AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Une rencontre incongrue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Une rencontre incongrue | Lun 1 Mai 2017 - 16:48


J'étais fatiguée et je ne rêvais que d'une chose, dormir. Ainsi après quelques gorgées de vin, trouvé à côté de la couche, je sombrais dans un lourd sommeil. Sans me soucier de ce qui pouvait bien se passer aux alentours. Mais c'était sans compter sur une sensation étrangère et pourtant déjà bien trop familière qui semblait pointer le bout de son nez. Me sortant de mon sommeil en plein milieu de la nuit. Je pouvais la sentir s'éveiller, s'agiter à la recherche d'une sortie. Je jurerais la sentir remonter le long de mes veines jusqu'à ma boîte crânienne. Je pouvais clairement entendre son rire moqueur et sa voix agaçante quémander une effusion de sang. Ça me rendait folle si bien que je n'avais qu'une seule envie m'arracher la tête. Je me tirais sur les cheveux alors que j'étais assise au bort de la couche, la tête entre les genoux. Je l'entendais, encore et encore comme un écho lointain et pourtant si proche. N'étais-je pas censé être l'entité démoniaque possédant la gamine et non l'inverse ? N'étais-ce pas moi qui devais la torturer et non l'inverse ?

Pour le plaisir auditif:
 

Je l'entendais murmurer depuis les tréfonds de mon subconscient.

Even in these chains, you can't stop me
Même avec ces chaînes, tu ne peux pas m'arrêter
Even in these chains, you can't stop me
Même avec ces chaînes, tu ne peux pas m'arrêter
Even in these chains, you can't stop me
Même avec ces chaînes, tu ne peux pas m'arrêter
Even in these chains, you can't stop me
Même avec ces chaînes, tu ne peux pas m'arrêter

Et voilà que je me retrouvais à déambuler en dehors de la tente, murmurant à moi-même ces quelques paroles.

Once upon a time
Il était une fois
There was a nasty, little piggy filled with pride and greed
Il y avait un coquin petit cochon rempli de fierté et d'avarice
Once upon a time
Il était une fois
There was an evil, little piggy, typical disease
Il y avait un mauvais petit cochon, maladie typique
You see this little pig is surely becoming my own worst enemy
Tu vois ce petit cochon va devenir mon pire ennemi
You see this evil pig, she's a flaw, flaw, flawed fucking part of me
Tu vois ce mauvais cochon, elle est un défaut d'une partie de moi

Everywhere I go, you go along with me (she said)
Partout où je vais, tu viens avec moi (elle disait)
Anything you get, is that because of me? (I said)
Peu importe ce que tu obtiens, est-ce à cause de moi? (je disais)
Everything I do, you do along with me (she said)
Tout ce que je fais, tu le fais avec moi (elle disait)
No matter where you run, you can't hide from me
Peu importe où tu cours, tu ne peux te cacher de moi

Et sans que je ne puisse me contrôler, je me voyais rôder autour d'une femme, probable futur victime.

She's gotta hold on me
Elle va m'attendre
Maybe she is just what they want me to be
Peut-être qu'elle est juste ce qu'ils veulent que je sois
Even in these chains, you can't stop me
Même avec ces chaînes, tu ne peux pas m'arrêter
Even in these chains, you can't stop me
Même avec ces chaînes, tu ne peux pas m'arrêter

Imaginant qu'elle était cette petite voix agaçante qui n'arrêtait pas de me tourmenter.

Pig Pig, Oh would let me in?
Cochon cochon, vas-tu me laisser entrer?
Pig Pig, Oh would let me in?
Cochon cochon, vas-tu me laisser entrer?
Pig Pig, I've know everywhere that you've been
Cochon cochon, je connais toutes les places où tu as été
(Oh, I've got nothing to lose and everything to win)
(Oh, je n'ai rien à perdre et tout à gagner)
Pig Pig, Oh would let me in?
Cochon cochon, vas-tu me laisser entrer?
Pig Pig, Oh would let me in?
Cochon cochon, vas-tu me laisser entrer?
Pig Pig, I'm already under your skin
Cochon cochon, je suis déjà sous ta peau
('Cause I'm the big bad wolf, now let the games begin)
(Parce que je suis le grand méchant loup, que le jeu commence)

Elle était mienne et je me retrouvais à le traîner hors du convoi, l'empêchant de crier et probablement de respirer par la même occasion. Puis, je me retrouvais à lui parler, à cette jolie petite proie qui était mienne. Il fallait bien qu'elle comprenne que je n'y étais pour rien, non ?

