AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

À propos des ténèbres et des risques insensés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15513
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: À propos des ténèbres et des risques insensés | Lun 31 Juil 2017 - 18:02


Une rafale chaude balaya la rue déserte, ébouriffant mes cheveux et faisant bruisser les vêtements trop larges d’un cadavre presque décomposé qui prenait l’air devant un café. Il faisait grand beau à Urû’baën. Je sentis un frisson me parcourir l’échine.

L’ancienne capitale était, dans ces quartiers abandonnés par son peuple, un endroit terrible. Les abords de la bibliothèque de la ville avaient quasiment été épargnés par la destruction et mis à part l’occasionnelle charogne on avait l’impression d’un décor de théâtre : tout était prêt, il ne manquait que les acteurs...

Ce que je pouvais détester cette putain de ville. Je parcourus les derniers mètres qui me séparaient des portes de la bibliothèque de la ville. Elles étaient immenses, en bois massif, et restées ouvertes quand la population avait fui dans la panique des Failles.

-Allez mon pote, courage, je me dis doucement à moi-même. Qu’est-ce qui pourrait mal se passer ?

J’avais demandé à Yarrock de ne pas m’accompagner dans la zone corrompue. Mon dragon m’avait lassé sur une place assez grande pour l’accueillir et assez déserte pour qu’il n’écrase personne au hasard… ce qui n’avait pas manqué de faire hausser quelques sourcils. Les dragonniers n’étaient plus autant monnaie courante qu’autrefois.  
Il faisait noir, à l’intérieur. Aucune des lampes à gaz ne marchait plus, la poussière recouvrait les fenêtres qui n’étaient pas brisées et flottait dans l’air comme la brume après une nuit froide.

-E… Ellen’ ? tentai-je à voix haute, guère rassuré.

Je n’avais pas osé crier.
C’était un messager qui m’avait trouvé Dras Leona… cela faisait maintenant longtemps que les communications mentales n’étaient plus un moyen très fiable de se parler. Qui m’avait dit de me rendre ici, dans la ville abandonnée, de la retrouver à la bibliothèque. Quelque chose en rapport avec l'Equilibrium.

-Oh et puis merde, je chuchotai.

Je tendis la main gauche devant moi, me concentrai, et bientôt je sentis le picotement de la magie tumultueuse. Je la sentais qui se dérobait qui renâclait mais la tempête invisible qui avait fait rage pendant longtemps se calmait, et cette fois la gymnastique mentale pour plier la réalité à mes désirs ne fut pas si déroutante.
Il y eut un clignotement incertain, et puis une flamme vive aux reflets verts surnaturels naquit au creux de ma main, projetant ses ombres dansantes sur les rayonnages sans fin.

-Ouah.

Depuis combien de temps est-ce que je n’avais plus mis les pieds ici ? Vide, la bibliothèque d’Urû’baën était encore plus impressionnante, plus imposante. Et malgré ce sentiment de majesté tranquille, je sentais la Corruption. Ma magie n’avait pas la même odeur piquante qu’à la normale ; pas vraiment la même texture. Elle était, même pour quelque chose d’aussi simple qu’une flamme, plus dure à maîtriser.

Mais au-delà de simplement me rassurer, entretenir ce feu me permettait d’être sûr qu’Ellen’ n’était pas là, ou bien elle l’aurait senti, et reconnu. Alors je me trouvai un fauteuil en cuir près d’une table basse, dans une alcôve, retirai le fourreau que je portais à la ceinture et déposai délicatement ma flamme sur la table dont le bois noircit instantanément, mais sans s’enflammer. Je fis léviter le feu quelques centimètres plus haut.
Il ne restait plus qu’à attendre. Je m’enfonçai dans fauteuil dont le cuir craqua sous mon poids, et croisai nonchalamment les jambes sur la table basse.

Un mince sourire trouva enfin le chemin de mon visage, tandis que je fermais les yeux, attentif au moindre craquement et au moindre souffle d’air dans la bibliothèque déserte. Le temps avait commencé de guérir la blessure qu’avait laissé notre amour et pour la première fois depuis longtemps j’étais simplement heureux de la revoir, sans que cela ne soit teinté d’angoisse ou de tristesse.
C’étaient là d’étranges pensées compte tenu de l’endroit où je me trouvais et du fait qu’Ellen’ ne m’avait sans doute pas demandé de venir ici pour discuter autour d’un verre d’hydromel.
Et puis, la guerre était finie. La Corruption était toujours là mais la magie, elle aussi, se soignait et bien que ce soit d’une façon très différente, Ellen’ y était aussi sensible que moi. Je l’avais vue au plus mal pendant la guerre, et j’étais certain qu’elle irait bien mieux.

