AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

[ CLOS ] Les terres désolées du Beors et leur corruption.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Ciryyë Elanw
Membre de l'Equilibrium
Message Sujet: [ CLOS ] Les terres désolées du Beors et leur corruption. | Dim 7 Aoû 2016 - 18:06



Ciryyë Elanw
Elfe solitaire
Solo - 1/4

Life is not a fairytale and there are no happy endings

Les Beors n'étaient plus qu'une terre de magma désolante. La magnifique terre d'autres fois n'était plus et tout ça a cause de la magie et de l'idée de grandeur des elfes. Ciryyë ne mettait pas tout sur leur dos, le résulta du chaos présent n'aurait jamais pu être prédit par personne. Pourtant, avec la magie instable, elle aurait pensé qu'il y aurait eu un grand sage qui se serait soulevé pour donner l'avertissement et au lieu de ceci, il ne restait plus que cendre et feu. La toxicité de l'air était presque palpable et pour la seconde fois, l'elfe replaçait le foulard sombre qui lui cachait une partie du visage. L'air n'était plus aussi pur qu'autrefois. La traqueuse se souvenait de ses jeunes années à parcourir les terres du monde en compagnie de ses parents, elle se souvenait d'un paysage féerique et apprécie, mais maintenant cette vision disparaissait sous les couches de cendre sombre. La lave était l'une des seules sources de lumière une fois que la nuit était tombée et rare était assez fou pour vouloir rester ici ou la présence d'une faille et de la corruption était reconnue. Elle était cachée quelque part dans les entrailles même des ruines naines, mais nulles ne savait exactement où. Pourtant, pour le moment personne ne savait comment refermer ces failles de l'enfer, il aurait donc été complètement suicidaire de rester ici encore longtemps et pourtant, quelque chose la retenait encore dans ce lieu de malheur. Même après avoir vu le lieu être engloutie par l'eau, elle avait tenu à venir voir le désastre qu'il était devenu. Elle n'aurait jamais imaginé par contre voir les rivières bleues être remplacée par un coulis orange brûlant était… Particulier.

Même en rêve, elle n'aurait jamais cru à voir une telle vision. Elle n'y aurait même pas cru si quelqu'un lui avait dit. Tendit qu'elle foulait la terre desséchée, elle posait son regard sanguin sur les ruines d'une ancienne terre. Ce qui était troublant, c'était qu'elle gardait encore les souvenirs de l'ancienne Beors, c'était comme si son cerveau se refusait de croire à cette vision de noirceur. Sa main normale vient caresser le poil brut sous la cape, passant sur les fines plaques qui se cachaient sous. Les griffes de la main monstrueuse caressaient une énorme roche au passage. Elle s'appuya sur la surface rugueuse un instant, moulant sa paume de monstre contre. C'était un sentiment réconfortant, chaleureux. Pourtant, elle savait qu'elle n'avait aucun droit de trouver ceci réconfortant, pas face à autant de chaos.

Lentement, elle vient refermer la paume, marquant la roche volcanique de ses puissantes griffes. Reprenant son chemin, elle marquait son chemin sur la terre cendreuse, écrasant sans la moindre hésitation ce qui pouvait se trouver sous ses pieds. Elle ne pouvait se permettre de regarder en arrière, ce n'était certainement pas avec de vieux souvenirs nostalgiques qu'on allait changer le monde, mais en même temps, l'humanité en elle désirait se rappeler les bons temps ou la guerre n'était qu'un faible murmure. Elle réalisait à quel point sa jeunesse était facile. Tout en marchant, elle observait autour d'elle, il n'y avait plus aucune trace d'être-vivante, aucune végétation n'avait survécu au désastre du Beors. Elle se tenait loin des rivières de laves, loin des fissures d'où s'émanaient des vapeurs de corruption, elle se sentait mal en leur présence, au moins elle pouvait utiliser ce sentiment à son avantage. Voilà un peu plus qu'une heure qu'elle vagabondait ici et là, cherchant des réponses à ses questions quand elle le vie.

