AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Dans la forêt de la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar


Nombre de messages : 235
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Asiendy
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Jeu 16 Fév 2017 - 21:58


"Comme l'avait suggéré Freya, je ramassais mes affaires en me hâtant, donnant quelques tapes sur ma cape pour dégager les quelques taches de terres, harnachant mes deux petits sac sur mon dos et le coffret en travers de mon torse.

La suite de la soirée s'annonce à la fois simple et compliquée, s'enfuir en courant, et ne pas se faire attraper par les horreurs qui rôdent dans la brume."



Il avait fallu moins de deux minutes à la jeune elfe pour se préparer, elle ne pouvait cacher une certaine forme d'excitation à l'idée d'entamer une cavalcade contre des bêtes corrompues assoiffées de sang. C'était toujours dans les situations les plus extrêmes qu'on pouvait en apprendre le plus sur ses compagnons et sur soit, Asiendy se rendait à l'évidence, au fond, elle aime le danger. Mais cela ne lui faisait pas perdre de vue ses objectifs pour autant, et pour l'heure, il s'agirait que chacun des membres du groupe s'en sorte vivant et c'était déjà pas une mince affaire.


Les deux demoiselles, légèrement équipées, prirent rapidement les devants de la colonne, suivit par l'homme qui s'efforçait de forcer l'allure malgré le poids de son armure et surtout de ses blessures. L'esprit d'Asiendy s'égarait vers un peu tout ce qui l'entourait, analysant autour d'elle les pensées de chacun, à la recherche d'une éventuelle intention hostile que pourrait amener un prédateur tapis dans l'ombre et le brouillard. La souffrance d'Akkan ne passait pas inaperçu, elle la ressentait, c'est alors qu'un idée lui vint. Elle avait aperçu la rouquine le soigner, c'était une bien moche plaie mais elle ne mettait plus ses jours en danger. La douleur agissait sur lui comme un carcan, limitant ainsi ses capacités alors qu'il ne risquerait rien à insister un peu plus dessus.


- Tes blessures ne te font plus mal, alors dépêche toi !

"Mouais ... c'était pas subtil, au moins si mon sort ne marche pas, il sera motivé d'aller plus vite pour me rattraper et me gifler ..."

Aucune anomalie ne semblait s'être déclenchée, les mots de pouvoirs avaient été utilisés adroitement avec ce qu'il fallait de puissance, ni trop, ni pas assez, Asiendy eue un sourire en constatant ce succès, en dépit de la course qu'elle entreprenait, renforçant son idée précédente comme quoi l'adrénaline jouait sur sa maîtrise.


Elle commençait à sentir la terre trembler sous ses pieds, quelque chose de gros approchait de plus en plus. Il faudrait songer à accélérer la cadence, mais la brume s'intensifie et avec la visibilité qui se réduit d'une minute sur l'autre, allez vite amènerait probablement à trébucher sur une racine, une pierre ou un dénivelé qu'on aurait pas eu le temps de voir venir. Un grondement sourd fit vibrer l'air, on aurait dit qu'il venait des arbres eux même tant il résonnait à travers les bois.


""Tenez-vous prêts, ça arrive !""

"Evidemment ..."


_______________________

Légende:
 

Pavé César ! Ceux qui vont écrire te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 213
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Freya Wolfkin
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Dim 19 Fév 2017 - 20:04


Ils fuyaient le danger du mieux qu’ils pouvaient depuis plusieurs minutes, les filles en tête. L’atmosphère de la forêt s’était encore alourdie depuis que leur cavalcade avait commencé. Les bruissements se faisaient moins lointains, la brume plus pesante, les esprits moins clairs. Freya ressentait désormais distinctement ce qu’éprouvaient les proies tentant désespérément d’échapper à leur prédateur. La jeune femme marchait aux côtés de sa jument dont elle serrait les rênes entre ses doigts fins. Elle entendait la démarche d’Akkan (elle avait enfin retrouvé son nom dans les tréfonds de sa mémoire) devenir de plus en plus pénible et s’apprêtait à lui proposer de monter sur le dos d’Ellara pour faciliter sa progression quand Asiendy tenta de le convaincre qu’il ne ressentait plus la douleur. Avec un peu de réflexion, elle avait dû lancer à travers ses paroles un sortilège destiné à soulager le blessé. Ce fut confirmé lorsque ce dernier se redressa. La magie était décidément bien pratique lorsqu’on savait la manier. Mais le fait de ne plus sentir la souffrance de ses blessures était également dangereux. Comment ne pas surestimer ses forces lorsqu’on ne sentait plus rien ?

Tout en se sauvant en silence, Freya réfléchissait aux dernières paroles d’Akkan avant qu’ils ne se mettent en route. Si vraiment ils avaient affaire à des ours corrompus, ils n’étaient pas tirés de l’auberge comme on disait -d’ailleurs elle aurait préféré se retrouver dans une auberge pour une fois, elle aurait volontiers fait fi de son aversion pour les lieux bondés-. Se retrouver face à un ours sauvage était déjà compliqué en soi, alors des bêtes dont la brutalité avait été poussée à son paroxysme… Sans compter le fameux « sanglier » qui pouvait vous renverser et vous piétiner comme d’un rien. Ce n’était pas une mort enviable. Un affrontement devenait de plus en plus envisageable en même temps que le sol se mettait à tressaillir. Asiendy les mit en garde :

""Tenez-vous prêts, ça arrive !""

La vagabonde fulminait intérieurement. La meilleure manière de se mettre en sécurité aurait été de sortir de Du Weldenvarden et de s’en éloigner le plus rapidement possible. Mais l’épaississement de la brume les empêchait de savoir où ils mettaient les pieds et brouillait toutes les directions. Il devenait presqu’impossible de se repérer malgré ses talents certains pour la traque et son sens de l’orientation qui ne lui avait jamais fait défaut. Elle avait l’impression que la forêt, mauvaise, se jouait d’elle. Qu’elle se mouvait, lui faisait prendre des directions improbables, qu’elle cherchait à la perdre. Un grognement de frustration franchit la barrière des lèvres de la chasseresse lorsqu’elle se retrouva une énième fois face à l’obscurité des bois. Ils s’étaient clairement éloignés de la lisière de la forêt et s’étaient aventurés trop profondément à travers les arbres. Ils étaient perdus. Et maintenant qu’ils étaient sur le point de se faire rattraper, ils n’avaient plus le choix que de combattre pour survivre. Freya se retourna résignée vers ses compagnons.

