AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Parler chiffons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1040
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Parler chiffons | Mer 6 Déc 2017 - 16:03


Manoir Firialli, environs de Dras Léona, ancien site d’entraînement et cache d'arme Jeger

Je pars pour mon tour d'inspection. Comme tout les jours ou je suis là et pas en train d'aller courir l'aventure, d’escorter une caravane ou de vendre des informations. J'ai enfin trouvé une guerre que je ne suis pas près de finir, en fait je ne fais pas commerce de violence, mais de sécurité, mes hommes et moi escortons des marchands un peu partout dans le pays et assurons la sécurité des convois commerciaux à grand coup d'arme technomantique plus ou moins lourde. On nous appelle même pour des situation délicate comme des prise d’otage ou ce genre de truc, mais c'est plus rare. Selon tout les critères de la société actuel... je suis devenu quelqu'un de respectable, à ne pas surtout pas faire chier, mais respectable.  Et ce n'est même pas ma principal occupation. En fait cette entreprise de mercenariat d'élite n'est en réalité qu'une façade pour mon petit commerce d'information. L'information avait toujours été ma meilleure arme, savoir qui était qui avec quoi dans le froc et quel corde à son arc m'a souvent évité des situation moisi dont je me serait passé et dont j'ai put me passer.
Bon j'ai toujours le besoin compulsif d'être armé, mais je pense pas que je me débarrasserai un jour de cette névrose. Je pense avoir trop vécu les armes à la mains pour simplement les mettre de côté. Les armes font parties de ma vie... et j'ai bien l'intention d'en exploiter le maximum.

Je sors dans la cours. À ma droite, un monte charge est en train de descendre un chariot d'arme, un chariot doté d'une baliste à répétition Jeger. Sûrement pour ranger l'attelage avec les autres Les seules institutions qui alignent ces petites merveilles sont les villes côtière et la Dras. Une baliste légère montée sur pied articulé, totalement orientable sur 360° horizontalement et presque 90° verticalement. Ces merveilles ont descendu des dragons de belle taille sans broncher. Entre le mécanisme de tir principal qui peut expédier harpons et charges explosives à une distance comparable à une baliste lourde ; soit une bonne borne ; et le mécanisme de tir à répétition qui balance des carreau Draken Jeger à un rythme infernal... y'a de quoi reduire en charpie n'importe quel groupe de bandit ou de mercenaire qui se ferait des idées.

A ma gauche, je vois Olaf qui se charge de l’entraînement physique des nouvelles recrues. J'ai perdu six hommes sur quatre convoi, faut les remplacer, et comme la plupart de mes hommes ne sont pas des jegers à l'origine.. et ben faut tout reprendre depuis le début. Koal et Anja passent devant moi avec un groupe en remontant du Tunnel. Ils ont tous une arbalète d’entraînement à l’épaule  et ils croulent sous la sueur. Ils ont l'air bien courbaturé aussi à leurs démarchent. Koal et Anja ? Ça va, c'est à peine si je vois perler deux goûtes de sueur sur le front de cet homme à la peau noire ébène. Un des meilleurs hommes avec lesquels j'ai servit. Anja est la plus jeune de ce qui avait été mon escouade Jeger, une diablesse au regard bleu acier pour qui la vie des mages n'avait de valeur qu'à l'aune de leur résistance et malgré le fait qu'elle n'est même pas vingt ans, c'est une tueuse née doublée d'une contorsionniste consommé. Elle était acrobate avant si je me souviens bien...

Ma base d'opération était une petite forteresse cachée. Le manoir avait l'air juste élégant et luxueux sans tomber dans le faste à outrance, mais pour qui savait regarder, saurait que chaque pierre de cette ensemble architectural avait été posé avec la ferme intention de rendre toute attaque frontal et discrète un enfer, et ça c'était sans les modifications qui avaient été apporté par les Jegers quand ils en ont fait une de leur plate forme d’entraînement. Sans parler des systèmes runiques de surveillance de la zone. Galiena, ma secrétaire débarque alors que je finissait d'inspecter l'état des munitions. Je n'ai pas de rendez vous aujourd'hui, donc c'est pour autre chose, pour « affaire ». La jeune femme ne fait que me confirmer ce que je sais déjà... et cette personne m'attend dans mon bureau... pourquoi j'ai ce truc à l'estomac qui me dis que je vais pas aimer...

J'arrive à mon bureau, croise les bras et m’appuie sur le montant de la porte. D'accord... Qu'est ce qu'elle fait là ? Depuis la dissolution des Jegers je pensais qu'elle avait lâché l'affaire sur mon compte. je me fend d'un sourire sardonique :

-Tu sais que c'est mon siège ?


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22314
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Parler chiffons | Mer 20 Déc 2017 - 21:18


Ellenwen vit la porte s'ouvrir plus vivement que ne l'aurait fait une personne calme et maître d'elle-même. Korann ne devait pas trop apprécier sa visite surprise et, tel qu'elle le connaissait, il devait déjà imaginer les pires scénarios catastrophes. Elle réprima un petit sourire. Après tout, elle aurait pu s'annoncer, prendre un rendez-vous, lui laisser le temps d'assimiler en douceur le fait qu'il n'était pas prêt de la voir disparaître de sa vie. Mais elle avait toujours aimé surprendre les gens, surtout quand ils ne s'y attendaient pas. Cela rajoutait un peu de piment aux retrouvailles et, au vu de leur relation aussi complexe que tordue, les leurs méritaient au moins un peu d'amusement. Elle regarda l'homme entrer, s'adosser à la porte et se dit que, décidément, rien n'avait changé. Il était toujours aussi à l'aise dans son rôle de l'homme cynique que rien ne surprend et qui a tout vu. Il était parfait. Appuyé au chambranle, le sourire sardonique. Décidément, elle l'aimait bien. Juste pour lui, elle avait repris l'apparence sous laquelle il la connaissant, une femme d'âge mur, aux cheveux blancs.