Cette seule idée suffisait à élargir mon sourire tandis que j’attendais mes deux compagnes d’un voyage qui allait s’avérer bien plus mouvement que prévu…



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 


Dernière édition par Laïaga le Mar 1 Aoû 2017 - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 54
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Nyx
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Mar 1 Aoû 2017 - 10:52


La ville était apparue à l’horizon en fin de journée la veille, mais il restait encore un bon bout de chemin avant que je ne l’atteigne. Après un maigre repas et une nuit agitée de cauchemars, les premières maisons arrivèrent à ma hauteur quelques heures après l’aube. La ville était plus grande que ce que j’avais pu lire dans les livres. Plus austère aussi, mais cela ne m’étonnait guère. La Corruption semblait avoir modifié les fondations mêmes de l’endroit, le rendant hostile et vicieux. Mais il me fallait venir ici. Cet endroit allait être les bases de mon affirmation dans ce monde.

Je fis une halte afin de récupérer mon souffle et grignoter un fruit légèrement tanné, avant de pénétrer par la porte principale – enfin, ce qu’il en restait. Partout où mon regard se posait, il n’y avait que débris et ossements à moitié rongés par les prédateurs qui ne manquaient pas de venir fouiller dans les ruines. La plupart des maisons se trouvaient éventrées, plus rien de sain ne poussait dans les jardins autrefois si bien tenus.

Malgré ce paysage désertique, je ne perdais pas de vue mon objectif, trouver la bibliothèque. J’espérais y dénicher des réponses à mes questions où, à défaut, des ouvrages intéressants sur l’histoire du monde, des races et des guérisseurs. J’espérais au plus fort de mon cœur ne pas avoir fait tout ce chemin pour rien, qu’il resterait quelques vestiges du passé.

Le soleil était déjà bien haut mais il ne semblait pas pouvoir réchauffer les environs, encore moins mon corps frileux. Je resserrai les pans de ma cape de voyage autour de moi et soufflais sur mes mains tout en continuant mes recherches. Où pouvait donc se trouver ce bâtiment ? Les livres mentionnaient une construction immense et grandiose, abritant des dizaines de milliers d’ouvrages inestimables, renfermant un savoir monstrueusement vertigineux… Rien que d’y penser, mon désir de le trouver se fit plus intense et j’accélérai le pas. Je le vis enfin, à l’angle d’une maison où il ne restait que deux murs et une petite partie du toit. Au même moment, un bruit me fit sursauter, comme un grognement, un grondement venant d’un gros, très gros animal…

- N’importe quoi, tu délires, me sermonnai-je tout haut afin de me rassurer. Le silence reprenait déjà le cours de son règne. Je jetai un dernier regard en arrière et entrais dans le lieu sacré.

C’était immense. Incroyablement grand. Mes pas résonnaient doucement entre les murs vides des lieux et je sentais battre mon cœur, si fort qu’il semblait vouloir sortir de ma poitrine pour lui aussi admirer l’endroit. Bizarrement, je trouvais la bibliothèque moins atteinte, moins détruite que le reste de la ville. Comme si même la Corruption répugnait à toucher ce temple du savoir. Ou alors n’était-ce qu’une simple coïncidence, un curieux enchaînement d’évènements sans aucun rapport ? Peut-être qu’un livre me renseignerait là-dessus. Mais les étagères restaient désespérément vides…

Au moment où ces questions me traversaient l’esprit, j’entendis un écho lointain se répercutant dans les entrailles de la bâtisse. Mon cœur semblait vraiment sur le point de franchir mes côtes. Se pouvait-il que quelqu’un soit là ? Par précaution plus que par capacité à m’en servir, je m’emparai de ma vieille dague, lame en avant, et avançai prudemment dans une salle où luisait une curieuse lumière. Faible, mais bien présente.

En entrant dans la salle, je fus frappée par la beauté des lieux. Plusieurs retraits dans les murs formaient des grottes très agréables, anciennement destinées aux lecteurs souhaitant un peu d’intimité. Elles étaient meublées de belles tables basses, bien que poussiéreuses, et de vieux fauteuils qui semblaient encore moelleux n’attendaient qu’une paire de fesses pour retrouver leur splendeur d’antan. La lumière dans l’une d’elle m’attira. Une flamme dansait à quelques centimètres de la table, et une paire de bottes semblaient danser dans l’ombre, avec le jeu de lumière. Nulle doute que l’inconnu m’avait déjà repérée depuis longtemps, le bruit de mes pas m’ayant forcément précédée. Sans baisser ma lame, je fis encore deux pas avant de m’arrêter, restant à bonne distance du personnage. La flamme n’était pas assez puissante pour que je puisse voir son visage. Si jamais il décidait d’attaquer, ma rapidité me permettrait au moins de courir dans l’autre sens pour lui échapper… Je tentai une approche, empêchant ma voix de laisser filtrer la peur qui s’insinuai dans mon esprit :

- Je ne suis que de passage et ne souhaite pas d’affrontement. Dites moi que vos intentions sont les mêmes et je passerai mon chemin.

Ma voix mourut quelques secondes après avoir prononcé mon dernier mot, l’écho ricochant sur les murs. Puis le silence reprit ses droits.