Une sombre silhouette immergeait de l'une des failles. Vicieuse et tortueuse, la silhouette lui était étrange au premier abord. Elle se faufilait derrière ce qu'il restait d'un mur ou d'une roche rongée par l'environnement corrompu pour l'observer silencieuse. La dite silhouette était sombre, la peau terriblement pâle, mais d'un pâle sale. Au premier abord, elle immergeait nue, sans le moindre vêtement, sans réelle forme distincte. Elle n'était ni femme ni homme. Elle tituba quelque peu, incertaine face à la nouvelle vie qui lui était offerte. Lentement, une essence sombre sortie de la faille et vient l'envelopper et lui offrit un vêtement moulant. Par la suite, de l'intérieur même d'elle-même, des plaques à l'apparence d'acier immergeaient pour venir renforcer certain endroit de son corps. En même temps, une longue chevelure au même ton que ses vêtements. Pendant que l'acier poussait d'elle, la silhouette levait les bras et venait attacher sa chevelure en une haute queue de cheval. Quand la femme, parce que c'était bien la naissance d'une femme qu'il y avait devant ses yeux ouvrit les yeux, Ciryyë n'y vue qu'une pâleur laiteuse, aussi sale que la corruption qui en émanait. Les formes féminines terminèrent d'apparaître au moment où elle prenait une grande respiration, terminant d'avaler la fumée sombre avant d'expirer et d'en laisser un faible filet sortir.

Pour la première fois, Ciryyë assistait à la ‘'naissance'' de l'un deux. Ce n'était pas la première fois qu'elle en voyait un, elle en avait même combattu un, mais sa dernière rencontre avec l'un d'entre eu c'était très mal passé. Ciryyë pensait fortement que le Stryge avait été plus expérimenté qu'elle. Ce qui était particulier avec celui qui était devant elle, c'était qu'il lui semblait beaucoup plus ‘' humain '' que le dernier. Sûrement du au fait qu'il venait tout juste de ‘' naitre '' ? Elle n'était pas sûre que le terme était le bon, peut-être, c'était elle déplacée d'une faille à une autre ? Était-ce simplement possible ? Ce serait catastrophique que ce soit le cas, Ciryyë ne pouvait même pas s'imaginer que ce soit possible.

994 mots



Dernière édition par Ciryyë Elanw le Sam 10 Sep 2016 - 13:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Ciryyë Elanw
Membre de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: [ CLOS ] Les terres désolées du Beors et leur corruption. | Dim 7 Aoû 2016 - 23:26



Ciryyë Elanw
Elfe solitaire
Solo - 2/3

Life is not a fairytale and there are no happy endings

Toujours observatrice de la nouvelle Stryge, Ciryyë la vie se penser et avec un sourire carnassier plonger la main dans la faille et une nouvelle fois une sombre fumée en sortie et des entrailles même de la corruption immergea une arme. Ce n'était pas une arme ordinaire, on dirait plutôt original et unique en son genre. Sa forme ressemblait à un énorme couteau de boucher, la lame un peu plus incurvée, coupante et ébréchée. Elle était un monstre à son tour, aussi effrayante que sa manieuse. Ciryyë ne put s'empêcher de frissonner devant l'aura qui se dégageait d'elle. Elle était désagréable, envahissante, rampante sur la peau comme un millier d'araignées. Glissant la main sur sa nuque, elle chassait les piques imaginaires qui semblaient vouloir s'y enfoncer. Elle y plantait les ongles, grattant la chair pour finalement les faire disparaître. Sans se rendre compte, le corps de l'elfe, c'était crispé contre la roche, les griffes de sa main changée presque planter dans la surface friable. Elle ressentait la corruption s'émaner d'elle, c'était plus puissant que les faibles vapeurs constantes. L'animal en elle réagissait de différentes manières. C'était aussi chaotique et déstabilisant que la tempête arcanique, à une puissance moindre, mais quand même ébranlant. L'instinct animal cherchait à faire plusieurs actions à la fois, pleurer, grogner, gronder de rage, il cherchait à courir loin d'ici comme à vouloir foncer vers cette cible qui s'attaquait à son environnement. Même si elle ne considérait pas le Beors comme étant son territoire, elle n'appréciait quand même pas la corruption présente.

