AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Une course contre la montre [Ynae]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15514
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Une course contre la montre [Ynae] | Sam 6 Juil 2013 - 13:13


Le soleil était à son zénith lorsque je passai la porte nord d’Urû’baen d’un pas énergique. Les gardes me regardèrent sans me voir, au milieu des paysans et des marchands. Il faut dire que l’entrée de la ville était un sacré foutoir, baignée par les cris des gens qui s’interpellaient et se disputaient, les meuglements et les hennissement, il y avait même une caravane de bohémiens entrain d’essayer de monter un spectacle sur la place malgré la maréchaussée qui tentait de les virer de là.
Ils ne firent donc pas attention à ce grand type maigre enveloppé dans sa cape de voyage,  malgré la  poignée de sabre qui dépassait de son dos (de toute façon, tout le monde se baladait avec une arme sur lui en Alagaësia), et cela me convenait très bien, parce que ce grand type c’était moi.
Une fois à l’intérieur, au milieu de l’activité effervescente de l’entrée de la ville – et encore, c’était loin d’être la plus passante – je me rendis compte d’un détail qui m’avait échappé jusque là : je n’avais aucune idée de qui était la personne que je cherchais.
« Demandez Gharin », m’avait simplement dit Swan dans cette clairière du Du Weldenvarden. Et puis elle avait disparu, sans donner plus de précisions. Voilà. Ça me faisait une belle jambe...
Trouver Gharin, en apprendre plus sur ce que cette Swan me voulait, et puis rentrer à Ellesméra et retrouver Ellenwen, probablement.

-Bon, par où commencer ? marmonnai-je pour moi-même.

Je poussai un soupir désespéré, et entrai dans un boui-boui, au hasard, « Le bonjour mon brave, vous auriez pas entendu parler d’un certain Gharin par hasard ? ».
Mais le brave tenancier n’en avait pas entendu parler. Quand je commençai à lui demander s’il s’était passé des trucs étranges, dans la ville, récemment – une intuition, après tout je traquais une guilde d’illuminés qui essayaient de remmener les morts à la vie, c’est le genre d’expérience qui peut rapidement faire parler d’elle – il est même devenu un peu moins brave, et un peu plus patibulaire.
J’étais donc ressorti sans demander mon reste, peu désireux d’attirer l’attention sur moi.  Je tentai ainsi ma chance dans deux ou trois autres gargotes et tavernes, demandai à quelques gamins des rues des renseignements en échange de quelques piécettes, mais sans jamais y gagner quoi que ce soit à part des pérégrinations inutiles quand un des gosses décidait de m’arnaquer.
Le soleil était bas sur l’horizon quand, revenu à mon point de départ à la porte nord de la ville, je posai mes fesses sur la margelle d’une fontaine. J’avais assez d’argent pour passer la nuit ici, et même tout le mois à venir, sauf que j’avais autre chose à faire que jouer au chat et à la souris avec un inconnu au nom bizarre loin de chez moi.
J’avisai un gamin sur la place, qui semblait aussi désœuvré que moi. Un autre gosse des rues, certainement, qui allait m’envoyer au diable après m’avoir soutiré un peu de mon argent. J’avais essayé, après m’être fait avoir une fois, de dire aux gosses que je payais de me montrer le chemin plutôt que de me l’indiquer, mais le petit salopard m’avait entraîné dans un recoin sombre pour me détrousser avec d’autres va-nu-pieds.
Je me levai néanmoins pour m’approcher de l’adolescent aux cheveux rouges. Ce serait mon dernier essai de la journée, si lui aussi n’avait rien à me dire, j’irais trouver l’administration locale, et essaierais de leur soutirer les informations qui m’intéressaient.

-Hep gamin, je l’appelai. Hey !

Il devait avoir quinze ou seize ans, guère plus, avec l’air de quelqu’un qui veut paraître plus vieux qu’il ne l’est, des anneaux perçaient ses oreilles et il portait une arme. En plus, il essayait de se donner un air pas commode qui ne collait pas du tout au personnage.

-Tu connais un petit peu la ville ? Je cherche un dénommé Gharin, t’aurais pas entendu parler de lui par hasard ? Ou même d’événements... euh... inhabituels, style des cadavres qui se baladent dans les rues, ou des explosions inexpliquées ?

Voilà une entrée en matière qui manquait de finesse, mais j’en avais assez de perdre mon temps. En plus, même si à ce moment là je ne le savais pas encore, le temps m’était compté.



