AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Premiers pas dans le monde réel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 19
Âge : 22

Voir le profil de l'utilisateur


Noah.
Message Sujet: Premiers pas dans le monde réel. | Dim 15 Fév 2015 - 23:56


    Les paupières qui se ferment d’elles-même, la respiration qui se fait plus laborieuse, les pattes plus lourdes. Autant de choses contre lesquelles Noah était actuellement en train de lutter comme on lutte contre l’inconnu et la peur dont il peut être la source.
    Pour tout un chacun, la fatigue et le sommeil sont d’une banalité au moins semblable au fait de respirer. Mais pas pour Noah. Il n’avait aucune idée de ce qui lui arrivait. Son instinct de conservation -certes totalement détraqué- lui hurlait de résister contre cette étrange langueur qu’il jugeait trop semblable à la mort pour permettre d’y céder. Voilà six jours qu’il était né, il avait été maintenu artificiellement éveillé pendant les trois premiers, et il avait passé les trois suivants à fuir. La situation devenait de plus en plus intenable, et c’est dans l’angoisse qu’il lâcha prise et se laissa aller.

    Le sommeil fut aussi pesant que du plomb, inconfortable et désagréable. Lorsqu’il avait fermé les yeux, le soleil était naissant, très bas dans le ciel. Lorsqu’il les rouvrit dans un sursaut, celui ci avait disparu. En lieu et place, une lune mourante, sur le point d’être chassée à son tour par l’aube.

    Avant de tomber de fatigue, les pensées du petit dragon étaient dans un brouillard total et épais. Son corps était presque mu par une volonté propre et son esprit quasiment amorphe. Tous ses souvenirs d’avant ce petit somme disparurent petit à petit dans les volutes de cette brume.
    A son réveil cependant, la confusion était moindre. Toujours présente et anormale, mais moindre.
    Noah se redressa. Tous les muscles de son corps étaient douloureux alors il s’étira de tout son long pour chasser cette sensation désagréable, ce qui n’eut pour ainsi dire aucun effet. Il décida de passer outre, et examina l’environnement dans lequel il se trouvait. Quelques rochers, de l’herbe, un ou deux arbres. Rien de bien extraordinaire. Au loin, il discerna en revanche une chose étrange qui attira son attention et son instinct lui dicta de s’en approcher. En meilleur forme après ces longues heures de sommeil, il était tout de même très affaibli par la faim et la soif, ce qui rendait ses déplacements particulièrement maladroits. Il marcha difficilement, trébuchant souvent. Mais il parvint sans trop d’encombre à s’approcher de cette étrangeté, qu’il reconnut comme étant une vaste étendue d’eau. Il s’y immergea avec enthousiasme, savourant le contact de l’eau contre sa peau abimée et buvant à grandes gorgées. Un éclair argenté passa entre ses pattes, le faisant sursauter. Tout autour de lui nageaient de petits animaux aux écailles brillantes reflétants les rayons faiblissant de la lune qu’il n’avait jamais vu -soit dit en passant, il n’avait de toute façon jamais vu grand chose. Son estomac gargouilla bruyamment et son instinct lui cria qu’il s’agissait là bel et bien de nourriture. Une nouvelle énergie influa dans tout son corps et lui donna la force de se lancer à la chasse de ces proies. Cependant il n’était pas très doué, vraiment pas rapide et il n’attrapa rien. Sa peau très fine ne lui permit pas de se protéger du froid très longtemps, et la fatigue le regagna bientôt. Il rejoignit le rivage déçu, toujours affamé, frissonnant et glacé. S’allongeant, il décida d’attendre que ses forces lui reviennent pour repartir à la pèche. Ce n’était peut-être pas le meilleur choix à faire, car plus il attendait, plus il avait faim et plus il s’affaiblissait, mais il ne pouvait dans tous les cas pas faire un mouvement de plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 52
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Aronmath
Message Sujet: Re: Premiers pas dans le monde réel. | Lun 2 Mar 2015 - 0:22


Le jour venait de se lever dans une légère brume sur la région de Léona, lac millénaire et majestueux. Aronmath se réveilla dans un sous bois. Une nuit calme comme les autres, un petit feu pour se réchauffer, voila ce qui rythmait ces matins calmes.
Le lac Léona, un bon endroit pour se reposer, mais Aronmath n'était pas là pour rigoler ou se prélasser: après quelques minutes il se mit à faire une série de pompe, d'abdominaux, de gainage. Une fois ce petit échauffement terminait, il accrocha son épée dans le dos et attrapa son sac lourdement chargé de divers poids, le Semi-Elfe se mit à courir à travers le sous-bois, sautant au dessus des obstacles éventuels mais sans arrêter sa course, il se dirigeait vers le lac.

