AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Prendre racine [PV Myad et Max]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Prendre racine [PV Myad et Max] | Lun 21 Jan 2013 - 22:02


- Viens à Dras Leona, j’aurais quelque chose pour toi …

Cette phrase hantait le général du Nomins depuis sa sortie du royaume des elfes noirs. L’impératrice lui avait glissé ces quelques mots après un au revoir qui l’étonnait encore. Il l’avait embrassé sur le front, avoué qu’il avait donné 500 rôdeurs à Marek pour l’aider dans sa guérilla, s’était pris de pleins fouets les foudres de Garnyiss pour ses actes de guerre à moitié voilés…
Tout cela l’importait peu. Il voulait la revoir, et surtout savoir ; Avoir les réponses à toutes ses questions qui rongeaient sa curiosité au point de l’en rendre fou. Mais n’était-ce pas un piège ? Après tout il s’en était directement prit à Oryon, son apprenti…

Et ce fut sur ces sombres pensées qu’il se lança enfin à envoyer un bref message à Myad qui lui était directement destiné :


Myad,
Je viendrais deux jours après l’arrivée de ce message pour avoir les réponses que je désirais là où le soleil ne se lève jamais.

Max


Le général courut à la volerie et appela un des aigles qu’ils avaient éduqué au fil du temps dans le désert. Il lui glissa sur une patte le fameux message et lui chuchota quelques mots. Sur ce, le majestueux rapace prit son envol en direction de la capitale du Saint-Empire Léonien.

¤¤¤¤¤

Je jour J était enfin arrivé et la tension monta d’un cran pour l’homme du désert. Il était planté depuis un quart d’heure sur la grande place de Sil’Arn, le seul endroit où Athorn décoller sans détruire les habitations. Ce dernier s’agaçait justement devant l’hésitation qui avait envahi son être de cœur. Après une énième vague d’apaisement, Max sauta enfin sur le reptile émeraude et partirent à la rencontre de l’impératrice.

Les heures de vol permirent au dragonnier de souffler et de retrouver une liberté qu’il avait abandonnée depuis trop longtemps. Le poste de général des armées n’étaient pas de tout repos bien que les clans d’Alagaësia étaient plus ou moins en paix. L’entrainement des unités d’élite lui donnait pas mal de courbatures et d’éraflures pendant les séances de combats non protégés ; Mais il en était fier.
En début d’après-midi, Dras était enfin visible sous les nuages. L’image de la cité lui noua l’estomac ; Il ne savait pas ce qui allait arriver réellement, s’il piquait droit vers un piège ou pire encore. Mais un grognement et un panache de fumée le tira de sa rêverie. La ville grandissait au fil des minutes et bientôt, Athorn se dirigea vers la grande place devant le palais –sûrement prévu pour le dragon de Myad- et atterrit dans un vacarme à en secouer les fondations du palais lui-même. Aucun soldats n’avaient été posté en surplus dans la cour, preuve que l’Impératrice avait bel et bien reçut le message.
Le général glissa le long de la patte de son compagnon et se releva une fois au sol. Il était habillé d’une tenue de ses rôdeurs des crêtes avec néanmoins une subtilité due au climat du désert. Son haut était uniquement fait des manches de cuir protégeant ses épaules ainsi que ses avants bras. Seule la lanière du fourreau de son sabre barrait son torse qui luisait timidement son tronc aux formes plus qu’avantageuse (aucune référence au baobab hein Wink ).
Il n’y avait personne encore dans la place mais Max pouvait déjà sentir l’aura de Myad. Comment pouvait-il sentir quelqu’un aussi aisément alors qu’il avait mis des années à reconnaître magiquement ses plus proches amis ?
Là encore le général n’avait pas de réponse, mais bientôt, il le sentait.
Et ce fut dans cet espoir qu’il se dirigea vers l’entrée du palais Léonien…


[HRPG : c'est plus court que je pensais Oo. Désolé, je ferais mieux quantitativement/qualitativement après <3 ! ^^]




Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3809
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Myad
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Mar 22 Jan 2013 - 10:52


Elle n'avait jamais espéré qu'un tel jour viendrait. Et pourtant, la nuit lui avait donné naissance. Une aurore douce et délicate, posée sur l'horizon telle une divine promesse, qui l'apaisait étrangement.

Une famille.

Ce n'était pas à elle qu'il fallait demander le sens de ce mot. Il avait pris, en son endroit, tant de sens différents. Origine, honte, horreur, haine, orgueil. Amour. Et le regret, chaque fois, de n'avoir pu lui donner le plus élémentaire. N'avoir pas grandi sous la protection de son père. N'avoir pas pu pousser son premier cri sans projeter dans les abysses sa tendre mère. Avoir causé le mort du demi-frère qui, envoyé pour la neutraliser, s'était résigné à la laisser en paix. Être démunie de la plus élémentaire des possessions ; les siens. Personne n'était sien, elle n'était à personne ! Voilà ce qu'elle avait pensé, pendant des années, et des années. Ses amnésies aggravant encore sa solitude en gommant les rares amitiés qu'elle avait pu commencer à tisser. Et puis son père lui avait redonné l'espoir.

« Tu vivras pour voir renaître ces êtres d'exception. Tu les verras et tu les aimeras, car la même force furieuse fera battre votre cœur, et que ces forces s'attirant l'une vers l'autre, vous serez guidés aveuglement vers les semblables que la Nature t'aura donnés. »

Quand il les lui avait montrées pour la première fois, les pierres étaient au nombre de quatre. Athor l'avait avertie alors contre la lenteur que les choses pouvaient prendre. Peut-être bien que dans dix, trente, cinquante ans elle n'aurait pas trouvé tout le monde. Il lui faudrait pourtant garder confiance. Les Diamants lui désigneraient ses futures sœurs, ses futurs frères. Il lui suffisait de nager, sirène invisible dans un océan de foule, pour trouver d'autres sirènes endormies. Elle leur apprendrait à respirer un air qui n'appartenait qu'à eux. Elle leur tendrait la main, avec, à l'intérieur, la destinée à laquelle ils aspiraient inconsciemment.
Elle avait trouvé Marek. Le premier de tous fut le Rubis. Puis elle fit la rencontre de Charlie. Ce fut l'Améthyste qui le suivit. Très récemment, elle s'était trouvée en face de sa seule et unique sœur, l'équivoque Lise. Et elle lui avait fait un cadeau plus beau encore que ses prunelles marines. Il ne restait plus qu'une Source Originelle sur le velours. Une énorme émeraude aux reflets hypnotiques.

*Tu as réussi, petite chose. Tes parents seraient si fiers de toi.*

La Gardienne Absolue, née avec la puissance, la poisse et la malchance, referma brutalement le coffre en bois sculpté. Quelque chose de lisse, dur et incroyablement chaud caressa sa joue. Elle vit ses larmes, silencieuses, sanglantes, couler entre ses écailles dorées.

*Ne sois pas triste... Ils sont ensemble, maintenant. Unis pour l'éternité... Là-dedans.* Et il donna un petit coup de museau en direction du pendentif si particulier de l'Impératrice. *Avec ma mère.* ajouta-t-il après un silence.

Respectant la décision d'Arget, le dragon avait fini par détruire son Eldunari avec le concours de sa Dragonnière. Des semaines après la mort d'Athor, elle était restée silencieuse, et il en serait peut-être resté ainsi des décennies durant. Myad avait promis à la dragonne millénaire que personne n'utiliserait ses inestimables savoirs pour accomplir de funestes projets. Ils le détruisirent et pleurèrent une dernière fois. Puis Yenlui retrouva une certaine forme de paix.

