AccueilS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez|

Naissances à la chaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Marek

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14926
Âge : 28

http://viederoliste.fr

Naissances à la chaine Vide

Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Naissances à la chaine | Ven 28 Oct 2011 - 10:23


Tel un phénix, l'oiseau de feu survolait la propriété. L'hiver approchait, mais aujourd'hui il faisait beau. Beau et chaud. Leyra avait ouvert la fenêtre de la chambre. Une aubaine pour le phénix.
Il s'engouffra par cette fenêtre ouverte, et virevolta das la chambre avant de se transformer. Il prit une silhouette plus humaine, celle de l'homme qui avait l'habitude de dormir dans cette chambre. Sa voix grave résonna dans la chambre:


- Tout va bien. On arrive. Hally et saine et sauve, en compagnie de son fils et de son mari. Ainsi que leur dragon, Kaminari et un certains Dvalnir. Attends nous sur la terrasse! Je t'aime.

Et la forme de feu se dissipa...

[///]

Marek ouvrit les yeux, la lueur rouge disparu autour de lui. Il était en plein vol sur Faeryl, suivit par Hally et Illian sur Eluna, Dvalnir sur Kaminari et Wird sur Norvya. Tous en route vers le manoir. Tous en pleine forme, près à fêter cet heureux évènement, malgré le manque d'inspiration du narrateur.


lol


Naissances à la chaine 695195maeblap
Naissances à la chaine Marekp11Naissances à la chaine 662941bergerNaissances à la chaine Firmar11

Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Leyra


Nombre de messages : 1983
Âge : 25



Naissances à la chaine Vide

Leyra
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Lun 31 Oct 2011 - 12:49


    Lorsque les premières lueurs ambrées du jour naissant vinrent caresser les feuilles ocres des arbres du Parc de Karazhan, lorsque les oiseaux les plus matinaux vinrent roucouler sous la fenêtre de la chambre du couple Krayt, la jeune Leyra se redressa dans son lit, dont les couvertures n'étaient même pas défaites. La veille au soir, après s'être rongé les sangs sur les marches du perron du manoir une bonne partie du jour, elle avait gagné sa chambre sous les recommandations de sa fidèle servante. Lasse, elle s'était allongée sur le matelas sans prendre la peine de se déshabiller, et avait attendu un sommeil qui n'était jamais venu. La jeune femme s'assit lourdement sur le bord du lit. Prit son visage entre ses mains. Se mit à pleurer des larmes brûlantes qui semblaient creuser des sillons sur son visage blême aux traits fatigués.
    Trop de choses la tourmentaient, trop d'absences la faisaient souffrir, trop de douleurs lui lacéraient la poitrine, lui arrachaient le cœur sans répit aucun. Elle avait si mal ! Elle s'en voulait tant !! Leyra s'était toujours considérée comme une personne raisonnable, plutôt douée en matière de combats magiques, mais surtout comme une jeune femme enjouée par la vie, goûtant à ses plaisir du bout des lèvres pour ensuite les dévorer pleinement. Elle releva la tête, et son regard bleu océan rencontra celui de son triste reflet dans le miroir qui lui faisait face. Que lui arrivait-il ? Où donc était passée cette joie qui rendait son visage si lumineux autrefois ? Elle devinait alors qu'elle était blessée, plus profondément qu'elle ne le pensait, et tous les efforts de sa part, toutes les marques de bonheur, toutes les attentions d'amour qu'elle avait reçu cumulés ne suffisait peut-être plus à panser cette plaie éternelle. La jeune Leyra poussa un gémissement fatigué. Marek lui manquait. Elle avait besoin de ses bras autour d'elle pour se sentir mieux, elle voulait qu'il l'a serre fort pour la protéger, que sa chaleur l'enveloppe d'amour, qu'il lui fasse oublier ses peines comme il l'avait toujours fait. Et Elthanyn ! Oh, comme elle lui manquait. Une part d'elle même avait disparue avec sa dragonne. La jeune femme sanglota d'avantage.
    Sa grossesse et la quête qu'elle avait décidé d'entreprendre pour retrouver son père avait tant occupé son esprit qu'elle s'était accommodée doucement aux longues séparations avec Eltha, son étoile du soir, son amie, sa moitié. Mais cela faisait trop de jours sans nouvelles d'elle, trop de jours qu'elle ne parvenait plus à ressentir le lien qui les unissait, si fort d'habitude que les hectares ne suffisaient pas à les séparer mentalement.

    *Eltha' ? Elthanyn ?? Je t'en prie, réponds moi, Eltha' !!*
    lança-t-elle une fois de plus.

    Seul un vide lui fit écho.

    *Eltha', j'ai besoin de toi... reviens vite, s'il-te-plait. Tu me manques tant...*

    Rien. Leyra se sentait seule, terriblement seule. Une douleur plus violente encore que son chagrin lui lacéra les entrailles, lui coupant le souffle. Elle porta une main à son ventre proéminent, réprimant dans un petit gémissement le cri qui manqua de s'arracher de sa gorge. Elle avait maintenant l'habitude de ses élancements dus à sa grossesse, c'est pourquoi elle ne s'alarma pas et, une fois la crise passée, se contenta de se traîner jusqu'à la fenêtre pour prendre un bol d'air frais.
    Un somptueux phénix aux couleurs chatoyantes s'y engouffra aussitôt, tornade de feu dans la douceur de l'automne. Leyra y reconnut la magie de son bien-aimé, et l'angoisse lui tordit le ventre. Bonnes ou mauvaises nouvelle l'oiseau apportait-il ? La silhouette de ce dernier se fit plus floue et prit la forme de Marek. La jeune femme l'observait, silencieuse.

    "Tout va bien. On arrive. Hally est saine et sauve, en compagnie de son fils et de son mari. Ainsi que leur dragon, Kaminari et un certain Dvalnir. Attends nous sur la terrasse! Je t'aime."

    Un poids énorme se déchargea des épaules de Leyra.Hally et son enfant étaient vivants ! Ses yeux se remplirent une fois de plus de larmes, et elle les essuya machinalement, avant de saisir une veste sur le dossier d'une chaise. La jeune femme se précipita dans ce dédale qu'était le manoir pour y atteindre la terrasse, et tenta tant bien que mal de deviner la silhouette d'un aigle se détacher à l'horizon.





Naissances à la chaine 100618013110492296

Naissances à la chaine 100618013223183976

L'absence est à l'amour, ce qu'est au feu le vent ; il éteint le petit, il allume le grand.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Al-Soahn


Nombre de messages : 2859
Âge : 26



Naissances à la chaine Vide

Al-Soahn
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Sam 5 Nov 2011 - 8:48


Le manoir de Karazhan. Al ne l'avait plus vu depuis le mariage de Leyra et Marek, c'est à dire une éternité, de son point de vue. Il savait se rapprocher de sa destination malgré l'absence de Lyn pour le guider. Les protections magiques étaient certes gênantes, mais elles permettait à Al de localiser la demeure des Krayt même d'assez loin. Le dragonnier finit par arriver devant l'impressionnant portail. Il savait se trouver à la bonne adresse bien que, à l'extérieur, il ne pouvait pas sentir l'esprit de ses amis.
Il s'avança aussi près qu'il pouvait et cria :

- Eho ! Il y a quelqu'un?