You see I am the wolf
Tu vois, je suis le loup
And this dirty, little piggy lives inside of me
Et ce sale petit cochon vit en moi
You see every now and then
Tu vois de temps en temps
I forget which one that I want and which one that I need
J'oublie lequel je veux et lequel dont j'ai besoin
I have come to realize
J'ai realisé
That both of them have become a necessity
Que les deux sont une nécessité
And I have come to realize
Et j'ai réalisé
That I become which animal I choose to feed
Que je deviens celui que j'ai choisi de nourrir

Everything I say, you lie along with me (she said)
Tout ce que je dis, tu mens avec moi (elle disait)
Everything you sing, is that because of me? (I said)
Tout ce que tu chantes, est-ce à cause de moi?(je disais)
Any time I cry, you always laugh at me (she said)
Chaque fois que je pleure, tu ris toujours de moi (elle disait)

Et toujours sans contrôle sur moi-même, je venais de laisser mes pouvoirs envahir mes veines et mes yeux s'emplir de noir. Griffant mordant, arrachant chaque partie de la peau de ma victime. La laissant mordre ma main afin qu'elle ne crie pas, trop fort du moins. Tout ce sang me rendait folle et je continuais de murmurer à son oreille.

Oh man, all these voices, I just can't
Oh man, toutes ces voix, je ne peux juste pas
Get the fuck out of my head
Sortez de ma tête
I can't, I can't, I can't
Je ne peux pas, je ne peux pas, je ne peux pas.

Reprenant peu à peu conscience de ce qui m'entourait, je pouvais sentir ma deuxième main enfoncée dans la poitrine de cette jeune femme. Je pouvais encore sentir les battements de son cœur alors que ma main semblait rester hors de mon contrôle. J'avais l'habitude de tuer. Mais pas ainsi, pas sans l'avoir décidé. Et pourtant tout semblait enivrant et provoquait en moi une excitation que je n'avais jamais connue. Ainsi je me retrouvais à sortir le cœur de ma victime de son habitat et à regarder la vie quitter ses yeux. Savourer la sensation de ses derniers battement sur ma main. Avant de reprendre violemment le contrôle de mes actes.

Pig Pig
Cochon cochon
Stay the fuck, stay the fuck, stay the fuck outta my head
Reste loin, reste loin, reste loin de ma tête

Paniquer, je me retrouvais au pied du mur. Couverte de sang, je devais faire disparaître un corps. Ainsi je prenais le corps dans mes bras et m'éloignais du convoi encore plus pour m'enfoncer dans la noirceur du hadarac. Me souciant que peut du sang qui couvrait le sable sur le lieu du meurtre. Je ne mettais pas encore remise de tout ce qui s'était passé dans la journée et je prenais un gros risque. J'étais faible, très faible. Je finissais donc par lâcher le corps derrière une dune de sable et commençais à creuser, lentement trop lentement, sa future tombe.


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Älyz'Raë
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue | Mar 2 Mai 2017 - 0:05


Ce long périple, celui de toute vie, celui de toute sa vie, Älyz’Raë ne le connaissait désormais que trop bien. Elle se laissait portait par le vent, par les effluves du sang, par celle de la chair fraîchement découverte. Ce quotidien parsemé de chemin sablonneux, de corps déchiqueter, d’âmes envoûtées par la corruption, légère et discrète qui émanait d’elle comme le doux parfum envoûtant d’une rose, ce quotidien était désormais sien.

Cela faisait longtemps qu’elle s’était enfermer dans cette vie, sans autre compagnon de voyage que son esprit toujours plus tourmenté. Cet esprit, elle avait appris à l’aimer, enfin plus ou moins, disons qu’aujourd’hui elle parvenait à faire corps avec celui-ci. Elle avait appris à aimer la mort bien plus que la vie, qui était sans nul doute synonyme d’ennuis.

Elle en avait connus quelques uns entre les auberges douteuse et les villes dangereuses. À chaque fois qu’elle faisait étape quelque par elle tombait sur des âmes toutes plus tordues les unes que les autres et parfois même plus tordu qu’elle. Ce qui soit dis en passant était un exploit car la demoiselle était tout de même une stryge, petite et fluette encore jeune et novice mais tout de même, ce n’était pas rien. Elle avait néanmoins plus d’une fois  sympathiser avec ces « bonnes âmes » le temps d’un bout de chemin ou bien le temps d’une soirée autour d’un verre dans l’auberge du coin ou bien autour d’un feu perdu au milieu des bois.  