*Ce qui m'effraie le plus, à présent, c'est l'avenir de notre famille. Allons-nous prospérer ? Nous lier tous ensemble, nous respecter, nous aimer ? Parviendrons-nous à maintenir l'Equilibre au plus près d'un idéal auquel tout être vivant aspire ? Ou bien nous déchirerons-nous comme nos prédécesseurs, épris, haineux, incompris, orgueilleux au point d'empêcher l'accomplissement de Leur Volonté ?*

Le dragon d'or ne pouvait garantir ni l'un, ni l'autre, aussi ne discuta-t-il pas. Il se contenta de rappeler à sa compagne de cœur qu'il serait là pour elle, toujours, et qu'en dépit de cailloux magiques sacrément vieux et sûrement puissants, ça ne l'empêcherait pas de la protéger. Elle rit. Elle riait plus souvent, ces derniers temps...

*

A Dras Leona, on était habitué aux visiteurs les plus improbables depuis que Myad avait posé les fesses sur le trône. On en était venu à se baser sur la réaction de Yenlui ou de Dark – selon la présence ou l'absence de l'un ou de l'autre – pour jauger du comportement à adapter. S'ils restaient paisibles, voire s'envolaient pour saluer gaiement le nouveau venu, ils gardaient leur attitude de veille sans s'en mêler. On en profitait quand même pour admirer les magnifiques créatures volantes, ce qui ne gâchait rien à une banale journée de travail. Ce fut donc avec un enthousiasme dénué de méfiance que les citoyens de Dras Leona pointèrent le nez dehors, de toutes parts, pour contempler l’atterrissage du majestueux Athorn. Yenlui, perché sur la plus grande terrasse du palais, battit des ailes en rugissant un salut. Le dragon vert, beaucoup plus grand que lui, lui répondit aussi amicalement. Le dragon voulait que Max le remarque aussi. Puis, étendant une dernière fois ses ailes, il se retourna et pris son envol. On pouvait distinguer nettement, debout entre ses épaules, une silhouette sombre portant un coffret. Myad fit signe au duo tandis que le fils d'Arget prenait de l'altitude.
Ils volèrent ainsi une vingtaine de minutes, suffisamment haut pour que la cape de l'Impératrice s'humidifie en perçant les nuages, son souffle se faisait brume. Il était important qu'ils évacuent la cité où ils s'étaient donné rendez-vous. Après avoir assisté à trois révélations, Ayahantê ne doutait pas qu'en laissant Max approcher la pierre au cœur de Dras Leona serait le moyen le plus rapide et le plus spectaculaire de la rayer définitivement de la carte. Finalement, ils se posèrent au pied d'une colline recouverte de bois. Le dragon d'or trottina, curieux, excité, en rond en attendant que son aîné ne se pose à son tour. Une fois qu'Athorn eut posé sa propre carcasse sur le sol, en arrachant un tremblement aux arbres, le fils d'Arget s'approcha de lui dans une attitude nettement amicale. Il alla jusqu'à tendre le museau pour toucher le sien. Après tout, leurs Dragonniers avaient survécu à l'Outreterre ensemble. Ils étaient tous deux amis avec Dark. Ils avaient toutes les raisons d'être amis. Myad, elle, mit pied à terre. Elle portait une tenue de chasseuse, faite de cuir brun sombre, d'un corset à lacets, de gants de fauconnier et de cuissardes épaisses protégeant ses cuisses. D'épais foulards en cachemire ivoire, beige et fauve recouvraient son cou. Ses cheveux avaient été nattés jusqu'aux pointes en des tresses plaquées le long de son crâne ; des plumes d'aigle y avaient été coincées. Elle n'avait pas quitté son pendentif. Outre son fouet et Ujah la dague drow, l'Impératrice ne portait pas d'arme. Elle inclina la tête devant Max en attendant de voir s'il allait, à l'instar de Yenlui, s'avancer pour un accueil plus chaleureux.
En dépit de l'affection immédiate et électrique qu'elle vouait déjà – en sachant pourquoi – au général du Nomins, la Gardienne préférait lui laisser le choix.

« [color=red]- Salut à vous, Max, Athorn ! Comme vous pouvez le constater, nous avons correctement reçu votre message. Pardonnez-moi pour ce petit déplacement. Vous en comprendrez la nécessité bientôt. » Elle sourit, énigmatique, tandis que ses yeux de serpent étincelaient de la même façon que son dragon. « Comment vous portez-vous depuis l'Outreterre ? Tu m'as l'air en bien meilleure santé, général. Ne portes-tu donc aucune cicatrice de tes blessures ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Mer 23 Jan 2013 - 19:53


Le puissant rugissement de Yenlui stoppa net le général qui leva immédiatement la tête pour voir ce qui se tramait. Le grand reptile semblait refléter toute lumière qui osait aller à sa rencontre, accentuant encore plus sa position au sein du palais : c’était lui le plus puissant.
En regardant avec plus d’insistance, Max aperçut la petite silhouette de l’Impératrice et comprit que le rendez-vous ne se ferait pas à Dras Leona. Pourquoi ? Pour lui prouver qu’il ne risque rien et que le rencontre se ferait en terrain neutre ? En tout cas c’est ce que le rôdeur pensait car il ne voyait pas d’autres raisons même après avoir tourné plusieurs fois la question dans son esprit.
Il fit donc demi-tour et grimpa à nouveau avec agilité sur son compagnon de cœur qui prit son envol après avoir brisé plusieurs branches d’arbres de la cour.


*Je ne sais ce que c’est et si c’est pour toi mon grand mais Myad a un coffret dans ses bras.*

L’intéressé tiqua avant d’observer son hôte qui, en effet, tenait avec affection une boîte en bois de belle apparence. Mais l’observation ne dura pas longtemps car un rire rauque d’Athorn lui apprit qu’il avait encore une bêtise en tête… Quand grandira-t-il enfin en sagesse ?
Sans plus attendre, il rugit à l’adresse de son frère de race et commença à exécuter des vrilles autour de lui, ajoutant de magnifiques effets pyrotechniques draconnique. Quelques minutes après la fantaisie d’Athorn, le dragon d’or commença à perdre de l’altitude, suivit de près par son homologue émeraude.
A peine posé que déjà le fils d’Arget s’approcha du duo Nominsien dans une attitude totalement sereine. Athorn fit quelques pas pour lui toucher le museau et lui envoyer une vague de joie.


*Ravi de te revoir, dragon de lumière !* Il posa ses grands yeux sur le petit dragon doré avant de reprendre. *Et félicitation pour ton nouveau statut de père. Je te souhaite tout le bonheur du monde*.

En même temps que les retrouvailles des dragons se faisaient, le cœur de Max battait la chamade rien qu’à l’idée de revoir l’Impératrice. Malgré la certitude d’être heureux de la revoir, ses sentiments étaient confus, mélange entre timidité de par son statut et son charisme naturel et besoin de la serrer dans ses bras pour avoir ne serait-ce qu’un instant, quitter ce monde et penser à rien d’autre que le bonheur à l’état pur. Il n’avait pas vu Equina depuis… Longtemps. Jamais de nouvelles, pas un mot, une visite, rien. Le rôdeur avait sillonné l’Alagaësia pendant un demi-siècle, sans succès. Alors désormais il passait à autre chose petit à petit et se reposait auprès de ses proches : la seule valeur sûre.
Les deux bipèdes mirent pied à terre en même temps et se scrutèrent un instant. La drow était toujours aussi belle, même vêtue simplement elle dégageait une aura à la fois imposante et rassurante, chose assez frustrante.

Athorn brisa le silence le premier.
*Je suis content de te revoir en bonne santé petite drow.*

Sans attendre davantage, le général parcouru les quelques mètres qui les séparaient pour la serrer avec affection dans ses bras. Depuis des mois il ne voyait plus personne, et rien que de sentir la chaleur corporelle d’une autre personne lui donnait des ailes.
*Avoue que tu as tout fait pour que je vienne, après toutes tes cachotteries en Outreterre ?*. C’était sorti spontanément, mais ces quelques mots voulaient plus dire qu’elle lui avait manqué qu’un reproche.
Après quelques minutes qui passèrent beaucoup trop rapidement, Myad.
«- Salut à vous, Max, Athorn ! Comme vous pouvez le constater, nous avons correctement reçu votre message. Pardonnez-moi pour ce petit déplacement. Vous en comprendrez la nécessité bientôt. »

Le sourire qu’elle affichait ne fit rien pour rassurer le rôdeur qui commençait à se poser beaucoup trop de questions.