Il attendit un instant avant d'entendre des pas écraser les graviers de l'avenue et se planter devant le portail.

- Puis-je savoir qui vous êtes, monsieur, afin d'annoncer votre arrivée à la maîtresse de maison? Monsieur Krayt est absent pour le moment, aussi si vous venez le voir vous risquez d'attendre un moment.

Al reconnut Moroes, le majordome du manoir Krayt. Lui, par contre, semblait ne pas le remettre. Comme à son habitude lorsqu'il voyageait, le dragonnier portait un bandeau pour cacher ses yeux malmenés. Cela expliquait probablement que le majordome ne le reconnaisse pas.

- Je suis Al-Soahn. Je suis un proche de Leyra et de Marek.

Moroes s'excusa sans attendre, déclarant qu'il le connaissait mais qu'il ne l'avait pas reconnu à cause de ce qui lui était arrivé entre temps. Al le rassura avec un sourire avant d'entrer dans le domaine de ses amis. Les deux hommes s'avancèrent vers le grand bâtiment puis entrèrent. Le majordome ne put se retenir de le prévenir de la présence d'une marche ici ou d'un escalier là. Le dragonnier connaissait le manoir et arrivait à se repérer grâce à son seul esprit. Cette attitude l'aurait agacé si il n'en avait pas trop eu l'habitude. Elle était certes complaisante de son point de vue, mais l'intention de Moroes n'était sûrement pas de se moquer de son invité, plutôt de l'aider. Aussi Al sourit-il au majordome en le remerciant.

- Nous préférons éviter des efforts inutiles à Madame, du fait de sa grossesse qui arrive presque à terme. Aussi, si vous voulez la voir, vous demanderai-je de monter avec moi jusqu'à son étage.

Le temps avait passé plutôt vite. Al n'aurait pas pu dire que cela faisait déjà aux alentours de neuf mois depuis qu'ils étaient au courant que Leyra allait devenir Maman. Il fallait absolument qu'il la voie, maintenant. Le dragonnier rangea son inquiétude dans un petit coin de sa tête en attendant de pouvoir questionner Marek sur le sujet. Combien de temps cela faisait-il qu'il n'avait pas revu Leyra? Il ne pouvait pas vraiment se rappeler exactement, comme il lui semblait que certains de ses souvenirs avaient été légèrement altérés, mais une chose était sûre pour lui : c'est que cela faisait trop longtemps.

- Je me ferais une joie de saluer mon amie si elle est en mesure de me recevoir.


Moroes le guida en haut de plusieurs escaliers, à travers des couloirs et toujours sur le sol clinquant du manoir. Al ne pouvait pas dire que l'escalade du manoir était plus dure que celle de la Crête puisqu'au moins ici il y avait des marches... Mais suivre le rythme du majordome n'était pas de tout repos. Enfin, celui-ci s'arrêta et demanda à Al de bien vouloir patienter le temps qu'il prévienne Leyra de son arrivée.
Al ne put s'empêcher d'étendre son esprit autour de lui à la recherche de celui de son amie. Patience, c'était le mot juste. Il trépignait sur place tant il avait hâte de la revoir. Il espérait seulement ne pas trop la bousculer.


Naissances à la chaine Kit01bannireal

Naissances à la chaine Logomn
Revenir en haut Aller en bas
Leyra


Nombre de messages : 1983
Âge : 25



Naissances à la chaine Vide

Leyra
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Mar 20 Déc 2011 - 13:08


(Haaaaaaan, comme je m'en veux. :$ :$ :$.)

    Leyra vacilla. Une formidable sensation de chaleur traversa brusquement son corps et elle dût se tenir au mur pour ne pas s'écrouler sur la pierre de la terrasse. Haletante, ses lèvres décrivirent néanmoins un sourire des plus émus et ses yeux brillèrent de surprise. Elle tremblait d'impatience lorsqu'elle murmura :

    "Al !""

    Cela faisait longtemps, bien trop longtemps qu'elle ne l'avait pas vu, et sentir sa présence s'esquisser près du portail lui semblait avoir été comme une nouvelle libération de ce qui la détruisait jour après jour depuis maintenant un bon moment... Al ! Son meilleur ami, son petit frère, son grand frère, son confident, l'une des étoiles qui brillaient au plus haut pour elle, la guidant seulement par sa présence !
    Sans plus tarder, elle se précipita vers les marches de pierre froide qui descendaient en colimaçon comme un dangereuse chute vers le sol, pour y deviner à l'oreille le bruit de pas résonner un peu plus bas. Bientôt, elle entraperçut Moroes dans l'ombre de la cage d'escalier. Elle lut dans son regard toute la désapprobation dont il état capable malgré son effort de rester courtois et devina sans peine ses pensées peu engageantes. La jeune femme savait parfaitement que le majordome ne l'appréciait pas à sa juste valeur (mais après tout, qui appréciait-il ?) et que sa seule préoccupation pour l'instant était le bien-être des héritiers du manoir. Cela allait sans dire que découvrir la mère de ces derniers à peine revêtue d'une robe de chambre et se baladant le haut d'une tour très fortement ventée en cette saison ne lui plaisait guère. Il était parfois difficile à Leyra de comprendre son désintéressement total de la personne humaine en général, mais il s'avérait que Moroes, bien que mené par des valeurs bien différentes des siennes, accomplissait son rôle avec efficacité et se préoccupait de paraître le plus respectueux possible.

    "Madame. Votre ami, un certain Al-Soahn, est venu vous rendre visite. Dois-je le faire entr... mener jusqu'à vous ?" demanda-t-il poliment mais non moins froidement.

    Leyra acquiesça d'un signe de tête, et, comme le majordome ne bougeait pas, elle le pressa en soupirant de fatigue :

    "Autre chose, Moroes ?""

    Le majordome sembla hésiter. "Non, madame." répondit-il avant de tourner les talons, aussi raide qu'une statue de marbre.

    Elle entendit sa voix trainante indiquer à son meilleur ami qu'il avait "l'autorisation expresse de rejoindre Madame Leyra Krayt le haut de ces escaliers."

    La jeune Leyra trépignait d'impatience. Une violente douleur lui traversa les entrailles et lui fit monter les larmes aux yeux, mais elle tenta de l'ignorer tant bien que mal. Très vite, la silhouette finement athlétique de son ami apparut à la porte, et la jeune femme sentit ses jambes la porter jusqu'à lui et ses bras l'enlacer aussi fort qu'ils en étaient capables.
    Elle se rendit vite compte des torrents de larmes qui mouillaient son visage au joues redevenues un peu plus roses.

    "Comme tu m'as manqué !!"
    parvint-elle à prononcer d'une voix étranglée.