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 4
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Ynae
Message Sujet: Re: Une course contre la montre [Ynae] | Dim 7 Juil 2013 - 22:07



Uru’Baen, une des entrées de la ville. Quelque part dans l’après-midi.
- Excusez-moi monsieur, je cherche à me joindre à une caravane partant de la ville pour voyager.
Le caravanier s’arrêta dans la vérification de ses chargements pour détailler celui qui l’avait interrompu. Pas grand, cheveux rouges, quelques piercings, et il essayait visiblement de se faire passer pour plus grand qu’il n’était. Le caravanier répondit d’un ton neutre, au cas où le gamin avait de l’argent, même si ça ne l’enchantait pas trop d’avoir des personnes inutiles dans sa caravane.
- T’as de quoi payer ?
- Je n’ai pas assez, mais je peux vous louer mes services pour vous défendre sur les routes. Je suis mercenaire et je me débrouille très bien avec une épée.
Sur quoi le caravanier éclata de rire.
- C’est la meilleure ! Un gars aussi jeune et petit que toi, mercenaire ? Aller, retourne chez ta m…
L’homme fut interrompu par un coup de poing fort et précis qui manqua son nez de peu, mais le laissa sonné quelques instants. Entendant du grabuge, les deux hommes de main qu’il avait déjà engagés vinrent voir ce qu’il se passait, pour trouver Ynae - car c’était lui – prêt à frapper de nouveau leur chef. En les apercevant, le jeune homme hésita quelques instants mais ne tarda pas à prendre la fuite après avoir foudroyés les deux gorilles du regard, avant que quiconque ne se lance à sa poursuite. Il ne tenait pas à se faire rattraper mais de toute façon, il connaissait suffisamment le coin pour savoir comment semer des poursuivants.

C’était la quatrième fois de la journée qu’il se faisait refuser par les caravanes de la sorte, pour les mêmes raisons : trop jeune, trop petit. Et bien sûr, plutôt que d’essayer d’argumenter, Ynae faisait bien comprendre aux caravaniers que non, il n’était pas trop petit, de façon musclée. Forcément, pour ne pas avoir plus d’ennuis, il s’éclipsait rapidement du coin à chaque fois, et devait traverser la vile pour trouver d’autres personnes qui pourraient potentiellement le prendre. Pour ne rien arranger, il évitait soigneusement le coin de son ancienne bande de mercenaire car il ne tenait pas à être retrouvé, ou il allait passer un très mauvais quart d’heure. Tout cela réduisait considérablement son rayon de recherche et l'ennuyait pas mal.

Ne sachant trop que faire, il décida après un moment de réflexion de tenter sa chance à une des portes auxquelles il n'était pas encore allé, et d’aviser après ce qu’il ferait car le jour ne tarderait alors pas à tomber. Arrivé aux portes nord de la ville, le jeune homme s’assit sur un banc quelconque en soupirant, pour observer les passants. Il cherchait d’autres voyageurs, caravaniers ou n’importe qui qui pourrait l’aider à atteindre une autre ville car il ne se sentait pas de faire le voyage seul, à pied. Son principal espoir était d’arriver à se faire engager comme ce qu’il était, un mercenaire, mais c’était plutôt mal parti. Pourtant, il était plutôt doué !


* Bon, faut que j’arrête de penser à ça ou ça va encore mal finir. *


-Hep gamin. Hey !

Concentré sur son objectif (trouver une caravane ou, à défaut, quelqu’un à pigeonner), Ynae ne fit guère attention au quidam qui semblait appeler quelqu’un jusqu’à ce qu’il se rendre compte que ledit quidam venait vers lui. Donc, il l’appelait, lui.

* Attends, il a dit quoi là ? *

-Tu connais un petit peu la ville ? Je cherche un dénommé Gharin, t’aurais pas entendu parler de lui par hasard ? Ou même d’événements... euh... inhabituels, style des cadavres qui se baladent dans les rues, ou des explosions inexpliquées ?

Le temps qu’Ynae se rende compte de l’immense affront qui lui avait été fait, l’inconnu lui avait posé quelques questions. Mais. Cela n’allait pas. Pas du tout même. Un gamin, lui ? Et puis quoi encore ?
Il était très tenté de lui balancer son poing dans la figure – comme d’habitude – mais l’homme était trop loin pour qu’il réussisse son coup de façon sûre. Il préféra donc lui adresser un regard à faire geler un pingouin sur la banquise et lui répondre de façon plutôt… véhémente.


- Qui tu traites de gamin tellement petit que t’as du mal à le voir dans toute cette foule ? T’as pas les yeux en face des trous ou quoi ? Et tu oses me demander des renseignements gratuits après ? Mais mec, je sais pas comment tu fais dans la vie mais ça doit pas être facile tous les jours, en étant à moitié aveugle et aussi dénué de bon sens ! T’as de la chance de pas t’être approché plus ou même ta mère ne t’aurait pas reconnu après ce que je t’aurais fait subir !