« J’espère que tes plumes ne viennent pas de l’aigle que je t’ai envoyé » dit-il d’un ton espiègle.

« Comment vous portez-vous depuis l'Outreterre ? Tu m'as l'air en bien meilleure santé, général. Ne portes-tu donc aucune cicatrice de tes blessures ? »

« Laisse donc mon titre à Sil’Arn, Majesté. Lança-t-il toujours sur le même entrain. Quand à mes blessures… »

Il chuchota quelques mots qui illuminèrent son côté gauche du corps, là où résidaient ses marques tribales, sombre héritage paternel. Après quelques mots, plusieurs petites cicatrices apparurent ainsi qu’une beaucoup plus impressionnant, en plein milieu du ventre.

« Elles sont belles et bien là. Juste une petite illusion qui les masquent ; Je pensais que ce serait un peu ‘’mieux’’ avant d’entrer dans ton palais. Et comment allez-vous depuis l’épopée d’Outreterre ? Le temps passe vite quand même… Au fait, pourquoi être partis aussi loin ? »




Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3809
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Myad
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Jeu 24 Jan 2013 - 14:34


Yenlui frotta affectueusement sa grosse gueule dorée contre l'encore plus grosse gueule d'Athorn, qui devait bien faire le double de la sienne. Il n'en avait cure. Sa joie se mêla à celle que lui envoya le dragon en un miasme joyeux d'émotions brutes.

*Ravi de te revoir, dragon de lumière !* Ils échangèrent un regard, tous deux partageant le même contentement. *Et félicitation pour ton nouveau statut de père. Je te souhaite tout le bonheur du monde*.
*Sois remercié de tes souhaits ! Delva et moi avons grand hâte l'assister à leur éclosion. Nous ne manquerons pas de vous présenter les petits monstres une fois qu'ils auront montré le bout de leur museau !*

Il discutait parfois avec Myad ou encore Dark de ses dragonneaux à naître. Ayant toutes les deux connu Yenlui à ses jeunes heures, elles se souvenaient fort bien de son insupportable caractère et aimaient à le taquiner en lui rappelant que ses enfants auraient sûrement les mêmes tendances asociales. Le dragon n'était pas inquiet à ce sujet. D'abord parce qu'il était devenu patient : l'adversité ne le ferait pas abandonner. Ensuite parce qu'il ne serait pas seul, comme sa mère l'avait été pour élever chacun de ses rejetons. Sa belle, sa compagne, sa charmante demoiselle l'accompagnerait durant cette passionnante aventure.

Myad, quant à elle, regardait Max.

Elle ressentait, bouillonnante, frétillante, électrisante, l'attraction étrange qui l'avait conduite vers ses frères et sœurs. Ce coup de foudre imprévisible qui brisait les coutumes et les conventions. C'était une inexplicable sensation que cette familiarité sans âge, fruit de l'influence des gemmes sur leur porteur. Jusqu'où l'instinct peut-il emporter un être au-delà de l'expérience et de la raison ? Cette intuition était si forte qu'elle en devenait impérieuse. La demi-elfe n'aurait pu résister à cette affection innée, ancrée dès leur première rencontre au sein de son cœur vulnérable et ce à jamais. La Gardienne Absolue était au fait de la tendresse dont ses frères – et également sa sœur, désormais – faisaient preuve avec elle, troublant les uns, fâchant les autres. Ils étaient unis par des liens qui n'avaient pas de nom, alors, on leur en donnait qui n'avaient pas la même valeur. Un amour sans approximation, une dépendance presque délirante, une confiance sans concessions. Elle ne savait pas comment Max gérait ces émotions nouvelles ; déjà perturbé en Outreterre, elle ignorait si le Dragonnier les avait acceptées ou refoulées.
C'était d'autant plus dérangeant qu'elle avait désespérément envie de l'enlacer.

*Je suis content de te revoir en bonne santé petite drow.*
*Et moi de même* fit la Dragonnière, espiègle, en transmettant à Athorn son amusement quand à ses petites plaisanteries dans le ciel.

Avant qu'elle n'ait pu rebondir là-dessus pour saluer les deux mâles, le guerrier s'était approché d'elle, déterminé, pour la prendre dans ses bras. Ayahantê inspira aussitôt son parfum, celui qui était gravé dans sa mémoire comme une précieuse fragrance. Elle huma ses cheveux, enfouit son visage dans son cou, sa joue de velours contre sa gorge chaude. Il la pressait fort, et doucement à la fois, manifestant là un besoin ardent, une tristesse lancinante et un soulagement puissant. Ses propres mains l'étreignirent avec fermeté, ce simple geste valant toutes les promesses.

*Avoue que tu as tout fait pour que je vienne, après toutes tes cachotteries en Outreterre ?*
*Ai-je quoi que ce soit à avouer ? Pour que je dusse me confesser, eut-il fallut que je regrette d'avoir manigancé quoi que ce soit* répondit, malicieuse, l'Impératrice.

Ils reprirent finalement une discussion plus traditionnelle. Max avait l'air quelque peu mal à l'aise quand à la visible excitation qui rendait le sourire de la demi-drow encore plus ambivalent.

« J’espère que tes plumes ne viennent pas de l’aigle que je t’ai envoyé » dit-il d’un ton espiègle.

Elle fit mine de se pourlécher les babines mais lui envoya une vague d'apaisement. Il ne lui serait jamais venu à l'idée de porter atteinte au porteur d'un message si attendu.

« Laisse donc mon titre à Sil’Arn, Majesté. Quand à mes blessures… »

Tandis qu'il scandait, appelant la magie, des marques familières illuminèrent son bras. Myad n'en perdit pas une miette. Elle ne les avaient jamais vues ailleurs que sur cette peau musculeuse, quand le Dragonnier avait été près de mourir. Les cicatrices apparurent effectivement. Elle étaient impressionnantes, mais elle s'y était attendue. L'auteur de ces blessures ayant privé Abysse et Max de leurs sens, un à un, petit à petit, ne les avait pas aidés à tuer cette monstrueuse créature.

« Elles sont belles et bien là. Juste une petite illusion qui les masquent ; Je pensais que ce serait un peu ‘’mieux’’ avant d’entrer dans ton palais. Et comment allez-vous depuis l’épopée d’Outreterre ? Le temps passe vite quand même… Au fait, pourquoi être partis aussi loin ? »

Le désagréable souvenir de son frère baignant dans son sang avait durci, flouté le regard de la septuagénaire. Elle cligna des yeux, retrouva son sourire. Ce n'était qu'un souvenir. Il était en excellente forme, à présent.

« - Je suis revenue de l'Outreterre avec des blessures nombreuses mais plus faciles à guérir et à faire disparaître. On peut toujours deviner le dessin de la toile autour de mes poignets jusqu'à mes doigts, et peut-être distinguer sur ma paume le trou du carreau d'arbalète. Rien de bien méchant. »

Sa dernière altercation forcée avec Marek l'avait ornée d'une balafre en forme de X assez horrible. Il n'était pas nécessaire de lui en affubler d'autres, songea-t-elle avec humour.

« - En vérité, Max, si nous sommes venus ici, c'est parce qu'un événement se prépare. Tu te doutes sûrement de quelque chose. Si, si, je le vois. Un pressentiment. Une impression qui te démange. Ne t'inquiète pas, mon ami, je ne vole pas tes pensées. Tes prédécesseurs ont également eu ce pressentiment. Ils avaient peur, eux aussi, même s'ils ignoraient de quoi. »

Elle tapota le coffre d'une main. Splendide ouvrage drow sculpté pour représenter des forces de la nature – éléments et créatures – se combattant férocement.