Naissances à la chaine 100618013110492296

Naissances à la chaine 100618013223183976

L'absence est à l'amour, ce qu'est au feu le vent ; il éteint le petit, il allume le grand.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Al-Soahn


Nombre de messages : 2859
Âge : 26



Naissances à la chaine Vide

Al-Soahn
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Mer 28 Déc 2011 - 12:54


HRP:
 

L'attente ne fut pas si longue, non pas en raison de la vitesse de Moroes, mais plutôt parce que le jeune Dragonnier pouvait percevoir les voix du majordome et de la maitresse de maison. S'il avait du rester là à attendre qu'il soit délibéré si Leyra pouvait et, surtout, voulait le recevoir sans rien savoir, il aurait du faire appel à toute sa patience. Sans doute aurait-il eu du mal à rester là, devant la porte, alors qu'elle se trouvait juste derrière. Leur dernière rencontre remontait à si longtemps, il n'en pouvait plus de rester ainsi éloigné de celle qu'il considérait comme sa meilleure amie, comme un membre très proche de sa famille. Car c'est ce qu'elle représentait, avec Hally et Marek, ainsi que d'autres membres du Du Mor'ranr Knìfr (pas évident à écrire... xD). Elle était comme une sœur adoptive, et bien plus que ça. L'une des seules personnes qui ait jamais compté pour lui, et l'une des seules qu'il lui restait. Si son cœur avait souvent été malmené, la place de Leyra à l'intérieur de celui-ci n'avait pas diminué, au contraire.

Il s'en voulait d'ailleurs de ne pas avoir donné de nouvelles depuis si longtemps. Trop longtemps. Il avait filé un mauvais coton pendant un moment, errant au hasard, ne sachant où aller. Trop de choses lui étaient arrivées en même temps. Mais ce n'était pas une excuse. Lui en voudrait-elle? C'était possible. Ces questions le hantaient tandis qu'il attendait derrière la porte. Il put entendre la question de Moroes. C'était là un des avantages de la cécité : les autres sens se développent pour compenser. Il n'entendit cependant pas la réponse de Leyra. Un certain temps s'écoula sans que rien ne semble se passer, ce qui ne le rendit pas moins anxieux.

La voix de la Dragonnière s'éleva alors, fatiguée et légèrement exaspérée. Son corps s'emballa en l'entendant. Son cœur se mit à battre plus vite et plus fort, et il prit une grande inspiration pour se calmer. Il fallait qu'il la revoit. Si il ne savait plus combien de temps cela faisait à cause de ses souvenirs endommagés, son corps, lui, semblait se rappeler combien elle lui manquait. Sa fatigue l'inquiétait, cependant. Cela n'allait sûrement pas être des retrouvailles plates et sans émotions, du moins lui semblait-il. Était-ce très judicieux pour elle, dans son état? Cette question fut rejetée par le cœur du jeune homme. Il avait trop besoin de la voir. Et Moroes qui semblait prendre tout son temps...

Il revint enfin, apportant l'autorisation de Leyra. Il tenta de contrôler ses jambes et d'avancer calmement à travers la porte. Il ne fit que deux pas dans la chambre avant que sa meilleure amie ne le rejoigne et l'enlace. Il imagina un certain nombre de commentaires à faire, inspiré par cette habitude de Lyn, mais se retint, ne voulant pas briser cet instant de bonheur. Il serra Leyra contre lui, sentant son ventre rond contre lui. Il étendit son esprit jusqu'à elle. Il savait qu'elle avait changé en un certain nombre d'aspects. Mais pour lui, elle resterait cette jeune Dragonnière aux yeux d'un bleu incroyable, souriante, timide et futée. Sa présence avait toujours été un rayon de soleil.

- Oui, je sais, c'est à cette heure-ci que je rentre... Mais mieux vaut tard que jamais, non?


Il esquissa un sourire pour marquer sa plaisanterie, bien qu'il s'en veuille vraiment au fond de lui-même. Il sentait de grosses larmes couler sur ses vêtements. Il ne put retenir quelques sanglots à son tour. Elle lui dit alors qu'il lui avait manqué, sa voix malmené par les sanglots.

- Tu m'as manqué aussi, Leyra. Tu n'imagines pas à quel point.

L'étreinte parlait encore plus que les mots. Il s'en dégageait une chaleur, un sentiment de bien-être incroyable. Il s'était senti seul trop longtemps, en même temps... Le jeune homme étendit son esprit à tout le manoir. Mis à part Moroes, ils semblaient être les deux seuls habitants. Aucune trace de Marek ou d'autres amis. Elle aussi était seule. Et la connaissant, ça ne devait pas lui faire beaucoup de bien au moral. Il fut quand même étonné de ne pas percevoir Elthanyn. La Dragonnière était vraiment seule. Al sentit alors des coups contre son ventre, qui ne provenait d'ailleurs que de celui de Leyra.

- Ça bouge, là-dedans, dis-donc !

Il s'était exclamé avec un mélange de surprise et de joie. Les bébés semblaient un peu perturbateurs... Sûrement l'influence du père. C'est alors qu'il reprit conscience que la grossesse de sa meilleure amie arrivait à terme. Il fallait lui éviter trop d'efforts. Il l'invita à se rasseoir sur son lit. Il n'aurait pas voulu trop l'affaiblir. Il s'agissait de jumeaux, l'accouchement pourrait donc s'avérer deux fois plus long pour elle. Elle aurait besoin de repos.

- Alors, comment vas-tu?


Cette question à l'apparence anodine était en fait on ne peut plus sérieuse. Il ne savait pas comment se passait sa grossesse, mais généralement les mères sont harcelés par tout le monde pour parler de leur enfant, de comment ils vont l'élever et tout ce qui s'ensuit. Et même si il aurait bien voulu en parler, ils n'étaient pas encore là et il s'inquiétait pour leur mère. Car, pour le moment, elle n'était en compagnie que de Moroes, qui n'était pas un exemple d'empathie et de convivialité.


Naissances à la chaine Kit01bannireal

Naissances à la chaine Logomn
Revenir en haut Aller en bas
Marek

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14926
Âge : 28

http://viederoliste.fr

Naissances à la chaine Vide

Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Mer 4 Jan 2012 - 21:02


[BOn aller, je me lance]

Un ombre grossissait au loin. Une forme volante qui se rapprochait inexorablement (ouaaa j'ai réussis à l'écrire du premier coup ^^) de la bâtisse ancienne.
Après une minute ou deux, on pouvait distinguer la forme. Trois dragons et un aigle. Chacun portant son petit fardeau à lui. Deux humains, deux elfes, un petit demi-elfe nouveau-né et un petit dragonneau du même âge.


[///]

Plus Marek voyait le Manoir se rapprocher, plus son coeur s'emballait. Il avait peur de laisser Leyra toute seule dans l'état où elle se trouvait. Elle pouvait accoucher à tout moment et il doutait du fait que Nielas ou Moroes aient eu affaire à un accouchement...

