AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Première rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 4
Âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur


Aymeriku
Membre de l'Equilibrium
Message Sujet: Première rencontre | Mer 30 Avr 2014 - 2:26


Un soir de pleine lune, Aymeriku se tenait là, inconscient, au bord du lac Eldar. Il y avait un calme, on pouvait entendre le bruit de la chute d’eau non loin de là. C’est le grondement de son ventre affamé qui le réveilla.

*
Combien de temps suis-je resté ici ?*
 
Aymeriku se releva avec un mal de tête, il se souvenait d’avoir aperçu quelqu’un comme lui, mais il n’y avait personne à part lui dans les environs.

 
*
Avais-je rêvé ?*
 
Aymeriku se tenait debout il ferma les yeux et prit une grande inspiration. Un changement s’était installé en lui, il le sentait au plus profond de lui. Le vent qui frôlait sa peau était devenu plus chaud malgré le froid qu’il faisait la nuit, c’était tout de même bizarre. Quand il relâcha l’air de ses poumons, il se sentit léger et apaisé. Il regarda ses mains.


*
Plutôt rassurant*

Souriant, il voulut essayer quelque chose, après quelques coups d’œil par-ci par-là, il tendit ses mains en avant et un son comme il n’avait jamais produit sortit, ce n’était jamais arrivé jusqu’à maintenant. Quand Aymeriku comprit qu’il ne parlait plus dans sa la langue d’origine mais en ancien langage, il chanta de plus en plus fort.

Il savait qu'il pouvait chanter. Pourquoi ? Il n’était pas lieu de poser cette question, car devant lui se trouvait une vague cinq mètres de hauteur faisait face à lui telle la gueule d’une bête prête à le dévorer.

- Mais…


Avec un air béat et ne sachant pas quoi faire Aymeriku se retourna et courra à vive allure, espérant distancer le raz-de-marée qu’il avait créé. C’était ironique pour un elfe, de voir la nature se retourner contre soi. La vague féroce l’emporta au loin…


*
Vais-je…mourir ? Noon ?!*

Cria-t-il sous l’eau, avec le peu de souffle qu’il lui restait. Il essaya de se dégager machinalement tout en nageant à la surface, mais le courant était trop fort.

Avec le peu d’énergie qu’il lui restait, il sortit son bras de l’eau espérant agripper quelque chose sur le passage. Aymeriku s’épuisa et il ne restait plus que sa main qui commençait petit à petit à s’engouffrer dans l’eau.

*
Finalement je n’étais pas prêt*

- Aaaaaaarghh !

 
Une main assez forte, le tira hors du courant. Aymeriku ferma les yeux avec le plus grand des soulagements…
L’aube faisait son apparition et on entendit au loin les cris des charognards qui se disputaient une carcasse d’un animal. L’étranger éteignit le feu de la petite cheminée attendant patiemment le réveil de l’elfe, tout en l'examinant du regard comme si c’était de plus en plus rare d’en apercevoir. Aymeriku, sentit une odeur et se réveilla…

- Comment te sens-tu ?


-  …


Aucun son ne sortit de
sa bouche, il se releva avec un air méfiant, l’homme le regarda à son tour se demandant ce qu’il allait faire... Aymeriku regarda autour de lui pour savoir ou il était arrivé, puis il vérifia ce qui l'avait sur lui mais depuis l'accident il n'avait plus aucun équipement.
L'elfe était dans une petite cabane en bois, il y avait un amas de paille qui servait de lit, une table basse sur lequel un rôti était posé maladroitement avec une texture très alléchante, une petite cheminée en argile et une arme de chasse…

L'étranger était assez costaud, et avait une masse corporelle assez épaisse. Il portait un habit pour la chasse, avait les cheveux noir et court, sur la joue gauche il portait une grosse cicatrice. Il n'était pas vraiment laid mais était tout de même repoussant.


*Mais qui était-il ?*


- Tu devrais manger, t’aura besoin de force. Un jeune elfe comme toi ne fera pas long feu ici.


Quand il vit l’arme près de l’étranger, il voulut la prendre et bondit tel un chat sur sa proie, mais il échoua car l’étranger l’avait récupéré avant lui. Pas parce que il était doué mais parce qu’il était le plus proche. L’étranger avait juste anticipé son mouvement.


- Dommage pour toi.