Bon, je suppose que nous n’avons plus vraiment le choix.


Elle lâcha les rênes d’Ellara qui commençait à devenir de moins en moins maîtrisable et encocha une flèche à son arc.

Il nous faut tenir à distance ces horreurs le plus longtemps possible pour nous assurer une porte de sortie.

Plus longue à venir serait l’attaque frontale, plus ils auraient de temps afin d’échafauder une stratégie. Elle avait à peine fini de parler qu’une créature indéfinissable émergea de la brume et les chargea. Avec des réflexes acquis par des années de chasse, Freya décocha sa flèche qui manqua sa cible sous l’effet de la fébrilité. La deuxième flèche qu’elle lança atteignit la bête à l’œil. Cette dernière poussa un cri déchirant avant de se retirer dans le brouillard, hors de portée mais toujours présente, rôdant autour d’eux. Ils n’eurent pas le temps de se remettre de leurs émotions qu’un second assaut, d’un animal bien plus grand eut lieu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 717
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Lun 20 Mar 2017 - 15:22


Je me sentais fatigué, la précédente course et les blessures reçut ne m'avait pas laissé indemne et les quelques heures de sommeil avait à peine permis à mon organisme de reprendre son boulot pour soigner le merdier. Mais il me faudrait bien 1 mois pour soigner tout ça sans magie. Je peinais à soutenir l'allure des deux femmes et je sentais que je les mettais en danger par ma lenteur. Je me devais de faire confiance à leur propre capacité pour nous sortir de là. Et c'est à ce moment-ci que la plus jeune des deux, la semi-elfe me lança un sort, trop fatigué pour dresser une quelconque barrière mentale je laissais la vague de magie m'emporter. La douleur de mes blessures s'estompa quelque peu, bien que quand je regardais, celle-ci était toujours présente. Cependant, je n'avais plus à m'inquiéter d'être arrêter par la douleur.

Je reprenais la course avec une nouvelle vigueur et je réduisais subtilement la distance qui me séparais de mes deux compagnons. Notre course paraissait de plus en plus longue et il fut bientôt évident que la brume qui nous enveloppait désormais complètement brouillait notre sens de l'orientation. Notre allure s'en voyait réduite et nous risquions de plus en plus de nous enfoncer dans la forêt au lieu d'en sortir. Nous nous arrêtâmes à l'instant même ou j'entendais l'hybride nous prévenir qu'elle présentait l'attaque imminente.

Je n'eut que le temps de me retourner et de placer ma lame en protection alors qu'une pâte émergeaient du brouillard et frappait à hauteur de ma tête. Sans le sort lancé plus tôt la douleur m'aurait fait lâcher ma garde et j'aurais finit la tête déchiqueté. Je sentais cependant que ma blessure proche de la gorge s'était rouverte sous l'impact du coup. Il nous fallait partir vite, si l'on voulait espérer rester en vie.

Alors que le combat faisait rage, je tâchais de continuer de réfléchir à une option, une sortie de secours. Mais dans le brouillard, tout semblait plus compliqué. Je parais un autre coup, entaillant par là-même le bras de l'ours, lui faisant regretter son acte. Je voyais du coin de l'oeil Freya l'arc tendu, attendant patiemment la prochaine occasion. Pour ma part, je restais concentré sur les bruit. Les sens aiguisé par mon lien animal et poussé par mon ascendance elfique me permettait de percevoir certains bruit me rendant à même de prévoir la position de mes adversaires, ne leur laissant jamais l'occasion de pouvoir frapper à plusieurs, je bougeait autant que possible sans mettre en danger mes compagnons.

A un moment, je saisis l'occasion d'une flèche qui se planta dans une des créatures qui m'attaquait pour avancer d'un bond en avant et planter ma lame dans le tronc de l'animal avant de me retirer aussi précipitamment. Je remerciais d'un signe Freya qui m'avait permis ce coup-ci de me débarrasser de l'un d'eux.

Je réfléchissais à toute vitesse et lançait à vive voix à l'attention de celle qui m'avait lancé le sort :

- Il nous faut un sort à même de dissiper la brûme, sans elle nous serons à même de fuir. Un sort de chaleur, ou un vent puissant. Si ça peut renverser les créatures, ça serait parfait !!!


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 235
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Asiendy
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Sam 15 Avr 2017 - 21:38


Le bruit des affrontements n'étaient pas sans inquiéter la jeune fille, dont les pas se faisaient de plus en plus hasardeux à mesure qu'elle avançait. Les grognements d'agonie de l'animal transfiguré qui venait de se faire abattre lui glaça le sang. Alors que la tension montait, elle esquiva au dernier moment en se jetant sur le côté un oiseau, plus difforme encore que celui abattu par Freya plus tôt. L'animal avait surgit de nulle part, ses sombres ailes tailladant la brume alors qu'il tendait ses serres de jais vers le visage de la jeune femme.

Se relevant à la hâte, Asiendy avait entendu la demande d'Akkan un peu plus loin.

"Comme si c'était si simple de manipuler le vent ..."

Elle n'eue guère le temps de se prêter à d'autres palabres que le même oiseaux, accompagné d'un autre, surgirent à nouveau pour une nouvelle attaque. Féroces, ils griffèrent avec un acharnement déraisonné la sang-mêlée qui se débattait comme elle pouvait, usant de sa dague pour repousser ses assaillants. Les énorme volatiles cherchaient soulever le poids plume de l'elfe mais durent lâcher prise et retourner se réfugier dans les arbres embrumé.