Il tapota la tête de Faeryl, dans une demande tacite de signaler leur arrivée. D'après Fuhalla, en ancien langage, on disait "Cla Ksöné". Tout de suite, la pygargue réagit. Elle lança un cri strident qui retentit dans toute la vallée. Oui, ils arrivaient!


[...]

Les serres de Faeryl frappèrent durement le sol de la Terrasse des Magister, sur le Manoir. Marek était joyeux, surtout au moment où il avait sentit la présence de Al. Cela faisait un bon moment qu'il n'avait pas vu le dragonnier aveugle! Tout ce monde pour accueillir les enfants de l'Alliance, c'est super!
Il se laissa glisser sur le sol et se précipita vers Leyra qui l'accueillait en compagnie de Al et Dinath. Les dragons se posèrent en même temps derrière lui.

Mais quelque chose clocha. A mi chemin, Leyra vacilla, et Marek la voyait tomber. D'instinct, il se téléporta derrière elle pour la rattraper. La jeune femme était à moitié consciente, quand soudain il remarqua le sang sur le sol... Leyra ne perdait pas seulement les eaux, elle perdait aussi... du sang!


[Aucune inspi, Merci Leyra de m'avoir filer ça à mettre^^]


Naissances à la chaine 695195maeblap
Naissances à la chaine Marekp11Naissances à la chaine 662941bergerNaissances à la chaine Firmar11

Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Leyra


Nombre de messages : 1983
Âge : 25



Naissances à la chaine Vide

Leyra
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Jeu 5 Jan 2012 - 17:53


[mais de rien Wink. Je poste, parce que j'imagine qu'il n'y a en effet pas grand chose à dire de votre arrivée. Si vous vouliez poster quelque chose AVANT ma réponse, envoyez moi un mp et je supprimerai mon msg pour le reposter un peu plus tard Smile ]


    Dans la nuit tombante, une ombre s'était glissée dans la forêt qui bordait le Manoir de Karazhan. L'ombre effleura du bout de ses longs doigts l'écorce rêche d'un arbre, et les porta à son nez, décelant dans l'odeur de la nature une harmonieuse note ambrée qu'il savait reconnaître. Un parfum de fleurs, un peu sucré ; l'arôme d'une chevelure si particulière, la saveur d'une peau délicieuse. Une douleur lancinante lui transperça la poitrine. L'ombre s'affaissa contre l'arbre, retint un gémissement.
    L'ombre avait mal, si mal, et depuis si longtemps...

    Mais la souffrance qui l’assujettissait chaque seconde n'était rien face au chagrin qui la ravageait à présent. L'ombre savait que ce qu'elle s'apprêtait à fait l'empêcherait de vivre. Mais l'ombre savait aussi qu'elle avait cesser d'exister il y avait bien des années de cela. L'ombre savait qu'elle devait le faire.
    L'ombre se redressa. Elle ne devait pas fléchir. Pas maintenant. Elle devait agir avant qu'il ne soit trop tard, avant qu'elle ne la retrouve, qu'elle comprenne, qu'elle tente de la raisonner. C'était inutile.
    Un rictus déforma son triste visage. Lâcheté. Elle n'était que lâcheté. Mais elle aimait à se dire qu'elle n'y était pour rien, que c'était sa nature qui lui dictait sa conduite, et que pour rien au monde elle ne pourrait se révolter contre ce qui la caractérisait.
    Elle avait toujours choisit la facilité. Elle s'était toujours cachée, à tel point que personne n'avait su qu'elle était encore en vie. Ou plutôt qu'elle était toujours là... jusqu'à ce qu'[i]elle
    la cherche. Il ne fallait pas qu'elle s'aventure plus loin encore sur ce terrain là. Personne ne devait mettre la main sur ce qu'elle gardait. Personne. Pas même sa propre fille.

    L'Ombre l'avait observée des jours durant. La première fois qu'il avait aperçu ses traits fins et parfaits, ses magnifiques et grands yeux bleus, ses mèches brunes aussi éclatantes qu'une lune dans la nuit noire, qu'il avait vu la manière si gracieuse dont elle se mouvait, la façon qu'elle avait de rire, de pleurer, d'aimer... ce jour là, l'Ombre avait cru mourir. De chagrin, de dépit. D'amour.

    *Jenna...* se plaint-il.

    L'Ombre avait mal, si mal, et depuis si longtemps...


    ***

    C'était si agréable de serrer son ami contre elle... Son absence lui avait tant pesée durant ces nombreux mois que Leyra gardait l'impression qu'elle ne l'avait pas revu depuis une éternité. La jeune femme affichait un sourire si plein de d'allégresse que son visage mince parut retrouver son éclat disparu, et ses grands yeux bleus brillèrent de plus belle, baignés par des larmes argentées qui embellissaient sont regard plus qu'elles ne l'attristait.
    La jeune femme avait toujours eu un énorme cœur, si gros que, bien que sa générosité et sa douceur extrêmes lui étaient souvent reconnues, le moindre tourment, le moindre départ, la moindre passable tristesse semblait le scinder en un morceau de plus, et c'est de cette manière qu'elle considérait que chacune des absences de ceux qu'elle aimait dévoraient partiellement son cœur, en général de manière proportionnelle à l'ardeur des sentiments qu'elle leur vouait. C'était une analyse assez tordue, certes, mais il n'était pas faux que tout le dévouement dont elle faisait preuve lui causaient bien souvent de perçantes souffrances.

    *Mais cela vaut tellement le coup...* songea-t-elle en sentant les bras de son ami s'enrouler autour de sa taille.

    "Ça bouge, là-dedans, dis-donc !"
    s'exclama Al' soudainement.

    La jeune femme se recula un peu et adressa un large sourire à son ami. Son retour tombait à pic, puisque la grossesse de Leyra arrivait à terme et qu'elle aurait été bien attristée de ne pas voir son meilleur ami à ses côtés pendant sa convalescence... A ces pensées, elle songea une fois de plus ce qu'elle considérait comme sa famille était loin de se limiter à Marek, les enfants et elle-même, mais plutôt s'élargissait jusqu'à intégrer parfaitement les plus proches de ses amis.

    "Ils ne vont pas tarder à débarquer, je crois !" lança-t-elle avec humour, tâchant de retenir une grimace lorsque l'un des bébés s'agita violemment.

    Al' s'enquit alors de sa santé et de son humeur. Le visage de la jeune femme s'assombrit un peu lorsqu'elle réfléchit aux tourments dont elle était sujette ces derniers temps. La fatigue qu'engendrait sa grossesse, la disparition d'Elthanyn, les découvertes à propos de son père, l'angoisse d'avoir peut-être hérité de sa cruauté, la faute qu'elle avait commise en insistant pour qu'Hally et elle se télé transportent jusqu'au manoir et ce que cela avait causé... Néanmoins, Leyra n'en dit rien, et recouvrant sa bonne humeur toute neuve, répondit :

    "Ca va. Mais la question est toi, comment tu vas ?"

