AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez|

Les plaisirs simples [Ellenwen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


Nombre de messages : 11
Âge : 21

Voir le profil de l'utilisateur


Arsarks
Message Sujet: Les plaisirs simples [Ellenwen] | Dim 28 Mai 2017 - 12:39


Grognon. C'était un bon résumé de la moue qu'affichait la jeune femme aux cheveux décolorés, sa tête dodelinant négligemment à chaque soubresaut que la route crevassée infligeait à la dernière roulotte du convoi. Les bras croisés sur sa poitrine, elle n'en fixait pas moins les alentours d'un œil vigilant. Une petite main potelée vint se poser sur son épaule, suivit d'une tête ronde à la chevelure bouclée d'un châtain soyeux.

''Allez Zaza, arrête de bouder... Normalement ce sont les enfants qui font des caprices.
- Tu es un enfant.
- Mais c'est toi qui fait un caprice.
- J'aurais voulu que l'on passe par ces fameuses sources chaudes, depuis le temps que vous en parlez..
- La prochaine fois ? Prends-moi sur tes genoux, j'ai froid. ''

Sans essayer de cacher son sourire attendri elle installa Kinaï et recouvrit le jeune garçon de sa cape de cuire. Reprenant sa surveillance de l'horizon, elle caressait distraitement les bouclettes aux doux reflets et senti sa contrariété refluer lentement. Elle était presque sûre que c'était le chef lui-même qui avait envoyé son propre fils pour l'apaiser. Carl avait un talent certain pour résoudre les conflits, principalement en éliminant au mieux les tensions avant que celles-ci ne dégénèrent. Quelle faiblesse, un enfant entrait dans l'équation et elle perdait toute sa verve. Son long soupir fut accompagné de la tête du garçonnet posée contre elle. Déjà la respiration lente et légèrement sifflante de ce dernier témoignait de sa somnolence. Les heures s’écoulèrent, la laissant dans une immobilité de pierre malgré les courbatures envahissant ses muscles et ses articulations ankylosées. Au fond, l'exercice était assez semblable à certaines parties de chasse ou aux surveillance prolongées des frontières. Le convoi ralenti doucement avant de s'arrêter avec force de piaffements, bovins comme équins, et d'exclamations réjouies. La fin du balancier et ce vacarme familier réveillèrent Kinaï qui bondit joyeusement, libérant son siège de ses entraves. Avec les mêmes couinement satisfaits que tout le monde, Arsarks s'étira. Bien que douloureux, le geste offrait un plaisir certain. D'un regard vers le soleil ridiculement petit et pourtant bigrement chaud de ce monde, elle évalua qu'il était plus que l'heure de manger. Excellente nouvelle. Un peu plus loin, elle entendit une femme demander si leur prochaine étape serait bien une fête de village ; le grand sourire et la réponse de Carl fit se redresser la conteuse comme un chien excité à l'idée d'une promenade. Une fête ? Chouette ! Le regard amusé que leur colosse de meneur lui jeta lui fit comprendre qu'il avait gardé cet argument sous le coude pour la dérider si Kinaï n'y était pas parvenu seul. Être si prévisible avait quelque chose... d'irritant.

Il fallut deux jours supplémentaires au convoi pour atteindre leur destination. L'après-midi était déjà bien entamé mais l'accueil qu'ils reçurent n'en était pas moins chaleureux. Visiblement, c'était pour eux une destination fréquente et tout un chacun, sauf elle, semblait avoir quelques repères et connaissances. Elle n'eut pas le temps d'en ressentir la moindre contrariété que déjà quelques unes des femmes appelaient pour la présenter.

''Osha, voici Arsarks. Elle nous a rejoint l'année dernière. C'est une formidable conteuse mais par pitié ne lui demandez pas de faire de l'humour. ''

Hey ! Les yeux azurés incendièrent silencieusement la silhouette rondouillarde de Virm. Mauvaise langue, mauvaise ! La fameuse Osha rit cependant de bon cœur et la salua, ce qui ramena le sourire sur le visage à la peau caramel. Très vite les caravaniers s'installèrent et entreprirent d'aider au restant des préparatifs. Au vu de ses piètres talents culinaires, Arsarks fut promptement dégagée des cuisines et alla finalement aider ailleurs. Du renfort était venu de plusieurs villages voisins et plus de visiteurs étaient encore attendus pour le lendemain : le jour J.

Deux tours de cadran plus tard, l'agitation était à son comble. Partout les odeurs alléchantes emplissaient l'air et s'entrechoquaient aux rires. Les percussions et quelques instruments à vent sommaires tissaient une trame de fond. Par ici on dansait, ailleurs on chantait, plus loin on jouait. C'était merveilleux. Au milieu de sa famille d'accueils et de quantité d'inconnu, Arsarks se sentait bien. Sans trop savoir comment elle se retrouva prête à entamer une ''course en sac''. L'idée lui semblait étrange mais follement amusante. Le bonheur pouvait avoir un goût si simple.




Dernière édition par Arsarks le Dim 25 Juin 2017 - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dirigeante de l'Equilibrium

Nombre de messages : 22279
Âge : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://bartimeus.actifforum.com


Ellenwen
Dirigeante de l'Equilibrium
Message Sujet: Re: Les plaisirs simples [Ellenwen] | Mar 30 Mai 2017 - 21:52


Ellenwen était en route vers le Sud lorsque des échos de musique avaient flotté jusqu'à elle. Des effluves d'alcool et de viandes grillées. De quoi lui mettre l'eau à la bouche et attiser son effroyable curiosité. Elle connaissait peu les coutumes des villages du Sud, qu'elle n'avait que peu traversé, et se demandait quelle occasion avait présidé à l'organisation de celle-ci. Les récoltes n'étaient pas encore effectuées et les traditionnelles fêtes des amoureux étaient déjà passées.

*On va voir ?*

*Si je te dis non tu y vas quand même hein ?*
*Evidemment !*

Elle adressa un large sourire à Finwë, son loup, qui cheminait à ses côtés et pressa doucement les flancs de son cheval pour prendre une route de traverse qui serpentait jusqu'à la ville. Elle rejoignit bientôt la route principale, encombrée de charrettes et de piétons. Elle mit pied à terre souplement et, tenant sa monture par la bride, se fraya un chemin parmi la foule. Elle entra dans la ville, intriguée, et saisit au vol une coupe d'hydromel. Elle ne flâna que quelques minutes avant de tomber sur une conteuse. Avec un immense sourire, elle attacha son cheval et se dirigea vers elle, Finwë sur ses talons.




Devant l'indifférence générale, demain est annulé
Revenir en haut Aller en bas

Les plaisirs simples [Ellenwen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brisingr, Chroniques de l'Alagaësia - Forum roleplay :: Alagaësia :: Par delà les Murs-
Ouvrir la Popote