"Le vent est immatériel ... c'est un mouvement d'air ... arh, c'est pas le moment pour les cours de physique A'dy !"

Un hululement dissonant annonçait une nouvelle attaque imminente.

"La brume ... peu importe qui ou qu'est-ce qui la génère, ça reste de l'eau en suspension dans l'air ... compliqué de faire du feu dans ces conditions"

- Mistë pilin-ringwë*
* Pluie de flèches de glace.

Les deux volatiles, à peine eurent-ils sortit le becs du brouillard dans un piqué furieux furent cloués au sol, frappés par des pointes d'eau gelées issues de la brume elle-même. Asiendy semblait avoir trouvé la solution. Elle étendait l'emprise de son esprit à travers la brume, et exerça une pression intense, comme si elle tentait de broyer les nuages ici bas, et rapidement, la brume tomba au sol, se transformant en une pluie fine tout autour d'elle. D'un geste du bras, elle "creusa" un tunnel à travers la brume, l'eau se condensait et se déposait sur les arbres, les roches et le sol.


- Monsieur est servit. sourit-elle.


_______________________

Légende:
 

Pavé César ! Ceux qui vont écrire te saluent !


Dernière édition par Asiendy le Dim 11 Juin 2017 - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 213
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Freya Wolfkin
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Ven 2 Juin 2017 - 20:45


Spoiler:
 


Les bêtes immondes, profitant de l’aubaine du brouillard, jouaient avec la vie du petit groupe d’aventuriers malchanceux depuis de déjà trop longues minutes. Elles les encerclaient, disparaissaient dans les volutes argentés, attaquaient à l’endroit opposé d’où parvenaient leurs râles lugubres. Freya fulminait littéralement. L’adrénaline s’était emparée de son corps et la poussait à s’accrocher à ses instincts de chasseresse. Mais il faisait trop sombre, trop brumeux et sa visibilité était quasiment nulle. Elle tirait inlassablement des flèches en gestes désespérés et attendait que l’une d’elles fasse mouche pour pouvoir la récupérer et ne pas épuiser les réserves de son carquois. Utiliser son arc en de pareilles circonstances la ramenait à des souvenirs douloureux qui faisaient trembler sa main et parfois manquer sa cible. Avec une exclamation de rage, elle dû se résoudre à abandonner son arc en travers de son épaule et à tirer son épée. Le corps à corps était inévitable désormais.

La jeune femme jeta un œil à ses compagnons d’infortune qui se débattaient également tant bien que mal pour survivre. La voix d’Akkan parvint à ses oreilles malgré le tumulte ambiant qui devenait de plus en plus assourdissant. Elle demandait à Asiendy de jeter un sort qui disperserait la brume pour les aider dans leur fuite. Mais la jeune demie-elfe était aux prises avec des volatiles aussi gros que des aigles. Au moment où Freya se précipitait pour l’aider, deux pics de glace les empalèrent et acheva leur existence infernale. Puis peu à peu, le brouillard commença à se condenser en ouvrant un chemin perceptible et dégagé à travers les bois. La jeune blonde venait de leur offrir une échappatoire.

Le cœur de la guérisseuse se gonfla alors à nouveau d’un espoir qui l’avait abandonné vicieusement quelques moments plus tôt. Il était encore possible pour eux de se sauver sans trop de dommages. A peine la visibilité était revenue sur tout un pan de la forêt, Ellara s’élança au galop en direction de cette porte de sortie inespérée, ce qui effraya au passage la vagabonde. Beaucoup de personnes étaient attachées à leur monture et se sentaient tristes si quelque chose leur arrivaient, mais elles s’en remettaient vite. Pour Freya,  sa jument était le seul lien qui lui restait avec sa vie d’avant. Elle était également le seul être vivant à l’avoir fidèlement accompagnée le long de sa période de deuil et de ses aventures itinérantes sans jamais l’abandonner. Elle ne pouvait se résoudre à la perdre de cette manière.

Par ici !

Après avoir indiqué à ses compagnons la direction à suivre, elle s’élança précipitamment à la suite d’Ellara, qui était déjà loin. Le claquement de ses sabots résonnait de plus en plus faiblement et sa cavalière espérait que son instinct animal la mènerait en sécurité. Butant sur quelques racines proéminentes, Freya essayait d’évaluer leurs chances de s’en sortir. Le plus important maintenant n’était pas de déterminer leur position ni même de savoir où ils allaient, mais plutôt d’échapper à leurs poursuivants. La localisation attendrait. Tout en courant et en essayant de garder l’équilibre, elle écoutait les bruits alentours. Il lui semblait que les grognements des créatures étaient plus clairsemés et moins distincts. Mais Akkan et Asiendy avaient l’ouïe plus développée grâce à leur ascendance elfique et seraient plus à même de déchiffrer les bruits environnants. Alors qu’elle allait leur demander confirmation de son impression, une vive douleur au mollet gauche lui arracha un cri et la fit chuter.

Un peu étourdie, elle eut à peine le temps de se redresser qu’elle senti à nouveau des crocs traverser sa chair. Un renard de la taille d’un gros loup aux articulations difformes s’acharnait sur sa jambe pour l’empêcher de fuir. Le cœur de la rousse s’accélérant et elle tenta de faire lâcher prise à la bête en lui assénant des coups de pieds de sa jambe valide. Son épée lui avait échappé des mains et était hors de portée. Sa seule chance était le poignard qui était accroché à sa ceinture. Malgré la peur et l’urgence de la situation, Freya se félicita de ne pas l’avoir caché dans sa botte comme d’accoutumée. Alors que sous la violence d’un coup le renard corrompu reculait, elle attrapa d’un geste vif la petite arme et la tira. La bête voulut lui sauter à la gorge mais instinctivement, la chasseresse se protégea de son bras qui se retrouva à la merci de la créature. Avec un cri de rage mêlé de souffrance, la vagabonde profita de cette distraction aux frais de son membre supérieur pour planter à plusieurs reprises son poignard dans le cou du renard qui finit par expirer dans un gargouillis écoeurant. L’odeur du sang imprégnée dans l’air souleva l’estomac de Freya qui se releva péniblement et s’adressa aux deux semis-elfes sans savoir où ils étaient vraiment.