« - Là-dedans, il y a quelqu'un qui t'attend. Une... Personne qui t'a choisi pour être son prochain porteur. Son binôme, son compagnon, son représentant. Comme moi, à ma naissance. Comme Marek, Charlie ou Liv avant toi. Ils vous attendaient tous depuis la mort de leur précédent Gardien. » Myad tâchait d'apparaître sérieuse et rassurante. Mais elle tenait à ce qu'il comprenne à sa voix qu'elle ne plaisantait pas. « Je suis la Gardienne du Bien et du Mal, de la Vie et de la Mort. Leur magie découle de moi, je porte leur origine dans ce pendentif. Comprends-tu ? On m'appelle Ayahantê. Tu es des nôtres, Max, et tu seras le dernier élu à être révélé. »

Sa main ouvrit le coffre tandis que l'autre le tendait devant elle. L'air se fit plus lourd... Plus froid. Plus chaud tout à coup. Le vent tomba. Les herbes frémirent, tremblaient, le sous sol gronda doucement... Pourtant... Ni brise, ni nuages... Le temps semblait s'être arrêté. Myad et les dragons perçurent en plein cœur la pulsation magique – puissance primaire – émaner de la pierre précieuse. L'émeraude brillait de mille feux verts. Yenlui frôla Athorn du museau, attirant son attention avant de lui suggérer :

*Envole-toi. Dès que Max aura pris la pierre, j'attraperai Myad au vol. Mais sur terre il ne faudra pas nous attarder.*



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Ven 25 Jan 2013 - 19:54


Le dragon centenaire ronronna de joie de revoir son ami. La compagnie avec ses congénères de race lui creusait un certain manque dans son cœur. Le désert n’était pas fait pour faire de nouvelles rencontres, c’était une certitude.

*Sois remercié de tes souhaits ! Delva et moi avons grand hâte d'assister à leur éclosion. Nous ne manquerons pas de vous présenter les petits monstres une fois qu'ils auront montré le bout de leur museau !*
Le lézard d’émeraude baissa la tête en signe de remerciement et promis qu’il serait présent le moment venu avant de continuer de parler de tout et de rien.

Après que les deux dragonniers mêlaient toutes sortes de sentiments plus ou moins contradictoires, Max la jaugea du regard. Elle n’avait pas pris une ride et malgré son masque de bonheur, elle avait l’air assez fatigué. En même temps, qui pouvait se vanter d’être en toute circonstance dans une forme à toute épreuve en dirigeant un vaste empire ? Même un Ombre ne le pouvait car les dures lois de la vie avaient toujours le dessus.

*Ai-je quoi que ce soit à avouer ? Pour que je dusse me confesser, eut-il fallut que je regrette d'avoir manigancé quoi que ce soit*

Il lui envoya une vague de joie en guise de réponse. Ces retrouvailles n’avaient pas besoin de mots, Max semblait pouvoir tout lui dire rien que par son attitude, ses mots, son visage. Cela faisait une éternité qu’il n’avait pas ressentit autant de bien-être dans ce monde où, malgré ce que l’on pouvait entendre, la mesquinerie et les coups dans le dos étaient monnaie courante.
Myad semblait encore plus enthousiaste que le général et très à l’aise, comme s’ils se connaissaient depuis des décennies ; Chose qui déstabilisait un tant soit peu l’homme. Après tout, il ne s’étaient vu qu’une fois, dans le royaume des Drows. Certes tout le groupe a vécu des choses très fortes en émotions…Mais il mettait un frein, encore une fois.
Mais son visage pourtant si radieux en cet un instant prit pour un court moment une expression de profonde inquiétude lorsque Max mit à nue ses marques de bataille drow. Il lui prit ses petites mains sombres et les caressa du bout des pouces en plongeant son regard de glace dans les yeux sanglants de l’impératrice tout en lui chuchotant.


« C’est fini, d’accord ? »

Elle se ressaisit aussi vite que son égard était apparut et donna son propre constat.
« - Je suis revenue de l'Outreterre avec des blessures nombreuses mais plus faciles à guérir et à faire disparaître. On peut toujours deviner le dessin de la toile autour de mes poignets jusqu'à mes doigts, et peut-être distinguer sur ma paume le trou du carreau d'arbalète. Rien de bien méchant. »

Max regardait ses traces au fur et à mesures qu’elle les désignait et se surprit même de poser un léger baiser dans la paume de main qui avait reçu le carreau d’arbalète. Cependant, il tiqua en regardant la balafre qu’elle portait et ne se souvenait pas qu’elle ait eu une blessure de ce genre dans les terres drows, mais ne fit aucune remarque dessus et passa juste ses doigts dessus, comme un aveugle qui tente de mettre en forme un visage dans son esprit.
Mais comme tout moment de retrouvailles, la fin arriva un peu trop tôt au goût du rôdeur. Le général attendait des réponses, mais il ne pensait pas que Myad mettrait les deux pieds dedans aussi vite.


- En vérité, Max, si nous sommes venus ici, c'est parce qu'un événement se prépare. Tu te doutes sûrement de quelque chose. Si, si, je le vois. Un pressentiment. Une impression qui te démange. Ne t'inquiète pas, mon ami, je ne vole pas tes pensées. Tes prédécesseurs ont également eu ce pressentiment. Ils avaient peur, eux aussi, même s'ils ignoraient de quoi. »

Que…quoi ? Quel événement ? Quels prédécesseurs et de quoi ? L’homme des Crêtes attendait ce moment avec impatience et savait qu’il comprendrait tout, mais c’était tout le contraire pour l’instant !
Elle lui présenta le coffre en bois qu’Athorn lui avait fait remarquer dans le ciel. Il était étonnamment surprit par les détails qui y avait été gravé et jalousait sincèrement ce maître sculpteur.


« - Là-dedans, il y a quelqu'un qui t'attend. Une... Personne qui t'a choisi pour être son prochain porteur. Son binôme, son compagnon, son représentant. »

L’impératrice faisait fit d’un sérieux implacable, ce qui ne le rassurait en rien. Comment une personne pouvait l’attendre dans une si petite boîte ? Certes il se doutait que la magie jouait son rôle et qu’un esprit devait certainement se trouvait à l’intérieur, mais il était hors de question d’accueillir un esprit dans sa tête. Son père l’avait assez malmené pendant des années de cetet façon, et Athorn avait été impuissant face à ce phénomène.

« Comme moi, à ma naissance. Comme Marek, Charlie ou Liv avant toi. Ils vous attendaient tous depuis la mort de leur précédent Gardien. »
Max savait que Marek serait dans leur conversation après l’avoir rencontré dans les Crêtes… Il avait été tout aussi mystérieux que la drow. Mais c’était quoi cette histoire de Gardien ? Pourquoi Charlie était dans le lot ? Qui était cette mystérieuse Liv ?
« Je suis la Gardienne du Bien et du Mal, de la Vie et de la Mort. Leur magie découle de moi, je porte leur origine dans ce pendentif. Comprends-tu ? On m'appelle Ayahantê. Tu es des nôtres, Max, et tu seras le dernier élu à être révélé. »

Moment de réflexion intense… Le concerné partagea sa nervosité avec son compagnon de cœur et d’esprit qui était tout aussi troublé. Il déglutit avant de parvenir à décrocher quelques mots.
« Tu as l’air si sérieuse que je ne sais que penser de tout ça. Depuis quand il y a une Gardienne du Bien et du Mal ? » Il regarda le pendentif où résidait deux diamants, un noir et un blanc. L’homme songea également à sa rencontre avec Marek et sa fulgurante démonstration de sa maîtrise du feu…
« Comme tu le sais, j’ai rencontré Marek avant l’Outreterre… Il maîtrise le feu comme personne, il…était le feu… Je connais très bien Charlie et n’ait rien remarqué d’inhabituel chez lui. Et je ne connais pas Liv. Admettons qu’il y ait des Gardiens, Marek serait celui du feu, et les autres ? Et pourquoi moi ? Je suis personne… »
Il n’eut pas le temps de contester davantage l’intérêt qu’elle lui portait car Myad ouvrit ce fmeux coffret. A partir de cet instant, Max commença à croire… Un esprit résidait là-dedans. Il s’approcha pour voir et vu une pierre, une grosse émeraude. Il n’en avait jamais vu d’aussi belle, d’aussi pure ; Même celle de son sabre paraissait terne et remplit d’impuretés…
L’air s’était également alourdit, une puissance brutale et primaire s’exprimait.

