas l’air de transporter de grandes richesses et il ne comprenaient pas  pourquoi ils prenaient un tel risque.
Surtout que quelque chose clochait : ils avaient réfléchi à l’itinéraire que les deux types allaient probablement suivre, regrettant que leurs proies ne se dirigeaient jamais vers les lieux d’embuscade idéaux… et les deux types en question les avaient pris au dépourvu en allant justement vers ce genre de coins parfaits.
On croirait presque que c’est trop beau pour être vrai.

-Maintenant ! rugit celui des bandits qui dirigeait le petit groupe.

Le premier des deux cavaliers – l’elfe – venait de s’engager dans une sorte de défilé taillé dans la roche. La douzaine de voleurs jaillirent dans une explosion de sable, et eux avaient eu plus de temps pour se préparer. Une volée de carreaux et de pierres tirées à la fronde jaillit vers l’elfe et le Premier Homme un peu plus loin.
Le cheval de l’elfe se cabra, et le projeta à terre. Ceux qui avaient des arbalètes les jetèrent au sol et tirèrent leur sabre avant de bondir sur l’elfe, appliquant la même tactique éprouvée que contre Lillith ou, un peu avant, contre les deux premiers éclaireurs qu’ils avaient occis : ils entourèrent Druaga, se concertèrent d’un regard, et frappèrent de concert.
Ceux qui avaient une fronde pendant ce temps tiraient et rechargeaient sans s’arrêter sur Korann : des pierres pouvaient sembler dérisoires, surtout contre un tel tas de muscle, mais l’expérience avait prouvé que ces armes antiques étaient toujours efficaces, et si l’elfe pouvait être mort avant que le Premier Homme ne vole à son secours, ce serait bien plus facile.
Leur chef leur avait promis qu’ils les tueraient les voyageurs les uns après les autres, au fur et à mesure qu’ils enverraient des petits groupes de reconnaissance, et malgré leurs craintes et l’apparente absence de richesse de la caravane, ses hommes y croyaient : ces deux pauvres bougres étaient juste ceux qui avaient gagné le droit de mourir en premier.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1033
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 9 Déc 2016 - 19:19


putain de merde ! j'ai juste le temps de choper mon bouclier et de le déployer pour me protéger et protéger la tête de Natta. je me prend une pluie de pierre. et entre temps, oreille pointue se bat seul... mouais est ce que j'ai besoin de l'aider ? je l'aime pas trop et il semble bien se débrouiller tout seul.  je lance Natta au galop et je chope mon arbalète d'assaut. d'une main je cale la crosse contre mon épaule et tiens l'autre bout du bout du bouclier. premier coup de levier. je tir. un mort. Coup de levier. je tir. droit dans l'oeil. il s’effondre.
Mouais... va falloir faire mieux.... tout en tenant mon bouclier suffisamment haut, je met l'arc de mon arbalète entre mes dents, chope trois grenades et un support de tir. je poses mes grenades sur le support triple. Une fois le petit assemblage fait à une main, je réarme mon arbalète. Ils ont comprit qu'il fallait se disperser, j'ai une bonne demi douzaine de frondeur sur le dos regroupés en petit groupe. là où ils ont bon c'est que si je charge un groupe, les deux autre me feront un intifada à me renvoyer chez ma mère. là où ils ont tout faux... c'est que je n'ai pas besoin de les charger. je règle l'arc de dispersion du support. ça devrait le faire. des cailloux me frappent partout au niveau des cuisses, mais j'ai vu pire. bien pire niveaux douleur et c'est pas ça qui va me déstabiliser. quant à Natta, on me la présenté comme un destrier entrainé pour la guerre, donc ça la fera pas cabré

je reprend la même position de tir et tir. Pour deux des trois groupes, c'est droit dans le mille. les grenades explosent et les frondes retombent. le troisième semble abasourdit par l’évènement. je baisse mon bouclier. coup de levier, je tir, un mort. même tarif même punition pour le dernier.

je me retourne vers la position d'oreille pointue. bon il s'en sort pas trop mal mais il va finir par s'épuiser. tellement de mouvements inutile... je range mon arbalète et dégaine Cielnaya Varra. Je charge l'attroupement. je saute sur le premier connard qui passe. Natta part au galop dans la direction de la caravane. pas grave, un bon sifflet et elle reviendra. j'atterrit sur le gars en le jetant au sol. pas assez d'espace entre lui et moi pour l'épée. Je lui passe au travers de la gorge une de mes lames rétractile. je me relève tout juste pour esquiver un coup. Je lui passe Varra au travers du torse. je dégage ma lame en repoussant le corps à coup de pied. le troisième me laisse un véritable boulevard dans ses attaques. je lui colle un pain. le gars tombe au sol. je l’égorge proprement de la pointe de mon épée.  oh et puis merde.. on va un peu s’éclater... je range Varra. le quatrième m'attaque à la hache, je lui perfore un poumon d'une de mes lames rétractile puis lui pique sa hache. je l'achève pour fumer le suivant d'un bon coup à la tête. j'esquive un coup et fend le crane d'un de mes agresseurs tout esquivant deux autres coup. je fauche le cimeterre du mort pour le passer au travers du bide du suivant.  j'avance dans la mêlée comme dans du beurre. Ils sont statique, je suis le mouvement. et je tue, encore et encore. Pas de fioriture, pas de mouvement inutile, il n'y a que mes mains, leurs armes, le sable et le mouvement. Pas de mouvement inutile, pas de dépense d'énergie excessive, je pourrai continuer comme ça la moitié de la journée. Je sens mes lèvres s'étirer dans un sourire prédateur.