- C'était le plus confortable. Tu ne laisses qu'une chaise à tes visiteurs, il ne faut pas s'étonner qu'ils empruntent ton fauteuil après ça ! dit-elle en toute innocence, ses grands yeux écarquillés.

Elle ne put retenir un petit rire et se leva, faisant signe à l'homme qu'elle lui rendait son fauteuil et s'assit sur le coin de son bureau. Incapable de garder les mains vides, elle saisit une jolie plume et la fit jouer entre ses doigts. Elle laissa le temps au premier homme de s'installer et, toujours un petit sourire aux lèvres, reprit la parole.

- Tu es bien installé, ici. Je suis heureuse que tu t'en sois aussi bien tiré. Ces derniers mois ont été un peu... chaotique. Je suis désolée de ne pas avoir pu te tenir davantage au courant des informations qui me parvenaient de mon côté, j'ai dû mener quelques missions de mon côté pour l'Equilibrium, mais je me suis arrangée pour te faire passer les plus importantes. J'espère qu'elles te sont parvenues.

Elle reposa doucement la plume et se pencha légèrement en avant. Son ton se fit plus sérieux, sa mine plus grave.

- Mais je ne suis pas venue te parler du passé. Pas uniquement, disons. Je crois que, sous ta couverture d'entreprises de mercenaires au service des caravanes et autres missions de protection, tu es aussi à la tête d'un réseau d'informations, je me trompe ?




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1040
Âge : 28

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: Parler chiffons | Dim 24 Déc 2017 - 1:36


- C'était le plus confortable. Tu ne laisses qu'une chaise à tes visiteurs, il ne faut pas s'étonner qu'ils empruntent ton fauteuil après ça !

J'ai droit à un regard de merlan fris. Je secoue la tête d'un air désabusé. comme si j'allais tomber dans ce genre de traquenard, non mais franchement ... je répond sur un air  faussement étonné.

- Appartement la chaise (dans laquelle j'ai mit un prix tout a fait irraisonnable pour le confort de mon interlocuteur) n'est pas du goût de ton royale derrière ? je n'ai eu aucun client à s'en plaindre pourtant... Je suis choqué...

Madame consent enfin à me rendre mon fauteuil. A la place, elle s'assoit sur le coin gauche de mon bureau me chipe une plume et commence à jouer avec. Je m’installe dans mon fauteuil.

- Tu es bien installé, ici. Je suis heureuse que tu t'en sois aussi bien tiré. Ces derniers mois ont été un peu... chaotique. Je suis désolée de ne pas avoir pu te tenir davantage au courant des informations qui me parvenaient de mon côté, j'ai dû mener quelques missions de mon côté pour l'Equilibrium, mais je me suis arrangée pour te faire passer les plus importantes. J'espère qu'elles te sont parvenues.

- On fait aller... (oui la fausse modestie, ça va même très bien!) le chaos des deniers mois à été des plus profitables quand je me suis lancé dans ce business. Bon sang la plupart des artisans doivent vivre à crédit pendant plusieurs années avant d'être rentable, je l'ai été en moins de deux mois. (pendant mon petit discours je glisse la main sous mon bureau et appuyé sur un bouton, ce faisant, j'active le mécanisme runique de brouillage, au moins on sera tranquille pour discuter sans oreilles indiscrète) Quant aux infos... merci pour le point de droit. J'ai put dire à la totalité du Conseil, droit dans les yeux qu'ils pouvaient aller se faire foutre pour mettre la main sur la moindre once de savoir technomantique. Tu aurais dut voir leurs têtes quand j'ai annoncé les prix...

Je me paye un sourire sauvage rien qu'à repenser aux têtes que tiraient cette bande d’ahuris venu rouler des mécaniques dans mon établissement pour essayer de me tirer l'arsenal Jeger. Mon arsenal. Et le pire, c'est qu'ils sont bien obligé de venir me voir pour obtenir des munitions pour les défenses de la Dras ou pour régler des situations délicates, rien qu'à leur coller les honoraires sous le nez, je bois du petit lait. Je suis raisonnable dans mes prix (même si je leur vend un petit poil plus cher que ce que je devrais), mais juste imaginer la tête qu'ils doivent tirer à chaque fois qu'ils se rendent compte qu'ils doivent faire appel à moi... délicieux.  Comme si j'allais faire la moindre fleur à cette bande de connards, Ulv le premier, pour nous avoir dissout de manière humiliante après autant de service rendu, crevard va !! je connais les veuves de certains de mes anciens collègues qui ne touchent même plus de pension, tout ça pour plaire aux races magiques du conseil. J'ai crut qu'Ulv avait des burnes, ça été raté pour le coup.

- Mais je ne suis pas venue te parler du passé. Pas uniquement, disons. (ça je me doute bien que tu es pas venu parler chiffon...), sous ta couverture d'entreprises de mercenaires au service des caravanes et autres missions de protection, tu es aussi à la tête d'un réseau d'informations, je me trompe ?
- Disons que j'aime bien me tenir informer de ce qui se passe dans les restes du monde, pourquoi ?


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Parler chiffons |


Revenir en haut Aller en bas

Parler chiffons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Dras Léona-
Ouvrir la Popote