Courrez, dépêchez-vous !

Lorsqu’elle posa le pied par terre, elle laissa échapper un grognement et serra les dents. Ses blessures la mettaient dans une colère folle. Au mieux elle ralentirait la pénible progression du petit groupe, au pire elle y laisserait sa vie. Sans vouloir s’avouer vaincue, elle se remit en marche en boitant. Face à elle, plus de brume. C’était bon signe. Elle espérait que la dépense d’énergie qu’Asiendy avait utilisé dans se sort n’était pas trop importante pour qu’elle puisse continuer sa course de manière efficace, elle au moins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 717
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Mar 6 Juin 2017 - 16:41


La situation ne s'améliorait pas, je ne voyais presque plus mes alliées. Je n'eus que le plaisir de sentir une brusque chute de température alors que d'un coup l'humidité monta d'un coup, jusqu'à ce qu'une fine pluie se matérialise alors que la visibilité augmentait d'un coup me permettant d'esquiver l'ours ou ce qui s'en approchait qui debout sur ses pattes tentait de me plaquer au sol. Je faisais un bond sur le côté avant de le lacérer, alors que Nimrod profita de la diversion pour lui sauter dessus s’agrippant avec ses griffes il escalada la créature jusqu'à la tête. Une fois arrivé au niveau de la tête, Nimrod lui lacéra le visage, la créature se secoua pour faire tomber le petit dragon mais rien à y faire, il était bien accroché. Je profitais de ses tentatives pour trouver l'ouverture et lui planter ma lame dans le torse. Je réussissais in extremis à retirer la lame avant que la créature ne s'écroule.

La vue s'était entièrement dégagé et je voyais Freya et son amie tenter de fuir. Je m'élançais à leur suite alors qu'une créature déboulait et percutait l'arbre ou je me tenais encore quelques instants plus tôt. Le choc fut si puissant que l'écorce vola en éclat, le tronc présentait des marques impressionnantes et on entendait le bois craquer. L'arbre vieux de plusieurs siècle avait été pratiquement brisé par la charge de cet espèce de sanglier, il faut dire que la créature était immense, elle mesurait ma taille et devait bien faire dans les 2 mètres de large.

Le choc l'avait sonné et je profitais de son étourdissement pour courir dans leur direction, ma douleur n'était pas revenu pour le moment et je mettais donc tous mes muscles dans un effort maximum. Je rattrapais bientôt Asiendy et remarquais Freya au sol au prise avec un renard à quelques dizaines de mètres. Le temps que je la rejoigne, elle avait finit par se débarrasser de la créature. Elle se remettait sur pied et c'est son cris et l'appel de Nimrod qui me permirent d'éviter la deuxième charge de la créature. Le bond que je fis sur le côté me permis d'éviter la créature qui passa à quelques mètres d'Asiendy avant de finir sa course une centaine de mètre plus loin. C'est à ce moment, que j'aperçu la lisière de la forêt, juste derrière l'animal. La bête se tournait alors vers nous, renifla l'air, puis se figea, tapant du pied sur le sol, je la vis prendre l'élan et s'élancer dans notre direction. Je n'eus le temps que de remarquer que Freya n'aurait pas le temps d'esquiver la charge et je me ramassais afin d'intercepter la charge. Je puisais tout ce que je pouvais dans mes forces, celle de Nimrod et tout ce que je trouvais, je me devais de le percuter avec suffisamment de force pour le faire au moins dévier de sa trajectoire.

Je sentis une douce chaleur envahir mes membres alors que je sentais, une puissance inconnue saisir mes muscles. Je bandais ceux-ci au moment parfait, me propulsant avec une puissance que je ne maîtrisais pas contre la bête. Le choc fut si puissant pour moi que j'eus l'impression de percuter un mur, je faillis m'évanouir sous le choc, mais je résistais. A bout de force je plantais mes griffe dans la bête et montais sur son dos, lui labourant le dos des griffes que j'avais au bout de mes doigts. La bête fit une brusque embardé afin de m'éjecter et seules mes griffes me permirent de rester sur son dos. Je continuais de lui planter mes griffes même si cela semblait dérisoire. Le sanglier corrompu, gêné eut le réflexe de se rouler sur le dos, je m'échappais à temps pour me jeter sur elle, son ventre offert à mes griffes et mes crocs. Une fois sur son ventre, tel une bête sauvage, je le lacérais avec les griffes, le rendant fou de douleur et de rage. Je profitais d'une malheureuse tentative de sa part de m'empaler sur ses défenses et je le mordais avec mes crocs à la gorge. Je sentais un liquide chaud couler le long de mon menton et de ma gorge. Je lui plantais mes griffes dans son énorme coup provoquant des hémorragies importantes. Alors que son sang noir s'écoulait et que ses forces le quittait, je m'épuisais à continuer de l'égorger.

Le sort d'Asiendy s'épuisa comme mes forces, la douleur refit surface, je lâchais ma prise, la douleur trop présente pour y échapper. La bête profita de ce moment pour pivoter violemment sa tête me percutant et mon bras empêcha la défense de la créature de perforer mon abdomen. Je chutais violemment tandis que la créature s'épuisait désormais à essayer de se remettre debout. Trop fatigué, je ne pouvais désormais plus rien, mais celle-ci chancelait et perdait désormais beaucoup de sang de sa blessure au cou. Elle fit un premier pas dans la direction des deux femmes, puis au deuxième elle chut au sol, se vidant de  son liquide vital.

J'étais épuisé par l'affrontement, Nimrod me rejoignais et reniflais ma blessure au bras. Je me rapprochais d'un arbre et réussissais à me redresser. Je devais encore me relever, la tâche était plus ardue, avec l'aide des deux femmes, je finis par me mettre debout. Je tentais de les remercier mais mon épuisement était tel que les mots moururent avant même d'être prononcé.