- Aller les gars... vous pouvez faire mieux que ça...


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Sam 10 Déc 2016 - 2:42


Le groupe de cinq hommes se dispersait afin de nous attaquer, deux se dirigeant vers cette blondinette dont je ne connaissais pas le nom. Les trois autres signant leurs arrêts de mort en se tournant vers moi. Alors que tout trois s'élançaient vers moi, laissant trace du passage de leurs armes sur ma peau, je me mis à hurler. L'odeur du sang avait toujours eu le don de me mettre dans tous mes états. En quelques secondes mes globes oculaires se tintèrent d'un noir profond, alors que ma magie noire se manifestait en dehors de mon corps. Surpris ils restèrent quelques secondes sans réactions, assez suffisant pour moi afin de me téléporter derrière l'un des trois hommes et de lui tordre le coup. Au son du brisement de ses vertèbres, je laissais un gémissement de satisfaction franchir la barrière de mes lèvres. Dieu que cela pouvait être bon. Mais alors que je savourais tranquillement mon premier meurtre une lame pénétra de nouveau ma chaire. Il avait osé m'attaquer dans le dos, la douleur était si vive, que cette fois c'est un hurlement de douleur qui se fit entendre. Ennuyée, je tendis mon bras en sa direction et l'envoya voler quelques mètres plus loin. La chute de l'homme fut si rude, qu'on l'entendit hurler à son tour. Sans attendre le deuxième homme se jeta sur moi, énervée j'attrapais, à mains nues, le sabre qu'il venait de brandir en ma direction. Ce dernier déchira la paume de ma main, alors que je le retenais, empêchant ainsi l'homme de le retirer. Imperturbable, je plongeais ma main dans la poitrine de ma victime, en retirant son organe vitale encore chaud. La vie quitta instantanément les yeux de mon adversaire. Puis, je me retournais vers le dernier, le coeur de son ami en main, un aura noir entourant l'entièreté de mon corps. Le pauvre se releva afin de fuir mais c'était peine perdue. En quelques secondes, je me téléportais devant lui et l'immobilisait à distance. Ma main tendue vers ma victime je le soulevais du sol, l'étouffant par la même occasion. Le pauvre se débattait de toutes ses forces sans parvenir à s'échapper de mon emprise. Sans bouger un seul doigt, je brisais chacun de ses os et me délectais de ses hurlements. Une fois satisfaite, je laissais son corps retomber telle une poupée de bois désarticulée sur le sable chaud de Hadarac. Mes yeux retrouvèrent leur rougeur habituelle, mais mes mains étaient prisent de tremblements et du sang s'échappait de mon nez. Ai-je déjà mentionné à quel point la faiblesse des corps matériels me rendaient malade ? Le coeur toujours en main je rejoignais la jolie blonde afin de voir comment elle s'en sortait. Je soupirais d'agacement en constatant que le combat avait effrayé nos montures et qu'elles nous avaient faussées compagnie. Résignée je tirais la fusée d'alarme donnée par le guerrier. Hors de questions que je marche avec tant de blessures. De plus, la fatigue du combat et la quantité de magie utilisée m'avait affaiblie et je craignais de ne pas résister à la chaleur du désert. Résolue à attendre l'arrivée des deux autres, je choisie de m'allonger à même le sol, mes blessures seraient totalement résorbée dans les jours qui suivaient. Un des nombreux avantages d'être une ombre.

"- J'espère qu'ils ne vont pas tarder, je suis dans un sale état."

Spoiler:
 


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15459
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 16 Déc 2016 - 15:58


Spoiler:
 

Du côté des deux femmes on avait largement sous-estimé l’opposition que les deux éclaireuses, qui devaient totaliser guère plus de cent kilos de muscle à elles deux, pouvaient offrir. Ceux qui étaient encore en vie en eurent l’intime conviction quand Lillith arracha le cœur de leur frère d’armes sous leurs yeux.

Les pillards étaient des hommes endurcis et des combattants expérimentés, ils avaient vécu dans le désert depuis le jour des Failles et l’avaient vu sombrer de plus en plus dans la folie. Mais ça, cette femme, c’était encore tout autre chose. Les trois qui étaient encore en vie à ce moment-là laissèrent tomber toute velléité de tuer les alagaësiennes et prirent leurs jambes à leur cou.