    Al' ne s'était probablement pas autant éloigné de ses amis pour son bonheur personnel... puisque cela ne contribuait sans doute pas à son bien-être !
    Mais il n'eut pas le temps de lui répondre, car une sensation étrange l'envahit et annonça le retour de Marek, Hally, et cie. La jeune dragonnière se mordit la lèvre, priant au fond d'elle même pour que Hally et son bébé soient en bonne santé.

    "Viens vite ! Ils arrivent !" lança-t-elle sans prendre le temps d'expliquer quoi que ce soit.

    Elle saisit la main de Al' et l'entraîna à l'extérieur de la chambre, montant les marches d'escaliers deux pas deux jusqu'à la terrasse principale. Elle y arriva essoufflée, et une nouvelle douleur lui tordit le ventre, si violemment qu'elle se plia un instant en deux... cette souffrance fut vite oubliée quand elle aperçut la silhouette majestueuse de l'Aigle se poser sur le sol.
    Ses yeux bleus encore humides parcoururent rapidement les nouveaux arrivants, et elle découvrit alors une Hally tout sourire, tenant dans le creux de ses bras un petit être emmitouflé dans une couverture.
    Leyra ne put attendre d'avantage. Elle s'élança à la rencontre de son mari, trop heureuse qu'il soit là, n'ayant pour seule envie qu'il la prenne contre lui et l'enveloppe de sa chaleur rassurante.

    ***

    Alors, l'Ombre devina qu'il était temps. Il le sentit dans tout son corps et son âme blessées, comme un vibrant frisson qui s'éprit de tout son être. Surtout, il devina sa silhouette apparaître le haut d'une terrasse.
    Il avait su rester invisible aux yeux de tous pendant tant d'années qu'il en était devenu inexistant. Personne, non personne ne pouvait détecter sa présence.
    L'Ombre tendit une main devant lui, dans le silence d'une nuit glaciale. Ses yeux rouge sang se firent vide. Chagrin. Douleur. Haine. Puissance.
    Tout n'était plus que souffrance.


    ***

    Mais à mi-course, une terrible douleur la traversa de toute part et elle s'effondra, le teint translucide, le regard voilé et le corps si faible qu'elle était incapable de réaliser ce qui lui arrivait. Elle sentit seulement des bras la retenir, un fluide mouiller ses vêtements... et une souffrance insupportable déchirer ses entrailles. Leyra hurla.
    Tout n'était plus que souffrance.



Naissances à la chaine 100618013110492296

Naissances à la chaine 100618013223183976

L'absence est à l'amour, ce qu'est au feu le vent ; il éteint le petit, il allume le grand.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hally

Infiltrée du Cam Serarna

Nombre de messages : 3610
Âge : 27



Naissances à la chaine Vide

Hally
Infiltrée du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Jeu 5 Jan 2012 - 22:36


* Hally, reveille toi, on arrive ! *

Épuisée par les derniers événements, Hally, avec l'aide de sa fidèle dragonne, avait dormi pendant presque tout le voyage, après s'être assurée que le petit Ilian ne courait aucun risque. Il s'était lui aussi endormi, et très calme, il n'avait fait aucun geste qui aurait pu être, de près ou de loin, dangereux sur le dos d'un dragon. De toutes façons, Eluna veillait au grain. Elle connaissait la route sur le bout des griffes, donc elle s'était bien plus concentrée sur sa dragonnière et son bébé pendant le trajet. Elle rassurait aussi souvent que possible leurs amis.
Le voyage se passa donc sans embuche, et des que la dragonne put apercevoir le Manoir, elle se dépêcha de prévenir la jeune maman. Elle sentit la bonheur d'Hally l'envahir quand elle comprit que dans quelques instants, elle pourrait enfin revoir Leyra, lui présenter celui qui serait un genre de neveu pour elle, et surtout, la rassurer. Car Hally se doutait bien que sa meilleure amie devait se demander ce qui lui était arrivé. A sa place, elle s'en serait mordue les doigts, jusqu'à son retour ! Quant à Eluna, ne voulan surtout pas gâcher le bonheur de sa dragonnière, elle cacha sa tristesse en remarquant l'absence de Elthanyn. Les deux dragonnes étaient liées à vie, et l'une comme l'autre sentait de loin la présence, ou au contraire, l'absence inexpliquée de sa jumelle auprès de sa dragonnière.
Comme prévu, Hally ne remarqua rien - il était plus facile à Eluna de cacher ses sentiments quand ceux de Hally étaient aussi fort .. - et se tourna vers Wird, rayonnante. Norvya avait volé près de Eluna presque tout le voyage - tout comme Kami, mais ça, c'est une autre histoire ! - et la jeune femme fut contente de le sentir tout près d'elle à son reveil. L'envie de le serrer très fort dans les bras lui prit soudain ..

* Dans ce cas la, accélère ! *

Autant pour voir sa meilleure amie que pour Wird, il tardait horriblement à Hally de poser pied à terre. Marek devait être encore plus pressé qu'elle, car son immense aigle avait accéléré en même temps.
Quelques minutes plus tard, ils étaient enfin arriver. Marek fut le premier à se poser, suivi très rapidement des trois dragons. Hally fut très agréablement surprise de trouver Al en compagnie de Leyra. Elle aurait bien aimer lui sauter dessus pour fêter ses retrouvailles, mais avec Ilian dans les bras, elle se dit que c'était probablement une mauvaise idée .. Elle dut donc se contenter d'un immense sourire et d'un léger câlin pour ne pas réveiller son petit garçon. Mais avant même qu'elle ai pu lui dire quoi que ce soit, un hurlement retentit. Et Hally savait très bien de qui il était. Leyra était pliée en deux, et finit même par tomber. Au debut, Hally crut que sa meilleure amie avait perdu les eaux, tout comme elle quelques heures plus tôt, c'est pourquoi elle courut vers Wird, lui confia leur bébé, puis repartit vers le couple. Mais ce qu'elle y découvrit la surpris autant que l'effraya : Leyra perdait peut être les os, mais ca ne se remarquait pas .. au mileu de la flaque de sang qui grandissait à ses pieds ...


Naissances à la chaine R4yy
Merci Maya !
Montrons que nous préférons mourir debout plutôt que de vivre à genou. 
Si la mort vient me prendre aujourd'hui, je suis prête.
Naissances à la chaine 370746mouton
Revenir en haut Aller en bas
Kaminari


Nombre de messages : 606
Âge : 30



Naissances à la chaine Vide

Kaminari
Membre du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Ven 6 Jan 2012 - 10:12


Kami voyageait avec les autres sans toutefois aller trop vite. Déjà que pour lui c‘était pas facile de ne prendre aucun risque pour un passager. Si en plus celui-ci est inconscient avec un dragonneau endormie sa compliqué relativement la chose. Quoi qu’il en soit il était prudent sinon ces deux passagers risquaient d’avoir un réveil assai dur.