Avec un sourire, le jeune homme tenait l’arme en question sous la gorge d’Aymeriku. C’était une petite dague forgée par les hommes, elle ne semblait pas très aiguisée mais pouvait tout de même couper la chair sans difficulté. Aymeriku ferma les yeux, se dégageant d’un revers du bras droit faisant tomber l’arme, avec le bras puis il envoya son poing dans son ventre le forçant à se baisser et pour finir encore une fois de sa main droite il l’attrapa d’une seule main par le cou, le surélevant à quelque centimètre du sol. Il ne fallait pas sous-estimer un elfe, car c’était des êtres hors du commun.


- Qui êtes-vous ?


- Écoute-moi bon sang. Je ne suis pas ton ennemi, ne t’ai-je pas sauvé ?


L’homme se débattait en essayant de se dégager mais n’y parvenait pas, l’elfe était assez fort mais vu sa musculature on n’aurait pas dit, il était musclé mais très mince. Aymeriku le dévisageait, toujours aussi méfiant. C’était de sa faute s’il était arrivé ici.


- C’est toi qui as créé la vague avoue ! Et puis que fais-tu seul ici, tu es fou ? La plupart de tes semblables cherchent plutôt à se rassembler, ne me dis pas que…


Il était en colère et perdu, il ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait et pensa à Wendy. Tous ces moments passés avec elle lorsqu’il apprenait à maîtriser sa colère intérieure. Son regard avait changé.

 
- QUI ÊTES-VOUS POUR PARLER DE MA RACE !!!!

L’étranger se débattait toujours pendant que les mains d’Aymeriku se serraient de plus en plus fort sur son cou, il commença à respirer difficilement.


- Vas-y tue… tue-moi ! C’est ça que tu es…un assassin !


L'homme ferma les yeux priant le contraire, c’était quelqu’un de courageux mais de là à sauver un elfe fou, s’il l’avait su plutôt il l’aurait laissé pour mort.


*Oh que oui…*


Quand Aymeriku entendit le mot "assassin" ses mains se relâchèrent et eût un flash-back du visage de Wendy.


- Un assassin ?! Moi... Non…


Il le jeta par terre, faisant mine qu’il avait encore un peu de force, mais il était épuisé. Yomurn se massa le coup accompagné d’une grimace pour montrer son soulagement. Il avait peur mais compris que l’elfe était perdu et voulut l’aider de son mieux. Yomurn habitait seul et avait perdu sa mère récemment.


- Je m’appelle Yomurn, je suis un fermier et tu es dans une de mes cabanes, construite par mon père pour la chasse sinon moi j’habite à deux pas d’ici. Si tu veux je peux t’héberger un moment si tu souhaites te reposer. Et toi quel est ton nom et pourquoi es-tu ici ?

- Aymeriku...

 
Il n’en dit pas plus, Aymeriku n’a jamais vraiment côtoyé d’humain à part ceux qui l’hébergeaient à titre exceptionnel. De plus que pouvait-il raconter d’autre à par le fait qu’il ne connaissait strictement rien de son peuple.
  
-
Ravi de te rencontrer Aymeriku.
 
L’étranger voulut lui serrer la main amicalement mais il l’ignora.
L’odeur du rôti lui donna une envie incommensurable. Il n’avait jamais chassé de si gros gibier, celui-ci était quatre fois plus gros que ce qui chassait habituellement. Faut dire que les animaux se faisaient rares, difficile d’en trouver si on ne connaissait pas la forêt.

- Je dois partir, je suis pressé.


- Pressé, pour aller où ? Si tu ne manges pas tu vas bientôt t’écrouler, et chasser dans ton état me paraît peu convenable. Écoute, je te le répète tu peux me faire confiance, assieds-toi prend un morceau et puis...


À peine les mots sortirent de sa bouche, Aymeriku mangea son morceau avec une telle agressivité qu’on aurait dit un barbare. Il était convaincu que Yomurn était quelqu’un de gentil, en tout cas c’est ce que disait son apparence. L’étranger était sous le choc et rigola, jamais il n’avait vu d’elfe aussi extravagant.


- Qu’est-ce qui te fais rire ?


Sur un ton neutre.
Arrachant à pleine dent son morceau de viande bien saignante.

- Excuse-moi mais c’est rare de rencontrer un elfe comme toi, disons que tu différent des autre de ton espèce, tu es...


Ravalant sa salive de peur de sortir un mot qui pouvait vexer l’elfe, mais il le prit de court et finassa sa phrase à sa place.


- …plus humains ?


Je ne sais plus rien de ceux que j'aime. Dans le silence et la solitude on n'entend plus que l'essentiel.
Revenir en haut Aller en bas

Première rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Du Weldenvarden-
Ouvrir la Popote