Il n’y en a qu’un qui put faire plus de quelques mètres : celui qui avait chuchoté, juste avant l’échauffourée, celui qui avait vendu leur position. Maintenant il venait de profiter que les deux sorcières étaient occupées à tuer ses deux amis pour fuir… mais il était trop paniqué pour s’arrêter, pour ne serait-ce que penser à retourner les aider. Il était blessé, il avait le bras en charpie, une longue balafre barrait son crâne chauve jusqu’à l’oreille et avait imbibé sa tunique de sang. Il n’aurait rien pu faire.
Bientôt, des hurlements de douleur se mirent à l’accompagner, et il reconnut très bien la voix qui les poussait. Le pillard ne se retourna pas, il tenta de gagner une formation rocheuse, ses pieds s’enfonçaient et glissaient dans le sable meuble, et les hurlements de douleur de celui qu’il avait abandonné le fouettaient comme des bourrasques d’un vent de tempête, refusant de cesser.
Bientôt le survivant se mit à hurler aussi, à s’en déchirer les cordes vocales, sans se soucier de trahir sa position. Il arriva enfin à la zone rocheuse, où il pourrait courir et s’enfoncer, se cacher dans les crevasses et derrière les rochers, mais il paniquait et il trébucha. Son visage s’écrasa au sol, le sang envahit sa bouche, son nez, l’empêchant de respirer, souillant sa barbe et toujours les hurlements qui le poursuivaient… Il était trop loin pour les entendre maintenant, les hurlements n’étaient plus que dans son esprit qui basculait rapidement dans la folie, mais il ne s’en rendait pas compte.
Il haleta, et cria à nouveau, plus fort encore qu’avant, plus fort que les cris dans son esprit, et reprit sa course éperdue et devenue sans but, les mains plaquées sur ses tempes pour ne plus rien entendre.

Avec le bruit du vent, le sable et le relief escarpé des alentours, les deux femmes n’étaient plus en mesure de retrouver le fuyard une fois que Lillith en eut fini avec sa victime. De la tunique d’un des quatre cadavres au sol avait glissé un rouleau de vélin maintenu fermé par un lacet de cuir…

<><><><><>

-On va les avoir, grogna un des pillards.
-Bordel ils sont trop forts ! T’as vu cet elfe bouger ? On pourra jamais le tuer.

Le bandit grogna à nouveau sous son chèche brun. L’autre éclaireur n’était pas en reste, avec ses explosifs qui avaient tué plusieurs d’entre eux. Mais ils étaient nombreux, et il y avait une limite à ce que deux hommes seuls pouvaient faire contre une troupe entrainée. Déjà du sang coulait de plusieurs blessures sur les deux alagaësiens, et les bandits ne perdaient pas leur coordination : attaquer de concert, reculer, attendre une ouverture, recommencer.
En faisant bien attention à tout ce que le Premier Homme pouvait entreprendre de sortir de ses poches.
Ils allaient les avoir ces fils de pute… Il en était sûr.

C’est à peu près à ce moment que le cri de guerre des éclaireurs de la caravane – les vrais, les nomades du désert – retentit, mais déformé et caverneux comme si ce n’étaient pas des humains qui le poussaient.
De fait, la question était ouverte. Jaillissant du sommet d’une dune, on aurait d’abord pu croire que c’étaient deux cavaliers qui attaquaient, sabre au clair, mais alors qu’ils se rapprochaient, il devint évident que les deux hommes ne faisaient qu’un avec leur cheval.

Ils avaient une allure réellement monstrueuse, cadavérique. Leur torse devenait, au niveau de la taille, le poitrail des chevaux, et leur tunique indigo devenait une robe de poils drus et sales. Ils étaient couverts de blessure, du genre qui auraient dû être – et, quand on y pensait un peu, avaient probablement été – mortelles, l’un n’avait plus que la moitié de la mâchoire inférieure et l’autre, le ventre ouvert avec une partie de ses entrailles voletant derrière lui comme une écharpe au vent. Et puis ils puaient. Cela n’était pas l’odeur d’un cadavre de quelques heures, ce n’était même pas l’odeur d’une charogne ayant pourri au soleil, ou en tout cas pas que… et cela les précédait aussi sûrement que le cri de guerre rendu inhumain.

Les pillards, aux prises avec leurs deux adversaires, mirent un moment à réellement saisir la situation, laissant des ouvertures à Druaga et Korann qui en tuèrent deux, mais rapidement la panique gagna les rangs jusque-là parfaitement ordonnés des hommes du désert.
Coincés entre les deux alagaësiens et les éclaireurs qui cavalaient vers eux à bride abattue, si l’on pouvait dire, ils s’égayèrent comme une volée d’étourneaux, courant dans le sable et les rochers avec une agilité surprenante.
Et les monstres chargeaient et hurlaient.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 94
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=vMhJR6swmTU


Sélène
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 16 Déc 2016 - 18:19


C'était n'importe quoi, ce combat. Tu aurais pu les mettre en charpie et leur dévorer les entrailles, puisque la brune semblait le faire aussi ! Ou alors tu aurais pu les faire s'enfuir à toutes jambes juste en les regardant fixement dans les yeux… Et en laissant s'étendre ton aura, au passage.