Quelques passants les regardèrent de travers en entendant Ynae parler ainsi, mais il était assez courant que deux personnes se disputent de cette façon, peu importe leur différence d’âge, et ils ne leur accordèrent pas plus d’attention. Ynae quant à lui, décida qu’il en avait eu sa claque de cette journée pourrie, de ces gens pourris, de cette ville pourrie et aussi de ce monde pourri tant qu’à faire, dans lequel il ne serait jamais assez grand pour qu’on le prenne au sérieux. De façon très mature, il alors tourna le dos à l’inconnu, shoota dans une pierre et se prépara à partir, ignorant l’homme comme si c’était un moustique particulièrement agaçant. Précisons qu'il n'avait de plus absolument pas fait attention aux questions du moustique sus-cité.


Bla bla bla. (Recherche de signature en cours... 10% effectué. )
Fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeant du Cam Serarna

Nombre de messages : 15514
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://brisingr.forumactif.org/corbeille-f19/sur-le-lac-leona-un


Laïaga
Dirigeant du Cam Serarna
Message Sujet: Re: Une course contre la montre [Ynae] | Lun 8 Juil 2013 - 22:08


Le petit se retourna vers moi, me fusillant du regard comme si je l’avais mortellement insulté. Je haussai les épaules, ouvris la bouche pour lui lancer un « ben quoi », mais il ne m’en laissa même pas le temps :

-Qui tu traites de gamin tellement petit que t’as du mal à le voir dans toute cette foule ? commença le gosse avec  une colère qui n’avait pas du tout l’air feinte dans  la voix. T’as pas les yeux en face des trous ou quoi ?  Et...

Et patati et patata... Je haussai un sourcil en écoutant, non sans un certain amusement, mais surtout avec une incrédulité croissante. Alors ce gosse venait d’entendre un voyageur lui poser des questions sur d’éventuels morts qui se baladeraient dans les rues de la ville... et il me hurlait dessus parce que je l’avais appelé « gamin » ? En inventant la moitié de son discours, d’ailleurs !
Bon sang mais sur qui est-ce que j’étais tombé...

-...ou même ta mère ne t’aurait pas reconnu après ce que je t’aurais fait subir, termina enfin l’espèce d’allumé aux cheveux rouges.

J’ouvris la bouche une fois encore, pour lui répondre, lui expliquer calmement qu’il faisait fausse route, que j’avais de l’argent, et que je me fichais comme d’une guigne qu’il soit petit ou grand du moment qu’il m’emmenait où je voulais ou bien répondait à mes questions.
Et une fois encore l’étrange inconnu ne m’en laissa pas le temps, il me tourna brusquement le dos et fit mine de partir, tapant dans un caillou au passage. Moi, de mon côté, je sentis la moutarde commencer de me monter au nez.

-Oh ! l’appelai-je. Oh, demi-tour là !

Je plongeai une main dans la bourse à ma ceinture, prenant soin de n’attraper que des piécettes en bronze qui n’attireraient pas trop la convoitise, et de l’autre j’attrapai l’épaule du teigneux, le forçant à se retourner.

-Déjà, c’est le soir, y a plus vraiment de foule, lui dis-je, sans lui laisser le temps de l’ouvrir cette fois. Et en plus, si je ne te voyais pas, je serais pas venu te demander des renseignements, gros malin. Et puis surtout...

Je retirai la main de ma bourse pour lui mettre directement les pièces sous le nez :

-On dirait bien que j’ai de l’argent. Monsieur aura-t-il quelques instants à m’accorder, en fin de compte, ou sera-t-il trop occupé à aller  lécher ses plaies à  l’ego ? J’m’en fous royalement que tu sois petit, j’ai pas besoin d’un gros bras pour veiller sur moi, je veux juste trouver un mec qui s’appelle Gharin.

Je lui relâchai le bras, espérant enfin avoir capté son attention. Bon, il y avait toujours le risque qu’il mette ses menaces à exécution et essaie de me refaire le portait... Il cachait peut-être vraiment bien son jeu, comme il le laissait entendre avec une subtilité inversement proportionnelle à sa fougue.

-[color=darkblue]Il doit m’aider à retrouver une amie, lui expliquai-je, et ça fait depuis ce midi que je le cherche, personne a l’air d’avoir entendu parler de lui dans le coin...



   
L'heure de la faux a sonné
On n'arrête pas la grande horloge
Le vent divin l'a emporté
Pourtant cela t'interroge
N'as-tu rien à regretter ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Une course contre la montre [Ynae] |


Revenir en haut Aller en bas

Une course contre la montre [Ynae]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Urû' baen-
Ouvrir la Popote