Elle se souvint cette fois lorsqu’elle s’était immiscer dans les profondeurs du Du Weldenwarden, elle avait rencontrer cette fille, elle ne savait toujours pas si celle-ci était humaine, elfe ou bien d’une autre origine curieuse mais ce dont elle se souvenait précisément c’était l’aura, l’énergie qui se dégager d’elle, elle l’avait senti au cœur de cette forêt si charger et déranger, cela l’avait surpris. c’était une sensation si étrange. D’aussi loin qu’elle se souvienne elle n’avait jamais ressenti ça, ni avant, ni après.Quoiqu’il en soit elle avait continuer sa route, sans dommage cette fois. Le Du Weldenwarden ne lui avait pas offert grand-chose, quelque rencontre avec les créatures étranges qui la peuplaient mais en dehors de cette fille, elle n’avait trouvé nulle autre trace de vie.

Elle avait passer chemin et s’en était retourner vers des zones plus peuplée. Gil’Ead avait été une étape « vivifiante ». Elle y avait rencontré quelques bonnes âmes et quelques mauvaises aussi. Elle y était resté assez longtemps, si on considère que la plupart du temps elle ne passe qu’un jour ou deux en ville. Pour une fois elle avait fait exception et y était resté presque une semaine complète. Cela lui avait donner le temps de récupérer de cet aller-retour au pays des elfes. Qui avait été pour le moins éprouvant. Elle avait eu l’impression, en sortant de cette forêt que la vie qui la peuple lui avait soutirer son énergie comme à une vulgaire créature aussi éphémère qu’une simple mouche. Et autant dire que sur la route du retour elle n’avait rencontrer âme qui vive. Ça aurait été trop gentil de lui simplifier la vie. Et puis le sommeil ne répare pas grand-chose quand la faim vous tiraille les entrailles. Elle avait eu plus d’une fois la sensation qu’elle ne se contrôlait plus, changeant sa forme au fur et à mesure passant du monstre à la belle plante et inversement et cette idée ne lui plaisait pas vraiment. La première personne qui croisa sont chemin, à à peine un jour de la cité n’eut aucune chance d’en réchapper. Mais pour cet abysse immense qu’était son estomac à ce moment là, autant dire que ça ne lui avait bouché qu’une dent creuse, l’urgence était toujours palpable. C’est pourquoi lorsqu’elle arriva en ville elle pris la décision de changer de forme chaque jour qu’elle y passerait. c’était plus sûr ainsi.

Une Fois Gil’Ead derrière elle, elle était passé de village en hameaux, se rapprochant doucement des frontières du Hadarac. Cet insurmontable désert dont elle voulait explorer les limites. Bien sûr, il était indispensable qu’elle reste sur celle-ci car plus loin, dans l’inconnu, sans aucune provision, c’était trop risqué pour elle. Elle s’était fait avoir une fois mais pas deux. Cependant il y avait quelque chose. Une chose qu’elle ne s’expliquait pas. Une irrésistible envie de voir ce qu’il y avait dans les entrailles de cette étendue de sable brûlant. c’était plus fort qu’elle. Elle tenta de résister sans y parvenir. C’était différent de ce qu’elle avait ressenti dans le Du Weldenwarden. C’était comme une emprise dont elle ne pouvait se soustraire. Une fois encore elle ne se souvenait pas avoir déjà ressenti ça auparavant. Cela l’a laissé perplexe. Mais il y avait un autre détail, de taille cette fois-ci, Les frontières c’étaient éloignés. Mais pas dans la bonne direction. Elle était désormais en terrain inconnu, après plusieurs jour de marche, sans pouvoir s’expliquer la direction qu’elle avait prise. Car elle sentait qu’elle ne marchait pas au hasard mais n’avait aucune idée d’où ses pied la mèneraient.

Un soir, alors que le sommeil ne la trouva pas, elle avait continué sa route, dans l’obscurité la plus totale. Affrontant une dune après l’autre, elle finit par apercevoir comme un feu ardant qui planait tel une ombre au dessus du sable. Elle pris alors la direction de celui-ci, cette fois plus consciemment qu’avant. Elle était intriguée, était-ce le campement  d’une de ces caravanes dont elle avait déjà entendu parler, qui brave le désert pour une poignée de provisions qui sont la plupart du temps piller avant leur arrivée à destination.