"Le paradis, à n'en pas douter, n'est qu'une immense bibliothèque."
Bachelard
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22323
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Mer 9 Aoû 2017 - 10:23


En marchant à travers les rues d'Uru Baen, Ellenwen sentit son coeur se comprimer dans sa poitrine. Malgré les drogues qui saturaient son cerveau, ralentissait ses mouvements et floutait le paysage sous ses yeux, elle sentait la corruption ronger son esprit, le surcharger de peur et de colère mêlées, contre elle-même et ceux qu'elle avait perdu. Les rues sombres, les bâtiments éventrés dans lesquels subsistaient quelques lambeaux d'une gloire passée faisaient rejaillir la sourde angoisse d'une attaque, des peurs d'enfant au sujet de monstres dont elle savait désormais qu'ils étaient bien réels. Cela faisait longtemps que la corruption avait cessé d'être, pour elle, une quête comme elle en avait tant accompli et qu'elle n'y voyait plus qu'un fardeau dont elle devait se charger puisque le reste du monde restait sourd. Mais l'angoisse était toujours la même.

Elle enjamba un pan de mur effondré et se glissa sous une poutre brûlée, tentant de retrouver son chemin vers la grande bibliothèque. Elle espérait que Laïaga ai eu son message. Elle ne se sentait plus de taille à se frayer un chemin seule dans la corruption et désormais, seule la présence de son ancien compagnon, parvenait à l'apaiser quelque peu. Pendant un bref instant, elle se demanda s'ils seraient restés amants si la corruption n'avait pas amplifié sa colère et son désespoir lorsqu'il était parti, une fois de plus, vers ses propres aventures. Puis elle chassa la pensée, aussi vite qu'elle le pouvait. Il n'était pas bon de ressasser des doutes ou des douleurs lorsque chacun d'eux pouvaient vous envahir jusqu'à vous faire perdre la raison.

Elle émergea soudain sur une place, non loin du centre de la ville, plus épargné par les failles, où se tenait la bibliothèque. Surprise de retrouver des lieux connus, l'elfe s'arrêta un instant, l'esprit traversé de souvenirs puis elle reprit sa marche, sans plus tarder. Avec soulagement, elle sentit qu'elle s'éloignait des grands foyers de corruption, la force d'attraction de ceux-ci s'affaiblissant légèrement. Elle retrouva vite son chemin vers la grande bibliothèque et pénétra dans les immenses salles chargées de livres. Le silence, à l'intérieur des murs, était si profond que l'écho de ses propres pas semblait résonner vers des profondeurs qu'elle ne distinguait pas. Elle frissonna un instant, tant il lui semblait qu'elle pénétrait dans un mausolée inviolé, avant de sentir une présence qu'elle aurait reconnu entre mille. Elle eut un bref sourire et, dans un réflexe d'ancienne amante, recoiffa rapidement ses cheveux tout en hâtant le pas.

Elle n'était plus très loin lorsqu'une voix creva le silence. Ainsi donc, ils n'étaient pas seuls à explorer la bibliothèque... N'osant trop ouvrir son esprit, de peur que la corruption ne le brise pour de bon, l'elfe accéléra le pas et déboucha, à peine quelques secondes plus tard, derrière une jeune femme, visiblement effrayée par l'apparition que constituait Laïaga, plongé dans les ténèbres, le visage à peine éclairé d'une flamme. Consciente que sa soudaine apparition risquait de ne pas rassurer la nouvelle venue, elle fit tomber un livre, comme par maladresse pour annoncer son approche. Elle s'avança tranquillement, les mains levées à hauteur de visage, regrettant pour la première fois sa vue perçante qui lui avait fait négliger de prendre une bougie. Elle ne devait vraiment pas être rassurante, à ainsi sortir de l'obscurité.


- Soyez tranquille, mon compagnon et moi ne vous ferons aucun mal. Je me nomme Ellenwen, cheffe de l'Equilibrium et cet olibrius que vous distinguez se nomme Laïaga, anciennement chef de la Cam Serarna. Nous sommes à la recherche d'un livre, non de combat.

Elle esquissa un sourire en regardant son compagnon et le salua d'un petit geste de la main.

- Maintenant, si tu voulais bien arrêter de faire ton homme mystérieux noyé d'ombres et nous donner un peu plus de lumière, Laïaga, je t'en serais fort gré.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15513
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Sam 12 Aoû 2017 - 1:12


-Je ne suis que de passage et ne souhaite pas d’affrontement, fit une voix que je ne connaissais pas, et qui n’était de ce fait certainement pas celle que je m’attendais à entendre.
-Hein ? fit la mienne, avec tous les accents d’une profonde réflexion.
-Dite-moi que mes intentions sont les mêmes et je passerai mon chemin.

Je me redressai dans le fauteuil où je m’étais enfoncé. J’avais entendu les pas approchés, et naturellement et dans la mesure où nous étions dans une ville fantôme parcourue de monstres et de miasmes potentiellement mortels, j’en avais déduit que ce ne pouvait être qu’Ellen’. Qui aurait l’idée d’aller chercher un bouquin à la bibliothèque dans un endroit pareil ?

-Non non je… ah ! m’interrompis-je en pleine phrase.

Je venais d’entendre le bruit sec d’un livre qui tombait, et en déduisis que ce devait être Ellenwen. Qui d’autre aurait pu se trouver à un endroit pareil à un moment pareil, pas vrai ?
Et cette fois-ci ce fut bien du visage de mon ancienne compagne que le feu magique que j’entretenais révéla.  