« Si je prends cette pierre, qu’est ce qui va se passer concrètement ?

Athorn sentit l’esprit du dragon d’or l’effleurer et le lui ouvrit sans que Max le sache. Après tout, les affaires de dragon restent entre dragon !
*Envole-toi. Dès que Max aura pris la pierre, j'attraperai Myad au vol. Mais sur terre il ne faudra pas nous attarder.*
Le colosse vert commença à perdre de sa superbe suite à cette phrase qui était tout sauf rassurante.
*Qu’est ce qui va se passer ? Je ne veux pas le laisser seul s’il est en danger !*




Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3809
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Myad
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Jeu 31 Jan 2013 - 9:46


Max ne cria pas, ne se moqua pas, ne s'enfuit pas. Il était d'évidence très troublé, indécis et désemparé suite aux déclarations qui venaient de lui être faites. C'était somme toute prévisible, voire rassurant. Marek avait bien été le seul homme à qui la découverte de l'existence des Gardiens – et de sa nature réelle, qui plus est – n'avait fait ni chaud ni froid, au sens figuré puisqu'il avait pris plusieurs degrés en cours d'opération.

« Tu as l’air si sérieuse que je ne sais que penser de tout ça. Depuis quand il y a une Gardienne du Bien et du Mal ? » 

Myad sourit lentement. Elle attendait que sa pensée chemine correctement pour en venir à... Il baissa les yeux sur son pendentif. Le blanc opaque. Le noir abyssal. Qui avait vu pareilles pierres avant celles-ci ? Assurément il existait d'autres diamants à travers le monde, nul autre identique à ceux-ci cependant. Max ne pouvait pas ne pas faire le lien.

« - Il y a un peu plus de soixante-dix ans, il y en avait bien deux. Et puis ils se sont unis pour me donner naissance. »

Cela ne lui coûtait pas grand-chose de confesser à son futur frère une information aussi floue sur son passé et ses origines. L'Impératrice détestait parler d'elle, a fortiori de son histoire. Tant qu'à choisir, les meilleures méthodes de mise à mort, les conséquences d'une tyrannie sur l'économie d'un royaume à long terme, ou les différents types de cuir lui paraissaient des sujets plus enviables.

« Comme tu le sais, j’ai rencontré Marek avant l’Outreterre… Il maîtrise le feu comme personne, il…était le feu… Je connais très bien Charlie et n’ait rien remarqué d’inhabituel chez lui. Et je ne connais pas Liv. Admettons qu’il y ait des Gardiens, Marek serait celui du feu, et les autres ? Et pourquoi moi ? Je suis personne… » 

La septuagénaire ne lui laissa pas le temps de continuer ses questions : elle ouvrit le coffre. Dévoilant l'Emeraude...

« Si je prends cette pierre, qu’est ce qui va se passer concrètement ? 

Pendant ce temps, Yenlui pressait Athorn discrètement. Il le regardait tout en lu parlant, avec intensité mais sans agressivité. Il voulait que le dragon comprenne que c'était une nécessité.

*Qu’est ce qui va se passer ? Je ne veux pas le laisser seul s’il est en danger !* 
*Il n'arrivera rien à ton Dragonnier, je te le promets. Il ne sera pas seul, tu seras juste au-dessus de lui. En revanche si tu restes au sol, c'est toi qui seras en danger.*

Yenlui, déjà dans les airs, grogna avec insistance, juste assez fort pour que son ami l'entende. Alors le dragon et sa compagne s'exprimèrent en même temps, leurs mots et leurs pensées intimement entremêlées en une prière étrange :

*Faites-nous...*
« - … Confiance. »

Et dès qu'Athorn eut pris la voie des airs, Myad souleva brutalement le coffret, projetant l'Emeraude dans les airs, droit sur Max.
Il n'avait qu'à l'attraper... Celui qui voit une petite chose fuser sur lui a tendance à la saisir sans réfléchir.
Sauf que ce n'était pas qu'une simple petite chose : cette pierre le désirait. Elle voulait sa peau contre la sienne, son esprit en contact avec le sien. Cela faisait des siècles qu'elle l'attendait. Son nouveau compagnon – son nouveau porteur. La gemme d'un autre âge émettait des éclairs et des sifflements. L'air devint si épais et le silence si lourd que le temps parut s'arrêter.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Jeu 31 Jan 2013 - 21:06


Max était toujours troublé par ses révélations. Il ne doutait pas de la véracité de ce que l’impératrice lui dévoilait – à quoi cela lui aurait servi de tout inventer ?-, mais l’histoire était tellement peu commune, même pour un dragonnier de 130 printemps, qu’il ne savait plus quoi faire. De plus, le mutisme dont faisait preuve Myad inquiétait le général. Elle lui répondait tout le temps, pas tout le temps par de vraies réponses certes, mais il entendait sa voix dire quelque chose. Et maintenant qu’il voulait des réponses, celles qu’il attendait depuis des mois, aucuns mots ne franchissaient ses lèvres.

Il regardait, ou plutôt admirait l’émeraude logé confortablement dans le coffre. Il oublia ses questions instantanément, hypnotisé par un appel incompréhensible. Enfin pas si incompréhensible que ça… Max comprenait bien que l’esprit à l’intérieur l’appelait à lui, mais l’homme luttait pour ne pas craquer. Sa mauvaise expérience forcée avec l’esprit de son père qui l’avait malmené pendant tant d’années restait ancré dans son esprit tel un parasite sur son hôte.

Pendant ce temps, Athorn attendait lui aussi que son frère de race lui réponde. Mais il reçut avec Max un message de Yenlui et sa dragonnière, leur esprit avaient en quelque sorte fusionné en un seul et unique.


*Faites-nous...*
« - … Confiance. »

Le reptile d’émeraude gronda doucement avant de prendre son envol pour rejoindre le dragon d’or et commença à survoler son dragonnier.

*Ce n’est pas mon destin, toi seul doit découvrir ce que tu veux savoir.*

Au même moment, l’Impératrice projeta la fameuse émeraude dans les airs, pile sur Max… Le temps semblait ralentir ; Elle lui forçait plus ou moins la main. Fallait-il accepter l’inconnu ou alors retarder une chose qui l’effrayé à plus tard. Car si tel était son destin, l’éviter reviendrait uniquement à le reporter à plus tard, peut-être dans des circonstances beaucoup moins cordiales qu’au jour d’aujourd’hui…
La pierre l’appelait… Il voulait tellement savoir le pourquoi de comment. Mais il était tétanisé ! Et si cet esprit tuait le sien ? Athorn quitterait ce monde en même temps !

L’horloge tourne, l’esprit s’approche, la peur demeure…
Il ne devait pas la prendre, c’était trop risqué, trop de zones d’ombres ne s’étaient pas levé pour prendre le risque. Mais son corps en décida autrement et sa main se tendit, contrôlé par une curiosité plus forte que tout.