Bille en tête, elle avançait d’un pas décidé, se disant qu’il y aurait certainement de quoi se « désaltérer » là-bas. Et puis elle se mit à sentir des effluves familières. Ce qu’elle goûtait dans l’air, c’était le sang frais, cette odeur si appétissante et si caractéristique. Cela lui ouvra subitement l’appétit, celui qu’elle avait réussi à faire taire jusque là. Son corps était désormais mi-humain mi-monstre assoiffé, tout ce qui la retenait et qui l’excitait d’un même temps, c’était la peur de l’inconnu. Si du sang frais avait coulé, il y avait forcément quelqu’un  pour l’avoir provoqué. Et ce quelqu’un pouvait être n’importe qui, n’importe quoi. Il fallait donc qu’elle soit la plus prudente possible se qui dans cette état s’avérait être plutôt ardu. Elle ne pu retenir un faible grognement rauque. Son ouïe lui indiquait que derrière cette dune il y avait quelqu’un, quelqu’un qui s’affairait, et qui ne l’avait pas encore remarqué. Elle avançait doucement, s’aidant de ses mains pour gravir la dune le plus discrètement possible à la manière d’une lionne dans les hautes herbes. Elle s’apprêtait à bondir sur ce corps de femme qu’elle voyait maintenant juste à porter de crocs.

" Il ne me suffirait que d’un bon..."


" C'est dans l'obscure forêt de nos consciences que se cachent les cauchemars les plus sombres.
Laissant libre cours à nos peur,
C'est en ce lieu que nous combattons,
Face à nous-même,
La créature éveillée en chacun de nous.
"

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue | Lun 8 Mai 2017 - 23:02


Je n'y avais pas prêtée attention avant, bien trop occupée à me débarrasser du corps, mais maintenant je pouvais nettement affirmer que je n'étais plus seule. J'avais cette sensation d'être observée et cela me rendait mal à l'aise. Couplé avec une envie de vomir, cela ne rendait, en aucun cas, ma tâche plus agréable. Je soupirais presque d'ennui. Ce n'était pas ma journée. J'étais à bout, littéralement. Je ne pouvais décemment pas mener un autre combat aujourd'hui. Je devais donc jouer sur les apparences. Ainsi je continuais ma tâche faussement imperturbable.

- Tu vas rester là à me regarder où tu vas finir par te décider et montrer le bout de ton nez ?

Fatiguée je me laissais tomber sur le sable, cherchant discrètement du regard notre nouvel ami. Mais je doutais de parvenir à localiser l'intrus dans une nuit aussi sombre. Si bien, que je réfléchissais, à qui pouvait bien se trouver dans les parages. Ce n'était pas les hommes du caravansérail que nous avions attaqués dans la journée, ils m'auraient déjà probablement tués. Mais alors qui ? La seule chose à proximité d'ici, autre que le caravansérail et notre convoi, était la faille. Un éclat de compréhension passa soudain dans mes yeux. Mais bien sûr ! La faille, le sang frai, un stryge. Une équation des plus logiques, finalement. Seulement cela signifiait aussi un grand danger pour ma personne. Mais c'était également la chance de me débarrasser du corps définitivement. Je m'éclaircissais la gorge.

- Bon écoute, j'ai quelque chose à te proposer. Je te fais cadeau de mon amie ici présente mais seulement si tu te décides à sortir de ta cachette. Tu sais, je n'ai pas toute la nuit moi. Je dois retourner au convoi, y a des gens qui m'attendent.

Des gens ? De qui je me moquais ? Mis à part blondie, personne ne devait avoir remarquée mon absence. Et encore, je suis sûr qu'elle est en train de dormir. Il est même probable qu'elle est gardée mon bandage en guise de peluche. Mais peu importe, l'important était de faire comprendre que je n'étais pas seule. Cela dissuaderait peut-être notre nouvel arrivant de mettre fin à mes jours. Et qui sait ? Je pourrais m'en faire un allié extérieur.


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Älyz'Raë
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue | Dim 14 Mai 2017 - 20:17


Pour ajouter un peu de tension et de suspens à la situation:
 


Elle avait senti l’imperceptible, sa proie se savait en danger. Mais pourtant elle n’avait noté aucune volonté de fuite. Ce qui était presque impossible, tout humain normalement constitué aurait fuit aussi vite qu’il l’aurait pu. Il devait y avoir quelques notes d’imprudence dans l’esprit de cet demoiselle ou alors de folie.

Cela n’avait fait que donner un peu plus l’eau à la bouche de la stryge, imaginant déjà la stupéfaction paralyser les muscles qui résisterait sous ses dents acérées. Il lui vint à l’esprit qu’elle ne pouvait rêver meilleur dîner quand soudain sa présumé future victime, en se laissant tombé sur le sable, lâcha d’un ton totalement décontracté :

- Tu vas rester là à me regarder où tu vas finir par te décider et montrer le bout de ton nez ?