La lisière était proche désormais ...


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 235
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Asiendy
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Dim 11 Juin 2017 - 13:38


"Jamais de la vie on pourra traîner ce colosse bien longtemps toutes les deux. Nous sommes si proches d'en sortir, mais nous ne pouvons plus nous défendre ainsi occupé. Tu m'excuseras Freya, mais on a vraiment besoin de ton cheval sur ce coup-ci, profité que nos assaillant soit à terre, avant que d'autres n'arrivent encore ..."

- Ellara, viens ici !


Le comportement affolé de la jument s'arrête net, et elle s'approche du groupe dans une démarche qui dénote quelque chose de pas très naturelle. Il aurait été très difficile de déplacer Akkan sans la puissance de l'équidé, même pour le peu de distance qu'il restait. Asiendy fit signe de la tête à Freya de reprendre les rennes de son cheval et de l'aider à installer Akkan dessus, visiblement plus en état de marcher très droit. Un nouveau grondement sourd, venant des tréfonds de la forêt derrière eux, leurs obligea à accélérer la manœuvre. Qu'est-ce que ça allait être ce coup-ci ? Une fureur incompréhensible s'était éveillé en ces lieux qui ne cesserait de vomir ses atrocité jusqu'à ce que les intrus soient tués ou au moins chassés de son périmètre.

Une sensation me fit tourner la tête, comme si j'avais pu sentir l'espace d'un moment le déplacement d'une créature massive dans la brume. Et en dépit de la taille qu'elle me semble faire, elle avance vite, plus vite même que ce qu'un cheval ne peut galoper, et en sachant qu'Ellara ne pourra probablement pas galoper avec un colosse blessé sur son dos. Je regarde Freya et lui dis :

- Partez, je vais la retenir.

"Je ne lui laisse pas le temps de protester, nous n'avons pas ce temps, et quelqu'un doit rester en retrait pour protéger les autres, Akkan est à deux doigt de s'évanouir, Freya est blessée à la jambe, c'est logique que ce soit eux qui partent à cheval. C'est la meilleure solution, je ne lui laisse pas le temps de protester, je la regarde droit dans les yeux :"

- Partez, maintenant.

"Quelle mauvaise partenaire je fais, je m'en excuserai plus tard. J'ai à nouveau cette sensation, il se déplace en traçant des arcs de cercles, la rapidité avec laquelle il est en train de se mouvoir est juste délirante, et il me fonce dessus comme prévu, va falloir que je réagisse vite."

A peine fut-il sortit de la brume qu'Asiendy écarquilla les yeux en voyant cette bête serpentiforme, avec une horrifiante tête arachnéenne, ainsi que quelques pattes de longueurs inégales de part et d'autre de son cou. Sans ralentir sa course effrénée, elle fonça sur la semi elfe.

- Auta-indemma !*
* Invention d'une image mentale (en elfique)

Asiendy avait eue cette idée depuis un moment, avec sa magie elle changea la vision de son adversaire, créant l'illusion qu'elle était à un endroit autre que sa véritable position. Le serpent passa à moins de deux mètres de la vraie Asiendy, persuader de l'attraper dans son immonde mâchoire crochue et percuta un arbre de plein fouet à la place. Le choc fut accompagner par de bruyants craquement, le tronc avait été sévèrement secoué, son écorce explosée, peut-être y avait-il aussi le son d'un ou de plusieurs os qui se fractures. La sang-mêlée était jeune, mais la tactique lui était innée, sans doute tenait-elle ça de son capitaine de père.

"Encaisser la charge, c'est fait, c'est vraiment pas passé loin. Bon, c'est un adversaire rapide, si je veux avoir une chance, je dois lui supprimer cet avantage-là ... une idée ? ... une idée, oui."

- Orta-erca ringwë*
* élévation d'épines de glace (en elfique)

Le sol était trempé par la pluie qui s'était abattue tantôt, cette même pluie qui maintenant gelait et formait une myriade de petite pointes brillantes vers le ciel, Asiendy avait créée un véritable tapis de fakir sachant que son ennemis rampait sur son ventre pour se déplacer, une partie de son corps des plus tendre et sensible. Elle y allait de tout son coeur dans ce combat, si bien que des fragment de sa mémoire, des images de son passé se reflétaient de temps à autre dans la glace encore connectée à son esprit. La créature se retrouvait amoindrie dans ses déplacements, de par le froid et les pics qui pénétraient les fines écailles à mesure qu'il bougeait. Mais cela ne suffirait pas à arrêter la rage folle dans laquelle elle était et elle se força à avancer même si son sang noirâtre commençait à se répandre lentement sous son ventre. S'aidant de ses pattes déformées pour traîner son corps vers l'avant et attaquer. L'elfe avait l'agilité pour se déplacer sans gêne sur ce terrain accidenté, et des chaussures qui lui épargnait la mutilation. Elle tournait autour de la créature corrompue, jouant sur la défense, esquivant les assauts, obligeant son adversaire à manœuvrer son corps allongé sur les pics, gagnant un temps précieux face à cette bête dont elle n'avait pas spécialement d'arme pour en venir à bout.


_______________________

Légende:
 

Pavé César ! Ceux qui vont écrire te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 213
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Freya Wolfkin
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Lun 19 Juin 2017 - 21:09


L’état d’Akkan s’était détérioré au fur et à mesure que l’affrontement traînait en longueur. Il était évident qu’il avait trop poussé son corps blessé dans ses retranchements et qu’il ne pourrait pas continuer bien longtemps à ce rythme-là. Tandis que Freya se demandait comment elles pourraient le transporter à travers la forêt et tous les dangers qu’elle recelait, Asiendy appela Ellara qui réapparu à leurs côtés prestement, à une allure troublée. Le comportement confus et désorienté de la jument laissait nettement deviner qu’elle se trouvait sous l’emprise d’un sort elfique mais la vagabonde était tellement soulagée de la voir sauve qu’elle laissa échapper un petit rire nerveux. Elle se dépêcha d’assister la semi-elfe en aidant Akkan à prendre place sur la monture, sous la menace d’une énième bestiole qui commençait à approcher à grands fracas. Son mollet la lança et Freya grimaça. Elle n’avait pas eu le temps de se faire un garrot et la situation était trop urgente pour qu’elle puisse avoir le luxe de s’accorder quelques précieuses secondes afin de prendre connaissance de l’étendue de sa blessure. Elle se tourna vers Asiendy pour lui faire comprendre qu’ils étaient prêts à partir lorsque cette dernière les somma de se sauver sans elle.

