AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

L'Alchimie de la Démence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: L'Alchimie de la Démence | Dim 3 Mai 2015 - 23:29


Le Chef Valereth m’a confié un boulot, un boulot qui doit rester discret :  Trouver James Lalande et de le ramener au chef pour qu’il puisse lui tirer les vers du nez. Pourquoi le chef m’a envoyé seul sur ce boulot ? J’ai bien mon idée… en général je vais au bout de mes missions, j’ai fait ma très rapide carrière sur des contrats dont personne ne voulait et je ne pose pas beaucoup de questions. En général, ça met en confiance...

Le Chef mène lui-même des investigations, sur qui ? Je sais pas. Pourquoi ? Je sais pas non plus. Et c’est exactement ce que j’aimerai savoir… depuis quelques temps les questions s’accumulent et j’ai besoin de réponses claires. Les mots de cette salope d’elfes continuent de tourner dans ma tête dans une sarabande de doute et de questions… c’était si simple avant, traquer une cible, la trouver, la neutraliser. C’était si simple… mais maintenant… maintenant il n’y a que des questions et la chasse aux réponses… j’aurais put ignorer les mots de cette ordure elfe, mais mon instinct m’a dis de faire autrement. Et aujourd’hui… j’en suis là… à la chasse aux réponses et je vais certainement rater la cérémonie d’intronisation de Kat au rang de Jeger… vie de merde !

Le gars en question n’a pas du tout été facile à retrouver. Sa dernière position connue était dans un village du Nord, mais je ne l’y aie pas trouvé. J’ai fais trois villages mais rien… Puis une information m’est arrivée par le Réseau. Ça va faire un moment que je suis sur la piste de ce gars mais je vais l’avoir. Ce qui m’inquiète plus, c’est qu’on parle de village plus ou moins éloignés dont on a plus de nouvelles.

J’ai remonté toute la piste jusqu’à un village... dont il s’élève une colonne de fumée noire… EH MERDE !! Je lance mon cheval au galop. Je suis tombé sur un charnier. PUTAIN !!  Comme si y’avait pas eu assez d’horreur dans le Nord !! Des cadavres un peu partout, en très grande parti des hommes et des femmes âgés pour les cadavres qui n’ont pas ou peu brûlés. Putain mais qu’est ce qui s’est passé ici ?

Je fouille le village… ou ce qu’il en reste. Le hall du village ne se résume plus qu’à un tas de cendre et de morceaux de bois calciné. La terre des allées est bouseuse. Du sang, beaucoup de sang a été versé ici… pour ce que je vois des cadavres, ils ont été tués à coup de lame. Mais si je peux reconnaître un coup de hache, je ne peut pas dire par quel type de lames ils ont été passés… les pauvre gens…

Badb fais de moi ce que tu veux, mais met sur ma route un survivant que je puisse me remettre en chasse… dans le charnier je trouve Varona posée à côté de quelque chose d’étrange. Quelque chose de bizarre, un cadavre calciné plus grand que la moyenne… et dont les chairs carboniser semble lui donner une silhouette plus fine et élancé qu’il est normalement possible pour un humain. Si je ne peux pas du tout affirmer qu’il s’agit d’un elfe… l’hypothèse est là. Et puis dans le cas ou  il s’agit d’un elfe, était-il un habitant du village, un voyageur, un de agresseurs, je ne saurais jamais si je ne trouver personne…Pitié que je retrouve au moins un survivant…

J’en profite pour faire le tour du village. Des traces partent vers le nord Ouest, une grosse troupe d’après mon expérience d’éclaireur et une autre, partant vers le bois. Une seule personne, une femme à la taille des empreintes ou un jeune garçon. Avec un peu de bol…

J’installe mon camp dans une cabane de chasseur à deux heures de marche du village. La piste du fuyard m’y a directement conduit. Varona préfère rester dehors, comme tu veux ma vieille.  Franchement… Quand je me dis que j’ai bien fais... Il s’est mit à flotter comme pas possible. C’est bien ma veine, je peux dire adieu à ma piste vers le Nord Ouest…

Varona s’est mise à cogner la fenêtre du bac pour rentrer, ce que je lui permets. A peine rentrée, j’entends un petit cri venir de derrière un meuble. Je trouve une fille, pas plus de vingt ans je pense. Elle est prostrée, ramassé sur elle-même dans un coin, les mains couvertes de sang. Je la laisse tranquille, tant qu’elle ne m’agresse pas, je ne bougerais pas contre elle. Même si elle me fixe bizarrement…

Vingt minute plus tard, j’ai fais du feu et commencé à cuisiner. Je mets un bol pour la fille à portée de sa main puis retourne à ma place. Elle contemple le bol en faisant des allers retour entre elle et moi. Je lui tourne le dos. J’entends le bruit de la terre cuite du bol. Bien… on va pouvoir commencer à discuter… et puis elle se replie dans son coin et la porte s’ouvre. Je me retourne et me lève dans le même mouvement. Mon arbalète à levier pointée vers l’entrée

- Qui es-tu ?