C’était à son tour d’être stupéfaite, la surprise de cette réflexion l’avait ramené à la réalité dans un éclair de rage qu’elle peinait à contenir quand vint le seconde réplique qui sonnait plus comme une proposition… Toujours pleine de rage elle faisait les allers-retours sur le sommet de la dune, sachant que l’obscurité ne la trahirai pas même si elle ne cherchait plus à être discrète. Elle était déjà repérer alors à quoi bon. . D’autant que par cette réflexion Älyz’Raë se savait démasqué en tant que stryge et cela ne lui plaisait guère.  

Face à cette proposition elle comprit pourquoi la jeune femme été resté si longtemps imperturbable, cacher un corps n’était pas chose aisée. Elle en savait quelque chose. Elle avait beau être une stryge elle ne dévorait pas l’entièreté de ses victimes, ni leur vêtements ou autre « effets personnels », elle récupère ce qui l’intéresse et fait fi du reste qu’elle enfouit dans un coin en s’assurant que ça ne soit pas retrouver de si tôt. Mais elle avait un avantages certains, il restait trop peu de ses victimes pour qu’on puisse les reconnaître.

En cela elle reconnaissait la finesse d’esprit de la jeune femme, on ne saurait de son crime d’où elle venait  et c’était en supplément un moyen de sauver sa peau. Bien que la jeune stryge soit de nature insatiable. De plus elle se sentait « bizarre » depuis qu’elle était entrée dans se désert et elle ne parvenait toujours pas à se l’expliqué, sa faim avait quadruplé et elle parvenait difficilement à garder forme humaine. Avoir cette femme qui lui parlait l’aidait, faisant appel à la femme et non à la bête.

Sa voix ne parvenait pas à se rétablir et était donc d’un aspect guttural et métallique, tout sauf féminine et fluette telle que l’était son apparence à l’instant où elle prononça ces mots :

- Comment sais-tu ce que je suis ? Et pourquoi serais-je encline à te débarrassé de ton sanglant et cadavérique « problème » alors que je pourrais me repaître de ta chair encore juteuse et palpitante ? Mon repas n'en serais que plus appréciable. N'es-tu pas d'accord ?


" C'est dans l'obscure forêt de nos consciences que se cachent les cauchemars les plus sombres.
Laissant libre cours à nos peur,
C'est en ce lieu que nous combattons,
Face à nous-même,
La créature éveillée en chacun de nous.
"

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue | Dim 21 Mai 2017 - 0:45


- Comment sais-tu ce que je suis ? Et pourquoi serais-je encline à te débarrassé de ton sanglant et cadavérique « problème » alors que je pourrais me repaître de ta chair encore juteuse et palpitante ? Mon repas n'en serais que plus appréciable. N'es-tu pas d'accord ?

J'étais maudite jusqu'au bout. Il fallait que je tombe sur la seule stryge affamée et détraquée des environs. Génial ! Comme si je n'avais pas déjà assez d'ennuis. Dans tous les cas, il fallait que je continue ma petite mascarade. Histoire de gagner du temps. Ainsi je laissais de nouveau la magie couler dans mes veines et mes yeux prirent une teinte noire. Si l'intruse ne pouvait voir l'aura s'échapper de mon corps, il était indéniable qu'elle pouvait en sentir l'essence. Ce petit tour de passe-passe ne me prenais pas beaucoup d'énergie. C'était un moyen de dissuasion comme un autre. Et puis, je laissais ma voix prendre le dessus sur celle que j'utilisais au quotidien afin de lui faire comprendre que je n'étais définitivement pas une simple humaine. C'est donc d'une voix sortie d'outre tombe que je répondais à sa provocation.

- Ne me prends pas pour plus stupide que je ne le suis, Stryge. Tu sais aussi bien que moi, que ce qui se trouve dans ce désert est à l'origine de ma présence et très probablement de la tienne dans notre monde.

Pour me donner encore plus de prestance, je me relevais et lançais un regard par-dessus mon épaule. Je savais maintenant approximativement où elle se trouvait. Puis, je repris mon discours.

- Maintenant, soyons claires. Je risque de te laisser un arrière-goût amer. M'avoir prise pour une simple mortelle, était ta première erreur. La deuxième, tu viens de la commettre, en m'indiquant ta position. N'en provoque donc pas une troisième et accepte ma proposition.

Je venais de jouer toutes mes cartes. Si elle décidait ,malgré tout, de m'attaquer je prenais un grand risque pour ma personne. Le peu d'énergie que j'avais regagnée pendant mon sommeil m'avait servie à tuer cette pauvre femme. Je n'étais donc clairement pas en position de force. Mais ça, la Stryge n'en avait pas la moindre idée et c'était tout à mon avantage.