Le lieu de destination était bien connut de tous. Kami n’y était pas allé souvent mais il le connaissait et il avait déjà eu à faire au couple qui l’occupée. D’ailleurs l’homme de la maison n’était autre que Marek qui volait actuellement avec les autres même si lui n’était pas sur un dragon ou du moins ne l’était plus. Chacun était heureux de retourner au prêt de la jeune femme nommée Leyra. C’est vrai que bien des choses c’étaient passés et il y’en avait tout autant a venir. Kami était pas aussi proche de Leyra que les autres mais il était tout de même ravit de retrouver la jeune humaine qui aller devenir mère a son tour.

Tout le monde était de plus en plus heureux a force d’approcher sauf Eluna. Du moins elle était heureuse en partie seulement. Kami n’était pas lier avec elle aussi fortement qu’Hally avec sa dragonne mais il voyait que quelque chose n’allait pas. Quand les choses redeviendront calme il se promit de lui parlait seul a seule s’il en avait l’occasion. En attendant tous de posèrent au sol. Kami ne savait pas trop quoi faire de son elfe inconscient ni même du dragonnet. Tant pi, pour l’heure il laissa ces deux la sur lui. Leyra était déjà la accompagné d’une autre personne qui semblait être ami puisque même Hally le salua. Kami se mit a hauteur des autres dragons et attendit la suite sans bronché.

Sauf que les retrouvailles furent très courtes. Un cri retentit et pas un cri de joie. Non c’était un cri de douleur et celui provenait de leyra qui…. Qui saignait ! Ce n’était pas la vue du sang qui gênait kami. Du moins en tant normal le sang ne l’effrayer pas mais la il était claire que ce n’était pas bon du tout ! Toutefois le dragon noir ne pouvait rien faire et les autres étaient déjà sur elle. Il espérait juste qu’il n’y est rien de grave car même avec plusieurs dragonniers ou mage si ils arrivaient trop tard les choses ne pouvaient s’arranger. Kami grogna devant cette pensé négatif.


-Bon sang !


[Bon je sert pas a grand chose la désolé mal heureusement pas le choix Sad ]


Naissances à la chaine 1471468947.wynervia_kaminariNaissances à la chaine 977607121
*Je me présente à vous. Accusé d’avoir voulu assurer l’ascendance des dragons. D’avoir tenté de nous épargner ce destin qui nous oblige à nous éteindre. A céder. L’humanité représente une menace pour notre monde. Refuser son éradication est une grave erreur. Nous éclairons les ténèbres, mais les hommes prennent notre triomphe à leur compte. Les dragons détiennent le manteau de responsabilité. Il leur appartient à eux seuls.
Jugez mes actes à votre guise, mais ne doutez pas de la réalité. L’espèce humaine est à l’œuvre et nous ne pourrons bientôt plus l’arrêter….*


Naissances à la chaine Kami_c10

Ce monde.... N'a plus rien a offrir !!!

Merci a Ellenwen pour la seconde image de la signature ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Lackvaldr Svartok


Nombre de messages : 117
Âge : 31



Naissances à la chaine Vide

Lackvaldr Svartok
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Sam 7 Jan 2012 - 16:47


( Bah moi...je passe mon tour vu que je suis evanoui ^^ )


Naissances à la chaine Kullbantext2-452f526
Revenir en haut Aller en bas
Al-Soahn


Nombre de messages : 2859
Âge : 26



Naissances à la chaine Vide

Al-Soahn
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Dim 22 Jan 2012 - 11:41


Un moment infime passa entre la question d'Al et la réponse de son amie. Le jeune homme imaginait une ombre passer dans les yeux de Leyra, et le masque de la tristesse recouvrir son visage. Elle lui répondit que ça allait, et lui retourna la question, la voix souriante. Al se demanda un instant si elle n'avait pas répondu parce qu'elle ne voulait pas parler de ses problèmes pour le moment, ou peut-être pas à lui, ou parce qu'elle s'inquiétait pour lui. Seulement le jeune homme n'avait guère envie de déranger son amie avec ses préoccupations qu'il sentait si lointaines maintenant qu'il avait retrouvé une partie de lui-même.

Il afficha un sourire assez peu convaincant. Il ne possédait guère le talent de Leyra pour dissimuler ses états d'âme, surtout les plus mauvais. Il n'avait pas l'intention de repartir de si tôt, aussi Al considérait-il qu'il pouvait bien retenir ses peines le temps que son ami accouche et qu'elles reprenne des forces. Après tout, il aurait été criminel de déprimer dans de telles circonstances, alors que sa meilleure amie était sur le point de connaitre l'une des expériences les plus heureuses de sa vie !

C'est alors que Leyra lui demanda de la suivra, s'écriant qu'ils arrivaient. En étendant son esprit, il comprit que ses amis et son mari venaient la rejoindre. Il s'était étonné de ne voir personne au chevet de la dragonnière, mais le fait que Marek soit accompagné d'Hally, Wird et d'autres esprits qu'Al ne reconnaissait pas augurait qu'il avait eu une bonne raison de s'absenter. Il n'allait pas jusqu'à juger le comportement du dragonnier, mais s'il avait été à sa place, il serait sans doute resté et aurait fait tout ce qu'il aurait pu pour rendre la vie plus facile à sa femme... Au point probablement de l'exaspérer et de la faire le supplier de sortir un instant pour prendre l'air.

L'idée qu'ils arrivaient réjouissait Al, et pourtant, il éprouvait une légère pointe de regret. Il aurait beaucoup aimé passer plus de temps avec sa meilleure amie afin de lui raconter son voyage, même s'il en avait laissé échapper quelques petits bouts. Il lui semblait que, devant tant de monde et dans des circonstances aussi heureuses, il ne ferait que plomber l'ambiance. Cependant le sentiment de joie qu'il éprouvait à l'idée de revoir Marek et Hally occulta ces sentiments de son esprit.

Leyra le conduisit en haut des marches, avec un rythme qui n'allait pas à une femme enceinte. Il se demanda un instant si elle ne se faisait pas du mal à monter à ce train d'enfer. Mais ne pouvant se concentrer sur autre chose que la montée des marches pour ne pas tomber, il ne put guère empêcher son amie de se surmener. Arrivés en haut, Al pouvait entendre qu'elle était essoufflée. Mais cela ne l'empêcha pas de se ruer vers ses amis, à peine descendus de leur montures volantes.

Le jeune homme ne put pas la suivre aussi vite. En effet, lorsqu'on est aveugle, on ne peut pas se permettre de courir partout librement, encore moins dans un environnement qu'on ne connait pas. Il sentit Hally près de lui et l'étreignit avec amitié, constatant qu'un petit être était logé entre ses bras. Elle aussi venait d'accoucher, alors? Quelle merveilleuse nouvelle ! Mais soudain, l'ambiance se glaça. Al sentit Marek se téléporter auprès de sa femme, sans doute pour diminuer le temps qui les séparait de leurs retrouvailles. Puis il perçut la respiration irrégulière de Leyra. Comme si elle souffrait. Un hurlement de sa part vint confirmer les craintes du dragonnier, brisant le silence en un millier d'éclats tranchants.