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 8
Âge : 23

Voir le profil de l'utilisateur


Cyrus Waldek
Message Sujet: Re: L'Alchimie de la Démence | Sam 9 Mai 2015 - 0:00


Face au carreau d'arbalète pointé directement sur son cœur, Cyrus leva en douceur les mains en signe d'apaisement. Échapper à une embuscade mortelle pour mourir de la main d'un des siens n'était pas à son programme.

« Je m'appelle Cyrus Waldek. Je…» La tête lui tourna, et il s'appuya au chambranle. Complètement trempé par la pluie, une vilaine bosse et du sang coulant sur son visage, il offrait une piètre image. « Je peux entrer ?»

L'arbalète du guerrier se baissa, même si son possesseur était toujours sur ses gardes. Cyrus pénétra dans la cabane. Le guerrier n'était pas seul. Une jeune femme était réfugiée dans un coin, un bol entre les mains. Son regard apeuré passait de l'un à l'autre. Le runiste se laissa glisser au sol, dos contre le mur, à l'opposé de la fille. Il était curieux de savoir ce que faisait un Fils de Mastaï ici, alors qu'à à peine quelques kilomètres de là, le pire était arrivé. Mais il tenait ici encore le statut d'intrus, et Cyrus se sentit obligé de fournir des explications, surtout quand le guerrier le lui demande de façon directe. Brièvement, le runiste évoque la petite troupe dont il faisait partie, allée effectuer une mission aux abords de la Crête. Puis l'embuscade, rapide et violente malgré l'envoi d'éclaireurs sur la route. Le coup reçu sur la tête au début du combat, qui le laisse inconscient. A son réveil, ses camarades morts et lui le seul survivant. Puis la marche sous la pluie battante au cœur de la forêt, jusqu'à atteindre par hasard la cabane.

« Et vous, comment être vous arrivé jusqu'ici ? Et elle ? » ajouta Cyrus en désignant de la tête la jeune femme apeurée.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: L'Alchimie de la Démence | Sam 9 Mai 2015 - 1:10


- Je m'appelle Cyrus Waldek.
- Korann Agurson


Un runniste d’après son habit, même si ce type de nom c’est pas courant chez nous… enfin…

- Je… Je peux entrer ?
- Je t’en prie.

Je lui désigne un siège mais il se laisse glisser contre le mur, éreinté. Il commence à raconter son histoire. Je le laisse parler, sans l’interrompre, sans le juger. Une fini, Varona saute/volette jusque devant moi et croasse :

- Pas raconter mensonge.

Bon, ça ira donc…Et je me rends compte qu’il y aura eu un an je l’aurais traité de lâche… mais plus maintenant. Déjà il est en vie… il semble remarquer la fille

- Et vous, comment être vous arrivé jusqu'ici ? Et elle ?
- Umettelig Jeger, je suis en traque. Quant à elle… elle vient du village voisin, celui qui est en cendre à deux heures de marche d’ici.

Je rempli un bol pour Cyrus et lui tend. Il le prend et commence à manger. Moi je me retourne vers la fille qui en est à serrer son bol encore à moitié plein contre elle de peur qu’on le lui enlève. Ça me prend deux bonnes heures pour l’amadouer et engager les discussions. Elle commence, les larmes aux yeux, la voix brisée, chevrotante à parler de ce qui s’est passé.

Elle nous les décrit, elle nous raconte comment les elfes sont arrivé, rapidement et on cerné le village. Ils étaient des paysans, pas des soldats, ils les ont juste vus comme une autre bande de mercenaire qui arpente la région. Ils en étaient presque à préparer une partie de leur récoltent pour les payer et qu’on leur foute la paix, mais au lieu de ça… ils ont soumis la population. La fille, Cera, nous décrit comment ils ont violé hommes, femmes et enfants sans la moindre once pitié. Comment ils ont torturé parfois à mort certains villageois sans la moindre once de scrupule. Comment ils ont égorgés les vieux devants les jeunes. Comment ils ont égorgé les bétails et l’on laissé à pourrir. Comment ils ont salé les champs. Comment ils ont enchaîné ceux qu’ils n’avaient pas tués. Comment ils ont fait ça le sourire aux lèvres, comme s’ils rendaient un service au monde rien qu’en violant et en torturant ces pauvre gens. Comment ils se vantaient de la supériorité de la race elfe sur les animaux que sont les humains, comment ils riaient de la souffrance d'autrui comme des gamins... bref, les elfes qui montrent enfin leur vrai visage, comme cette bande de d'assassin qui ont envoyé par le fond des milliers de mon peuple, les condamnant à une ignominieuse noyade. j'ai même pas de mots pour qualifier les agissement de cette race d'ordures !