- Tic Tac, l'heure tourne, que décides-tu ? J'ai un convoi à escorter et une faille à étudier moi, je n'ai pas toute la nuit.


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Älyz'Raë
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue | Mar 23 Mai 2017 - 19:52


Älyz’Raë senti quelque chose changé dans l’atmosphère qui les entourait. C’était comme si une vibration presque imperceptible l’avait parcourue. Étrange et désagréable sensation qui néanmoins ne parvenait pas à couvrir cette autre sensation, celle qui l’habitait depuis qu’elle avait foulé le sable brûlant de ce désert. Elle entendis tout à coup une voix résonnante, creuse, c’était comme si elle provenait des limbes de sa conscience. Mais elle se rendit vite compte que cette voix, c’était celle de sa proie. Elle comprit donc assez rapidement de quoi il s’agissait maintenant et comment alors cette femme avait pu comprendre si facilement qu’elle genre de créature elle était. Elle avait, face à elle une personne maîtrisant la magie, ce qui lorsqu’elle le réalisa lui glaça le sang un instant puis  la ravit profondément. C’était la première fois qu’elle mettait la main sur ce genre de proie et cela promettait un combat épique. D’autant plus qu’un détail alerta la stryge. Pourquoi est-ce cette magicienne n’avait pas encore eu recours à ses incantations. Alors qu’elle se trouvait en plutôt mauvaise posture malgré les menaces qu’elle proférait. Puis elle se souvint que ladite sorcière avait évoqué un convoi. Ce qui signifiait de longues journées à marcher sous ce soleil cuisant entourer de personnes qui rendent ta progression lente et à terme douloureuse de crampe et de fatigue. C’était donc cela qui la poussait à préservé son pouvoir, la fatigue. Qui peut vite s’avérer fatale si on calcule mal la puissance de ses attaques. C’était donc cela le pacte, l’échange, c’était son moyen à elle de sauver sa peau.

Älyz’Raë garda néanmoins son sang froid, une magicienne peut tout de même s’avérer dangereuse, même épuisée, elle choisit donc d’entrer plus ou moins dans son jeu en la faisant languir. Le fait d’avoir une grande probabilité de victoire la gardant tout de même en éveil.

Sortant de ses pensées et se remémorant ce qu’avait évoqué la jeune-femme elle se rappela avoir déjà vu évoqué les failles, comme source du désespoir des hommes et autres race peuplant l’Alagaësia. Elle savait que c’était de la que venait les stryges, mais elle savait aussi que ce n’était pas son cas, enfin pas vraiment. Elle était à l’origine la fille aînée d’une famille respectable et c’est la corruption et sa propre haine qui l’avait changé au plus profond d’elle-même mais elle n’avait jamais réellement ressenti l’attraction que procurait une faille. Du moins jusqu’aujourd’hui. Elle pouvait enfin mettre une cause à se sentiment qui lui prenait les tripes et cela la rendait curieuse. Elle ne souhaitait néanmoins pas se pointé au milieu du convoi précédemment mentionné, elle ferait cette expérience seule, plus tard.

Elle réfléchit à la proposition de la dame sans pour autant la prendre en considération, elle n’avait pas pour habitude de manger les cadavres des autres, même si la chair restai de la chair. Elle pris le partie de faire durer la conversation avant de prendre sa décision.

« Pourquoi l’as-tu tué cette pauvre personne ? Pourquoi gâcher une âme si ce n’était pas pour t’en repaître ? Et puis pourquoi cette maudite faille t’intéresse tant puisque tu sais déjà ce qui en sors ? »


" C'est dans l'obscure forêt de nos consciences que se cachent les cauchemars les plus sombres.
Laissant libre cours à nos peur,
C'est en ce lieu que nous combattons,
Face à nous-même,
La créature éveillée en chacun de nous.
"

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 96
Âge : 20

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=vMhJR6swmTU


Sélène
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue | Sam 27 Mai 2017 - 13:35


Spoiler:
 

Dans les confins du désert du Hadarac, une caravane était en route vers la plus grande faille connue de l'Alagaësia. Parmi les courageux à se risquer dans cette aventure se trouvait Sélène. La raison de sa présence défiait toute logique sensée : elle n'était là ni pour l'argent, ni pour la gloire, ni pour le sabotage. Elle voulait juste s'assurer que le convoi arrive à bon port que la faille soit sécurisée.