L’Emeraude logeait à présent dans la paume de sa main avec un scintillement loin d’être naturel qui battait au même rythme que le cœur de l’homme. L’air devenait lourd tout à coup, de la poussière s’élevait du sol comme lorsqu’on entre dans une très vieille demeure abandonnée. Max se surprit de sentir de nouvelles sensations, il sentait des mouvements résonner dans ses pieds, comme s’il était directement connecté à l’Alagaësia elle-même. Finalement, prendre cette pierre n’était pas si terrible que ça se rassura-t-il.

Mais le pauvre homme ne connaissait pas la suite… Des picotements dans tout le corps commencèrent à le démanger, et des brûlures apparaissaient dans le bras qui tenait l’Emeraude. Mais la douleur se généralisa dans tout son corps, sans exceptions. Fou de douleur, le rôdeur tomba à terre en roulant dans tous les sens, hurlant comme si des bourreaux lui arrachaient des bouts de corps petit à petit.
La torture était telle qu’il frappa de poing le sol, mais ce dernier ne reçut jamais cet insignifiant coup. Il n’y avait plus de main qui venait de tomber en grain de sable !

Max assistait, impuissant et horrifié à sa déchéance lorsque l’Emeraude se mit à briller de toutes ses facettes. Une sorte de courant de magie déferla dans son bras encore intact pour rejoindre sa tête. Il vit alors des images d’arbres millénaires qui régnaient en maître sur une forêt dont l’immensité était aujourd’hui révolue. Des montagnes s’élevaient également en toute sérénité, des volcans expulsaient leur lave plus haute que les nuages. Toutes ces images avaient l’air très anciennes et pleines d’une sagesse sans nom, d’un calme résistant à toutes épreuves…
Le général fut apaisé par ces souvenirs, cette présence…Elle était dotée d’une puissance inimaginable, attirante mais effrayante.

Max accepta finalement cet esprit à la force primitive mais lorsqu’il ouvrit les yeux, tout son corps s’évapora sous forme de sable pour intégrer les entrailles de la colline. La douleur revenait, le processus devait se terminer là où il a débuté, la toute première fois. L’homme se voyait en position fœtale, son visage reflétait parfaitement les meurtrissures que subissait son pauvre corps d’humain. Au bout d’un temps qui lui parurent des jours -quelques heures seulement-, le dragonnier se sentit aspirer à la surface du sol. Au même moment, l’Emeraude scintilla de plus belle et déversa dans son corps une quantité impressionnante de magie, de puissance à l’état pure. Mais il ne savait pas comment maîtriser un tel flot dont l’essence même lui était parfaitement inconnue !
Alors il libéra toute cette énergie d’un coup, il ne pouvait tenir plus longtemps.

¤¤¤¤¤

Dehors, Athorn se rongeait les sangs d’avoir assisté à la disparition de son compagnon de cœur. Il avait disparu depuis plusieurs heures et il sentait que son esprit avait subi un grand changement… Mais il était toujours là, il le sentait. Il envoya une vague de frustration à Yenlui qui tentait tant bien que mal depuis le début à le rassurer lorsque… La colline qui avait avalé sa moitié de vie explosa sans crier gare ! Même le plus puissant des ombres ne pouvait faire exploser une telle colline sans y laisser la vie.
Des bouts de rochers volaient en tous sens et les dragons durent faire preuves d’acrobaties virevoltantes pour ne pas se faire écraser pas cette pluie terrestre. Une fois terminé, un épais nuage de terre enveloppait la zone sinistrée, même un dragon ne pouvait perçait ce voile mais le dragon d’émeraude piqua à l’intérieur pour chercher son dragonnier. Le reptile tourna en rond de nombreuses minutes avant qu’il puisse voir correctement, et il le trouva, au centre de ce qui restait de la colline. Il était nu, seul son pantalon –qui ressemblait désormais à un pagne- n’était pas complètement partie en fumée. Le général était sonné mais conscient et se releva tant bien que mal en tournant sur lui-même, les yeux comme deux grosses billes. C’était lui qui avait fait ça ?

Vu du ciel, Myad pouvait voir un immense cratère qui avait des chances de devenir un nouveau lac de l’Alagaësia si les ruisseaux aux alentours étaient assez grands pour l’alimenter. Mais cela pourrait prendre du temps si la nature ne se faisait pas aider.
L’impératrice descendit finalement auprès de son désormais frère. Ce dernier tenait vigoureusement l’Emeraude qui était sienne, et il lui lança.


« Qui suis-je maintenant ? »




Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3809
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Myad
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Lun 11 Fév 2013 - 12:28


Si Athorn ne se remettait pas au conseil de Yenlui, il allait en payer le prix. Et cela le dragon ne pouvait s'y résoudre. Il n'était pas en mesure de le rassurer puisque lui-même n'avait que de vagues idées sur la manière dont les choses étaient capables de se paser. Point de certitudes, car comme Myad l'avait trois fois constaté, chaque révélation est propre à la personne qu'elle concerne, et à la nature de son élément au-delà. Et de ses idées floues, il était hors de question qu'il en communique quoi que ce soit. L'instinct de protection et le courage des reptiles légendaires n'étaient pas à prendre à la légère ; s'il prenait conscience du danger que courrait son bipède, nul doute qu'il n'hésiterait à l'arracher à son destin pour toujours. Et s'il y a une chose que l'on ne peut fuir sans en souffrir, c'est sa destinée.

Athorn émit un grognement grave en guise de résignation puis prit son envol à la suite de Yenlui. Celui-ci lui adressa une pluie d'émotion, entre reconnaissance, soulagement et encouragement. Il était heureux d'avoir sa confiance.

De son côté, Myad força un peu la chance. En la provoquant d'une poussée, elle obtint ce qu'elle désirait. D'abord surpris, puis troublé, Max se laissa convaincre par la fascination qui le submergeait. Il saisit l'Emeraude au vol. Ses doigts paraissaient trop fragiles autour de si puissante gemme ; la pierre brillait par intermittence de ses éclats complexes, tantôt d'une paleur de jeune pousse, tantôt aussi sombre que l'écorce d'une souche moisie. Ayahantê ne doutait pas que dans une infime fraction de seconde, l'air déjà suffocant, la terre déjà frémissante et l'écrasant poids de la magie brute compromettraient ses chances de survie... Une bourrasque souleva ses cheveux, les plaquant contre son visage. Un instant plus tard, Yenlui la saisissait adroitement entre ses mâchoires pour la soulever de terre. Juste à temps. La transformation du corps du Gardien commençait.

Max hurlait de douleur - la Gardienne ne pouvait que compatir. Elle le vit frapper le sol, en vain, car sa main s'était dissoute en sable clair. Yenlui tournait en larges cercles au-dessus de sa position, intrigué mais aussi inquiet, car des troubles venant du sol pouvaient atteindre même des cibles aériennes... Tandis que sa Dragonnière contemplait le spectacle unique qui leur était offert, le fils d'Arget surveillait toute menace potentielle.

Qu'est-ce que l'Emeraude allait montrer, suggérer à la mémoire et à la conscience de son nouvel élu ? Aurait-elle des tendances agressives, extatiques comme l'Améthyste ? Serait-elle aussi fusionnelle que le Rubis l'était avec Marek ? Se montrerait-elle aussi mystérieuse que le Saphir lorsqu'il emporta Liv en son sein ? Quoi qu'il en adviendrait, ils le sauraient bien assez tôt. Pour le moment, les deux dragons et la Gardienne Absolue retenaient leur respiration, car Max... Et bien, Max s'était décomposé sous forme de poussière... Disparaissant sous leurs yeux ébahis.

Ils attendirent. Tournèrent en rond. Sondèrent la terre pour y vérifier la présence - inextinguible, inexplicable, indéfinissable - du rôdeur. Ils ne pensaient pas patienter si longtemps... Ils ne pensaient pas qu'il réapparaîtrait de telle façon non plus. Yenlui tâchait d'apaiser Athorn, dont il comprenait la douleur même s'il était également impuissant, lorsqu'une explosion sans nom les tira de leurs pensées. Le dragon d'or prit aussitôt de l'altitude, effaré par la quantité de rocs, de terre, d'argile et de débris végétaux qui fonçaient doit vers le firmament. Myad, elle, souriait de toutes ses dents, les yeux luisants. Elle n'avait que faire de ces projectiles. Ce qui l'intéressait, ce qui la transcendait, c'était celui qui les avait fait naître : son dernier frère était né.