-Soyez tranquille, intervint-elle tout de suite, mon compagnon et moi ne vous ferons aucun mal.

Cela me paraissait un peu rapide comme affirmation vu que la jeune inconnue – une demi elfe ? Elle avait les oreilles effilées, mais pas tout à fait autant qu’Ellenwen – tenait une dague à la main, même si elle avait l’air plus effrayée qu’agressive.
Malgré cela je me levai quand Ellen’ me présenta et mimai une courbette à l’intention de l’inconnue.

-Je crains qu’il ne faille se contenter de ça, dis-je à Ellen’ en attrapant la flamme aux reflets émeraude dans le creux de ma main pour la porter à hauteur de visage. Je veux pas prendre le risque de faire plus.

Je récupérai le baudrier que j’avais détaché, le ceignis autour de ma taille, me retournai vers les deux femmes avec un grand sourire sur les lèvres et serrai brièvement Ellenwen dans mes bras.

-C’est bon de te revoir, Ellen’. Alors, vais-je enfin savoir pourquoi nous sommes ici ?

Mon regard glissa vers l’inconnue en prononçant ces mots : est-ce que le motif de notre venue devait rester confidentiel ? De toute façon, s’éclipser ne serait pas vraiment problématique.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 54
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Nyx
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Mar 22 Aoû 2017 - 14:17


-Non non je… ah !

Le mystérieux personnage s’arrêta en plein milieu de sa phrase, troublé par ce bruit que j’avais également entendu. Un livre qui tombe à terre dans un lieu qui est censé être désert… ce n’était vraiment pas très naturel. Je me retournai d’un coup, mon poignard toujours à demi levé, sur la défensive. Dans la pénombre je distinguai un visage d’une étrange beauté, une beauté qui pouvait, je le pensais, se révéler redoutable. Les oreilles pointues me confirmèrent ce que je pressentais ; je me trouvais en face d’une elfe.

-Soyez tranquille, intervint-elle tout de suite, mon compagnon et moi ne vous ferons aucun mal.

Bien, pensai-je. Me voilà prise entre deux énergumènes qui semblent se connaître, je n’ai qu’une dague pour me défendre, restons calme !

Je n’étais pas contre un peu plus de lumière moi aussi, mais apparemment cela était impossible, d’après le dénommé Laïaga. De la magie.. Cela m'impressionnait beaucoup sans pour autant m'effrayer. Celui-ci se rapprocha de l’elfe et je reculai d’un pas, plus par précaution que par peur réelle. Je ne sentais effectivement pas de danger immédiat, et mon instinct ne me trompait jamais. Avec une dernière hésitation et pendant que les deux inconnus discutaient, je rangeai ma dague dans son étui, accroché à ma ceinture. Alors que je relevai la tête, je crus apercevoir un coup d’œil de l’homme dans ma direction. Il n’était pas difficile de deviner le sujet de leur conversation… Oseraient-ils se débarrasser de moi, parce que j'aurais entendu ou vu quelque chose d'important, un secret..? J’étouffais rapidement le début de panique qui naissait en moi. Si je devais disparaître, ce serait fait depuis longtemps.

Alors que je songeais à ça, je me mis à repenser aux paroles de la femme – comment se nommait-elle déjà ? Ah oui, Ellewen – lorsqu’elle était apparue. Elle était chef d’une faction dont j’avais beaucoup entendu parlé et qui m’intéressait beaucoup, mais ils étaient également à la recherche d’un livre… Aurions-nous un but en commun ? Je m’éclaircis la gorge et me lançai :

- Hum, désolée de vous interrompre. Je me nomme Augura et je suis aussi à la recherche d’un ouvrage. De plusieurs, en réalité, tout ce que je peux lire me sera utile. Et je cherche aussi à me rendre utile.

J’espérais que ces quelques mots ne passeraient pas pour une supplication mais plutôt pour un geste bienveillant, voir d’amitié.


"Le paradis, à n'en pas douter, n'est qu'une immense bibliothèque."
Bachelard
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22323
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Mer 29 Nov 2017 - 18:32


L'elfe fixa la flamme dans la paume de son compagnon quelques secondes et fronça les sourcils, évaluant les risques qu'elle prendrait à en allumer une. Elle avait consommé beaucoup de drogues et n'était pas sûre de pouvoir tenter le moindre sort tant qu'aucun danger imminent ne la menaçait, sans compter l'effet de la corruption en elle-même. Ils allaient devoir se contenter de cette pénombre inquiétante. Ce qui semblait ne pas du tout rassurer la jeune femme qui les dévisageait toujours avec inquiétude.

*Tu m'étonnes*, songea-t-elle avec un ricanement intérieur. Entre elle dans les mouvements devaient être imperceptiblement saccadés, les pupilles dilatées autant par l'obscurité que par les drogues, et Laïaga qui... et bien Laïaga qui ressemblait toujours autant à un aventurier tête brûlée qu'auparavant, ils devaient former un tableau inquiétant. Néanmoins, elle était trop heureuse pour s'attarder bien longtemps à l'idée du spectacle qu'ils offraient. Elle rendit avec force son étreinte au dragonnier et effleura sa joue de ses lèvres.