Pourquoi ? La réponse paraissait si simple à ses yeux. Si jamais une invasion de grande envergure était lancée, elle pouvait dire adieu à la petite vie tranquille qu'elle avait si durement gagnée. C'était pour elle une raison suffisante de trahir les siens.

Plus tôt dans la journée, elle avait eu la confirmation qu'un stryge tentait de faire échouer la mission de l'intérieur. D'abord, l'empoisonnement de l'eau, puis maintenant ce meurtre sauvage. Laisser le coupable s'en tirer cette nuit, c'était prendre le risque de voir une nouvelle personne importante disparaître, comme la capitaine de l'expédition ou l'un des talentueux mercenaires qui étaient à l'œuvre il y a encore quelques heures en amont de la caravane. Car la personne tuée était importante, sinon pourquoi s'y attaquer ?

Après avoir prévenu la capitaine que quelqu'un avait été assassiné, Sélène repartit en vitesse sur la scène de crime. Quelqu'un avait été mutilé dans la nuit et ensuite traîné dans le désert. La piste aurait été un peu difficile à suivre pour une personne normale. Pas de chance pour le coupable, Sélène n'était pas une personne normale. Ses narines sentaient déjà le doux fumet du sang fraîchement coulé, elle n'avait plus qu'à remonter la piste.



Brr… Qu'est-ce qu'il fait froid, n'empêche… Pourquoi tout doit être aussi extrême ici ? Le temps, les dangers, les plans… Qu'est-ce que je donnerai pas pour passer une nuit au chaud. Mais… Je sens qu'au fond de moi, plus je me rapproche de cette carcasse, plus je me réchauffe. C'est si bon, dans un moment comme ça… C'est dingue comme c'est puissant, le pouvoir de la pensée, hihi…

Après quelques longues minutes de marche, elle distingue enfin des silhouettes éclairées faiblement par la lune. L'odeur est forte. Le cadavre doit encore se trouver dans les parages. En avançant encore, elle put entendre des voix, au nombre de deux. D'une part, un râle métallique et guttural à peine humain et d'autre part… la voix de Lillith, son actuelle compagne d'armes.

Mais… Qu'est-ce que tu fais là ?! Pourquoi tu n'es pas au campement ? Je croyais que tu étais morte de fatigue ! Oh non ne me dis pas que c'est toi qui a…

Sélène fut soudain parcourue par un sentiment de malaise qui arrêta le cours de sa pensée. Elle venait de sentir l'aura d'un stryge dans les environs. Dans son esprit, il n'y avait plus aucun doute : l'un des protagonistes de cette scène était forcément le traître de la caravane. Ou alors étaient-ils tous deux complices ? Elle n'osait pas y croire.

Les deux se regardaient en chien de faïence. Lillith était barbouillée du sang de la victime qu'elle tenait encore. L'autre stryge ressemblait à une jeune femme, mais avait visiblement beaucoup de mal à conserver sa forme humaine devant de telles effluves écarlates. C'était une chasseresse folle. Comme Sélène.

À force de faire durer la conversation, elle va finir par baisser sa garde à cause de la fatigue. J'ai économisé toutes mes forces aujourd'hui, alors je dois faire quelque chose. Au diable ma couverture, nous sommes seuls ici, et Lillith m'a déjà grillée.

En se redressant pour dévaler la petite dune, elle put apercevoir clairement la mare sombre que s'était formée au pied de la sorcière. Ce qui lui donna encore plus envie de se lâcher. Sa décision était prise, elle allait s'opposer à sa semblable.

- « Eh l'affreuse ! Fini de jouer ! Je vais m'assurer que tu ne touches plus à cette caravane. »

Sélène se tenait prête à libérer son aura si l'autre s'avançait, pour lui faire comprendre qu'elle n'allait pas se laisser faire. Elle ne pensait plus qu'à faire face à cette traîtresse et à lui mettre la tête au carré.

Spoiler:
 


Quand on les ouvre, il s'en échappe une si belle couleur !
Chaque goutte qui atteint mes lèvres me donne envie d'en avoir plus !
C'est si rouge... si rouge et si doux... j'en tremble ! C'est si bon !
J'en veux plus ! Tellement plus ! Je ne peux plus attendre !!!


...
Trois bouteilles de grenadine, s'il vous plaît.


So close...