Mais non. Tu as juste trouver bon de faire des acrobaties avant de piquer le bout de métal recourbé qui servait d'arme à un des gars pour t'en servir contre eux. Tu les as même pas tués avec ! Rester discrète, rester discrète... Ça commence à me courir sur le haricot, cette histoire de désert. Au moins, quand j'étais au lac, je devais rester discrète juste le temps d'attirer un gigot sur patte dans mes bras. Mais là, ça fait des jours !

Calmes-toi. Respires. Voilà… Croques encore dans ce bout de bras pendant qu'elle a le dos tourné, ça ira mieux. Au moins, j'ai mangé à ma fin, c'est le principal. Je vais tenir que deux jours, avec cette chaleur, mais au moins, c'est ça de gagné.


En se relevant, elle fit craquer son cou et ses épaules pour se défaire de la tension que lui avait procuré le combat. Elle essaya d'arborer un petit sourire malgré son évidente frustration, mais avant que son regard ne croise celui de sa partenaire, elle aperçut un bout de parchemin qui dépassait d'une des tuniques maculées de sang des pillards. Elle l'empoigna après avoir fait quelques pas dans le sable chaud, puis se retourna vers Lilith.

- « Regardes ça ! Tu crois qu'on aura un bonus si on le ramène et qu'il y a des choses importantes marquées dessus ? »

Une goutte de sang tomba de sa bouche pour aller tâcher le vélin. La partie inférieure de son visage était encore pleine de sang après qu'elle se soit autorisée une ultime bouchée. Sélène marqua une pause en écarquillant les yeux.

- « F-fais pas attention à moi, d'accord ? Et euh… J'adore ton style ! Vraiment ! Héhé... »


Quand on les ouvre, il s'en échappe une si belle couleur !
Chaque goutte qui atteint mes lèvres me donne envie d'en avoir plus !
C'est si rouge... si rouge et si doux... j'en tremble ! C'est si bon !
J'en veux plus ! Tellement plus ! Je ne peux plus attendre !!!


...
Trois bouteilles de grenadine, s'il vous plaît.


So close...

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 16 Déc 2016 - 23:49


J'avais renoncée à poursuivre les rescapés, à quoi bon ? Et puis j'étais bien là, sur le sable chaud à reprendre mon énergie. Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas engagée dans un combat, à proprement dit. Généralement, j'étais à l'origine de meurtres qui ne me demandaient que peu l'utilisation de ma magie. Ça faisait un bien fou de se remettre dans le bain, mais ça coûtait aussi beaucoup. Et pour ne rien arranger, blondie, avait décidée de troubler ma sieste.

- Regardes ça ! Tu crois qu'on aura un bonus si on le ramène et qu'il y a des choses importantes marquées dessus ?

Un soupir agacé passa lourdement et bruyamment la barrière de mes lèvres. Que me voulait-elle au juste ? Je me redressais tout en dévoilant mon visage. C'est dingue ce qu'il pouvait faire chaud sous ce misérable morceau de tissus. Mon regard dériva vers l'objet qu'elle me tendait. Mais ce qui attira le plus mon attention c'était l'odeur caractéristique du sang frais. Comment cette odeur avait pu m'échapper ? Ba' peu importe, après tout je devais en être couverte. Mais alors que j'allais me procurer le parchemin, une goutte du liquide rouge vint le tacher. Mon regard remonta lentement la trajectoire qu'avait emprunté cette dernière, pour atterrir sur le visage de blondie. Toute la partie basse de celui-ci était couvert de sang, mon regard s'agrandit, une lueur amusée l'habitant. Je le savais ! Je le savais que cette fille était bien trop sage pour ne rien avoir à cacher ! Mais ça !? Ça, ça dépassait de loin toutes mes attentes. Mon sourire se fit mesquin quand blondie se retrouva embêtée par la situation. Elle n'allait pas s'en sortir si facilement. En un millième de seconde, mon corps se fonda en une fumée noire avant de se matérialiser de nouveau devant le centre de mon attention.

- F-fais pas attention à moi, d'accord ? Et euh… J'adore ton style ! Vraiment ! Héhé...

- Alors, comme ça, on s'amuse à dévorer les cadavres, Blondie ? C'est dingue à quel point tu me parais moins ennuyante d'un coup !

Un rire, semblant à un ronronnement, s'empara de moi alors que je tournais autour de cette fille. Puis, je me stoppais de nouveau en face de celle-ci, plaçant un doigt sous son menton, récoltant au passage, le sang s'y trouvant. Un sourire encore plus grand prit place sur mon visage, alors que le rouge de mes yeux devait briller de fascination.

- Il ne reste plus qu'à découvrir qui se cache réellement sous ce glamour, n'est-ce pas Stryge ?