Elle a réussit à fuir en poignardant dans l’œil son agresseur, surement le cadavre que j’ai trouvé  Les détails ne manquent pas, ça sort comme un flot, un torrent. Elle nous décrit de manière presque compulsive, comme si ça avait besoin de sortir comment elle a réussit à se cacher et à assister à tout ça avant d’être découverte… et sauvagement violée par quatre elfes, bref, elle nous jette à la gueule toute la barbarie de ces dégénérés.

On se regarde avec Cyrus. En poussant un peu l’interrogatoire, on obtient une description de leur matériel… et apparemment ça semble correspondre avec la description des salauds qui sont tombé sur la patrouille de Cyrus.

Je me tourne vers Cyrus. Tout en l'entretien de mon arbalète à levier, je rive mon regard au sien :

- Moi… je vais me faire cette bande… de barbare. Et toi, que vas-tu faire ?

Avec le runniste ou pas je vais me faire cette bande de dégénéré. Avec un peu de bol ils ont déjà ma cible, et même s’ils l’ont pas…


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 8
Âge : 23

Voir le profil de l'utilisateur


Cyrus Waldek
Message Sujet: Re: L'Alchimie de la Démence | Ven 15 Mai 2015 - 16:48


Cyrus hésita quelques secondes avant de répondre au Jeger. Le récit de la fille ne l'avait pas plus surpris que ça. Korann était clairement plus jeune que lui et avait de ce fait du participer à beaucoup moins de campagnes militaires. Peut-être même était-ce sa première. Et si ce que la fille avait subi pouvait sembler révoltant aux yeux de Korann, le Runiste en avait vu  suffisamment pour se détacher des malheurs de la fille. Non, ce qui le surprenait vraiment, c'était le fait que des elfes s'en prennent à un village. D'après ce qu'il avait pu apprendre des locaux sur ce peuple, ils étaient fiers et arrogants, mais les récentes déconvenues qu'ils avaient subies au cours des dernières années leur avaient appris un peu d'humilité. Pas chez tous, apparemment.

« Je t'accompagne. Ils sont nombreux et armés, ce serait du suicide d'y aller seul.»

Et même si partir au combat sans espoir de revenir était un signe fort de dévotion à Mastaï, Cyrus n'avait pas l'intention de laisser mourir encore un des siens aujourd'hui. L'annihilation de sa troupe aujourd'hui lui laisserait un goût amer pour encore longtemps.
Cyrus se redressa enfin, appuyé sur son bâton. Le repas et le repos qui avait suivi avaient suffi à lui rendre ses forces, il était donc prêt à partir. Quant à la fille…elle courrait un danger en restant ici, mais elle ne pouvait pas les accompagner. Peut-être pourrait-elle prévenir la garnison la plus proche de ce qui s'était passé ?

« Une idée de la direction de leur camp ?»


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: L'Alchimie de la Démence | Mer 20 Mai 2015 - 19:40


Des campagnes j’en ai fait du temps où j’étais éclaireur. J’ai vu des pillages par les nôtres, des viols, et tout le toutime de la guerre. J’y ai même participé pendant un moment. J’ai vu à quel point l’Homme, alagaesien ou enfant de Mastaï peut s’abaisser, mais jamais à ce point… Cyrus est plus réservé, moins surprit. Peut-être est-il plus sage ou plus expérimenté que moi dans la guerre, peut-être est-il plus stoïque, c’est possible aussi. Dans tous les cas ça ne change rien, il vient avec moi.

- Une idée de la direction de leur camp ?
- J’ai bien une idée oui… j’ai repéré une piste avant que la pluie ne débute. Ça partait vers Nord Ouest. Aux traces, ils n’étaient pas pressés, donc ils ont un repère dans le coin.


Au pas, j’avais compté une trentaine de salopards.  Il y en a peut-être plus dans leur tanière. Je suis peut-être le chasseur… Mais ça risque d’être difficile… très difficile. Bah… on ne vit qu’une fois après tout !