Presque tremblante devant autant d'émotion, elle se mit instinctivement en mouvement quand la guerrière en faisait de même. La Stryge semblait prendre une direction connue simplement d'elle, comme si elle avait été affublée d'une tâche importante. Tout en se faufilant telle une ombre, Ciryyë la suivait de loin, incapable de pouvoir s'éloigner, beaucoup trop curieuses et aveuglées par son instinct. Elle voulait en connaître plus sur cet ennemi qui peuplait maintenant son monde, cet ennemi qu'elle se devait combattre, mais avant tout d'en apprendre plus et elle pouvait très bien en être une bonne source. Pourtant, la traqueuse était quelque peu nerveuse de s'enfoncer de la sorte dans les terres du Beors à la suite d'une Stryge. Elle n'était pas complètement familière avec les lieux, elle apprenait rapidement, elle s'était déjà promené ici, mais toujours en bordure de territoire. Plus elle s'enfonçait vers le centre du territoire à la poursuite de cette femme de malheur, plus l'air devenait dure à respirer, la toxicité toujours plus forte. Accroupie au sol, l'elfe sauvage grattait le sol cendreux de la monstruosité qui lui servait de main, enfonçant ses griffes dans le sol tout en observant la chose s'arrêter.

À son tour, la femme de corruption observait autour d'elle, une expression dérangeante accrocher au visage. C'était un étrange mélange entre le mécontentement et l'inquiétude. Elle tournait une première fois qu'elle-même, puis une deuxième fois avant de pousser un cri de rage en plantant son énorme couteau de boucher dans une pierre. Ciryyë resta surprise de cette réaction, surtout que le cri d'impatience qui se répercuta au loin. Tendu au max, l'elfe était prêt à bondir sur elle, mais ignorait maintenant si c'était une bonne chose au vu de la force qu'elle avait démontrée. Peut-être que ces monstres naissaient plus forts que la norme ? Il était si dur de savoir quand on commençait avec absolument rien. Dans tous les cas, cette femme Stryge n'était pas la plus patiente. Brusquement, elle se mit à s'impatienter davantage et à frapper à répétitions la pauvre pierre qui s'effritait en laissant des morceaux éclatés. Des étincelles de fictions éclataient au même rythme que sa colère augmentait.

Ciryyë se demandait de plus en plus ce qui se passait, l'incertitude du moment prenait le dessus sur ses pensées. Néanmoins, lentement, c'était autre chose qui dérangeait l'elfe. Plus la femme s'impatientait, plus Ciryyë en ressentait de même. Elle avait l'impression que la rage de la jeune femme était contagieuse, à moins que ce soit autre chose ? La traqueuse n'était plus sûre si c'était une bonne chose d'avoir suivi cette femme. Elle passait la main sur son visage, essayant de mettre de l'ordre dans son esprit.

‘' Je sais que tu es là ! ‘'

Ciryyë restait surprise, comment étais ce possible ? L'avait elle remarquée ? Avait elle vendu sa propre présence ? À moins qu'elle ne soit apte à sentir sa présence ? Les Stryges avaient-ils ce genre de pouvoirs ? À moins que ce ne soit l'objet qui était spécial, ce couteau de boucher ? L'elfe avait déjà entendu parler d'artefact de puissance. Elle avait même eu la chance d'en voir un de proche, se souvenant très bien de petits gadgets ou même du puissant staff de sa mère. Mais presque tout avait été détruit avec la tempête arcanique, tout ce qui lui restait de sa famille était la dague qu'elle portait dans le creux de ses reins tout juste sous le carquois. Retirant lentement l'arc, elle le déposait contre la roche, tirant ensuite sur le clip de métal en forme de goutte qui retenait la cape. Le laissant glisser au sol, elle ressemblait à une mare d'encre propre. De sa main gauche humaine, elle vient attraper la poignée de la dague et l'attrapait fortement en commençant lentement à la tirer de son fourreau. Pourtant, ses oreilles captèrent un autre mouvement. Posant ses yeux sur les lèvres de la Stryge une nouvelle fois, elle cherchait à y lire les mots qui l'aideraient à combler son absence de son.