Un autre rire s'échappa de ma gorge avant que je ne m'éloigne de Blondie, lui lançant le coeur de ma précédente victime.

- T'inquiète pas Princesse, ton secret est en sécurité avec moi. Je me mordais la lèvre tout en tapant dans mes mains, jubilant de ma découverte. Ouuuuh ! Je sens que cette mission va être intéressante ! Allez essuie-moi tout ça Blondie, on a parchemin à ramener à la caravane !

Un sourire plus sombre se placarda sur mon visage. Il ne me restait plus qu'à l'étudier afin de savoir si sa race était fiable. Si jamais c'était le cas, je venais de me trouver un allié redoutable pour renverser l'ordre établi au sein de ce monde de mortels. Ai-je déjà mentionnée à quel point cette journée était appréciable ?

Spoiler:
 


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 23
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Dim 18 Déc 2016 - 0:11


Qu'allait-il advenir de son plan ? La situation avait empiré d'une façon totalement différente de ce qu'il avait prévu. Bon il devait bien avoué qu'il n'avait pas planifié tout ce qui pouvait arriver sur une centaine de jours d'avance, mais en même temps quand on se fait embaucher pour arrêter de sauver de le monde, on a pas trop de le temps de réfléchir. Tout comme maintenant en fait. Alors même qu'il plongeait vers les lignes arrières de ses agresseurs pour tenter de mettre fin a ce combat, Druaga se demandai s'il était le seul à penser à un peu tout et rien alors même qu'il se battait pour « sauver sa vie ». Il est vrai qu'il ne se sentait clairement pas en danger, mais quand même. Cela lui donnais tellement l'impression de faire une tâche par automatisme qu'il s'en étonna. Mais cette liberté d'esprit lui rappela que sa cible principale n'était pas ces pauvres humains. Alors même qu'un jet de sang manqua de peu de se déposer sur lui, il eut une idée. Celle de s'en prendre à son « compagnon » pendant le combat. On ne pourrait pas distinguer une blessure de sa part ou celle d'une autre épée. De toute façon il doutait que ce soit vraiment un problème.

En jetant un coup d’œil sur le côté Druaga vit que sa cible d'origine était en train d'en découdre avec leurs adversaires. Son adresse n'avait pas commune mesure avec ce qu'il avait déjà vu, mais il se sentait capable de l'affronter malgré tout. Mais à peine avait-il tourné la tête qu'un coup lui fut porté au niveau du crane. S'il était resté concentré sur sa cible il aurait parfaitement pu l'éviter et le coup en lui-même ne l'affecta qu'assez peu. Mais il eut une idée qui se mit en place après qu'il eu reçu l'attaque. Il chuta donc au sol de la même manière que s'il avait vraiment sombré dans l'inconscience ou pire. Il gardait l'oreille aux aguets pour savoir ce qui allait suivre avec son compagnon de caravane.

C'est alors qu'une créature sortie non loin de leurs lieux de combat et se dirigea vers eux. Même s'il n'avait pas une vue dégagée vers ce nouvel arrivant, il ressentait clairement la marque des siens dessus. Ce fumet et ces vibrations ne pouvaient pas être confondue. Alors même que son esprit se mettait à tourner autour tel un chat réclamant à manger, il réalisa que son corps s'appuyait plus profondément dans le sol pour ne faire plus qu'un avec ce dernier. La corruption avait-elle donc atteint un tel niveau avec le temps ? Où la faille était donc si près d'ici ? Dans un cas comme dans l'autre cela serait intéressant pour lui. Il resta immobile au sol toujours attentif à l'autre guerrier de la caravane, attendant le moment propice et puissant lentement dans la corruption environnant pour récupéré ses forces.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1033
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Mar 20 Déc 2016 - 15:39


Ah bah non, ils peuvent pas faire mieux que ça. j’entends le hurlement mais je n'y prête pas vraiment attention. Encore un et on verra. Mais voilà que "Encore un" se carapate le cimeterre au même niveau que ça queue. je secoue la tête tout en reprenant un second souffle et c'est là que je les vois. cette sensation de terreur glaçante me reprend aux tripes. Comme à chaque fois que j'ai vu ce genre d abomination. Ils avaient l'air tout droit sortit de légendes qu'on raconte à voix basse de peur d'attirer pareil monstre dans son voisinage. l'odeur de charogne me vrille le nez et m’assèche la gorge.