Al ne comprenait pas grand chose, si ce n'est qu'il se passait quelque chose de grave. Si elle avait simplement eu une contraction, tout le monde n'aurait pas semblé si effrayé dans le rythme de leur respiration. Conscient qu'il ne pourrait guère être d'une grande aide, Al ne put cependant s'empêcher de se précipiter vers son ami. Il ne voyait pas ce qu'il lui arrivait, ce qui lui faisait extrêmement peur, cependant, il ne voyait pas la dure réalité que les autres affrontaient. Il pouvait rester maitre de lui-même grâce à son handicap. Il s'agenouilla auprès de Leyra, tâtonna le sol et trouva l'une de ses mains, crispée, convulsive. Il l'attrapa et la serra fort, comme s'il sacrifiait la sienne pour être l'exutoire, la porte de sortie de la douleur pour le corps de son amie. Il caressa son esprit avec le sien, lui envoyant des vagues de chaleur accompagnés de mots qui se voulaient réconfortants.

C'était bien la seule chose qu'il pouvait faire pour elle, pour le moment.


Naissances à la chaine Kit01bannireal

Naissances à la chaine Logomn
Revenir en haut Aller en bas
Leyra


Nombre de messages : 1983
Âge : 25



Naissances à la chaine Vide

Leyra
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Mar 10 Juil 2012 - 1:03


Tout n'était plus que souffrance.

    Le corps de Leyra s'arqua violemment sous la douleur, et elle poussa un hurlement terrible qui retentit dans la pièce, ricochant sur les murs de pierre froide comme un galet sur un lac gelé. Elle avait l'impression qu'on déchirait ses entrailles, qu'on les broyait sans répit aucun. Elle ne parvenait plus à voir, plus à entendre ni même sentir les draps soigneusement bordés sous elle ; seul ce feu ardent, ce déchirement aigu la dévorait de l'intérieur et imposait à ces yeux un masque aussi rouge que le sang qui se répandait sur les draps immaculés, à tel point que la présence de ses proches autour d'elle ne lui apparaissait plus que sous la forme d'ombres floues et agitées dans ce tableau sanglant. Elle avait si mal qu'elle avait à peine déceler le fait qu'on l'avait déplacée à l'intérieur.

    Elle serra les dents dans l'espoir de retenir un nouveau cri angoissant, mais elle ne pût faire face la douleur qui semblait la transpercer de part en part et hurla de plus belle. Son corps n'était plus qu'un brasier dangereux qui ne lui appartenait plus, répondant à des spasmes qu'elle ne savait contrôler.
    Des larmes brûlantes coulaient de ses yeux aveugles, se mêlant à la sueur de son front et mouillant ses longs cheveux bruns emmêlés sous sa nuque humide. Elles formaient des sillons scintillants sur ses joues et avaient un goût salé qui n'était pas désagréable face aux notes ferreuses qui emplissaient sa bouche au fur et à mesure qu'elle crachait du sang.

    Une nouvelle douleur lancinante la transperça corps et âme et elle convulsa sous le choc. Des voix s'élevèrent et crièrent son nom, mais elles paraissaient si lointaines de sa propre réalité...
    Ses bébés ! Il fallait qu'ils les sauvent, qu'elle les sauve. Ils n'étaient pas encore nés qu'ils étaient déjà tout pour elle. Elle sentait leur détresse et leur souffrance, elle sentait leur peur aussi, et elle ne pouvait supporter de les savoir si mal. Elle gémit.

    "Ma...Marek...les bébés...je...t'en...prie,.."


    Elle se força à cligner des yeux, serra les dents et plongea son regard dans celui de l'homme qu'elle aimait éperdument, y mettant toute son âme. Et surtout sa détermination la plus grande, car dans sa souffrance la plus terrible, les choses ne lui avaient jamais parues aussi claires.

    "Sauve-les..." le supplia-t-elle en pleurant, déchirée de devoir lui dire adieu.

    Alors c'était ça, la vie ? S'aventurer dans le néant qu'est le monde, s'engouffrer dans des sentiments, en faire son expérience, aimer à la folie, puis devoir tout quitter, tout oublier, disparaître en si peu de temps ? Tout l'amour qu'elle portait à famille et amis transperça son cœur, lui octroyant une douleur supplémentaire dont la violence était de loin la plus insupportable.


    Je t'aime tellement, fut-elle incapable de prononcer, à bout de forces. Elle offrit un dernier regard à Marek, et ferma doucement les yeux. Et elle s'abandonna, dans toute sa personne. Un jet de lumière clair traversa son corps fin pour se concentrer en son ventre, convertissant ses toutes dernières forces en possibles chances de survie à ses bébés. Maintenant qu'elle avait transmis l'énergie qui lui restait à ses enfants, c’était à son mari et à ses amis d'agir pour les sauver.

    C'est sur cette poussée d'amour et d'espoir que son cœur eut un dernier tressaillement avant de cesser de battre. Puis Leyra s'enfonça doucement dans les ténèbres comme on se fond dans une étoffe de velours...



Naissances à la chaine 100618013110492296

Naissances à la chaine 100618013223183976

L'absence est à l'amour, ce qu'est au feu le vent ; il éteint le petit, il allume le grand.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Marek

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 14926
Âge : 28

http://viederoliste.fr

Naissances à la chaine Vide

Marek
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Mar 24 Juil 2012 - 19:56


[C'est court ._. ça fait trop longtemps que j'ai pas RP :/]

Ce cri… Strident… Une torture à ses oreilles… Un cri qui le hanterait surement encore pendant des nuits et des nuits… Quoi de plus difficile pour un homme de voir la femme qui l’aime crier de souffrance et de ne pouvoir rien faire ? De se sentir impuissant face à la douleur de son aimée ?
L’esprit de Leyra, relié au sien, déversait en lui un torrent d’émotions toutes plus douloureuses les unes que les autres. Sa douleur, il la ressentait… Et il avait peur. Elle partait. Il le sentait, ELLE PARTAIT ! Non, il ne le permettrait pas… Il ne pouvait pas… Lui qui avait vu mourir sa mère, son père… Il avait déjà perdu une femme aimée, un dragon, des amis… NON ! Il avait perdu trop d’êtres chers pour perdre en plus sa femme, la mère de ses enfants…
Elle crachait du sang…. Mais elle trouva tout de même la force de lui dire :


"Ma...Marek...les bébés...je...t'en...prie... Sauve-les..."

Oui, les bébés… Mais il ne se contenterait pas de ça… Ils pourraient en refaire des bébés ! Mais pourrait-il aimé à nouveau un jour comme il l’aimait elle ? Et s’il sauvait les bébés, pourraient-ils vivre sans leur mère ? Non, il sauverait tout le monde. Foi de Marek. Foi de Gardien.

– Je sauverais tout le monde. Personne ne mourra aujourd’hui, sinon le jour…

Dinath entra dans la pièce avec une bassine d’eau chaude et des linges. Derrière elle, Marek fut surpris de voir Nielas, le visage grave, et même Moroes, dont l’inquiétude avait effacé le masque de froideur que son visage portait habituellement. Ils étaient tous là, ou presque, les dragons n’ayant pu rentrer dans le manoir. Il ne pourrait pas faillir devant eux… Il ne devait pas.