- Heureuse de te revoir, chuchota-t-elle avec un franc sourire. Elle vacilla doucement et posa sa main sur son bras. Elle resta un instant immobile puis elle s'avança de quelques pas vers la jeune femme, les mains toujours loin de ses armes.

- Je suis désolée de me montrer ainsi suspicieuse mais ce que nous cherchons a une certaine... valeur et pourrait être recherché par d'autres. Accepteriez-vous que je pose une main sur vous ? Cela ne vous fera rien mais cela me permettrait de vérifier que vous n'êtes pas une stryge.

Avec une grande douceur mais sans tout à fait attendre l'acquiescement de la demoiselle, elle posa une main sur sa joue et ferma les yeux. Elle se concentra un instant, explorant mentalement le contact entre leurs deux peaux nues. Elle ne rencontrait que de la chair, souple et vivante. Aucune trace de cet étrange tissu aux pouvoirs protéiformes qu'elle rencontrait chez les stryges. Elle rouvrit les yeux et sourit largement.

- Merci infiniment. Je ne peux me montrer moins prudente. Enchantée de vous rencontrer Augura, je serais ravie qu'une paire d'yeux supplémentaires se joignent aux nôtres pour rechercher l'ouvrage que nous souhaitons découvrir. Je vous prierais néanmoins de ne pas y toucher, pour votre propre sécurité. Je ne sais quels pièges ont pu être mis en place à ses alentours.

Elle se retourna légèrement vers Laïaga pour l'englober dans la conversation.

- Je suis à la recherche d'un livre d'une immense importance dans notre lutte contre la corruption. Il s'agit du journal de bord du seigneur Raphaël, que nous soupçonnons de longue date d'être un stryge et de comploter pour la destruction de l'Alagaësia. A la fin du règne de l'Epée de Mastaï, il semble l'avoir caché ici, au coeur de la corruption, selon nos renseignements. Nous savons juste qu'il s'agit d'un livre assez épais mais de dimensions modestes, à la couverture de cuir rouge et clos d'un fermoir ouvragé et argent.

Nous ne pourrons rester ici bien longtemps avant que la corruption ne commence à nous attaquer l'esprit de manière irréversible. Nous allons devons faire des allers-retours entre des zones plus sécurisées et ces lieux,
je le crains fort, bien qu'ici la corruption semble moins forte.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15513
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Jeu 7 Déc 2017 - 1:14


Je souris avec tendresse à Ellenwen, mais mon sourire s’altéra quelque peu quand je la sentis vaciller, et se rattraper à moi. C’était bref, mais suffisant pour me donner le sentiment que quelque chose n’allait pas… enfin, quelque chose de plus que les créatures d’outremonde qui envahissaient notre pays et la Corruption qui le défigurait.

Mais l’impression passa et Ellen’ se tourna vers l’elfe, ou la demi-elfe, difficile à dire… Augura. Toute cette situation était surnaturelle. Mais, un sourcil haussé, je regardai les deux femmes. Ellenwen qui tendait les mains et touchait la femme, la… l’analysait, en fait.
Leur contact dura quelques secondes tout juste, et ensuite Ellenwen décida que l’inconnue était digne de confiance. Des stryges, je n’avais qu’une connaissance minimale, je savais qu’ils étaient humanoïdes et changeformes, qu’ils venaient des failles et qu’ils semblaient tous animés des mêmes intentions peu louables.
J’ouvris la bouche pour demander des précisions, des informations, puis laissai tomber : je lui faisais confiance, et comprendre n’était pas le plus important dans l’immédiat… Cela viendrait, mais ni ici ni maintenant dans cette bibliothèque sordide en territoire hostile.

-Raphaël… je répétai quand Ellen’ eut finalement expliqué ce que l’on cherchait.

Le mot resta en suspens dans l’air chargé de poussière : j’avais connu ce type il y avait bien longtemps, un Ombre à l’époque, de ça j’étais sûr – ou presque – car les Failles n’existaient alors pas. Je jetai un regard à Augura pour guetter sa réaction. Sa présence ici était une coïncidence trop énorme pour que je l’accepte aussi facilement que mon amie, mais elle semblait sincèrement poursuivre les mêmes buts que nous.

-On cherche une aiguille dans une botte de foin.

Mon regard glissa autour de nous, sur les rayonnages infinis et plongés dans la pénombre. La bibliothèque d’Urû’baën était immense, et encore, peut-être qu’il ne se trouvait même pas ici. Je poussai un soupir désemparé.

-Autant s’y mettre tout de suite, j’imagine. J’espère que personne ne viendra nous déranger. Vous avez de quoi faire de la lumière, vous deux ? Ellen’, une petite flamme de magie peut-être ? Je n’ose pas faire plus que ça.