La voyageuse rousse fronça les sourcils et ouvrit la bouche pour objecter à cette décision trop risquée et trop promptement prise. Elle ne doutait pas de la force de volonté ou de l’intelligence stratégique de la petite blonde, mais même avec toutes les ressources possibles, il lui serait bien difficile de quitter la forêt en un seul morceau. Les ennemis étaient trop nombreux et son endurance non illimitée. Mais elle n’eut pas le loisir de s’opposer à l’ordre d’Asiendy que cette dernière le répéta, plongeant son regard dans le sien. Freya se senti soudainement étrange, tiraillée entre l’envie de rester aux côtés de son acolyte et la nécessité de s’en aller au plus vite avec Akkan. Et contre l’avis de son esprit embrumé elle monta à cheval et lança Ellara au galop, suivie par le petit dragon du colosse, furieuse d’avoir elle aussi été victime du sort lancé quelques minutes plus tôt sur sa jument.

Quoique que soit la nouvelle bête corrompue que la jeune magicienne allait affronter, elle ne serait pas à l’abri d’autres assauts. Ils l’avaient bien constaté, peu importait le nombre d’animaux qu’ils tuaient, il en sortait toujours plus de l’ombre. A peine un ennemi était à terre qu’un autre, plus grand, plus terrible prenait sa place… Alors qu’elle était en train de ressasser ces idées alarmantes, une créature se jeta en travers de la route de la jument qui rua en hennissant de surprise, jetant à terre ses cavaliers. Freya roula au sol en se prenant de plein fouet la racine d’un arbre centenaire et se souleva laborieusement pour voir où Akkan avait atterri et s’il n’était pas trop secoué. Cette chute n’allait pas arranger leurs blessures, c’était certain. La guérisseuse sauta sur ses pieds prestement, étouffant un cri de douleur lorsque sa jambe protesta contre l’effort, et avisa la bête qui s’en prenait à Ellara. C’était un cerf à deux faces décharnées dont l’une pendait tristement sur un côté, comme si elle avait fondu. Ses bois semblaient avoir poussé sans jamais s’arrêter et s’entremêlaient comme autant de ronces coupantes.

* Par l’honneur perdu des parjures, si même les cervidés s’y mettent maintenant… ! *

L’animal chargeait la jument et leur coupait le chemin vers la lisière désormais si proche… Freya examina un instant sa ramure impressionnante qu’il baissait en leur direction et qui ferait obstacle à ses flèches… Elle se résigna à tirer son épée et à intervenir. Après tout, un grand herbivore serait certainement moins difficile à combattre que toutes les autres créatures pourvues de griffes et de crocs acérés : elle n’aurait qu’à esquiver ses offensives pour réussir à la blesser. Restait à savoir si sa blessure lui permettrait de parer les attaques à temps. Elle n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longuement qu’elle fut prise pour cible. Le cerf se rua sur elle et la chasseresse se jeta sur le côté. Ce petit jeu dura de très longues secondes sans qu’elle ne puisse parvenir à le toucher. Prédateur et proie, aux rôles sans cesse inversés se tournaient autour, exécutant dans leur parade une véritable danse macabre.

Freya était commençait à s’épuiser mais la bête semblait avoir accès à une source d’énergie inépuisable. Il fallait qu’elle trouve une solution et vite… Soudain, elle sut ce qu’elle devait faire. Regardant autour d’elle, la vagabonde choisi un arbre au branchage bas et enchevêtré et se posta devant, s’accrochant à deux mains à son épée. Avec un peu de chance son idée marcherait et ils pourraient s’enfuir. Le cervidé se retourna, les naseaux fumants et se prépara à embrocher la jeune femme en fonçant sur elle tête baissée. Tout était désormais une question de timming. Freya ne devait pas esquiver l’assaut trop vite mais être suffisamment rapide pour ne pas finir transpercée. Lorsque la créature ne fut plus qu’à quelques pas, la guérisseuse se jeta sur le côté et se releva précipitamment en priant pour que son plan ait fonctionné. Avec un petit cri de victoire, elle vit le cerf se débattre comme un diable, les bois coincés dans les branches. En tirant, il lui offrait un accès dégagé à son coup. Freya leva son épée et frappa. Elle dû s’y reprendre à plusieurs fois avant de séparer la tête du corps de la bête corrompue.

Elle s’arrêta pour souffler un peu puis se rendit aux côtés d’Akkan et de Nimrod. Elle l’aida à se remettre en selle comme elle put mais sa jambe l’empêcha de faire de même. L’air affligé, elle récapitula sa situation. Elle n’avait pas la force de chevaucher et de guider Ellara hors des bois, mais il fallait qu’Akkan sorte de cette forêt coûte que coûte. Elle lui devait bien ça, il lui avait sauvé la vie un paquet de minutes plus tôt… Finalement, elle s’adressa à l’hybride :

Ecoutez ! Je vous confie Ellara, chevauchez droit et vous quitterez cette maudite forêt en un rien de temps. Je ne peux pas monter à cause de ma jambe mais je serai derrière vous !