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 33
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Lillith
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue | Lun 5 Juin 2017 - 23:59


Je m'apprêtais à répondre aux questions de la Stryge quant une voix me stoppa net. Oh non ce n'est pas vrai, j'étais maudite jusqu'au tréfonds de mon âme ou quoi ? Blondie se trouvai sur la même dune que l'autre Stryge et elle n'était apparemment pas contre un petit affrontement. Vous allez me dire, de quoi tu te plains ? Elle vient probablement de te sauver la peau... Certes, mais je lui dis quoi pour le cadavre moi ? Après tout, elle a l'air de penser que mon intruse est la coupable... Je pourrais bien la laisser porter le chapeau. Mais en même temps je suis la seule couverte de sang. Et puis j'essaye d'établir une relation de confiance avec Blondie, elle est une alliée de taille pour la protection de la caravane. Bon, pas le choix va falloir intervenir.

Ainsi je me retrouvais à me télé-porter entre les deux stryges, afin de limiter les futurs dégâts. Mon corps se matérialisa devant blondie et j'attrapais son bras afin d'éviter tout dérapages.

- Arrête ! Cette stryge n'est coupable que d'une seule chose et c'est, malheureusement pour moi, de vouloir me transformer en friandise.

Je laissais un silence pesant tout en me détournant vers l'inconnue. Je n'avais jamais vu la vraie apparence d'un stryge et cela retenait mon attention. C'était aussi effroyable que fascinant. Et encore, elle restait en partie humaine, ce qui gâchait un peu le spectacle. Je sortais de ma "contemplation" si l'on peut dire et reprenais la parole afin de répondre à l'inconnue.

- J'avais mes raisons. En ce qui concerne notre amie cadavérique, je ne suis pas une stryge, je ne me nourris donc pas de la sorte... Et pour répondre à ta dernière question, je te laisse te contenter de ma première réponse. J'ai mes raisons.


I'm your death sentence.
Do you wanna play with me ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 19

Voir le profil de l'utilisateur


Älyz'Raë
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue | Mer 28 Juin 2017 - 23:50


Spoiler:
 

Sa question étant restée en suspend un certains temps, son ouïe la porta vers des bruits de pas se rapprochant,  assourdit par le sable. Il venait quelqu’un qui semblait-il avait l’intention de se joindre à la partie. Il y avait néanmoins un point étrange à éclaircir, l’énergie qui émanait de cette personne ne laissait présager rien de bon. Cette énergie elle l’a connaissait car elle vivait avec, bien que légèrement différente d’elle, cela qui ne pouvait signifier qu’une chose, l’intrus était un(e) stryge. Ce qu’elle ne savait pas c’était si cette stryge provenait de la faille ou si c’était un compagnon de voyage de la demoiselle. Ce qui semblait somme toute étrange. Que viendrait faire une stryge dans un convoi qui vise à explorer une faille ? Cette question la laissa perplexe.

Cet autre individu ne perdit pas de temps à se faire remarqué en s’adressant directement à Älyz’Raë, ce qui ne laissa que peu de doutes quant à sa provenance. Elle était très certainement l’alliée de notre chère sorcière, la question étant de savoir si elle engagerai ou non le combat ? Quoiqu’il en soit Älyz’ restait sur ses gardes, n’ayant aucunement l’envie de devenir la proie alors que c’est elle qui chassait !

La réaction de la sorcière ne se fit pas attendre lorsque l’autre stryge se matérialisa devant elle à quelques dizaines de mètres à peine. L’instant d’après la jeune femme s’intercala entre les deux stryges, agrippant le bras de la nouvelle arrivante afin d’avorter toute tentative d’offensive. Pour sa part Älyz’Raë  restait tiraillé entre sa raison et sa faim grandissante tout en prenant note de la réponse pour le moins vague de la sorcière. Qui l’avait d’ailleurs surprise par sa téléportation, ce qui signifiait que même si elle était fatiguée, elle restait pour le moins alerte et réactive. Älyz ne manqua d’ailleurs pas de le noter avant d’entamer sa réponse :

« Bonsoir très chère, avait-elle répliqué le sourire aux lèvres, son humeur était joueuse mais néanmoins en alerte à chaque variation dans l’air. Je ne fait guère partie de votre convoi mais me ferait une grande joie de me laissé conter l’histoire pendant que je dévore ton amie. Sans offense bien sûr ! Et puis tu ne m’a pas vraiment l’air au courant pour ce cadavre non plus à croire qu’il n’est réellement pas bon de vouloir s’en repaître ! Puisqu’il sort de nulle part…. Gardes donc tes secrets sorcière, je les emporterait dans ta tombe. »


" C'est dans l'obscure forêt de nos consciences que se cachent les cauchemars les plus sombres.
Laissant libre cours à nos peur,
C'est en ce lieu que nous combattons,
Face à nous-même,
La créature éveillée en chacun de nous.
"

Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Une rencontre incongrue |


Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre incongrue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Désert du Hadarac-
Ouvrir la Popote