Je fis tressauter le feu-follet émeraude pour bien appuyer de quoi je parlais. Plus on s’approchait de la Corruption et des Failles, et plus j’avais de mal à contrôler la magie. Elle devenait instable et imprévisible, et littéralement jouer avec le feu au milieu d’une bibliothèque n’était sans doute pas une bonne idée.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 54
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Nyx
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Mar 2 Jan 2018 - 15:41


La scène avait des allures fantasques, trois êtres qui se rencontrent au beau milieu d'une bibliothèque abandonnée... Je sentais que ces personnes n'étaient pas malhonnêtes mais je restai quand même sur mes gardes. Ils semblaient se connaître, et il y avait entre eux une intense complicité qui laissait penser qu'ils avaient été plus que des amis, dans un temps jadis. Mais cela ne me regardait pas et je me tins en arrière, un peu gênée.

Lorsque la belle elfe -Ellen- se tourna vers moi, je sursautai légèrement. Sa demande me plongea encore plus dans une certaine perplexité et je n'eus pas le temps de répondre. Elle posa sa main sur ma joue, délicatement et fermement à la fois. Je ne sentis rien du tout, et me demandais alors si ça servait à quelque chose. Ellen avait fermé les yeux et quand elle les rouvrit, son visage s'adoucit et un sourire l'éclaira. Elle s'excusa et nous expliqua les raisons de sa présence.

Son discours m'effraya quelque peu mais je savais dans quel état était le pays, je connaissais un peu la Corruption et les ravages qu'elle provoquait. Néanmoins je ne connaissais pas du tout ce dénommé Raphaël, et quelque chose dans l'attitude de mes compagnons me disait que je ne souhaitais pas le connaître.  Je ne laissais rien transparaître de mes pensées, captant le regard de l'homme posé sur moi, suspicieux. Il ne me faisait pas confiance. Je décidai donc de rester moi aussi sur mes gardes, tant que je n'en saurais pas plus sur lui.

Leur mission semblait importante, et j'étais ravie de pouvoir me rendre utile. Lorsque Laïaga - si j'avais bien retenu son nom - nous questionna sur l'idée de faire plus de lumière, je sortis de mon sac une ancienne lampe à huile, ancienne mais solide et en assez bon état.

- Si vous cela vous va, j'ai cette lampe qui devrait faire l'affaire. Quant à cherche une aiguille... Je suppose que cette bibliothèque a été visitée de nombreuses fois, il ne devrait pas y rester beaucoup d'ouvrages. Si celui que vous cherchez est si précieux que ça, peut-être a t-il été entouré de sorts et de protections ? Cela devrait être décelable.

Mes paroles recelaient plus d'espoir que je n'en avais réellement. Cette tâche s’annonçait difficile !


"Le paradis, à n'en pas douter, n'est qu'une immense bibliothèque."
Bachelard
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22323
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Mer 10 Jan 2018 - 21:21


De la magie ? Une flamme ? Ellenwen retint une petite grimace et fut frappée d'une surdité sélective instantanée. Ce n'était pas une très bonne idée de faire de la magie dans de telles zones, a fortiori dans son état. Elle n'était pas sûre de ne pas se craquer les cheveux et faire flamber une partie de la bibliothèque avec elle. Et puis elle était nyctalope... un talent fort peu utile en temps normal qui excuserait bien, dans le cas présent, de ne pas créer de flamme. Après tout, il ne faisait pas si noir dans la bibliothèque... elle avait été conçue pour recueillir un maximum de la lumière du jour même si les hautes étagères projetaient dans la pièce de longues ombres.

- Je ne sais comment nous allons pouvoir le trouver, à vrai dire. C'est une quête insensée mais qui pourrait nous apprendre tellement... La bonne nouvelle c'est que je doute qu'il ai été protégé par la magie. Les stryges ne la contrôlent pas et, d'après mes sources, Raphaël a perdu tout pouvoir en devenant l'un d'eux. La mauvaise nouvelle c'est que cela ne m'offre aucun moyen pour le localiser avec précision.

Elle passa sa main dans ses cheveux et se frotta le crâne, sentant poindre la lassitude derrière l'excitation des drogues. Laïaga avait si bien résumé les choses... Une aiguille dans une botte de foin, cherchée par des aveugles. Sa seule solution... Elle sortit de son sac une petite amulette qu'elle tendit à Augura puis, passant les mains sous sa masse de cheveux, détacha un médaillon d'argent qui pendait au creux de son cou et le posa dans la main de son ancien compagnon. Assez ironiquement, il s'agissait de l'un de ses anciens présents. Les deux brillaient d'un doux éclat bleuté.

- Ces deux artefacts ont été enchantés de manière à détecter la corruption, c'est pour ça qu'ils brillent de cette lumière bleutée. Nous sommes baignés dans cette saloperie mais cela reste léger. Si nous nous approchons d'un objet davantage contaminé, ils devraient briller plus vivement... Cela devrait vous aider. Pour ma part... je commence à ressentir la corruption de manière plus... intime, elle grimaça, je devrais pouvoir ressentir des objets particulièrement corrompus.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15513
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Mar 16 Jan 2018 - 1:56


Je tendis la main – celle qui ne tenait pas une flamme magique – vers Ellen’ et la laissai y glisser le médaillon. Mes doigts dessinèrent les contours du métal froid, par habitude, se refermant doucement autour et cachant le halo bleuté qui l’entourait.
J’eus un regard mélancolique pour ma main fermée, puis amusé pour Ellenwen. Mais son air épuisé et triste dissipa bien vite mon amusement.