Du calme Kor. je regarde dans la direction d'Oreilles Pointues, pas en bon état... et avec ces trucs qui chargent, pas le temps de m'en occuper. Qu'est ce que j'ai chargé dans Varra déjà ? Sulfure d'alumine ou digitaline ? putain... bon on va bien voir... Je lâche l'arme de mon défunt ennemi et dégaine Varra. Tout en sifflant pour faire revenir Natta, j'actionne la gâchette de pompe. ma lame se recouvre peu à peu d'un liquide argenté. ouf putain du sulfure d'alumine.

cent mètres. ils sont deux. je n'ai pas beaucoup de chance s'ils savent bosser ensemble. Je déteste me frotter a de la cavalerie, mais au moins je connait deux trois trucs, ya plus qu'a espérer que ça marche...

trente mètres, je me met à foncer sur les deux et puis... oh merde !! le sulfure d'alumine vient de s'enflammer ? putain j'avais pas pensé à ça ! j'évite un coup de justesse et me retrouve au sol. j'ai juste le temps de rouler sous les pattes du deuxième, je me brule le bras au contact de mon acier au passage. mon épée s'éteint après quelques secondes.  j'esquive encore un coup. putain mais quel con de foncer comme ça ! là je suis dans la merde. je me relève... pour choper le pommeau de la selle de Natta qui passe à ce moment là. je me met en selle dans le même mouvement. t'as prit ton temps ma vielle ! bon aller... finis de rire...

Je le colle quatre coup qui devraient être mortel... et ils sont pas mort et vu l'effet qu'à le le sulfure d'alumine, je ne vais pas me risquer à l'utiliser. oh et puis merde, qui ne tente rien n'a rien. je donne deux coup de gâchette juste avant de frapper. je me prend un coup de griffe au ventre, mon armure m'en protège. je décapite le premier le sulfure s'enflamme au contact de la corruption et monte en flamme verte à cause de ce je ne sais quel effet qui a incendié mon arme en premier lieux. bon un en moins. y'a plus qu'a s'occuper de l'autre...


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15459
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Mer 21 Déc 2016 - 20:15


Spoiler:
 

Les deux centaures continuèrent de charger, puis ralentirent le pas en voyant que les bandits débandaient sans demander leur reste. Leurs cris inhumains se muèrent en des exclamations de triomphe… avant qu’il ne se rende compte qu’un des deux alagaësiens fonçait sur eux. L’épée au clair.

-Non non non non ! fulmina le premier des centaures.

Mais, avec son corps corrompu, étrange, et le bruit du vent du désert, le son qui sortit de sa gorge ressemblait à un hululement lugubre et inintelligible.
Le guerrier est presque sur eux maintenant, mais ils ne voulaient pas se battre ! Paniqué et incapable de décider quoi faire, le deuxième centaure cabra et le Premier Homme plongea au sol sous les sabots. Le Premier Homme frappa, et le centaure para et riposta, mû par les réflexes, la peur, et l’instinct bestial qui tentait de prendre possession de lui depuis des heures déjà.

-Arrête putain, rugit encore le premier de sa voix d’outre-tombe presque incompréhensible, tandis qu'il piétinait en tournant autour des deux adversaires, soulevant des nuages de sable sous ses sabots et ne sachant pas que faire. Arrête tu vois pas qu’on t’aide ?

Soudain un cheval – un vrai, cette fois, arrive au galop – et l’alagaësien saute sur sa croupe au passage. Il se retourna, frappe le premier des deux centaures, qui recule, puis le deuxième, qui contre-attaque, déchirant de ses doigts trop longs aux ongles trop affutés l’armure du Premier Homme. Est-ce que ça l’avait blessé ? Est-ce qu’il allait devenir comme eux ?
Le premier centaure crispa sa main sur son poitrail, là où une profonde entaille aurait dû, il le savait, le tuer. La fureur et la corruption tentaient de prendre possession de lui comme elles l’avaient fait de son ami, mais il luttait de toutes ses forces.

-Arrêtez vos conneries, tenta-t-il une fois de plus pour arrêter le combat absurde.

Sa vision se voilait de noir doucement tandis qu’il regardait l’autre centaure et le cavalier se tourner autour et frapper. Il allait tuer ce petit sac de merde d’alagaësien. Il allait…

-AMI ! cria-t-il finalement dans un dernier sursaut de lucidité. Ami ! Ami bordel !

Le Premier Homme venait de décapiter le second centaure, dont le corps gisait au sol au milieu d’un brasier vert. Le premier regardait l’alagaësien avec des yeux où l’horreur de la scène avait, contre toute attente, remmené un peu d’humanité : il ne voulait pas mourir. Même si c’était pour une vie misérable et corrompue, il ne voulait pas mourir.

-Ami, dit le centaure une dernière fois, en fixant le Premier Homme du regard et en espérant qu’il comprendrait ses mots, malgré le fait qu’il ait du mal à parler correctement.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1033
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Mer 21 Déc 2016 - 20:39


Le deuxième centaure ne bouge plus. il passe son temps à hurler d'une voix à glacer de la lave. il ne bouge plus, il continue à beugler "aaaaahmmmer" un truc du genre et puis son timbre descend légèrement et là j’entends ami. Quoi ? j'ai un gros temps d'arrêt, suffisamment longtemps pour qu'il puisse me tuer, mais il ne le fait pas. Le mot distordu, déformé, sépulcrale, pourtant il a réussit à le prononcer de manière presque normal. j'ai affronté mon lot de créature de corruption même si j'ai pas fait l'Equilibrium, y'en avait tellement a arpenter les routes et aucune n'était capable de parler. Est ce que la corruption ne l'as pas encore rongé jusqu'au cœur ? si c'est le cas, l'effort de volonté que ça a demandé rien que de formuler ce mot doit être incommensurable. Bon... qui ne tente rien n'a rien hein... je le regarde méfiant. j'en profite pour tâter l'endroit où j'aurais du me faire éventrer. ouf ! la griffe a éventré le cuir mais à ripé sur la maille. j'ai eu du bol. bon... va bien falloir faire quelque chose vis-à-vis du centaure.