Alors qu’un rai de lumière traversa le ventre rond de sa femme, Marek commençait à paniquer. Il sentit une main sur son épaule. Il se retourna. Nielas… Il sentait l’énergie du mage affluer en lui. Le Gardien du Feu posa les mains sur le ventre de sa femme. Une intense lumière rouge naquit de ses yeux, embrasa ses mains, et commença à se propager dans le corps de la jeune femme. Dinath, penchée sur la sortie, avait déjà tendu le linge à Hally. Une tête.
Le premier bébé sortit. Marek, toujours concentré sur son pouvoir et celui de Nielas, ne remarqua même pas lorsque le jeune bébé commença à crier, imité quelques secondes plus tard par sa sœur jumelle. La main de Nielas se retira de son épaule, et la magie se dissipa.
Marek ouvrit les yeux. La joie le traversa quand il vit ses enfants, en vie. Il se retourna vers Leyra, prêt à partager ce bonheur avec elle. Mais elle s’était endormie…
Soudain, le doute l’emplit. Dormait-elle vraiment ? Il posa sa main sur son cou, cherchant son poult. Rien.


- Non… non !

Il appuya sur la poitrine de son épouse pour tenter de faire repartir son cœur. Rien. Dans un cri de rage autant que d’impuissance, il déchargea son surplus de magie à travers ses mains, des éclairs fusant, électrocutant le corps sans vie de sa bien-aimée. L’avait-il sauvé ? Avait-il relancé son cœur ? Il n’en savait rien. Vidé, il s’effondra sur le sol…


Naissances à la chaine 695195maeblap
Naissances à la chaine Marekp11Naissances à la chaine 662941bergerNaissances à la chaine Firmar11

Héhéhé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Leyra


Nombre de messages : 1983
Âge : 25



Naissances à la chaine Vide

Leyra
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine | Mer 1 Avr 2015 - 21:14


Abandonner est si facile. En même temps qu'on lâche prise, qu'on laisse tomber toute forme d'espoir, on accepte. La fin, le noir, le froid, l'enveloppent d'une douce quiétude.
C'est fini. L'enfant craintif peut s'endormir et se laisser bercer par les vagues de vide et le bruit du silence. Il n'y a plus rien, plus qu'elle, un genre de truc sans matière qui flotte dans les abysses de la mort. Une conscience morne faite d'une idée de vie, qui n'a plus aucun sens, mais qui est là tout de même. Qui flotte. Pâle. Lunaire.
L'environnement mortel doit être glacé. Mais il l'accueille. Et elle est bien.

La mort est douce. Elle est délivrance. Elle est vacances.
Ce qu'il y avait avant lui semble loin. Elle a la sensation d'avoir quitté un cauchemar, à la différence près qu'elle ne se réveille pas, haletante et en sueurs, mais plutôt s'enfonce doucement dans la nuit, propre et apaisante.
Elle a oublié ce qu'étaient la douleur physique, le sang, la haine, l'amour et les paroles.
Elle n'est plus que beauté et existence profuse.
Souvenir.
Fluidité. Présence. Absence. Contradiction et légèreté.
C'est fini.

Mais un éclair de lumière blanche finit bientôt par secouer ce vide immense. Elle tremble.
Et doucement, elle n'est plus une idée. Elle a des jambes, des bras, une peau, des poils qui se dressent au contact de l'air glacé. Des oreilles qui perçoivent un bourdonnement d'agitation, lointain. Une langue qui goûte avec saveur le sang métallique dans sa bouche. Son coeur immobile se contracte dans un premier pincement douloureux et recrache avec violence le sang contenu dans ses cavités. Puis il le pompe et le pousse avec régularité des veines jusqu'aux artères, laissant sa chaleur irriguer avec délectation le corps de nouveau vivant.

Puis la douleur revient. Elle s'élance le long de son corps, déchire ses entrailles, empoigne ses membres, défait ses muscles et ses os, enserre sa tête dans un étau. La fatigue pèse en elle, une enclume massive qui empêche sa mobilité. Leyra s'enfonce alors dans un profond sommeil, bercée par l'onde pulsatile qui bat la mesure sur ses tempes.

-----

Quelques heures plus tard, ce sont des pleurs de nouveaux-nés qui la tirèrent difficilement de son vague coma. Elle sentait le poids des couvertures chaudes et moelleuses sur elle, et ouvrit lourdement ses paupières pour y laisser entrer la lumière du jour. La vision des rideaux pourpres de la chambre à coucher se dessina, d'abord floue, puis plus nette, et Leyra ne tarda pas à tourner la tête en direction des braillements pour en découvrir l'origine avec un immense bonheur.

Deux petits corps roses et pâles s'agitaient dans un berceau blanc près du lit, entortillant et détortillant leurs membres avec souplesse et frénésie. Des grands yeux gris bleutés et azurs de Siana et Morgan Krayt s'échappaient de chaudes larmes pleines de vie. Dans un coin de la chambre, enfoncé dans un fauteuil couvert de velours, Marek dormait profondément, le visage marqué par l'épuisement.

Leyra s'empressa de s’asseoir dans le lit et de tendre les bras vers ses bébés. Les points de la cicatrice sur son bas ventre tiraient affreusement et elle grimaça de douleur tandis qu'elle prenait un à un son fils et sa fille contre elle. La sensation de leur peau douce et duveteuse au contact de la sienne et de leurs mains chaudes et minuscules effleurant son cou la bouleversa, et ses prunelles océans s'emplirent de larmes de joie. Un bonheur sans nom l'envahit : maintenant qu'ils étaient près d'elle, la jeune maman se sentait de nouveau entière.

La vie recommençait !

--- FIN ---


DISCLAIMER : cet événement se déroule en l'an -5 si j'en crois la chronologie du fofo. Je n'ai pas terminé ce RP avant mon départ il y a 3 ans, et même si ce post n'apporte strictement aucune information de grande importance, j'avais réellement envie de boucler la boucle ^^
Ensuite, PARDONNEZ MOI pour ce RP très court, la reprise est dure après un temps d'absence si long ^^ Par ailleurs l'expérience de mort imminente de Leyra est pleine de non-sens, de qualificatifs étranges et de métaphores tordues, et j'en suis désolée, cependant j'avais vraiment envie de faire ça au feeling et de ne pas du tout revenir modifier le premier jet contrairement à d'habitude (à la base je suis plutôt du genre à bidouiller chaque phrase pendant 15000 ans). Donc désolée si tout ça manque de fluidité / originalité et blablabla, j'espère que ça reviendra vite ^^. LOVE <3.



Naissances à la chaine 100618013110492296

Naissances à la chaine 100618013223183976

L'absence est à l'amour, ce qu'est au feu le vent ; il éteint le petit, il allume le grand.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas





Naissances à la chaine Vide

Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Naissances à la chaine |


Revenir en haut Aller en bas

Naissances à la chaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Aberon :: Le manoir de Karazhan-
Ouvrir la Popote