-Tu ressens la Corruption ? je demandai, quelque part entre l’incrédulité et la tristesse.

Mes doigts glissèrent encore inconsciemment sur le métal : sans que je puisse vraiment dire pourquoi, l’idée me mettait mal à l’aise. Je poussai un soupir et mon regard passa d’Ellen’ à Augura :

-Approche-donc ta lampe, proposai-je.

Je tendis ma main pour que ma flamme embrase la mèche imbibée d’huile. La lumière de l’inconnue éclaira un petit peu plus notre coin de ténèbres, jetant des nouveaux reflets sur son visage : pour la première fois je la détaillai réellement, sans être sur mes gardes. Elle était brune et menue et elle avait l’air si terriblement jeune.

-Si l’un de nous rencontre un pépin, qu’il crie, j’imagine ?

J’espérais presque que cela se passe ainsi. Qu’un des monstres corrompus de ce coin de la ville nous attaque, qu’il y ait des cris, des explosions, que tout cette histoire finisse l’épée à la main ; j’aurais au moins pu me départir de ce sentiment de catastrophe imminente qui ne me quittait plus.
Mais c’était idiot évidemment : j’eus un petit rire que les deux femmes ne comprirent sans doute pas, me tournai vers Ellenwen, haussai un sourcil, faillis lui demander si tout allait aller bien et abandonnai.

-On se donne une aile de la bibliothèque chacun, et on s’y met ? dis-je à la place.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 54
Âge : 24

Voir le profil de l'utilisateur


Nyx
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Lun 22 Jan 2018 - 18:15


Mes deux compagnons avaient vraiment été proches fut un temps, et peut-être l'étaient-ils encore, dans un certain sens, en tout cas ils attisaient ma curiosité. Lorsque Laïaga parla de magie, l'Elfe sembla faire la sourde oreille. Etait-il si imprudent que ça d'user de magie dans un endroit comme celui-ci ? En soit, peu m'importait, je n'étais pas la plus douée dans cet art. Ayant été élevée par mon père humain, je n'avais que de brèves connaissances en matière de sorts. La botanique me réussissait bien, cela dit, et donc les potions en tous genre. J'avais hâte de me lancer dans les recherches, même si l'ouvrage qu'on devait trouver était dangereux. C'était plus excitant !

Les gestes de Ellen me sortirent de mes pensées et je saisis l'amulette qu'elle me tendait. Tout comme le médaillon autour de son cou, une lueur bleutée l'entourait. Elle était jolie, sans fioritures, toute simple.
Puis Laïaga alluma ma lampe et la lumière repoussa un peu les ombres. Les lieux paraissaient ainsi plus grands et plus dangereux, mais ils m'impressionnaient, tout comme les deux êtres devant moi. Ils étaient si beaux, semblaient si importants ! A côté, je me sentais petite, et insignifiante. Inutile.

Arrête donc ce genre de pensées ma vieille ! T'es pas plus nulle qu'un autre, tu dois juste faire tes preuves !

Je souris à la proposition de Laïaga de crier en cas de problème ; même si, au fond de moi, je priais pour qu'il n'y en ai aucun ! Ellen semblait penser comme moi, à moins qu'elle ne soit épuisée. La Corruption devait l'atteindre plus que n'importe lequel d'entre nous, sans que je ne sache pourquoi. Mais je sentais que quelque chose n'allait pas.

- Ok, je prends l'aile droite ! On se retrouve d'ici une heure pour faire le point ?

Mes compagnons approuvèrent et je m'en allai de mon côté, la lumière suivant mon mouvement. J'imaginais qu'ils arriveraient à produire une lueur suffisante pour repérer le livre, grâce au pendentif d'Ellen ainsi qu'à sa détection de la Corruption. Leur conversation s'atténua et bientôt, seuls mes pas troublaient le silence. J'approchai ma lampe des étagères, en jetant de temps à autre un coup d'oeil à l'amulette. Son intensité ne variait pas tellement, aussi je pris le temps d'observer les rayons. Il y avait encore pas mal de livres, mais beaucoup étaient mal en point, d'autres étaient illisibles et d'autres encore en langue inconnue. Je me trouvais dans la section Histoire, d'après ce que je pu lire. Un pressentiment monta en moi mais, absorbée par ma tâche, je décidai de l'ignorer, et je m'enfonçai plus profondément dans la vieille bibliothèque.


"Le paradis, à n'en pas douter, n'est qu'une immense bibliothèque."
Bachelard
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22323
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Mar 6 Fév 2018 - 18:58


Se séparer ? Ellenwen entendit le mot résonner à ses oreilles avant de percuter son cerveau avec la force d'un dragon s'écrasant sur le sol. L'idée n'était pas bonne. L'idée était désastreuse ! Elle ouvrit la bouche pour protester lorsqu'elle réalisa que ses deux compagnons s'étaient déjà éloignés de quelques pas, déjà préoccupés par les merveilles que recelait la bibliothèque. Ils allaient dans des ailes différentes... Sans que leurs esprits n'aient été liés pour s'appeler au secours ni que l'usage de la magie ne soit possible. Elle eut un petit frisson et surveilla l'avancée de ses compagnons jusqu'à les perdre de vue puis s'engagea elle-même dans l'aile du milieu.