- Quel est ton nom ? es-tu un des éclaireurs qu'on a envoyé ?

J'ai encore Varra en main. On ne sait jamais...

- Naaaahcer.... ouiiii


Son oui est strident, il me vrille les tympans, pourtant... Pourtant on dirait qu'il arrive à mieux articuler.

- Fait moi ton rapport éclaireur.

le traiter encore comme un humain est le moins que je puisse faire. le minimum est de respecter cet effort de volonté monumental qu'il est en train de faire. Et il passe à table, c'est bref. Nacer réussit à parler son cette accent d'outre tombe qui le caractérise désormais. il a repéré le camp principal de nos agresseurs dans une sorte de caravansérail posté dans une oasis qui n'a pas encore été corrompue par on sait quel miracle vu sa proximité avec la faille. Avec un peu de bol on aura une zone sur qui le restera pendant au moins quelques temps.

- Merci Nacer. (je soupir, ça me fait mal de le voir comme ça, quand je pense qu'il m'a plumé au carte deux jours avant) Écoute... ton corps est corrompu au delà du réparable et ton âme devrait pas tarder à succomber. tout ce que je peux faire pour toi maintenant c'est t'accorder une mort rapide, tant que ton âme est encore humaine.

je vois les muscles du centaure se crisper. une lueur au fond des yeux distordu et entièrement noir du centaure je vois quelque chose : la peur de la mort.

- Je me souviens de la partit de carte, tu as une femme et deux filles. Soit tranquille, je leur transmettrait tes affaires et leur dirait que tu es mort en héro.

bien piètre consolation s'il en est... mais c'est tout ce que je pourrai faire... à moins que... les pillard sont plutôt bien armé et leur acier est pas mal, ça doit valloir cher.... je reporte mon regard sur le centaure. il hoche la tête, puis la garde baissé, résigné.

- Dis toi que tu ne fera pas partit des monstre qui s'abattront sur Sil'Arn si nous échouons. je ferais mon possible pour que tu ne souffre pas.

C'est le seul truc que j'ai trouvé comme paroles de réconfort. Je dégaine mon arbalète et change mon chargeur pour les carreaux explosifs. un coup de levier et je tir. Droit entre les deux yeux. Le carreau perfore son crane et explose la seconde d'après, le corps s'effondre sur le sable taché de sang purement et simplement. J'espère qu'il n'a pas souffert. "Nacer, je me souviendrai de toi et de ta volonté comme d'un exemple. Je ne connais pas ta vie, fut-elle entaché par la lacheté ou auréolée de courage, puisse tes dieux t'accueillir en leur paradis, puisse-tu trouver la paix. Et s'ils te refusent l'entré, puisse Mastaï reconnaitre ta force de volonté et t'accueillir parmi les siens comme un égal." je descend de selle et verse sur le cadavre une fiole de sulfure d'alumine. je regarde le corps du centaure brûler, rongé par le feu vert. je n'aurais pas du, mais mieux vaut prendre des précautions, on ne sait jamais. Puis je chope ici et là deux trois armes de facture correcte. J'ai peut être plus d'honneur, mais je tiens encore les promesse...enfin... quand je veux bien...

Bon... la prière terminée et la prime pour la veuve solidement attaché à l'arrière de ma selle, il va être temps de retourner auprès de la chef pour lui transmettre mon rapport. a tout les coup je suis en retard... pour changer... y'a plus qu'à voir ou en est oreille pointue...


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 23
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Druaga
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 30 Déc 2016 - 0:51


Son astuce avait l'air d'avoir fonctionné, en ouvrant discrètement les yeux, il pu voir les nouveaux arrivants se faire démembré en quelques coups. Cela ne lui plaisait pas, mais dans la situation actuelle ça n'avait pas d'importance. Mais alors même qu'il allait se relever pour attaquer l'humain, il entendis le cri de l'abomination. Elle savait encore parler et avait encore conscience d'elle-même. Encore un problème, finalement Druaga ne bougea pas en attendant de voir ce qui se passe. Après que la première abomination soit tombé la deuxième restait sans l'attaquer et cherchait même a communiquer. Alors même que L'humain discutait avec lui, car il l'avait reconnu semble-t-il (d'après ses propos) Druaga estima qu'il avait soit loupé sont occasion, soit bien fait de ne rien faire pour ne pas éveiller les soupçons. Ce n'est que lorsque la créature se fut laisser tuée qu'il fit mine de se relever vraiment en se tenant la tête. Il y avait bien un peu de sang sur le coté de sa tête, il fit bien attention à ce que la couleur soit rouge comme celle de n'importe quel être vivant. Il devait avoir une bien piètre allure, ses vêtements plein de boue et de sang, le visage hagard et légèrement contrarié. En tant qu'elfe il avait échoué à sa mission, il avait été faible et avait perdu connaissance. Il se maudissait d'avoir été aussi distrait alors qu'il s'estimait tout à fait capable de tenir tête à un groupe de bandit. Il se tourna vers l'humain, toujours aussi agréable qu'au début. Après tout il venait de perdre la face et il ne voulait absolument pas que quelqu'un le lui rappel.  Il le dévisagea.