La jeune femme donna une claque sur la croupe de sa monture et la regarda s’éloigner. Elle n’avait plus qu’à lui emboîter le pas… Mais l’idée de laisser Asiendy seule ne lui plaisait pas. Elle n’était pas encore tirée d’affaire la blondinette. Et même si la chasseresse trouvait stupide le fait de jouer les héros (il fallait bien l’avouer, c’était souvent comme ça qu’on abrégeait un brillant avenir), elle savait qu’elle se sentirait coupable de ne rien avoir tenté. Et elle n’avait pas besoin d’une mort de plus sur la conscience. Après avoir hésité un court instant, Freya tourna le dos à la bordure des bois et revint sur la distance parcourue. La douleur qui émanait de sa jambe était un peu amoindrie par l’adrénaline, si bien qu’elle n’avait pas trop de mal à marcher. Elle pourrait toujours aider sa camarade en la couvrant. D’ailleurs elle commençait à l’apercevoir plus loin aux prises avec…. Un serpent ?


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 717
Âge : 32

Voir le profil de l'utilisateur


Akkan
Dirigeant de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Lun 3 Juil 2017 - 13:35


Le cheval me conduisit prestement en dehors de la forêt je n'avais plus les forces de retourner en arrière, ma vue vacillait à chaque pas, heureusement la jument semblait heureuse de sortir et une fois le danger écarté elle trouva un endroit ou paître tranquillement. J'essayais bien malgré moi de descendre de cheval finissant par une chute désagréable réveillant les douleurs multiples. Je grognais alors que le jument s'éloignait avec dédain de l'origine du bruit. Je m'inquiétais pour les deux femmes qui étaient resté derrière mais mon état ne me permettait plus de les aider. J'espérais simplement que Nimrod pourrait les guider en sûreté jusqu'à nous.

Le petit dragon blanc avait suivit le cheval sur une courte distance afin de savoir où la jument allait et avait fait demi-tour. Nimrod connaissait trop bien Akkan et savait qu'il ne pouvait laisser 2 compagnons se battre sans envoyer au moins du renfort et si Akkan était en sûreté, Nimrod serait plus tranquille pour dégager les deux-pattes encore présentes dans la forêt. Il se coula dans la forêt suivant les bruits d'écorce craqué, de branche brisé en espérant qu'il ne s'agisse pas d'os brisé. L'absence de cri de douleur le rassurait et il courait autant que possible sur les traces de Freya, rejoignant celle-ci lorsqu'elle arriva en vue d'une scène impressionnante, une sorte de gigantesque serpent corrompu se battait avec férocité contre la petite semi-elfe. Il semblait complètement empêtré gêné dans ses mouvements par les pics de glace sûrement invoqués par Asiendy.

Désormais conscient du danger du sol gelé et dangereux, la créature s'enroula autour d'un tronc et grimpa dans l'arbre se contorsionnant elle passa d'un arbre à l'autre et se suspendit à l'un des plus grosses branches afin d'attaquer la semi-elfe par les airs. A chaque attaque le serpent brisait des pics de glace avec sa gueule réduisant petit à petit le fortin improvisé de la semi-elfe, celle-ci esquivant habilement à la recherche d'une solution.

Nimrod se jeta alors dans un arbre à proximité, la queue étant enroulé au tronc d'un arbre et le reste du corps tenant sur une branche massive d'un autre arbre, Nimrod espérait pouvoir sauver les femelles en attaquant la queue de la créature. Agile comme un chat, il monta dans l'arbre jusqu'au niveau souhaité et se rendit compte que le saut demandé pour rejoindre la branche la plus proche était peut-être un brin ambitieux, il recula, tendit ses muscles ... et se ravisa, il hésitait. Il tendit ses petites ailes veinée de violet et les battit frénétiquement tentant de se rappeler ce qu'il avait appris auprès du seul ami dragon qu'il ait connu. Sauf que son maître ne s'élançait pas dans une forêt ...

Il s'approcha à nouveau tendit ses muscles déploya ses ailes et sauta ... le saut était presque grisant, les quelques secondes où il vola l'enchanta jusqu'au rappel de la dure réalité sous la forme de la branche qu'il avait visé. Celle-ci lui fouetta le visage et il ne s’agrippa qu'in-extremis à celle-ci sentant que celle-ci ne tarderait pas à céder sous son poids. Il se jeta alors vers le tronc afin de planter ses griffes dans quelques chose de solide.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 235
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Asiendy
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Dim 23 Juil 2017 - 2:24


"Le voilà qui gagne les hauteurs, se déplaçant d'arbre en arbre plutôt que de souffrir au sol, c'était une réaction prévisible. L'essentiel est qu'il a perdu sa rapidité et que maintenant, ses mouvements sont prévisibles, je continu ainsi de garder mes distances, misant sur la sécurité tout en restant attentive à d'éventuels jet de toile ou de venin, vu la tronche de la bête ça ne serait guère surprenant qu'elle puisse faire ce genre de trucs.

Sérieusement, qu'est-ce que je fais encore là ? Freya et les autres doivent avoir pris une bonne avance, il serait temps de songer à sauver ma peau non ? Il faut que je me désengage du combat après avoir immobilisé mon ennemi pour déguerpir, mais d'un autre côté, je la sens au plus profond de moi, enfouie dans mon subconscient, cette combativité, cette envie de rester juste pour se battre, de donner tout ce que j'ai pour voir mon adversaire mordre la poussière et hurler ma victoire si fort que toutes les villes du continent puissent l'entendre. Une excitation insensé et macabre que je dois probablement tenir de mon père. Parce que oui, disons-le, il faisait toutes ces choses. Jusque là, je dois dire que ses méthodes et les miennes étaient aux antipodes, même si nos ambitions restaient identiques, mais à ce moment présent, alors que je bats face à cette monstruosité sans nom, je crois que je commence enfin à comprendre ce que ressentait Kaishan lors de ses chasses, et je me dois de l'avouer, c'est ... enivrant !!!"



Asiendy se mit à sourire, un sourire emplie d'assurance et d'arrogance. Son attitude sembla changer tout à coup, comme si elle venait d'entrer dans une sorte de transe, et devint extrêmement agressive. Le fait qu'elle s'élança brusquement vers sont adversaire confirma ce changement, sa dague à la main, elle chargea son adversaire de front, un assaut téméraire qui ne manqua pas de surprendre la créature. Avec l'agilité et la vitesse réputée des elfes, Asiendy se jeta sur la tête de son adversaire et le priva d'un de ses yeux à la force de son acier, poussant un cri de chasseresse, avant de reprendre ses distances esquivant ainsi la contre-attaque. Toujours avec ce sourire carnassier au visage :

- Hmph ! Alors ? tu penses toujours êtres le prédateur ?