‘' Montre-toi petit monstre ! Je sens ton odeur jusqu'ici ! ‘' S'enrageait une nouvelle fois la Stryge guerrière.
‘' Calme-toi, tu es si impatiente… ‘' Tonnait une autre voix féminine plus posée.

996mots



Dernière édition par Ciryyë Elanw le Sam 10 Sep 2016 - 13:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Ciryyë Elanw
Membre de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: [ CLOS ] Les terres désolées du Beors et leur corruption. | Lun 8 Aoû 2016 - 20:51



Ciryyë Elanw
Elfe solitaire
Solo - 3/4

Life is not a fairytale and there are no happy endings


‘’ Qui es-tu ? ‘’ Tonnait la voix de la guerrière
‘’ La même chose que toi, ne vois-tu pas… Je comprends un peu mieux. ‘’
‘’ Quoi !?! ‘’
‘’ Tu portes l’un des nôtres avec toi, je suis surprise. ‘’
‘’ Arrête de parler en énigme ! ‘’
‘’ Ah ah ah ! L’Arme que tu détiens est un puissant artefact, mais entre de mains inexpérimentées, il peut être dangereux. Et tu n’es qu’une enfant qui vient d’arriver au monde… ‘’ La dame soupire avant de reprendre ‘’ la rage qui t’envahit vient de cet objet et cette même rage développe ta force surhumaine. ’’
‘’ Intéressant, je comprends un peu mieux… Comment m’as-tu trouvé ? ‘’
‘’ Pas très difficile, tu cries à plein poumon et tu exaltes la rage. ‘’

L'autre femme n'inspirait aucune confiance à Ciryyë. Surtout qu'elle ne réussirait pas à lire sur ses lèvres. Elle avait donc droit à un étrange monologue. Très grande, elle dépassait de deux bonnes têtes la guerrière qui était elle-même très grande. Une longue chevelure d'un roux sale tombait sur ses épaules. Elle portait des vêtements en peau d'animaux, lui offrant un style sauvageon. Sur le devant de son corps, sur la tunique en fourrure, se trouvait le crâne d'un animal aux cornes impressionnante qui s'étirait de chaque côté des épaules. Elle portait une ceinture de larges dents ou peut-être de cornes lisses pour retenir la robe tunique en place. Sous l'étrange cape de fourrure, Ciryyë détectait deux armes de même grandeur et hauteur. Comme l'autre, sa peau était pâle et d'ici l'elfe ne voyait pas très bien son regard. Physiquement parlante, la femme était bien sculptée, les traits coupés au couteau, les musclent bien définie, montrait qu'elle savait se battre. Mais ce qui était le plus impressionnant sur cette femme, était l'étrange couronne aux cornes qui s'étiraient tout autour de sa tête, la rendant encore plus impressionnante.

Cependant, quelque chose troublait encore plus l'elfe. La corruption émanait d'elle comme jamais l'elfe ne l'avait pas sentie. Même à sa première rencontre avec le Stryge, elle ne c'était jamais autant sentie salie par la présence de quelqu'un. C'était donc à ceci que ressemblait à un Stryge puissant ? Il exultait la corruption, elle avait presque l'impression de voir une aura sombre autour d'elle. Bougeant un peu, Ciryyë cherchait une position qui lui permettrait de lire les lèvres des deux femmes, mais la tâche n'était pas des plus aisée.