Le jeune dragonnier s'entraînait ainsi depuis prés de deux mois, la fatigue et la lassitude commençaient à se faire sentir: le corps engourdit et lourd, les gestes moins fluides et imprécis. Aronmath en pleine accélération, il manqua de se ramasser un magnifique gadin mais se rattrapa de justesse:

"Bordel!! Qu'est ce qui faut pas faire pour sa...."

"Pour sa quoi?" l'interrompit Isandrass.

"Rien, rien du tout et tu es où au juste je ne vois pas bien."

"Lève la tête." répondit simplement Isandrass.

Aronmath leva donc la tête pour voir qu'il était enfin au bord du lac et son eau claire, la brume s'était levée et l'on pouvait voir la ville de Dras Léona au loin. Sa dragonne se baignait, juste son cou et sa tête mauve dépassés:

"Les affaires sont de l'autre côté, il faut juste traverser le lac."

"A la nage? Tu plaisantes?"

"Tu vas faire la moitié et l'autre sur mon dos." dit Isandrass un poil amusée.

"Tu vas me tuer avec tes conneries." se plaignit Aronmath en jetant son sac au sol et se mettant torse nu. .

"Je fais partit de la race la plus puissante de cette terre, je suis en droit de vouloir de mon dragonnier qu'il fasse partit des plus puissants de la sienne."

Aronmath soupira, ajusta Ascalon:"Les dragons et leur fierté!" et il se jeta à l'eau, car au fond de lui, il voulait devenir plus fort pour lui et pour sa dragonne. On n'entre pas dans une guerre sans une préparation adéquate.

Alors il nagea tranquillement à son rythme mais surement, l'eau était rafraîchissante, juste ce qu'il faut pour relaxer le dragonnier après ses efforts de ces dernières semaines. Mais ce sentiment d’apaisement laissa place à celui de la fatigue qui revint au galop après quelques centaines de mètres, mais il ne s’arrêta pas pour autant. Il n'avait plus la notion du temps, peu à peu ses bras et ses jambes se lassaient, à ce moment là Isandrass apparu en dessus de lui pour le porter et le soulager:

"Je pense que tu en as assez fait pour aujourd'hui, repose toi jeune ami."

Aronmath se mit sur le dos pour regarder le ciel, complètement vide d'énergie, et tapota affectueusement le dos de sa dragonne. Par le lien mental qui les unissait, le dragonnier profitait de la grâce de sa dragonne en train de nager paisiblement sur les flots. Il profita ainsi de l'instant présent avec des muscles courbaturés.

Une fois sur l'autre rive il se laissa glisser du dos de sa partenaire et se dirigea vers ses affaires rassemblées dans un coin et commença à se changer:

"Je vais allez chasser, une préférence?"

"Pas vraiment....Du moment que ça se mange!" dit Aronmath en ajustant son pantalon.

Isandrass prit son envol et le lien mental s'estompa et Aronmath eu comme un pincement au cœur, comme à chaque qu'il était séparé de sa moitié. Une fois changé et son épée bien sanglée dans son dos, le dragonnier se posa sur un rocher.
Le cul sur la roche il perçut comme une présence, dans un petit groupe de rocher à quelques mètres, il vit même un mouvement, une ombre. Il s’avança donc pour découvrir ce qui a animé sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 19
Âge : 22

Voir le profil de l'utilisateur


Noah.
Message Sujet: Re: Premiers pas dans le monde réel. | Mer 11 Mar 2015 - 22:56


[Excuse le retard, j'ai eu quelques empêchements IRL.]

La faim le tenaillait. Elle devenait de plus en plus pressante, presque douloureuse mais le fait est qu’il était bien trop faible pour réitérer son exploit de tout à l’heure. Ses muscles le brulaient et le peu d’énergie qu’il avait pu emmagasiner en dormant et celle qui avait affluer dans ses veines pendant qu’il chassait les poissons c’étaient envolées, dissipées par l’échec cuisant qu’il venait de subir. De plus, le jeune dragon était encore trempé, l’eau refusait de sécher, et un vent froid semblait se lever petit à petit. Il grelottait à grand renfort de violents spasmes, allongé sur les rochers froids.
Ses ailes, qui jusque là ne s’étaient jamais déployées et étaient toujours demeurées replié sur elles-mêmes, s’étirèrent assez brusquement dans un craquement sourd qui n’annonçait rien de bon. Elles tombèrent le long de ses flancs, flasques, molles, inanimées. Les membranes qui les constituaient été dans un bien piètre état. Tellement fines qu’elles en étaient presque transparentes et d’un aspect tellement fragile qu’elles semblaient pouvoir se déchirer au moindre contact avec quoi que se soit, ne serait-ce qu’une plume. Elles étaient également intégralement couvertes de cicatrices de différentes formes (il s’agissait de runes de Premiers Hommes, mais il n’en avait pas encore conscience) qui leur donnaient un aspect très abimé alors que ces membranes n’avaient qu’à peine quelques jours d’existence.