Un cratère... Cela rappela certains souvenirs, peu agréables, à celle qui en avait causé certains à travers l'Alagaesia. Myad les chassa rapidement. A la seconde où elle descendit du dos de Yenlui, qui soufflait autour de lui pour évacuer les résidus de minéraux pulvérisés, elle n'y pendait déjà plus.

« Qui suis-je maintenant ? »
« - Un peu plus qu'un homme. Ou un peu moins qu'un monstre, cela dépend du point de vue. »

Elle lui sourit affectueusement. Quoique le Gardien était encore frémissant des émotions et modifications subies, il avait retrouvé son calme. Elle pouvait lui donner des explications à présent que les phénomènes spontanés avaient eu lieu. Force lui était de constater que l'Impératrice ne lui avait pas menti, et qu'il lui serait très utile de l'écouter. Charlie avait longtemps lutté contre la vérité. Ce n'était finalement qu'une fois vaincu par la Source Originelle qu'il s'était laisser informer.

« - Cela fait des siècles et des siècles qu'il n'y a pas eu de Gardien de la Terre, reprit-elle en s'approchant. Mon père a pourtant pu me communiquer les quelques avantages physiques que tu tireras de cette... Transformation spirituelle. »

La demi-drow lui asséna un coup de poing fermé, point destiné à lui faire mal mais plutôt à attirer son attention sur sa clavicule, là où elle avait maintenant ses doigts repliés.

« - Tes os seront de diamant. Et ta chair... » Sa paume, la pulpe de ses doigts chatouillèrent son torse, sur la gauche. « Ta chair sera plus résistance que celle des autres humains. »

Espiègle, la Dragonnière lui fit un clin d'oeil avant de trottiner en arrière, vers Yenlui, sur qui elle bondit. Saisissant la gueule par le nez, elle se balança pour prendre de l'élan avant de se projeter gracieusement sur la nuque de celui-ci. D'abord accroupie, elle s'y étendit, menton posé sur ses bras croisés.

« - Te souviens-tu du jour où tu es devenu Dragonnier ? On te donne un nouveau nom, tu as de nouvelles charges, un nouvel esprit pour t'accompagner dans ta solitude. Des amis, des ennemis apparaissent. On te regarde différemment. Toi-même, tu ne te vois plus de la même façon. Il en est de même lorsque l'on devient Gardien : on obtient une famille. On se fait des rivaux, des jaloux. On attise les curiosités, en dépit de nos efforts pour rester discrets. » Elle grimaça à cette pensée. « Mao, la Source Originelle de la Terre, est l'origine de toute magie terrestre. C'est de toi qu'elle découlera. Tu es une fontaine, lui permettant de se déverser sur le monde. Tu devras réguler son flux si cela s'avère nécessaire ; tu devras te battre pour qu'elle ne déborde ni ne tarisse jamais. Bonjour, mon frère ! M'Ehiatê Mao est ton nouveau titre ! » Elle fit mine de s'incliner puis éclata de rire.

*Voilà une chose à laquelle vous ne devriez pas vous attendre* s'amusa Yenlui.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Lun 18 Fév 2013 - 20:48


Max reprenait peu à peu ses esprits bien que la douleur subsistait dans tout son corps. Quelqu’un était désormais en lui…. Encore une fois se surprit-il de penser.

- Un peu plus qu'un homme. Ou un peu moins qu'un monstre, cela dépend du point de vue. Cela fait des siècles et des siècles qu'il n'y a pas eu de Gardien de la Terre, expliqua-t-elle tout en s’approchant de l’homme. Mon père a pourtant pu me communiquer les quelques avantages physiques que tu tireras… »

La suite de sa phrase fut remplacée par un coup de poing que le rôdeur n’avait même pas vu venir. Son esprit était encore dans les brumes éternelles de l’esprit de l’Emeraude. Il grimaça lorsqu’il se reçut le coup. Max ne voyait pas quel avantage il venait de tirer car ses os lui faisaient encore un mal de chien.

-Tes os seront de diamant. Et ta chair... sera plus résistance que celle des autres humains.
La tête que fit le général à ce moment-là devait plus ressembler à un Kull apprenant qu’il ne tuerait plus jamais qu’autre chose. Des os en diamants et une chair renforcée ? Il ne pouvait comprendre comment ce phénomène était possible ; Mais au vu de ce qu’il venait d’apprendre en si peu de temps, il accepta l’idée.
L’homme frissonna lorsque les doigts de l’impératrice parcoururent son torse ; Elle lui faisait toujours un drôle d’effet, qu’il comprenait un peu mieux à présent. Myad lui expliqua qui était cet esprit, l’aura qu’il dégagerait désormais malgré l’anonymat qu’il gardera, et même un nouveau nom.


- M'Ehiatê Mao est ton nouveau titre !

Bon… Et bien encore un nom à retenir, et pas le plus simple par-dessus le marché ! Le rôdeur lui afficha un grand sourire avant de monter sur Athorn.

« Et sinon, quel sera mon rôle dans tout ça ? Car un ménage à trois dans ma tête, ça va déjà ne pas être de la tarte, si en plus je ne sais pas quoi faire. Il faudra que je fasse pousser des arbres ? » Demanda-t-il d’un ton taquin.

*Voilà une chose à laquelle vous ne devriez pas vous attendre* Ricana Yenlui.
*Pas le moins du monde non, mais je reste toutefois alerte. Un esprit aussi puissant dans un si petit corps…*

Le grondement d’Athorn indiquait qu’il était tout simplement en train de se moquer de son dragonnier. Max redoutait le départ de sa sœur ; Seul avec de nouvelles responsabilités et un esprit qui vient d’élire sa tête comme une nouvelle maison ; Ca change quelque chose mine de rien.

(HRPG :Pouah le manque d'inspiration... Semaine chargé ça me déprime d'avance. Désolé pour la qualité médiocre..)






Dernière édition par Max le Dim 24 Fév 2013 - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 3809
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Myad
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Mer 20 Fév 2013 - 11:00


[De toute façon tu n'avais plus grand-chose à dire Razz on va pouvoir clore le Rp pour que tu puisses passer à la suite ! On s'en refera un plus tard dans le temps, promis]

Max se remettait doucement de ses émotions. Il arborait une expression d'amusement, de trouble et d'incrédulité entremêlées. Les deux Dragonniers souriaient comme si leur gaieté allait durer éternellement. Ce jour était merveilleux. Un nouvel élément de cette sublime fresque qu'est la lutte contre le Chaos. Un nouveau frère à aimer – le dernier à accueillir, espéra-t-elle. La mort d'un des Gardiens entraînant la désignation d'un autre être elle souhaitait ardemment qu'ils ne meurent, sinon pas, au moins dans longtemps. Myad chassa rapidement ces pensées qui n'avaient rien à faire dans sa tête en pareille occasion.

« Et sinon, quel sera mon rôle dans tout ça ? Car un ménage à trois dans ma tête, ça va déjà ne pas être de la tarte, si en plus je ne sais pas quoi faire. Il faudra que je fasse pousser des arbres ? »

Yenlui émit un grognement saccadé en guise de rire, ce son particulier jaillissant en même temps que celui, clair et mélodieux, de la créature couchée sur sa tête. Ils imaginaient bien Max, suivis par un couple nu aux yeux écarquillés, faire pousser des arbres qu'il appellerait Connaissance et Vérité. Le reptile volant était d'une excellente humeur, au diapason de sa Dragonnière. Ces moments de joie intense s'étaient raréfiés avec les années ; les trahisons, les devoirs, les imprévus et les catastrophes naturelles pesant lourdement sur le moral du duo impérial. Ils faisaient face avec une rare détermination, patients jusque dans le châtiment, conscients que des jours meilleurs étaient à venir. Et grâce à Max, ils en devinaient d'autres encore, à ses côtés.