‘’ Que veux-tu ? ‘’ Lui demandait agressivement la nouvelle guerrière.
‘’ Je suis ici parce qu’il me la demander, je viens porter un avertissement. ‘’ Soufflait la nouvelle venue en observant les alentours.
‘’ De quel genre ? ‘’
‘’ Une épreuve, il faudra que tu passes la première épreuve pour te montrer digne de cette arme… ‘’
‘’ Tu crois que je ne suis pas digne ! ‘’ Déclarait la guerrière.
‘’ Je me fiche que tu sois digne ou non, mon travail est fait. Prend simplement garde… ‘’
‘’ Et je me fiche de ton avertissement ! Avec ceci, rien ne pourrait m’arrêter. ‘’

La nouvelle venue soupirait devant l'impatience et le trop plein de confiance de la jeune femme. Elle secouait la tête et observait une deuxième fois autour d'elle avant de s'arrêter sur sa position. Ciryyë commençait à croire qu'elle avait été repérée par cette femme. Pourtant, après un instant, la rouquine reportait son attention sur la plus jeune. Elle semblait oser des épaules avant de se détourner et de commencer à s'éloigner.

‘’ Où vas-tu ? ‘’
‘’ Chez moi, j’ai autre chose à faire que de supporter ton arrogance, ne vient simplement pas te plaindre si sa tourne mal. ‘’
‘’ … ‘’

Et sur ces dernières paroles les femmes se séparèrent. L'elfe commençait à croire que les Stryges ne s'attendaient pas ensemble ? Mais en même temps, il était vrai que la guerrière en mauve avait été dès plus désagréable. Changeant de côté pour observer l'autre femme quitter, la traqueuse fut surprise par la magie qui suivi part la suite. La rouquine levait la main, incarnant dans un langage qui ressemblait à l'ancienne langue. Une magie sombre apparue autour du mage, des filaments sombres tournant autour d'elle avant de s'étirer dans le vide pour venir former un trou noir. Par la suite, elle s'avançait pour s'enfoncer dans les ténèbres et disparaître. À cet instant, la magie explosait, repoussant tout ce qui se trouvait autour de lui. Caché derrière, sa roche, Ciryyë ne ressue rien, mais l'autre femme fut rejetée vers l'arrière par la puissante décharge. Tendit que la poussière commençait à peine à retomber au sol, laissant un écran de cendre et de sable pour rentrer le vu difficile.

Dans l'instant qui suivie, un puissant crie frappait l'air, comme une vague invisible, venant frapper en plein cœur l'elfe. D'ordinaire patiente et en symbiose avec son animal intérieur, elle eut l'impression d'exploser de rage cette fois-ci. Le cri semblait l'avoir affecté d'une manière donc elle ne l'aurait pas imaginée et sans qu'elle ne le réalise, elle avait sauté dans la poussière en direction même de la guerrière qui bouillonnait de rage. Ciryyë usait de cette couverture pour se rapprocher et venir frapper dans le dos. L'elfe ne comprenait pas exactement ce qui se passait, c'était comme si son corps bougeait seul, poussé par une force qui lui était sienne et qui ne l'était. C'était étrange parce qu'elle voulait attaquer et elle ne le voulait pas, mais son corps le faisait quand même. Elle était furieuse, jamais elle ne c'était autant sentie aussi mécontente, furieuse, rageuse. Était-ce un des pouvoirs de l'artefact ? Elle se sentait étrangement complète, aucune hésitation quand elle frappait, aucun remords, aucune peur devant les coups portés aléatoirement de la guerrière qui ne comprenait rien. Elle était peut-être forte, mais elle n'était pas la plus posée et de plus, elle était stupide. Elle n'était qu'une machine de muscles, une machine à tuer qui ne réfléchissait pas.