Les hautes bibliothèques bloquèrent bientôt sa vue, semblant l'environner de toute part. Elle eut un nouveau frisson, retenant mal un malaise grandissant. Elle qui aimait tant les livres commençait à être gênée par les odeurs de colle et de poussière qui montaient des tranches, parfois rongées par l'humidité. Elle longeait chaque étagère à pas lents, soulevant à bout de bras la lanterne qui commençait à peser dans ses mains, se tournant d'un côté et de l'autre. Elle avait perdu le compte du temps, et des livres, lorsqu'elle mit enfin le doigt sur l'inquiétude qui grandissait en elle depuis déjà longtemps. Son esprit, habitué depuis longtemps à rester à l'écoute des formes de vie qui l'entouraient, n'en décelait plus. Plus de petites araignées qui tissaient leurs toiles parmi les livres. Plus de rats, plus de cloportes. Elle s'immobilisa, les sens soudainement en alerte. Elle ne décelait plus rien, mais la bibliothèque n'était pas silencieuse. Des couinements, des bruissements des grincements. Il y avait de la vie. Mais aucune forme connue en Alagaësia. Elle tira son épée et recula prudemment, priant pour que ses compagnons aient compris avant elle.


(j'ai fait une fin ouverte pour vous laisser gérer si vous le souhaitiez mais je peux être plus précise si vous voulez)




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15513
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés | Dim 18 Fév 2018 - 20:17


« Histoire des arts tribaux chez les Urgals », « les peintures rupestres dans le Hadarac », les livres défilaient sous mes yeux, sans que leur titre n’éveille rien en moi, pas plus qu’en le pendentif que je tenais devant moi, sa chainette enroulée devant moi.
La répétitivité de la tâche m’abrutissait sans arriver à endormir mon inquiétude latente. Je regardais défiler sans les voir vraiment les innombrables livres. « À propos des ténèbres, et des risques insensés : un traité de statistique et de gestion du risque ». Celui-ci me fit rire doucement, mais le son était incongru dans l’atmosphère clair-obscur saturée de poussière. Un peu idiotement, je me baissai, la poussière était plus près du sol et me fis éternuer, je tendis la main pour attraper le livre, et alors que mes doigts touchaient la couverture de cuir effrité, l’atmosphère pesante cessa soudain d’être immobile.
Il me fallut un petit moment pour m’en rendre compte, en fait. Ce n’était pas comme si une créature avait bougé dans l’ombre, ou quoi que ce fût du genre, non : c’est l’ombre elle-même qui m’avait agrippé. Subtilement, mais quand j’essayai de me relever avec ma découverte, je sentis que ma main ne bougeait plus. Au contraire en fait, l’ombre se mit à tirer et forcer.

J’eus un moment de flottement pendant lequel mon esprit essayer de formuler et analyser ce qui était entrain de se passer… suivi par la réaction instinctive d’attraper la magie, de plier le monde autour de moi, et l’instant d’après c’était toute l’étagère qui volait en éclats avec fracas, propulsée en arrière, entrainant avec elle les étagères des allées parallèles.
La force qui retenait mon bras tenta de s’y accrocher mais fut pulvérisée avec le reste, me laissant engourdi mais libre de mes mouvements. La seconde d’après cependant, c’étaient mes pieds que je sentis pris dans un étau, alors que rien ne semblait avoir bougé.

-Mais putain de…

L’explosion avait réduit livres et étagères en poussière, rendant crépusculaire l’obscurité ambiante déjà prononcée, et les ombres innombrables tout autour de moi semblaient s’animer, m’encercler. D’un grognement, je fis grandir et rugir la flamme qui tenait toujours dans me creux de ma main gauche. La lueur verdâtre et dansante, captée par le nuage de poussière, rendait la scène encore plus surnaturelle mais au moins je pus bouger.
Je sentis le début de douleur, au fond de mon crâne, qui m’indiquait que la magie ici comme ailleurs n’était pas redevenue ce qu’elle était, qu’elle se dérobait et résistait à ma contrainte. La flamme se tarit, mais le répit avait été suffisant : je me mis à courir, rapière au clair, vers les fenêtres où la lumière sanguine d’un soleil de fin d’après-midi continuait de chasser les ténèbres.

-Ellen’ ! je criai, puis, révisant mes priorités : Nyx !

Je me plaquai contre une fenêtre qui dessinait un vaste rectangle de lumière au sol, ma lame en main comme si elle pouvait trancher les ombres. Je n’osais plus bouger, mais la lumière ne me protégerait pas indéfiniment.

-Vous m’entendez ?! je hurlai encore.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: À propos des ténèbres et des risques insensés |


Revenir en haut Aller en bas

À propos des ténèbres et des risques insensés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Urû' baen-
Ouvrir la Popote