Le craquement s’était produit au niveau de la jonction des ailes et du corps, au dessus des épaules, d’où jailli une douleur aigu qui arracha un gémissement à Noah et qui le fit bondir sur ses pattes. Il ferma les yeux quelques minutes et la souffrance finit par s’amoindrir. Il respira profondément et tenta de bouger ces deux nouveaux membres dont il n’avait pour le moment aucune idée de l’utilité ou de la fonction qu’ils pourraient avoir. A force de mouvements, et de faux mouvements qui provoquaient immédiatement de nouveaux flots de douleur, il parvint à les faire bouger très légèrement et, en s’aidant de ses pattes avant, à les replier sur son dos. La souffrance était maintenant constante, mais soutenable, et les ailes tenaient à peu près naturellement sur son dos.
Son esprit était toujours très confus, mais de moins en moins. Il appréhendait de mieux en mieux le monde qui l’entourait au fil de temps qui passait. Il savait qu’il devait manger, et que cette nourriture il faudrait qu’il se débrouille seul pour la trouver. Il avait également grandement conscience de son état de faiblesse et de l’incompréhension totale qu’il ressentait à cet égard. Pourquoi, alors qu’il décidait de bouger ses pattes de telle façon et avec telle vitesse, celles-ci ne répondaient pas à ses sollicitations comme elles le devraient ? La faiblesse est une chose, en connaitre la cause en est une autre. Etre faible, le savoir et en connaitre la raison aide à l’acceptation de celle-ci. Plus douloureux est le fait de voir un être tenter d’agir comme il devrait pouvoir le faire, et échouer dans cette entreprise. Arrive alors ce moment où l’on se rend compte que l’on est peut-être pas normal sans pouvoir expliquer pourquoi, et donc sans moyen d’y remédier rapidement. Ce qui était clairement le cas de Noah.

C’est dans ces pensées agitées et primitives que le petit dragon était plongé lorsqu’il perçu un bruit. Le même bruit que celui qu’il avait produit lorsqu’il avait tenté de chassé : le bruit des remous de l’eau. Sauf que cette fois ci, le bruit que provoquaient ces remous était bien plus puissant. Seule une masse très importante pouvait en être l’origine.
L’instinct de conservation lui dicta de se cacher face à un potentiel prédateur bien plus grand et dangereux que lui. Il se dissimula tant bien que mal entre les rochers qui bordaient la rive, et observa ce qui avait troublé le fil de sa pensée.
Une énorme créature, haute de plusieurs mètres, s’avançait gracieusement dans le lac, avant d’atteindre la rive et d’y hisser toute la masse de son corps. Dans sa très courte vie, Noah n’avait pas vu beaucoup de différentes espèces, et ne s’en rappelait pas la moitié (les Premiers Hommes tortionnaires et sa dragonne de mère étant effacés de sa mémoire). Mais, bien qu’il n’eut pas un grand choix de comparaison, il sut d’instinct que cette créature possédait une beauté hors du commun et que, d’une façon ou d’une autre, lui-même y était plus ou moins semblable. Il s’émerveilla de la couleur dont se paraient les écailles luisantes de l’animal et de la façon dont celles-ci capturaient la lumière de façon si spéciale. Quelque chose que la créature transportait sur son dos en descendit une fois sur la terre ferme, puis elle décolla. Noah sentit les vibrations que le décollage avait provoqué au sol et frémit… d’excitation ? Il était difficile pour lui de discerner les différents sentiments qu’il éprouvait, mais il savait que ce qu’il ressentait là était semblable à se qui lui avait redonné de la force quand il avait vu les poissons nager dans tous les sens.