1040 mots



Dernière édition par Ciryyë Elanw le Sam 10 Sep 2016 - 13:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 61
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur


Ciryyë Elanw
Membre de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: [ CLOS ] Les terres désolées du Beors et leur corruption. | Mer 10 Aoû 2016 - 1:55



Ciryyë Elanw
Elfe solitaire
Solo - 3/3

Life is not a fairytale and there are no happy endings


Cependant, ceci n'empêchait pas la femme de réussirent son coup. Ciryyë ressue un revers du coup en pleine poitrine, lui coupant la respiration un moment. Rejeter plusieurs mètres plus loin, elle roulait sur elle-même pour amortir la chute. Encore une fois, elle se sentait étrangère à son propre corps. Elle aurait bien apprécié paniquer, mais en ce moment, cette émotion lui était absente. Tel un robot, ignorant le goût du sang dans sa bouche et qui coulait aux commissures des lèvres, elle se releva. Tout en ignorant la douleur au niveau de la poitrine, elle sentait son corps se relever et reprendre une position de combat face à la femme. L'autre guerrière posait enfin les yeux sur elle.

‘’ Mais tu es quoi bordel ?! ‘’
‘’ … ‘’
‘’ Tu vas répondre oui ? Tu es quoi ? Une ombre, un Stryge, un corrompu peut-être ? ‘’
‘’ … ‘’
‘’ Et puis merde ! Je poserais des questions à ton putain cadavre. ‘’

Ciryyë commençait lentement à se sentir mal, même si elle l'avait réalisée depuis le début, tout ceci n'était pas normal. Dans un élance similaire, tout deux s'élancèrent, la guerrière frappait avec son couteau de boucher. L'air repoussé par l'arme du Stryge aidait grandement l'elfe à éviter le premier coup, glissant sur le sort en tendant le corps vers l'arrière, voyant de très près de la lame couper quelques mèches de ses cheveux rouges. Ramenant la dague tout près d'elle au niveau de sa poitrine, elle étirait la monstruosité qui lui servait de main pour venir la planter dans le ventre de la femme. La femme poussait un grognement sans pour autant laisser montrer un autre signe de douleur. Tout en glissant sur le sol, elle vient difficilement bloquer le coup de couteau avec sa propre dague, glissant plus loin qu'elle le crue. Elle ressentit une puissante douleur au poignet, mais pourtant, elle ne pouvait arrêter ses mouvements. Son corps se mit à bouger une nouvelle fois de lui-même en se jetant vers l'avant pour frapper une nouvelle fois, cette fois-ci, la main qui retenait la puissante arme. Elle savait qu'elle ne pourrait pas prendre plusieurs coups de suite.

‘’ Tu es plus rapide que tu en as l’air ! Laisse-moi faire de toi de la bouilli ! ''
‘’ … ‘’

Ciryyë ne voyait rien à lui dire, sa bouche restait close sous les menaces insignifiantes que lui lançait son adversaire. Et cette technique semblait avoir un puissant effet sur le peu de patience qui lui restait. Elle puisait une nouvelle fois dans la magie de son arme. Ce n'était jamais une bonne chose d'abuser autant de la magie, surtout en ces temps difficiles. Le regard du Stryge s'illuminait brusquement, laissant une fumée sombre en sortir. Tendit que le combat reprenait, imbibée d'une magie qu'elle ne connaissait pas, elle frappait autour d'elle avec un rire hystérique. Maintenant sur la défensive, l'elfe reculait en évitant les coups portés par la Stryge. Elle ne pouvait pas prendre le risque cette fois-ci de bloquer ou même de les dévier. Lentement, elle ressentait elle-même les signes de la fatigue, mais elle n'était pas la seule. Son ennemi semblait être aussi épuisé qu'elle, si ce n'était pas pire. La magie dont elle abusait semblait lui faire quelque chose.

Sautant vers l'arrière brusquement, elle ressentit tout de même la morsure de l'acier contre son bras monstrueux. Un peu de poil sombre volèrent au vent, du sang tâchèrent la lame et les cendres. Ciryyë posait son regard sanguin sur sa blessure puis sur la barbare qui riait toujours. Les doigts de la guerrière se resserrent davantage sur son arme puisant encore plus la magie. Il ne lui fallut pas plus de cinq secondes pour prendre action devant cette inattention. Frappant une deuxième fois, elle plantait la dague jusqu'à la garde dans l'avant-bras. La Stryge hurlait de douleur, mais la douleur ne semblait pas lui faire lâcher prise. Tendit qu'elle essayait de l'attraper de sa main libre, Ciryyë vient lui planter ses ongles dans sa paume ouverte. L'autre femme criait de douleur en retirant sa paume et Ciryyë frappait une troisième fois, mais plus haute. Les griffes fendirent la chair de la joue, du nez et crevait également un œil. Pour la première fois du combat, la femme laissait tomber son arme ainsi que la magie qu'elle lui prenait.