"La douleur, sa douleur, c'est que ce qu'il me fallait pour prendre le dessus, car qui connait la douleur connait la crainte et la peur. Une notion souvent inconnue des saletés issues des failles, sauf que maintenant ..."

-... Tu as peur de moi...


"Son comportement change, il y réfléchis à deux fois avant d'attaquer à présent, il lui reste encore bien des yeux et il n'a pas oublié ce que ça fait d'en perdre un. Bon, c'est vrai, je commençait un peu à venir à bout de souffle, mais maintenant que je le force à rester sur la défensive à son tour, ça me laisse un peu de répit, c'est peut-être le moment de fuir, mais alors que cette solution était clairement la plus sensée, je ressens un ardent besoin de le pourfendre encore et encore jusqu'à ce qu'il meurt. Ma main serre le pommeau de ma dague du plus fort qu'elle le peut, je résiste à l'envie et me retire du combat quand tout à coup, je me retrouve nez-à-nez avec ..."

- Freya ?!


_______________________

Légende:
 

Pavé César ! Ceux qui vont écrire te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 213
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Freya Wolfkin
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit | Lun 28 Aoû 2017 - 23:22


-Freya ?!

L’étonnement perceptible dans la voix de la jeune semi-elfe fit légèrement sourire l’aventurière.

En bonne et due forme !

Une douleur lancinante parcourut alors son avant-bras et son mollet comme pour la rappeler à l’ordre. La souffrance lui arracha une grimace.

Enfin plus ou moins.

Grinçant des dents, la jeune femme lança un regard par-dessus l’épaule de sa compagne et s’aperçut que l’espèce de serpent gigantesque semblait confus, hésitant entre le retrait et l’attaque d’après les mouvements contradictoires de son corps ondulant. Il s’agissait sans doute de leur unique chance de salut, le tout était de profiter de l’état de faiblesse de ce monstre et de filer sans demander son reste. On ne pouvait pas toujours occire l’ennemi. Elle aurait voulu raconter à la blondinette comment elle avait envoyé Ellara et Akkan hors de la forêt avant de faire le choix de revenir –foutue pour foutue- mais elles manquaient de temps.

Bon ne restons pas là.

La difficulté était de battre en retraite sans inciter la créature démoniaque à les assaillir. Elles n’étaient donc pas encore tout à fait tirées d’affaire, ce qui semblait ne pas être le cas d’Akkan et de sa jument, au grand soulagement de Freya. En effet, la présence de Nimrod la confortait dans l’idée que l’hybride avait réussi à sortir de la forêt sans plus de dommages, sinon jamais le petit dragon ne l’aurait quitté pour revenir se battre à leurs côtés.

La guérisseuse commença à reculer prudemment, ne quittant pas la bête corrompue des yeux, une flèche toujours encochée sur son arc bandé. Avec un peu de chance, la présence d’un serpent aussi imposant tiendrait à distance les autres monstres le temps de leur fuite. D’un geste léger de la tête, elle fit signe à Asiendy de la suivre et elles commencèrent à s’orienter vers l’orée du Du Weldenvarden. Le reptile dodelina de la tête trois fois avant de s’arrêter, les yeux fixés sur les voyageuses, ce qui n’augurait rien de très positif. Pourtant Freya connaissait un peu les reptiles et blessé comme il était, ce monstre aurait dû abandonner la partie bien auparavant. Mais les bêtes corrompues ne raisonnaient pas comme des animaux normaux, comme si une rage inconnue les animait et les poussait aveuglément à détruire toute forme de vie sur leur passage.

Le serpent poussa une sorte de sifflement strident et se lança à la poursuite d’Asiendy et de Freya en gardant toutefois une certaine distance avec elles come si quelque chose au fond de lui l’empêchait d’attaquer vraiment. La vagabonde en eut soudainement marre de toute la tension qui régnait dans cette forêt, sa patience et son discernement l'abandonnant complètement. Elle avait envie d’en sortir au plus vite et n’était qu’à une centaine de mètres de son salut. Aussi décida-t-elle que c’était le moment d’arrêter de se limiter à la prudence et de tenter le tout pour le tout. Peut-être qu’une dernière blessure aurait raison de l’entêtement de la créature, peut-être qu’au contraire cela l’énerverait encore plus, toujours est-il que cela la ralentirait. Freya décocha sa flèche qui atteignit le museau de la bête bien qu’elle ait visé un œil –fichu bras !- et se retourna vivement.

Cours.

Le mot avait claqué dans l’air. Elle avait elle-même suivit son propre conseil et courrait sans se soucier de sa jambe, malheureusement pas au meilleur de ses capacités, gênant sa progression. Elle ne se faisait pas trop de soucie pour Nimrod qui pouvait voler lui au moins. La jeune femme ne se retourna pas quand elle entendit la bête crier. Il ne restait que quelques mètres. Quand bien même le serpent les suivrait hors des bois, il serait plus facile à  abattre en terrain découvert. Elle sentit le sang couler le long de son mollet et serra les dents. Elle aurait dû prendre quelques secondes pour se faire un garrot. Maintenant sa morsure s’ouvrait davantage et mettrait longtemps à cicatriser. Il lui semblait que le reptile ralentissait mais elle se faisait peut-être des idées. Elle était un peu sonnée. Plus qu’une dizaine de mètres…  La chasseresse pouvait apercevoir les terres aux portes de la forêt… Il faisait encore nuit mais déjà, de faibles lueurs éclairaient l’horizon. Elles pouvaient y arriver… Non. Elles allaient y arriver.


 
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Dans la forêt de la nuit |


Revenir en haut Aller en bas

Dans la forêt de la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Du Weldenvarden-
Ouvrir la Popote