Hypnotisé par cette démonstration de puissance, il ne remarqua pas tout de suite que l’autre être était resté sur le plancher des vaches et s’approchait de l’endroit où il était dissimulé. Dans un mouvement bien trop tardif, il se tapit sous le rocher, certain qu’il était repéré. Mais il ne bougea pas, déjà parce qu’il n’en avait pas la force, et ensuite parce qu’il avait peur. Les deux « choses » étaient de toute évidence amies, et la petite pouvait demander à la grosse de le manger. Raisonnement totalement absurde certes, mais le fait est que la petite était toujours bien plus grande que lui, et donc potentiellement dangereuse.
Alors il attendit, plus ou moins bien planqué. Plutôt moins que plus d’ailleurs. Il retint sa respiration.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 52
Âge : 26

Voir le profil de l'utilisateur


Aronmath
Message Sujet: Re: Premiers pas dans le monde réel. | Ven 20 Mar 2015 - 22:20


[Tu vois moi aussi je prend du retard, donc 1-1 balle au centre^^]


Aronmath continua son approche vers le petit ensemble rocheux pas à pas, centimètre par centimètre, le but étant de ne pas effrayer l'animal derrière. Il s'agissait surement d'un lapin ou d'un autre petit mammifère, mais le fait que le dragonnier voulait passer le temps et quoi de mieux qu'une séance de capture improvisée?
Il s'arrêta et posa un genoux au sol à un mètre de son objectif. Le je homme réfléchit à un moyen pour piéger l'animal, n'ayant aucun objet sous la main, il opta pour la magie et pensa son sort. Mais comment faire pour créer un piège via la magie? Question épineuse. Aronmath se gratta la tête à plusieurs reprises avant qu'une idée n'émerge dans son esprit avec la légère brise qui effleurait son visage.
Il leva sa main gauche, son Gedwey Ignasia émit une lueur, et il lança son sort. Le but était de former une sorte de boite invisible en densifiant l'air autour de la cachette de l'animal et former ainsi trois murs laissant le dessus libre pour pouvoir attraper l'animal. Un sort peu couteux au final.

Une fois cela terminé, Aronmath reprit son approche délicatement, maintenant son piège magique. Visiblement, la créature avait sentit son approche et tenta de s'enfuir mais elle se heurta au mur de cette boite improvisée. Le Semi-Elfe accéléra son approche pour arriver juste en face des rochers. Il laissa passer quelques minutes sans bouger, pour sentir les mouvements de la créature et anticiper. Une fois sa position identifiée, Aronmath lança sa main droite d'un seul coup et il attrapa l'animal. Ce dernier se débattit pour se défaire de l'emprise du dragonnier mais il ne parvint pas se libérer. Aronmath s'attendait à plus de résistance mais la bestiole devait être fatiguée ou blessée. Aronmath sentit une peau nue et chaude sous ces doigts mais pas de poil ou de plume ce qui l'intrigua.

Il tira l'animal hors de sa cachette et se retrouva nez à nez avec un..........dragonneau:"Pour une surprise, c'est une surprise!!!! J'en connais une qui va être contente." Cependant, il était bizarre, comme handicapé avec des marques d'un traitement douloureux: des yeux rouges, pas d'écailles, des ailles peu développées, un blanc pâle. Bref, si il n'était pas dragonnier il n'aurait pas reconnu un dragon.

- J'ignore ce qui t'es arrivé toi, mais une chose est sûre tu as morflé! dit Aronmath avec tristesse.

Il examina ses ailes qui semblaient détachées du reste du corps et il décida de s'occuper de son nouvel "ami" complètement épuisé. Il l'amena au campement improvisé mais le petit se débattait entre ses bras. Par réflexe, Aronmath projeta son esprit pour calmer l'animal et cela fonctionna au bout de quelques minutes. Il se posa contre une pierre et examina le dos du dragonneau: l'état de ses ailes étaient inquiétants. Aronmath sentait Isandrass revenir et il ferma son esprit pour lui réserver la surprise, en attendant il resta perplexe devant les cicatrices du mini dragon:

- Tu as bientôt plus de cicatrices que moi, si seulement tu pouvais parler....

Juste après Isandrass se posa dans un bruit sourd et cette fois-ci Aronmath l'autorisa à entrer dans son esprit:

"Il n'y a pas de gibier intéressant dans les environs, il va falloir taper dans les réserves. Et puis, c'est quoi que cette histoire de me fermer ton esprit tu m'en veux pour ta petite nage? demanda Isandrass en s'approchant de son dragonnier.

"Non, bien sur que non! Je voulais te cacher ça, regarde un peu qui traînais autour du camp!" fit Aronmath en posant sa "capture" sur le rocher en face d'Isandrass.

Cette dernière resta sans voix, voici la rencontre entre un petit dragonneau tout juste né qui a été martyrisé et une dragonne mauve de presque un an.
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Premiers pas dans le monde réel. |


Revenir en haut Aller en bas

Premiers pas dans le monde réel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Dras Léona :: Le Lac Léona-
Ouvrir la Popote