Sans plus attendre, Ciryyë frappait l'arme pour l'éloigner le plus possible de son ennemi. Elle sentait dans l'air l'odeur volatile du sang mélangé à la poussière. Elle se sentait à son tour envahit par l'envie du sang à son tour. Elle n'avait pourtant pas réagi quand c'était son propre sang, peut-être la magie de l'arme l'affectait encore ? Maintenant que la femme ne tenait plus son arme, elle ne semblait plus aussi menaçante, mais surtout elle se tenait la tête avec force. Pendant que Ciryyë combattait la soif de sang qui semblait vouloir la ronger en reculant toujours plus, elle observait la femme. Brusquement, les yeux de la jeune femme semblèrent s'ouvrirent grand, la fumée sombre s'en échapper davantage. Des lignes sombres commencèrent à zigzaguer autour d'eux tout en s'étirant sur son visage. Chacune des veines de la jeune femme virèrent brusquement au noir, le tour semblait être extrêmement douloureux et un hurlement de douleur sortir de la bouche grande ouverte de son ennemi. Un jet de sang sombre vient éclabousser les pieds de Ciryyë et elle ressentit une seconde poussée d'adrénaline qui la fit bondir vers l'avant, tranchant la tête de la souffrante avec l'aide de ses griffes. Tranchée était plutôt faible comme terme. Le coup n'avait pas été propre, mais elle avait plutôt déchiré la chair du coup. Le hurlement se transformait en gargouillait visqueux pendant que l'arrogante tombait à genoux en ce tenant la gorge et le visage. De sa bouche toujours ouverte, sortir enfin un liquide aussi sombre qu'une nuit sans étoiles. Il déboulait sans s'arrêter et Ciryyë réalisait qu'il rongeait la surface qu'il touchait, finissant par dévoiler l'intérieur de la bouche, marquant l'esprit de la femme un instant. Le visage de la Stryge sans mâchoire du bas était tordu par la douleur et avait perdu toute arrogance.

Ciryyë réalisait qu'elle tremblait, reculant encore un peu, ses genoux finirent par lâcher sous elle, la forçant à s'asseoir au sol. La respiration rapide, la peur qu'elle avait dû ressentir auparavant, revenant à grande enjambée, frappant de plein fouet l'elfe. Ce n'était pas la première fois qu'elle combattait, mais jamais comme ceci, jamais sans avoir l'impression qu'elle était une spectatrice. Lentement, elle tournait la tête vers l'arme qui à sa grande surprise semblait s'effriter dans le vent. C'était particulier de voir un objet fait d'acier s'effriter comme de la cendre au vent. Toujours tremblante, elle trouvait la force de se soulever et de retourner vers son matériel qu'elle enfilait le plus rapidement que le lui permirent ses membres claquant. Ensuite, sans même se retourner vers le cadavre et l'arme, elle s'éloignait d'un bas rapide. Elle avait toujours su qu'elle était une créature faible, mais jamais à ce point. On avait beau avoir participé à une guerre ou deux, si nous étions toujours faibles mentalement et instable, rien ne changerait. Elle voulait changer, apprendre, mais surtout comprendre. Il était peut-être temps pour elle de chasser ses peurs des humains et de se rendre à l'Équilibrium pour y trouver de l'aide.

1305 mots

Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: [ CLOS ] Les terres désolées du Beors et leur corruption. |


Revenir en haut Aller en bas

[ CLOS ] Les terres désolées du Beors et leur corruption.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Les Beors-
Ouvrir la Popote