- Les pister aujourd’hui sera impossible avec cette pluie, attendons demain

Tout en parlant j’inspecte mes carreaux et les charge dans le chargeur cylindrique de l’arbalète. Décidément… ils savent ce qu’ils font au Gull niveau matériel…

- Et dit moi, qu’as-tu comme arme ?

On va se lancer à l’assaut d’un groupe bien armé et équipé, j’aimerai au moins savoir avec quoi mon compagnon va se battre...


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 8
Âge : 23

Voir le profil de l'utilisateur


Cyrus Waldek
Message Sujet: Re: L'Alchimie de la Démence | Sam 20 Juin 2015 - 11:29


Cyrus leva son bâton avec un sourire mi-figue mi-raisin. En comparaison de l'arsenal de son nouveau camarade, c'était bien dérisoire. Mais le combat n'était pas la spécialité du Runiste, bien qu'il eut déjà eu à se défendre au cours de bataille.

« Je ne dispose que de ce bâton et d'une dague. Et de mes accessoires pour tracer des Runes.»

Ce qui pouvait se révéler utile. Avec toute cette pluie, ils ne partiraient pas avant le lendemain. Ils avaient  le temps de se préparer. La nuit leur laisserait l'opportunité de fomenter une stratégie. S'attaquer contre une troupe, d'elfe qui plus est, à deux et avec une volonté d'y survivre, ne pouvait pas se faire avec un minimum de préparation. Ils allaient probablement devoir se montrer sournois et mettre de côté leur notion d'honneur. En somme, être aussi retors que leurs ennemis. Cela ne dérangeait pas Cyrus.

« Des idées d'approche ?»


Le Jeger et le Runiste avaient passé une bonne partie du temps imparti à se préparer. Le reste de la nuit leur avait permis de se reposer, l'un dormant pendant que l'autre montait la garde. Au petit matin, ils étaient prêts à partir. La pluie avait cessé, laissant place à un brouillard peu dense qui s'élevait au dessus des arbres et ne tarderait pas à se dissiper avec la chaleur du jour.
La fille ne les accompagnerait pas. Si ils n'étaient pas revenus le lendemain matin, elle devait tenté de se rendre jusqu'à la garnison la plus proche et prévenir les autorités.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 1039
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Korann
Purgateur de l'Umettelig Jeger
Message Sujet: Re: L'Alchimie de la Démence | Jeu 2 Juil 2015 - 20:47


- Je ne dispose que de ce bâton et d'une dague. Et de mes accessoires pour tracer des Runes.
- Pour ça j’ai deux trois armes qui pourraient te convenir.


Je déballe un sac ou se côtoient épée courte et hachette. Il fait sa sélection. je lui confie en plus une petite arbalète comparable à mon modèle à levier mais basé sur le même principe. Je lui montre comment s’en servir, comment la recharger et comment viser. Là-dessus vient la question fatidique :

- Des idées d'approche
- Aucune. On va faire un tour de reconnaissance juste histoire de ce faire une idée de comment on peut approcher, ça nous fera déjà pas mal de boulot. L’infiltration et la destruction… c’est après.


Niveau préparation c’ets sommaire, on est pas armé pour une action comme celle-ci… on manque cruellement de matériel et d'information sur l'ennemi. pour le second facteur c'est rattrapable, pour le premier... enfin… au moins je ne manque pas de munitions… à cinquante carreaux par chargeur et avec deux chargeurs encore en stock…

La nuit est courte, mais étrangement reposante, malgré l’état de vigilance.
On part au petit matin. Remonter la piste de cette bande d’ordure ets impossible maintenant… mais j’ai un joker : Varona.

A peine arrivé au village détruit, dont le sol est désormais une sorte de boue cendreuse qui colle au botte, que Varona est déjà de retour. Elle m’explique avec son verbe habituel qu’il y’a un fort avec des chante nature (des elfes) à une demi journée de marche d’ici

- Il y’a un fort pas loin, une demi journée de marche en gros. Il se pourrait qu’on trouve nos pillards là bas.


J'ai résolu de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible...
Ce n'est pas une aventure. C'est une Cause, une épreuve de tous les jours…
Ça va impliquer que je tue, que je torture. Ça va impliquer que je me salisse les mains…
Puisqu'il y'a un travail à faire, je vais le faire...

(adapté du monologue de Créon, Antigone d'Anouilh)

       
Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: L'Alchimie de la Démence |


Revenir en haut Aller en bas

L'Alchimie de la Démence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: La Crête-
Ouvrir la Popote