« On devrait rejoindre les deux autres, je pense pas qu'on soit les seuls à s'être fait attaquer... »

Son cheval était partit dans une direction qu'il n'avait pas suivit. De toute façon il n'avait vraiment une attraction particulière avec les animaux. Sans doute son aura corruptrice qui les éloignes instinctivement. Quoi qu'il en soit il était maintenant à pied et l'autre humain semblait avoir sa monture. Il resta silencieux, il n'osait proposer à l'autre humain de lui permettre de monter derrière-lui. Vu comme il l'avait traité, il doutait de sa magnanimité. Les humains sont tous un peu les mêmes. Il en avait croisé pas mal et dans l'ensemble ils étaient égoïste et avide de pouvoir. Il se secoua la tête, ce n'était pas le moment se laisser troubler par des considérations sans rapport avec la situation. Il observa les alentours pour vérifier que les brigands étaient bien hors de vu. Ils en avait tués un certains nombre, mais ils y avait des survivants. Il fallait espérer que ceux-ci ne soient pas plus nombreux et qu'ils ne tente pas une attaque sur la caravane plus tard.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 94
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=vMhJR6swmTU


Sélène
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde | Ven 30 Déc 2016 - 22:19


Les deux éclaireuses étaient sur le chemin du retour. Le vélin toujours entre ses mains, Sélène luttait pour ne pas tomber de sa monture.

Faisons le point une nouvelle fois : il fait toujours aussi chaud je ne sais toujours pas monter à cheval, on a été embusqué, j'ai été démasquée, et je me retrouve avec ce bout de papier à livrer à notre chef de convoi. J'aurais mieux fait de rester à la maison, c'est sûr…

Cette drôle de fille sait ce que je suis, et il n'y a nulle part où s'enfuir dans ce grand désert. Ma vie dépend de sa promesse de tout à l'heure… Même si je disais pourquoi j'ai rejoint cette mission au départ, ils vont de couper en morceaux s'ils apprennent la vérité. Entre le grand soldat et elle, je suis doublement dans la merde !
Je veux pas mourir… Je ne suis pas comme ces abrutis qui se battent pour quelque chose de plus grand qu'eux ! Je veux ma liberté, mais je veux pas mourir !
Alors pourquoi ?! Pourquoi est-ce que ça m'excite ?


J'ai peur, j'ai de plus en plus de mal à contrôler mon corps… On dirait le frisson de la chasse, mais c'est pas pareil. J'ai pas envie de tuer la brune. Ni le cheval. Ni rien en fait. C'est juste que… je commence à aimer avoir peur. Est-ce que c'est ça, être un aventurier ? Aimer se mettre en danger ?


Ses doigts se refermaient encore plus autour des rennes et du parchemin. L'autre tueuse était quelques mètres devant, un doux fumet émanait encore de ses vêtements poisseux de sang. Sélène essayait de réfléchir à ce qui pouvait pousser cet étrange femme à garder son secret.

Vu comment elle riait là-bas, elle devait certainement prendre ça pour une bonne nouvelle. Qu'est-ce qu'elle veut ? M'observer ? M'étudier ? Me disséqu- brrrr… ! Oh non pas ça. Ou alors elle va me dénoncer plus tard, à un moment critique… Juste pour voir le désespoir m'envahir ! Elle en serait capable. C'est vraiment méchant, ça. Même moi, j'irai pas jusque là. C'est vraiment, vraiment trop méchant.

Attends, je rêve ou j'ai pensé ça ? J'ai bien fait de sortir de mon nid douillet pour voir le monde. J'ai encore énormément de choses à apprendre.
Et tiens, puisqu'elle s'intéresse tant à moi, elle ne m'en voudra pas si je m'intéresse à elle en retour.


Quand on les ouvre, il s'en échappe une si belle couleur !
Chaque goutte qui atteint mes lèvres me donne envie d'en avoir plus !
C'est si rouge... si rouge et si doux... j'en tremble ! C'est si bon !
J'en veux plus ! Tellement plus ! Je ne peux plus attendre !!!


...
Trois bouteilles de grenadine, s'il vous plaît.


So close...

Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: [Mission] L'avant-poste du bout du monde |


Revenir en haut Aller en bas

[Mission] L'avant-poste du bout du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Désert du Hadarac-
Ouvrir la Popote