*Pas le moins du monde non, mais je reste toutefois alerte. Un esprit aussi puissant dans un si petit corps…*

Les dragons se gaussèrent de concert. Myad, cette fois, sourit de façon compatissante. Elle comprenait ce que devait ressentir Max, bien qu'elle n'ait pas eu à vivre ce traumatisme. Là était l'avantage de naître possédé.

« - Et que devrais-je dire, moi qui suis quatre dans ma tête ? » La jeune femme tapota familièrement les deux Diamants, qui luisaient selon le même rythme que l'Emeraude, telle une discussion secrète. « Vois Athorn comme un voisinage actif et Mao, passif. Si ton ami te communique constamment ses sentiments, ses perceptions, ses impressions, ce n'est pas le cas de la gemme. Tu sentiras sa présence, ce nouveau cœur battre en-dehors de ta poitrine, mais cela sera diffus. Discret. Presque menaçant, quand on y réfléchit. » La Gardienne fit une grimace d'excuse. Elle voulait que Max sache qu'en dépit de son assurance, elle aussi avait eu peur de ce pouvoir incommensurable. Très longtemps. « L'Emeraude est lovée dans ton inconscient, cette partie de toi qui ne s'exprime qu'à travers des rêves ou des hallucinations, par exemple. Si tu t'évanouis, si tu perds la raison – de colère, de tristesse – c'est Mao qui prendra le contrôle de ton corps. Elle te protégera des autres... Et de toi-même. C'est ce qu'on appelle l'incarnation. Un processus très rare et très dangereux pour ceux qui l'amènent à se déclencher. »

Yenlui s'ébroua, quelque peu mal à l'aise. Il savait que Myad avait fini par digérer les centaines de mort que ses incarnations avaient entraînées, les années durcissant sa douleur pour la fossiliser. Elle n'oublierait jamais ce qu'elle avait fait, mais elle avait fini par accepter qu'elle n'en était pas responsable. Les drows l'y avaient poussé. Ils lui avaient fait du mal. Ils n'avaient eu que ce qu'ils désiraient, même si le prix à payer – les vies d'innocents – était par trop élevé. Après quelques instants de silence méditatif, l'Impératrice reprit la parole.

« - Tu as énormément de choses à apprendre, sur nous, sur la Source Originelle et sur toi-même. Je n'ai malheureusement pas le temps de tout te dire maintenant. Va voir Marek, notre frère commun. Il a été le second après moi à s'être révélé : depuis plusieurs années que nous nous côtoyons, j'ai pu lui enseigner beaucoup. Et mon père... » Ses pupilles s'étrécirent légèrement, avant de reprendre leur forme originelle, comme par enchantement. « … Avait passé du temps avec lui, ainsi qu'avec Charlie, dans le but de les aider à se connaître, à se contrôler. J'aurais aimé qu'il soit là pour accompagner Lise et toi comme il l'a fait avec les autres, mais il est mort avant d'apprendre que je vous avais trouvés. » Une certaine tristesse perlait dans la voix de la Gardienne, qu'elle ne pouvait complètement dissimuler. « Tous les Gardiens ont été révélés. Nous sommes cinq, liés par notre force, notre histoire, notre fardeau. Tu es M'Ehiatê Mao, je suis Ayahantê. A partir d'aujourd'hui et jusqu'à la fin des temps, tu devras me supporter ! »

Elle rit de nouveau, toute mélancolie disparue.

*Petite chose... Nous devrions nous en aller. On va se poser des questions là-bas...*

« - Yenlui a tristement raison, notre absence ne doit pas se faire remarquer. Nous allons devoir... Vous quitter. »

Déjà. Déjà. Déjà. Le dragon tendit le cou afin de toucher la gueule d'Athorn, qu'il mordilla, joueur et affectueux à la fois. Myad en profita pour se jeter dans les bras de son ami, avec la fougue qu'on lui connaissait.

« - Au revoir, petit frère. Vous nous manquerez beaucoup. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 6806
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Max
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] | Lun 25 Mar 2013 - 19:58


Le général sourit légèrement lorsque les reptiles se mirent à rire de lui. Dans un sens, Athorn n’avait pas totalement tort : Une magie aussi brute pouvait devenir à tout moment incontrôlable mais il sentait au plus profond de lui-même que le jour où cette dernière déferlera était loin d’arriver.

Quelques minutes passèrent avant que Myad répondit. Max en avait profité pour regarder les alentours et se rendit compte des dégâts qu’avait causé son incarnation ; Quelques personnes ont forcément dues apercevoir l’explosion en directe avant de partir prier un dieu quelconque pour que la fin du monde ne les touche pas.


- Et que devrais-je dire, moi qui suis quatre dans ma tête ? » La drow montra les deux Diamants, qui luisaient au même rythme que l'Emeraude. « Vois Athorn comme un voisinage actif et Mao, passif. Si ton ami te communique constamment ses sentiments, ses perceptions, ses impressions, ce n'est pas le cas de la gemme. Tu sentiras sa présence, ce nouveau cœur battre en-dehors de ta poitrine, mais cela sera diffus. Discret. Presque menaçant, quand on y réfléchit. L’impératrice fit une pause gênée, comme si elle venait de dire quelque chose qui aurait pu effrayer le rôdeur. Cela aurait été vrai il y a quelques heures, mais vu les derniers évènements, il n’était plus à ça prêt. L'Emeraude est lovée dans ton inconscient, cette partie de toi qui ne s'exprime qu'à travers des rêves ou des hallucinations, par exemple. Si tu t'évanouis, si tu perds la raison – de colère, de tristesse – c'est Mao qui prendra le contrôle de ton corps. Elle te protégera des autres... Et de toi-même. C'est ce qu'on appelle l'incarnation. Un processus très rare et très dangereux pour ceux qui l'amènent à se déclencher. »

Max réfléchissait à ce que pouvait donner une incarnation pour protéger le Gardien et rien que d’y penser, des frissons parcoururent le corps du nouveau né. La puissance brute qu’il ressentait au fond de son esprit était tout aussi bien fascinante qu’effrayante.

Myad lui expliqua ensuite le parcours de Marek et Charlie avec feu son père qui ne pouvait plus enseigner aux nouveaux révélés leur rôle avec pédagogie. Cependant elle lui proposa de se tourner vers le Gardien du feu pour obtenir plus de précisions afin de mieux comprendre ce que le rôdeur aurait à faire, et à ne pas faire.

Peu après, le dragon d’or émit un grognement avant de leur annoncer que leur absence près du trône n’avait que trop duré. Yenlui s’approcha affectueusement d’Athorn qui la lui rendit avec plaisir, tout en rognant quand même de déplaisir d’être seul à nouveau.
Quant au général, il serra dans ses bras la Gardienne Absolue qui n’avait pas hésité une seule seconde pour s’élancer.


- Au revoir, petit frère. Vous nous manquerez beaucoup. »Souffla-t-elle.
Le concerné lui envoya une vague pleine d’amour avant de lui répondre.


- Vous aussi… Mais ne parle pas comme si on n’allait jamais se revoir. Je préfère les "A bientôt".

Il l’embrassa sur le front avant de grimper sur la montagne d’émeraude qui s’élança avec grâce dans le ciel aussi pur qu’un saphir. Le reptile lâcha un dernier cri mêlé de flamme à son amis quadripède et ils partirent dans l’immensité jaune qu’est le désert.




Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Prendre racine [PV Myad et Max] |


Revenir en haut Aller en bas

Prendre racine [PV Myad et Max]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Dras Léona-
Ouvrir la Popote